L'essentiel de la Jurisprudence administrative - 2e édition

De
Publié par


Dès le début de ses études, l'étudiant en Droit a besoin d'accéder aux principaux textes juridiques qui « font » le droit. A côté des textes légaux et réglementaires, il doit connaître la jurisprudence. Celle-ci désigne l'ensemble des jugements, arrêts et décisions rendus par les Cours et les Tribunaux et, en tout premier lieu, par le Conseil constitutionnel, le Conseil d'État, la Cour de cassation ainsi que la Cour européenne des droits de l'homme et la Cour de justice de l'Union européenne.
Fidèle à la vocation de la collection « Les Carrés » qui est de rendre le droit accessible aux étudiants, les 7 livres consacrés à la jurisprudence leur permettent d'accéder facilement aux principaux arrêts et décisions qu'il faut connaître dans chaque matière et d'en retenir le contenu. Une fiche est consacrée à chaque texte ; elle présente successivement : les considérants ou attendus essentiels ; les faits ; la portée ; pour aller plus loin.


  • Étudiants en Licence et Master Droit
  • Étudiants des Instituts d'Etudes Politiques
  • Étudiants de tous les cursus qui incluent l'une ou l'autre des matières traitées
  • Candidats aux concours de la Fonction publique
  • Professionnels des milieux juridique et judiciaire


Caroline André, docteur en droit privé, et Lotfi Hamzi, docteur en droit international, sont enseignants-chercheurs à Reims Management School et chargés d'enseignement à la Faculté de droit et de gestion de Reims.

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 172
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297015851
Nombre de pages : 200
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le
service
public
CHAPITRE 1
Le service public peut se définir comme une activité dintérêt général (critère matériel) exercée par une personne publique ou sous son contrôle (critère organique) et qui suit un régime dérogatoire au droit commun (soumission au droit administratif). Le service public est un facteur de cohésion sociale (L. Duguit). Il existe deux grandes catégories juridiques de services publics : les services publics administratifs et les services publics industriels ou commerciaux, qui sont soumis à des règles de création identique, à des grandes lois des services publics identiques, mais à des régimes juridiques distincts. 01T. confl., 8 février 1873,Blanco12 02CE, 6 février 1903,Terrier14 03CE, 21 décembre 1906,Syndicat des propriétaires et contribuables du quartier CroixDeSegueyTivoli16 04CE, 28 juin 1918,Heyries18 05T. confl., 22 janvier 1921,Sté commerciale de lOuest Africain20 06CE, sect., 30 mai 1930,Chambre syndicale du commerce en détail de Nevers22 07CE, Ass., 13 mai 1938,Caisse primaire aide et protection24 08CE, Ass., 31 juillet 1942,Monpeurt26 09CE, Ass., 7 juillet 1950,Dehaene28 10CE, sect., 9 mars 1951,Société des concerts du conservatoire30 11CE, sect., 6 avril 2007,Ville dAixenProvence32
12
1
LESSENTIEL DE LA JURISPRUDENCE ADMINISTRATIVE
T. confl., 8 février 1873,Blanco
« Considérant que laction intentée par le sieur Blanco contre le préfet du département de la Gironde, représentant lÉtat, a pour objet de faire déclarer lÉtat civilement responsable, par application des articles 1382, 1383 et 1384 du Code civil, du dommage résultant de la blessure que sa fille aurait éprouvée par le fait douvriers employés par l;administration des tabacs Considérant que la responsabilité, qui peut incomber à lÉtat pour les dommages causés aux particuliers par le fait des personnes quil emploie dans le service public, ne peut être régie par les principes qui sont établis dans le Code civil, pour les rapports de particulier à particulier ; Que cette responsabilité nest ni générale, ni absolue ; quelle a ses règles spéciales qui varient suivant les besoins du service et la nécessité de concilier les droits de lÉtat avec les droits privés ; Que, dès lors, aux termes des lois cidessus visées, lautorité administrative est seule compé tente pour en connaître ; » (Arrêté de conflit confirmé).
Faits La fille de Monsieur Blanco est blessée par un wagonnet dans une manufacture de tabacs, exploitée par lÉtat en régie directe. Le requérant saisit la juridiction judiciaire dune action en responsabilité civile contre lÉtat, au titre des fautes commises par les ouvriers de la manufacture. Le conflit est élevé par le préfet, qui souhaite voir appliquer le privilège de juridiction de lÉtat. Portée La décisionBlancopierredu Tribunal des conflits est souvent considérée comme constituant la « angulaire » du droit administratif. Redécouverte par la doctrine, on peut effectivement linterpréter comme fondant la notion même de droit administratif. En effet, à loccasion dune action en responsabilité civile intentée contre lÉtat, le Tribunal des conflits invoque laction de service public poursuivie par ladministration des tabacs afin décarter lapplication des règles du Code civil à laction en dommagesintérêts contre lÉtat (responsabilité extracontractuelle). Les règles du droit civil ne peuvent pas, selon lui, être appliquées au service public. La décision comporte un apport fondamental en matière de compétence de la juridiction administrative en ce quelle aban donne la théorie de lÉtat débiteur (compétence judiciaire pour les condamnations de lÉtat à de simples réparations pécuniaires). En se référant à la loi des 1624 août 1790, et son article 13 qui dispose que «Les fonctions judiciaires sont distinctes et demeureront toujours séparées des
CHAPITRE1Le service public
fonctions administratives. Les juges ne pourront, à peine de forfaiture, troubler de quelque manière que ce soit les opérations des corps administratifs, ni citer devant eux les administrateurs pour raison de leurs fonctions», le Tribunal des conflits instaure unprivilège de juridictionde ladministration. Dans la même décision, le service public, soumis à un droit dérogatoire du droit commun, clestàdire au droit administratif (solution développée par « École de Bordeaux », sous linfluence e du doyen Léon Duguit, au début du XX siècle), devient LE critère de détermination de la compé tence de la juridiction administrative. Le Tribunal des conflits consacre en quelque sorte une assi milation,a priorisimple, entre action de lÉtat, service public et droit administratif. Ceci le conduit « naturellement » à conclure que le service public dans son ensemble doit être distingué des acti vités de droit privé. Cette décision consacre aussi le principe de la liaison de la compétence et du fond : le Tribunal des conflits consacre un lien entre la compétence de la juridiction administrative et lapplication de règles exorbitantes du droit commun liées à lexécution du service public. Cette interprétation ainsi que la place du service public ne seront pas interprétées de la même façon par « l», représentée par le doyen Hauriou qui valorisera plutôt la théorie de laÉcole de Toulouse puissance publique en considérant que ce nest que dans la mesure où ladministration utilise des prérogatives de puissance publique que son activité peut être considérée comme un service public et bénéficier de lapplication du droit administratif. On voit donc se dessiner la notion de service public, qui se caractérise aujourdhui par deux éléments : la présence dune personne publique, cest lecritère organique; et un but dintérêt général, cest lecritère matériel. La jurisprudence administrative va ensuite consacrer lélargissement de la notion dintérêt général. Par la suite, la solution dégagée dans la décisionBlancosest compliquée. Ainsi, la présence du service public ne signifie plus automatiquement compétence de la juridiction administrative, notamment depuis la consécration du service public industriel et commercial.
Pour aller plus loin T. confl., 6 décembre 1855,Rothschild: la responsabilité de lÉtat en cas de faute, de négli gence ou derreur commise par un agent nest ni générale ni absolue. T. confl., 22 janvier 1921,Société commerciale de lOuest africain: certains services publics, les services publics industriels ou commerciaux, sont largement soumis au droit privé.
13
14
2
LESSENTIEL DE LA JURISPRUDENCE ADMINISTRATIVE
CE, 6 février 1903,Terrier
« Sur la compétence : Considérant que le sieur Terrier défère au Conseil dÉtat une note rédigée en Chambre du conseil par laquelle le secrétairegreffier lui fait connaître que la requête adressée par lui au conseil de préfecture du département de SaôneetLoire à leffet dobtenir du département le paiement dun certain nombre de primes attribuées pour la destruction des animaux nuisibles aurait été soumise à ce conseil qui se serait déclaré incompétent ; Considérant que la note dont il sagit ne constitue pas une décision de justice et ne peut à ce titre être déférée au Conseil dÉtat ; Mais considérant que, dans son pourvoi, le requérant a pris, en vue de lincompétence du conseil de préfecture, des conclusions directes devant le Conseil dÉtat pour être statué sur le bienfondé de sa réclamation ; Considérant quétant donné les termes dans lesquels a été prise la délibération du Conseil général allouant des primes pour la destruction des animaux nuisibles et a été voté le crédit inscrit à cet effet au budget départemental de lexercice 1900, le sieur Terrier peut être fondé à réclamer lallocation dune somme à ce titre, que du refus du préfet dadmettre la réclama tion dont il la saisi il est né un litige dont il appartient au Conseil dÉtat de connaître et dont ce Conseil est valablement saisi par les conclusions subsidiaires du requérant ; » (Renvoi du sieur Terrier devant le préfet).
Faits Le Conseil général de SaôneetLoire avait décidé de lattribution dune prime pour la destruction des animaux nuisibles et voté à cet effet le crédit nécessaire au budget du département. Le préfet (qui était alors, faute de décentralisation, lexécutif du département) refuse au motif de linsuffi sance de crédits le versement de la prime au sieur Terrier, qui avait pourtant passé un contrat avec le département afin de chasser les vipères. Portée La contribution du commissaire du gouvernement Romieu à cette décision est essentielle. Il forma lise en effet dans ses conclusions la distinction entregestion publiqueetgestion privée: «toutes les actions entre les personnes publiques et les tiers ou entre ces personnes publiques ellesmêmes, et fondées sur lexécution, linexécution ou la mauvaise exécution dun service public sont de la compétence administrative». Au contraire, «il faut réserver les circonstances où
CHAPITRE1Le service public
ladministration doit être réputée agir dans les mêmes conditions quun simple particulier et se trouve soumise aux mêmes règles comme aux mêmes juridictions». Cette conception est validée par le Conseil dÉtat, par le prisme de la reconnaissance du service public. Ainsi, lorsque ladminis tration agit comme un particulier, elle doit se voir appliquer les règles du droit privé ; au contraire, lorsque ladministration agit dans lintérêt général, cestàdire lorsquelle gère un service public ou souhaite en déléguer lexécution, comme cétait le cas en lespèce, elle doit être soumise à lappli cation du droit administratif, que ce soit en matière contractuelle ou en matière de responsabilité. Il résulte dans ce cas compétence de la juridiction administrative (en vertu de critères qui seront précisés dans la jurisprudence ultérieure). La décision opte aussi pour une conception matérielle du service public : cest lactivité poursuivie qui est essentielle à la qualification juridique employée. Ce modèlea priorisimple va néanmoins se compliquer par la suite du fait de la création des services publics industriels ou commerciaux, dont le fonctionnement obéit au droit privé (relations avec les « clients »). Louverture vers la gestion privée savère nécessaire du fait de la diversification des actions de ladministration, audelà de ses domaines classiques et régaliens dintervention. Ladministration peut donc choisir de sortir de lapplication des règles de droit privé, afin de béné ficier de règles plus souples de gestion. Enfin, cette décision est loccasion de soumettre le conten tieux des contrats passés par les collectivités territoriales à la compétence de la juridiction administrative.
Pour aller plus loin T. confl., 23 février 1908,Feutry: la responsabilité du département, intégré au sein des personnes morales de droit public, est retenue à loccasion dun dommage causé par une personne qui sétait évadée suite au mauvais fonctionnement dun asile daliénés. CE, 4 mars 1910,Thérond: continuité de la décisionTerrier, appliquée au domaine de la qualifi cation jurisprudentielle des contrats de ladministration. Ces derniers sont qualifiés dadministratifs sous condition davoir au moins une partie qui soit une personne publique, et davoir pour but dassurer un service public (en loccurrence lhygiène et la sécurité de la population). Les contrats de concession de service public constituent le prototype des contrats administratifs. Lexécution du service public et la qualification de contrat administratif qui y est associée conduisent à lapplica tion du droit administratif et donc, en cas de litige, à la compétence de la juridiction administra tive. Cette solution entraîne une extension de cette compétence juridictionnelle.
15
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.