Parlons soureth

De
Publié par

L'araméen est parlé dans les villages du nord de l'Iraq, de l'est de la Syrie et de la Turquie, de l'ouest de l'Iran, ou bien dans les banlieues nord de Paris et de Chicago. Ce livre est une initiation pratique à son principal dialecte employé aujourd'hui, le soureth, à son écriture ainsi qu'à la culture et la littérature de ceux qui l'emploient, connus sous le nom d'Assyro-Chaldéens. Conçu pour un usage autodidacte, ce manuel comprend des exercices avec corrigés, une grammaire et des lexiques.
Publié le : vendredi 15 avril 2016
Lecture(s) : 46
EAN13 : 9782140006685
Nombre de pages : 170
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

BrunoPOIZAT

PARLONS
SOURETH
Araméen contemporain






Parlons soureth

Parlons…
Collection dirigée par Michel Malherbe


Dernières parutions

Parlons guilaki,Ali SHABAN, 2016.
Parlons uchinaaguchi,Ozias DEODATO ALVES Jr, 2016.
Parlons tchèque,Dagmar HOBZOVÁ-MONOD et Antoine
MARÈS, 2016.
Parlons cham du Vietnam,Agnès DE FÉO, 2015.
Parlons mawitanongo. Letaki-taki revisité,Joël ROY et MAMA
BOBI, 2015.
Parlons kazakh, Zura MAZHIT, 2015.
Parlons malais de Sri Lanka,Gérard ROBUCHON, 2015.
Parlons agoul,Shaban MAZANAEV, 2015.
Parlons tadjik,Michel MALHERBE, 2015.
Parlons tamoul,Élisabeth SETHUPATHY, 2015.
Parlons abkhaze,Michel MALHERBE, 2014.
Parlons maya classique,Jean-Michel HOPPAN, 2014.
Parlons xokleng / laklãnõ, Ozias ALVES Jr, 2014.
Parlons dzongkha, Georges VAN DRIEM, Françoise
POMMARET, Karma TSHERING de Gaselô, 2014.
Parlons pandjabi,Muhammad AMJAD, 2014.
Parlons ouïgour,Palizhati S. YILTIZ, 2014.
Parlons dhivehi,Gérard ROBUCHON, 2013.
Parlons gujrâti,Azad MONANY, 2013.
Parlons (hmong),Jacques LEMOINE, 2013.
Parlons talian,Ozias DEODATO ALVES Jr, 2013.
Parlons hunsrüchisch,Ozias DEODATO ALVES Jr, 2013.
Parlons kabiyè,David ROBERTS, 2013.
Parlons baloutche,Michel MALHERBE, NASEEBULLAH, 2013.
Parlons douala, Valérie EWANE, 2012.
Parlons routoul,Svetlana MAKHMUDOVA, 2012.
Parlons coréen,Michel MALHERBE et Olivier TELLIER, 2012.
Parlons lak,Kamil TCHALAEV, 2012.
Parlons shor, Saodat DANIYAROVA, 2012.
Parlons bouriate. Russie-Baïkal,Galina DRUON, 2012.

Bruno POIZAT




Parlons soureth

Araméen contemporain




























Quelques ouvrages du même auteur
poizat@math.univ-lyon1.fr

Manuel de soureth, Paris, Geuthner, 2008
Lettres en soureth, Aram, vol. 21, 2009, 15-47
Les Roumis à Achitha, Rivista di Storia e Letteratura Religiosa,
XLVIII, 2012, 439-458
La versification en soureth, CSCO vol. 647, Subsidia 131, Leuven,
2013
Deux fragments de compositions poétiques en araméen
vernaculaire, Le Muséon, 128, 2015, 157-179
L'imprimerie des Dominicains à Mossoul (119-121), Les
Dominicains et le soureth (185-187), Grandes Heures des
Manuscrits Irakiens,Paris, Éditions du Net, 2015















© L’Harmattan, 2016
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-08153-3
EAN : 9782343081533

Remerciements

En premier lieu, je désire remercier tous les
"parlants soureth" qui m'ont accueilli dans leur pays
d'origine, ou bien dans leurs nouvelles maisons, et qui ont
patiemment guidé mes premiers pas en soureth, en
particulier le Prêtre Patros d'Echchi (Aziz Yalap) et son
épouse Maryam, ainsi que Madeleine Moradkhan. Ayant
beaucoup reçu d'eux, je ne peux que leur dédier en retour
cet ouvrage qui, je l'espère, contribuera à la transmission
de leur langue et de leur culture.
Beaucoupd'entre eux nous ont quitté, et je ne peux
qu'évoquer leur mémoire : le Prêtre Dawud de Harbol,
Mgr Francis Alichoran à Paris et en Iraq, Quryaqos
Mikhael et sa famille à Tell Tamr, Nemrod Simono en
Iran, Julius Shabaz à San Francisco, le P. Yawsep Pari et
Mgr Patros Yawsep (Pierre Yousif) en France, et bien
d'autres.
J'aiune très grande dette envers David Cohen,
décédé il y a deux ans, qui m'a persuadé d'entreprendre des
travaux sur l'araméen et a accepté de les diriger.
Mareconnaissance va à Jean Sibille, à Anaid
Donabedian et à Salem Chaker, qui ont permis la
fondation d'un cours de soureth dans le département
d'arabe de l'INALCO. Elle va aussi à tous les étudiants qui
l'ont suivi : c'est finalement grâce à eux que ce petit
manuel de soureth a été mis au point ; je mentionne
spécialement Ariel Gutman et Jean Sibille qui en ont relu
des versions préliminaires.
Jeremercie tous les araméophones qui m'ont fourni
des matériaux pour sa confection : le détail de leurs
contributions se trouve dans les notes de la section
"Corrigé des exercices".
Jeremercie M. Michel Malherbe, qui a accueilli
mon travail dans sa belle collection, ainsi que les Editions

7

de l'Harmattan pour le soin qu'elles ont apporté à sa
publication.
Maispar-dessus tout je remercie mon ami, lui qui
dans l'émigration est resté fidèle à l'héritage de ses
ancêtres, qui m'a assisté pour mon cours de soureth tout en
lui assurant son authenticitélinguistique, qui a révisé le
présent ouvrage,et qui a consacré beaucoup de son temps
à dénicher mes fautes d'orthographe en français et en
sourethvAy NAnnorbd @ASAqA@sE÷ yAvSA@ SYmASA@ASdmY@A rbno
Nm @AyAnkutIa @AyAlobrYh OaÊoSilYa F/EyÊsi NAnvAy ÷EsvAy
.@ÊZYhun WéYnb























Pawlos, fils du Prêtre Dawud,

au moulin de Harbol, 1977

8

Sommaire

Introduction 15

Chapitre 1.L'alphabet syriaque et sa translittération 23

Chapitre 2.Salut ! Comment ça va ?37

Chapitre 3.La maison et la famille47

Chapitre 4.Le village et l'émigration 55

Chapitre 5.Notre pain quotidien65

Chapitre 6.L'heure, les jours, les mois et les fêtes75

Chapitre 7.L'église et la nation79

Chapitre 8.Histoires drôles, ou moins drôles, et parfois
tragiques87

Corrigé des exercices93

Grammaire 105
1.Genre-nombre 105
2. Adjectifs105
3.Noms 106
4.La particule de mise en relation108
5.Nombres 108
6. Démonstratifs109
7.Pronoms personnels isolés110
8.Pronoms possessifs110
9. Exister et posséder111

9

10. Deux autres pseudo-verbes112
11. Le verbe être113
12. Les bases de la conjugaison114
13. Les formes dérivées116
14. Conjugaison du nom verbal117
15. Conjugaison de l'adjectif verbal117
16. Conjugaison du participe passif118
17. Conjugaison du participe actif120
18. Racines malades 122
19. Passif, réfléchi et impersonnel125
20. Les trois expressions du parfait126
21. Les valeurs exprimées par la conjugaison127


Lexique soureth-français129

Lexique français-soureth155







Page suivante :* photos prises par Joseph Alichoran ;
** photo prise parSylvie Alichoran ; les autres photos et
les figures sont de l'auteur.

10

Table des illustrations

Pawlos au moulin de Harbol, 19778
Carte du nord de la Mésopotamie12-13
Style traditionnel, Mart Chmoni à Harbol, 197814
Style néo-babylonien, Mar Thomas, Sarcelles, 2015*14
Examen partiel de soureth, INALCO, Mars 2007*21
Un collégien au tableau, Sarcelles, novembre 2015*22
Atelier pédagogique en soureth, Sarcelles, 2015**22
Equivalents arabo-persans des consonnes syriaques29
Exemple d'écriture manuscrite29
Alphabet syriaque30
Translittération en alphabet latin31
Tracé des lettres32-33
Un manuscrit écrit en 1869*35
Une noce à Tell Tamr, 197536
Costumes de la Tribu de Tyari, Tell Tamr, 197536
Aide pour l'Exercice 2.345
Eglise de Sultan Madokht, Araden (Iraq), 197946
Intérieur de Tahra des Chaldéens, Mossoul, 197946
Baratte et trépied, zoma d'Echchi, 198054
Petit déjeuner au zoma d'Echchi, 198054
Le pain au doqa, zoma d'Echchi, 198064
Le pain au tanoura, Echchi, 198064
Manifestation en faveur des Chrétiens Iraquiens,
Bruxelles, 2008*85
Zare à la lessive, Echchi, 197986
Zare danse avec ses amies, Sarcelles, 2014*86
Eglise de Mart Maryam, Trichur (Inde), 201492
Khodeda, berger au zoma d'Echchi, 1980104
Khodeda chez lui, Sarcelles, 2015*153
Sara et la baratte, Echchi, 1979154
Sara dans sa retoucherie, Montmorency, 2015*154

11























Carte du nord de la Mésopotamie

12



















Ny Ë hA nty Y bd@ A y i br Y gd@ A lkI S

13













Architecture traditionnelle : Qacha Dawud devant
l'église de Mart Chmoni, Harbol, 1978









Architecture néo-assyro-babylonienne : église de Mar
Thomas, Sarcelles, 2015

14

Introduction

1. Qui parle araméen de nos jours ?
L'araméen est une langue sémitique, apparentée à
l'hébreu, à l'arabe et à l'éthiopien ; elle est connue depuis
très longtemps, puisque les plus anciennes inscriptions
araméennes datent de près de 3.000 ans. Deux livres de la
Bible ont été écrits en araméen, de même que tous les
targoums ; c'était la langue parlée en Palestine au temps de
Jésus, ainsi que partout au Moyen-Orient avant la
conquête musulmane, qui a provoqué son effacement
presque total au profit de l'arabe.
Cependant, l'araméen est encore aujourd'hui la
langue maternelle d'un demi-million de personnes. C'est la
langue des chrétiens, et des juifs, du nord de l'Iraq et des
régions voisines (nord-ouest de l'Iran, Turquie Orientale,
Syrie) ; depuis des dizaines d'années, leur habitat d'origine
est dévasté par des guerres, si bien que nombre d'entre eux
ont dû émigrer en Amérique, en Europe, en Australie, en
Israël (tous les juifs ; à peu près 20.000 personnes). C'est
ainsi que la France compte plus de 15.000 citoyens de
langue araméenne, pour la plupart originaires de la
Turquie.
La langue araméenne décrite dans ce petit livre est
1
celle de la grande majorité des araméophones; elle est
fragmentée en de nombreux dialectes, qui restent
intercompréhensibles.
Elle s'appelle le soureth.


1
Les autres langues araméennes survivantes sont le touroyo (ou
soureth occidental), parlé autour de la petite ville de Midiad, en
Turquie (50.000 usagers ; on trouve des livres en touroyo sur le site
www.nisibin.de ) ; le ratna, parlé par des adeptes de la secte des
mandéens, en Iran (100 usagers !) ; le maalouléen, parlé dans trois
villages situés 50 km au nord de Damas, en Syrie (5.000 usagers).

15

2. Soureth et syriaque
Depuis le 2ème siècle avant J.C. (par exemple à la
fin du 2ème livre des Maccabées), l'araméen est appelé en
grec "syriaque", ou langue de la Syrie. Aujourd'hui, on
appelle syriaque la langue liturgique des églises de
tradition antiochienne, qui sont :

- l'EgliseMaronite du Liban, aujourd'hui arabophone et
unie à Rome ;
- l'EgliseSyrienne Orthodoxe, ou "Jacobite", autonome ;
- l'EgliseSyrienne Catholique, unie à Rome ;
- l'Eglisede l'Orient, dite aussi "Assyrienne", ou
"Nestorienne", autonome ;
2
- l'EgliseChaldéenne, unie à Rome;
- les églises du Kérala, au sud de l'Inde, dont la dizaine de
millions de fidèles parlent malayalam.

Le syriaque est enseigné dans les séminaires et les
monastères au Moyen-Orient et en Inde, mais ce n'est plus
une langue vivante.
Le mot "soureth" signifie en araméen "à la manière
des Syriens", et c'est l'exacte traduction du mot
"syriaque" ! Cependant, en français, nous réservons le mot
"soureth" à la langue parlée aujourd'hui.
Le soureth n'est pas dérivé du syriaque. Il y a
quelques siècles, le syriaque était l'araméen parlé en Syrie,
tandis que l'ancêtre du soureth était parlé plus à l'est, en
Mésopotamie, c'est-à-dire dans l'Iraq d'aujourd'hui ; les
chrétiens qui parlaient ce soureth utilisaient alors le
syriaque, et non pas leur propre dialecte, comme langue
littéraire et liturgique.

2
Mis à part quelques villages syriens orthodoxes ou catholiques de la
région de Mossoul, les chrétiens usagers du soureth appartiennent aux
Eglises Assyrienne et Chaldéenne. Ceux qui parlent le tourani sont
pour la plupart syriens orthodoxes.

16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.