L'ESSENTIEL DU DROIT PENAL GENERAL

De
Publié par

Outil pratique, cet ouvrage recense l'essentiel à connaître sur la thématique du droit pénal général. Il propose  à travers cinquante fiches une synthèse des concepts fondamentaux (la responsabilité pénale d'une personne physique ou morale, les causes d'exonération de responsabilité pénale, les peines, les différentes procédures pénales, etc.). En complément, une méthodologie générale pour se préparer aux épreuves de droit : cas pratique, commentaire d'arrêt, dissertation et exposé oral. Clair, accessible et complet, il s'adresse aux étudiants en droit ainsi qu'à toutes les personnes qui souhaitent s'initier ou approfondir leur connaissance du droit pénal français. 
Publié le : lundi 2 mars 2015
Lecture(s) : 25
Tags :
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
EAN13 : 9782759027330
Nombre de pages : 128
Prix de location à la page : 0,0050€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
L’E S S E N T I E L DU DROIT PÉNAL GÉNÉRAL
Paul-Roger GONTARD Camille LATIMIER
SOMMAIRE
PARTIE 1 Engager la responsabilité pénale d’une personne physique ou morale.........5 Fiche n° 1.Le principe de la légalité des délits et des peines ..........................................................6 Fiche n° 2.La responsabilité pénale des personnes physiques ......................................................8 Fiche n° 3.La responsabilité pénale des personnes morales........................................................10 Fiche n° 4.La classification des infractions ..........................................................................................12 Fiche n° 5.L’application de la loi pénale dans le temps ..................................................................14 Fiche n° 6.L’application de la loi pénale dans l’espace....................................................................16 Fiche n° 7.La commission par omission...............................................................................................18 Fiche n° 8.Le principe de l’indifférence de mobile...........................................................................20 Fiche n° 9.La préméditation .....................................................................................................................22 Fiche n° 10.La complicité et la coaction ..............................................................................................24 Fiche n° 11.La tentative .............................................................................................................................26 Fiche n° 12.La récidive ...............................................................................................................................28
PARTIE 2 Les causes d’exonération de responsabilité pénale........................................31 Fiche n° 13.L’État de nécessité ................................................................................................................32 Fiche n° 14.L’abolition du discernement.............................................................................................34 Fiche n° 15.La légitime défense..............................................................................................................36 Fiche n° 16.L’ordre, l’autorisation de la loi et le commandement de l’autorité légitime....38 Fiche n° 17.La contrainte morale ...........................................................................................................40 Fiche n° 18.La contrainte physique .......................................................................................................42 Fiche n° 19.L’erreur de fait et l’erreur de droit....................................................................................44
PARTIE 3 Les peines : exécutions et extinctions..............................................................47 Fiche n° 20.Les peines principales encourues par les personnes physiques .........................48 Fiche n° 21.Les peines de substitution encourues par les personnes physiques.................50 Fiche n° 22.Les peines complémentaires et accessoires encourues par les personnes physiques ............................................................................................52
2
Fiche n° 23.Les peines encourues par les personnes morales.....................................................54 Fiche n° 24.Les mesures de sûreté.........................................................................................................56 Fiche n° 25.Le principe d’individualisation des peines ..................................................................58 Fiche n° 26.Le sursis simple et le sursis avec mise à l’épreuve.....................................................60 Fiche n° 27.Le concours d’infractions...................................................................................................62 Fiche n° 28.Évitement de la peine .........................................................................................................64 Fiche n° 29.La conséquence des peines prononcées dans les États membres de l’Union européenne.......................................................66 Fiche n° 30.Les interdictions liées au territoire .................................................................................68 Fiche n° 31.Les modalités d’exécution des peines...........................................................................70 Fiche n° 32.L’aménagement des peines ..............................................................................................72 Fiche n° 33.Le milieu fermé......................................................................................................................74 Fiche n° 34.Le milieu semi-ouvert .........................................................................................................76 Fiche n° 35.Le milieu ouvert ....................................................................................................................78 Fiche n° 36.La contrainte pénale............................................................................................................80 Fiche n° 37.La prescription.......................................................................................................................82 Fiche n° 38.La grâce ....................................................................................................................................84 Fiche n° 39.................................a..n.m.s.i.i.t...e............................L...........................................................86 Fiche n° 40.La réhabilitation ....................................................................................................................88 Fiche n° 41.Le procès en révision...........................................................................................................90
PARTIE 4 Quelques notions de procédure pénale...........................................................93 Fiche n° 42.Les grands principes de la procédure pénale.............................................................94 Fiche n° 43.L’action publique et l’action civile ..................................................................................96 Fiche n° 44.L’enquête..................................................................................................................................98 Fiche n° 45.L’instruction..........................................................................................................................100 Fiche n° 46.La garde à vue .....................................................................................................................102
PARTIE 5 Méthodologie et Annexe.................................................................................105 Fiche n° 47.Le cas pratique....................................................................................................................106 Fiche n° 48.Le commentaire d’arrêt ...................................................................................................108 Fiche n° 49.La dissertation.....................................................................................................................110 Fiche n° 50.L’exposé oral.........................................................................................................................112 Annexe............................................................................................................................................................114
3
PARTIE1 Engager la responsabilité pénale d’une personne physique ou morale
1
LE PRINCIPE DE LA LÉGALITÉ DES DÉLITS ET DES PEINES
«Nullum crimen, nulla poena sine lege.»
Le principe de légalité des délits et des peines est exposé pour la première fois par l’auteur italien Cesare Beccaria dans son ouvrageDes délits et des peines. Le principe de la légalité des délits et des peines est un principe fondamental du droit français, protégé par le Constitution. Il est en effet présent dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il est également consacré par la Convention européenne des droits de l’homme, et le Pacte international des droits civils et politiques. Ce principe de légalité a pour conséquence que seuls les faits incriminés au moment de leur commission, et pour lesquels une peine est prévue, peuvent faire l’objet d’une procédure judiciaire et d’une condamnation pénale.
LES COROLLAIRES DU PRINCIPE DE LA LÉGALITÉ DES DÉLITS ET DES PEINES L’interprétation stricte de la loi par les juges Le principe de légalité implique l’interprétation stricte de la loi pénale. Il s’agit là d’un principe essentiel du droit pénal général, corollaire du principe de légalité. Le Conseil constitutionnel en fait un principe protégé par la Constitution – DC, 16 juillet 1996.
Ce principe implique que les textes soient précis, afin que les juges puissent les appliquer stric-tement. Ainsi, dans une décision de 2011, le Conseil constitutionnel a été saisi d’une QPC concernant l’article L. 235-1 du Code de la route. Ce texte prévoit que toute personne qui conduit un véhicule après avoir fait un usage de stupéfiants encourt une peine de deux ans d’emprison-nement et 45 000 euros d’amende. Les requérants invoquent que l’absence de précision du taux de présence dans le sang de ces substances ne permet pas l’application stricte de la loi pénale par le juge.
Dans une telle situation, et sans précision, le juge est dans l’obligation de procéder par déduction, analogie ou induction. Or la loi le lui interdit. Ce texte a donc été déclaré inconstitutionnel, et le législateur a dû revoir sa copie pour l’incrimination d’un tel comportement.
La question de l’interprétation stricte de la loi pénale est au cœur de nombreux débats judiciaires, notamment sur la question de savoir s’il faut étendre au fœtus l’infraction d’atteinte involontaire à la vie. L’homicide involontaire est le fait d’ôter involontairement la vie à un être humain vivant et viable. Or, la question est de savoir si le fœtus peut être considéré comme un être humain vivant et viable.
6
Deux remarques s’imposent alors : • le fœtus n’a pas la personnalité juridique, il ne peut donc pas être considéré comme une personne physique ; • le fœtus n’est pas viable en dehors du ventre de sa mère. Il ne peut donc pas être considéré comme un être humain vivant et viable.
Ainsi, la chambre criminelle de la Cour de cassation a pris une décision en accord d’une part avec ces deux remarques, et d’autre part avec le respect du principe de l’interprétation stricte de la loi pénale : l’atteinte involontaire à la vie ne s’applique pas au fœtus.
La prévisibilité de la loi pénale Autre corollaire du principe de légalité : la clarté et la prévisibilité de la loi. Il n’est possible de condamner une personne physique ou morale pour la commission d’une infraction que si cette personne a connaissance du caractère délictueux de son acte au moment de sa commission. Ainsi, les infractions doivent être définies «en termes suffisamment clairs et précis pour exclure l’arbitraire», DC, 1981, Sécurité et liberté.
La loi doit être précise, claire et sans ambiguïté pour que le principe de légalité soit respecté. Une loi incompréhensible empêche les individus de connaître la loi, et les infractions, non ou mal définies, ne peuvent donc leur être appliquées.
LE CONTRÔLE DE LÉGALITÉ DE LA LOI PÉNALE Le principe de légalité des délits et des peines est un principe essentiel du droit pénal général. Il faut donc mettre en œuvre des moyens pour permettre le contrôle du respect de ce principe. La légalité de la loi est contrôlée en fonction des droits fondamentaux protégés par la Constitu-tion ou les conventions internationales, et notamment la Convention européenne des droits de l’homme.
S’agissant du droit international, des juridictions sont en charge du respect des règles énoncées par les lois nationales : • au niveau de l’Union européenne, on trouve la Cour de justice de l’Union européenne, en charge de contrôler la transposition des normes de l’Union dans la législation des États membres ; • au niveau du Conseil de l’Europe, on trouve la Cour européenne des droits de l’homme en charge de contrôler la conformité des lois des pays signataires avec les principes énoncés par la Convention ; • s’agissant du droit national, le Conseil constitutionnel a le pouvoir d’écarter l’application d’une loi contraire à la Constitution dès lors qu’il a été saisi dans le cadre de la procédure de la QPC.
7
2
LA RESPONSABILITÉ PÉNALE DES PERSONNES PHYSIQUES
«Nul n’est responsable pénalement que de son propre fait» – article 121-1 du Code pénal. Il est applicable en toute matière et pour toute sanction (pénale, administrative ou disciplinaire – CE, 29 octobre 2007). Ainsi, pour qu’une décision de condamnation puisse intervenir, la partici-pation du prévenu doit être caractérisée – Crim, 6 mars 1997.
LES INFRACTIONS INTENTIONNELLES Pour que l’infraction soit caractérisée, il doit être fait la démonstration d’un élément matériel et d’un élément moral. Dans le cadre de l’infraction intentionnelle, l’élément moral réside dans l’in-tention de l’auteur des faits de commettre l’infraction.
En droit pénal spécial, l’intention est souvent un élément constitutif de l’infraction. Pour le meurtre, il faut démontrer l’intention de donner la mort. Pour le viol, l’auteur doit avoir l’intention de pénétrer sa victime, tout en ayant conscience que cette dernière n’est pas consentante à l’acte.
Par exception la responsabilité pénale peut naître du fait d’autrui, et notamment la responsabilité pénale du chef d’entreprise dans le cas où ce dernier a l’obligation d’exercer une action directe sur les faits de ses préposés – Crim, 30 décembre 1892.
Le chef d’entreprise peut cependant être exonéré de sa responsabilité s’il apporte la preuve d’une délégation de pouvoir à un préposé investi par lui, et pourvu des compétences, de l’autorité et des moyens nécessaires pour veiller au respect de la loi et des règlements en vigueur – Crim, 19 janvier 1988.
LES INFRACTIONS NON INTENTIONNELLES Dans le cas des infractions non intentionnelles, la loi renvoie à la notion de faute commise par l’auteur. La loi du 10 juillet 2000, à l’origine de la rédaction de l’article 121-3 du Code pénal, énonce que de la nature du lien de causalité dépend la nature de la faute nécessaire pour engager la responsabilité pénale de l’auteur des faits. Ainsi, en matière d’infraction non intentionnelle commise par une personne physique, la responsabilité pénale de celle-ci découle d’une combi-naison entre la nature du lien de causalité (directe ou indirecte) et la nature de la faute (simple, caractérisée, ou délibérée).
Les définitions : • causalité directe : cause immédiate et déterminante ayant directement abouti à la réalisation du dommage – Crim, 25 septembre 2001 ; • causalité indirecte : elle naît de l’acte qui a créé ou contribué à créer la situation ayant permis la réalisation du dommage – définition légale donnée par l’article 121-3 du Code pénal, et reprise in extensopar la jurisprudence (CA Paris, 4 décembre 2000) ;
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les fichiers de police et de gendarmerie

de presses-universitaires-de-france

Les 100 mots de la police et du crime

de presses-universitaires-de-france

Réussir sa licence de droit

de EDITIONS_LETUDIANT

suivant