Revue africaine des sciences juridiques n° 2 /2015

Publié par

Ce numéro est articulé autour de deux axes, Droit Privé (Le droit foncier et l'agriculture au Cameroun, L'information des associés, une exigence fondamentale du droit des sociétés commerciales OHADA, les situations des dépendances entre les infractions) et Droit Public (La réforme du contentieux administratif du 29 décembre 2006 au Cameruon, Le régime préventif des libertés de réunion et de manifestations publiques du Cameroun à l'épreuve des autres, etc.).
Publié le : jeudi 15 octobre 2015
Lecture(s) : 30
Tags :
EAN13 : 9782336393193
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
REVUE AFRICAINE DES SCIENCES JURIDIQUES AFRICAN JOURNAL OF LAW
N° 2/2015
UNE PUBLICATION DE L’UNIVERSITÉ DE YAOUNDÉ II (Faculté des Sciences Juridiques et Politiques)
A R SJ
REVUE AFRICAINEDES SCIENCES JURIDIQUES AFRICANJOURNALOF LAWN°2/2015
UNE PUBLICATION DEL’UNIVERSITÉ DEYAOUNDÉII Faculté des Sciences Juridiques et Politiques
A R SJ
UNIVERSITÉDE YAOUNDE II UNIVERSITY OF YAOUNDF II FACULTÉDES SCIENCES JURIDIQUES FT POLITIQUES FACULTY OF LAWS AND POLITICAL SCIENCES ORGANISATION DE LA REVUE AFRICAINE DE SCIENCES JURIDIQUES COMITÉ DIRECTEUR/MANAGEMENT COMMITTEE Directeur de Publication/Director of Publication
Pr ONDOA Magloire
Doyen, FSJP, Université de Yaoundé II -
Rédacteur en Chef/Editor in Chief
Pr ATANGCHO NJI AKONUMBO
Vice-Doyen, Recherche et Coopération, FSJP, Université de Yaoundé II Rédacteurs Adjoints-Coordonnateurs des Pôles de spécialité/Assistant Editors-Rubric Coordinators Pôle « Droit Privé Francophone »/French Private Law Rubric Pr ATANGANA-MALONGUE Thérèse, Université de Yaoundé II Pôle « Common Law »/Common Law Rubric Pr CHEKA Cosmas NGASAH, Université de Yaoundé II Pôle Droit Public/Public Law Rubric Pr PEKASSA NDAM Gérard Martin, Vice-Doyen, Programmation et suivi des affaires académiques, FSJP, Université de Yaoundé II Conseillers/Advisers
Dr TAMASANG Christopher, Université de Yaoundé II Dr (HDR) KUATE TAMEGHE Sylvain Sorel, Université de Yaoundé II
COMITÉSCIENTIFIQUE /EDITORIAL BOARD Pr ABANE ENGOLO,Edgard, Université de Yaoundé II Patrick ; Pr ATANGANA AMOUGOU Jean-Louis;, Université de Ngaoundéré Pr ATANGANA-MALONGUE Thérèse;, Université de Yaoundé II Pr ATANGCHO NJI AKONUMBO;, Université de Yaoundé II Pr BOKALLI Victor-Emmanuel, Université de Yaoundé II ; PrBOUKONGOUJean-Didier, Université Catholique d’Afrique Centrale, Yaoundé ;Pr. CHEKA Cosmas NGASAH;, Université de Yaoundé II Pr DANPULLO Rabiatu, Université de Yaoundé II ;Pr DASCHACO John TAMBUTOH, Université de Bamenda ;Pr DONFACK SOKENG Léopold, Université de Douala ;Pr FOMETEU Joseph, Université de Ngaoundéré ; Pr GUIMDO DONGMO Bernard-Raymond, Université de Yaoundé II ; Pr JIOGUE Grégoire, Université de Yaoundé II ;Pr. KALIEU ELONGO Yvette, Université de Dschang ;Pr KENFACK Pierre Étienne, Université de Yaoundé II ;Pr KENMOGNE SIMO Alain, Université de Yaoundé II ; Pr KOM Jacqueline, Université de Yaoundé II; Pr MEDE ZINSOU Nicaise, Université d’Abomey-Calavi ;Pr MEVOUNGOU NSANA Roger, Université de Yaoundé II ;Pr METOU Brusil Miranda;, Université de Yaoundé II Pr MINKOA SHE Adolphe;, Université de Yaoundé II Pr. MODI KOKO Henri Désiré;, Université de Dschang Pr MOUTHIEU Monique Aimée, Université de Yaoundé II; Pr NCHIMI MEBU Jeanne-Claire, Université de Yaoundé II ;Pr NEMEDEU Robert;, Université de Yaoundé II Pr NGANDO Blaise Alfred, Université de Yaoundé II; Pr NGUELE ABADA Marcelin, Université de Yaoundé II ;Pr NTONO TSIMI Germain, Université de Yaoundé II ;Pr OLINGA Alain Didier, Université de Yaoundé II ;Pr ONDOA Magloire, Université de Yaoundé II ;Pr PEKASSA NDAM Gérard Martin, Université de Yaoundé II ;Pr SIMO TUMNDE Martha;, Université de Buea Pr SPENER YAWAGA, Université de Ngaoundéré ;Pr TCHAKOUA Jean-Marie, Université de Yaoundé II ; Pr GALEGA SAMGENA, Université de Yaoundé II ;Pr TCHEUWA Jean-Claude, Université de Yaoundé II ;Pr VILJOEN Frans, Université de Pretoria
COMITÉ D’HONNEUR/ADVISORY BOARD Pr ANOUKAHA François;Pr BIPOUN WOUM Joseph-Marie, Doyen honoraire ;Pr COSSI SOSSA Dorothée, Secrétaire permanent de l’OHADA ; Pr KAMTO Maurice;; Doyen honoraire Pr MOUELLE KOMBI Narcisse, Doyen honoraire ;Pr DOUMBE-BILLE Stéphane, Université Jean Moulin, Lyon III ;Pr NGWAFOR Ephraïm NDEH, Recteur honoraire Pr ONDOUA Alain, Directeur du Bureau Afrique centrale et Grands Lacs, AUF ;Pr OUMAROU BOUBA, Recteur de l’Université de Yaoundé II ; Pr OWONA Joseph;, Chancelier honoraire Pr POUGOUE Paul-Gérard, Université de Yaoundé II ;Me AKERE T. MUNA;, Bâtonnier honoraire Dr ONANA ETOUNDI, Magistrat, Directeur général de l’ERSUMA SECRÉTARIAT TECHNIQUE /TECHNICAL TEAM Dr BATOUAN BOUYOM Joseph Alain, Université de Yaoundé II Dr BETI ETOA Christophe, Université de Yaoundé II Dr DIFFO TCHUINKAM Justine, Université de Yaoundé II Dr EGBE Samuel EGBE, Université de Yaoundé II Dr MOUBITANG Emmanuel, Université de Yaoundé II © L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07343-9 EAN : 9782343073439
SOMMAIRE
LEÇON INAUGURALE « Le droit saisi par l'histoire et l'anthropologieàSoa ! »Blaise Alfred Ngando.......................................................................................................... 7
I. DROIT PRIVÉ......................................................................................................... 21
Le droit foncier et l’agriculture au CamerounBlaise Antoine Mbem Lissouk............................................................................................ 23
L’information des associés, une exigence fondamentale du droit des sociétés commerciales OHADA Marcel Williams Tsopbeing............................................................................................... 55
Les situations de dépendance entre les infractionsCaroline Enyegue............................................................................................................ 103
II. DROIT PUBLIC .................................................................................................. 137
La réforme du contentieux administratif du 29 décembre 2006 au Cameroun : regard rétrospectif d’un auditeur de justice administrative.Samuel Eric Koua........................................................................................................... 139
Le régime préventif des libertés de réunion et de manifestation publiques du Cameroun a l’épreuve des autresAgnès Makougoum................................1..........56................................................................
Tendances actuelles de l’évaluation des mécanismes universels de protection des droits de l’Homme pour les États africainsMartial Jeugue Doungue................................................................................................. 195
L’ordre public et l’exercice des libertes publiques en droit camerounais Martine Bikoe................................................................................................................ 237
LEÇON INAUGURALE « LEDROIT SAISI PARL’HISTOIREETL’ANTHROPOLOGIEÀ1 SOA! » 2 Blaise Alfred NGANDO «Ledroit saisi parl’histoireetl’anthropologieàSoa! Monsieur le Doyen, Je présumeque lesujet choisi pour cette leçon inauguralene vousétonne pas,venant de votre historien du droit. Chers Collègues, Mesdames, Messieurs, Quand, dans l’Antiquité, les Grecsla furent ssés de mourir dansles guerres du Péloponnèse,ils comprirent quele moyen, pour l’homme, d’échapperàlangoisse de lamort n’était pas de ladonnerviolemmentaux autres, maisdepenserbeaucoupàsapropremort, de l’apprivoiser, delui enleversa pompe funèbre, de l’assagir, desefaireami delasagesse.Le droit estné dun identique projet dediversion. Il a l’ambition de réduire laviolence, de lastyliser,deluiôtersadramatisation,en lui offrant sa dramaturgie. Sesconcepts,sesnormes,sa produresurtoutsont unesophistication de l’affrontement.Le droit tend, depuis qu’ilexiste,àréduireladistanceentre la passionet la raison.3 Hegel, dans «La philosophie de l’histoire » ,observeque les hommes ont inventé le droitpour se protéger de leur propre folie. Mais sommes-nous, chers collègues,unanimespourfinir ledroit, cette forme quia envahi notremodernité dont ilest rapidement devenuun élément irremplaçable ?
1  Leçon inaugurale (7 mai 2015), Journées de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’UniversitédeYaoundé II tenues les 6 et 7 mai 2015 àSoa.2  Agrégé d’histoire du Droit,Directeur du Centre des Ressources Documentaires,Faculté des Sciences Juridiques et politiques,Université de YaoundéII-Soa. 3  Hegel,LaPhilosophie de l'histoire, nouvelle édition, sous la direction de Myriam Bienenstock. Paris, LGF, Collection:La Pochothèque,2009.
Que sait unétudiant quientre àl’Université,à Soa par exemple, sur cette disciplinequ’est ledroit?Ceque lui adit éventuellementson enseignant dephilosophie en terminale…Ce qu’il en voit sans doute sous l’angle de la réglementation, dans ses parcours quotidiens et des interdits qui le jalonnent…Cequil perçoit àloccasion d’événements familiaux,qui le confrontent aux réalitésdudroit : partagedune succession, divorce des parents... Cequilenapeut-être compris, s’ilest curieux, àlalecturedel’actualiet despages desjournaux consacrés àl’activité législative desDéputéset nateurs,ouàl’activité judiciaire desTribunaux...dans le cadrepar 1 exemplede l’«opérationÉpervier » ! Et cetétudiant de première année, accueilli dans sonpremier amphithéâtre,ici même àl’amphi 1500, s’entenddirequ’onvalui expliquer cequest le droit. Or, voicicurieusement que tous les ouvrages quientreprennent delelui expliquercommencentpar mettre l’accentsur ladifficultédedéfinir ledroit et le caractèrepérilleuxdelexercice(Premièrepartie)Chers Collègues, Mesdames,Messieurs, Nous savonsque le droit est une formede réactionfaceaux besoinsde justicedune société.Maisalors... est-ceun art?Est-ceunescience ? Est-ceune technique ?Comment parvenirà unedéfinitioncommune du droit romain classique, dudroit musulman,du droitchinois, dudroitafricain, brefdesdiverses traditionsjuridiques ?Laprétention du droitàdéterminer les critèresdecequiestjuridique et de cequi ne l’est pas,est-elle réalistepour rendre comptede la complexité des phénomènes juridiquesàtraversl’histoire?Savons-nous, parexemple, jusqu’àquel point lhomme autililelangage gestuel pour exigences du droit?1 Au Cameroun, l'«opération Épervier» est une grande enquête judiciaire dans le cadre de la lutteanti-corruption.
8
Demême,savons-nous,combien detempss’est-il écoulé entrela naissancedu langage articulé et son utilisationàdesfins juridiques?Devantl’existencedautresnormativités,ledroit tel quissu de lathéorie classique, peut-ilsesuffire àlui-même pour rendre comptede lapluralité desphénomènesde régulationsociale dans le monde ?1 Le Professeur Jacques Vanderlinden, juriste-anthropologue belge, raconte commentsa conception du droit fut bouleversée à lacouverte, danslenord-est duCongo, du paysanzande qui vivait alors sousquatre ordresdemécanismes normatifs en compétition l’un parrapport àl’autre:- l’ordre colonial belge;- lordre du droit canon ;- l’ordredu droitzande origineladaptéauxcirconstancesmatériellesdela colonisation ;-etenfin lordre dit coutumier, soit l’ordre zande originel adapté aux cadresjuridiquesimposéspar lecolonisateur.Comment alors, dansunenvironnement aussi pluralistequele nôtre... camerounais... africain,nepas convoquer lhistoire et l’anthropologiepour opérer un décentrementépistémologique, uneprise de consciencedes limitesdu modèle eurocentrique du droit, qui nepeutservirde grille dinterprétation desystèmes où lanormativité –parfois nonverbalisée, parfoisporteusedu surnaturelrepose sur des structuressocialeset culturelles profondeset nest nécessairement pas saisissableparlebiaisdescatégories usuelles en Occident?(Deuxième partie)«Ledroitsaisiparl’histoire et l’anthropologie àSoa»est donc... Monsieur leDoyen,
1 Jacques Vanderlinden, « Trente ans de longue marche sur la voie du pluralisme juridique», in Laboratoired’anthropologiejuridique de Paris,Les pluralismes juridiques, Paris, Karthala,2003.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.