Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 35,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

La création d'entreprise - 15e éd.

De
828 pages
Grand classique et bible de la création d'entreprise, la 15e édition du Papin donne aux créateurs et repreneurs les armes pour réduire les risques et construire leur réussite. Tous les aspects de la création sont abordés : psychologie du créateur, test de l'idée, marketing, business plan, règles juridiques, fiscales et sociales, tenant compte de la dernière loi de finances.
Voir plus Voir moins

L a
créa tion
d’
entre prisee
r
d
n
e
r
p
e
R
R. PAPIN
L a
créa tion
d’
entre prise

r
e
p
p
o
l
e
v
é
D

r
e
r
é
G

r
e
é
r
C© Dunod, Paris, 2013
ISBN 978-2-10-058757-5Rober t Papin a créé le célèbr e dép artement HE C Entr epr eneur s qu’il a dirigé pendant vingt ans et
au sein duquel il a fo rmé plusieur s millier s de dirige ant s et fut ur s dirige ant s en utilisant une pédagogie
unique au monde .
Cett e pédagogie , qu’il a lui-même conçue , a donné de s résult at s ex ceptionnels au sein d’HE C mais
également de s gr ande s éc ole s qu’il a tr ansformée s en Fr anc e et à l’étr anger . Aujour d’hui, 47 % de s
élève s et de s ét udiant s ay ant bénéficié de la « Pédago gie Entr epr eneur » de Rober t Papin oc cupent de s
fonctions de président ou dir ect eur génér al d’ une société.
L’ aut eur , qui a lui-même créé plusieur s entr eprises , est le cons eiller de nombr eux dirige ants, il est
régulièr ement consulté par de s ét ablis sement s d’ ens eignement fr ançais et étr anger s.
Rober t Papin est agrégé de s technique s de ge stion, doct eur en dr oit , diplômé exper t-compt able ,
diplômé d’ét ude s supérieur es de scienc es éc onomiques.
Il a en outr e collaboré av ec l’Univ er sité de St anford en Calif ornie av ant de diriger plusieur s pr
ogr amme s de recher che s aux Ét ats-Unis .
Rober t Papin est membr e de l’ Association fr ançais e d’ arbitr age .
Il est également président d’honneur de la Fondation int ernationale de s entr epr eneur s et l’initiat eur
de s Ins tit ut s eur opéens de s entr epr eneur s.
Rober t Papin est l’ aut eur , aux éditions Dunod, de tr ois best -s eller s :
x L’ Ar t de Diriger (tome 1, Management – Stratégie ; tome 2, Gestion – Finance) ;
x Le Dir ectionnair e, guide opér ationn el à l’ usage de s PDG et cadr es dirige ant s ;
x Génér ation Business ou le s clés pour agir.
Rober t Papin a élaboré tr ois CD-R oms d’ aut o-f ormation indispensable s à tous le s créat eur s d’ entr
epris es qui souhait ent as similer rapidement le s connais sanc es en management que tout dirige ant de vr ait
maîtris er . Le s CD-R oms co mportent de s diapor amas , de s pr ogr amme s perf ormant s de ca lcul, dont le s
résult at s peuv ent êtr e imprimés , ainsi que le s témoignage s fi lmés de chef s d’ entr eprise, d’ exper ts et de
banquier s.
Le s CD-R oms por tent le s titr es suiv ant s :
x Réal isez vo us -même le diagnostic fi nancier d’ une entr epris e (c onc erne le s conc ept s de gestion
fi nancièr e dév eloppés dans le chapitr e 4 de ce livre).
x Élabor ez sans diffi culté vo tr e busine ss plan (c onc erne le chapitr e 5).
x Calcule z la valeur d’ une entr epris e (c onc erne le s chapitr es 15 et 16 sur la repris e d’ une
entre prise).
Pour obt enir de s informations sur ce s CD-R oms , vous pouv ez consult er son sit e int erne t :
www .r ober tp apin. com
Remer ciement s
La gest ion de s entr epris es est un ar t aut ant qu’ une scienc e et ce t ouvr age n’ aur ait jamais vu le jour
si, depuis quinz e ans , me s ens eignement s n’ av aient bénéfi cié de s cons eils et de s suggestions de s chef s
d’ entr eprise, de s banquier s, de s av oc ats, de s not air es , de s magis tr ats, de s consult ants, de s ens eignant s
et de s fonctionnair es œuvr ant au sein de s minis tèr es du tr av ail, de s fi nanc es et de l’indus trie .
Que tous ceux qui m’ ont aidé tr ouv ent ici l’ expr ession de ma pr of onde gr atit ude .
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.À Maït a, Frédéric et Nathalie .
Remer ciement s
Ce t ouvr age est le fruit d’ une belle collabor ation.
Emilie Lerebour s, mon éditrice, et Odile Marion, dir ectric e édit oriale de Dunod, so ut enue s par
Maït a mon épouse, ont entr epris de m’ expliquer qu’il conv enait de changer le format de
l’ ouvr age et sa prés ent ation génér ale , qu’il fallait y intr oduir e de nouv elle s histoir es vécues,
des synthèses , des tableaux et un tas d’ autr es choses qui aboutissaient à une conclusion très
sim ple : je devais réécrir e le livr e pour l’ adapt er aux dernièr es év olutions de notr e so ciété.
Je me suis exécuté mais c’ est à vous , ami lect eur , de juger du résult at .
Enc our agé par Pierr e- André Michel, Dir ect eur Génér al de Dunod, j’ ai bénéficié de s précieux
cons eils de tout e l’équipe re sponsable de la réalisation et de la dif fusion de ce livre.
À tous j’ adr esse mes plus sincèr es remer ciements .Table de s matièr es
Intr oduction La créat ion d’ entr epris e : le s clés du suc cès 1
Partie 1 Le créat eur et son pr oje t
Chapitr e 1 Mieux vous connaîtr e pour mieux réus sir 7
Le prix à payer pour créer 8
Pour mieux vous connaîtr e 11
L’heur e du bilan 28
Cons eils aux créat eur s d’ entr epris e 37
Chapitr e 2 Créat eur s, test ez vo tr e pr oje t 49
Ét ude de mar ché : Ye s or No ? 49
Comment te st er un pr oje t de création sans ét ude de mar ché 53
Comment réalis er une ét ude de mar ché dans le s règle s de l’ ar t 84
Partie 2 Du pr oje t au business plan
Chapitr e 3 Du pr oje t au plan d’ action dét aillé 101
Renf or cez vo s at outs et résorbe z vo s faible sses 10 2
Adopt ez plusieur s scénario s d’ activité ou de chif fr e d’ affair es 106
Jus tifiez le s hypothèses adoptée s et ne minimisez pa s le s ris que s 106
N’ oublie z rien, ne laisse z rien dans l’ ombr e 10 7
Chapitr e 4 Maîtrise z l’ essentiel de la gestion compt able et fi nancièr e 117
Le bilan 117
Le compt e de résult at 13 3
L’ anne xe 14 8
Tenir vo tr e compt abilité 14 9
La rent abilité d’ une entr epris e et le ca lcul de so n point mor t 15 7
La st ruct ur e financièr e d’ une entr epris e 17 7
Le s critèr es du banquier pour ac corder ou re fus er ses crédit s 186
Le cas particulier du fi nanc ement de s st art-up 19 6
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.VIII La créa tion d’ entr epri se
Chapitr e 5 Élab or ez maint enant vo tr e doss ier de fi nanc ement 19 9
Év al ue z vo s be soins en financ ement s permanent s 203
Élabor ez vo s compt es de résult at prévisionnels 216
Cons truisez vo tr e table au de financ ement 220
Calcule z vo s beso ins de trés or erie 22 3
Dr esse z les bilans de fi n d’ ex er cic e 23 5
Chapitr e 6 Rédige z vo tr e business plan 253
Le résumé 254
L’ ar gument air e 254
Le ca s particulier du business plan d’ une st ar t-up 25 9
Partie 3 Tr ouv er l’ ar gent néc es sair e
Ch ap itre 7 Tr ouv er de s fonds pr opr es 267
Le s fonds pr opr es de l’ entr epris e individuelle 267
Le s fonds pr opr es d’ une société 271
Le cas part iculier de s fonds pr opr es d’ une st art-up 27 5
Chapitr e 8 Tr ouv er de s prêt s banc air es 289
Le s prêt s banc air es à long et mo yen terme 289
Le s crédit s spécifique s 290
Dix commandement s pour vous fair e apprécier du banquier
et obt enir le s prêt s so llicités 293
Partie 4 La mis e en œuvr e de vo tr e pr oje t
et le dév eloppement de vo tr e entr epris e
Cha pitre 9 Choisis se z av ec soin la struct ur e juridique
de vo tr e entr epris e 311
Entr epris e individuelle ou société ? 312
Critèr es de choix d’ une struct ur e juridique 340
La création d’ une société holding 357Ta ble des matièr es IX
Chapitr e 10 Accomplisse z le s fo rmalités néc ess air es à la création
de vo tr e entr epris e 363
Le s formalités juridique s néc ess air es à la création de vo tr e entr epris e 363
Le s fo sociale s et fisc ale s d’ une entr epris e individuelle et d’ une société 385
Chapitr e 11 Pr otége z vo tr e nom co mmer cial, vo s mar que s
et vo s in ventions 395
Pr otége z vo tr e nom co mmer cial 395
Pr otége z vo s mar que s 398
Pr otége z vo s in ventions 404
Pr otége z vo s dessins et modèle s 412
Pr otége z vo s logiciels 414
Pr otége z vo s noms de domaine Int erne t 414
Chapitr e 12 Maîtrise z l’ essentiel de la gestion sociale
av ant d’ emb aucher 419
Nais sanc e et fi n du contr at de tr av ail 421
Le s formalités d’ emb auche 43 8
La durée du tr av ail et le s congés 43 9
Le s maladie s et le s ac cident s 44 9
Le s relations de l’ entr epris e av ec l’inspect eur du tr av ail 45 3
Le s représ ent ant s du per sonnel 454
L’ expr ess ion de s salariés dans l’ entr epris e 46 1
Le s co tisations sociale s de s salariés 463
Le bulle tin de salair e 47 4
Le s char ge s sociale s de s emplo ye ur s et tr av ailleur s indépendant s 480
Le s aides à l’ emploi – formation et intér ess ement 490
Chapitr e 13 Maîtrise z l’ essen tiel de la fisc alité 511
Le s dif fér ent es impo sitions de l’ entr epris e 512
Me sur es fisc ale s en fave ur de la création et du dév eloppement de s entr epris es 52 5
Le choix du mode d’impo sition de s bénéfice s 533
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.X La création d’ entr epris e
Chapitr e 14 Gér ez le dév eloppement fut ur de vo tr e entr epris e 543
Appr ene z à bien gér er vo tr e temp s 543
Gér ez vo tr e dév eloppement sur le plan fi nancier 556
Dév eloppe z le pot entiel humain de vo tr e entr epris e 55 9
Pour cons olider le dév eloppement de vo tr e entr eprise, so ye z stra tège 56 2
Appr ene z à tr ouv er de nouv elle s idée s 568
Partie 5 Comment repr endr e ou céder
une entr eprise
Chapitr e 15 Le s av ant age s et le s danger s de la repris e d’ entr eprises 601
Le s av ant age s de la repris e 601
Le s mauv aises surprises de la repris e 60 3
Le pr ofi l du candidat à la repris e 605
Chapitr e 16 Le ra chat d’ une entr epris e en bonne santé 611
Comment tr ouv er une entr epris e à ra cheter ? 611
Comment dét erminer la valeur d’ une entr epris e à ra cheter ? 612
Cas pr atique – la société Dumas 64 8
Quelque s cons eils pour négocier 65 9
Financ er le rachat d’ une entr epris e 663
Chapitr e 17 La repris e d’ une entr epris e en diffi culté 681
Le s aspect s juridique s de la cess ation de paiement s 68 2
La recher che d’ une entr epris e en diffi culté 697
Le diagno stic de s entr epris es en diffi culté 702
La conduit e du redr ess ement 725
Le financ ement de s entr eprises en diffi culté 725
Le s aspect s fisc aux du redr ess ement des entr eprises en difficulté 730
Conclusion 738
Info rmations utile s 739
Activités et coor donnée s de s or ganismes, sociétés d’ét udes,
re vues, banque s spécialisée s dans l’ aide aux créat eur s 741
Modèle s de st at ut s et de contr at s 77 6
Inde x 805XI
Mode d’ emploi
Vous tr ouv er ez dans ce t ouvr age de nombr euses rubrique s qui vous permettront de l’ ex -
ploit er av ec efficacité.
Chaque chapitr e est illus tré :
– d’ ex emple s co ncr ets
– de table aux et de fi gur es qui vous évit er ont de vo us no yer dans le s dét ails
– d’ enc adr és qui viennent complét er le s dév eloppement s du chapitr e
– de pict ogr amme s qui vous signalent le s pass age s plus diffi ciles.
Le s chapitr es se te rminent par une rubrique Point s clés qu i rappelle le s point s
important s de ce s chapitr es .
Dans le s chapitr es 5 et 16, deux cas pr atiq ue s vo us permettront d’élabor er vo us -même
le dossier de fi nanc ement de vo tr e pr oje t de création ou d’év aluer vous -même l’ entr epris e
que vous aimerie z racheter.
Chacune de s 5 partie s du livr e s’ achèv e sur l’histoir e vécue d’ un créat eur ou d’ un repr
eneur. Ce s histoir es renf or ceront cert ainement vo tr e en vie de concrétis er vo s pr opr es
pr oje ts .
À la fi n de l’ ouvr age , un chapitr e consacré aux Informations utile s, regr oupe le s sour ce s
de rens eignement s et de cons eils qui sont à la dispo sition de s créat eur s ou de s repr eneur s
pour recher cher de nouv elle s idées, analy ser leur mar ché, choisir une st ruct ur e juridique ,
ac quérir de s connais sanc es so ciale s ou fisc ales. Il pr opose de s modèle s de st at ut s et
d’imprimés que vous pourr ez téléchar ger depuis le sit e de l’ aut eur , www .r ober tp apin. co m. De s
complément s en ligne sont également accessible s sur le sit e dunod. com.
Cert aines ress our ce s en ligne du sit e www .r ober tpapin. com sont réservées aux lect eur s
de ce t ouvr age et elle s sont pr otégée s par de s co de s d’ ac cès . Ce s co de s d’ ac cès sont le s
suivant s :
Identifiant : strategie Attention : l’identifiant ne co mporte pas d’ ac cent sur le « e » du
mot « strategie »
Mot de pass e : edition 15 Attention : le mot de passe ne contient pas d’ accent sur le
« e » du mot « edi tio n »
À la fi n de l’ ouvr age , un inde x vous permettra de re tr ouv er le s numér os de pa ge de s
rubrique s que vous aimerie z consult er .
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.Intr oduc tion
La création d’ entr epris e :
le s cl és du succès
ui n’ a pas rêvé au moins une fois dans sa vie de créer une entr epris e pour de venirQson pr opr e patr on ?
La créati on d’ une entr epris e est cert ainement l’ une de s plus belle s av ent ur es que l’ on
puisse tent er à moins de 100 mètr es de che z soi et elle pr ocur e à ceux qui la viv ent de s
plaisir s inc omp ar ables.
Tous le s jeune s pa tr ons vo us dir ont qu’ils sont submer gés par le s diffi cultés , qu’ils rêv ent
d’être salariés d’ une gr ande entr epris e ou d’ une adminis tr ation mais , si vous leur pr opose z
de vous laisser la place, bien peu d’ entr e eux accept er ont de vo us ab andonner leur « enfant ».
La création d’ une entr epris e est une très belle av ent ur e mais c’ est aus si une av ent ur e qui
prés ent e de s ris que s d’éche c qu’il ne faut pas négliger : on est ime à 40 % voir 50 % le
pourcent age d’ entr eprises qui disp ar ais sent dur ant le s 5 pr emièr es années.
Cela ne saur ait vous déc our ager de créer car vous pouv ez diminuer fort ement ce s ris que s
en maîtrisant le s fact eur s clés de suc cès d’ une création d’ entr eprise.
La cris e éc onomique n’ a pas réduit le nombr e d’ oppor tunités de création, bien au contr aire,
mais le s changement s int erv enus dans vo tr e en vir onnement ont un imp act impor tant sur le s
compét enc es que vous de vez maîtris er . Que vous souhaitie z de venir aut o-entr epr eneur ,
créateur d’ une st art- up , ar tisan, co mmerçant ou que vous ay ez l’int ention de concrétis er un pr oje t
ambitieux susceptible de connaîtr e un fort dév eloppement , la maîtris e de s co mpét enc es et
de s méthodologie s qui vo us co nduir ont au suc cès ne prés ent e aucune diffi culté. Elle s vo us
demander ont simplement du cœur et du cour age .
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.2 Stra tégie pour la créat ion d’ entr epris e
BIEN VO US CO NNAÎTRE●
Pour réus sir à créer une entr eprise, vous de vez d’ abor d appr endr e à mieux per ce vo ir vo s
motiv ations , vo s qualités et vo s limit es . Cela vous permettra de surmont er le s obst acle s et
de mieux motiv er vo s fut ur s collabor at eur s.
TEST ER CO RRE CT EMENT LE PO TENTIEL●
DE VO TRE IDÉE DE CRÉA TION
Au jour d’hui, il n’ est plus poss ible de réaliser des études de mar ché dans les « règles de
l’ ar t » ca r vo us de vez vo us adapt er à un en vir onnement bousculé, au se in duquel la co
ncurre nc e rest er a exac erbée . Il conv ient donc de tr ouv er des subst ituts aux te chnique s
tr aditionnelles d’études de mar ché. La méthodologie que je vo us pr opose a co nduit au
suc cès des ce ntaines de créat eur s. Bea uc oup d’ entr e eux so nt aujour d’hui leader s de leur
se ct eur d’ activité.
FINANCER CO RRE CT EMENT LA CRÉA TION●
ET LE DÉVELO PPEMENT DE VO TRE ENTREPRISE
Aujour d’hui, connaîtr e le s sour ce s de financ ement et confi er à de s co ns eiller s le soin
d’élabor er un do ssier de financ ement ne suffi t plus pour obt enir l’ ar gent tant désiré. Vous de vez
appr endr e à élabor er vous -même une demande de financ ement . Il y va de vo tr e crédibilité
aux yeux du banquier .
Si vous êt es un aut odidact e en management , rassur ez-v ous . Cela n’ a rien de co mpliqué.
Il suffit de maîtris er au préalable quelque s notions de gestion fi nancièr e qui sont à vo tr e
por tée . Elle s vous sont pr opo sée s dans ce t ouvr age . Elle s vous permettront d’élabor er un
pe tit « table au de bor d » grâc e auquel vous suivr ez sans diffi culté vo tr e rent abilité tout en
permettant à vo tr e entr epris e de cons erv er une struct ur e fi nancièr e qui la prés erv er a du
dépôt de bilan.Intr oduction 3
LA MISE EN ŒUVRE DE VO TRE PROJET●
Dans cett e mis e en œuvre, le choix d’ une struct ur e juridique est une ét ape impor tant e
mais ce n’ est pas la se ule . Si vous av ez l’int ention d’ emb aucher du per sonnel vous de vez
maîtris er quelque s notions de ge stion so ciale . Il serait également prudent que vous connais sie z
le s impôt s et taxe s dont vous de vr ez vo us ac quitter.
Ce s notions sont abor dée s dans l’ ouvr age . Elle s ont pour ambition de vous fa ir e gagner
du temp s et non de fair e de vous un exper t juridique , social ou fisc al. Vous tr ouv er ez
aisément de s spéc ialist es pour vous cons eiller . Choisis se z ce ux qui feront l’ effort de bien vo us
éc out er pour mieu x vous compr endre.
UN CREDO POUR LE DÉVEL OPPEMENT :●
LE CHANGEMENT ES T UNE SOURCE
D’ OPP OR TUN ITÉ S
Dans un en vir onnement bous culé, seuls survivr ont le s entr epr eneur s qui sont per suadés
que le changement est une sour ce d’ oppor tu nités et non une contr aint e à laquelle ils doiv ent
se plier . Si vous re gar de z le fut ur av ec optimisme , vous vous af fr anchir ez d’ un cert ain nombr e
d’idée s reçue s sur le s obst acle s au changement .
Vous n’hésit er ez pas à vous ent our er d’ emblée de femme s et d’homme s désir eux de se
dép as ser aux quels vous confi er ez de s re sponsabilités après le s av oir formés .
Vous pr ogr ammer ez dès maint enant le fut ur de vo tr e entr epris e et vo us sere z en
permanenc e à la recher che de nouv elle s oppor tunités dont vous saur ez me sur er le pot entiel. La
quatrième partie de ce livr e vous pr opo se de s outils qui facilit er ont vo tr e tr av ail.
LA REPRISE D’UNE ENTREPRISE –●
POU RQU OI PA S ?
La repris e d’ une entr epris e peut vous conc erner si vous maîtrisez le métier ex er cé par
cett e entr epris e et si vous av ez déjà une expérienc e du management . L’ av ent ur e prés ent e
de s av ant age s pa r rappor t à la création d’ une entr epris e mais elle n’ est pa s sans ris ques.
Mieux vaut s’ y prép ar er . La cinquième part ie de l’ ouvr age a pour ambition de vous aider à
rele ver ce type de défi.
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.4 Stra tégie pour la créat ion d’ entr epris e
L’ ENTHOUSIA SME VO US PERMETTR A●
DE RE NV ER SE R LE S OBST AC LE S
Que vous souhaitie z créer ou re pr endr e une entr eprise, vous tr ouv er ez dans ce t ouvr age
de s rais ons de per sévér er .
La création rest e l’ une de s plus belle s av ent ur es et peut vous apporter de s plaisir s
inc omp ar ables.
Balz ac a écrit : « C’ est un signe de médiocrité que d’êtr e inc ap able d’ enthousiasme ».
So ye z enthousiaste et vo us réus sir ez.PA RT IE
1
Le créat eur et son pr oje t
Un gr and chef d’ entr eprise, mondialement connu, me déclar ait voici déjà quelque s
année s : « Pour réus sir , il faut d’ abor d se connaîtr e. C’ est la meilleur e arme dont un
créat eur puisse disposer pour surmont er le s obst acle s qu’il va renc ontr er et pour
choisir le s créne aux qui lui permettront de satisfair e au mieux ses aspir ations tout
en tir ant le maximum de ses at outs . Quant à ses faiblesses… les connaître, c’ est déjà
réduir e de 50 % leur por tée… »
Comment aider le créat eur à mieux connaîtr e ses objectif s et ses motiv ations , d’ une
par t, ses forc es et ses faiblesses , d’ autr e par t ? N’ est -il pas possible de pr oposer à ce
créat eur de s cons eils de compor tement tirés de l’ expérienc e de ceux qui ont le mieux
réus si ? Ce sont là deux série s de réflexions qui feront l’ obje t de notr e pr emièr e
partie .
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.chapitre
1
Mieux vous connaîtr e
pour mieux réus sir
un Tz u, l’inspir at eur de Mao Ze dong et l’ un de s gr ands stratège s de la Chine antique ,Sa écrit : « Co nnais l’ adv er sair e et sur to ut co nnais -t oi to i-même et tu sera s in vincible . »
Mal heureus ement , bien peu de créat eur s et de dirige ant s font sur eux -même s un effort
de réflex ion suffisant av ant de créer leur affaire. Or , un te l effort joue un rôle co nsidér able
dans la réus sit e fut ur e car il perme t aux intér ess és de ne pas se lais ser ber cer par le faux
espoir que le s événement s viendr ont d’ eux -même s satisfair e leur s motiv ations , minimis er
leur s faible sses et tir er le meilleur par ti de leur s at outs . L’ expérienc e montr e qu e le s choses
se passent rarement ainsi et be auc oup s’ aperçoiv ent tr op tard que la création ne co rr
espondait pas à leur s vérit able s aspir ations .
Il est cert ain qu’ une analy se de ce s aspir ations prés ent e un cert ain nombr e de diffi cultés ,
sur tout pour ce ux qui préfèr ent l’ action à la réflexion. Le s résult at s de cett e même analy se ne
seront d’ ailleur s jamais défi nitiv ement ac quis ca r le s objectif s d’ un individu peuv ent changer
av ec le s changement s int erv enus dans sa sit uation fa miliale , pr of essionnelle ou so ciale .
Si vous n’êt es pas prêt à fournir ce t effort de réflexion ou si vous êt es déjà per suadé que
la création d’ une entr epris e corr espond totalement à vo s objectif s, si vous connaisse z bien
vo s qualités et vo s déf aut s et si vous est ime z qu’ une ét ude de ce s qualités et de ce s déf aut s
ne prés ent e aucu n inté rêt alor s re por te z-v ous dir ect ement à la seco nde partie .
Si, par contre, vous ac cept ez l’idée qu’ une telle ét ude puisse vous se rvir , fa it es un
dét our et po se z-v ous d’ abor d la question suiv ant e : « Quel est le prix à payer pour créer
une entr epris e ? ». En répondant à cett e que stion, vous constatere z que ce prix est tel qu’il
pourr ait êtr e danger eux de vo us lanc er sans connaîtr e aup ar av ant vo s motiv ations et vo tr e
tempér ament .
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.8 Le créat eur et so n pr ojet
LE PRIX À PA YER POUR CRÉER●
Si la création d’ entr epris e ne corr es pond pas à vo s aspir ations pr of ondes, vo us sere z
perpét uel lem ent ins atisf ait .
Si vous n’ av ez pas le s qualités néc ess air es pour surmont er le s diffi cultés , ce s diffi cultés
pr en dr on t à vo s ye ux de s pr opor tions déme surées.
Il faut bannir du langage l’ expr ess ion suiv ant e : « Je n’ ai rien à per dre, donc j’ y va is ». En
réalité, le prix à paye r pour créer une entr epris e est très éle vé car tous le s créat eur s doiv ent
af fr ont er la so lit ude , l’insécurité, la méfi ance, le sacrifice familial et le sacrifice financier .
L 4



Le créat eur est d’ abor d un êtr e se ul, génér alement inc ompris de tous ceux qui l’ ent our ent .
Sa réus sit e est so uv ent conditionnée par le caractèr e novateur de ses idées, or ce cara ctèr e
novateur év eille pr esq ue toujour s le sc epticisme de ceux dont il a be so in pour réus sir : ses
fut ur s clients, ses fo urnisse ur s, ses fi nancier s, mais aus si so n ent our age , et not amment ce ux
qui, dans ce t ent our age , pourr aient êtr e sollicités pour participer au capit al de l’ entr epris e
ou pour lui prêt er de l’ ar gent . Le créat eur se sentir a également très seul lor squ’il lui faudr a
pr endr e de s décisions qui conditionner ont la survie de son affair e et parf ois même la sécurité
matérielle de ses pr oches. Cett e so lit ude ris que de s’ ac cr oîtr e av ec le temps, car il pr endr a
l’habit ude de décider de tout et de gar der pour lui tout es le s informations .
Ains i donc , il pourrait bien se re tr ouv er ent ouré de simple s exécut ant s av ec lesquels il ne
pourra part ager ni ses joie s ni ses so ucis .
L 4

’ 44●
La per te d’ un contr at , le re fus d’ un déc ouv er t banc aire, l’ arrivée brut ale d’ un nouv eau
concurr ent , l’ ac cident de santé, aut an t d’é vén eme nt s qui peuve nt du jour au lendemain fair e
échouer une entr epris e et remettre en caus e de s année s d’ efforts. Cert ains se co ns olent
en se disant que cett e insécurité est le prix à payer pour dév elopper une affa ire, la vendr e
dans quelque s année s et réalis er ainsi une solide plus -v alue en capit al. Ils ajout er ont vo
lontier s « Vo ye z le s suc cès enr egis trés dans le sect eur de l’ e-business par de s st art-up dont
les dirigeants se sont enrichis rapidement ». Cert es , mais si la pr esse met en ex er gue des
ré us site s spect aculair es , elle oublie de mentionner que dans le sect eur de s NTIC le
pourcent age d’échecs est considér able . La déc ouv erte d’ un fi lon at tir e toujour s de s millier s de
ch er ch eurs d’ or et seuls quelques -uns survivr on t. L’ étr oit esse du mar ché bour sier fr ançais
limit er a d’ ailleur s enc or e longt emp s le s po ssibilités d’intr oduction en Bour se et la taxa tion
de s plus -v alue s est suffisamment efficace pour rogner le magot .


1 Mieux vo us co nnaîtr e pour mieux réus sir 9
L 4

4

Le s fut ur s patr ons sont condamnés à la patienc e et à la mode stie car le gr and public, le s
fournis seur s, le s client s et l’ adminis tr ation ne tr ait ent av ec re spect que le s puis sants, c’ est -
à-dir e ceux qui ont atte int la not oriété par la taille , le s relations ou l’ ar gent . Le créat eur doit
ac cept er une telle situation et considér er que sa jeunesse et sa fougue constituent aut ant
d’ obst acle s dans ses re lations av ec ce ux qui l’ ent our ent , le s fonctionnair es ou le s banquier s
not amment qui répliquer ont à l’ agr essivité par un re spect rigour eux d’ une réglement ation
capable de paraly se r totalement le s plus dynamiques.
L

Le créat eur tr av aille 7 jour s pa r se maine . Po ur sa fa mille , la période de démarr age est
un ca lv air e, ses enfa nt s le co nsidèr ent co mme un étr anger et quand, très tard , il re ntr e à
la mai so n, so n chien le mor d parc e qu’il ne l’ a pa s reco nnu. Qu’ ajout er à ce la sinon que le
créat eur ne tr av aille pa s 12 heur es pa r jour mais 24 heur es sur 24 . Il vit av ec so n entr
eprise, s’ endor t av ec elle , rêv e d’ elle , se lèv e en pleine nuit pour not er ses idées, ne pr end
pa s de vaca nc es et n’ a pa s le te mp s de pr ofite r de so n ar gent (q uand il co mmenc e enfin à
en gagner ).
L



Laisse z-moi vous cont er l’histoir e de quatr e créat eur s que j’ ai connus . L’ un d’ eux, ingénieur
de l’Éc ole centr ale , voulait fabriquer en tr ois mois de s voilier s pour le s pr ochains
championnat s du monde . Très jeune au ph ys ique comme au mor al, il semblait animé pa r une foi capa ble
de soule ver de s mont agnes. Ainsi il s’ét ait déjà fait emb aucher au SMIC co mme manœuvr e
sur un chantier naval en omettant de signaler qu’il ét ait ingénieur et qu’il av ait participé aux
dernier s championnat s du monde dans la ca tégorie de s « quarters tonner s ».
Son pr oje t de création se mblait malheur eus ement peu viable : pens er qu’ on puisse bâtir
une réus sit e sur la simple idée de cons truir e en tr ois mois de s voilier s de 12 mètr es ét ait
une vue de l’ es prit . Notr e candidat créat eur n’ av ait même pas pris la peine d’int err oger de s
client s pot entiels , alor s que le mar ché ét ait réduit et que , de ce fait , il aur ait été possible
d’ effect uer rapidement une ét ude exhaus tive.
Le même jour , tr ois autr es candidat s vinr ent me voir en me signalant qu’ils désir aient s’ as -
socier pour lanc er une entr epris e de fast food. Le pr emier ét ait ingénieur agr oaliment air e et
poss édait une solide expérienc e pr of ess ionnelle , le second av ait dirigé pendant quatr e ans un
servic e mark et ing au se in d’ une gr ande entr epris e et le tr oisième av ait fait ses arme s dans une
gr ande banque . Tous tr ois possédaient une bonne formation en ge stion réc emment ac quis e
dans une business sc hool réputée. Le ur idée ét ait séduisante. Elle consistait à dis tribue r par

© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.

10 Le créat eur et so n pr ojet
camionnette, sur le s plage s pendant l’été, dans le s gr ande s ville s pendant l’hiv er , de s
hambur ger s cuit s au micr o-onde s dir ect ement dans leur emb allage de tr anspor t.
Une ét ude sérieus e pr ouv ait l’ existenc e d’ un impor tant mar ché et le pr oje t ét ait tellement
bien ét udié que de s chaîne s de re st aur ation souhait aient s’ y associer . No s tr ois candidat s
av aient besoin de 80 000 €, ce qui ne para is sait pa s pose r de pr oblème , mais ils souhait aient
rece vo ir le même salair e que ce lui perçu pa r leur s camar ade s emb auchés dans le s gr ande s
entr eprises à leur sortie de la business school. Ils s’ ét aient en outr e or ganisés pour ne pa s
tr av ailler plus de 8 heur es par jour . Enfi n, ils av aient réus si à obt enir d’ une gr ande fi rme une
offre de sit uation valable 6 mois… « une solution de secour s », disaient -ils .
Que croy ez-v ous qu’il arrivât ?
Six mois pass èr ent… Notr e centr alien continuait à vivr e dans une chambr e de bonne ,
mange ait de s sandwichs , ne pensait plus à la sit uation qu’il aur ait pu obt enir av ec son diplôme
d’ingénieur . Dur ant la période qui ve nait de s’ éc ouler , il av ait re vu complèt ement son pr ojet,
tr ouvé le s vérit able s fact eur s clés de réus site, obt enu un prêt per sonnel de 15 000 €, décr oché
un prix à la création de 9 000 €, réus si à conv aincr e un dirige ant de PME de lui prêt er gr
atuit ement un loc al, et il fabriquait son pr emier voilier .
Quant aux tr ois créat eur s de fast food, ils av aient lais sé to mber leur pr oje t et tr av aillaient
dans leur entr epris e « de secour s »… Int err ogés sur le s rais ons de leur ab andon, ils
déclarèrent : « La création d’ entr epris e n’ét ait pa s fait e pour nous . Nous av ons obt enu le s 80 000 €
dont nous avions be soin pour démarr er , mais lor sque nous av ons fait no s co mpt es , nous nous
somme s aperçus qu’il nous fallait en réalité 95 000 € pour boucler notr e budget. Il ne nous
re st ait qu’ une solution : réduir e no s salair es et cela, nous ne pouvions l’ accept er… »
Mor alité : le créat eur qui décide de s’ at tribuer d’ emblée un salair e de PDG et de
rémunér er son épous e ou son époux pour le s tr av aux de dact ylogr aphie ou de co mpt abilité réalisés
dans l’ entr eprise, qui re fus e de pr endr e lui-même le s ris que s qu’il demande aux autr es de
pr endr e, qui cher che à maîtris er son av enir sans remettre en caus e sa sécurité matérielle ,
celui-là fera pr ob ablement partie de s 50 % de créat eur s qui n’ atteindr ont jamais le cap de
la cinq uièm e année. Ceux qui, au contr aire, savent à quoi ils s’ atte ndent et sont prêt s à fair e
le s sacrifice s néc ess air es , ce ux -là ont de fort es chanc es de fair e partie de s 50 % qui réus -
sir ont , soi t dan s la cré ati on d’ une nouve lle entr epr ise , soi t co mme fut ur suc cess eur d’ un
patr on de PME, soit enc or e comme re sponsable d’ une unité aut onome au sein d’ une gr ande
entreprise.
Quand on connaît le prix à payer pour créer on a donc be auc oup plus de chanc es de
tr ouv er le temp s et l’éner gie néc ess air es pour se po ser le s deux questions suiv ant es .
– Quelle s sont me s aspir ations , quels sont le s but s que je pour suis dans la vie ?
– Quels sont me s qualités et me s déf aut s ?
La répons e à la pr emièr e que stion permettra peut -êtr e au candidat dirige ant de savo ir
si la création d’ une entr epris e lui permettra d’êtr e « bien dans sa pe au ». La répons e à la
seconde question, loin de le déc our ager , de vr ait l’éclair er sur la po ssibilité de « jouer en1 Mieux vo us co nnaîtr e pour mieux réus sir 11
pr emièr e, en seconde ou en tr oisième division ». Elle de vr ait également lui indiquer la vo ie
à suivr e pour concev oir un pr oje t susceptible d’ exploit er au mieux ses at out s et de réduir e
au maximum ses faiblesses .
POUR MIEU X VO US CO NNAÎTRE●
M

- 5


4

Vous souhait ez entr epr endr e sérieus ement l’ analy se de vo s motiv ations , de vo s qualités
et de vo s déf aut s ?
– Tr ouv ez du temp s et un endr oit tr anquille pour réfléchir .
– Jete z pêle-mêle vo s idée s sur une fe uille de pa pier .
– Utilisez le s questionnair es pr opo sés dans le s page s qui suiv ent .
– Parle z de vous av ec de s per sonne s qui vous connaissent bien et qui vous donner ont
leur opinio n sans complaisance.
– Fait es réalis er l’ét ude gr aphologique de vo tr e écrit ur e pa r un bon spécialiste .
– Et complét ez le s informations obt enue s par d’ autr es technique s d’ analy se caractér
ologique .
Po ur identifi er vo s motiv ationsO
Ce qui fait « mar cher » la plup ar t de s créat eur s c’ est la volonté d’ aller toujour s plus
loin (c e que le s Améric ains appellent l’ ach ie vement motiv ation), le dés ir de lib er té et , à un
moindr e degré, le goût du pouv oir (po wer motiv ation ) . Alle r toujour s plus loin, se dép as ser et
surmont er le s obst acles, te l est le but de pr esque tous ceux qui souhait ent créer une entr
eprise. Ce qu’ils veulent , c’ est gagner et dép as ser le s objectif s qu’ils se sont eux -même s fi xés .
Tr av ailler dur pour le plaisir de tr av ailler dur ne les intér esse pa s ; ce qu’ils souhait ent, c’ est
tr av ailler dur pour atteindr e plus vit e leur s objectif s.
Le créat eur ve ut aus si rest er un homme libr e, libr e d’ orient er sa vie , de fixer ses
objectif s, de se juger lui-même , de choisir son cadr e de tr av ail et ses co llabor at eur s. Le pouv oir
l’ at tir e car il lui pr ocur e une cert aine jouis sanc e mais son goût du pouv oir est pr ob ablement
moins fort que che z le s re sponsable s de gr ande s sociétés .
On a be auc oup écrit sur la vo lonté de puis sanc e de s dirige ants, néglige ant tr op souv ent
de dis ting uer le cas de s patr ons de s pe tit es et mo yenne s entr eprises (PME) et celui de s
président s de gr ande s fi rmes. C’ est en effe t che z le s PDG de ce s gr ande s fi rme s que l’ on tr ouv e
réunie s une volonté d’ aller toujour s plus loin et une fort e at tir anc e pour le pouv oir . La nat ur e
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.
12 Le créat eur et so n pr ojet
be auc oup plus politisée de s méthode s de pr omotion utilisée s par le s gr ands gr oupes, la co
mple xité de leur s struct ur es et l’impor tanc e sociale du rôle de leur s re sponsables, tout cela
favoris e l’ ac cès aux po st es le s plus éle vés de ceux qui possèdent non seulement le « punch »
mais aus si l’ aptit ude à s’informer , l’ ar t de l’imprécision et du tât onnement sy stématique , et ,
d’ une manièr e plus génér ale , le sens du pouv oir .
Un goût tr op dév eloppé du pouv oir prés ent er ait d’ ailleur s de s ris que s cert ains au niv eau
de la pe tit e entr epris e car il incit er ait son dirige ant à privilégier son st at ut per sonnel (e t par
là même , son salaire, ses titr es , son cadr e de tr av ail) au détriment de s objectif s à atteindr e ;
son aut orité ou ses prér ogativ es , au détriment de la rés olution de s pr oblèmes. Le patr on
ob sédé par le pouv oir per ce vr a ses confl it s d’ aut orité comme de s confl it s quasi ins olubles,
il n’hésit er a donc pas à vendr e son affair e ou à la lais ser périclit er , s’il pens e que demain il
peut en per dr e le contrôle .
Désir d’ aller toujour s plus loin, at tr ait pour la liber té et goût « réaliste » du pouv oir , telle s
sont donc le s motiv ations le s plus fréquent es che z le créat eur d’ entr eprise. Malheur eus
ement , dans notr e pays on n’ apprécie pas toujour s ce ux qui ve ulent se mettre en av ant et
jouer le s pionnier s. C’ est sans dout e pour quoi le s candidat s créat eur s épr ouv ent un cert ain
malais e à s’ av ouer qu’ au fond d’ eux -mêmes, ils souhait ent êtr e au-dessus de s autr es . Ils se
cachent donc derrièr e le s paravent s que leur pr opose la lit tér at ur e du management :
poursuit e d’ un idéal, édifica tion d’ un cadr e agréable pour ceux qui tr av aillent av ec eux, pr est ige
de leur ville ou de leur pays … La liste de s « motiv ations alibis » remplir ait plusieur s pa ges.
Mais il faut regar der la vérité en face : si vous ne voule z pa s fa ir e mieux que le s autr es ,
gar de z-v ous de créer une entr eprise, ce la vo us évit er a bien de s diffi cultés . Si par contr e vous
désir ez vo us dép asser, fait es l’ effort de réfl éch ir aux but s que vous pour suiv ez dans la vie ,
en util isan t au be soin le s questionnair es qui suiv ent .
● De s questionnair es pour dét ect er vo s motiv ations
Tentez d’abord de répondre à cette première série de questions
• Que ls ont été da ns le pa ssé le s év éne me nts qui m’ ont le plu s ma rqu é ?
• Qu el le s ont ét é le s cris es (p rof es sion nel le s, fa mi li al es …) que j’ ai tra ve rsé es ?
• Com me nt le s ai -j e sur mo nté es – Qu el le a ét é le ur in flu ence sur mo n com por te me nt ?
• Que ls ont été le s év éne me nts (p rofe ssionne ls, fa mi lia ux …) qui m’ ont ap por té le s plu s gra nde s
sat isf acti ons ? En ai -j e tir é pa rti ? Com me nt ?
• Qu el le s ont ét é le s 5 ou 6 pe rsonn es qui m’ ont le pl us in flu encé da ns un se ns pos iti f ou
nég ati f ? Po urq uoi ?
»1 Mieux vo us co nnaîtr e pour mieux réus sir 13
Quel a été le résultat de cette in fluence ?
• Quelle s sont, parmi mes activités professionnelles et extra-p rofessionnelles actuelle s, celles
qui me procurent le plus de satisfaction s (lecture ? bricolage ? conduite automobile ?…)
Po urq uoi ?
• Quell es sont, parmi ces ac tiv ités pro fess ionnel les ou extra-pr ofes si onnel les , cel les qui me pro -
cur ent le plus d’i nsati sfa ctions, d’ anxiété ? Po urq uoi ?
Repr ene z le s réponses que vo us av ez donnée s aux questions qui précèdent et tent ez de
clas ser ce s réponses par or dr e d’impor tanc e décr ois sante.
Réalisez maint enant deux pe tit s te st s qui vous permettront peut -êtr e d’ apprécier vo tr e
désir d’ aller to ujour s plus loin et vo tr e goût du pouv oir . Il s’ agit là de pe tit s jeux à l’ efficacité
limité e mais le s jeux sont parf ois de bons révélat eur s d’ un tempér ament .
Testez votre désir d’aller toujours plus loin
Réfléchis sez soign eusemen t avan t de répo ndr e aux ques tions qui sui ven t.
OU I NON
• Ai mez -vous le sport d’ équi pe ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
• Si vous étiez un boxeur plac é sur un rin g fac e à un advers aire agres si f
et que vous ay ez le choix sui van t :
– Lui donner une correc tion pour lui fair e pay er so n compor temen t ou
– Ac cep ter de vous fair e malmen er pour garder vos for ces en vue d’un autr e combat plus
impo rta nt
Re fuseriez -vous la première attitude ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
Cho isiriez -vous la secon de ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Attaq uez -vous d’ emblée votre journée par les tâch es les plus important es
sans avoir envie de vous débarrasser d’ abord des tâch es seco ndaires ?. . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Éprouv ez -vou s un grand plai sir :
– lorsque vous ave z trouvé une idé e nouve lle ?
– vous ave z mis au point une mé thode de trava il nouve lle ? . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
• Cela vous arriv e-t- il souvent de vous voir reprocher votre enthousiasme
pour une idée ou pour un projet ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Dit -on de vous : « lorsq u’il est sur une idée ou un projet,
plus rien ne compte pour lui ? ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Êtes-v ous de ceux qui pense nt que la chance ne joue
pas un grand rôle dans la réu ssite d’un indivi du ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Pe nsez -v ous que la chance ap pa rtie nne d’ ab ord
à ceu x qui font le néce ssai re pou r en pro fite r ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
»
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.14 Le créat eur et so n pr ojet
• Si vou s av ez fa it de s er re ur s, aim ez -v ous que l’ on vou s pré cise
le s rai sons pou r le sque lle s vou s le s av ez comm ise s ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . . ■
• D’une maniè re géné rale , de mand ez -vou s souve nt l’ avis de s autr es ?. . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Pe nsez -v ous qu’ en pé riod e de crise économ iqu e il exi ste au tant
d’ opp ortu nité s pou r crée r une entr ep rise qu’ en pé riod e d’ exp ansi on ?. . . . . . . . . . . . ■■ . . . . ■■
• Le s risque s que vous pre nez sont -il s toujour s modé rés ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Prenez- vous parfois de gros risques sans être totalement
con vaincu que le jeu en vaille la chan delle ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Aimez -vous voyager à l’ étranger ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Êtes-vous à l’ aise lorsq ue vous êtes reçu dans un milieu
où vous ne con naissez personn e ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
• Si vous crée z une entre prise vous vivre z prob abl em ent du rant de longue s
année s dans l’insécur ité (pe ut -ê tre mê me jusqu’ à l’ âge de la retra ite )
– Ac ceptez- vous un tel risque ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
– Vo tre épou se (v otre ép oux) l’ ac cepte -t -il ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Si vous ave z dé jà trava illé dans une gra nde entre prise et que vous ayez
rencontré de s diffi cul tés, pré cisez si ell es ont été du es au x raisons suiv antes :
– Je voul ais monte r plu s vite dans la hiér archie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
– J’ ai été considéré comme un dév iant, comme une personne
qui ne resp ectai t pas les norme s du grou pe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . . ■
– Je n’ ai pas eu la possib ilité de me ttre en œuv re me s idé es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
– On n’ a pas reconnu me s mé rites. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
• Si vous ave z quitté cette entre prise , ête s-vou s parti en bons
term es ave c son diri gea nt ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Si vous n’ avez pas encore travaill é dans de grande s entrepr ises et si vous dev iez
entre r dans l’une d’ ell es, ête s-vou s per suad é que vous aur iez de s prob lèm es ? . . . . ■ . . . ■
• Po ur quel les rais ons ?
– Je so uhai tera is obteni r trop vit e la plac e du PD G . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
– Mes idées ser aien t co ns idér ées co mme tr op révo lut io nn air es . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
– L’ entrepri se ne pour rait me donner le sal aire que je mérite. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
– Je n’ aur ais pas suffisamm ent de libe rté d’ action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
Ca lculer mainte nant le nombre tot al de cas es coché es dans la colonne des « OUI ».
● Résultat de vo tr e test
• Plus de 20 « OUI » : La création d’ une entr epris e vous permettrait pr ob ablement
de satisfair e vo tr e goût du challenge
Vous serie z en effe t confronté chaque jour à mille défis. Évit ez tout ef ois de me sur er vo tr e
efficacité au ta lent av ec lequel vo us surmont er ez mille diffi cultés quotidiennes. Vo us pourrie z
très vit e vous pr endr e pour un sur doué du management et vous pourrie z également de venir ,
comme le disait Detoeuf , « une machine à br oy er du tr av ail qui se fausse quand elle s’ arrêt e
mais ne s’ arrêt e pas toujour s quand elle est fa us sée ».1 Mieux vo us co nnaîtr e pour mieux réus sir 15
• Entr e 10 et 20 « OUI » : Réfl échis se z av ant de créer
Vous aime z rele ver de s défi s mais ne vous engage z pa s têt e ba is sée dans la création
san s av oir réfléchi à ses av ant age s et ses inc on vénients. Si vo us étie z tenté de to ut laisse r
tomber au moment critique , vous se rie z affaibli et vous cons tit uerie z une pr oie fa cile pour
vo s concurr ents. So ye z cons cient qu’il est possible d’ arriv er à la têt e d’ une entr epris e sans
av oir créé celle-ci. De nombr eux patr ons ont en effe t ac cédé au so mme t de la hiér ar chie en
ex erçant de s re sponsabilités fonctionnelle s ou en ra chetant une entr epris e en bonne santé.
• Moin s de 10 « OUI » : Attention ! La création d’ une entr epris e est une cour se
d’ obst acle s et ce s dernier s sont souv ent redout ables.
À la fin de leur carrièr e pr of essionnelle , cert ains pa tr ons ont le sentiment d’êtr e passés
à côté du bonheur.
Ne so ye z pas de ce ux -là et rest ez co ns cient que le prix à payer pour créer une entr epris e
est un prix qui pourr ait êtr e tr op éle vé pour vous .
Testez votre goût du pouvoir
OUI NON
• Aim ez -v ous donne r au x au tre s de s consei ls mê me si on ne le s soll icite pa s ? . . . . . . ■ . . . ■
• Pe nsez -v ous que , da ns de nomb re ux cas, ces consei ls
n’ aie nt pa s pou r bu t d’ aid er le s au tre s ma is plu tôt de vou s a ffirm er ?. . . . . . . . . . . . . ■ . . . . ■
• Av ez -vous tendan ce à voul oir in fl uenc er le compor temen t
et la vie de ceux qui vous entour ent (v otre fam ille , vos ami s, vos collab orate urs) ? . ■ . . . ■
• Vo s actions ont -e lle s tend ance à prov oque r chez le s au tre s
de s ré inte nses (d e plai sir, de cr ain te, de colère ) ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . . ■
• Aimez -vous prov oq uer de telles réac tio ns ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■■ . . . ■■
• Ac cordez -vous beauco up d’impo rtan ce à ce que les autres pens ent de vous ? . . . . . ■ . . . ■
• Seriez -vous gêné de ne pas être co ns idéré co mme quel qu’un d’i mpor tant ?. . . . . . . ■ . . . ■
• Souh aitez -vous être le patr on en toutes ci rc onstanc es ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
• Le fait de vain cr e un advers aire vous proc ure-t -il une gran de sat isf act ion ? . . . . . . . ■ . . . ■
• Pl ac é deva nt le choi x su iv ant :
1. Po sséd er une entr ep rise qui vou s pe rme tte d’ obte nir un re ve nu pe rsonne l annu el
de 50 000 € et qui so it leader sur un marc hé suscep tibl e de vas tes dévelo ppemen ts
2. Po sséd er une pe tite entr ep rise qui ne pu isse gra ndir ma is qui vou s ga ranti sse
un reve nu annuel de 15 0 000 €,
Choisir iez- vous la premiè re option ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ■ . . . ■
Ca lculer mainte nant le nombre tot al de cas es coché es dans la colonne des « OUI ».
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.16 Le créat eur et so n pr ojet
● Résult at de vo tr e test
• Plus de 7 « OUI » : La création d’ une entr epris e vous permettrait cert ainement de
satisfair e vo tr e goût du pouv oir .
Ce goût du pouv oir est le mot eur qui anime la plup ar t de s chef s d’ entr epris e… et de s
responsable s politiques. N’ ay ez donc pas hont e de cett e motiv ation. So ye z cependant co ns cient
que pour dév eloppe r vo tr e entr epris e vous de vr ez ab andonner une partie de vo tr e pouv oir
à de s collabor at eur s de valeur . Une réus sit e ex ceptionnelle est rarement le fa it d’homme s ou
de femme s aut ocr at es qui pr ennent sur leur s ép aule s le s re sponsabilités de s autr es .
• Entr e 4 et 7 « OUI » : Réfl échis se z av ant de créer .
Vous n’êt es pr ob ablement pas obnubilé par le désir d’êtr e considéré co mme le chef en
tout es cir constanc es . N’ en tir ez pas de s conclusions prémat urées. Il existe aut ant de pr ofi ls
psychologique s qu’il existe de chef s d’ entr epris e et vous pouv ez de venir un le ader par vo s
qualités de stratège , de gestionnair e ou de meneur d’hommes.
Vo tr e réus sit e sera peut -êtr e moins rapide mais elle pourr ait êtr e plus dur able que celle
de s dirige ant s animés d’ un très fort goût du pouv oir .
• Moins de 4 « OUI » : Attention !
Le goût du pouv oir est un puis sant mot eur pour surmont er le s obst acle s de la création.
Si vous n’ av ez pas un tigr e dans ce mot eur , vous souf frir ez pr ob ablement . Ce pendant , si vous
savez mieux que le s autr es mobilis er vo tr e ent our age grâc e à vo tr e éc oute, vo tr e génér osité
et l’intérêt que vous porte z à autrui, vous pourrie z réus sir aus si bien que le s frénétique s de
la réus site.
Essayez maintenant de répondre aux questions « ouvertes » suivantes
• Que l ser ait mon rê ve le plu s fou pou r da ns 15 ans, si au cun obst acle ne ve nai t gê ner me s
pro jet s ? Essaye z d’i ma gine r que l pou rra it êtr e ce rê ve : natu re de votr e stat ut socia l en
202 2 ? Niveau de vot re revenu ? de vot re fort une ? Nature de vot re vie familiale ? De vot re
activi té politiq ue ? Re ligieuse ? etc.
• Si j’ avais la chan ce de gagner 3 millions d’ euros à la loterie nation ale ou au loto, comment les
utiliserais-je ?
• Po ur quel les rais ons ai-j e l’i ntention de cr éer une entrepri se ?
• Le banq uier à qui je vais essay er d’ emprun ter de l’ argen t me demand era pro bablemen t ma
ca utio n pers onnel le (c’e st -à -d ire l’ eng ag em ent de le re mb our ser sur me s bie ns pe rsonne ls
si mon entr ep rise éta it un jour en difficu lté ). Ac cep ter ai- je de donne r cette cau tion et
pou rquoi ?
• Mon ép ouse (m on ép oux) ac cepte ra-t- elle (t -il) que je donne cette ca utio n et pour quoi ?
• Suis -je prêt à m’ associer avec un part enai re pour cr éer mon entrepri se ? Po urq uoi ?
»1 Mieux vo us co nnaîtr e pour mieux réus sir 17
• En créant cette entreprise, quelles sont mes aspirations :
– quant à mes horaires de travail ? Suis-je prêt à travaille r 12 heure s par jour , 12 mois sur 12 ?
– quant à l’ éducation de mes enfants ? Ac cepterai-je l’idée que mon conjoint s’ en oc cupe seul ?
– qua nt à me s vaca nces ? L’ idée de ne jamais en prendre me gêne-t -elle ? Po urq uoi ?
– quan t à ma retr ait e ? L’ idée de rester en poste tant que mes capacités physiq ues et
intellectuelles seront su ffi s antes me trouble-t -elle ? Po urq uoi ?
Repr ene z maint enant to ut es le s réponses que vous av ez donnée s à tous le s
questionnair es qui précèdent et passe z en re vue le s motiv ations qui vous para is sent favora ble s à la
création d’ une entr epris e et ce lle s qui de vr aient vous amener à réfl échir av ant de vo us lanc er .
Ens emble nous ferons le bilan dans le chapitr e suiv ant .
Po ur dét ect er vo s qualités et vos déf autsO
Pierr e Le Baud, ancien vic e-président de la Confédér ation génér ale de s pe tit es et mo yenne s
entr epris es , demandait un jour à Harry Oppeinheimer : « Quelle est la clé du suc cès ? ». Le
président de la De Beer s répondit : « Bien choisir so n pèr e », pour ajout er ensuit e : « Réflexion
faite, c’ est plutôt de savoir se juger av ec objectivité ».
Pr ofitons de cett e anec dot e pour répét er qu’il existe une gr ande div er sité de pr ofi ls che z
le s créat eur s qui réus sis sent . Il n’ est donc pas possible de pr oposer une recett e qui
permettr ait de dir e à quelqu’ un : « Vous av ez le s qualités d’ un créat eur » ou « Vo us ne le s av ez
pas ». Si un individu ne peut prét endr e cumuler tout es le s qualités que nous allons év oquer ,
tout créat eur de vr ait en revanche tent er de connaîtr e celle s qu’il possède et celle s qu’il ne
po ssède pas, en essay ant par ex emple de répondr e au questionnair e suiv ant .
Les qualités que tout créateur doit apprécier
Té nacité Êtes-vo us prêt à teni r bon tan t qu’ il y a de l’ espo ir ?
Esprit d’initiativ e Att endez -vous que les autres vous dict ent vot re co nduit e ou
pren ez -vous to ujours les devan ts ?
Sens des Aimez -vous prendr e des respo nsabilit és et réuss iss ez -vous
responsabil ités général ement à les ass umer jusqu’ au bout ?
Ré sistance aux chocs Êtes-vo us de ceux qui se renforc ent lors qu’ on « cogn e »
et aptitude à se dessus ou bien avez -vous tendanc e à vous décourager
contrôler faci lement lors que vous recevez une mauvaise no uvelle ?
Av ez -vous tendan ce à réagi r vio lemmen t co ntre les idées que
vous ne part agez pas ?
Cap acit é de trav ail Ar riv ez -vous à tra vail ler « à plein régime » 10 heur es –
12 heur es par jo ur et cel a d’un e mani ère co ntin ue ?
»
© Dunod - Toute reproduction non autorisée est un délit.18 Le créat eur et so n pr ojet
Santé Av ez -vous une santé qui vous permet de tra vail ler 12 heur es
par jour sous tensi on et sans jama is pren dre de vac ances ?
Aptitu de à Vo us sentez -vous ca pable de déplac er des montagn es ?
comm uniqu er votre Ar riv ez -vous fac ilemen t à communi quer aux autr es votre foi ,
ent housias me aux votre enthousi asme, même lor squ’ en réali té vous n’ êtes pas
aut res total ement conv ain cu d’ être sur la bonne voi e ?
Aptitu de à décider Pr enez -vous le temps de ré fl échir avan t de déci der ?
Un e fo is qu e vo us avez déc idé, avez -vo us tendan ce à reve ni r
en arri ère ?
Lors que les ci rc onstances l’ exigen t, sav ez -vous déci der
rapi dement ?
Art de se vendre Savez -vous ven dre vos idées et vous ven dre vous -même ?
Êtes-vo us ca pable de conv ain cr e, de pers uader les autr es ?
Aim ez -vous ven dre des pro duits ou des ser vic es ?
Obtenez -vous de bons rés ulta ts ?
Bon sens, jugem ent Po sséd ez -v ous suffisam me nt de bon sens et de jug em ent
pou r change r d’ avi s à tem ps lorsqu e la plu pa rt de ceu x qui
vou s entou re nt vont s’ enf er re r da ns de s actions sans issu e ?
Arri ve -t -on faci le me nt à vou s du pe r ?
Capa ci té d’ ad ap tati on Arri vez- vous facilement à vous adapter à des situation s
nouvelles ?
Êtes-vous à l’ aise dans de telles situation s ?
Curiosité pour tout ce Prenez -vous le temps d’ essayer de comprendre ce qui,
qui vous entoure dans ce monde, ne con cerne pas directement votre activité
profession nelle ?
Désir de comprend re Savez -vous écouter les autres ?
les autres ?
Flair Po sséd ez -v ous un fl air qui vous pe rme t d’ anticipe r l’ évol ution
de notre sociét é ?
Pour appr of ondir vo tr e tr av ail de réflexion sur chacune de s rubrique s qui précèdent ,
essay ez maint enant de répondr e au questionnair e suiv ant . Po ur chacune de s qualités
énoncées, tr ois répons es vous sont pr opo sées. Coche z celle s qui vous parais sent corr espondr e le
mieux à vo tr e tempér ament .

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin