La responsabilité de protéger

De
Publié par

Le droit d'ingérence humanitaire se comprend comme une éthique de détresse, une obligation de protéger les personnes en danger de mort. La responsabilité de protéger traduit en acte la nécessité impérative de prendre soin de l'homme, ou de la collectivité humaine en général, quand les conditions de son existence connaissent une détérioration significative ou quand elles sont sur le point de le devenir.
Publié le : dimanche 15 novembre 2015
Lecture(s) : 3
Tags :
EAN13 : 9782336395753
Nombre de pages : 154
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Gyscard G d’I
La responsabilité de protéger Nouvelle approcHe du droît înternatîonal
La responsabilité de protéger
Nouvelle approche du droit international
Gyscard GANDOUd’ISSERET
La responsabilité de protéger
Nouvelle approche du droit international
-Congo
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : ͻ͹ͺ-ʹ-͵Ͷ͵-0͸͹ʹͶ-͹ EAN : ͻ͹ͺʹ͵Ͷ͵0͸͹ʹͶ͹
A Noel, Albert, Driss, Grégoire, Henri, Maryse, Jean Claude, Iko et Christine... ma grande reconnaissance.
Introduction
e  Le XX siècle aura sans doute été le siècle le plus tumultueux de l’histoire de l’humanité. Les deux guerres mondiales sont des preuves probantes. C’est au cours de ce siècle en effet que la carte géographique du monde a connu le plus de transformations et de mutations du fait de la guerre et de l’emploi des moyens de destruction les plus importants de toute l’histoire humaine.  Avec la dislocation des deux blocs – l’Est et l’Ouest – l’humanité a espéré en l’avènement d’un nouvel ordre mondial marqué par un climat de paix, l’équilibre et l’entente entre les Etats. L’éclatement des guerres, des conflits de toutes sortes et les tensions qui se sont enchaînés depuis le démantèlement du mur de Berlin ont largement démenti cet idéal d’un monde ainsi uni et pacifié.  En revanche, l’humanité a acquis au cours de ces dernières décennies un sens si fort du respect des droits de la personne humaine que l’on tend à arrimer la protection des droits humains au principe de souveraineté des Etats. L’évolution des droits de l’homme force même la reconnaissance d’un droit dit « d’ingérence humanitaire », puisque l’on tend en fait à faire prévaloir dans les relations interétatiques l’ingérence humanitaire comme une obligation d’assister et d’apporter de l’aide aux personnes victimes des catastrophes et des conflits de toutes sortes.  Attendu qu’un tel droit pose dans les faits quelques problèmes majeurs à savoir, la nécessité morale et
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.