Contrôle de gestion - UE 11

De
Publié par

Véritable outil pratique destiné à l’entraînement par les exercices, ce livre développe 8 cas inédits du niveau de l’examen sur l’intégralité du programme du DCG 11 « Contrôle de gestion ».

Tous comprennent une forte composante mathématique. En effet, la suppression de l’épreuve de mathématique aux examens de l’expertise comptable n’a pas entraîné la suppression des mathématiques en général, cette matière étant dorénavant éclatée entre deux unités d’enseignement : la finance (DCG 6) et le contrôle de gestion (DCG 11).

Chacun de ces 8 cas inédits est conforme à l’examen, tant dans le fond que dans la forme : 4 dossiers, des questions de cours en raison de la fréquence de ce type de question dans les examens de l’État et des questions d’application des différents thèmes du programme. Tous les exercices font l’objet d’un corrigé détaillé.

En contrôle de gestion, on ne fait jamais trop d’exercices. L’entraînement régulier est la clé de la réussite.


Kada Meghraoui est professeur certifié en économie et gestion comptable à l’université Paris 13. Ancien élève de l’école nationale des impôts de Clermont-Ferrand, il est titulaire d’un DEA en sciences de gestion et du DSCG. Il est responsable de la préparation au DSCG à l’université Paris 13. Il enseigne en master CCA, en DCG et en DSCG.

Publié le : lundi 1 septembre 2014
Lecture(s) : 18
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297033718
Nombre de pages : 238
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Programme de l’épreuve de l’UE 11 de Contrôle de Gestion
Le programme de l’UE 11 est très dense. Il correspond à 210 heures de cours et à 18 ECTS.
THÈMES 1. Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier (10 heures)
2. Contrôle de gestion et modélisation d’une organi-sation (45 heures)
2.1 Contrôle de gestion et théorie des organisations
2.2 La construction des modèles de coûts
2.3 Le processus de pro-duction des informations nécessaires à la mise en œuvre du contrôle
SENS ET PORTÉE DE L’ÉTUDENOTIONS ET CONTENUS Le contrôle de gestion peut se Le contrôle de gestion : défini-définir comme un processus tions, rôle et place par rapport d’aide à la décision dans une or- aux autres domaines disciplinaires ganisation, permettant une inter- et aux autres formes de contrôle. vention avant, pendant et après Les missions du contrôle de l’action. Il doit être positionné par gestion : contrôle pour qui ? pour rapport au contrôle stratégique, quoi ? par qui ? à partir de quoi ? sachant que le programme porte Le positionnement du contrôle de fondamentalement sur le contrôle gestion dans l’organisation. opérationnel. Le rôle du contrôle de gestion Il convient alors d’aborder le dans la communication et l’anima-pilotage de l’organisation, non tion d’une organisation. seulement dans une approche fonctionnelle, mais aussi dans une approche globale.
Montrer la contingence du contrôle de gestion puis l’élargis-sement de son champ d’applica-tion en corollaire de l’évolution des théories des organisations et des configurations organisation-nelles.
Présenter les modèles de calculs des coûts comme une représen-tation (au sens de construction d’image) de l’entité étudiée.
Les impacts des différentes écoles de pensée sur l’objet et le champ du contrôle de gestion Les représentations du fonc-tionnement de l’organisation (fonctions, processus, activités, matrices) et leur prise en compte par le contrôle de gestion.
Mise en perspective par rapport au contexte : industrie ou presta-tions de services ; activités mar-chandes ou non marchandes. Les coûts comme systèmes de représentation des consomma-tions de ressources.
Saisir les principales caractéris- Les sources d’informations comp-tiques d’élaboration et de diffu- tables. sion des informations produites Les modalités de traitement et par la comptabilité financière afin de présentation comptables des de pouvoir les prendre en compte données. de façon pertinente en contrôle de gestion.
1
0
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
THÈMES
2.4 La prise en compte de données aléatoires
2.5 Contrôle de gestion et performance économique
3. La mise en œuvre du contrôle de gestion dans des contextes stabilisés (90 heures)
3.1 Les caractéristiques des processus opérationnels stables et récurrents
3.2 La détermination des coûts comme réponse à différents problèmes de gestion
SENS ET PORTÉE DE L’ÉTUDE
Intégrer dans les modèles de contrôle de gestion des données soumises à des aléas.
Identifier des critères de décision et de pilotage des organisations (marchandes et non mar-chandes).
Expliciter le pilotage d’une orga-nisation structurée en émettant l’hypothèse que les processus opérationnels peuvent être considérés comme stables et récurrents. Les outils de gestion sont reliés à diverses utilisations : aider la prise de décision, évaluer les conditions d’exploitation, définir la tarification, mettre sous tension l’entité locale, animer la structure
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
1
1
NOTIONS ET CONTENUS
Variable aléatoire : fonction de répartition et espérance mathé-matique (variable discrète et variable continue). Caractéristiques et modalités d’application des lois suivantes : binomiale, de Poisson, normale. Estimation ponctuelle et par intervalle de confiance d’une fréquence, d’une moyenne.
La performance économique : définition, critères, moyens.
Régularité des processus et standardisation des produits et/ ou des services. Caractéristiques du processus de production (flux poussés, flux tirés).
Coûts préétablis, coûts constatés Coûts de structure et coûts liés à l’activité pour la simulation et pour l’évaluation du risque d’exploitation. Coûts spécifiques pour l’aide à la décision (abandon de produit, faire ou faire faire), pour l’éva-luation de la profitabilité des produits, pour la mesure de per-formance économique des unités de production. Coûts complets calculés à partir du modèle des centres d’ana-lyse pour évaluer l’évolution des conditions d’exploitation. Prise en compte du niveau d’acti-vité : l’imputation rationnelle des charges de structure. Impacts des changements de prix sur les coûts. Coûts marginaux et différentiels pour l’aide à la décision (com-mande supplémentaire, utilisation optimale des capacités).
THÈMES
3.3 La structuration de l’organisation en centres de responsabilité
3.4 Les outils et procédures de la gestion budgétaire
SENS ET PORTÉE DE L’ÉTUDE
Piloter l’organisation par les bud-gets sur la base d’un découpage fonctionnel de cette organisation
La gestion budgétaire est un mode de gestion à court terme qui englobe tous les aspects de l’activité de l’organisation qui comprend une période de bud-gétisation puis une période de contrôle budgétaire. La budgétisation correspond à la construction d’ensembles cohérents de prévisions chiffrées. Les budgets constituent un mode de mise sous tension d’une organisation et ils permettent d’assurer une bonne maîtrise des délégations au niveau des entités locales lorsque le cadre global de la planification demeure pertinent.
1
2
NOTIONS ET CONTENUS
Approche fonctionnelle de l’organisation et les différents types de centres de responsabilité Hiérarchie et délégation des pou-voirs, délégation de ressources et contrôle de l’utilisation de ces ressources. Prix de cession interne.
Démarches et pratiques budgé-taires. Rôles des budgets dans l’orga-nisation et rôle au regard de la stratégie adoptée. Rôles, modalités, pratiques du reporting. Rôles et place des différents acteurs : gestion par exception, motivation, direction par objectifs, évaluation des performances individuelles et collectives. La négociation d’objectifs au sein de l’organisation : communication descendante et communication ascendante. Les outils de construction de budgets dans les domaines : - commerciaux : segmentation de marchés, prévisions des ventes, politique de prix ; - productifs : optimisation, goulot d’étranglement, ordonnancement, planification des besoins en com-posants ; - des approvisionnements : modèles de gestion des stocks avec ou sans pénurie, modèles en avenir aléatoire ; - de la gestion du personnel : pré-visions et analyse des variations de la masse salariale en volume, prix, glissement vieillesse et technicité ; impact de la rotation du personnel ; effet report, effet masse et effet niveau. Les budgets de trésorerie. Le budget d’investissement. Les documents de synthèse pré-visionnels. Les enjeux et les limites de la budgétisation. Les procédures budgétaires et l’analyse des écarts pour mettre sous tension les acteurs : le bud-get comme outil d’incitation.
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
THÈMES
3.5 Les outils d’amélioration des performances
4. Les réponses du contrôle de gestion à des contextes non stabilisés (65 heures)
4.1 Les processus opéra-tionnels dans des configu-rations organisationnelles nouvelles
SENS ET PORTÉE DE L’ÉTUDE
Mettre en œuvre des outils qui viennent en complément de ceux qui ont une orientation financière, en particulier pour améliorer la qualité et limiter les délais.
Il s’agit de présenter ce que peuvent être les réponses du contrôle de gestion, compte tenu par exemple, de la non-récur-rence des processus opération-nels, de la difficulté d’établir des prévisions au regard de l’instabi-lité des marchés commerciaux, de l’évolution des produits, etc. Au-delà des outils et des méthodes étudiés dans le point précédent, et qui peuvent dans certains cas être utilisés dans des contextes non stabilisés, il convient de prolonger la réflexion par des démarches plus adap-tées.
Caractériser un processus opéra-tionnel non stabilisé. Expliciter le pilotage d’un proces-sus de production flexible.
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
1
3
NOTIONS ET CONTENUS
Le contrôle budgétaire dans le cadre d’un centre de profit : décomposition complète à partir de l’écart de résultat.
Les outils de gestion de la qua-lité : cercles de qualité, analyse de la valeur, diagramme d’Ishikawa, diagramme de Pareto. Contrôle statistique de la qualité. Les tableaux de bord de gestion pour mettre sous tension les acteurs de l’entité locale.
Flexibilité des processus, différen-ciation des biens et des services. Caractéristiques du processus de production : flux tirés, flux tendus, approvisionnements synchrones, gestion en juste à temps. Vision de l’organisation centrée sur le client et sa satisfaction : activités, processus, projets. Gestion de la chaîne logistique (supply chain).
THÈMES 4.2 L’amélioration continue du rapport valeur/coûts
4.3 Le pilotage de l’organi-sation en temps réel
SENS ET PORTÉE DE L’ÉTUDE
Montrer que le contrôle de gestion s’adosse à de nouveaux outils dans une optique d’amélio-ration continue du rapport valeur/ coûts et de pilotage en temps réel. Il s’agit non seulement d’amélio-rer la rentabilité et la profitabilité, mais aussi la qualité des produc-tions et prestations, les délais. Les méthodes de coûts à base d’activités semblent adaptées à l’établissement des coûts de produits différenciés et semblent faciliter une tarification différen-ciée. L’amélioration continue du rapport valeur / coûts peut aussi prendre appui sur des démarches d’étalonnage concurrentiel ou de reconfiguration, de gestion de la qualité totale.
NOTIONS ET CONTENUS Définition et usage des termes : valeur, utilité, coût. Méthodes de détermination des coûts fondées sur l’analyse des activités. Relations coûts, activités et performance dans les cas sui-vants : sous-traitance, étalonnage concurrentiel (benchmarking), reconfiguration (reengeneering) Méthode des coûts cibles et ana-lyse de la valeur. Budgets à base d’activités et de processus.
Les tableaux de bord de gestion de l’organisation flexible. Communication interne sur les indicateurs : intérêt et évaluation, retour d’expérience.
Indications complémentaires : 1. On veillera à situer le contrôle de gestion par rapport aux sources d’informa-tion comptables et non comptables.
3.2 Le risque d’exploitation sera apprécié en se fondant sur le seuil de rentabi-lité (en avenir certain et en avenir aléatoire) et sur le levier opérationnel.
3.4 Les outils utilisés dans le domaine commercial s’appuieront sur les mé-thodes d’ajustement (linéaire et non linéaire), de régression, de lissage expo-nentiel et sur les séries chronologiques.
4.2 L’approche de la valeur prendra en compte les différentes parties prenantes (stakeholders).
3.5 et 4.3 Les tableaux de bord stratégiques ne font pas partie du programme.
Remarque : Ce programme est issu du Bulletin Officiel du ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement supérieur et de la recherche n° 14 du 3 avril 2014 (pages 35 à 38).
1
4
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
ThèmeŚ àbOrÉŚ dânŚ LeŚ ujetŚ eŚ ŝesiOnŚ pRÉçÉéneŚ
ProgrâMmE E ’ÈpRéuvE
Thèmes abordés dans les sujetsdes sessions précédentes
Années
2014
2013
2012
2011
2010
2009
2008
Dossier 1
Programmation linéaire
Dossier 2
Analyse de la rentabilité
Dossier 3
Méthode de fixation des PC
Calculs de résultats Étude des proposi- Gestion du stock prévisionnels tions du respon- de papier sable de l’atelier de composition
Opportunité d’une opération promo-tionnelle
Budgétisation et contrôle budgé-taire
Calcul de coûts
Calcul et contrôle des coûts
Mise en place d’outils d’aide à la décision
Enquête de satis-faction de clientèle
Investissement et ordonnancement
Gestion de la production des plaquettes
Optimisation de l’activité
Gestion de la qua-lité des approvi-sionnements
Suivi du CA et de la politique tarifaire
Gestion de la masse salariale
Analyse prevision-nelle pour 2010
Élargissement de la gamme de produits
Simulation et ana-lyse de risque
Dossier 4
Calcul de coûts de la qualité
Suivi et analyse des résultats de l’imprimerie
Externalisation de la restauration
Gestion des stocks
Tableaux de bord
Suivi de l’activité du centre de distri-bution
Vous pouvez vous procurer facilement les examens de l’État du DCG sur le site internet de l’académie de Grenoble.
ThèmeŚ àbOrÉŚ dânŚ LeŚ ujetŚeŚ ŝesiOnŚ pRÉçÉéneŚ
15
Conseils aux candidats
L’épreuve de 4 heures du DCG 11 nécessite un entraînement régulier et continu tout au long de l’année. Même si certains étudiants parviennent à assimiler un programme de 210 heures en un temps record, leur permettant ainsi de passer le cap du DCG, il en sera autrement pour le DSCG. Il est donc impératifd’orga-niser ses révisions dans le temps pour réussir son examen.
N’oubliez pas également qu’il y a d’autres épreuves à passer et que le temps disponible est limité. Le meilleur moyen de gagner du temps lors de l’épreuve est de travailler sa mémoire en refaisant plusieurs fois ses exercices. Cela per-met, par la même occasion, d’acquérir des mécanismes pour affronter cette épreuve dans de bonnes conditions. Voici6conseils basiques mais bien utiles à la réussite de cette épreuve :  vous devez impérativement vous imprégner de l’esprit de l’épreuve en réali-sant ces cas en temps limité ;  venez en forme le jour de l’examen. L’épreuve est intensive et nécessite de votre part un temps de concentration important ;  évitez au maximum d’apprendre encore son cours juste avant l’examen. Trop de candidats apprennent leur cours la veille, voire quelques heures avant l’examen. Il n’y a rien de pire que d’augmenter davantage sa dose de stress et de se rendre compte que l’on a mal compris un concept avant l’examen. Bien entendu cela ne concerne pas tous les étudiants et chacun a ses mé-thodes ;  vous devez, avant d’aborder l’épreuve, bien lire le sujet, tout le sujet. On trouve souvent certaines informations à la fin du sujet ou d’un dossier (taux de TVA, règle pour arrondir, etc.). Cela permet également de commencer par traiter les dossiers que l’on maîtrise le mieux et de gagner rapidement des points ;  n’oubliez pas de vous hydrater car votre corps en a besoin. Une bouteille d’eau minérale dans le sac est à prévoir et sera toujours très utile ;  l’épreuve comporte un certain nombre de questions de cours et fait appel à des notions de mathématiques. Vous pouvez « gagner » des points en connaissant bien votre cours et en pratiquant un entraînement régulier en mathématiques appliquées à la gestion.
N’oubliez jamais que le DCG peut se réussir (ou se rater) à un quart de point près.
1
6
COnŝéîlŚ âux cânidatŚ
COnŝéîlŚ âux cânidatŚ
COnŝéîlŚ âux cânidatŚ
Remarque complémentaire : Pendant votre apprentissage du contrôle de gestion, il faudra penser à vous imprégner de « l’esprit de l’épreuve » en effectuant des exercices sur des thèmes en particulier : imprimerie, banque, collectivités locales, hôpital.
Le plus difficile en contrôle de gestion, pour un étudiant, est d’aborder des exercices sur des secteurs en particulier. Il faut donc s’entraîner pour ne pas rester bloqué le jour de l’épreuve.
Vous pouvez, à cet effet, vous procurer les annales du DECF (actuel DCG) en contrôle
de gestion afin de compléter vos révisions.
COnŝéîlŚ âux cânidatŚ
1
7
CaŚ N°1 : SoÇIÉ ĀDĀK
Dossiers 1: Algorithme du simplexe
2: Calcul de coûts
C SoÇIÉ ĀDAk
3: Contrôle budgétaireAnalyse des écarts
4: Choix des investissements en avenir incertain
Durée de l’épreuve : 4 heures
Thèmes abordés Algorithme du simplexe Solveur Coût complet Méthode ABC Méthode ABM Mécanisme de subventionnement
Écart sur chiffre d’affaires Écart sur marge Écart sur résultat
Coût moyen pondéré du capital Flux nets de trésorerie Valeur actuelle nette probable
Coefficient : 1,5
Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement autonome sans imprimante et sans aucun moyen de transmission, à l’exclusion de tout autre élément matériel ou documentaire (circulaire n° 99-186 du 16/11/99 ; BOEN n° 42). Document remis au candidat : Le sujet comporte 10 pages numérotées de 21 à 30. Il vous est demandé de vérifier que le sujet est complet dès sa mise à votre disposition.
CaŚ N°1 : SoÇIÉ ĀDĀK
19
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.