Grammaire du russe moderne

De
Publié par

Grammaire du Russe moderne, c'est :
- un universitaire russe
- un universitaire français
- deux compétences
- une coopération
- une méthode ordonnée
- cinq parties
- près de 200 fiches
- une fiche par question
- un apprentissage agréable et simplifié
Publié le : samedi 1 mars 2008
Lecture(s) : 671
Tags :
EAN13 : 9782296191549
Nombre de pages : 221
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

INTRODUCTION

L’approche de Grammaire Du Russe Moderne est essentiellement synchronique. La langue russe telle qu’elle est en 2008, voilà le matériau de base. La diachronie n’a été appelée à la rescousse qu’en tant que béquille de la synchronie. Chomsky, Culioli, Adamczewski, Tesnière, Davydoff, Pauliat … Mais au service de la langue et non de la linguistique. En conséquence point de jargon pompeux ! Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. Dans Grammaire Du Russe Moderne, les mots sont d’ailleurs souvent des tableaux. Et les tableaux sont rarement des tableaux à structure ordinaire. La structure s’efforce de refléter celle de la partie du système grammatical qu’elle décrit. Cette approche intègre les récents travaux des orthophonistes sur les procédures d’apprentissage.

Ces travaux simplifient en effet grandement la tâche de l’apprenant. Ils devraient donc rendre le système grammatical russe plus accessible.
la langue maternelle de plus de 165 millions de personnes dans le monde de 2007, la langue russe, c’est l'une l'une l'un des 3 000 des 100 des 25 langues langues systèmes parlées écrites d'écriture l’une des 50 (et +) langues indo-européennes

Et puis, les russophones sont éparpillés sur 11 fuseaux horaires différents.
(Quand il est minuit d’un jour à Moscou, il est déjà 7 heures du lendemain matin à Vladivostok).

Il y a là matière à réflexion ! La présente étude se propose d’analyser la langue russe en 5 opérations séparées. I ENCODAGE ET DÉCODAGE DES PHONÈMES II ÉNONCÉS HORS NORME III ÉNONCÉS CONFORMES À LA NORME, type 1 relation intrinsèque ( A [être] B ) IV ÉNONCÉS CONFORMES À LA NORME, type 2 relation d’appartenance ( A [avoir] B )

V
ÉNONCÉS CONFORMES À LA NORME, type 3 relation descriptive ( A ni [être]ni [avoir] B ) Ce plan en 5 parties couvre l'essentiel des grammaires plus traditionnelles. yflt;lf1
espoir !

1

partout, l’accent tonique est repéré par encadrement de la voyelle : f , t , b , j , . etc. 7

L’ALPHABET

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33

F < D U L

f , d u l

Voici la forme actuelle de l’alphabet (fkafdbn) russe. [a] à peu près même valeur qu'en français ! [bé] comme dans bague [vé] comme dans vague [gé] comme dans gag [dé] comme dans dague [ié] [io] [ž] [zé] [i] [j] [ka] [él] [èm] [èn] [o] [pè] [èr] [ès] [tè] [u:] [èf] [xa] [tsé] [tié] [a] [tja] [s] [é/è] [ju :] [ja] [jé] / [jè] (s’oppose au ' de la position 31 ci-dessous comme dans yoyo comme dans Jean comme dans zinc comme dans vite [i] bref comme dans vil ou [j] comme dans yeux à peu près même valeur qu'en français comme dans long à peu près même valeur qu'en français comme dans non en position accentuée > + ou - même valeur qu'en français comme dans pont comme dans rond comme dans son à peu près même valeur qu'en français comme dans fou comme dans feu comme la jota espagnole comme dans tsé tsé comme dans tchièque, s’il existait un tel mot comme dans chat rien de semblable signe dur (nd/hlsq pyfr) > c]tcnm manger, j,]/v volume un peu le [i] allongé de mille signe mou (vzurbq pyfr) = marqueur de mouillure > gznm 5 [é] ou [è] comme dans été ou sève comme dans l’anglais you comme dans yaourt

T t ? /1 ; ; P p B b Q q R r K k V v Y y J j G g H h C c N n E e A a { [ W w X x I i O o }2 ] S3 s M m ' ' > . Z z

Cet alphabet a été tiré par les moines Cyrille & Méthode de l’alphabet glagolitique (9ème siècle). Il a été réformé au XVIII° siècle puis en 1918 (perte de 4 lettres jugées superflues). Il tient du latin par ses [#f#c#r#et #v#], et de l’hébreu par son [i]. Par ses [#u#l#k#g#h#a# (cf. gamma, delta, lambda, pi, rho et phi) ], il tient du grec. Les prochaines fiches tentent d’exposer performances et carences de ce système alphabétique.

1 2

dans les dictionnaires e et / figurent à la rubrique e : theylf absurdité y côtoie /hi goupillon appelé "signe dur" (nd/hlsq pyfr), } signifie : - annulation de la règle «tout graphème consonantique suivi de z t b / . est mouillé» - séparation radicale de 2 éléments d’un composé à préfixe et racine : gjl] tpl entrée, c]tcnm manger Dans les vieilles machines à écrire, } était remplacé par ’ : c]tpl congrès s’y écrivait c’tpl 3 ], s, m ne figurent à l’initiale des mots que dans les énoncés entièrement en majuscules

11

MISSIONS DU SYSTÈME ALPHABÉTIQUE

L’alphabet russe doit encoder 381 phonèmes (33 consonantiques et 5 vocaliques).
I- les 33 phonèmes consonantiques 2 : A) 24 phonèmes à opposition [dur / mouillé] indépendante de l'environnement : dur mouillé /B/ / B’ / /P/ / P’ / /D/ / D’ / /T/ / T’ / /V/ / V’ / /F/ / F’ / /Z/ / Z’ / /S/ / S’ / /L/ / L’ / /M/ / M’ / /N/ / N’ / 3 /R/ / R’ / B) 3 phonèmes à opposition [dur / mouillé] dépendante de l'environnement : dureté devant phonèmes /a/, /o/ , /u/ mouillure devant phonèmes /i/ et /e/ /G / / G’ / / K/ / K’ / / X / (jota) / X’ / C) 6 phonèmes à fonctionnement hors couple [dur/mouillé] : pas d'équivalent mouillé pas d'équivalent dur hors norme absolu / J / (yod) / TS / / t ’ / (tchj) / ž / (je) / t ’/ (chtchj) /  / (che) II- les 5 phonèmes vocaliques : /A/

/E/

/I/

/O/

/ U / [ou]

Pour coder ces 38 phonèmes, l’alphabet russe ne propose que 33 graphèmes (voir page 11). Quelques problèmes menacent donc !

1 2

37 seulement, si l'on considère / t ’ / (chtch’) comme la combinaison des 2 phonèmes /  / et / t’ / dans les tableaux ci-dessous, ’ note la mouillure 3 opposition [dureté / mouillure] du russe apparentée à opposition [n (panne) / gn (pagne)] du français 12

LES 5 PILIERS DE L’ENCODAGE I- 2 graphèmes dépourvus de valeur phonétique véritable : } nom nom signe dur (nd/hlsq pyfr) disjoindre 2 sons mission mission exemple c]tpl congrès exemple
3 graphèmes notant toujours des sons durs

M signe mou (vzurbq pyfr) mouiller la consonne précédente cxbnfnm compter

II- 5 graphèmes consonantiques à valeur indépendante du graphème qui suit :
2 graphèmes notant toujours des sons mouillés

w ; i

wtgm ;f,f inf,

chaîne crapaud état-major

x o1

xfirf obn

tasse bouclier

III- 10 graphèmes renseignant sur la voyelle et sur la consonne précédentes : 5 graphèmes dits de 1ère série 5 graphèmes dits de 2ème série2 /A/ /JA/ f = z = /E/ /JE/ ' = t = /I/ /JI/ s = b = /O/ /JO/ j = / = /U/ /JU/ e = . = IV- 15 graphèmes consonantiques à valeur tantôt dure, tantôt mouillée : valeur dure graphème /B/ , /V/ d /G/ u /D/ l /Z/ p /K/ r /L/ k /M/ v /N/ y /P/ g /R/ h /S/ c /T/ n /F/ a /jota/ [
valeur dure du graphème c graphème vocalique de série 1 cel signe dur ] c]tcnyjq graphème consonantique cnsl position finale yjc

valeur mouillée /B’/ /V’/ /G’/ /D’/ /Z’/ /K’/ /L’/ /M’/ /N’/ /P’/ /R’/ /S’/ /T’/ /F’/ /jota’/

Ces valeurs (dures et mouillées) sont conditionnées par l’environnement.
tribunal alimentaire honte nez
valeur mouillée du graphème c graphème vocalique de série 2 c.lf signe mou m uecm vers ici oie

V- 1 graphème (q) à valeur variable :

- tantôt yod (ex. Ym.-Qjhr) - tantôt quasiment rien (finale d'adjectif : nd/hlsq dur) ! Voici 4 fiches sur les spécificités de l’encodage et du décodage du russe.

1 2

différence graphique bien ténue entre i et o ! 1 graphème unique pour 2 phonèmes distincts : la notation est ici syllabique !

13

QUELQUES PROBLÈMES D’ORTHOGRAPHE

La notation des séquences [Consonne + Voyelle] présente parfois des incohérences.
case vide = impossible normal

Voici le code du tableau ci-dessous
* graphèmes vocaliques de 1ère série = présence ou absence surprise graphèmes vocaliques de 2ème série

f
rfvtym R pierre ufl U reptile [fhz { gueule wfgkz W héron ;f,f : crapaud if[nf I
puits de mine

'
*1

s

j
rjkjrjk cloche ujke,m pigeon [j,jn trompe

e
re,jr coupe ue,rf

z

t
rtukz quille utqpth rbn

b

/

.
*2

baleine ubkmpf *4 douille [bksq chétif wbhr cirque ;bdj vivement ibyf pneu xby grade obn bouclier ;/cnrj *6 durement i/kr soie x/nrbq * précis o/ujkm * dandy

*3 éponge [elj le mal weujv à la file ;er scarabée ie,f pelisse xelj * thé ofdtkm trinquer miracle oerf * oseille brochet généreux galimatias otlhsq geyser [thtc5 xérès wtkjcnm intégrité ;tyb[ fiancé itcndbt cortège xtge[f

wsw * chut ! * *

wjrjkm socle ;j[ fripon ijr

* xfq

* choc xjrfnmcz

X

O

La règle dite des incompatibilités orthographiques tente de limiter la casse.
après W après ; x i o après u r [ z . j (si atone) z . s j z . s sont récrits sont récrits sont récrits f e t f e b t f e b

Les prévisions demeurent cependant assez aléatoires !

1 2

exclusivement dans le mot d’origine étrangère r', cab ? exclusivement dans les mots d’origine étrangère : r.ht curé ; r.hfcj curaçao ? 3 exclusivement dans le mot d’origine turque uzeh giaour ? 4 exclusivement dans le mot u.qc pavillon de beaupré ? 5 [thedbv chérubin est le seul autre mot cité par le dictionnaire. Noter l’origine étrangère des 2 mots ! 6 exclusivement dans le mot d’origine étrangère ;.hb jury ?

14

LACUNES DIVERSES (5 confusions + 1 incohérence)

les 5 confusions 1) non-séparation de / et t dans les dictionnaires 2) ambiguïté du graphème u

l’incohérence au moins cinq notations du yod 1 notation alphabétique

: u est parfois prononcé /G/
reptile (batracien) voix ville 1) z 2) t

ufl ujkjc ujhjl tuj ghbznyjuj fggtnbnf ybxtuj

q qjl iode etc. 4 notation syllabique z tkm 3) / t/ 4) . .u
je sapin son (le sien à elle !)

u est parfois prononcé /V/
son (à lui) bon appétit ça ne fait rien

sud incohérences gênantes pour l’étiquetage morphologique !

3) accent tonique non noté (sauf manuels & dictionnaires) : Ainsi, selon place par rapport à l'accent, o sert à noter un un un «a» «o» «é» affaibli véritable affaibli en position en position en position pré-accentuée accentuée post-accentuée elle bon huile jyf lj,hsq vfckj 4) notation aléatoire d’un éventuel r ytve chez lui

y

euphonique :

jn yb[ c ybv

d'eux avec lui

devant pronom pers. de 3ème personne ainsi : - ; > /Š/ - r > /G/ (kj;rf cuillère) (djrpfk gare)

5) non notation des assimilations consonantiques : s’il est sourd le 1er le devient aussi le 2ème phonème dirige s’il est sonore, le 1er le devient également A) 2ème consonne sourde > assourdissement de la 1ère : > [pk] ,r j,rfnfnm rouler

lr ui ;r d c p g

> > > > >

[tk] [kš] [šk] [f s] [s p]

djlrf ;/uibq kj;rf d cfle bp-gjl

vodka ayant brûlé cuillère dans le jardin de dessous

assourdissement systématique en position finale : le , de [kt, pain y prend valeur de g

B) 2ème consonne sonore > sonorisation de la 1ère : gare > [gz] rp djrpfk c , > [zb] c ,hfnjv avec son frère

nl au

> >

[dd] [vg]

jnlfnm
faufytw

rendre afghan

Cependant, devant /v/, /s/ ne se sonorise pas (par exemple, dans cdjq mon, ton, son …, le c représente toujours un /s/)

15

LA PALATALISATION (gfkfnfkbpfwbz) Attirance par yod, la palatalisation (altération de consonne) intervient lors d’un collage d’étiquette. - l u p n r w [c cn cr , d v g a sont palatalisables -k y h ne sont pas palatalisables. Les transformations se font sur le modèle ci-dessous. n1 r et w > x l u et p > ; c et [ > i cn et cr > o g > gk , > ,k a > ak d > dk v > vk Il semble pédagogique de distinguer 5 morphèmes palatalisants. 1 2 3 4 5 morphème morphème morphème morphème morphème pour pour pour pour pour substantif adjectif comparatif superlatif conjugaison base <ju Rbtd xbcnsq dtkbrbq k.,bnm /je/ > e étiquette /janin/>zyby /ji/ > bq /jeiši/ > fqibq #ju# > . 1 refusé Rbtdzyby ,jubq xbcnt dtkbrfqibq z k.,. accepté Rbtdkzyby ,j;bq xbot dtkbxfqibq z k.,k. bilan d > dk u>; n >o r>x , > ,k Kievien de dieu plus propre le plus grand j’aime sens base ge[ ujhjl ljhjujq cnhjubq dbltnm /je/ > e étiquette /janin/>zyby /jicti/ > bcnsq /jeiši/ > fqibq /ju/ > e 2 refusé ujhjlfyby ge[bcnsq ljhjut cnhjufqibq z dble accepté ujhj;fyby geibcnsq ljhj;t cnhj;fqibq z db;e bilan l>; [>i u >; u>; l>; citadin duveteux plus cher le plus sévère je vois sens base jcdtnbnm 2 vjkjrj eprbq ,kbprbq gkfnbnm /je/ > e étiquette #jenie#>tybt / ? / > ysq /jeiši/ > fqibq /ju/ > e 3 refusé jcdtntybt vjkjrysq eprt ,kbpfqibq z gkfne accepté jcdtotybt vjkjxysq e;t ,kb;fqibq z gkfxe 3 bilan n>o r>x pr > ; p>; n>x éclairage de lait plus étroit le plus proche je paye sens Pour conclure, voici quelques exemples.NO verf vexybr gnbwf gnbxbq celbnm ce;e farine minotier oiseau d’oiseau juger je juge pltcm pltiybq gecnbnm z geoe bcrfnm z boe ici d’ici laisser je laisse chercher je cherche vjue vj;tim gf[fnm z gfie regbnm regkz je peux tu peux labourer je laboure acheter achat

1

dans la palatalisation slavonne, plus rare : -n > o : nhtgtnfnm > Z nhtgtoe je palpite ; pfghtnbnm > pfghto/yysq interdit - l > ;l : ghtleghtlbnm > ghtleght;l/yysq prévenu 2 jcdtnbnm a pour imperfectif jcdtofnm ... mais, dans cdtxf bougie, le n de cdtn se palatalise en x 3 z gkfxe signifie aussi je pleure

16

MESURES ANTI-HIATUS CONSONANTIQUE OU VOCALIQUE

Tout se passe comme si le russe se méfiait des séquences [CC] et [VV]1 . Au moins 3 solutions évitent que l’étiquetage morphologique n’en crée. Des considérations diachroniques dictent souvent la solution à adopter. Qui ne maîtrise que la dimension synchronique aura du mal à trouver cette solution. Elle lui semblera relever de la seule mémoire !
acceptation solution 1 désagrégation de la finale de la base
la [formation standard de l’adjectif court par amputation de l’adjectif long] la [formation standard du passé par adjonction de k à la base verbale]

crée parfois des séquences [CC]. Le plus souvent, la langue russe les refuse. Il lui arrive cependant de les accepter sans préavis ! Ainsi lj,hsq bon engendre lj,h

crée parfois des séquences [CC]. Il arrive que la langue russe les refuse en désagrégeant la base. C’est ainsi que voler rhfcnm, engendre Jy rhfk il vola au lieu du Jy rhfck attendu Le c2 de la base a ainsi disparu.

refus solution 2 désagrégation de l’initiale de l’étiquette parfois, à même problème, solution différente : c’est le k de l’étiquette que la langue passe par profits et pertes : dtpnb transporter engendre d/py

solution 3 insertion d’un joint anti-collision appelée [insertion d’une voyelle mobile], cette solution est de loin la plus répandue. Il y a risque de voyelle mobile au détour de la plupart des voies russes ! L’exemple retenu est encore de type [adj. long amputé] : étroit > eprbq devrait donner epr Mais, après insertion d’une voyelle mobile j, ce epr maudit devient l’acceptable epjr. conclusion : en synchronie, l’absence de toute indication livre la mémoire à elle-même ! 2 collages délicats : [base à finale C + étiquette à initiale C] et [base à finale V + étiquette à initiale V]

1 2

[CC]=[Consonne+Consonne] ; [VV]=[Voyelle+Voyelle] il y a des raisons diachroniques à ce c non étymologique 17

INTRODUCTION

En Indo-Européen, la forme habituelle des énoncés est binaire1 . Une entité A est mise en relation avec une entité B . La langue russe est indo-européenne … Aussi coule-t-elle souvent ses énoncés dans une structure binaire de type A  B . Ce tremplin théorique répartit naturellement les énoncés en 4 groupes principaux.
groupe 1 relation intrinsèque

représentation graphique

valeur sémantique

schéma linguistique profond

A

émet

B

=
=

B

émane de

A A
[être]

A

B

(Mon) voisin est médecin

B

(vjq) cjctl ! dhfx
groupe 2 relation d’appartenance

représentation graphique

valeur sémantique

schéma linguistique profond

A A B

possède

B

=
=

B

appartient à

A A
[avoir]

Il a du succès

B

Jy bvttn ecgt[

2

groupe 3 relation descriptive

représentation graphique

valeur sémantique

schéma linguistique profond

A A  B

est décrit par

B A
ni [être] ni [avoir]

Il parle russe

=

B

jy ujdjhbn gj-heccrb
groupe 4 énoncés sans lien iconographique entre forme et sens

C’est à ces énoncés que les 3 prochaines fiches vont être consacrées.
1 2

voir Syntactic Structures de Noam Chomsky en russe, cette manière de noter

A

[avoir]

B

n’est pas très fréquente (voir partie 4)

21

1ere LISTE D’ÉNONCÉS HORS-NORME Voici la 1ère des 3 listes d’énoncés non-binaires (selon les définitions de Chomsky). I- coexistence d’une formulation standard et d’une formulation hors-norme (inanimés seulement) : formulation standard formulation hors-norme Le feu a anéanti la forêt Jujym eybxnj;bk ktc Ktc eybxnj;bkj juy/v L'eau a submergé les berges Djlf pfnjgbkf ,thtuf (pl. irrég.) <thtuf pfnjgbkj djljq L’ouragan a retourné le navire Rjhf,km gthtdthyekj ehfufyjv Ehfufy gthtdthyek rjhf,km Une voiture l'a tuée Vfibyf e,bkf t/ T/ e,bkj vfibyjq Le froid a gelé les fleurs {jkjl pfvjhjpbk wdtns Wdtns pfvjhjpbkj [jkjljv 1 II- la seule formulation possible est une formulation hors-norme avec recours à l’Accusatif : J'ai des frissons Vtyz pyj,bn (Vtyz = A. de z) Il a envie d'aller là-bas Tuj nelf nzytn (Tuj = A.G. de jy/jyj) Je ne sais pas ce qui m'a pris de ... B l/hyekj vtyz (Vtyz = A. de z) La femme avait mal au cœur :tyibye njiybkj (;tyibye = A. 1ère décl.) III- la seule formulation possible est une formulation hors-norme avec recours au Génitif : Elle ne sera pas là demain T/ pfdnhf yt ,eltn Nous étions peu : nous étions 5 Yfc ,skj vfkj : yfc ,skj gznthj Vous êtes nombreux Dfc vyjuj Une minute ne s'était pas écoulée Yt ghjikj b vbyens Nous avons bien des soucis {dfnftn pf,jn Il ne manquait plus que ça To/ 'njuj yt ljcnfdfkj Il n’y eut pas de réaction Htfrwbb yt gjcktljdfkj IV- la seule formulation possible est une formulation hors-norme avec recours au Datif : A) pour exprimer l'état dans lequel se trouve involontairement un être vivant : J'ai envie de manger Vyt [jxtncz tcnm Il n’a pas eu de chance Tve yt gjdtpkj Il a réussi à partir en courant Tve elfkjcm e,t;fnm Elle ne peut pas rester assise Tq yt cblbncz Les enfants ne peuvent dormir Ltnzv yt cgfkjcm J'ai peur Vyt cnhfiyj Ça leur plaît Bv yhfdbncz Tout le monde regrette Dctv j,blyj Tu devras redoubler Nt,t ghbl/ncz gjdnjhbnm ujl Ils n'ont pas envie de plaisanter Bv yt lj ienjr Il est mal à l'aise / J’ai pitié / Tu as la flemme Tve yt gj ct,t / Vyt ;fkm / Nt,t ktym B) pour exprimer la possibilité, l’impossibilité, la nécessité ou l’opportunité : Tous peuvent Dctv vj;yj Tous ne peuvent pas Dctv ytkmpz Tu dois Nt,t ye;yj Tous entendent Dctv cksiyj Personne ne peut comprendre Ybrjve yt gjyznm Je n'ai pas le temps Vyt ytrjulf Elle n'avait personne à qui parler Tq yt c rtv ,skj ujdjhbnm Il est temps pour nous de prendre congé Yfv gjhf e[jlbnm Ça vous fait mal de fumer Dfv dhtlyj rehbnm Il n’a personne à fréquenter Tve yt c rtv j,ofnmcz C) pour exprimer l’âge de façon idiomatique : Quel âge avez-vous? Crjkmrj dfv ktn * Il a vingt et un ans Tve 21 ujl

1

#juy/v#djljq#ehfufyjv#vfibyjq# et #[jkjljv# = I. sg. #jujym#djlf#ehfufy#vfibyf# et #[jkjl# 22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.