Consommation d'énergie des ménages

De
eurostat CONSOMMATION D'ÉNERGIE DES MÉNAGES / / A / / t / eurostat STATISTISCHES AMT DER EUROPÄISCHEN GEMEINSCHAFTEN STATISTICAL OFFICE OF THE EUROPEAN COMMUNITIES OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES L-2920 Luxembourg - Tél. 43 01-1 - Télex COMEUR LU 3423 B-1049 Bruxelles, rue de la Loi 200 - Tél. 299 11 11 Eurostat hat die Aufgabe, den Informa­ It is Eurostat's responsibility to use the Pour établir, évaluer ou apprécier les tionsbedarf der Kommission und aller European statistical system to meet the différentes politiques communautaires, am Aufbau des Binnenmarktes Beteilig­ requirements of the Commission and all la Commission des Communautés euro­ten mit Hilfe des europäischen statisti­ péennes a besoin d'informations. parties involved in the development of schen Systems zu decken. the single market. Eurostat a pour mission, à travers le Um der Öffentlichkeit die große Menge To ensure that the vast quantity of système statistique européen, de répon­an verfügbaren Daten zugänglich zu accessible data is made widely avail­ dre aux besoins de la Commission et de machen und Benutzern die Orientierung able, and to help each user make proper l'ensemble des personnes impliquées zu erleichtern, werden zwei Arten von use of this information, Eurostat has set dans le développement du marché up two main categories of document: unique. Publikationen angeboten: Statistische statistical documents and publications. Dokumente und Veröffentlichungen.
Publié le : vendredi 9 mars 2012
Lecture(s) : 110
Source : EU Bookshop, http://bookshop.europa.eu/
Nombre de pages : 84
Voir plus Voir moins

eurostat
CONSOMMATION D'ÉNERGIE
DES MÉNAGES
/
/
A
/
/
t
/ eurostat
STATISTISCHES AMT DER EUROPÄISCHEN GEMEINSCHAFTEN
STATISTICAL OFFICE OF THE EUROPEAN COMMUNITIES
OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES
L-2920 Luxembourg - Tél. 43 01-1 - Télex COMEUR LU 3423
B-1049 Bruxelles, rue de la Loi 200 - Tél. 299 11 11
Eurostat hat die Aufgabe, den Informa­ It is Eurostat's responsibility to use the Pour établir, évaluer ou apprécier les
tionsbedarf der Kommission und aller European statistical system to meet the différentes politiques communautaires,
am Aufbau des Binnenmarktes Beteilig­ requirements of the Commission and all la Commission des Communautés euro­
ten mit Hilfe des europäischen statisti­ péennes a besoin d'informations. parties involved in the development of
schen Systems zu decken. the single market.
Eurostat a pour mission, à travers le
Um der Öffentlichkeit die große Menge To ensure that the vast quantity of système statistique européen, de répon­
an verfügbaren Daten zugänglich zu accessible data is made widely avail­ dre aux besoins de la Commission et de
machen und Benutzern die Orientierung able, and to help each user make proper l'ensemble des personnes impliquées
zu erleichtern, werden zwei Arten von use of this information, Eurostat has set dans le développement du marché
up two main categories of document: unique. Publikationen angeboten: Statistische
statistical documents and publications. Dokumente und Veröffentlichungen.
Pour mettre à la disposition de tous
The statistical document is aimed at l'importante quantité de données acces­Statistische Dokumente sind für den
Fachmann konzipiert und enthalten das specialists and provides the most com­ sibles et faire en sorte que chacun
ausführliche Datenmaterial: Bezugsda­ plete sets of data: reference data where puisse s'orienter correctement dans cet
ten, bei denen die Konzepte allgemein­ the methodology is well established, ensemble, deux grandes catégories de
bekannt, standardisiert und wissen­ standardized, uniform and scientific. documents ont été créées: les docu­
ments statistiques et les publications. schaftlich fundiert sind. Diese Daten These data are presented in great detail.
werden in einer sehr tiefen Gliederung The statistical document is intended for
Le document statistique s'adresse aux
experts who are capable of using their dargeboten. Die Statistischen Doku­
spécialistes. Il fournit les données les
own means to seek out what they mente wenden sich an Fachleute, die in
plus complètes: données de référence
der Lage sind, selbständig die benötig­ require. The information is provided on
où la méthodologie est bien connue,
ten Daten aus der Fülle des dargebote­ paper and/or on diskette, magnetic tape,
standardisée, normalisée et scientifique.
nen Materials auszuwählen. Diese Daten CD-ROM. The white cover sheet bears a
Ces données sont présentées à un
sind in gedruckter Form und/oder auf stylized motif which distinguishes the
niveau très détaillé. Le document statis­
Diskette. Magnetband, CD-ROM verfug­ statistical document from other publica­
tique est destiné aux experts capables
bar. Statistische Dokumente unterschei­ tions.
de rechercher, par leurs propres
den sich auch optisch von anderen Ver­
The publications proper tend to be com­ moyens, les données requises. Les
öffentlichungen durch den mit einer stili­
piled for a well-defined and targeted informations sont alors disponibles sur
sierten Graphik versehenen weißen
public, such as educational circles or papier et/ou sur disquette, bande
Einband.
political and administrative decision­ magnétique, CD-ROM. La couverture
Die zweite Publikationsart. die Veröffent­ makers. The information in these docu­ blanche ornée d'un graphisme stylisé
lichungen, wenden sich an eine ganz ments is selected, sorted and annotated démarque le document statistique des
bestimmte Zielgruppe, wie zum Beispiel to suit the target public. In this instance, autres publications.
therefore, Eurostat works in an advisory an den Bildungsbereich oder an Ent­
Les publications proprement dites peu­capacity. scheidungsträger in Politik und Verwal­
vent, elles, être réalisées pour un public tung. Sie enthalten ausgewählte und auf
Where the readership is wider and less bien déterminé, ciblé, par exemple l'en­die Bedürfnisse einer Zielgruppe abge­
well defined. Eurostat provides the infor­ seignement ou les décideurs politiques
stellte und kommentierte Informationen.
mation required for an initial analysis, ou administratifs. Des informations
Eurostat übernimmt hier also eine Art
such as yearbooks and periodicals sélectionnées, triées et commentées en
Beraterrolle.
which contain data permitting more in- fonction de ce public lui sont apportées.
Für einen breiteren Benutzerkreis gibt depth studies. These publications are Eurostat joue, dès lors, le rôle de
Eurostat Jahrbücher und periodische available on paper or in Videotext conseiller.
Veröffentlichungen heraus. Diese enthal­ databases.
Dans le cas d'un public plus large, moins ten statistische Ergebnisse für eine erste
To help the user focus his research.
Analyse sowie Hinweise auf weiteres défini, Eurostat procure des é'éments
Eurostat has created 'themes' i.e. a sub-
Datenmaterial für vertiefende Untersu­ nécessaires à une première analyse, les
lect classification. The statistical docu­
chungen. Diese Veröffentlichungen annuaires et les périodiques, dans les­
ments and publications are listed by werden in gedruckter Form und iquels figurent les renseignements adé­
series, e.g. yearbooks, short-term trends Datenbanken angeboten, die in Menü­ quats pour approfondir l'étude. Ces
or methodology, in order to facilitate technik zugänglich sind. publications sont présentées sur papier
access to the statistical data. ou dans des banques de données de
Um Benutzern die Datensuche zu type vidéotex.
Y. Franchet erleichtern, hat Eurostat Themenkreise,
Director-General d. h. eine Untergliederung nach Sachge­ Pour aider l'utilisateur à s'orienter dans
bieten, eingeführt. Daneben sind sowohl ses recherches, Eurostat a créé les
die Statistischen Dokumente als auch thèmes, c'est-à-dire une classification
die Veröffentlichungen in bestimmte par sujet. Les documents statistiques et
Reihen, wie zum Beispiel „Jahrbücher". les publications sont répertoriés par
„Konjunktur", „Methoden", unterglie­ série — par exemple, annuaire, conjonc­
dert, um den Zugriff auf die statistischen ture, méthodologie — afin de faciliter
informationen zu erleichtern. l'accès aux informations statistiques.
Y. Franchet Y. Franchet
Generaldirektor Directeur général CONSOMMATION D'ENERGIE
DES MÉNAGES
Thème
Énergie et Industrie
Série
Comptes, enquêtes et statistiques
DOCUMENT STATISTIQUE D Imprimé sur papier recyclé Pour toute information concernant cette publication, s'adresser à:
EUROSTAT-D1 - Luxembourg - Tel. 4301-32040 Fax 4301-34771
Une fiche bibliographique figure à la fin de l'ouvrage.
Manuscrit terminé en juillet 1993
Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 1993
ISBN 92-826-6544-5
© CECA-CEE-CEEA, Bruxelles · Luxembourg, 1993
Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source.
Printed in Belgium TABLE DES MATIERES
SIGNES ET ABREVIATIONS 4
INTRODUCTION 5
A. STRUCTURE DES MENAGES 7
B. CONSOMMATION D'ENERGIE DES MENAGES
1. Consommation total d'énergie
1.1 Chauffage des locaux 8
1.2 Production d'eau chaude 9
1.3 Cuisson
1.4 Appareils électriques 10
C. DEPENSES EN ENERGIE DES MENAGES
D. TRANSPORTS EN VOITURE PARTICULIERE
E. CONSOMMATION D'ENERGIE DES MENAGES DANS LES ETATS MEMBRES 11
F. TABLEAUX ET CHIFFRES 21
G. ANNEXES 63
1. Définitions5
2. Methodes de collecte des données des Etats Membres 67
3. Sources d'informations 7
4. Liste des contractantsSIGNES ET ABREVIATIONS
ktep mille tonnes-équivalent pétrole
kgepmille grammes-équivalent pétrole
kmkilomètres
m2 mètrescarrés
QPLgazdepétroleliquéfié
PN3produit national brut
Eçij unité monétaire européenne
MECUmillions d'ECU
EMEtat Membre
B Belgique
DKDanemark
DAllemagne
GR Grèce
EEspagne
ρFrance
Irlande IRL
I Italie
NLPays-Bas
ρPortugal
yK Royaume-Uni INTRODUCTION
Après l'alimentation et presqu'au même rang que la santé et le logement, la consommation d'énergie
représente l'un des principaux postes du budget des ménages.
En 1988, lès ménages de la Communauté européenne ont dépensé environ 90 milliards d'ECU en
énergie (sans compter les carburants moteur). Les dépenses liées à la consommation d'énergie n'ont
cessé d'augmenter au cours des années et aucun signe ne laisse présager un revirement de tendance.
Dans l'ensemble de la Communauté et dans la plupart des Etats Membres, le secteur du logement et le
secteur tertiaire (transports exclus) sont les plus grands consommateurs d'énergie avec presque 39% de
la consommation énergétique finale dont les trois quarts sont imputables aux ménages. Jusqu'à présent,
pour certaines sources d'énergie, la consommation du secteur résidentiel et tertiaire se calcule en
soustrayant des livraisons totales sur le marché intérieur les consommations de l'industrie et des
transports qui sont recensées à des degrés divers d'une façon acceptable. La nature approximative de ces
évaluations et l'impossibilité de ventiler ce vaste secteur présentent de sérieux inconvénients.
*
La collecte de données statistiques n'est pas une fin en soi. Sur certains aspects de la consommation
énergétique des ménages, il est essentiel de disposer de données fiables et complètes. La Commission les
utilise comme support pour développer une politique énergétique cohérente et atteindre les objectifs ci-
après:
améliorer la sécurité de l'approvisionnement, réduire les coûts et augmenter la compétitivité;
améliorer l'auto-suffisance de la production et diversifier les sources d'approvisionnement;
rechercher des solutions satisfaisantes pour l'énergie et l'environnement;
rationaliser l'utilisation de l'énergie.
De toute évidence, les statistiques disponibles répondent déjà, de façon correcte, aux besoins en
informations découlant des objectifs mentionnés plus haut. Cela dit, notre connaissance imparfaite des
tendances en matière d'utilisation de l'énergie nuit manifestement à la mise en oeuvre d'une politique
énergétique efficace, notamment en ce qui concerne les mesures d'économie de l'énergie.
Pour les raisons énoncées plus haut, et à la demande de la D.G. "Energie", la Direction "Statistiques des
Entreprises" d'EUROSTAT a commencé à collecter en 1984 des informations sur cinq pays
communautaires dans le cadre du projet ENER 1 financé par la DG XIII.
Ce projet pilote ayant donné des résultats très intéressants, la Direction "Statistiques des Entreprises"
d'EUROSTAT a créé un groupe de travail réunissant des experts dans le domaine de la consommation
énergétique. Deux options étaient alors possibles:
- l'aménagement et l'amélioration des systèmes existants;
- la mise en place d'éventuelles enquêtes ad hoc.
Malgré les efforts faits par Eurostat pour convaincre les Etats Membres de mener des enquêtes, le
groupe de travail a laissé à chaque pays le choix de sa méthode (enquête ad hoc, ajout de questions
relatives à l'énergie aux enquêtes existantes, études spécialisées, etc.) pour obtenir les résultats
demandés par Eurostat et la DG XVII. Plusieurs contrats ont ainsi été conclus avec les Etats Membres
en 1988 et 1989, la participation de la DG XVII s'élevant à 50%. La qualité et le niveau de détail des résultats obtenus varient d'un pays à l'autre en fonction de la
méthode de collecte choisie. Les Etats Membres ayant opté pour les enquêtes ad hoc ont obtenu des
données statistiques complètes et détaillées tandis que ceux ayant utilisé les résultats d'enquêtes et
d'études précédentes ont eu des données relativement satisfaisantes. De plus, en combinant des données
complémentaires et des données découlant parfois d'estimations, il a été possible d'élaborer dess
plus ou moins homogènes sur les principaux agrégats.
Le présent rapport d'Eurostat "Consommation d'énergie dans les ménages" comporte des informations
sur les aspects suivants:
structure des ménages et état actuel des logements, l'accent étant mis sur les paramètres
influençant la consommation d'énergie (tableau 1);
structure des équipements consommant de l'énergie par type d'usage (tableaux 2 à 5). Les types
d'usage considérés sont le chauffage des locaux, la production d'eau chaude, la cuisson, les
applications typiques de l'électricité;
consommation d'énergie par type d'usage et type de combustible. L'analyse porte sur une grande
variété de combustibles (tableau 9);
dépenses en énergie des ménages (tableau 11).
Différents indicateurs permettant de comparer les types d'usage et les types de combustibles dans les
Etats Membres ont été obtenus sur la base des informations détaillées disponibles. L'interprétation
correcte des résultats a nécessité l'utilisation de statistiques sociales sur les ménages dont l'étude a
souvent permis d'expliquer les résultats et de tirer des conclusions. Les informations sur le transport
privé et sur la consommation de carburant ont également été analysées, bien que ce dernier aspect n'ait
pas été considéré dans les tableaux repris dans l'annexe comme faisant partie de la consommation
d'énergie des ménages. A. STRUCTURE DES MENAGES
Il est évident que la structure des ménages et l'état actuel des logements influent sur la consommation
d'énergie. Les statistiques concernant ces deux domaines figurent au tableau 1, les informations fournies
par les indicateurs considérés étant fonction des données disponibles dans les différents services
d'Eurostat.
En 1988, la population de la Communauté européenne comptait 324,6 millions d'habitants constituant
116 millions de ménages, ce qui correspond à 2,8 personnes par ménage en moyenne. La taille des
ménages varie selon les pays, les plus grands étant observés en Espagne et en Irlande et les plus petits en
Allemagne et au Danemark. En ce qui concerne la structure des logements, les pourcentages de maisons
individuelles vont de 92,4% en Irlande et 83,1% au Royaume-Uni (taux les plus élevés) à 27,3% en
Italie et 34,1% en Grèce (taux les plus bas). La consommation d'énergie dans les maisons individuelles
est généralement plus élevée que dans les appartements, en raison de la perte de chaleur plus importante,
et, dans certains cas, de l'efficacité moindre des installations de chauffage.
L'âge des logements constitue également un facteur explicatif important de la consommation énergétique,
car les pertes de chaleur sont plus élevées. La Belgique, le Danemark, le Royaume-Uni et la France ont
le parc immobilier le plus ancien et la Grèce, le Portugal et l'Italie le plus récent (30 à 40% des
logements y ont été construits après 1973). La surface au sol moyenne par ménage est un indicateur de
la taille des logements; le Danemark et les Pays-Bas viennent en tête avec respectivement 107 mètres
carrés et 105 mètres carrés et la Grèce en dernier avec 80 mètres carrés.
Des données relatives à l'isolation ne sont pas disponibles pour tous les pays, mais celles qui ont été
transmises indiquent que les pays du Nord de la Communauté (Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni et
Irlande), dont le climat est plus froid, ont des logements mieux isolés que les pays du sud (Grèce). Les
types d'isolation les plus courants sont le double-vitrage, l'isolation des murs creux et du toit.
Enfin, le régime d'occupation est lui aussi important dans la mesure où les investissements faits en vue
d'économiser l'énergie sont plus probables dans des habitations occupées par leur propriétaire. En
moyenne, 58,4% des logements de la Communauté sont occupés par leur propriétaire, le reste (41,6%)
étant loué. Les Etats présentant le pourcentage le plus élevé de logements en propriété sont l'Espagne
(83,2%), l'Irlande (76,7%) et la Grèce (76,6%); les pays comptant le plus de logements en location sont
l'Allemagne (56,1%), les Pays-Bas (54,7%), la France (45,7%) et le Danemark (44%).
B. CONSOMMATION D'ENERGIE DES MENAGES
1. Consommation totale d'énergie
En 1988, la consommation totale d'énergie dans les 116 348 000 ménages de la Communauté s'est
élevée à 194 996 ktep (tableau 10), soit 27,6% du total de la consommation d'énergie finale dans les
Etats Membres. Ce pourcentage varie de 24% aux Pays-Bas à 34% en Irlande (les chiffres indiqués pour
l'Espagne sont considérés comme plutôt bas).
En ce qui concerne la consommation énergétique par ménage, l'Irlande (2 290 kgep), la Belgique
(2 240 kgep) et le Danemark (1 971 kgep) arrivent en tête, suivis du Royaume-Uni (1 947 kgep), de la
France (1 910 kgep), de l'Allemagne (1 789 kgep) et des Pays-Bas (1 708 kgep). Comme on pouvait s'y
attendre, ces pays relativement froids ont une consommation d'énergie supérieure à la moyenne
communautaire qui est de 1676 kgep par ménage. L'Italie (1 500 kgep), la Grèce (1 239 kgep), le
Portugal (827 kgep) et l'Espagne (805 kgep) bénéficient d'un climat plus chaud de sorte que la
consommation par ménage y est inférieure à la moyenne, malgré le nombre plus important de personnes
par ménage. L'influence de la taille du ménage sur la consommation d'énergie est réduite lorsqu'on considère la
consommation par habitant (schéma 10.2). Les résultats sont donc davantage liés au climat et le
Danemark, la Belgique, l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France (c'est-à-dire les pays froids) ont une n par habitant élevée. En Irlande, par exemple, où la taille des ménages est importante, la
consommation par ménage est la plus élevée de la Communauté alors que la consommation par habitant
n'arrive qu'en septième position. Si on compare les chiffres de lan par habitant, on
s'aperçoit que les pays où la taille des ménages est importante semblent avoir une consommation par
habitant peu élevée, étant donné qu'une personne consomme, en moyenne, moins d'énergie quand elle
vit dans un grand ménage.
En ce qui concerne l'usage de l'énergie dans la Communauté, 72% de l'énergie consommée par les
ménages est utilisée pour le chauffage des locaux, 13% pour la production d'eau chaude, 6% pour la
cuisson et 9% pour les appareils électriques.
Les principaux combustibles utilisés dans la Communauté européenne sont le gaz naturel (68 670 ktep),
le fuel oil/gas oil (46 676 ktep), l'électricité (35 079 ktep), le bois (16 441 ktep) et les combustibles
solides (15 661 ktep). Un tiers de la consommation de gaz naturel est enregistrée au Royaume-Uni;
viennent ensuite l'Allemagne, l'Italie, la France et les Pays-Bas. Pour ce qui est du fuel oil/gas oil, près
de la moitié de la consommation totale est observée en Allemagne, les autres principaux consommateurs
étant la France, l'Italie et la Belgique. La consommation d'électricité est répartie plus uniformément
entre les Etats Membres, l'électricité étant de nature non-substituable pour les applications typiques.
1.1 Chauffage des locaux
Toutes les habitations des Etats Membres sont équipées d'un système de chauffage, central ou non
(tableau 2). Le Portugal, où presque la moitié des logements ne disposent d'aucun type de chauffage, fait
ici exception. Les Etats Membres du Nord de la Communauté ont opté pour les systèmes de chauffage
au gaz naturel et au fuel oil/gas oil. Aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, les deux Etats Membres gros
producteurs de gaz, respectivement 75% et 56% des habitations sont équipées d'un système de chauffage
central au gaz naturel. En France, 14% des logements ont un chauffage central électrique, pourcentage
beaucoup plus élevé que dans les autres pays pour lesquels on dispose de données.
Dans les Etats Membres méridionaux, les ménages disposent généralement d'installations de chauffage
individuel fonctionnant aux combustibles solides, à l'électricité ou au GPL. Cette tendance peut
s'expliquer par le fait que le chauffage central convient davantage à une utilisation continue dans les
pays froids alors que dans les pays plus chauds, la préférence est donnée à des équipements moins
onéreux.
L'énergie consommée (tableau 10) pour le chauffage des locaux dans la Communauté était de 1187 kgep
par an et par ménage en 1988. Les ménages de la plupart des Etats Membres ont utilisé entre 1100 et
1400 kgep/an, à l'exception dess des pays chauds (Grèce, Espagne et Portugal) qui ont
consommé beaucoup moins et des ménages belges et irlandais qui ont consommé davantage
(1700 kgep/an), cette dernière exception s'expliquant par l'utilisation exclusive d'un système de
chauffage peu performant à combustibles solides.
De façon générale, l'énergie utilisée pour le chauffage des locaux représente 72% de la consommation
énergétique totale par ménage au niveau communautaire. Ce chiffre ne varie pas beaucoup entre les Etats
Membres (tableau 10.5), sauf au Portugal, compte tenu du nombre élevé d'habitations non chauffées.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.