L'éco-attitude au féminin

De
Publié par

À lire pour économiser sa planète... et son pouvoir d'achat !
L'écologie est l'affaire de tous ! Si, bien souvent, les hommes décident, choisissent, achètent les équipements techniques de nos maisons, ce sont encore majoritairement les fem

À lire pour économiser sa planète... et son pouvoir d'achat !


L'écologie est l'affaire de tous ! Si, bien souvent, les hommes décident, choisissent, achètent les équipements techniques de nos maisons, ce sont encore majoritairement les femmes qui les font vivre ! Enfants, courses, linge, cosmétiques, réceptions, aménagement, déco... Les actes ordinaires du quotidien, en passant par les plus intimes, peuvent allier féminité et consommation avisée ! Que vous soyez femme écolo, mère de famille économe, maîtresse de maison accomplie, consommatrice de produits de beauté, vous trouverez dans ce guide les meilleurs conseils pour faire rimer économies, écologie et santé !


Au programme...


Conseils d'hygiène et de beauté - Être mère - Nourrir sa famille - Choisir ses vêtements - Entretenir son linge - Aménager et décorer sa maison - Avoir l'esprit récup'...



  • Hygiène et beauté

  • Etre mère

  • Les courses

  • Nourrir sa famille

  • Vêtements et mode

  • L'entretien du linge

  • Aménager et décorer sa maison

  • Entretenir sa maison

  • Les transports

Publié le : jeudi 7 juillet 2011
Lecture(s) : 18
EAN13 : 9782212853001
Nombre de pages : 187
Prix de location à la page : 0,0064€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
12
Les bons usages quotidiens
uoi de plus féminin que l’hygiène et la beauté ? Nous allons voir que ce l’gernévmireoQnntnsepmouernlt,amsaainstéé.gEanlen,mdeentndoeuvdeéasuax poste incontournable peut être source de pollutions de comportements permettent de sérieuses économies. Pourquoi s’en priver ?
Les labels
La composition des produits d’hygiène et de soins quotidiens soulève de plus en plus
DU BON USAGE DE L’EAU
Avant de parler des produits, il faut rappeler qu’une douche, c’est mieux qu’un bain (25 à 100 litres d’eau pour la douche, 150 à 250 litres pour le bain). Un Français consomme à peu près 157 litres d’eau par jour : or on peut en économiser 18 en fermant le robinet pendant le brossage des dents et 12 en coupant l’eau de la douche pendant le savonnage.
13
1
de questions. Une élémentaire précaution devrait nous inciter à éviter les produits contenant des additifs suspects. Par exemple : les conservateurs issus de la grande famille des parabens (butyl, ethyl, methyl, propyl…) ; les éthers de glycol (phe noxyéthanol et éthoxydiglycol), les EDTA, les antioxydants (BHA, BHT) et autres émulsifiants (sodium lauryl sulfate), les filtres UV, les sels d’aluminium, sans oublier les colorants et parfums…
PETIT POINT SUR LES HUILES ESSENTIELLES
Dans ce guide, il en est parfois question, notamment dans les produits d’entretien ou les cosmétiques, jamais en usage interne ou thérapeutique. Naturelles, elles sont actives mais surtout très concentrées et très puissantes : c’est la raison pour laquelle elles doivent être utilisées avec précaution en général, mais proscrites chez la femme enceinte, allaitante, le nourrisson ou le petit enfant, et les personnes âgées (risques allergiques, dermatologiques, digestifs...) sauf, bien sûr, consultation spécialisée.
Hygiène et beauté
Beaucoup d’entre eux sont présents dans de nombreux produits de soins quotidiens basi ques, y compris pour bébés et pour enfants, et dans toutes les gammes de prix. Décrypter une étiquette au moment de l’achat, faire le tri dans les produits, voilà qui est devenu bien compliqué. Pour vous aider, des labels vous garantissent la sécurité dans la composition de vos produits. Petit tour d’horizon. • Ecocert Organisme de contrôle et de certification français, Ecocert a établi un cahier des charges exigeant dans l’élaboration et la composition du produit : 95 % minimum des ingrédients sont d’origine naturelle et transformés selon des procédés agréés ; le reste peut être puisé dans une liste restrictive d’additifs les plus doux possible, 10 % mini mum du total des ingrédients du produit fini doivent être bio. • Bio et Eco Deux labels issus de la charte Cosmébio, initiée par des professionnels en lien avec Ecocert, garants d’exigences ou d’engagements communs : − pas de parfums, de colorants de synthèse ni d’OGM ; − pas de produits issus de la pétrochimie ; − pas de tests sur les animaux ; − suivi de la filière, dans les méthodes de fabrication et de transformation ; − respect de l’environnement ; − information du consommateur ; − développement durable et commerce équitable.
14
• Nature et Progrès (Voir « Nourrir sa famille », page 77.) Réputé extrêmement pointu, il requiert 100 % de composants bio, s’ils existent. De même, les procédés de fabrication doivent être les plus simples, les moins chimiques possible. Sur dérogations, quelques conservateurs, parfois chimiques, peuvent être utilisés.Mais aussi chez nos voisins : • BDIH Label allemand issu d’une fédération de pro fessionnels, il présente à peu près les mêmes contraintes que nos labels nationaux. De nombreuses marques disponibles en magasins bio ou sur Internet en sont siglées. Et aussi Bio Cosmesi AIAB, label italien peu présent en France… Enfin, il faut aussi signaler les chartes indivi duelles propres aux marques. Elles ne sont pas toujours suffisantes, mais témoignent cepen dant d’un certain niveau d’engagement.
LES LABELS BIO ET ECO
Le label Bio : – 95 % minimum d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle ; – 95 % minimum des végétaux sont bio ; – des produits finis comportant 10 % minimum d’ingrédients bio. Et le label Eco : – 95 % minimum d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle ; – 50 % minimum des végétaux sont bio ; – des produits finis comportant 5 % minimum d’ingrédients bio.
BONNE NOUVELLE
Les mois à venir devraient voir une harmonisation au niveau européen de ces labels.
Pour une bonne hygiène quotidienne
LES SAVONS
Savons ou gels douche ? Depuis les années soixantedix, nous avons massivement abandonné les savons au profit des gels douche et savons liquides, plus pratiques à transporter et plus hygiéniques, nous aton dit. Ils sont pourtant moins économiques – le savon durant bien plus longtemps que le gel douche – et moins écologiques : le gel douche, qui contient beaucoup d’additifs, doit être conditionné en flaconnage et génère donc plus de déchets. Pensez à vérifier la composition de votre savon car, comme d’autres produits, le savon peut être farci d’additifs. Pour les déplacements, le sport, redécouvrez la boîte à savon !
CÔTÉ BUDGET 2,50 € les 150 g, en grandes surfaces. Vous trouverez, en magasins bio ou sur Internet, un large choix de savons bio à des prix très abordables. Par exemple, pour un savon végétal pamplemoussethé vert verveine, comptez 2,50 € le cube de 250 g.
15
Les bons usages quotidiens
LE SAVON D’ALEP
Réalisé depuis l’Antiquité à Alep, en Syrie, ce savon est l’ancêtre de nos savons durs et notamment du savon de Marseille. Il est constitué d’huiles d’olive et de baies de laurier, en proportion variable, d’eau et de soude ou de cendre de salicorne, et c’est tout ! C’est sans doute le savon le plus naturel. Il est intéressant pour les peaux acnéiques, et il s’utilise aussi en savon à barbe. L’original est un pavé de 200 g, grossièrement coupé, sur lequel est gravée la signature en arabe du savonnier. Son défaut : il sèche difficilement entre deux utilisations, et se défait parfois par bouts. Vous en trouverez en magasins bio ou sur Internet, certains labellisés, mais aussi en grandes surfaces. À partir de 2,50 € les 200 g environ, selon le pourcentage d’huile de baies de laurier. Disponible également en paillettes ou en version liquide.
Hygiène et beauté
LES SHAMPOINGS Les shampoings classiques peuvent décaper excessivement le cuir chevelu et les cheveux euxmêmes. Vous souhaitez utiliser un sham poing écologique ? Il va falloir vous habituer à ce qu’il mousse un peu moins, puis trouver celui qui vous conviendra personnellement. Les shampoings bio sont désormais bien distribués en grandes surfaces comme sur Internet.
CÔTÉ BUDGET 4 € les 200 ml en grandes surfaces. Mais surtout sur Internet et en magasins bio. 15 € le litre.
Quelques alternatives • Le ghassoul (rhassoul) Cette argile minérale naturelle, qui nous vient du Maroc, est utilisée depuis toujours par les femmes orientales pour soigner leurs cheveux et leur peau. • La décoction de noix de lavage(voir chapitre « L’entretien du linge », page 112) Un peu déroutante, elle ne mousse pas du tout. Certaines détestent, d’autres adorent. Il est pré férable de lui ajouter un peu de shampoing bio, cela « épaissira » un peu votre décoction, qui se rapprochera ainsi du shampoing traditionnel, et assurera une meilleure conservation.
CÔTÉ BUDGET Disponible dans les magasins orientaux, bio, hammams ou sur Internet. Prix repérés : de 5,95 € à 7,90 € les 300 g, 17,90 € le kg.
16
FABRIQUER SON SHAMPOING : UN JEU D’ENFANT
– Comptez 1 cuillerée à soupe de ghassoul pour 1 cuillerée d’eau tiède (ou d’eau florale ou d’infusion). – Laissez gonfler un peu le ghassoul et vous obtiendrez une boue fine plus ou moins liquide, très douce. – Transvasez dans un ancien flacon de shampoing avec une ouverture un peu large. – Appliquez sur vos cheveux : cette préparation va pomper les salissures sans les décaper. – Rincez bien. Plus besoin de démêlant, les cheveux sont soyeux, brillants et nécessitent moins souvent d’être lavés.
Le ghassoul est idéal pour les cheveux gras et les cuirs chevelus irrités à tendance pelliculaire, qu’il assainira. Pour les cheveux secs, il faudra l’utiliser de façon plus espacée (une fois par semaine ou tous les 15 jours). En y ajoutant de l’œuf, du miel, des huiles, et en augmentant la quantité d’argile, vous obtiendrez une pâte, idéale en masque pour la peau ou les cheveux.
À tester absolument !
LES APRÈSSHAMPOINGS Vous l’avez compris, un shampooing très respectueux du cheveu vous dispense d’un aprèsshampoing. C’est le même principe que pour la lessive et l’assouplissant (voir
« L’entretien du linge », page 117). Cependant, vous pouvez trouver des aprèsshampoings bio.
CÔTÉ BUDGET De 5,90 € les 150 ml à 11,35 € les 500 ml, pour la version familiale, en magasins bio et sur Internet.
LES DÉODORANTS Oui, les déodorants bio existent !
CÔTÉ BUDGET 4 € les 75 ml en grandes surfaces. 8,90 € les 50 ml en magasins bio.
Les alternatives • La pierre d’alun ou pierre de cristal À l’époque de nos grandsparents, elle était utilisée par les barbiers. Il s’agit d’un petit bloc formé de cristaux tirés de la bauxite. Sans produit chimique, sans parfum ni alcool, elle est très bien tolérée, même par les peaux les plus sensibles. Après la toilette, sur la peau séchée, il suffit de passer la pierre d’alun humidifiée sous les ais selles, comme n’importe quel autre déodorant, et vous voilà tranquille pour la journée. En déposant un film de sels minéraux sur la peau, elle luttera contre les bactéries responsables des odeurs désagréables de la transpiration. Elle possède aussi des propriétés astringentes et cicatrisantes, très utiles pour calmer le feu du rasoir, les piqûres d’insectes, les petites irritations de la peau.
17
Les bons usages quotidiens
ATTENTION !
Sous la même présentation, on trouve un produit naturel et un produit synthétique issu de la chimie :
– la pierre d’alun naturelle (ou pierre d’alun de potassium), « Potassium Alun », à base d’alunite extrait des mines ; – la pierre d’alun synthétique (ou pierre d’alun d’ammonium), « Ammonium Alun », à base de sel d’ammonium, sousproduit de l’industrie chimique lourde. Utilisez évidemment la pierre naturelle !
Bien traitée, c’estàdire séchée après chaque utilisation, votre pierre durera plusieurs années !
CÔTÉ BUDGET De 5 à 15 € le bloc de 100 g.
On la trouve dans les magasins bio, pharma cies et parapharmacies, sur Internet, et elle fait son apparition dans quelques grandes surfaces. • Le bicarbonate de soude Utilisez le même que pour la lessive, la cuisson des légumes ou la pâtisserie. Une pincée sous chaque aisselle, après la douche… C’est très efficace et économique !
L’aluminium dans les déodorants La cosmétologie naturelle a écarté les compo sés d’aluminium (chlorure ou chlorhydrates
Hygiène et beauté
d’aluminium) dans les déodorants, tenant ainsi compte des soupçons qui pèsent sur ces composés en matière de santé humaine. Les aluns (oxyde et hydroxyde d’aluminium) leur sont préférés : chimiquement inertes, ils ne risqueraient pas, en l’état, de libérer de l’aluminium, contrairement aux hydrates de chlorure d’aluminium, utilisés dans certains déodorants classiques.
LE DENTIFRICE
Pourquoi du dentifrice écologique ? Comme beaucoup de produits d’hygiène, les dentifrices classiques contiennent, parmi la quinzaine d’ingrédients qui les composent, des additifs suspects ou qui posent problème : − conservateurs (parabens) ; − certains antioxydants (BHA) ; − antibactériens (triclosan) et autres… On risque d’absorber certaines de ces subs tances par la muqueuse de la bouche, cellesci finissant par s’ajouter à celles que nous ingé rons, par ailleurs, plusieurs fois par jour. Depuis peu, la grande distribution s’y inté resse timidement.
CÔTÉ BUDGET 2,95 € les 75 ml, marque distributeur en grandes surfaces.
Mais on peut trouver un grand choix de dentifrices bio dans les magasins spécialisés, avec des arômes qui changent de la sempiter nelle menthe, comme la sauge, la cannelle, le citron, la propolis, la banane, la mandarine. Ils sont parfois même moins chers que les
18
traditionnelles pâtes ! Pour ceuxlà, comptez de 2,30 € à 6,75 € les 75 ml.
Le dentifrice en poudre D’usage déjà très ancien, on l’a un peu laissé tomber au profit de la pâte. Très agréable, il nous libère du combat qu’on livre avec le tube de dentifrice finissant pour ne pas en perdre.
CÔTÉ BUDGET 3,60 € les 50 g sur Internet, en parapharmacies, magasins bio.
Les alternatives Et toujours les solutions « bêtes comme chou » pour les plus exigeantes : − se laver les dents avec un mélange de gros sel et d’eau – pas bon mais très efficace – ou un peu de bicarbonate de soude déposé sur la brosse à dents humide – pas meilleur mais laisse les dents toutes douces (à ne pas utiliser tous les jours car la poudre de bicarbonate est abrasive) ; − utiliser de la poudre de prêle, sur brosse sèche ; − avoir recours au traditionnel souak, un bâton d’écorce d’une espèce de noyer
oriental, utilisé encore aujourd’hui en Afrique, en Inde, au MoyenOrient, pour nettoyer et blanchir les dents.
CÔTÉ BUDGET 4 € les 2 bâtons de souak, dans les magasins orientaux ou sur Internet.
19
Les bons usages quotidiens
LES BROSSES À DENTS Surprise : vous pourrez trouver des brosses à dents entièrement naturelles (en bois de hêtre et poil de blaireau ou soie de porc), éventuellement compostables en fin de vie.
CÔTÉ BUDGET 4,30 € la brosse, en magasins bio et sur Internet.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

J'arrête de... stresser !

de editions-eyrolles

suivant