//img.uscri.be/pth/dc799053d320e7c181a6ad82a446cf827ad65bd2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Qui a peur de la nouvelle peine sans prison ?

De
88 pages
La contrainte pénale, nouvelle peine sans prison, fait peur. Car, ce qu'on retient d'elle, c'est qu'elle évite la prison. Le sujet est pourtant plus complexe et plus nuancé. Les psychologues et les criminologues s'accordent à dire que la délinquance est la maladie du lien. Pour soigner cette maladie, il faut s'intéresser à la personne et la placer au centre de la réflexion pour envisager la "contrainte pénale" sous un autre angle.
Voir plus Voir moins

Qui a peur de la nouvelle peine
sans prison ?
Ajouter du « lien » et non du « rang » pour réussir la
contrainte pénale et en fi nir avec la récidive
La contrainte pénale, la nouvelle peine sans prison fait peur. Car
ce que l’on retient d’elle, c’est qu’elle évite la prison. Le sujet
est pourtant plus complexe et plus nuancé. Pour comprendre la
« contrainte pénale » son sens, son objectif il faut retourner à la
source. Revenir à la question de la délinquance. A sa défi nition.
Une défi nition doit être proposée à ceux qui s’opposent, à ceux qui
s’interrogent sur cette nouvelle peine. Et surtout à ceux qui ont peur. Danielle DelamotteDanielle Delamotte
Les psychologues et criminologues s’accordent à dire que la
délinquance est la maladie du lien. Pour soigner cette maladie il faut
s’interroger sur tout ce qui peut soigner, guérir et restaurer le lien. Il
faut s’intéresser à la personne. La placer au centre de la réfl exion
pour envisager la « contrainte pénale » sous un autre angle. C’est Qui a peur
la clef.
de la nouvelle peine
Conseillère d’insertion et de probation, sans prison ?Danielle DELAMOTTE a exercé ses fonctions
au Service Pénitentiaire d’Insertion et de
Probation des Yvelines, antenne de Versailles
Ajouter du « lien » et non du « rang » pour réussirde septembre 2006 à septembre 2011.
De 2011 à 2014, elle a été formatrice la contrainte pénale et en fi nir avec la récidive
indépendante dans le domaine de la formation
continue des professionnels de l’insertion et du
coaching relationnel.
Elle est coordinatrice dans la prévention de
la délinquance (conseil local de sécurité et de prévention de la
délinquance) depuis mai 2014 à Gonesse, ville classée en zone de
sécurité prioritaire.
Illustration de couverture : © Krzysztof Czerwinski - cgtextures
ISBN : 978-2-343-04717-1
11,50 €
Danielle Delamotte
Qui a peur de la nouvelle peine sans prison ?Qui a peur de la nouvelle
peine sans prison ?
Ajouter du « lien » et non du « rang » pour réussir la
contrainte pénale et en fnir avec la récidive
delamotte-corrige.indd 1 27/11/2014 10:27:50delamotte-corrige.indd 2 27/11/2014 10:27:50Danielle Delamotte
Qui a peur de la nouvelle
peine sans prison ?
Ajouter du « lien » et non du « rang » pour réussir la
contrainte pénale et en fnir avec la récidive
delamotte-corrige.indd 3 27/11/2014 10:27:50


































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343- 04717-1
EAN : 9782343 047171
« S’il est des vies.qui forment un cercle parfait, il en est d’autres
dont le tracé est imprévisible et parfois incompréhensible, ce que
j’ai eu le chagrin de perdre dans ma vie, m’a aussi enseigné ce qu’il
y a de plus précieux, comme me l’a enseigné un amour qui me
remplit de gratitude »
Une bouteille à la mer/Film de Luis MANDOKI, 1999
delamotte-corrige.indd 5 27/11/2014 10:27:50delamotte-corrige.indd 6 27/11/2014 10:27:51Introduction
Le 7 août 2014, le Conseil constitutionnel a validé la loi
relative à « l’individualisation des peines et renforçant
l’efcacité des sanctions pénales » après un recours formé par des
députés UMP.
Le 17 juillet 2014, le Parlement avait défnitivement
adopté la réforme pénale comportant la création de la « contrainte
pénale », portée par la ministre de la Justice, Christiane
TAUBIRA.
La mesure dont tout le monde parle, sur laquelle tout le
monde donne son avis.
Et force est de constater que les arguments des politiques,
des professionnels concernés qui s’enchaînent, n’éclairent
pourtant pas le débat et n’emportent pas l’adhésion dans
l’opinion publique.
La.contrainte pénale fait peur. Car ce que l’on retient
d’elle, c’est qu’elle évite la prison. Pourtant on ne peut pas
dire qu’elle ait été décidée dans la hâte. En efet, l’adoption
de la réforme pénale est l’aboutissement d’un inédit travail
de réfexion et d’échanges sur les notions de récidive, de
réinsertion, de sens de la peine.
7
delamotte-corrige.indd 7 27/11/2014 10:27:51