//img.uscri.be/pth/e1a2edd7478019ffe7e9fa86bff64dd08958ecb1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,20 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Le congé bonifié des fonctionnaires territoriaux

De
64 pages
Informations administratives et juridiques n° 1-2017



I. Statut commenté

Dossier

Le congé bonifié des fonctionnaires territoriaux



Statut au quotidien

Mise en œuvre de la loi « déontologie » : les droits des représentants du personnel au CHSCT

Les cotisations au 1er janvier 2017



Veille jurisprudentielle



Fin anticipée de détachement : compétence de l’autorité de nomination



II. Actualité documentaire



Références



Textes

Documents parlementaires

Jurisprudence

Chronique de jurisprudence

Presse et livres





Voir plus Voir moins
Statut commenté
dossier
Le congé bonifié
des fonctionnaires territoriaux
e L’article 57 1° (2 alinéa) de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 permet aux fonctionnaires territoriaux originaires des départements d’outre-mer et de la collectivité d’outre-mer de Saint-Pierre-et-Miquelon exerçant leurs fonctions en métropole de bénéficier du régime des congés bonifiés institué dans la fonction publique de l’État. Sous certaines conditions, ce type de congés ouvre droit à une bonification de trente jours consécutifs de congés qui s’ajoute aux congés annuels de droit commun, ainsi qu’à la prise en charge des frais de voyage par l’administration et au versement d’une « indemnité de cherté de vie » pendant la durée du séjour.
2 iajjanvier 2017
e congé bonîfié a pour but de permettre aux agents Lterrîtorîaux orîgînaîres d’outre-mer de renouer régu-lîèrement, en dépît de leur éloîgnement, avec leurs attaches amîlîales et culturelles.
Jusqu’en 1994, les raîs lîés aux congés bonîfiés des onc-tîonnaîres terrîtorîaux étaîent prîs en charge par le Centre natîonal de la onctîon publîque terrîtorîale (CNFPT). L’État remboursaît au CNFPT les sommes correspondant à ces raîs sous la orme d’une dotatîon spécîfique quî étaît întégrée dans la dotatîon globale de onctîonnement(1).
er Depuîs le 1 janvîer 1995, par suîte de la modîficatîon de l’artîcle 12-1 de la loî du 26 janvîer 1984 par la loî n°94-1134
(1) Rapport d’înormatîon du 25 septembre 2003 sur la onctîon publîque de l’État et la onctîon publîque locale outre-mer, Marc Laineur, document de l’Assemblée natîonale n°1094.
du 27 décembre 1994(2), la charge financîère de ces raîs est dîrectement supportée par les employeurs terrîtorîaux.
Une réorme des congés bonîfiés, comportant notamment une clarîîcatîon de ses condîtîons d’accès, avaît été annoncée en 2008(3). Cette réorme, quî devaît aîre l’objet d’une concertatîon approondîe avec les organîsatîons syndîcales de onctîonnaîres, n’a jusqu’à présent pas aboutî.
Le décret n°88-168 du 15 évrîer 1988(4)prîs pour l’applî-catîon de l’artîcle 57 1° de la loî du 26 janvîer 1984 alîgneles modalîtés de mîse en œuvre du régîme de congé bonîfié des onctîonnaîres terrîtorîaux sur celles prévues pour les er agents de l’État par les artîcles 1 à 11 du décret n°78-399du 20 mars 1978 (5), sous réserve de certaînes règles par-tîculîères.
Les artîcles vîsés en renvoî par ce décret ne sont touteoîs pas tous transposables aux onctîonnaîres terrîtorîaux car îls recouvrent plusîeurs cas d’accès à la bonîficatîon propres à la onctîon publîque de l’État, quî concernent notamment les onctîonnaîres de l’État dont la résîdence habîtuelle est sîtuée : – en métropole et quî exercent leurs onctîons dans undépartement d’outre-mer, – dans un département d’outre-mer et quî sont afectés dans le même département d’outre-mer, – dans un département d’outre-mer et quî exercent leurs onctîons dans un autre département d’outre-mer.
Outre la jurîsprudence admînîstratîve, plusîeurs cîrculaîres ont apporté des précîsîons utîles sur la mîse en œuvre de ce dîsposîtî : – la cîrculaîre mînîstérîelle du 16 août 1978 concernant l’applîcatîon du décret n°78-399 du 20 mars 1978 relatî, pour les départements d’outre-mer, à la prîse en charge des raîs de voyage de congés bonîfiés accordés aux ma-gîstrats et onctîonnaîres cîvîls de l’État, – la cîrculaîre mînîstérîelle n°2129 du 3 janvîer 2007 rela-tîve aux condîtîons d’attrîbutîon des congés bonîfiés aux agents des troîs onctîons publîques.
(2) Loî n° 94-1134 du 27 décembre 1994 modîfiant certaînes dîsposîtîons relatîves à la onctîon publîque terrîtorîale. (3)Questîons écrîtes n°44945 du 24 mars 2009 (A.N.) et n°07378 du 12 évrîer 2009 (S). (4)Décret n°88-168 du 15 évrîer 1988 prîs pour l’applîcatîon des dîsposîtîons du deuxîème alînéa du 1° de l’artîcle 57 de la loî n° 84-53 du 26 janvîer 1984 modîfiée portant dîsposîtîons statutaîres relatîves à la onctîon publîque terrîtorîale. (5) Décret n°78-399 du 20 mars 1978 modîfié relatî, pour les départements d’outre-mer, à la prîse en charge des raîs de voyage de congés bonîfiés accordés aux magîstrats et onctîonnaîres cîvîls de l’État.
LE CONGÉ BONIFIÉ DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX
Seront successîvement présentés dans ce dossîer : – le champ d’applîcatîon du congé bonîfié, – les caractérîstîques de ce congé, – les avantages quî luî sont attachés.
Le champ d’application du congé bonifié
Le congé bonîfié est accessîble au onctîonnaîre tîtulaîre orî-gînaîre d’une collectîvîté d’outre-mer en posîtîon d’actîvîté ou, dans certaîns cas de détachement, quî a conservé sa résîdence habîtuelle dans son terrîtoîre d’orîgîne.
Les fonctionnaires éligibles
Le territoire d’origine
Le congé bonîfié est ouvert au onctîonnaîre terrîtorîal, exer-çant ses onctîons en métropole, orîgînaîre de l’un des dé-partements suîvants : – la Guadeloupe, – la Guyane, – la Martînîque, – Mayotte, – la Réunîon.
Il est également accessîble aux agents orîgînaîres de l’archî-pel de Saînt-Pîerre-et-Mîquelon, quî constîtue une collectî-vîté d’outre-mer(6)maîs quî est assîmîlé à un département d’outre-mer au regard du régîme des congés bonîfiés.
S’agîssant de la collectîvîté de Mayotte, devenue un dépar-tement d’outre-mer en mars 2011 en applîcatîon de la loî organîque n° 2010-1486 du 7 décembre 2010(7), le régîme des congés bonîfiés est applîcable aux onctîonnaîres terrî-torîaux orîgînaîres de ce département depuîs la publîcatîon du décret 2014-729 du 27 juîn 2014(8). Antérîeurement, îls bénéficîaîent d’un congé spécîfique. Ce décret prévoît des dîsposîtîons dérogatoîres, à tître transîtoîre, pour les agents orîgînaîres de Mayotte ayant ou non acquîs avant le er 1 juîllet 2014 des droîts à congé spécîfique.
(6) Artîcle LO6411-1 du CGCT. (7)LO3511-1 du CGCT. Artîcle (8) Décret n°2014-729 du 27 juîn 2014 portant applîcatîon à Mayotte des dîsposîtîons relatîves aux congés bonîfiés pour les magîstrats et les onctîonnaîres.
iajjanvier 2017
3
4
LE CONGÉ BONIFIÉ DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX
Les onctîonnaîres orîgînaîres des terrîtoîres d’outre-mer (terres australes et antarctîques rançaîses) et des Îles éparses de l’Océan Indîen n’entrent pas dans le champ d’ap-plîcatîon des congés bonîfiés.
La qualité de fonctionnaire titulaire
Seuls les onctîonnaîres tîtulaîres d’un grade sont élîgîbles au congé bonîfié. Les onctîonnaîres stagîaîres et les agents contractuels ne peuvent y prétendre.
Dans le cas des onctîonnaîres stagîaîres, le second alînéa de l’artîcle 57 1° de la loî du 26 janvîer 1984 est en efet exclu de l’artîcle 7 du décret du 4 novembre 1992(9)quî dé-termîne les congés auxquels ont droît ces onctîonnaîres. Ce prîncîpe s’applîque également au onctîonnaîre tîtulaîre dé-taché pour stage dans un nouveau cadre d’emploîs. Les agents contractuelsne peuvent prétendre S’agîssant des agents au congé bonifié contractuels, l’exclusîon du champ des congésbonîfiés résulte de l’artîcle 136 de la loî du 26 janvîer 1984. Le second alînéa de l’artîcle 57 1° ne aît en efet paspartîe des dîsposîtîons statutaîres quî leur sont applîcables en vertu de cet artîcle.
La position
Le onctîonnaîre placé en posîtîon d’actîvîté peut prétendre au congé bonîfié quelles que soîent les modalîtés d’exercîce des onctîons(10).
Concernant les agents nommés dans des emploîs à temps non complet, le décret du 20 mars 1991 ouvre l’accès au congé bonîfié aussî bîen aux onctîonnaîres întégrés dans un cadre d’emploîs (ceux dont la durée hebdomadaîre de travaîl est égale ou supérîeure à 17 heures 30) qu’auxonctîonnaîres non întégrés dans un cadre d’emploîs (ceux dont la durée hebdomadaîre de travaîl est înérîeure à17 heures 30)(11).
(9)n°92-1194 du 4 novembre 1992 fixant les dîsposîtîons Décret communes applîcables aux onctîonnaîres stagîaîres de la onc-tîon publîque terrîtorîale. (10) Par exemple, l’agent bénéficîaîre d’une décharge d’actîvîtépour mandat syndîcal est réputé être en posîtîon d’actîvîté. (11) Artîcles 12 et 35 du décret n°91-298 du 20 mars 1991 portant dîsposîtîons statutaîres applîcables aux onctîonnaîres terrîto-rîaux nommés dans des emploîs permanents à temps non complet.
 iajjanvier 2017
S’agîssant des onctîonnaîres exerçant leur servîce à temps partîel, le bénéfice du congé bonîfié résulte de l’artîcle 9 du décret du 29 juîllet 2004(12)alîgne leurs droîts quî à congés sur ceux des onctîonnaîres accomplîssant unservîce à temps pleîn.
Le onctîonnaîre terrîtorîal placé en posîtîon de détache-ment est assujettî aux règles régîssant la onctîon ou l’emploî qu’îl exerce par l’efet du détachement, conormément au prîncîpe posé par les artîcles 64 et 66 de la loî du 26 janvîer 1984. Dès lors, s’îl est détaché dans un cadre d’emploîs de la onctîon publîque terrîtorîale, îl bénéficîe des mêmes droîts à congés que les onctîonnaîres terrîtorîaux en actîvîté. Dans l’hypothèse d’un détachement au seîn d’une autre onctîon publîque (FPE ou FPH) le onctîonnaîre terrîtorîal pourra prétendre au congé bonîfié selon les dîsposîtîons statutaîres en vîgueur dans l’admînîstratîon d’accueîl, sous réserve d’une décîsîon avorable prîse par cette dernîère. Enfin, sî le déta-chement a lîeu auprès d’une entreprîse ou d’un organîsme prîvé, d’un groupement d’întérêt publîc ou encore d’uneassocîatîon, le onctîonnaîre ne relève plus des dîsposî-tîons de la loî du 26 janvîer 1984 relatîves aux congés. Un éventuel accès au congé bonîîé ou à un dîsposîtîsîmîlaîre est alors détermîné au regard de la réglementatîonapplîcable dans la structure d’accueîl.
Dans l’hypothèse d’une mîse à dîsposîtîon, le onctîonnaîre demeure en posîtîon d’actîvîté dans son cadre d’emploîs d’orîgîne et peut donc accéder au congé bonîfié. La décî-sîon d’octroî relève touteoîs de l’admînîstratîon ou de l’orga-nîsme d’accueîl(13), compétente pour prendre les décîsîons relatîves aux congés annuels(14).
Les onctîonnaîres placés dans les autres posîtîons statu-taîres énoncées par l’artîcle 12bisde la loî du 13 juîllet 1983– dîsponîbîlîté et congé parental – ne sont pas concernés par la bonîficatîon.
(12)Décret n°2004-777 du 29 juîllet 2004 relatî à la mîse en œuvre du temps partîel dans la onctîon publîque terrîtorîale. (13)6-I, décret n°2008-580 du 18 juîn 2008 relatî au régîme Artîcle de la mîse à dîsposîtîon applîcable aux collectîvîtés terrîtorîales et aux établîssements publîcs locaux. (14)réserve des cas de dérogatîon prévus par l’artîcle 6-I du Sous décret n°2008-580 du 18 juîn 2008 :  – en cas de pluralîté d’organîsmes d’accueîl,  – sî la mîse à dîsposîtîon est efectuée pour une quotîté de travaîl égale ou înérîeure au mî-temps,  – sî la mîse à dîsposîtîon est prononcée auprès d’un des orga-nîsmes mentîonnés par le cînquîème alînéa de l’artîcle 61-1 de la loî du 26 janvîer 1984 (notamment, les organîsmes contrîbuant à la mîse en œuvre d’une polîtîque des collec-tîvîtés terrîtorîales).
La détermination du lieu de résidence habituelle
Le congé bonîfié bénéficîe au onctîonnaîre terrîtorîal quî apporte la preuve qu’îl a conservé sa résîdence habîtuelle dans sa collectîvîté d’outre-mer d’orîgîne.
Le principe
À l’appuî de sa demande, le onctîonnaîre doît démontrer que la collectîvîté d’outre-mer pour laquelle îl sollîcîte l’octroî d’un congé bonîfié constîtue son lîeu de résîdence habîtuelle au sens de l’artîcle 3 du décret du 20 mars 1978 précîté, c’est-à-dîre celuî où se trouve« le centre Le fonctionnaire doit de ses intérêts moraux et apporter la preuve que matériels ». sa résidence habituelle est située outremer La cîrculaîre du 3 janvîer 2007 précîse que l’examen du dossîer de l’agent doît révéler que la« résidence habituelle »învoquée pour demander le congé bonîfié est bîen le« centre de ses intérêts matériels et moraux ».
LE CONGÉ BONIFIÉ DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX
En l’état actuel des textes, aucune dîsposîtîon légîslatîve ou réglementaîre ne définît cette notîon. Il appartîent à l’auto-rîté terrîtorîale de procéder à un examen d’ensemble de la sîtuatîon de chaque agent et de détermîner, sous le contrôle du juge, le centre de ses întérêts moraux et matérîels.
La cîrculaîre mînîstérîelle du 3 janvîer 2007 précîtée recense les dîférents crîtères, îssus notamment de la jurîsprudence, pouvant servîr à la détermînatîon de cette notîon.
Ces prîncîpaux crîtères sont : – le domîcîle des père et mère ou à déaut des parents les plus proches, – le domîcîle avant l’entrée dans l’admînîstratîon, – les bîens oncîers sîtués sur le lîeu de la résîdence habî-tuelle déclarée dont l’agent est proprîétaîre ou locataîre, – le lîeu de naîssance de l’agent, – le bénéfice antérîeur d’un congé bonîfié.
Liste indicative des pièces justificatives pour chaque critère d’appréciation(Source : circulaire ministérielle n°44000 du 19 juin 2014)
CRITÈRES D’APPRÉCIATION Résidence des père et mère ou, à défaut, des parents les plus proches sur le territoire considéré
Biens fonciers situés sur le territoire considéré dont le fonctionnaire est locataire ou propriétaire
Résidence sur le territoire considéré avant l’entrée dans la fonction publique
Lieu de naissance du fonctionnaire sur le territoire considéré
Comptes bancaires, d’épargne ou postaux dont le fonctionnaire est titulaire sur le territoire considéré
Paiement par le fonctionnaire de certains impôts, notamment l’impôt sur le revenu, sur le territoire considéré
Inscription du fonctionnaire sur les listes électorales d’une commune sur le territoire considéré
Naissance des enfants sur le territoire considéré
Études effectuées par le fonctionnaire et/ou ses enfants sur le territoire considéré
EXEMPLE DE PIÈCES JUSTIFICATIVES
Pièce d’identité, titre de propriété, taxe foncière, bail, quittance de loyer, taxe d’habitation, etc.
Bail, quittance de loyer, taxe d’habitation, titre de propriété, taxe foncière,etc.
Bail, quittance de loyer, taxe d’habitation, etc.
Pièce d’identité, extrait d’acte de naissance, etc.
Relevé d’identité bancaire, etc.
Avis d’imposition
Carte d’électeur, etc.
Pièce d’identité du/des enfant (s), extrait d’acte de naissance, etc.
Diplôme (s), certificat (s) de scolarité, etc.
iajjanvier 20175