Gérer la trésorerie et la relation bancaire - 5ème édition - Principes de gestion opérationnelle

De
Publié par

Un nombre croissant de PME gèrent leur trésorerie en date de valeur. Le développement de la micro-informatique permet de réaliser rapidement les opérations quotidiennes de trésorerie. Ce livre a pour objectif de : définir les objectifs de la fonction, familiariser avec l'environnement technique de la fonction, présenter une démarche de négociation avec la banque, donner des conseils pratiques pour la création de méthodes de travail.

Publié le : mercredi 9 mars 2011
Lecture(s) : 391
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100562091
Nombre de pages : 312
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chapitre 1
Situer la trésorerie dans la gestion financière
Executive summary
  • ?? Avant d’examiner dans le détail les différentes facettes du métier de trésorier, il convient de situer la trésorerie dans l’équilibre financier global de l’entreprise. Il est important d’avoir un regard « extérieur » par rapport à la fonction pour pouvoir répondre à un certain nombre de questions de base.
  • ?? Pour quelles raisons la trésorerie de l’entreprise est-elle excédentaire ou, au contraire, en position d’emprunt à court terme (CT) ? Quels sont les phénomènes causant son amélioration ou sa dégradation ? Quels sont les agrégats financiers permettant de suivre son évolution ?
  • ?? Nous examinerons la trésorerie à partir de deux documents comptables : le bilan et le tableau de flux de trésorerie.
L’approche statique par le bilan
Définir la trésorerie à partir du bilan
La position de trésorerie d’une entreprise peut se calculer à partir du bilan qui est la photographie de ses emplois et ressources à un instant t.
Le passif retrace les différentes ressources dont dispose l’entreprise à un moment donné :
  • – le capital social apporté par les actionnaires à la constitution ou en cours de vie de l’entreprise ;
  • – les bénéfices des années précédentes mis en réserve. Le capital social et les réserves constituent les capitaux propres de l’entreprise, c’est-à-dire son assise financière, non remboursable.
  • – des emprunts à long et moyen terme (LMT) – échéance à l’origine supérieure à un an – souscrits pour financer tout ou une partie des investissements ;
  • – les ressources que l’entreprise tire de son exploitation quotidienne. Les dettes fournisseurs correspondent aux achats de matières premières, de prestations… dont l’entreprise a déjà bénéficié sans les avoir payés. Les acomptes reçus des clients sur les commandes en cours constituent une ressource essentielle dans certaines activités à cycle de production long, comme par exemple le BTP ou certaines prestations de service.
L’actif retrace les emplois, autrement dit les différentes utilisations qui ont été faites des ressources :
  • – des emplois durables en immobilisations qui constituent l’investissement dans l’outil de production : terrain, bâtiment, matériel de production, moyens informatiques, véhicules de transport. Les immobilisations sont également constituées d’investissements financiers dans le capital de sociétés liées (titres de participation) ;
  • – des emplois à court terme se rattachant au cycle d’exploitation, principalement le stock et les créances client. Ces emplois à court terme acquièrent toutefois un caractère de permanence car ils se renouvellent quotidiennement avec l’activité.
À l’égalité comptable Actif = Passif, correspond une traduction financière :
Emplois = Ressources
À toute ressource correspond une utilisation. Par ailleurs, il n’est pas possible d’utiliser plus d’argent que celui dont on a la disposition. Dès lors que les emplois sont supérieurs aux ressources (avant crédits court terme), l’entreprise doit emprunter à CT pour financer la totalité de ses emplois (Bilan 1). Si au contraire les ressources excèdent les emplois (en dehors des excédents de trésorerie), l’actif laisse apparaître des excédents de trésorerie (disponibilités, placements à court terme) (Bilan 2).
C’est la trésorerie qui permet par conséquent d’égaliser les deux colonnes du bilan en termes d’emplois et de ressources.
Bilan 1
Actif
Passif
Immobilisations
Capitaux propres
– Capital social
– Bénéfi ces mis en réserve
Actif circulant
Emprunts LMT (> 1 an)
– Stocks
– Créances client
– Autres créances
Dettes à CT
– Fournisseurs
– Acomptes reçus
– Autres dettes
Emprunts CT
Emplois
Utilisation des fonds
Ressources
Origine des fonds
Figure 1.1 – Bilan d’une entreprise à trésorerie emprunteuse
Bilan 2
Actif
Passif
Immobilisations
Capitaux propres
– Capital social
– Bénéfi ces mis en réserve
Emprunts LMT (> 1 an)
Actif circulant
– Stocks
– Créances client
– Autres créances
Dettes à CT
– Fournisseurs
– Acomptes reçus
– Autres dettes
Placements CT
Emplois
Utilisation des fonds
Ressources
Origine des fonds
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.