LE FRANÇAIS QUE L'ON PARLE

De
Publié par

Ce livre, à l’usage des Français qui aiment leur langue et des étrangers qui étudient le français, à pour but de faire découvrir les différentes facettes du français parlé. Il poursuit plusieurs objectifs : montrer qu’il existe un langue parlée distincte de la langue écrite qu’il faut considérer comme une langue en soi, faire découvrir son extraordinaire richesse, montrer ses spécificités, ses expressions, ses tournures et sa grammaire, donner des étymologies originales. Une présentation en phrases bilingues : français parlé / français écrit, en rend l’accès très clair et attrayant.
Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 110
Tags :
EAN13 : 9782296294141
Nombre de pages : 238
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LE FRANÇAIS QUE L'ON PARLE
Son vocabulaire, sa grammaire, ses origines

Yves CORTEZ

LE FRANÇAIS QUE L'ON PARLE
Son vocabulaire, sa grammaire, ses origines

L'Harmattan 5-7, nle de l'École-Polyteclmique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

@L'Hannatlan,2002 ISBN: 2-7475-2781-6

Mes sincères remerciements vont à tous ceux qui m'ont apporté leurs conseils et leurs encouragements, et tout particulièrement à :

Joëlle Cortez Arnaud Clarke Michel Wiedemann

Abréviations

Adj Adv Arg CI Ex Fam N.f N.m P.p Pej Pop Préf R : : :

Adjectif Adverbe Argot Classement du mot Exemple Familier Nom féminin Nom masculin Participe passé Péjoratif Populaire Préfixe Référence (Indication du chapitre où est utilisé le mot ou l'expression) Verbe : Vulgaire Vieux, démodé

V Vulg Vx

"On parle dans une langue, on écrit dans une autre". Jean-Paul Sartre "On s'est fait une langue de convention, un style académique". Hippolyte Taine

Introduction
Les Allemands font la distinction entre les parlers dialectaux et le hochdeutsch, les Arabes séparent nettement l'arabe dialectal de l'arabe littéral, les Chinois ne confondent pas les variantes régionales du chinois avec la langue litttéraire. Mais les Français utilisent indistinctement le terme "langue française" pour les deux entités fort différentes que sont le français parlé et le français écrit. Au bureau, entre amis et en famille, ils parlent une langue, mais ils en écrivent une autre dès qu'ils prennent la plume. Une frontière subtile sépare ces deux langues. La langue parlée n'est pas, en vérité, une simple façon incorrecte de parler le français. Elle est une langue en soi, avec son propre vocabulaire et sa propre grammaire. Ce livre a pour but de faire découvrir l'extraordinaire richesse de la langue parlée et ses spécificités.

Qu'est-ce que la langue parlée? Les linguistes distinguent trois catégories de vocabulaire dans la langue parlée: le vocabulaire familier, le vocabulaire populaire et l'argot. . Le vocabulaire dit "familier" regroupe tous les mots de la langue parlée qu'il est convenu, par un usage courant, de ne pas écrire. Le vocabulaire dit "populaire" est compris de tous, mais il n'est employé que dans les milieux dits "populaires". Une partie de la population (la plus éduquée, la plus bourgeoise, bref la moins populaire) refuse l'utilisation de certains mots, même si elle les comprend parfaitement. L'argot, ou plus exactement les argots (militaire, étudiant, des jeunes de banlieue.. .), ne sont compris et utilisés que dans des milieux restreints. 9

.

.

Cette classification n'a rien de rigoureux dans la pratique. Ainsi, le dictionnaire "Petit Robert" classera les mots "came" (drogue) et "taule" (prison) dans la catégorie "argot", alors que le Dictionnaire de la Langue Française (Hachette) les classera dans la catégorie "populaire" .

Les bases de notre ouvrage La première partie du livre ne présentera que des mots et des expressions du langage familier. La seconde partie s'ouvrira au langage populaire. Mais, dans l'une et l'autre partie, nous n'avons sélectionné que les mots et expressions compris de toutes les catégories de la population, de toutes les classes d'âge et de toutes les régions françaises. Aussi avons-nous exclu les termes argotiques connus et pratiqués dans des cercles restreints (corps de métiers, étudiants, truands...) ou utilisés dans des aires géographiques données (banlieue parisienne, régions françaises, Québec, Antilles, Afrique.. .). Nous avons aussi éliminé les mots à la mode qui connaissent une existence éphémère ou qui ne sont pas suffisamment ancrés dans l'usage courant. Nous n'évoquerons donc pas le verlan, si ce n'est les rares mots véritablement passés dans la langue parlée par tous. Nous montrerons dans les annotations qui accompagnent les textes (et particulièrement par les commentaires sur I'étymologie) combien le vocabulaire du français parlé a des racines lointaines que les déformations propres à l'évolution de toute langue peuvent parfois occulter. En outre, nous pensons que de nombreux mots considérés comme vulgaires sont d'un usage tellement courant qu'ils doivent être portés à la connaissance des lecteurs. Nous signalerons toutefois, le cas échéant, par un astérisque, la nécessité d'une certaine prudence dans leur emploi. Mots et expressions

Certains mots peuvent être tout à fait ordinaires, mais leur groupement peut donner naissance à une expression de la langue parlée, comme par 10

exemple "on n'est pas sorti de l'auberge", ou "ça me fait une belle jambe" . Dans ces cas, nous prendrons le soin de mettre l'expression entre guillemets. Chaque mot ne comportant aucune difficulté de compréhension, l'expression doit être utilisée et comprise dans son ensemble. D'ailleurs, certains mots n'ont pas de sens s'ils sont isolés et ne peuvent être compris qu'à l'intérieur d'une expression, comme par exemple les mots "baille" et "babines" dans les expressions" tomber à la baille" ou "se lécher les babines".

Traduction La traduction du français parlé en français écrit que nous avons choisie a pour but essentiel de trouver l'équivalent du terme à traduire, même au besoin de longues périphrases si nécessaire, afin d'en donner la signification précise. Nous n'avons pas cherché à produire une traduction académique, mais au contraire, à être didactiques.

Notes explicatives Afin de vous permettre de mieux comprendre et mémoriser certains termes et certaines expressions, il nous a paru nécessaire de faire des renvois à des notes explicatives en bas de page, qui portent: Sur certains aspects originaux de la grammaire du français parlé qui a des particularités et des règles distinctes du français écrit. Sur l'étymologie vous pourrez ainsi remarquer que, contrairement à une idée reçue, le français parlé a très peu emprunté à l'anglais, mais puise ses racines dans le vieux français, les parlers régionaux, et de nombreuses autres langues. Sur le processus de fabrication du vocabulaire par abréviation, ajouts, déformations des mots courants et divers autres procédés. Sur les expressions imagées qui abondent dans la langue parlée.

Il

Une méthode pour les étrangers

Ce livre peut être utilisé également comme une méthode d'apprentissage de la langue parlée pour les étrangers qui, généralement ont une approche très scolaire de la langue et par conséquent, ignorent, pour l'essentiel, la langue parlée.

12

Sommaire
Introduction

Première

partie

Le français parlé (Langage familier)

1. Salut (bonjour) 2. A la tienne (A ta santé)
3. La bagnole (La voiture) 4. Faire le marché (Faire ses courses au marché) 5. Pouvez-vous me donner un petit coup de main? (Pouvezvous m'aider ?) 6. Je suis en pétard (Je suis en colère) 7. Les exames (Les examens) 8. Une grosse tête (Un surdoué) 9. Les intellos (Les intellectuels) 10. Les bouquins (Les livres) Il. La piaule (La chambre)

12. Une affaire en or (une très bonne affaire) 13. Viré (Licencié) 14. J'en ai marre (J'en ai assez) 15. Fous le camp!(Va-t'en !) 16. Draguer (Faire la cour) 17. Les cathos (Les catholiques) 18. Il a perdu les pédales (Il est fou) 19. La cambrousse (La campagne) 20. Se faire une petite bouffe (Faire un dîner entre amis) 21. Un bide (Un échec) 22. Les politicards (Les politiciens)

13

23. La téloche (La télévision) 24. Aller au ski (Aller aux sports d'hiver) 25 . Il est gâteux (Il est sénile) 26. Attrape-gogo (Attrape-nigaud) 27. Y' a du pain sur la planche (Il y a beaucoup de travail) 28. C'est un bricolo (C'est un bricoleur) 29. Une balade en ville (Une promenade en ville) 30. Elle l'a plaqué (Elle l'a quitté) 31. Y'a de l'eau dans le gaz (Ils ne s'entendent plus) 32. Elle peut plus le piffer (Elle peut plus le sentir) 33. Lire le canard (Lire le journal) 34. Les rupins (Les riches) 35. Va au dodo! (Va dormir !) 36. Un gros coup de pompe (Une grosse fatigue) 37. C'est pas de la tarte (Ce n'est pas facile) 38 . Une tête de lard (Un sale caractère) 39. Tu l'as dans le collimateur (Tu l'as à l'oeil)

Deuxième

partie

Le français parlé (Langagepopulaire et argot)

1. Le boulot (Le travail) 2. Au bistrot (Au café) 3. Le foot (Le football) 4. D'où t'es, toi? (D'où es-tu ?) 5. Ça caille! (Il fait froid !)

14

6. Le service (Le service militaire) 7. T'as fait l'armée? (As-tu fait le service militaire ?)

8. La colo (La colonie de vacances) 9. Le loubard (Le voyou) 10. En taule (En prison) 11. Au trou (En prison) 12. Le bleu (Le débutant) 13. On est dans la merde (Nous sommes en difficulté) 14. Les puces (Le marché aux puces) 15. Se foutre en l'air (Avoir un accident) 16. Avoir du bol (Avoir de la chance) 17. Ça me gonfle (Ça m'énerve) 18. Une poufiasse (Une femme vulgaire) 19. Les politicards (Les politiciens) 20. On n'est pas si cons (Nous ne sommes pas si bêtes) 21. J'en ai plein le cul (J'en ai assez) 22. Crapahuter en montagne (Marcher en montagne) 23. Les cabanes à lapins (Les immeubles HLM) 24. Bien fringué (Bien habillé) 25. Faire des galipettes (Faire l'amour) 26. La came (La drogue) 27. Les morfales (Les goinfres) 28. Une virée entre potes (Une sortie entre amis) 29. Se la couler douce (Avoir une vie tranquille)

15

Troisième partie
I. Genèse de vocabulaire du français parlé
1- Transformation par abréviation

2- Transformation par suffixation
3- Formation par répétition 4- Formation par inversion (le verlan) 5- Emprunts aux langues étrangères AL'anglais BL'arabe CL'allemand

6- Emprunts à divers don1aines ALa marine BLa mécanique CLes animaux de la ferme DLes couleurs
7- Autres procédés Euphémismes, antiphrases, métonYluies

II. III.

Etymologie Spécificité et curiosités de la langue parlée: 1- Les contractions 2- Les sigles 3- Les interjections
4- Les jeux de mots

IV.

Petit mémento grammatical

Quatrième partie Lexique
16

Première

partie

le français parlé
(Langage familier)

17

1.
ABABABABAB-

Salut!

Salut! (1) Salut! Tu vas bien? (2) Ça va. T'as pas l'air en forme! (3) J'ai "pas fermé l'oeil de la nuit". T'étais malade? Ouais, j'ai bouffé un truc (4) qu'est pas passé. On (5) va se prendre un petit café? D'accord.

(1) Le français parlé suppose une certaine familiarité. Aussi, quand on s'adresse à une personne que l'on ne connaît pas ou très peu, à une personne âgée ou à un supérieur hiérarchique, on dira "bonjour!" et non" salut! ". (2) Dans la langue parlée, la forme interrogative est identique à la forme affirmative; seule l'intonation diffère. (3) En "français parlé", la forme négative "ne.. .pas" se simplifie en "pas ". Ainsi" tu n'avais pas" devient" t'avais pas".

18

1.
ABABABABAB-

Bonjour!

Bonjour! Bonjour! Comment vas-tu? Bien, merci. Tu n'as pas l'air en forme? J'ai très mal dormi. Etais-tu malade? Oui, j'ai mangé quelque chose que je n'ai pas digéré. Allons-nous boire un café? Avec plaisir.

(4) Notez à nouveau que "qu 'est pas passé" est la contraction de "qui n'est pas passé". Le "ne.. .pas" se simplifie toujours en ''pas''. (5) Le mot "on" est très souvent employé à la place de "nous".

19

2. ABABABABABABA-

A la tienne!

A la tienne! (1) A la tienne! C'est mieux que de la flotte, ton petit pinard. File-moï (2) du pain, STP ! (pr : steupe). Ça caille un peu, non? Quand on aura bien bouffé... Ouais(3), t'as raison, si on bouffe bien, on se gèlera moins! Alors, quoi de neuf côté fric? Que dalle! Toujours pas de boulot! T'as vraiment pas de pot. Faut pas" s'en faire" ! Tiens, refile-moi un petit coup de rouge. Il est pas dégueulasse ce pinard! Il est vachement bon, ouais !

Nota: Dans ce chapitre, nous découvrons des mots de base du français parlé: la flotte, bouffer, le fric, le boulot, avoir du pot, dégueulasse, vachement; montrant par là son extraordinaire richesse de vocabulaire. Progressez régulièrement, ne sautez pas d'étape... Lisez et relisez cette leçon, c'est un premier pas important dans l'apprentissage du français parlé.

20

2. ABABABABABA-

A ta santé!

BA-

A ta santé! A ta santé! Il est plus agréable que l'eau, ton petit vin. Donne-moi du pain, s'il te plaît. Il fait froid, n'est -ce pas? Quand nous aurons bien mangé... Oui, tu as raison, quand nous aurons mangé, nous aurons moins froid. Alors, y-a-t-il du nouveau côté argent? Rien! Je n'ai toujours pas de travail. Tu n'as vraiment pas de chance! Il ne faut pas s'inquiéter. Tiens, redonne-moi un verre de vin. Il n'est pas mauvais ce vin. Il est très bon!

(1)
(2)

"A la tienne" : se dit en levant son verre. "A la vôtre ", quand il y a plusieurs personnes.

"Filer" : signifie "donner". File-moi le journal.

Exemple: File-moi une cigarette.

(3)

"Ouais" est une déformation très courante du mot" oui".

21

3. AB-

La bagnole

ABABABABAB-

Tu t'es payé une sacrée (1) belle bagnole. T'en as eu pour combien? Dans les 12 briques (2), j'en avais marre de mon "tas de ferraille" (3) ! Elle est neuve? Non, je l'ai eue d'occase. Elle bouffe combien aux 100 ? Elle fait ses 10 litres. Elle monte à combien? Je fais du 160 "à l'aise" T'as déjà eu des pépins? Tu rigoles? Elle est quasi neuve. "J'ai beau" rouler à fond (4) tout le temps, j'ai jamais eu le moindre pépin. Il Y en a qui ont du bol! "Je touche du bois" (5).

(1)

"sacré" signifie: beaucoup, très. Exemples: j'ai une sacrée chance: j'ai beaucoup de chance. J'ai un sacré boulot: j'ai beaucoup de travail. "brique" signifie: 1 million d'anciens francs, soit 10 000 francs. Les agents immobiliers utilisent encore cette unité de mesure et l'appellent simplement "unité". Ainsi peut-on lire dans les petites annonces: "maison à vendre 60 U" (donc 600 000 francs) "tas de ferraille" : Expression imagée pour désigner une voiture usagée, bonne pour le ferrailleur.

(2)

(3)

22

3. AB-

La voiture

ABABABABAB-

Tu as acheté une bien belle voiture. Combien l'as-tu payée? Approximativement 120 000 francs. J'en avais assez de ma vieille voiture! Est-elle neuve? Non, je l'ai achetée d'occasion. Combien de litres consomme-t-elle pour 100 kilomètres? 10 litres pour 100 kilomètres. Quelle est sa vitesse maximale? J'atteins 160 kilomètres-heure sans difficulté. As-tu déjà eu des problèmes? Tu veux rire. Elle est presque neuve! Bien que j'appuie à fond sur l'accélérateur tout le temps, je n'ai jamais eu le moindre problème. Certains ont de la chance! J'espère que ça continuera.

(4)

"Rouler à fond" : Conduire en appuyant à fond sur la pédale d'accélération. "Toucher du bois" : expression populaire basée sur la croyance qu'en touchant du bois on se préserve des dangers.

(5)

Certainement une

ancienne expression à

connotation

religieuse où le bois évoquait la croix chrétienne, ou bien qui remonte à l'époque des druides pour lesquels le gui était sacré.

23

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.