Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

PARLONS KARAKALPAK

De
233 pages
Ce livre permet de découvrir les Karakalpaks, peuple d'Asie centrale qui dispose d'une république ayant un statut d'autonomie au sein de l'Ouzbékistan. La langue, du groupe turc, a des affinités avec le kazakh. Le peuple karakalpak est riverain de la mer d'Aral et s'efforce de maîtriser les désastres écologiques subis à l'époque soviétique.
Voir plus Voir moins

Parlons karakalpak

Collection Parlons... dirigée par Michel Malherbe

Dernières parutions

Parlons bambara, 1. MAIGA, 2001. Parlons arabe marocain, M.QUITOUT, 2001. Parlons bamoun, E. MATATEYOU, 2001. Parlons live, F. de SIVERS, 2001. Parlons yipunu, MABIK-ma-KOMBIL, 2001. Parlons ouzbek, S. DONYOROV A, 2001. Parlonsfon, D. FADAIRO, 2001. Parlons polonais, 2002, K. Siatkowska-Callebat.

Parlons navajo,Marie-ClaudeFELTES-STRIGLER,2002.
Parlons sénoufo, Jacques RONGIER, 2002. Parlons russe (deuxième édition, revue, corrigée et augmentée), Michel CHICOUENE et Serguei SAKHNO, 2002. Parlons ture, Dominique HALBOUT et Ganen GÜZEY, 2002. Parlons sehwytzertütseh, Dominique STICH, 2002. Parlons turkmène, Philippe-Schemerka BLACHER, 2002. Parlons avikam, Jacques RONGIERS, 2002. Parlons norvégien, Clémence GUILLOT et Sven STORELV, 2002. Parlons karakalpak, Saodat DONIYOROV A, 2002.

Saodat DONIYOROV A

Parlons karakalpak

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polyteclmique 75005 Paris France

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

(Ç)L'Harmattan,

2002

ISBN: 2-7475-3246-1

-el

~et A-

~!

~~~<r -.. tI) ..... ... :r .t\ ~~<:(

Introduction Le nom même de karakalpak, parfois orthographié qaraqalpak, est fort peu connu des Français, il semble être une sorte d'onomatopée évoquant la chevauchée de cavaliers qui se carapatent sur la steppe. Le mot karakalpak signifie chapeaux noirs. Selon une autre version le mot q'ulpoq signifie cheveux et ainsi karakalpak se traduirait par les gens aux cheveux noirs. Nous allons voir que les Karakalpaks sont un vieux peuple, à l'histoire passionnante, qui dispose aujourd'hui d'une république autonome au sein de l'Ouzbékistan. Celle-ci se nomme, selon les auteurs, Karakalpakie ou Karakalpakstan ou, plus simplement république karakalpak. Aperçu historique Les Karakalpaks, habitants des rives du Syr-Daria, sont mentionnés comme nationalité dans des écrits du XIVème siècle. Au XVllème siècle le peuple karakalpak, semisédentaire, dépendait du khanat de Boukhara. A la limite des XVIIème-XVIIlème siècles, les Karakalpaks sont devenus citoyens des khans kazakhs. Ils se sont formés en nationalité près de la Mer d'Aral, ce que nous constatons aujourd'hui. Dans les écrits du mur Behistan qui est le plus ancien monument écrit (Vlème-Vème siècle avant J.-C.), les Karakalpaks sont nommés soqa tigraxauda (les gens qui portent des chapeaux de feutre). Selon les données des historiens grecs de l'antiquité, leurs très anciens ancêtres étaient « les Massagètes des marais et des îles» et aussi des Petchenègues-Apasiaks (du VIIème au Ilème siècles avant notre ère). Les témoignages parvenus jusqu'à nos jours sont fragmentaires et rares, mais ils permettent cependant de connaître la vie de nos ancêtres, de juger de leur amour de la liberté, de leur vaillance et de leur fierté. Ainsi l'histoire de la reine des Massagètes, Tumaris est bien

- Il -

connue. En 529 avant notre ère le roi achéménide Cyrus fut écrasé par son armée. Le Père de l'histoire Hérodote écrit que « la reine Tumaris a ordonné de plonger la tête de Cyrus dans une outre remplie de sang en disant: donnez à boire du sang à
cet insatiab le ».

Selon les légendes, quand l'Asie Centrale fut conquise par Alexandre le Grand, le roi du Khorezm, Farasman lui proposa son aide pour conquérir le pays des Amazones, ses voisines. Mais Alexandre le Grand n'osa pas leur faire la guerre et refusa cette proposition. TIse dit: « Si je remporte la victoire sur ces femmes, cela ne me fera pas un grand honneur, si je connais la défaite alors ce sera une infamie éternelle». Selon les données archéologiques, aux Vlllème et XIllème siècles, les Karakalpaks avaient leur Etat qui s'appelait Kerder dont la capitale était Kerder-kala. Ce pays avait des liens étroits avec l'ancien Khorezm. Les ancêtres des Karakalpaks du Moyen-Age sont des tribus Petchénègues. Aux X-Xlème siècles une partie des tribus Petchénègues resta au bord de la mer d'Aral et l'autre partie s'installa au bord du Dniepr et prit une part active à la vie politique de la Russie de Kiev, de quoi témoignent les annales russes antiques dès 915. Ils participèrent aux campagnes militaires du grand-duc, le prince Igor en 944. Au XIlème siècle le groupe oriental ou turc des tribus Petchénegues-Oghuzs fut conquis par les Kipchaks venus des rives de l'Irtych et forma l'Union Kipchak. Les ancêtres des Karakalpaks de l'époque du Moyen Age sont des Petchenègues, des Oghuzes et des Kiptchaks Au XIllème siècle à la suite de l'invasion des Mongols, une partie des Karakalpaks quitta ses terres et s'installa au bord de la Volga, de la mer Noire et du Syr-Daria. A la fin du XNème siècle se forma le khanat de l'Union Nogay. Après le démembrement de l'union politique Nogay (XVlème siècle), les Karakalpaks se déplacèrent des bords de la Volga et de l'Oural vers les terres de ces ancêtres antiques. Au XVllème siècle les Karakalpaks sont sous la domination du khanat de Boukhara. Au XVIllème siècle les Karakalpaks sont établis sur le cours inférieur et moyen du Syr-Daria, nommé Jangi-Daria (le nouveau fleuve).

- 12 -

C'était l'époque de la lutte acharnée du peuple Karakalpak pour son indépendance. Le peuple martyr supportait non seulement l'oppression de ces chefs de tribus, mais aussi les invasions des Dzoungars (1723), des khans kazakhs (1743), des gouverneurs des khanats de Boukhara et de Kokand. Les Karakalpaks avec les Ouzbeks, les Kazakhs et les autres peuples se révoltèrent contre les émirs de Boukhara (1611-1681). Une partie des Karakalpaks participa aussi aux révoltes des Bachkirs dans les années soixante-dix du XVITèmesiècle. Au XVITIème siècle, à cause des irruptions des gouverneurs dzoungars et kazakhs, les Karakalpaks se déplacèrent du delta du Syr-Daria vers la côte méridionale de la mer d'Aral et l'Amou-Daria inférieur. Dans la deuxième moitié du XVIllème siècle, sur la Jangi-Daria, à l'Est du delta de l'Amou-Daria, les Karakalpaks formèrent un Etat indépendant qui exista jusqu'au commencement du XIXème siècle. Cet Etat se composa de 15 tribus et fut gouverné par les biy (richards) et les botir (héros). A cette époque, les Karakalpaks vivaient de la pêche, de l'élevage et de la chasse. Pendant une centaine d'années, les Karakalpaks menèrent une lutte acharnée contre les khans kazakhs et dzoungars et construisirent aussi des canaux d'irrigation. C'est pourquoi les archéologues comptent les restes de ces travaux d'irrigation comme "les monuments de l'héroïsme laborieux des Karakalpaks". Dès le début du XIXème siècle, les terres des Karakalpaks furent envahies par le khan de Khiva (1810) et se retrouvèrent sous son joug. La révolte de Oidostbiy (1827» et celle dirigée par Emazarbiy (1855) bouleversèrent la vie des Karakalpaks, mais finirent par une défaite. L'occupation de l'Asie centrale par les Russes Depuis longtemps la Russie s'intéressait à l'Asie centrale. En 1717 Pierre le Grand monta une expédition de forces spéciales de près de 3000 soldats qui furent écrasés par le khanat de Khiva. En 1830 le gouverneur général Perovski partit en campagne contre le khanat de Khiva. Devant les difficultés de la

- 13 -

campagne, il fut obligé de rentrer. Les querelles fratricides entre ces trois khanats, dans la première moitié du XIXème siècle, furent la cause de l'appauvrissement de l'économie du pays et de l'invasion de l'Asie Centrale par les Russes. Au printemps de 1865, Tchemyiaev prit la forteresse de Niazbek près de la rivière Tchirtchik et laissa Tachkent sans eau. Malgré les difficultés et le manque d'eau, les citoyens de la ville renforcèrent leur défense. De Kokand, arriva le chef d'année Alimkoul et grâce à lui les Russes s'enfuirent. Le 9 mai, Alimkoul fut mortellement blessé. Le 17 juillet 1865 les défenseurs capitulèrent. En 1867, le général Kaufman devint le premier gouverneur général du Turkestan russe. En 1868, il partit pour Samarkand et Boukhara avec ses 3.500 hommes. Après une résistance forcenée, Samarkand tomba. Le peuple du khanat de Boukhara demanda à son émir de continuer la lutte. Boukhara tomba aussi après une lutte acharnée. Le reste de l'émirat de Boukhara devint un protectorat du tsar et le khanat de Kokand fut soumis à un rigoureux traité commercial. De tous ces khanats, celui de Khiva résista le plus longtemps mais tomba aussi en 1873. Après l'occupation de l'Asie Centrale, les Russes construisirent des usines, développant ainsi une classe ouvrière. Les autochtones n'étaient pas admis dans les postes supérieurs du gouvernement. Les peuples d'Ouzbékistan y compris les Karakalpaks n'avaient pas de droits civils et politiques. Deux millions de fenniers, ouvriers et commerçants russes émigrèrent en Asie Centrale au milieu du XIXème siècle. Les Ouzbeks, les Karakalpaks furent contraints de se soumettre au gouvernement et au contrôle commercial russe. L'oppression des envahisseurs fut la cause de rebellions. Comme tous les autres peuples, les Karakalpaks se révoltèrent. La révolte des Karakalpaks en 1899 à Kopak-koul en est un exemple. Les révoltes dirigé par Bobo-Kyklan durèrent dix ans (18811891).Tous les participants de ces révoltes furent tués ou exilés en Sibérie. En 1916, dans les villages des Karakalpaks un soulèvement éclata à cause d'un décret de conscription qui devait mobiliser les musulmans dans les unités non-combattantes sur le front oriental, mais ce fut bientôt la défaite. Les noms des - 14 -

participants de ces révoltes (Buriboy Salmonov, Jabbor Qouchiq, Avez Touti Orazbeyganova, Salima mullo Chalimova, Gulzoda Tongirbergenova, Oygul Mambetova) sont connus de chaque Karakalpak. En 1917, la première révolution sociale-démocrate de Moscou, qui critiquait la répression tsariste et semblait promettre l'autodétennination, gagna le soutien populaire en Asie Centrale, mais elle ne tint pas sa promesse. En lieu et place, le gouvernement provisoire exclut les musulmans des fonctions politiques, et perdit leur soutien, laissant les bolcheviks s'emparer du pouvoir. Au cours de la lutte de libération (19131917) 38.626 Karakalpaks furent tués ou exilés en Sibérie. Au mois de novembre 1917 les bolcheviks apparurent sur la scène politique. La période soviétique On souffrait de la faim dans les villes et les villages. Les systèmes d'irrigations s'étaient dégradés. L'armée rouge réquisitionnait tous les vivres causant le mécontentement du peuple et provoquant une guerre civile pour la liberté du pays. Les Karakalpaks commencèrent à s'unir autour de leurs chefs de tribus et Oubaidoulla Bayatdinov (Khon Makhsoum), Bolabiy et d'autres. Au mois d'août de 1919 les insurgés (40000 personnes) prirent Nukus et un nouvel Etat populaire sans bolcheviks se fonna. TI était dirigé par M. Filtchev, Oubaidoulla Boyatdinov ( Khon Makhsum), Ibrokhim Yusoupov, Inoyat Niyosov, Ceyitnasar Pirnasarov, Bola-biy, Chichenkov, Salnikov. Le Il novembre 1919 les bolcheviks prirent Nukus. Malgré l'accord signé en mai 1920 par les bolcheviks, ils ne tinrent pas leurs promesses Au mois de février de 1921 les participants de la Résistance furent arrêtés. Khon Makhsoum et des autres patriotes furent exilés. En 1920 129260 personnes ont été victimes de la répression des bolcheviks. A la fm du septembre 1929 les Karakalpaks se révoltèrent contre les bolcheviks. Ce mouvement dirigé par Abdoujalil makhsum Ismatoullaev étaient contre la collectivisation. La fin fut la défaite. Ce fut un massacre perpétré par l'Armée Rouge. A partir de 1920, les musulmans - 15 -

d'Asie Centrale y compris les Karakalpaks entrèrent en masse au parti communiste dans l'espoir de prendre part à la constitution de leur futur gouvernement. En 1924 une commission soviétique des frontières fixa les contours des Etats. C'est ainsi qu'est née la République soviétique d'Ouzbékistan. Selon la propagande soviétique, c'était pour répondre à l'aspiration des peuples, mais il s'agissait simplement de diviser pour mieux régner. Mais la Karakalpakie devint une région autonome au sein de la République soviétique du Kazakhstan. De 1930 elle fait partie de la République Fédérative de Russie, en 1932 cette région autonome devient une République autonome socialiste de Karakalpakstan. Pour les raisons géographiques en 1936 la Karakalpakie est rattachée à l'Ouzbékistan. Depuis ce jour, les histoires de ces peuples sont liées étroitement. L'alphabet cyrillique fut imposé~ le russe devint obligatoire dans les écoles. Moscou décidait de tout: quand et où il fallait semer ou récolter. A cause de cette politique, l'agriculture commença à décliner. Cependant, dans les années 1930 des entreprises industrielles furent construites en Ouzbékistan: usines, fabriques, centrales électriques. Les ouvriers venaient généralement de Russie, ceux du pays étaient en minorité. On construisit aussi des écoles, des écoles spéciales. En 1937, il y avait en Karakalpakie 80 médecins et plus de 200 infirmières. Selon la politique de Staline, on se débalTassait des chefs du parti et des intellectuels. Les hommes d'Etat comme K.Ahmetov, K.Alimov, Q.Avezov, I.Bekbavliev, A.Bekmurodov ,A.Dustnazarov , Q.Nunnukhamedov, A.Qudaboev, S.Qlitchev, Takimbetov, S.Toureev, en furent les victimes ainsi que 1000 autres personnes. Le 22 juin 1941, commença la guerre entre l'Allemagne et l'URSS. Plus d'un million de personnes dont 200000 enfants trouvèrent refuge en Ouzbékistan. 20299 d'entre eux trouvèrent refuge en Karakalpakie. Les familles ouzbeks et karakalpaks adoptèrent des milliers d'enfants. La Karakalpakie envoya au front des produits alimentaires (284.500 tonnes de coton, 78.700 tonnes de blé, 15.200 tonnes de viande, 57.100 tonnes d'huile, 609 tonnes de laine, 622 tonnes de poisson - 16 -

fumé et salé, des vêtements, de l'argent. Les Karakalpaks souscrirent aux emprunts militaires d'Etat (30 millions de roubles), ils donnèrent plus de 10 millions de roubles pour construire des avions et des chars. Le peuple karakalpak a ainsi beaucoup contribué à la victoire. Bon nombre de ses citoyens sont devenus des héros à titre posthume. Les noms de Urazbay Jumaniyozov, Urinboy Abdoullaev, Plis Nurpeisov Botir Boboev, Juman Qoraqulov et d'autres héros sont connus de chaque Karakalpak. A.Chamouratov, M.Dabilov, R.Majitov ont inspiré le peuple pour leurs actes héroïques. Beaucoup de filles et de fils de la Karakalpakie ont accompli des exploits pendant cette guerre où plus de 34.000 personnes périrent. En 1943-1944 une épidémie de typhus eut lieu. Plus de 90000 personnes sont mortes de la dureté du travail. Ainsi pendant les années de guerre, la Karakalpakie perdit plus de 124.000 personnes. En 1943, fut fondée l'Académie des Sciences d'Ouzbékistan. Le 8 mai 1945 étant le jour de la capitulation de l'Allemagne nazie, le 9 mai est la journée de la victoire des peuples de l'ex-URSS, obtenue, bien sûr, avec la contribution des peuples ouzbek et karakalpak Depuis 1936 l'histoire du peuple Karakalpak est liée avec celle de l'Ouzbékistan Après la guerre, l'industrie et l'économie se redressèrent. Malgré la situation difficile et grâce à l'assiduité des peuples ouzbek et karakalpak, en 1950 la production industrielle augmenta de 83% par rapport à 1940. La situation agricole restait difficile. La population des campagnes vivait de sa propre terre mais les paysans devaient payer de lourds impôts ; ils n'avaient pas de passeport. Le "Politburo" décida de consacrer la république à la culture du coton. L'agriculture mixte traditionnelle de l'Ouzbékistan y compris de Karakalpakstan, fut sacrifiée à l'autosuffisance soviétique en "or blanc" On construisit des canaux et on a commença à cultiver le coton dans le désert de Mirzatchul. Près de 160.000 hectares furent consacrés à la culture du coton. Cela fut la cause de la dépendance de l'Ouzbékistan vis-à-vis de Moscou. En février 1956, le XXe congrès des Soviets critiqua l'œuvre de Staline. Après ce congrès jusqu'au milieu des années 1960 - 17 -

régna l'époque de démocratie de Kroutchev. En 1964 puis Brejnev devint chef d'Etat. La politique restait toujours la même: le pouvoir centralisé et le coton. En Ouzbékistan, Charaf Rachidov arriva au pouvoir dès janvier 1959. C'est l'un des plus éminents dirigeants d'Asie Centrale. Il était écrivain et ses oeuvres plaisaient. Dans les années 1950 et 1960, on creusa beaucoup de canaux d'irrigation et de retenues d'eau pour produire encore plus de coton. On peut citer ainsi les retenues d'eau de Tchimkourgan, de Sourkhan Sud, de Patchkamaret, les canaux d'AmouQorakol et d'Amou-Boukharo. Grâce à ces constructions la production agricole augmenta, mais l'écologie commença à souffrir. La terre devint polluée. Dans les années 1980, l'Ouzbékistan produisait 6 millions de tonnes de coton. La population de la république était mobilisée pour procéder à la récolte. Les élèves et les étudiants travaillaient dans les champs de coton. Cela avait des résultats négatifs pour les études. Bien que la quantité d'écoles, écoles spéciales et supérieures, ait augmenté, on ne faisait pas attention à l'éducation et à la culture et c'est pourquoi les jeunes ont été les victimes de cette politique. Au cours de 1924-1991 14 hommes d'Etat ont dirigé le pays. Mais Kamalov Q. qui fut à la tête de cette république durant 27 ans a fait tout son possible pour le développement et le progrès de son peuple. Les autres dirigeants de la république étaient des communistes des autres origines. Le 27 décembre 1979, l'URSS envahitl'Afghanistan. Beaucoup d'Ouzbeks, de Tadjiks, de Turkmènes et de Karakalpaks furent appelés sous les drapeaux de l'armée soviétique. Cette guerre causa le malheur de bien des familles. A cette époque, le parti communiste ouzbek subit une grave crise. Rachidov mourut et après sa mort beaucoup de ses collaborateurs furent arrêtés et jugés. Une affaire juridique, dite "l'affaire ouzbek" fut révélée en mars 1985 par Gdlian et Ivanov sous Gorbatchev, premier secrétaire du PCUS. Le 15 mai 1988 commença le retrait soviétique d'Afghanistan. La population d'Asie Centrale se réveilla d'un long sommeil. Les protestations contre le service militaire des Ouzbeks et des Karakalpaks hors d'Ouzbékistan en sont l'illustration. En 1989,

- 18 -

Islam Abdouganievitch Karimov devint premier secrétaire du PC d'Ouzbékistan. La démocratie commence à se développer.

La mer d'Aral La mer d'Aral est un des plus grands lacs du monde. Sa superficie est de 64 500 km2, sa profondeur de 67 mètres. Aujourd'hui sa superficie diminue et l'eau s'évapore ~c'est la sécheresse. Durant des décennies, elle a été privée de l'eau de ses afl1uents l'Amou-Daria et le Syr-Daria. Partout on avait construit des barrages pour la dérivation des eaux dans les canaux d'irrigations. En 1964 la mer d'Aral assurait 10% de la production du caviar soviétique et environ 45000 tonnes de poissons, aujourd'hui la pêche en mer d'Aral est presque interrompue. En 1990 sa superficie était réduite d'un tiers et son volume d'eau des deux tiers ~la minéralisation de ses eaux a augmenté. L'augmentation de la superficie des terres irriguées en Asie Centrale est l'une des causes principales de cette crise écologique. Les 24 espèces de poissons de la mer d'Aral n'existent déjà plus. La désertification de la région autour de la mer d'Aral et des tempêtes de poussières risquent de provoquer la dégradation du sol sur de grandes surfaces ainsi que des changements climatiques. La destruction de la mer d'Aral est un des plus grands désastres écologiques du monde. Les gens sont plus souvent malades. La terre est polluée aussi par les pesticides et les engrais chimiques. La responsabilité de ce désastre repose sur les dirigeants du parti communiste. Il y avait un projet gouvernemental concernant le détournement de l'Ob et de l'Irtych, en Sibérie, par un canal de 1600 km à travers la steppe pour faire revivre la mer d'Aral. Ce projet a été abandonné en 1986, après vingt ans de discussions du "politburo". Ces dernières années, pendant des réunions, des conférences et des symposiums républicains, fédéraux et internationaux, on discute des problèmes de la mer d'Aral. - 19-

Leurs participants déclarent mettre fm au gaspillage de l'eau. Les autorités locales se mobilisent en vue de la réhabilitation du bassin de la mer d'Aral.On a ouvert à Nukus en 1988 un Institut régional de l'eau et des problèmes écologiques du bassin de l'Aral, en 1993 crée à Tachkent un conseil interétatique ad hoc doté d'un secrétariat permanent, un Fonds de sauvetage de la mer d'Aral. Des conférences des chefs d'Etat d'Asie Centrale ont eu lieu à Nukus en janvier 1994 et en septembre 1995. Beaucoup d'organisations internationales se sont mobililisées. Depuis 1997, on constate que l'abaissement du niveau de la mer d'Aral a cessé.

L'indépendance En juin 1990 se déroule le XXème congrès du PC d'Ouzbékistan. Islam Karimov soutient la souveraineté nationale de la République. L'ouzbek devient la langue officielle et langue d'Etat. En octobre 1990, l'Ouzbékistan se déclare Etat souverain. Le 19 août 1991 a lieu le putsch de Moscou et le premier septembre l'Ouzbékistan devient indépendant. Le 14 septembre 1991 est la date de la naissance du Parti démocratique du peuple. Beaucoup de membres de l'ancien Parti communiste deviennent ses membres. Le 12 décembre 1991, Islam Karimov est élu Président de la République indépendante d'Ouzbékistan au suffrage universel avec 86% des voix. La politique d'Islam Karimov vise la stabilité. Il établit des relations diplomatiques avec tous les pays étrangers, crée des entreprises mixtes. Le gouvernement porte beaucoup d'attention à la jeunesse qui peut aller étudier à l'étranger. Le 14 décembre 1990, la Karakalpakie est déclarée autonome au sein de la république d'Ouzbékistan. La langue karakalpak devient la langue officielle. La constitution de la Karakalpakie n'est pas contradictoire avec celle de l'Ouzbékistan. En même temps les lois de l'Ouzbékistan sont obligatoires dans le territoire de la république autonome de Karakalpakie. Le 1er septembre 1991 est le jour de l'indépendance de - 20-

l'Ouzbékistan, y compris du Karakalpakstan. La nouvelle constitution de l'Ouzbékistan, adoptée le 8 décembre 1992 et celle du Karakalpakstan, adoptée le 9 décembre 1991, interdisent "les partis politiques fondés sur des principes nationalistes ou religieux". Le 9 janvier 2000, Islam Karimov est réélu Président de la République Indépendante d'Ouzbékistan, au suffrage universel avec 92% des voix. Les peuples ouzbek et karakalpak sont des peuples de mêmes traditions liés historiquement. Le 27 janvier 2002, un référendum a eu lieu. Les peuples de l'Ouzbékistan y compris du Karakalpakstan ont réélu le président pour sept ans. Selon le verdict du suffrage universel: 91,78% des votants ontdécidé que les élections auront lieu tous les sept ans et 93,65 % que le parlement, Oliy Majlis, sera composé de deux chambres.

- 21 -

Chronologie Avant -J.C. A partir de 100000 ans (ère mésolithique) Autour de 10000 ans Vers 2000 ans VI-V siècle 545-540 329 312 247 138 av J.C. 484 ape J.C. Après J.C. 78 484 560 570-632 651 Hommes des cavernes dans le Tian Shan et les contreforts du Panrir La couche de glace sibérienne se retire; les ancêtres des Huns, des Turcs et des Mongols occupent l'Altaï et les steppes de Mongolie Migrations d'Aryens en Asie Centrale Premières mentions des Karakalpaks Cyrus le Grand ajoute la Sogdiane à l'Empire perse Alexandre le Grand envahit Ma wara-ul nahr, révolte de Spitamen Seleucos Nicator fonde la dynastie des Séleucides Fondation de l'Empire parthe Naissance de la route de la soie

xm siècle 1219 1227 1336 XIVs XVI siècle

XVI-xvm siècles XVII siècle 1611-1681

xvm siècle
1810 1817 1827
1839

Fondation de l'empire kouchan Les Huns envahissent l'empire oriental des Sassanides Les Turcs chassent les Huns de Transoxiane Vie de Mahomet Les Arabes commencent l'invasion de l'Asie Centrale Mention des Karakalpaks dans les annales russes Pillage d'Ourgentch, Samarkand, Boukhara par les Mongols Mort de Genghis Khan Naissance de Timour le Grand Fondation de l'Union Nogay Démembrement de l'Union Nogaï et déplacement de~ Karakalpaks des bords de la Volga et d'Oural aux terres dt; ces ancêtres antiques Les Karakalpaks s'établissent sur le cours inférieur et moyer du Syr-Daria, nommé Jangi-Daria ( le nouveau fleuve) Les Karakalpaks dépendent du khanat de Boukhara Révoltes contre la dépendance du khanat de Boukhara Fondation d'un Etat indépendant des Karakalpaks Les Karakalpaks sont sous le joug du khanat de Khiva Défaite de la mission russe à Khiva Révolte des Karakalpaks dirigée par Oidostbiy contre h suzeraineté du khanat de Khiva L'expédition de Perovsky à Khiva est mise en échec par h neige

1865 1867 1868 1877 1881-1891 1899 1916 1916 1917 1918 1919 1920 fevrier 1921 1922 1923 1924 1924

1924 1924 1927 1928 1929 1930 1932 1936 1937-1938 1940

Les Russes prennent Tachkent Kaufman devient premier gouverneur général du Turkestall russe Kaufman prend Samarkand et Boukhara devient Ull protectorat Atmexion de Kokand par Kaufman Révoltes des Karakalpaks dirigées par Bobo-Koklan contre l'invasion russe Révoltes des Karakalpaks près du lac Kopak-kol contre l'invasion russe La révolte de Dj izak gagne tout le Turkestan russe Révolte des femmes karakalpaks à cause d'un décret de conscription Révolution russe Echec du coup d'Etat anti-bolchevik à Tachkent; le~ bolcheviks prennent Kokand Un Etat populaire sans bolcheviks dirigé par la Résistanct en Karakalpakie Convention entre les bolcheviks et les dirigeants de h Résistance Défaite totale de la résistance en Karakalpakie Première purge dans la république de Boukhara. Grandt famine Grande purge de l'été 21 janvier, mort de Lénine. La commission soviétique des frontières constitue les R.S.S d'Ouzbékistan et du Turkménistan. Le Karakalpakstan devient une région autonome au sein dl Kazakhstan 13 mille femmes brûlent leur parangja sur la place dl Reghistan à Samarkand Premier abécédaire karakalpak en écriture arabe Latinisation des langues turques d'Asie Centrale Premier plan quinquennal soviétique; début de 1. collectivisation Révolte des Karakalpaks contre la collectivisation La région autonome de Karakalpakie est rattachée à 1: République Fédérative Socialiste Soviétique de Russie La Karakalpakie devient une république autonome au sein l~ République Fédérative Socialiste Soviétique de Russie Karakalpakstan est rattaché à l'Ouzbékistan en tant qu république autonome L'intelligentsia Karakalpak disparaît dans les purges Cyrillisation des alphabets ouzbek et karakalpak

1941-1945

1979 1983 1990 14 décembre 1991 1991

Invasion allemande de l'URSS. Déportation par Staline de~ Allemands de Russie en Asie Centrale, en 1943 déportatiol1 des peuples de Caucase~ en 1944 déportation des Tatars de Crimée, des Turcs de Georgie, des Coréens du Pacifique~ soupçonnés d'aider les Allemands et les Japonais Intervention soviétique en Afghanistan. Mort de CharafRachidov Déclaration adoptée à la session de la République autonome socialiste soviétique de Karakalpakie sur la souveraineté de l~ république de Karakalpakstan au sein de l'Ouzbékistan Fin de l'URSS~ les républiques d'Asie Centrale deviennen1 indépendantes Quatre républiques de l'Asie Centrale (sauf le Tadjikistan: signent un traité bilatéral. 1991. Election du président ouzbek Karimov avec 86 % de~ suffrages. Les présidents kirghiz et ouzbek signent un accord dt partenariat économique Le 8 décembre, la constitution de l'Ouzbékistan est adoptée Création du Fonds international pour le sauvetage de la me] d'Aral La Karakalpakie adopte sa nouvelle Constitution Union économique centrasiatique (Kazakhstan, Kirghizstan Ouzbékistan) Union économique centrasiatique (Kazakhstan, Kirghizstan Ouzbékistan ) L'Ouzbékistan crée sa propre monnaie, le soum Elections au Juqori Ken'es du Karakalpakstan Conférence des chefs d'Etat d'Asie Centrale à Nukus sur le: problèmes de sauvetage de la mer d'Aral Référendum annulant les élections présidentielles de 1996 e prolongeant le président Karimov dans ses fonctions jusqu' e1 l'an 2000 ( par 99,6% des votants). Conférence internationale à Nukus. Déclaration de Nukus su les problèmes de la mer d'Aral Décrets réglementant la convertibilité du soum ouzbek Réélection du président Karimov au suffrage universel avel 92 % des voix. Référendum pour l'élection du président tous les sept an (par 91,78% des votants) et pour que le parlement, Oh: Majlis, ait deux chambres (93,65% des votants).

1992 1992 1993 9 avril 1993 1994 1994 1994 1994 1994 1995

1995 1996 2000 2002

Quelques données officielles La république autonome de Karakalpakstan, partie intégrante de l'Ouzbékistan est, comme cette république, indépendante depuis le 1er septembre 1991, après l'échec du putsch du mois d'août qui a scellé l'écroulement de l'URSS. Depuis le 2 mars 1992, l'Ouzbékistan y compris le Karakalpakstan, est membre de plein droit de l'ONU. Superficie La surface du Karakalpakstan est de 165.600 km2o. La république autonome du Karakalpakstan forme la frontière nord-ouest du territoire de l'Ouzbékistan. Elle descend du plateau d' Oust-Ourt, à l'ouest de la mer d'Aral, au désert Kizil kum, les sables rouges, à l'est du delta de l'Amou-Daria. C'est une région essentiellement désertique qui couvre plus de tiers du tenitoire national. Climat Le climat actuel de la Karakalpakstan est continental avec les étés prolongés et brûlants, l'automne humide voit et l'hiver très froid avec un peu de neige. Il pleut en général en hiver et au printemps. La température moyenne au mois de janvier dans le Midi est-4,9°, au nord-7,6°, la température moyenne au mois de juillet dans le Midi est 28,2°, et au nord est 26°. Population La population de la Karakalpakie est 1.400.000 habitants. La densité de la population est inférieure à 8,5 habitants au km2. La composition ethnique est la suivante: 32,1 % de Karakalpaks, 32,8% d'Ouzbeks, 26,3 % de Kazakhs, 5% de Turkmènes, 1,6 % de Russes, 0,8 % de Coréens, 0,7% de Tatars, 0,2 % d'Ukrainiens, 0,1% de Kirghizes. 48 % de la population habite dans des villages, 52 % de la population habite les villes..

- 25 -