Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les 100 mots de la vie de bureau

De
210 pages
D'Actionnaires à Zoo, un abécédaire ironique, grinçant et illustré de la vie au bureau.



En 100 définitions prises sous un angle classique puis via la "vraie vie", 3 soeurs - les Trisisters - dépeignent en mots et en images les tracas du quotidien qui rythment la vie des salariés. Le tout avec humour et dérision.



À nous trois, on totalise 130 500 heures de vol en grande entreprise cotée en bourse, 3 fusions-acquisitions, 17 chefs et 11 DRH différents, 2 licenciements et 1 création d'entreprise...



À nous trois, on a passé plus de 15 000 heures en réunion, 1 864 nuits d'insomnie totale, versé 3,12 l. de larmes, on a piqué 99 fous rires nerveux en pleine réunion...



À nous trois, on a grillé 35 000 cigarettes, absorbé 10,5 kg d'aspirine et avalé notre poids - qu'on ne révélera pas - en chocolat...


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

GroupeEyrolles ©
Groupe EyrollesGroupe Eyrolles ©©
Actionnaires
Comme chaque salarié le sait, nous faisons tous partie de la « même grande famille » ! Pour autant, y occupons-nous la même place ? Pour les vœux de In d’année, nous avons droit au bilan de l’année passée. On en ressortregonés à bloc après les discours de nosdirigeants, prêts à nous défoncer et à faire toujours mieux pour l’année à venir. Les action-naires, eux, sont invités à la présentation des comptes de résultats et découvrent le montant sonnant et trébuchant de leurs dividendes. Malgré tout, ces efforts ne sont ni nécessaires ni sufIsants pour assurer notre maintien dans l’entreprise. Moralité : les salariés ont droit aux discours… Les actionnaires ont droit à leur chèque. Cherchez l’erreur…
Dilemme pour les entreprises : pour motiver leurs salariés, faut-il les inciter à deveniractionnaires ? Mais si l’entreprise connaît desdifIcultés, quelle sera la carotte ? Le cadeau Bonux ?
A
ASAP
Acronyme anglo-saxon de «as soon as possible», soit «dès que possible ». Si l’entreprise était respectueuse de la loi Toubon, qui réglemente l’utilisation de la langue française, elle devrait plutôt utiliser l’acronyme « DQP », tout aussi exotique. Les utilisateurs d’« ASAP » peuvent être des : • informaticiens communiquant par abréviation et/ou par onomatopée ; • chefs qui ne savent pas hiérarchiser lespriorités ; managers branchés très dépassés.
S’il faut faire desbusiness planASAP, c’est le nervous breakdownassuré.
Groupe EyrollesGroupe Eyrolles © ©