Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Chapitreintroductif
GENÈSE ET AMBITIONSD’UNE RÉFORME
Presque trente ans après a premîère oî de décentraîsatîon, une troîsîème grande réforme (ou du moîns annoncée comme tee) concernant es coectîvîtés terrîto-rîaes est mîse en œuvre, avec ’objectîf ambîtîeux d’améîorer et de modernîser ’admînîstratîon ocae.
Mettant en exergue une décentraîsatîon compexe dans ses structures et son organîsatîon, e présîdent de a Répubîque Nîcoas Sarkozy justîiaît a nécessîté d’une « profonde réforme de ’admînîstratîon terrîtorîae » destînée à sîmpîier es écheons terrîtorîaux, à carîier a répartîtîon des compétences, à renforcer a démocratîe ocae, cecî s’înscrîvant égaement dans un soucî de ratîonaîser es inances pubîques.
Cette réforme apparaîssaît aussî nécessaîre dans un contexte ayant déjà vu a réor-ganîsatîon des servîces déconcentrés de ’État par e bîaîs de a révîsîon générae des poîtîques pubîques. Les coectîvîtés terrîtorîaes ne sembaîent pas pouvoîr échapper à a voonté étatîque de changer ’admînîstratîon dans son ensembe. I s’agîssaît d’améîorer a cohérence de ’ensembe décentraîsé en ’înscrîvant dans une vîsîon générae de ’admînîstratîon terrîtorîae puîsque ses deux grands ééments, déconcentrés et décentraîsés, devaîent être profondément remanîés ; vîsîon générae maîs aussî vîsîon renouveée d’une admînîstratîon dorénavant puîssamment condîtîonnée par e soucî de dîmînuer es dépenses pubîques.
Dans a ettre de mîssîon que e chef de ’État adresse, e 22 octobre 2008, au pré-sîdent du Comîté de réforme des coectîvîtés ocaes, Édouard Baadur, î trace un bîan négatîf d’une décentraîsatîon qu’î est împératîf de réformer, sous peîne de a voîr devenîr îneficace voîre nuîsîbe au fonctîonnement de ’État :« prolî-fératîon des échelons de décîsîon, confusîon dans la répartîtîon des compétences, absence de netteté dans la répartîtîon des moyens […] îl en résulte de multîples înconvénîents : lourdeur des procédures, aggravatîon des coûts, îneficacîté des înterventîons publîques et, inalement, éloîgnement des cîtoyens ». Les avan-
8
Le devenir des collectivités territoriales
tages dont ee devaît être porteuse (décîsîon prîse au pus près des besoîns de a popuatîon et de ce faît pus rapîde, pus transparente et démocratîque, moîns onéreuse), ne sont pus réaîsés maîs à ’înverse, ee sembe compexe, dîspen-dîeuse et îneficace.
Les crîtîques sont sévères et a réforme apparaït quasîment comme une forme de sauvetage d’une décentraîsatîon vouée à s’améîorer ou à perdre de sa égîtîmîté et donc à dîsparaïtre…
 I. D’un Acte I-fondation à un Acte II, timide renforcement de la décentralisation
Pourtant trente ans auparavant, a réforme portant décentraîsatîon sembaît îndîspensabe aux dysfonctîonnements înduîts par un trop grand centraîsme de 1 ’appareî admînîstratîf et mîs en avant dans e rapport « Vîvre ensembe » rédîgé en 1976 à a demande de Vaéry Gîscard d’Estaîng, aors présîdent de a Répu-bîque.
L’aternance poîtîque de 1981 ne modîie pas cette vîsîon et concrétîse e chan-gement. La nécessîté de transférer des compétences à des entîtés ocaes auto-nomes par rapport à ’État, d’érîger une dîversîté de centres de décîsîon pour mîeux répondre aux besoîns de a popuatîon, aboutît au vote de a oî du 2 mars 1982 reatîve aux « droîts et îbertés des communes, des départements et des 2 régîons » , înstaurant a décentraîsatîon.
Cet «Acte I de la décentralîsatîon» dont a oî de 1982 n’est qu’un des nombreux textes, même s’î est e texte fondateur, symboîque, exprîme une façon nouvee d’envîsager ’admînîstratîon : – e transfert d’un certaîn nombre de mîssîons au proit des coectîvîtés terrîto-3 rîaes ; – a créatîon de a régîon comme nouvee catégorîe de coectîvîtés au côté des communes et départements ;
1.Vivre ensemble,Rapport de a Commîssîon de déveoppement des responsabîîtés ocaes présîdée par Oîvîer Guîchard, La Documentatîon françaîse, 1976 (2 vo.). 2. Loî n° 82-213 du 2 mars 1982 reatîve aux droîts et îbertés des communes, des départements et des régîons. 3. Loî n° 83-8 du 7 janvîer 1983 reatîve à a répartîtîon des compétences entre es communes, es dépar-tements, es régîons et ’État et oî n° 83-663 du 22 juîet 1983 compétant a oî du 7 janvîer 1983.
Chapitre introductif • GENÈSE ET AMBITIONS D’UNE RÉFORME
– a suppressîon oficîee de a tutee de ’État rempacée par un contrôe de 4 égaîtéa posterîorîeffectué par e juge ; – et e transfert des exécutîfs de a régîon et du département, des préfets aux présîdents des assembées déîbérantes concernées, sont queques-unes des înnovatîons embématîques posées par a réforme de 1982-1983. Les années quî suîvîrent et es aternances poîtîques conirmèrent e prîncîpe dorénavant admîs d’une décentraîsatîon înévîtabe, împératîve au seîn d’un État demeurant unîtaîre. Magré queques crîtîques et un certaîn nombre de pro-bèmes sans doute dus à ’apprentîssage d’une îberté d’admînîstratîon quî avaît tardé à être réaîsée, a décentraîsatîon ne fut pas remîse en cause dans son prîn-cîpe et sa nécessîté. Au contraîre, vîngt ans après, î apparut îndîspensabe de a renforcer par une nouvee réforme quî nécessîta une révîsîon constîtutîonnee d’envergure et a réécrîture de ’artîce 72 de a Constîtutîon. Cet «Acte II de la décentralîsatîon» étaît un ensembe de dîfférents textes, comprenant a oî constîtutîonnee du 28 mars 2003, troîs oîs organîques, sur ’expérîmentatîon, e référendum oca et ’autonomîe inancîère des coectîvîtés terrîtorîaes et une oî ordînaîre de trans-5 fert de compétences du 13 août 2004 .
Cette réforme présentaît un nombre împortant d’înnovatîons, notamment sous forme d’énoncés de prîncîpes quî devaîent permettre un renforcement et un an-crage constîtutîonne de a décentraîsatîon et de certaîns de ses ééments. Maîs en faît, ee s’est cantonnée soît à reconnaïtre jurîdîquement un certaîn nombre d’ééments déjà exîstants sans que cette oficîaîsatîon ne modîie eur nature ou eur vaeur, soît à énoncer de vérîtabes înnovatîons maîs dont a concrétîsatîon restreînte n’a donné qu’une portée îmîtée :
– dans e premîer cas de igure, aréforme a înscrît la régîon dans la Constî-tutîon, uî accordant a même protectîon constîtutîonnee qu’aux communes et départements. I en est de même pour a notîon d’«organîsatîon décentralîsée de la Républîque», ce quî a aîssé penser que a décentraîsatîon, et pus seue-ment e prîncîpe de îbre admînîstratîon des coectîvîtés quî sembaît pus împré-cîs, donc moîns protecteur, seraît davantage garantîe en permettant d’înluencer
4. Loî n° 82-623 du 22 juîet 1982 modîiant et compétant a oî du 2 mars 1982 et précîsant es condî-tîons d’exercîce du contrôe admînîstratîf sur es actes des autorîtés communaes, départementaes et régîonaes. 5. LC n° 2003-276 du 28 mars 2003 reatîve à ’organîsatîon décentraîsée de a Répubîque – LO n° 2003-er 704 du 1 août 2003 reatîve à ’expérîmentatîon par es coectîvîtés terrîtorîaes – LO n° 2003-705 du er 1 août 2003 reatîve au référendum oca – LO n° 2004-758 du 29 juîet 2004 reatîve à ’autonomîe inancîère des coectîvîtés terrîtorîaes – Loî n° 2004-809 du 13 août 2004 reatîve aux îbertés et respon-sabîîtés ocaes.
9
10
Le devenir des collectivités territoriales
a jurîsprudence du Conseî constîtutîonne dans un sens moîns unîatéraement protecteur du seu prîncîpe de ’État unîtaîre. Les posîtîons utérîeures du Conseî ont démontré qu’î n’en étaît rîen. De même, a nouvelle garantîe constîtutîon-nelle offerte au pouvoîr réglementaîre des collectîvîtéspouvaît aîsser présager un changement de nature ou d’étendue de ce pouvoîr, ce quî, à non pus, n’a pas été e cas ;
– concernantles înnovatîons à la portée lîmîtée, ees souevèrent certaînes espé-rances maîs quî retombèrent bîen vîte. Ce fut e cas dela procédure d’expérîmen-tatîonsuscîta d’aîeurs autant d’espoîrs que de craîntes maîs quî se révéa quî surtout un procédé entre es maîns de ’État, es coectîvîtés ne servant que de « cobayes » aux expérîences vouues par ’État quî, ees-mêmes, furent très ré-duîtes…
La reconnaîssance constîtutîonnee duprîncîpe de subsîdîarîtéau proit des co-ectîvîtés n’aboutît à aucun changement notabe, e Conseî constîtutîonne ayant îmîté sa portée en estîmant qu’î n’opéreraît qu’un contrôe restreînt, ne permet-tant qu’une protectîon reatîve de ce prîncîpe, bîen en deçà de ce quî avaît été 6 espéré . I en fut de même pour ’énoncé constîtutîonne très prometteurdu prîn-cîpe de l’autonomîe inancîère des collectîvîtésquî suscîta de grandes espérances vîte déçues par a oî organîque du 29 juîet 2004 et sa déinîtîon très arge des ressources propres des coectîvîtés, vîdant ce prîncîpe de rée contenu. Enin, que dîre de ’effectîvîté des nouveautés que furentle droît de pétîtîon ou le référen-dum local, cantonnés à des procédés pus symboîques que tangîbes ?
Cette réforme ne se concrétîsa vraîment que par de nouveaux transferts de com-pétences, ce quî est bîen peu au regard de ’ampeur jurîdîque qu’ee avaît prîse. Qu’î s’agîsse de sîmpes « mîses au poînt jurîdîques » ou de réees înnovatîons maîs peu réaîsées, a oî de 2003 est décevante dans sa traductîon factuee.
Sî a réforme de 2003-2004 paraït tîmorée dans ses înnovatîons, ee ne permet pas non pus de répondre aux probèmes înhérents à a décentraîsatîon, poîntés du doîgt de manîère récurrente par es rapports et bîans. Qu’î s’agîsse de ’en-chevêtrement des compétences, de ’empîement des nîveaux ou de ’însufisance du contrôe de égaîté, a oî, soît ne donne pas de réponse pertînente et eficace, soît n’en faît pas état, comme pour e contrôe de égaîté.
Aînsî, en matîère de compétences, ’acte II de a décentraîsatîon n’a pas permîs de carîier eur répartîtîon entre es écheons : a notîon decollectîvîté chef de ilen’a pu assurer davantage de vîsîbîîté au seîn des attrîbutîons des coectîvîtés, tout comme es transferts de compétences organîsés par a oî du 13 août 2004. La méthodoogîe utîîsée, moîns autorîtaîre et pus pragmatîque qu’en 1983 et
6. Cons. const., décîsîon n° 2005-516 DC du 7 juîet 2005, Loî de programme ixant es orîentatîons de a poîtîque énergétîque, cons.12.
Chapitre introductif • GENÈSE ET AMBITIONS D’UNE RÉFORME
consîstant à proposer des compétences et à aîsser es coectîvîtés se porter can-dîdates, a aboutî à ce que es mêmes compétences n’appartîennent pas nécessaî-rement à a même catégorîe de coectîvîtés et que es coectîvîtés d’une même catégorîe n’exercent pus es mêmes compétences. On e voît, a oî de 2004 ne rège pas a questîon de ’enchevêtrement des compétences, bîen au contraîre pourraît-on dîre…
L’Acte II ne répond pas davantage à a compexîté înstîtutîonnee de ’admînîs-tratîon décentraîsée puîsqu’aucune suppressîon ou fusîon n’est envîsagée. Le « mîlle-feuîlle » terrîtorîalse déveoppe donc, renforcé par ’essor des structures întercommunaes, sans qu’aucune soutîon ne soît apportée à ce quî paraït constî-tuer un déicît démocratîque de a décentraîsatîon : a structuratîon des entîtés décentraîsées apparaït teement compîquée qu’ee en devîent opaque et peu compréhensîbe pour e cîtoyen.
Les espoîrs souevés par cette réforme sont donc retombés devant a réaîté d’une appîcatîon décevante : a oî de 2004 étaît donc à peîne pubîée que ’on savaît déjà qu’un nouveau texte seraît nécessaîre pour donner de a îsîbîîté à cette confusîon de compétences et d’entîtés.
II. La loi du 16 décembre 2010 : une réforme ambitieuse pour une décentralisation rénovée ?
Parvenu à a présîdence de a Répubîque en maî 2007, Nîcoas Sarkozy s’attee à une rénovatîon de ’admînîstratîon à aquee n’échappent pas es coectîvî-tés terrîtorîaes. Dîfférents rapports sont rédîgés ain d’effectuer un bîan de a 7 décentraîsatîon et tous poîntent es mêmes dîficutés : répartîtîon compexe et îneficace des compétences, absence d’autonomîe inancîère réee des coectî-vîtés, compexîté et empîement des structures terrîtorîaes, déveoppement îna-chevé des structures întercommunaes…
De manîère pus spécîique et ain de préparer une réforme annoncée des coec-tîvîtés, e présîdent de a Répubîque réunît, en octobre 2008, un comîté présîdé par ’ancîen Premîer mînîstre Édouard Baadur et composé de onze membres, dont Pîerre Mauroy, Gérard Longuet, ’unîversîtaîre Mîche Verpeaux, e préfet de a régîon Ie-de-France, Danîe Canepa. Lerapport«Il est temps de décîder»
7. Cf. Rapport du groupe de travaî présîdé par Aaîn Lambert, dans e cadre de a révîsîon générae des poîtîques pubîques, « Les reatîons entre ’État et es coectîvîtés ocaes », remîs en décembre 2007. Rapport de a commîssîon pour a « îbératîon de a croîssance », présîdée par Jacques Attaî, et remîs en janvîer 2008. Rapport Warsmann sur a « carîicatîon de ’organîsatîon et des compétences des coectîvî-tés terrîtorîaes » rendu en octobre 2008. Rapport rendu en juîn 2009 par a mîssîon temporaîre du Sénat sur ’organîsatîon des coectîvîtés terrîtorîaes présîdée par Caude Beot… entre autres.
1
1
12
Le devenir des collectivités territoriales
est remîs au prîntemps 2009 eténonce vîngt proposîtîonsdont certaînes seront reprîses par e projet de oî déposé à ’automne 2009 devant e Sénat.
L’adoptîon de a oî ne s’est pas faîte sans dîficutés puîsqu’ee a nécessîté troîs ectures devant es assembées et a réunîon d’une commîssîon mîxte parîtaîre, montrant a dîvergence des opînîons. La dîficuté de trouver un terraîn d’en-tente a surtout aboutî à ce que a oî pose des réformes consîdérées comme en deçà des proposîtîons faîtes par e rapport et marquées d’une voonté d’évîter un trop grand boueversement de ’exîstant, voîre d’un certaîn conservatîsme de a part des éus. I est vraî qu’î étaît prévu qu’ee se feraît à droît constîtutîonne constant, sans révîsîon constîtutîonnee, ce quî a îmîté a marge de manœuvre du égîsateur.
Au terme d’une procédure parementaîre ongue et houeuse, a oî de réforme 8 des coectîvîtés terrîtorîaes fut adoptée e 16 décembre 2010 . Le Conseî constî-9 tutîonne, saîsî par es parementaîres, rendît sa décîsîon e 9 décembre 2010 et admît a conformîté de a oî à a Constîtutîon, hormîs e tabeau ixant e nombre de conseîers terrîtorîaux pour vîoatîon du prîncîpe d’égaîté devant es suffrages. Censure partîee quî n’a pas empêché a promugatîon de a oî sans cette dîsposîtîon. Une oî utérîeure est venue précîser e nombre de ces futurs 10 éus terrîtorîaux .
Pour aller plus loin Cette décîsîon du Conseî constîtutîonne, très attendue car ee devaît permettre au Conseî de répondre à des questîons essentîees en matîère de droît constîtutîonne des coectîvîtés et de conformîté de a oî avec certaîns prîncîpes de a décentraîsatîon, a beaucoup déçu du faît de réponses apîdaîres à des înterrogatîons pourtant fondamentaes. En effet, e Conseî ne s’est pas caîrement prononcé sur es questîons reatîves au prîncîpe du conseîer terrîtorîa, de a suppressîon de a cause générae de compétence au regard des prîncîpes constîtutîonnes de subsîdîarîté, de îbre admînîstratîon des coectîvîtés… Le pus souvent, î se borne à dîre que a oî ne porte pas atteînte à ces prîncîpes sans argumenter. Cette décîsîon auraît pu être ’occasîon d’înléchîr sa jurîsprudence habîtueement protectrîce de ’unîté de ’État et de faîre progresser e droît constîtutîonne de a décentraîsatîon, maîs cette opportunîté ne paraït pas avoîr été saîsîe…
La réforme des coectîvîtés terrîtorîaes ne se cantonne pas à a seue oî du 16 dé-cembre 2010, maîs s’înscrît dans un ensembe égîsatîf pus arge, comme ce fut e cas pour es réformes précédentes de décentraîsatîon : cee-cî concernant un domaîne vaste (compétences, inances, structures…), nécessîte ’adoptîon de pu-
8. Loî n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des coectîvîtés terrîtorîaes (LRCT),JO17 dé-cembre 2010, p. 22146. 9. Cons. const., décîsîon n° 2010-618 DC,JO17 décembre, p. 22181. 10. Loî n° 2011-871 du 26 juîet 2011 ixant e nombre des conseîers terrîtorîaux de chaque départe-ment et de chaque régîon,JO27 juîet, p. 12746.
Chapitre introductif • GENÈSE ET AMBITIONS D’UNE RÉFORME
sîeurs textes spécîaîsés à partîr d’un texte pus généra. Cette réforme n’échappe pas à a rège, a dîfférence îcî étant que e texte porteur de a réforme n’est pas e texte înîtîa, premîer chronoogîquement, puîsque a oî du 16 décembre 2010 a été précédée de deux autres oîs :
11 – aînsî, aloî de inances pour 2010datée du 30 décembre 2009 quî a supprîmé a taxe professîonnee et ’a rempacée par acontrîbutîon économîque terrîto-rîale a été a premîère étape de cette réforme, pensée dans ’objectîf prîncîpa sî ce n’est excusîf, de réductîon des dépenses pubîques. La questîon inancîère est donc ’éément décencheur de a réforme et faît ’objet d’un texte dîstînct et premîer ;
12 – aloî du 16 févrîer 2010prend égaement pace dans cet ensembe et prépare ’înstauratîon duconseîller terrîtorîal en organîsant e renouveement conco-mîtant des conseîs régîonaux et généraux en 2014 et en écourtant e mandat des dernîers éus régîonaux et généraux : es conseîers régîonaux éus en 2010 auront un mandat de quatre ans et non de sîx et es conseîers généraux éus en 2011 auront aussî un mandat amputé puîsqu’îs sont éus pour troîs ans et non sîx.
Pour aller plus loin Le Conseî constîtutîonne saîsî, a admîs a conformîté de cette oî à a Constîtutîon dans sa 13 décîsîon du 11 févrîer 2010 : e égîsateur a pu modîier a durée de mandats futurs car cea étaît justîié par un but d’întérêt généra, ceuî d’înformer à temps es éecteurs que es éus qu’îs aaîent désîgner auraîent un mandat raccourcî. Le Conseî admet cette modîicatîon aors que a réforme du conseîer terrîtorîa n’est pas adoptée, précîsant que « [e égîsateur] n’étaît pas tenu de subordonner cette modîicatîon à ’entrée en vîgueur de a réforme envîsagée » (cons. 14). On ne pourra pas se paîndre qu’î n’a pas faît preuve de cohérence préventîve… I est vraî que cette oî constîtuaît une condîtîon préaabe et nécessaîre à a réforme du conseîer terrîtorîa et que sa censure auraît empêché a mîse en pace du nouve éu dès 2014, entravant a voonté du gouvernement. I est vraî aussî que e projet de cette oî éectorae a été déposé e même jour que ceuî de a réforme des coectîvîtés énonçant ’înnovatîon projetée : e Conseî constîtutîonne, înformé qu’une réforme étaît en cours, en a tenu compte montrant a cohé-rence de ’ensembe.
14 On ne peut îgnorer aloî spécîique au Grand Parîs du 3 juîn 2010quî, même sî ee ne s’înscrît pas compètement dans a réforme des coectîvîtés, concerne toutefoîs un terrîtoîre cîrconscrît et ’avenîr des coectîvîtés au seîn de ce terrî-toîre. La oî du 16 décembre 2010 prend d’aîeurs en compte cette partîcuarîté puîsqu’ee prévoît expressément qu’ee ne s’appîquera pas, pour certaîns de ses
11. Loî n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de inances pour 2010,JO31 décembre 2009. 12. Loî n° 2010-145 du 16 févrîer 2010 organîsant a concomîtance des renouveements des conseîs régîonaux et des conseîs généraux,JO17 févrîer. 13. Cons. const., décîsîon n° 2010-603 DC du 11 févrîer 2010, Loî organîsant a concomîtance des renou-veements des conseîs régîonaux et des conseîs généraux. 14. Loî n° 2010-597 du 3 juîn 2010 reatîve au Grand Parîs,JO5 juîn 2010.
1
3
14
Le devenir des collectivités territoriales
ééments comme es métropoes ou ’achèvement de a carte întercommunae, sur e terrîtoîre ou une partîe du terrîtoîre francîîen.
À côté de ces textes antérîeurs, d’autres projets de oîs ont été déposés en même temps que e projet de oî de réforme des coectîvîtés, e 21 octobre 2009 :
– î s’agît duprojet de loî n° 61 relatîf à l’électîon des conseîllers terrîtorîaux et au renforcement de la démocratîe locale; même sî certaîns ééments quî devaîent igurer dans ce texte, ont déjà été énoncés dans a oî du 16 décembre 2010, ce texte spécîique est prévu pour précîser es modaîtés de ces nouvees éectîons ;
– î s’agît aussî duprojet de loî organîque n° 62 relatîf à l’électîon des membres des conseîls des collectîvîtés terrîtorîales et des établîssements publîcs de coo-pératîon întercommunale (EPCI). Loî organîque car ee modîiera cee du 5 avrî 15 2000 sur e cumu des mandats et s’înscrît dans ’appîcatîon de ’artîce 88-3 de a Constîtutîon sur e droît de vote et d’éîgîbîîté des cîtoyens de ’Unîon euro-péenne quî pourront éîre, non seuement es conseîers munîcîpaux, maîs aussî es conseîers des EPCI à iscaîté propre ;
– enin,la loîînîtîaement prévue par e rapport Baadursur la répartîtîon des compétencesne devraît pas întervenîr puîsque a oî de décembre 2010 énonce un certaîn nombre de prîncîpes quî ne s’appîqueront en outre qu’à partîr du er 1 janvîer 2015. Par contre, à compter de cette date, pourront întervenîr des oîs d’attrîbutîons de compétences aux départements et régîons.
La réforme de 2010 se veut ambîtîeuse maîs ee apparaït évoutîve, encore încer-taîne dans son contenu et sa concrétîsatîon compète. En effet, es échéances éectoraes du prîntemps 2012 pourraîent bîen affecter son effectîvîté, ’opposî-tîon ayant d’ores et déjà annoncé que sî ee parvenaît au pouvoîr, ee revîendraît sur certaîns ééments comme e conseîer terrîtorîa. Les éectîons sénatorîaes de septembre 2011 et e changement de majorîté au seîn du Sénat ébauchent déjà es modîicatîons quî vîendront atérer, sans doute de manîère profonde, e texte 16 de 2010 . Une réforme à peîne née et déjà morîbonde ? L’année 2012 sera une année împortante pour es coectîvîtés terrîtorîaes et ’appîcatîon de cette oî. Ee sera égaement décîsîve pour savoîr sî 2014 sera ou non ’année 0 d’un nou-veau paysage décentraîsé. Réforme încertaîne et d’appîcatîon progressîve quî n’entrera peut-être pas – totaement – en vîgueur aux dates prévues. Rarement, une réforme annoncée comme ambîtîeuse et profondément novatrîce, aura été aussî peu certaîne dans sa réaîsatîon.
15. LO n° 2000-295 du 5 avrî 2000 reatîve à a îmîtatîon du cumu des mandats éectoraux et des fonc-tîons éectîves et à eurs condîtîons d’exercîce. 16. Une proposîtîon de oî, présentée par Jean-Pîerre Sueur, a été adoptée par e Sénat e 4 novembre 2011 et modîiant notamment es déaîs d’achèvement de a carte întercommunae.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin