Ville intelligente, ville démocratique ?

De
Publié par

« Ville intelligente, ville démocratique ? », tel était le thème du colloque organisé le 13 février par Berger-Levrault et la Chaire Mutations de l’action publique et du droit public (MADP) de Sciences Po, sous la présidence du Professeur Jean-Bernard Auby, directeur de la chaire MADP. Une nouvelle occasion pour Berger-Levrault d’affirmer sa position de partenaire du monde public et de tous les temps forts de la vie citoyenne.
Ville « intelligente », ville « connectée », ville « augmentée », ville « informationnelle », ville « technologique », ville « collaborative », ville « créative », ville « durable », les adjectifs ont été nombreux pour qualifier ce concept de smart city. Les intervenants ont débattu et exposé leur avis sur la question. Autour de quatre tables rondes, les débats se sont succédés, tous plus riches les uns que les autres…
Étaient présents pour alimenter ces débats :
Des universitaires :
•Jean-Bernard Auby, professeur de droit public, directeur de la Chaire MADP à Sciences Po
•Vincent Aubelle, professeur associé au sein du Département Génie urbain de l’université de Marne-la-Vallée
•William Gilles, professeur de droit public, directeur du master Droit du numérique à l’université Paris 1 Panthéon-Assas
•Julien Martin, maître de conférences à l’université Paris 5 Descartes
•Dominique Boullier, professeur de sociologie à Sciences Po
•Luciano Vandelli, professeur à l’université de Bologne, ancien ministre de la région Emilie-Romagne
Des professionnels de la fonction publique :
•Catherine Bergeal, conseillère auprès du directeur général de l’Aménagement, du Logement et de la Nature, ministère du Développement durable et de l’Énergie
•Karine Dognin-Sauze, vice-présidente Innovation et Nouvelles technologies de la communauté urbaine de Lyon
•Chloé Canton, chargée de mission démocratique, mairie d’Asnières-sur-Seine
•Pascale Luciani-Boyer, maire adjointe de Saint-Maur-des-Fossés et membre du Conseil national du numérique
Des experts métiers :
•Éric Lesueur, directeur de l’Aménagement et des Nouveaux services urbains chez Véolia
•François Richard, directeur d’Orange Smart Cities
•Emmanuel Heyraud, directeur de la Cohésion sociale et du Développement urbain à l’Association des maires des grandes villes de France
•Christophe Lladères, architecte urbaniste, conseiller national de l’Ordre des architectes
Des représentants de Berger-Levrault :
•Pierre-Marie Lehucher, directeur général de Berger-Levrault
•Christophe Pouthier, directeur de la rédaction Connexité, responsable des rédactions Berger-Levrault
Publié le : mercredi 18 mars 2015
Lecture(s) : 8
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782701318677
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
COLLOQUE BERGER-LEVRAULT — CHAIRE MADP DE SCIENCES PO DU 13 FÉVRIER 2014
VILLE INTELLIGENTE, VILLE DÉMOCRATIQUE ?
Actes
Chez le même éditeur
E-administration : ouverture des données et satisfaction des citoyens, Actes du colloque Berger-Levrault du 17 octobre 2012.
Nouvelles attentes, nouveaux services, une nouvelle donne public-privé, Actes et rapports préparatoires du colloque Berger-Levrault du 20 juin 2011.
COLLOQUE BERGER-LEVRAULT– CHAIRE MADP DE SCIENCES PO DU 13 FÉVRIER 2014
VILLE INTELLIGENTE, VILLE DÉMOCRATIQUE ?
Actes
Dépôt légal
Droits réservés : © Berger-Levrault, octobre 2014
104 avenue du Président Kennedy, 75016 Paris
ISBN : 978-2-7013-1850-9
ISBN (ePub) : 978-2-7013-1867-7
Les informations contenues dans l’ouvrage ont un caractère général et ne sauraient répondre aux questions relevant de situations individuelles. L’ouvrage tient compte de la réglementation intervenue jusqu’à la date d’arrêt des textes, indiquée à la page précédente. Malgré toute l’attention portée à la rédaction de cet ouvrage, les auteurs ou Berger-Levrault ne peuvent assumer une quelconque responsabilité du fait des informations et des textes y figurant ou n’y figurant pas. L’éditeur n’ayant pas vocation à se substituer aux professions autorisées à donner des conseils juridiques, sa responsabilité ne saurait être engagée pour toute erreur ou omission contenue dans l’ouvrage. Le lecteur est seul responsable du choix, de l’utilisation et de l’interprétation des informations qu’il recherche et consulte.
Table des matières
1.Allocution d’ouverture 2.Introduction des débats 3.La ville intelligente, un nouveau statut technologique de la ville
1.Les infrastructures de la ville intelligente : une nouvelle donne public-privé
1.Débats 2.Interview de Catherine Bergeal 3.Interview d’Éric Lesueur 4.Interview de Karine Dognin-Sauze
2.Les données de la ville intelligente : Big Data et protection de la vie privée
1.Débats 2.Interview de Gwendal Le Grand
4.La ville intelligente, un nouvel état social et politique de la ville
1.Citoyens et institutions de la ville intelligente, nouvelles relations et nouveaux équilibres ?
1.Débats 2.Interview d’Emmanuel Heyraud 3.Interview de Pascale Luciani-Boyer
2.La ville intelligente, ville démocratique ou cauchemar orwellien ?
1.Débats 2.Interview de Dominique Boullier
5.Allocution de clôture
Liste des vidéos
1.Interview de Catherine Bergeal 2.Interview d’Éric Lesueur 3.Interview de Karine Dognin-Sauze 4.Interview de Gwendal Le Grand 5.Interview d’Emmanuel Heyraud 6.Interview de Pascale Luciani-Boyer 7.Interview de Dominique Boullier
Allocution d’ouverture
Pierre-Marie Lehucher Directeur général de Berger-Levrault
Bonjour Mesdames, Bonjour Messieurs,
Bienvenue dans cet hôtel de la Société des gens de lettres et merci d’avoir bravé les intempéries, les grèves et autres mouvements de notre ville pour vousà nous sur ce thème de la ville joindre intelligente. Merci beaucoup au professeur Auby de nousavoir accompagné pour organiser et concevoir cetteet, avec votre Chaire Mutations manifestation, de l’action publique et du droit public de Sciences Po, de nous avoir apporté le recul nécessaire pour engager ces débats. Merci, enfin, de bien vouloir présider cette journée.
Le thème de la ville intelligente est un thème particulièrement important pour Berger-Levrault. D’abord, au vu de notre activité d’éditeur d’ouvrages et de logiciels et notre passé d’imprimeur, à une époque où l’on ne jugeait pas tout à fait indispensable d’accoler à « ville » l’adjectif « intelligente » – mais après avoir passé une heure en voiture dans un embouteillage, j’ai compris que cela devenait vraiment indispensable. Ensuite, parce que nous développons aujourd’hui des solutions numériques que nous mettons à la disposition des décideurs publics pour les aider à accomplir leurs missions en améliorant leur performance. Bien évidemment, dans ce registre, pour définir nos stratégies et choisir les bons axes de développement, nous avons besoin de référentiels, nous avons besoin de bases conceptuelles. Et, lorsque l’on s’intéresse à cette thématique de la ville numérique, de la « ville intelligente », il ne suffit pas de passer en revue les différentes expériences qui existent dans la plupart des grandes villes françaises et européennes, il faut aussi, pour s’inscrire dans la durée, développer de nouveaux concepts. Pour cela, je dois reconnaître qu’il est bien difficile de puiser, dans les communications diverses où tout le monde à peu près a quelque chose d’intelligent à dire sur la ville intelligente, une matière qui nous permette de bien se retrouver. Or, pour choisir d’investir dans des produits qui vont traverser les générations, c’est tout à fait indispensable. Cette journée représente donc pour nous un moment fondamental afin de recueillir précisément les bases de ces concepts et je vous remercie, professionnels, universitaires, praticiens de cette matière, d’avoir bien voulu vous associer à cette réflexion.
Cette manifestation s’inscrit dans la suite de celles qui ont été régulièrement organisées par Berger-Levrault autour du numérique, des données personnelles et de la ville. Elle donnera lieu à diverses publications. Bien évidemment, vous serez les uns et les autres associés à cette forme de valorisation. Merci beaucoup, je vous souhaite une très bonne
journée de travail.
Introduction des débats
Jean-Bernard Auby Professeur de droit public, directeur de la Chaire MADP à Sciences Po
qu’est Berger-Levrault.
Merci à vous d’être là en dépit des difficultés diverses, météorologiques et de transport. Merci à tousceux qui ont accepté d’animer cette journée, de participer aux tables rondes et de les piloter. Merci surtout à Berger-Levrault qui a bien voulu nous demander d’organiser avec lui cette manifestation. Celaun certain temps que nous – Berger- fait Levrault et la Chaire MADP – avons des occasions régulières de travailler ensemble, et je peux vous dire que c’est un plaisir renouvelé et même croissant que de travailler avec cette entreprise
Le thème que nous vous proposons d’arpenter au cours de cette journée est celui de la « ville intelligente » à laquelle nous avons ajouté « ville démocratique ? », j’y reviens. Comme Monsieur Lehucher le disait il y a un instant, certains parlent de la ville intelligente de points de vue très différents. C’est très étonnant. Quand on essaie de réunir la littérature, il suffit d’une interrogation d’une demi-heure sur internet pour se rendre compte qu’il y a des bouts d’informations et d’analyses innombrables, pratiquement tous différents les uns des autres, chacun ayant son approche. C’est en un sens gênant, mais c’est aussi le signe que quelque chose d’important et de riche est en train de germer.
Pour démarrer cette journée et simplement mettre sur le plateau de notre discussion quelques idées de base qui seront approfondies dans les différentes tables rondes, je vais définir le sujet, vous dire comment je le perçois, après un certain nombre de lectures qui vont de choses très techniques à des choses très politiques.
Au fond, ce que l’on met sous l’étiquette « ville intelligente », c’est un certain nombre d’idées, de projets mais aussi d’actions, d’interventions, que l’on peut résumer de la façon suivante. En somme, il s’agit au point de départ de développer, perfectionner, potentialiser l’infrastructure de la ville en usant des techniques les plus contemporaines. Cet effort, qui est d’abord un effort technologique puissant, qui s’alimente d’évolutions formidables dans les techniques numériques et autres, génère des conséquences sociales, économiques et politiques dont on s’aperçoit qu’elles sont déjà considérables. Comme on va le voir au cours de cette journée, ce que l’on appelle « ville intelligente » (les actions, les projets, les idées) a des conséquences extrêmement importantes en termes d’information, de production et de circulation de l’information. Cela a des conséquences extrêmement importantes quant au pilotage de l’infrastructure des villes, et des conséquences extrêmement importantes quant
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.