L'essentiel du droit des obligations 2012 - 8e édition

De
Publié par

Ce livre présente en 19 chapitres l'ensemble des connaissances nécessaires à la compréhension des obligations, lien de droit rapport juridique entre deux personnes en vertu duquel une d'elles, le créancier, a le pouvoir d'exiger de l'autre, le débiteur, l'accomplissement d'une prestation. Au total, une présentation synthétique, rigoureuse et pratique du droit des obligations, destinée aux :


- Étudiants en licence et master droit (système LMD),

- Candidats à divers examens et concours des professions judiciaire et juridique,

- Étudiants des différentes filières de l'enseignement supérieur de gestion.


Corinne Renault-Brahinsky est docteur en droit et auteur de nombreux livres de droit à destination des étudiants en droit (licence et master). Retrouvez la sur son blog : http:// pagesdedroit.blogspot.com ou sur Facebook.

Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297027656
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La
notion
dobligation
Lobligation est un lien de droit cestàdire un rapport juridique personnes en vertu duquel lune delles, le créancier, a le pouvoir lautre, le débiteur, laccomplissement dune prestation.
1
Les caractères de lobligation
entre deux dexiger de
CHAPITRE 1
Le rapport dobligation a uncaractère personnel: il met en rapport deux personnes désignées. Le créancier possède un droit contre le débiteur. Le rapport dobligation a uncaractère patrimonial: il a une valeur pécuniaire. Il porte sur lensemble du patrimoine du débiteur, cestàdire sur les droits de créance (passif) et les droits réels (actif). Néanmoins, ladmission de la réparation du préjudice moral apporte une limite au caractère purement patrimonial du rapport dobligation. Il a uncaractère transmissible: il sagit dune atténuation du caractère personnel. Enfin, le rapport dobligation a uncaractère mobilier: il sagit dun bien qui se trouve à lactif du patrimoine du créancier parmi les biens mobiliers incorporels.
2
La force juridique de lobligation
Le lien unissant le débiteur au créancier a deux composantes : le devoir et le pouvoir de contrainte. Le devoir Le débiteur a un devoir visàvis du créancier : il doit exécuter la prestation auquel le créancier a droit. Le créancier reçoit la prestation alors que le débiteur la fournit.
20
LESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS
Le pouvoir de contrainte Le pouvoir de contrainte représente laspect coercitif du droit. Aujourdhui, la contrainte sexerce indirectement sur le débiteur, cestàdire à travers ses biens, et selon des modalités qui dépendent de la nature même de lobligation. La contrainte est nécessaire à lexistence dune obligation civile. À défaut, lobligation nest pas parfaite. Il existe des obligations civiles (= parfaites) et des obligations naturelles (= imparfaites). L: le créancier ne possède pas le pouvoir deobligation naturelle est dépourvue de sanction contrainte. Certains ont parlé à leur propos « d» (Ripert).obligation civile dégénérée
a) La notion dobligation naturelle Il existe deux théories relatives à l:obligation naturelle première théorie ditethéorie objective: une obligation naturelle est imparfaite car éteinte (dette prescrite) ou nulle dune nullité qui ne heurte pas lordre public ; deuxième théorie ditethéorie subjective: lobligation est un devoir moral, un devoir de cons cience particulièrement fort, mais qui nest pas sanctionné par le droit. Certains auteurs ont parlé de « devoir moral qui monte vers l» (Ripert).obligation civile Lobligation naturelle est une obligation juridique qui na pas toutes les composantes de lobliga tion civile. Elle possède le devoir, mais pas la contrainte.
b) Les effets de lobligation naturelle Lexécution volontaire de lobligation naturelle empêche la répétition de ce qui a été versé : lobli gation naturelle ne peut faire lobjet dun paiement forcé, mais si elle a été payée volontairement, cet engagement est valable et celui qui a payé ne peut obtenir remboursement (art. 1235, al. 2, C. civ.). L: la jurisprudence considérait tradiobligation naturelle peut être transformée en obligation civile tionnellement que lobligation naturelle pouvait être novée par la promesse de son exécution par le débiteur de celleci. Plus récemment, la Cour de cassation a considéré que la transformation, improprement qualifiée novation, dune obligation naturelle en obligation civile, repose sur un engagement unilatéral dexécuter lobligation naturelle et ne nécessite donc pas quune obligation civile ait ellemême préexisté à celleci.
CHAPITRE1La notion dobligation
3La classification des obligations Les classifications des obligations en fonction de leur objet a) La distinction entre les obligations de donner, de faire ou de ne pas faire «Donner» signifie transférer la propriété dun bien. Il convient de distinguer 2 hypothèses : transfert de propriété dun corps certain ou chose non fongible, cestàdire dun objet nettement individualisé (exemple : le bateau « La tempête ») : la propriété se transfère par le simple contrat. Lobligation de donner nexiste pas vraiment puisquelle est exécutée au moment où elle naît ; transfert de propriété dune chose de genre ou chose fongible, cestàdire dobjets inter changeables, qui se pèsent, se comptent ou se mesurent (exemple : du riz) : le contrat ne suffit pas pour transférer la propriété. Le transfert se fait par comptage, pesage ou mesurage : une opération dindividualisation de la chose est indispensable. Lobligation de faireimpose au débiteur une attitude positive autre quune dation (la dation est laction de donner). Lobligation de ne pas faireoblige le débiteur à sabstenir de faire un acte particulier. Pour certains auteurs, il sagit dune forme dobligation de faire. Seules les obligations de donner sont susceptibles dune exécution forcée en nature. Les obliga tions de faire ou de ne pas faire ne peuvent faire lobjet dune exécution forcée lorsquelles mettent en jeu la personne même du débiteur (art. 1142, C. civ.).
b) La distinction entre les obligations en nature et les obligations pécuniaires Les obligations pécuniaires sont celles dont lobjet réside dans le versement dune somme dargent. Lobligation pécuniaire consiste à transférer la propriété dune certaine quantité de monnaie. Elle a deux particularités : son régime dexécution forcée: il est simple puisquil consiste dans la saisie des biens du débiteur qui permet au créancier de recevoir la somme dargent qui lui était due ; les obligations pécuniaires sont sensibles aux variations de la monnaie. Pour sen prémunir, les créanciers imposent à leur débiteur lindexation du montant de la dette.
21
22
LESSENTIEL DU DROIT DES OBLIGATIONS
La dette de valeurse situe entre lobligation pécuniaire et lobligation en nature : schématique ment, il sagit de verser une somme dargent dont le montant nest pas fixé à lavance. Cette somme sera évaluée en fonction dvaleur » une « qui sera appréciée au jour de léchéance. Les obligations en naturesont toutes les obligations non pécuniaires cestàdire les obligations de faire, de ne pas faire et de donner autre chose que de la monnaie. Elles ne sont pas sensibles aux variations de la monnaie. Lexécution forcée est possible seulement pour les obligations de donner. Les classifications des obligations en fonction de leurs effets : obligations de moyens et obligations de résultat La distinction entre obligation de moyens et obligation de résultat, créée par Demogue, a pour but de résoudre la contradiction qui découlerait des articles 1147 et 1137 du Code civil. Larticle 1147 prévoit que les conditions de la responsabilité sont linexécution tandis que larticle 1137 considère quil sagit de la faute. Afin déchapper à cette contradiction, la distinction entre obligation de moyens (art. 1137, C. civ.) et obligation de résultat (art. 1147, C. civ.) a été créée. En cas dinexécution causant un préjudice au créancier, un mécanisme de responsabilité civile contractuelle est mis enœuvre : sil sagit duneobligation de résultat, le créancier doit apporter la simple preuve que le débi teur ne s;est pas exécuté pour que la responsabilité de ce dernier soit engagée sil sagit duneobligation de moyens, le créancier doit prouver non seulement que le résultat atteint nest pas celui escompté, mais aussi que le débiteur na pas mis enœuvre tous les moyens possibles. Le créancier doit prouver que le débiteur a commis une faute. Les classifications des obligations en fonction de leurs sources Le Code civil donne une classification des différentes obligations en fonction de leur source.
a) Les distinctions du Code civil
Le Code civil distingue 4 sources différentes des obligations (art. 1370, C. civ.) : la convention ou contrat ; ;la loi les quasicontrats ; les délits et quasidélits.
CHAPITRE1La notion dobligation
Dans le Code civil, le contrat est prédominant par rapport aux autres sources. Le Code civil ne mentionne ni les actes unilatéraux, ni les actes collectifs.
b) La distinction des actes juridiques et des faits juridiques Lefait juridiqueest un fait que la loi prend en considération pour y attacher un effet de droit. Il peut sagir de faits involontaires, qui se produisent indépendamment de la volonté de ceux quils concernent, ou volontaires, qui sont voulus par leur auteur. Ils peuvent être licites (gestion daffaires, paiement de lindu...) ou illicites (faits générateurs de responsabilité). Lacte juridiqueest une opération produite en vue dobtenir une modification dans lordre juri dique. Il sagit dune opération à la base de laquelle se trouve la volonté du sujet de droit qui doit être exprimée et exempte de vices. Le sujet de droit doit également être capable. Lacte juri dique a pour conséquence dengager la personne qui a exprimé sa volonté.
23
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.