//img.uscri.be/pth/03e5910fa36013c4c98e31ab674188f9be32c2e1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,31 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Dictionnaire français-comorien

De
158 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 288
EAN13 : 9782296332829
Signaler un abus

DICTIONNAIRE FRANÇAIS-COMORIEN
( Dia 1e et e s h t n d z u ant)

ARCHIPEL

DES

COMORES

Collectton dtrlgée par PIerre Vérin &Mobamed Abmed-Cbamanga Centre d'Études et de Recherche sur l'Océan Indten (CEROI)
É1WES SUR LES CIVIllSA110N ET lANGUE DE L'ARCHIPEL VISION DU PASSÉ ET DU PRÉSENT

Du mihne

auteur:

Rois, femmes et djinns: contes de l'île d'Anjouan, CILF, Paris, 1988 Lexique comorien-français, l'Harmattan, Paris, 1992

Parus dans la mhne collection :
Sultan Chouzour, 1994, Le pouvoir de l'honneur: tradition et contestation en Grande Comore Michel Lafon, 1995, L'éloquence comorienne au secours de la révolution

Prochaines parutions
,

:

Ainoudine Sidi, Dépossession et conscience foncière aux Comores Moussa Said, La littérature comorienne Ahmed-Chamanga, Parlons comorien

@ L'Harmattan, 1997 ISBN: 2-7384-5001-6

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVIliSATIONS ORIENTALES CENTRE D'ÉTUDES ET DE RECHERCHE SUR L'OCÉAN INDIEN

Mohamed AHMED-CHAMANGA

DICTIONNAIRE FRANÇAIS-COMORIEN
(Dialecte shindzuani)

CEROI-INALCO 2, rue de Lille 75007 Paris L' Hannattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris L'Hannattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

AVANT-PROPOS
Nombreux sont ceux qui souhaitent disposer d'un ouvrage de référence sur la langue comorienne. La seule publication portant sur l'ensemble des dialectes comoriens est le Dtcttonnatre comortenfrançats et françats-comorien du R.P. Sacleux. Si l'ouvrage présente un intérêt certain pour les chercheurs, il doit cependant être manipulé avec beaucoup de précaution par un public non initié: il récèle beaucoup d'archaïsmes et de "swahilismes"1. Le dictionnaire de référence reste donc à faire. La tâche n'est pas aisée quand on sait que les ressemblances entre les différents dialectes sont parfois trompeuses. Avant d'en arriver à un tel dictionaire, il a paru raisonnable de procéder par étapes - et l'édition que nous présentons ici reste limitée au seul dialecte d'Anjouan, le sbtndzuant. Ce Dtcttonnatre fran ça ts-co mo rien (sbtndzuant) vient compléter le Lextque comorien (sbtndzuant)-françats publié en 1992. Il s'adresse à la fois aux étrangers désireux, pour les besoins de leur profession ou simplement par intérêt personnel, d'avancer dans la pratique de la langue - et aux élèves, étudiants et enseignants préoccupés d'approfondir ou de rétablir des liens entre leur instruction en français et leur langue maternelle. Les différents dialectes comoriens sont suffisamment proches entre eux pour que le Dtcttonnatre françats-comorien (sbtndzuant) soit aussi très utile à ceux qui ont à travailler dans les autres dialectes - et tout particulièrement en shimaore, le parler de Mayotte, qui est très voisin de ce,lui d'Anjouan.

Remerciements
Nous tenons à remercier les amis qui ont lu une .première version de ce dictionnaire, et qui nous ont fait part de leurs remarques. Nous citerons en particulier Alyachouroutu Soilihi, Daniel Ahmed, Halidi Allaoui et Noël Gueunier. Naturellement, nous demeurons seul responsable des erreurs qui pourraient apparaître dans la présente édition.
1 Ce dictionnaire du R.P. Sacleux a été composé entre la fin du siècle dernier et le premier tiers de ce siècle par le missionnaire français, auprès de Comoriens installés à Zanzibar. Il a été édité par M. Ahmed-Chamanga et N.J. Gueunier en 1979 à la SELAF, Paris.

7

ABRÉVIA TIONS ET SYMBOLES
adj. cI. conj. dér. indéf. interr. intr. litt. n.f. n. ln. pers. pl. poss.
pl"

préf. prép. qqc qqn réfl. reI. tr. sing. v. "~erb.
~ #

adjectif classe nominale conjonction dérivatif indéfini interrogatif intransitif littéralement nom féminin nom masculin personnel pluriel possessif pronom préfixe préposition quelque chose quelqu'un réfléchi relatif transitif singulier verbe verbal remplace une entrée Voir le contraire de

8

INTRODUCTION
L'utilisation d'un dictionnaire bilingue suppose un minimum de connaissances des conventions orthographiques et des structures grammaticales des langues concernées. La langue comorienne n'est pas encore enseignée dans les écoles. Son orthographe n'est pas non plus fixée officiellement1, bien que le système adopté ici tende à se répandre (et que d'ailleurs il ne diffère que par quelques détails des variantes utilisées par d'autres auteurs). Néanmoins, il nous semble utile de les rappeler.

L'alphabet

Les voyelles Le comorien comprend cinq voyelles orales: a, i, u, e et 0 : a se lit toujours [a] quelle que soit la voyelle qui suit: fatda [ faYida ] "profit" ; afaulu [ afawulu ] "il a réussi" précédée des voyelles i et e, elle se prononce avec une légère attaque de yod: bulta [ huliYa ] "pleurer" ; bulea [ huleya ] "éduquer" lorsqu'elle est précédée des voyelles "'0" et "u", elle se prononce avec une légère attaque de "w" : butsoa [ hut5:)wa ] "rater; manquer" ; vua [ vuwa ] "pluie" se lit toujours [ i ] lorsqu'elle est précédé d'une consonne: t mtktrl "des mosquées" ; maktnt "calme" à l'initiale d'un mot ou lorsqu'elle est précédée d'une autre voyelle, elle se prononce avec une légère attaque de yod:

1 Depuis le milieu des années 70, plusieurs propositions d'alphabet et d'orthographe ont été avancées. Nous nous basons ici sur celle de M. Ahmed-Chamanga et alii, "L'orthographe pratique du comorien", Etudes Océan Indien, 9, 1988, PI'. 7-33, avec toutefois quelques aménagements concernant les implosives et les mi-nasales bilabiales que nous noterons ici D,0, mb et mp.

9

tna [ Yina ] "henné" ; sbtkoi [ jikoYi ] "pagne" ;
u huira [ huYira ] "haïr" ; bai [ baYi ] "moitié" se lit comme le "ou" dans le mot français "pou" : uzulutu "folie" . muzurt "beau , belle" r.:J~,

à l'initiale d'un mot ou lorsqu'elle est précédée d'une autre voyelle, elle se prononce avec une légère attaque . de "w" : uzi [ wuzi ] "fil" ; upeu [ wupewu] "méchanceté"

e

se prononce comme le "é" dans le mot français "péché" :
nkeme [ IJkeme ] "bruit" ;pare [ pare] "route" lorsqu'elle est suivie de la voyelle "a" ou d'une syllabe à voyelle "a", elle se prononce à peu près comme le "ê" dans le mot français "tête" : bulea [ huleya ] "éduquer, élever" ; flega [ bega ] "épaule"

o

se prononce comme le "0" dans le mot français "bravo" :

koko "vieille dame" ; moro "chaleur" lorsqu'elle est suivie de la voyelle "a" ou d'une syllabe à voyelle "a", elle se prononce à peu près comme le "0" dans le mot français "porte" : buloa [ hul::>wa] "être mouillé" ; ntsoma [ ntS::>ma "poing" ] lorsqu'elle est précédée de la voyelle "a", elle se prononce avec une légère attaque de "w" : pao [ pa Wo] "trèfle" ; nkoa [ IJk::>wa"escargot" ] Par ailleurs, le comorien a hérité de l'arabe un certain nombre de mots qui comprennent la consonne pharyngale" t" [ç] que les Comoriens réalisent très mal ou plutôt nasalisent la voyelle qu'elle supporte. Nous noterons cette nasalisation par l'accent circonflexe: âda "coutume, tradition" Carabe rëtdai) ; îdt "fête" Carabe rïd)... Les consonnes Les consonnes b, d, f, j, k, l, m, n, P, t, V et z se' prononcent à peu près comme en français. Par contre: g se prononce toujours dur comme dans le mot français "gare", même si elle est suivie de la voyelle "i" ou "e" : gtzama "examen" ; flange "chanvre" b est toujours aspirée, r est toujours roulée, s se prononce toujours comme le "ss" dans le mot français "tisser" : tnost "fumée" ; mastzt "suie", . w se prononce comme le "ou" dans le mot français "ouate" : bultwa "être mangé" ; wenu "ortie"

10

se prononce comme le "Il" dans le mot français "pillage" : yaboa "jeudi" ; buyu "fruit du baobab" Certaines consonnes comoriennes ne sont pas attestées en français. Elles peuvent - soit être transcrites avec une seule lettre: 6 qui se prononce comme un "b" mais en "avalant l'aÏ!' It cf "d" " " - soit être transcrites avec deux: db se prononce comme le "th" de l'anglais "that" dj se prononce comme le "dj" du nom "Djibouti" dr se prononce à peu près comme le "d" du mot anglais "dreatn" se prononce comme le "dz" du nom "Dzaoudzi" dz pv se prononce comme le "v" de l'espagnole "la vida" se prononce comme le "ch" du français "chat" sh se prononce comn1e le "th" de l'anglais "thing" th tr se prononce comme le "t" de l'anglais "tree" se prononce comme le "ts" du mot "mouche tsé-tsé" ts

y

J1léments de grammaire
Comme dans les autres langues de la famille bantoue, les radicaux, dans leur actualisation dans le discours, reçoivent nécessairement des affixes qui peuvent être des préfixes et des suffixes: Les noms L'analyse des formes des noms est spécialement importante pour celui qui apprend la langue, puisque ce sont les noms qui commandent pratiquement tous les accords qui affectent les autres mots: verbes, adjectifs, etc. Souvent groupés par paire en opposition singulier-pluriel, les noms portent presque tous des préfixes et, s'il s'agit de noms dérivant d'un verbe, des préfixes et des suffixes. Par exemple, le mot comme shtsiwa " île" a comme préfixe < shi> et comme radical < siwa >. Ce mot donne au pluriel ztsiwa " îles" où le préfixe,,' est ici < zi >. De

même, le mot comme msomo " lecture ou étude

a comme préfixe

<m >, comme radical < som> et comme suffixe < 0 >. Au pluriel, on a misomo" lectures, études". Ces deux formes dérivent du verbe busoma " lire, étudier" où le < hu > initial est le préfixe de l'infinitif. 11

Certains mots par contre n'ont pas de préfixe.. C'est le cas du mot comme âago " maison". Par convention, nous dirons que son préfixe est < 0 > (zéro). Au pluriel, il donne malago "maisons" ; le radical est ici < lago >1. On dit que les noms qui présentent le même préfixe et qui engendrent les mêmes accords grammaticaux, appartiennent à la même "classe nominale". Les grammaires ont pris l'habitud-e de leur attribuer un numéro d'identification conventionnel valable pour toutes les langues bantoues. Le tableau suivant montre les différentes classes nominales attestées en shindzuani :
Classes 1 la préfixes mu-, m-, mw-(devant voyelle) 0Exemples muntnl. "homme, personne" mwidzi "voleur" shemed}i "beau-frère", twa6i6u "médecin" Champ sémantique noms des êtres humains, tennes de parenté, de métier. . .

2 3

wa-, wantrn "hommes, personnes" w- (devant voyelle) wendzi "voleurs" mu-, m-, mwmrundra "oranger", mu}i "ville" mwiri "arbre", mhono "main" mirundra "orangers", miji "villes" miri "arbres", mihono "mains" dzitso "œil", dzinyo "dent" pa}a "cuisse", 600 "planche" matso "yeux", mava}a "cuisses" matwa6iFm "médecins", ma}i "eau" certaines parties du cotps, noms d'emprunt.. . idem, liquides, collectifs pluriels de la classe la noms d'arbres, certaines parties du cotps.. .

4

mi-, ffi-

5

dzi0ma-

6

1 C'est aussi le cas de nombreux mots d'emprunt. Pour les mots bantous, l'absence de préfixe entraîne souvent la modification de la consonne initiale du mot au singulier. Ainsi la consonne initiale ''l'' du radical devient "cf". De même, les consonnes initiales "h", "r~'et "v" deviennent respectivement "k", "tr" et "p" à l'initiale absolue. On p?rle alors d'alternances consonnantiques. Par exemple: les radicaux < hara > < rawa > < viho > singuHer kara "nid" trawa "corbeille" piho "nageoire" pluriel mahara "nids" marawa "corbeilles" maviho "nageoires"

12

Classes 7 8

préfixes shi-, shzi-, z-

Exemples sbiri "chaise", shombo "outil", sbifarantsa "français" ziri "chaises", zombo "outils"

Champ sémantique noms d'objets, de langues. . .

n- ,
ny

""\

- (devant

9

voyelles) m- (devant p, b) 0idem u- , w- (devant voyelles) hu-, hw- (devant voyelles) va-/vwa-

noms d'animaux, de ndzi "mouche", ndrimu fruits, des noms "citron" nyombe "vache" , nyunyi "oiseau" d'emprunts mbuzi "chèvre" mpaba "chat" bazi "travail", âvio "avion" pluriel de la classe 9 uzuri "beauté", upeu "méchanceté" wengi "multitude", wenu "ortie" huzina "danser", huva "donner" hwangiha "écrire", bwendra "aller" vabanu/vwahanu "endroit" noms d'abstractions, quelques noms divers. . . les infinitifs

10 Il

15

16 17, 18

des termes désignant des lieux 1 idem

aucun nom dans cette classe

Dans le présent ouvrage, seule la foOlle du singulier est donnée, la forme du pluriel pouvant en être déduite. Toutefois, dans le cas où le mot a un préfixe 0-, il sera suivi du préfIXe du pluriel (ou de la forme pleine du pluriel, dans le cas où des alternances consonnantiques rendent cette forme difficilement prévisible) placé entre parenthèses, ou tout simplement d'un tiret placé également entre parenthèses, s'il s'agit des noms des classes 9 et 10 qui se présentent sous la même forme au singulier et au pluriel. Exemples: burett (ma-) "machette" ; da6a (mala6a) "idiot" ; 6abatt (-) "chance"... Lorsqu'un mot n'est attesté que dans une classe donnée, cette classe sera précisé. Exemple: sbara6u (el. 7) "arabe (langue -) ". Enfin, un mot de la classe Il pouvant former son pluriel soit en classe 6 soit en classe 10, s'il n'est pas invariable, sera aussi suivi du préfixe du pluriel du mot (pour la classe 6) ou de son pluriel en classe 10, toujours placé entre parenthèses. Exemple: uzt (ma-) "fil" ; upanga (mpanga) "sabre".

1 Les trois dernières classes sont appelés des classes locatives. On y trouve surtout des noms avec des suffixes locatifs tels que -ni "dans, à, ..." et -ju "sur, vers, .. .". Exemple: ([ago "maison" ~ ([agoni "à la maison". Ce mot suffixé peut être sujet d'un verbe.

13

Les détermi"ants Les adjectifs Ils s'accordent avec les noms ou expressions qu'ils déterminent, en recevant un préfixe spécifique. Ce préfixe est le plus souvent identique a~ préfixe de la classe du nom déterminé. On ne donnera donc ici que la forme du radical ou de la base adjectivale" précédé d'un tiret (le tiret occupant la place du préfixe). Toutefois, pour les classes 5, 9 et 10, les préfixes d'accords peuvent se présenter sous plusieurs formes qui ne sont pas toujours prévisibles. Aussi, si le besoin se fait sentir, l'adjectif sera-t-il suivi de son accord, dans ces classes, placé entre parenthèses. On notera que les noms de la classe Il donneront les mêmes accords que la classe 3, et ceux de la classe 15 donnent les accords de la classe 9. Ainsi, par exemple, avec le nom wantru " hommes" (classe 2), les adjectifs < -ema > "bon" et < -rahafu > " propre" par exemple donneront wantru wema " des hommes bons" et uJantru warabafu " des hommes propres". Par contre ces mêmes adjectifs donneront avec le mot nguo " habites) "

(classes 9/10), les accords suivants: nguo ndjema " de bons habits" et
nguo ntrabafu " des habits propres"... À l'entrée < bon>, on aura par conséquent la notation suivante: adj. -ema (el. 5 djema, el. 9/10 ndjema). De même à l'entrée < propre >, on aura: adj. -rahafu (el. 5 : trahafu, el. 9/10 : ntrahafu) 1. Les démonstratifs Le comorien connaît trois types de démonstratifs: le proche -nt (ou -nu si le préfixe a une voyelle "u") "ce.. .-ci, cet.. .-ci, cette.. .-ci, ces...ci", l'éloigné -le "ce.. .là-bas, cet... -là-bas, cette... -là-bas, ces... -là-bas", et ce que j'appelle provisoirement l'intermédiaire -0 "ce. ..-là, cet.. .-là, cette. ..-là, ces... -là". Ces démonstratifs s'accordent aussi avec les noms qu'ils déterminent comme le montre le tableau ci-dessous. Le préfixe de dépendance -a Il sert à introduire un complément de nom ou, s'il est suivi d'un pronom, un possessif. Le comorien, qui compte très peu d'adjectifs, se sert souvent de cet élément pour qualifier... C'est ainsi par exemple qu'à l'entrée < chaud >, on a : adj. -a mora, où mora veut dire "feu, chaleur" où le préfixe de dépendance doit être accordé au nom qu'il détermine. Exemple: majt ya moro "de l'eau chaude", sbabula sba

moro "de la nourriture chaude"... mwana wangu : "mon enfant"
(litt. : "enfant de moi"). (Par convention, le pronom qui désigne le possédant (ici -rlgu "moi") est collé au préfixe de dépendance -a.)
1 On notera ici que le phénomène d'alternance qu'on a vu avec les noms se retrouve également ici, d'où l'apparition du "t" initial en classe 5. Devant la nasale "n", le "r" se réalise" ntr" .

14

Tableau d'accords des démonstratifs et du préfixe de dépendance
Classes
\

Les démonstratifs
1

préfixe

de dép.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 15 16 17 18

proches unu wani unu ini lini yani shini zini mi zini unu ini vani hunu munu

éloignés ule wale ule ile lile yale shile zile ile zile ule ile vale hule mule

intennédiaires uwo wawo uwo iyo lilo yayo shisho zizo iyo zizo uwo iyo vavo hoho mama

wa wa wa ya la ya sha za ya za wa ya va/vwa ha mwa

Les verbes Dans le présent dictionnaire, on ne donnera que la forme de l'infinitif dont la marque est hu- (ou parfois hw- si le radical commence par une voyelle). Dans sa forme actualisée dans le discours, le verbe reçoit un nombre variable d'affixes (préfixes et suffixes) selon les modalités. Le schéma général est le suivant:
ppv -pv -tps-aux -io-rad-dér -sfv-rel-sfo
et

(Les éléments obligatoirement présents, en gras dans le schéma, sont le radical le sufftXe verba~ les autres sont fonction des modalités. Certains sont mutuellement exclusifs.)

ppv pv tps aux io rad dér sfv reI sfo

pré-préfixe verbal (marque de la négation ou l'intimation) préfIXe verbal (pronom sujet obligatoire) marque du temps (passé,présent. futur) auxiliaire à valeur aspectuel infIXe-objet qui est un pronom en accord de classe avec le nom qu'il remplace radical verbal dérivé suffixe verbal relatif suffixe-objet (si l'infIXe-objet "io" est déjà occupé)

15

Nous allons donner la table des conjugaisons des temps simples ou

les plus courants, avec comme exemple le verbe bufanya "faire" :
Le mode Indlcatlf
Le présent "je fais, je ne fais pas". .. pers 1ère sg 2e sg 3e sg 1ère pl 2e pl 3e pl affirmatif nisifanya usifanya asifanya risifanya musifa wasifanya négatif tsisifanya kusifanya kasifanya karisifanya kamusifanya kawasifanya je tu il/elle 1 nous vous ils/ elles2 l'accompli ("passé indéfini") "j'ai fait, je n'ai pas fait". .. affumatif tsifanya ufanya afanya rifanya mufanya wafanya négatif tsafanya kwafanya kafanya karafanya kamwafanya kawafanya

Le futur "je ferai, je ne ferai pas". . . pers. 1ère sg 2e sg 3e sg
1ère pl

l'habitueJ/le duratif/le répétitif "je fais, je ne fais pas habituellement" ... affirmatif je tu il/elle
nous

affirmatif nitsofanya utsofanya atsofanya
ritsofanya

négatif tsitsofanya kutsofanya katsofanya
karitsofanyt.1

négatif tsifanya kufanya
kafanya

ufanya
u u u u u

2e pl 3e pl

mutsofanya watsofanya

ka1nutsofanya ka watsofanya

vous ils/ elles

karifanya kamufanya kawafanya

Remarque:
A l'accompli, certaines bases verbales suffIXes vocaliques inattendus: hufa "mourir" tsifu "je suis mort" rifu "nous sommes morts" hula "manger" tsili "jai mangé" rili "nous avons mangé" hunwa "boire" tsino "j'ai bu" rino "nous avons bu" monosyllabiques présentent des

hutswa "disparaître" tsitso "j'ai disparu" ritso "nous avons disparu "

huwa "tomber" tsiwu "je su is tombé" riwu "nous sommes tombés"

1 La troisième personne du singulier du français correspond aux classes 1, 3, 5, 7, 9, Il, 15 et 16/17/18. L'exemple donné ici concerne la classe l' qui a comme préfixe verbale a-. Les autres classes ont respectivement: U-, H-, shi-, i-, U-, i- et VU-. De même au pluriel, les classes 2, 4, 6, 8 et 10 ont comme préfixe verbal: wa-, i-,ya-, zlet zi-. 2 Voir note précédente.

16

Les bases verbales dissylabiques non dérivées se caractérisent souvent, à l'accompli et à l'habituel négatif, par le phénomène qu'on appelle barmonie vocalique: le suffIXe verbal a le même timbre que la voyelle du radical. Voici quelques exemples : accompli tsireme "j'ai frappé" rireme "nous avons frappé" tsibomo "j'ai été en retard" rihomo "nous avons été en retard" tsizin i "j'ai dansé" rizin i nous avons dansé" tsifungu "j'ai attaché" rifungu "nous avons attaché" habituel négatif tsireme "je ne frappe jamais" karireme "nous ne frappons jamais" tsihomo "je ne suis jamais en retard" karihomo "nous ne sommes jamais en retard" tsizini "je ne danse jamais" karizini "nous ne dansons jamais" tsifungu! "je n'attache jamais" karifungu "nous n'attachons jamais"

burema "frapper"

buboma "être en retard"

buzina "danser"

hufunga "attacher"

L'imparfait "je faisais, je ne faisais pas"...

le passé révolu (" plus-queparfait") "j'avais fait, je n'avais pas fait" . . . affirmatif je tu il/elle nous vous ils/elles tsika tsifanya uka ufanya aka afanya rika rifanya muka mufanya waka wafanya négatif tsaka nafanya kwaka wafanya kaka afanya karaka rafanya kamwaka mwafanya kawaka wafanya

pers. 1ère sg 2e 5g 3e 5g 1ère pl 2e pl 3e pl

affirmatif nakofanya wakofanya akofanya rakofanya mwakofanya wakofanya

négatif tsakofanya kwakofanya kakofanya karakofanya kamwakofanya kawakofanya

1 A la première personne du singulier, la distinction entre l'accompli et l'habituel négatif réside soit sur la place de l'accent dans le mot (c'est le cas de tsifungu "j'ai attaché" et tsifungu "je n'attache jamais"), soit dans le contexte (c'est le cas de tsireme où l'accentuation est la même dans les deux mots).

17