Parlons guilaki

De
Publié par

La province du Guilân est située au sud de la mer Caspienne, en Iran. Elle est proche des provinces d'Ardabil à l'ouest, de Mazandaran à l'est, de Zandjân au sud, et de la frontière de l'actuelle république d'Azerbaidjân au nord. Au-delà des spécificités linguistiques de la langue guilaki, le lecteur sera intéressé par la lutte du peuple guilak pour préserver son identité au cours des siècles, par ses coutumes, sa gastronomie et son mode de vie, qui lui valent le surnom d'"un autre Iran".
Publié le : vendredi 1 avril 2016
Lecture(s) : 3
Tags :
EAN13 : 9782140005336
Nombre de pages : 156
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ali SHABAN
PARLONS GUILAKI Iran, région de Guilân
Parlons guilaki
Parlons… Collectiondirigée par Michel Malherbe Dernières parutions Parlons uchinaaguchi,Ozias DEODATO ALVES Jr, 2016. Parlons tchèque,Dagmar HOBZOVÁ-MONODetAntoine MARÈS,2016. Parlons cham du Vietnam,Agnès DE FÉO, 2015.Parlons mawitanongo. Letaki-taki revisité,Joël ROY et MAMA BOBI, 2015. Parlons kazakh, Zura MAZHIT, 2015.Parlons malais de Sri Lanka,Gérard ROBUCHON, 2015. Parlons agoul,Shaban MAZANAEV, 2015.Parlons tadjik,Michel MALHERBE, 2015.Parlons tamoul,Élisabeth SETHUPATHY, 2015. Parlons abkhaze,Michel MALHERBE, 2014.Parlons maya classique,Jean-Michel HOPPAN, 2014. Parlons xokleng / laklãnõ, Ozias ALVES Jr, 2014. Parlons dzongkha, Georges VAN DRIEM, Françoise POMMARET, Karma TSHERING de Gaselô, 2014. Parlons pandjabi,Muhammad AMJAD, 2014. Parlons ouïgour,Palizhati S. YILTIZ, 2014.Parlons dhivehi,Gérard ROBUCHON, 2013.Parlons gujrâti,Azad MONANY, 2013.Parlons (hmong),Jacques LEMOINE, 2013. Parlons talian,Ozias DEODATO ALVES Jr, 2013. Parlons hunsrüchisch,Ozias DEODATO ALVES Jr, 2013. Parlons kabiyè,David ROBERTS, 2013.Parlons baloutche,Michel MALHERBE, NASEEBULLAH, 2013.Parlons douala, Valérie EWANE, 2012. Parlons routoul,Svetlana MAKHMUDOVA, 2012. Parlons coréen,Michel MALHERBE et Olivier TELLIER, 2012. Parlons lak,Kamil TCHALAEV, 2012. Parlons shor, Saodat DANIYAROVA, 2012. Parlons bouriate. Russie-Baïkal,Galina DRUON, 2012. Parlons shina,Karim KHAN SAKA, 2012.
Ali SHABAN
Parlons guilaki
Iran, région de Guilân
Photographies intérieures du livre de DavoodQâssemlooye.
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07809-0 EAN : 9782343078090
REMERCIEMENTS
Je tiens d’abord à adresser mes plus vifs remerciements à Michel Malherbe, fidèle et exigeant, qui m’a soutenu au long de mon travail. J’exprime toute ma reconnaissance amicale à Catherine Dolbeau et Serèn Guttmann pour la relecture du livre.
INTRODUCTION
Bien peu sont les Français qui peuvent situer le guilaki sur la carte des langues du monde. Cette ignorance n’est pas si étonnante. L’Iran est un vieil empire aux structures centralisées. Sa langue officielle, le farsi, a su devenir l’une des très grandes langues de la culture mondiale, ce qui a fatalement repoussé dans l’ombre les autres langues d’Iran. Le kurde et le baloutche échappent à cet oubli car ils sont parlés dans d’autres pays et les revendications politiques de leur peuple reviennent périodiquement sur le devant de la scène. Le guilaki, pour sa part, est très discret. On le parle dans la province du Guilan, d’où son nom, le long de la côte iranienne de la mer Caspienne, depuis la frontière azerbaïdjanaise jusqu’au domaine de sa langue sœur, le mazanderani, dans la partie orientale. Le nombre total de locuteurs du guilaki approche vraisemblablement les 4 millions mais pratiquement tous sont également à l’aise en persan (farsi), langue officielle du pays, seule enseignée à l’école. Parent du persan donc indo-européen, le guilaki présente cependant avec lui des différences appréciables de vocabulaire et de grammaire. En particulier, il a conservé ce qu’on pourrait appeler des traces de cas qui n’existent plus en persan moderne. Le guilaki est très proche du mazanderani, son voisin des bords de la mer Caspienne.
7
GuilânLe Guilan est l’un des 30 ostan (province) de l’Iran. Il borde la mer Caspienne (Daria-ye Khazar en guilaki) ainsi que la frontière de l’Azerbaïdjan. Il compte près de 2,481 millions habitants. Cette région jouit d’un agréable climat, entre méditerraneen et sub-tropical mais est soumise à des tremblements de terre. En mai 1990, l’un d’entre eux fit plus de 40 000 victimes. Administrativement, l’ostan est divisé en 16 shahrestan (départements) dont les chefs-lieux sont Rasht, la capitale (560.000 habitants en 2005), Bandar Anzali (le grand port, anciennement Bandar Pahlavi, plus de 150.000 habitants), Astara, Astaneh Ashrafiyeh, Fuman, Hashtpar, Lahijan, Langerud, Rudbar, Some-e-Sara et Shaft. Les langues parlées dans cet ostan sont, outre le persan (farsi) et le guilaki, le talysh, le tati et l’azéri. Au total, on peut estimer à près de quatre millions le nombre de locuteurs de guilaki. On pense toutefois que la langue a tendance à perdre du terrain au profit du farsi.
Le Guilân en Iran
8
A BA F H Lh Lr R Rs Rb S Sh M AA
Carte des sharestans du Guilan
Astaneh Ashrafiyeh Bandar Anzali Fuman Hashtpar Lahidjân Langerud Rasht Rudsar Rudbâr Som-e-Sara Shaft Mâsâl Astârâ
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.