Essai sur le langage humain

De
Publié par

Depuis toujours, l'homme s'occupe d'interroger encore et encore le langage articulé, éclairant par différentes approches ce qui permet aux humains de communiquer entre eux. Cet essai sur le langage humain est une réflexion à la fois sur son acquisition, son fonctionnement, son unité et ses pouvoirs spécifiques ainsi que sur la diversité des langues et ce qu'elles disent.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 18
Tags :
EAN13 : 9782140011238
Nombre de pages : 300
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
JeanAlexisMFOUTOU
Essai sur lelangage humain
Essai sur le langage humain
Jean-Alexis MFOUTOU
Essai sur le langage humain
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05816-0 EAN : 9782343058160
« […] Il importe donc de s’interroger sur la place qui revient aujourd’hui encore au langage dans la définition de l’homme. Singulière faculté dont les manifestations (mots et phrases) l’assaillent, en même temps qu’elles sont les instruments naturels de sa socialisation et, peut-être, les obstacles de sa solitude. […] »
Claude Hagège,L’homme de Contribution linguistique aux humaines,Éd. Fayard, 1985, p. 8.
paroles. sciences
Ant. chap.Coréf. dir.,fém.,indir.,intr.,loc.,masc.,n.,nom.,pers., plur.,précéd.,prép.,pron., pronom.,sing.,suiv.,Syn. tr.,v.,V.,
Abréviations de mots
antonyme.chapitre. coréférent.direct. féminin. indirect. intransitif. locution. masculin. nom. nominal. personnel. pluriel. précédent. préposition. pronom. pronominal. singulier. suivant. synonyme.transitif. verbe. voir (indication de renvoi).
7
Avant-propos
Depuis toujours l’homme s’occupe d’interroger encore et encore le langage articulé, éclairant par différentes approches ce qui permet aux humains de communiquer entre eux. Nous avons ainsi choisi de donner au mot langage». Il ne sera donclangue naturelle , le sens « question ici ni des langues documentaires, ni des différents arts considérés comme langages, ni du langage animal, gestuel, etc. Les raisons de cette restriction sont multiples : en quittant le terrain du verbal, nous aurions été obligés de traiter d’un objet dont les limites sont difficiles à fixer et qui risque, de par son indétermination même, de coïncider avec celui de toutes les sciences humaines et sociales – sinon de toutes les sciences en général.« Si tout est signe dans le comportement humain,la présence d’un « langage », en ce sens large, ne permet plus de délimiter un objet de connaissance parmi d’autres »O. et (Ducrot Todorov T., 1972 : 7). Au même titre que plusieurs savants ou chercheurs –J.-J. Rousseau (1781), A. Leroi-Gourhan (1964), J. Monod (1970 ), C. Hagège (1985), S. Pinker (2008), N. Chomsky (2011), pour n’en citer que quelques uns –, mais d’une manière, il nous semble beaucoup plus étendue, nous nourrissons cet essai sur le langage humain d’une réflexion à la fois sur son acquisition, son fonctionnement, son unité et ses pouvoirs spécifiques, que sur la diversité des langues et ce qu’elles disent.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.