Parlons Iaaï

De
Publié par

Langue austronésienne d'Océanie, le iaaï appartient au groupe des langues de la Nouvelle-Calédonie, plus particulièrement à celui de l'archipel des Loyauté, où se situe l'île d'Ouvéa. Langue d'origine mélanésienne, le iaaï est riche de par sa phonologie et sa morphologie verbale. Elle se caractérise également par un système de déclinaisons très élaboré dans les classificateurs possessifs. Sa pérennité semble assurée grâce à son enseignement dans les établissements scolaires d'Ouvéa.
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 29
Tags :
EAN13 : 9782296472075
Nombre de pages : 328
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Parlons iaaï
Parlons… Collection dirigée par Michel Malherbe
Dernières parutions
Parlonsxhosa, Zamantuli SCARAFFIOTTI, 2011. Parlonsorgien,IrinaASSATIANIet Michel MALHERBE, 2011. Parlons tedim,Joseph RUELLEN,2011. Parlons serbe,K.DJORDJEVIC, 2011. Parlons talysh,Irada Piriyeva, 2010. Parlonsgagaouze,GüllüKaranfil, 2010. Parlonsdogon,DenisAmadingueDOUYON, 2010. Parlons nheengatu,OziasAlvesJr., 2010. Parlons tpuri,KolyangDina TAIWE, 2010. Parlons sakha,Émilie MAJet Marine LE BERRE-SEMENOV, 2010. Parlonsarabelibanais,FidaBIZRI, 2010. Parlonsfang. Culture et langue des Fang duGabonetd'ailleurs, Cyriaque Simon-PierreAKOMO-ZOGHE, 2010. Parlonsamis, RémyGILS, 2010. Parlonswakhi.Culture et langue dupeuplewakhiPakistan, Afghanistan, TadjikistanetChine,KarimKHAN SAKA, 2010. Parlons twi. Langue et culture,KofiADU MANYAH, 2009. Parlonsakyé bodin,FirminAHOUA& PatriceACHIE BROUH, 2009. Parlonsbalinais, Made WinduAntaraKESIMAN, Michel MALHERBE, 2009. Parlons slovaque,EtienneBOISSERIE,DianaJAMBAROVÁet VlastaKŘEČKOVÁ, 2009. Parlons néwari,Sushila MANANDHAR, 2009. Parlonsfarefari,MaryEstherKroppDakubu, 2009. Parlonsallemand,Hervé RICHARD, 2009. Parlons tcherkesse,AmjadJAIMOUKHA, Michel MALHERBE, 2009. Parlons moba,langue duNord-Togo, Pierre REINHARD, 2009. Parlons shanghaïen,Feng LI, 2009. Parlonsbunun,RémyGILS,2009.
Daniel MIROUX
Parlonsiaaï
Tusi hwen iaai Alliance Champlain
Du mêmeauteur
Manuelde conversationfrançais-iaaï Nouméa 2003
Le français,unelangue en mouvement AllianceChamplain, Nouméa, 2005
Tusihwen iaaiae gaan AllianceChamplain
Dictionnaire français-iaaï Nouméa 2007
Tusihwen iaaiaethep Ouvéa, Guide historique et linguistique de Iaaï AllianceC2010hamplain Nouméa
© LHarmattan,2011 5-7,rue del’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56546-3 EAN : 9782296565463
Remerciements
L’auteur exprime sa reconnaissance à enseignant originaire d’Ouvéa, fervent qui lui a apporté une aide essentielle connaissances dans la langue.
Jacques Jeno, un défenseur du iaaï pour parfaire ses
Il remercie également Jean-Yvon Le Penven pour ses illustrations, ainsi que Charles Poisson pour la photo de la page de couverture représentant une plage d’Ouvéa prise dans le sud de l’île.
Introduction
Ouvéa (Iaaï en langue kanak), d’une superficie de 2 132 km , est la plus au nord des trois grandes îles Loyauté. Ces îles sont situées à l’est de la Nouvelle-Calédonie à environ110 kilomètres.Ouvéas’allonge ducapRosselà lapointe Lékinesur 35 kilomètres.Elle est prolongée au sudpar les îles Fayava(Fayawa)etMuli (Mouli). C’est un atollbasculé, édifiépar sédimentationcoralliennesur le tracé d’uncratère englouti,permettant l’ouverture del’île sur un grandlagon fermépar unesérie depetits ilotsetde récifs:lesPléiadesduNord et lesPléiadesduSud. Entre cesdeuxchapeletsd’îles s’ouvre, àl’ouest,lapasse d’Anemata.LesPléiades seprolongent par un petitatoll dont l’îleprincipale, Heo, aunelongueurde1 500 mètres pour unelargeurde600 mètresavecune altitude inférieure à5 mètres. LenomdOuvéa estd’originewallisienne.Il veutdire “île”.
Iaaïest située entreles latitudes 20°23’S.et 20°45’S.et les longitudes 166°10’E.et 166°41’E.Ellesetrouve géologiquement sur le dessusdelapartiequi précèdela plaqueAustralo-indienne,sous laplaque Pacifique. Lavancementde cetteplaqueplongeante devrait permettrelasurélévation progressive del’îlequi pourrait dans quelques milliersdannées seretrouver complètementémergée comme aujourd’hui lesautres îles Loyauté.La distancelaséparantdelaGrande Terre calédonienne estdenviron 100 kilomètresavecune profondeur quipasseparfois les 3 000 mètres.
7
Si Ouvéa, en forme de croissant, présente, du côté du lagon une plage, parmi les plus belles du Pacifique-Sud, de plus de30kilomètres de long, elle tombe de l’autre côté, à l’est, en falaises sur la mer dont certaines atteignent les46 mètresdaltitude au Sud et les42 mètresauNord. Laccès facile du lagon qui rend le mouillage aisé contraste avec les récifs frangeants de la côte Est qui sont adossés aux falaises coralliennes abruptes où les platiers sont de faible étendue, rendant sur cette côte un débarquement des plus hasardeux. Les grandes profondeurs sont, par ailleurs, très vite atteintes.
L’île est formée de deux masses calcaires, Ohwen au Nord, plus élevée et parsemée de grottes et Iaaï au Sud, plus basse mais plus étendue, reliées par une étroite bande de corail dont le passage le plus étroit ne dépasse pas les 400 mètresà Hanawa aupied du col Bou Kaat. La végétation est principalement constituée de cocotiers qui recouvrent quasiment tout Ouvéa, faisant du coprah la principale ressource agricole. Une huilerie ainsi qu’une savonnerie sont en production à Hwaadrila. Les principales plantations à l’arrivée des Européens étaient constituées essentiellement de taros, de patates douces, de bananes et de cannes à sucre. Il y avait peu de cultures d’ignames. Si les pins colonnaires sont fréquents près des falaises de la côte Est, les autres arbres rencontrés sont le gaïac, le santal et le kohu.
Les îles Loyauté n’ont ni rivière, ni cours d’eau. Il en est de même à Iaaï. Les lentilles d’eau contrairement à Lifou et à Maré ne sont, toutefois, pas exploitables car leur salinité est trop importante. En fait, la constitution de l’île ne permet pas l’accumulation d’eau douce. Il existe quelques petites étendues d’eau, un grand marais dans le
8
Nord ainsi que deux lagunes situées à Lekiny et à Hanawa Hnyimëk qui autrefois étaient propices aux moustiques vecteurs de la filariose.
En 1993, une usine de dessalement d’eau de mer, installée à Hwaadrila, pouvant fonctionner à la fois, sur le réseau électrique local et à partir de l’huile de coprah voyait le jour. Mais sa production d’eau douce s’avéra, au fil des années, insuffisante et son coût en énergie exorbitant. La municipalité d’Ouvéa a mis en service depuis2009,unenouvelle usine de dessalement par la technique de l’osmose inverse. Cette installation d’une 3 capacité de300 m /jouraunefacture énergétique dix fois moins importante que la précédente usine.
Le climat tropical est influencé par l’océan et les alizés. Latempératuremoyennesur une année estde24°C.La moyenne des précipitations plus fréquentesen saison chaude est peu importante, entre1 200et 1 400 mm par an.
Laplupartdes tribus sesituent,surtoutàl’Ouest,vers le lagon.Lautre côte, àl’Est, est très peu habitée.L’île de Muliest reliée àl’îleprincipalepar un pontdepuis 1974.
L’île dOuvéa constitue, depuis 1969,une commune, devenue depleinexercice depuis l’applicationducode des communesen 1977complété en 1980.Elle est, de cefait, une commune àpartentière commeles 32autres communesde Nouvelle-Calédonie.Le conseil municipal estcomposé de27élus.Lemaire estassisté de 8 adjoints signés parmi lesélus.
9
Lapopulation résidente de l’île approchait au recensement de2009 les 3.500 habitants.Àce chiffre, il convient d’ajouter ceux qui se sont installés à Nouméa et dans sa périphérie depuis une trentaine d’années. Si l’on tient compte des enfants issus de couples mixtes c’est à dire ceux dont le père ou la mère est d’une autre origine, on peut estimer les originaires d’Ouvéa installés sur la Grande Terre à un nombre approchant les3.000 personnes. Le9juillet2008,l’île et lelagondOuvéa dans sa totalité ainsi que la petite île d’Heo (Beautemps-Beaupré) ont été classés par l’UNESCO, en même temps que cinq autres sites calédoniens, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité.
Le peuplement ancien Ouvéa, comme les autres îles Loyauté fut habitée par les Mélanésiens à une époque contemporaine de celle de la grande terre calédonienne, c’est-à-dire au moins 3000ans.
Iaaïaurait été peuplée, au départ, de populations originaires de Lifou (Gaica et Wetr) et de Kanak de la Grande Terre (deCanala, Houaïlou et de Touho en particulier) et aussi très certainement de Vanuatais. Pendant longtemps, l’île a été contrôlée par deux chefferies. Le Nord (Ohwen) relevait de l’obédience du GrandChefBazitétablià Wenekii, àl’intérieurdes terres, et larégionduSud,lepaysde Iaaï, duGrandChef Daouméquiétait installé àFajawe(Fadjaoué),plus précisémentà Hnyeihiök.
Lamigration wallisienne Léclatementdel’empiretongiena amené au milieudu e XVIIIsiècle(vers 1750)desWallisiensàquitter leur île 10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.