Les rencontres détenus-victimes

De
Publié par

Les Rencontres détenus-victimes (RDV) offrent aux participants la possibilité de réparer les souffrances qui n'ont pas été prises en compte durant le procès pénal. Deux groupes de condamnés et de victimes, anonymes, se sont retrouvés chaque semaine, au sein de la Maison centrale de Poissy pour cheminer, ensemble, vers une tentative de meilleure compréhension intersubjective, au-delà des conséquences directes déjà prises en compte, des répercussions des crimes respectivement commis ou subis.
Publié le : vendredi 1 juin 2012
Lecture(s) : 81
EAN13 : 9782296496736
Nombre de pages : 166
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les Rencontres Détenus-Victimes
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.comdiffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-96571-3 EAN : 9782296965713
Sous la direction de
Robert CARIO
Les Rencontres Détenus-Victimes
Lhumanité retrouvée
LHarmattan
CollectionSciences criminelles dirigée par Robert Cario
La collectionSciences criminelles destine à la publication de travaux se consacrés à lanalyse complexe du phénomène criminel. Multidisciplinaire par définition, elle a vocation à promouvoir les réflexions critiques portées par les disciplines impliquées, dont langle dapproche spécifique enrichit la connais-sance globale du crime, tant en ce qui concerne les protagonistes (infracteur, victime, société) que les stratégies dintervention sociale (prévention, répression, traitement). En France comme à létranger. Les contributions, émanant de chercheurs, de praticiens de la justice ou du travail social, empruntent la forme douvrages de doctrine, de recherches collectives ou dactes de rencontres scientifiques.
Deux séries complètent la Collection. LeTraité de sciences criminelles, multi-auteurs, présente sous la forme de manuels les principales disciplines qui composent les sciences criminelles : philosophie criminelle, criminologie, politique criminelle, droit criminel, procédure pénale, criminalistique, médecine légale et victimologie.
LesControverses de courts essais sur des questions majeures de rassemblent la connaissance scientifique dans le champ criminologique. En pointant leurs contradictions, (re)découvertes et zones dombre, les réflexions participent à une meilleure compréhension de la complexité des conduites humaines.
Y. Le Pennec, Centre fermé, prison ouverte. Luttes sociales et pratiques éducatives spécialisées R. Cario, Laîné victime. La fin dun tabou ? R. Cario, La prévention précoce des comportements criminels. Stigmatisation ou bientraitance sociale ? R. Cario, P. Mbanzoulou (Dir.), La victime est-elle coupable ? P. Mbanzoulou, N. Tercq, La médiation familiale pénale P. Mbanzoulou, La violence scolaire. Mais où est passé ladulte ? P.V. Tournier, Loi pénitentiaire : contexte et enjeux I. Dréan-Rivette, De la criminologie en Amérique R. Cario, B. Sayous (Dir.), Tabous et réalités du crime au féminin R. Cario, P..Mbanzoulou (Dir.), La justice restaurative. Une utopie qui marche ? R. Cario (Dir.), Lenfant exposé aux violences familiales. Vers un statut spécifique ? R. Cario, M. Herzog-Evans, L.M. Villerbu, La criminologie à lUniversité. Mythes et réalités
Ont participé à cet ouvrage
Sabrina Bellucci, Directrice de l INAVEM, Paris Antonio Buonatesta, Coordinateur, Association « Mediante », Namur, Belgique Robert Cario, Professeur de criminologie, Codirecteur du Master de Criminologie, UJP/CRAJ, Pau François Goetz, Directeur de la Maison Centrale de Poissy Marie-José Boulay, Association dAide aux parents denfants victimes (APEV), Issy-les-Moulineaux Geneviève Celant, Présidente de la Fédération our l'aide et le soutien aux victimes de la violence (FPASVV), Vesoul Michèle de Kerckhove, Présidente ADAVIP 78, Versailles Annie, Association dAide aux parents denfants victimes (APEV), Issy-les-Moulineaux Patricia Lebuffe, Coordinatrice, chef de projet de formation, Nanterre Jessica Massip, Etudiante en Master 2 de Criminologie, membre de THYMA, Pau Paul Mbanzoulou, Chef du Dé artement de la Recherche, Res onsable du Centre Interdisci linaire de Recherche Appliquée au champ Pénitentiaire (CIRAP), ENAP, Agen Emmanuel Potier, Lieutenant pénitentiaire, Maison Centrale de Poissy Stéphanie Prévier, Conseillère pénitentiaire dinsertion et de probation, SPIP des Yvelines Catherine Rossi, Professeure, Université Laval, Québec, Canada Sylvie Roubaud, Juge déléguée aux victimes (JUDEVI), TGI de Pau Émilie Venu, Etudiante en Master 2 de Criminologie, membre de THYMA, Pau V., W., X., Maison Centrale de Poissy
1
Les rencontres détenus-victimes : une ex érience inédite en France
ar Jessica MASSIPet Émilie VENU, our THYMA
L'association THYMA a organisé le présent colloque à l'Université de Pau et des Pa s de l'Adour afin de arta er et d'échan er sur la lace ue ourrait occu er la victime dans lexécution des peines, notamment au travers de l'expérience des Rencontres Détenus-Victimes. Elle tient à remercier la Faculté de droit, lUnité Jean Pinatel de Sciences criminelles com arées UJP/CRAJ et lAssociation rénéenne daide aux victimes et de médiation APAVIM, marraine de la romotion our laide a ortée à la tenue de cette manifestation. Lassociation THYMA a été créée en 2000, lors de la mise en place du Master 2 de Criminologie et Droit(s) des victimes. Elle a our but de romouvoir les études de criminolo ie en France et de « militer » our une reconnaissance tou ours lus rande et lus ada tée des droits des Victimes. En ce sens, lusieurs collo ues ont dé à eu lieu sur des thèmes aussi divers ue : « Maladie mentale et ustice énale » en 2008 ; « La criminalité au féminin » en 2009 ; « La ustice restaurative : ré onse aux attentes des usticiables » en 2010 ; « Lenfant ex osé aux violences familiales » en 2011. Ces événements ont é alement fait lobjet dune publication aux éditionsLHarmattan.
10
Les rencontres Détenus-Victimes
Il nous est a aru évident de traiter ce su et deLa lace de la victime dans l'exécution des peines car il sinscrit dans lactualité des réformes et des initiatives et dans la continuité de notre domaine de formation. Nous avons u constater ue, tout au lon de la rocédure énale, l'auteur de l'infraction occu e une lace centrale. Ceci est souvent souli né ar les victimes ui se sentent délaissées, voire oubliées. Plus articulièrement, durant l'exécution de la eine, les divers acteurs sont principalement focalisés sur l'infracteur. Il est vrai ue endant lon tem s et us u'à la fin du 19ème siècle, la victime fut totalement absente de la rocédure énale ou regardée comme simple témoin, voire même de manière suspicieuse, comme actrice fautive de sa victimisation. Lors ue l'idée de ré aration est a arue, ce fut en termes urement indemnitaires. De lus, cette ré aration n'était ue peu demandée par les victimes en raison des risques encourus si l'auteur n'était as condamné et du fait de l'a lication très fréquente des « circonstances atténuantes » pour les auteurs. L'intérêt pour la victime est apparu réellement à la fin du 19ème siècle avec la uestion de la condition des enfants au travail, uis de leur rotection contre les a resseurs sexuels, ainsi qu'avec la question de la condition des femmes, notamment des rostituées, ortée ensuite activement et lus généralement par les féministes, à partir des années 1960. Mal ré un sentiment d'insatisfaction encore arfois très résent, il faut constater ue le lé islateur français, de uis lus d'une dizaine d'années, a ris note des revendications et accordé de ce fait une attention particulière à la victime. En effet, après la création de la Commission d'Indemnisation des Victimes d'Infractions en 1977/1990 et du Fonds de Garantie relatif au Terrorisme et aux Victimes d'Infractions en 1986, dès la fin des années 1990, une succession de lois a étendu les droits et donc la reconnaissance de la victime dans le procès pénal :
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.