Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 21,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

RECHERCHES EN LINGUISTIQUE GRECQUE

De
337 pages
Cet ouvrage illustre la vitalité de la recherche actuelle sur la langue grecque. Les textes couvrent la presque totalité des champs de la linguistique. On trouvera ainsi une riche gamme de travaux traitant de phonétique et de phonologie, de syntaxe, de morphologie, du lexique, de pragmatique, de sociolinguistique, de psycholinguistique, d’analyse de discours et d’analyse de textes, des rapports entre langue et littérature, des variétés régionales du grec, des liens entre langue et culture, du traitement automatique des langues…
Voir plus Voir moins

RECHERCHES
EN LINGUISTIQUE II GRECQUE

r A!!~~OAOrIKE~ EPEYNE~ rIA THN EAAHNIKH
II

@L'Hannattan,2002 ISBN: 2-7475-2741-7

Christos CLAIRIS Editeur

RECHERCHES EN LINGUISTIQUE GRECQUE II
Actes du 5e Colloque international de linguistique grecque Sorbonne, 13-15 septembre 2001

r A!!I:I:OAOrIKEI:

EPEYNEI:

rIA THN EAAHNIKH II
UpaKnK6. ,06
fV LlleOvovç Ivvel5piov EM1JV1K~Ç rÀwaaoÀoyiaç IopfJ6vv1J, 13-15 Ieme/lfJpiov 2001

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

Edition préparée par Christos CLAIRIS Denis COSTAOVEC EvangeIia ADAMOV

Comité d'organisation
OpyavroTtKTt E1ttTp01tTt

Président: Coordination: Membres:

Christos CLAIRIS Eléni MICHOPOULOU-JULLIEN Denis COSTAOUEC, Françoise GUERIN

Comité scientifique
E1tUJT11J!OVtKTt E1ttTpOml

Christos CLAIRIS Henri TONNET Irini TSAMADOU-JACOBERGER Sofia VASSILAKI

Laboratoire Théorie et description linguistique THEDEL - EA 1643 du MEN Directeur Christos CLAIRIS Université René Descartes - Paris 5 Département de linguistique générale et appliquée 12, rue Cujas F-75005 Paris Téléphone et fax: (+33) 1 404629 91 e-mail: thedel@paris5.sorbonne.fr

NOTE DE L'EDITEUR

Noms des auteurs et classement des articles L'éditeur a translittéré les noms d'auteurs en alphabet latin selon des règles courantes (K pour K, CH pour X, F pour <1>, sauf quand etc.) l'auteur a fait connaître ses propres habitudes en la matière (PH pour <1>u H pour X par exemple). o Les articles sont classés dans les actes en suivant l'ordre alphabétique des noms d'auteurs (alphabet latin), en fonction du nom du premier auteur cité en cas d'article collectif. Le rattachement de l'auteur est généralement placé directement sous son nom; toutefois, lorsque plusieurs auteurs appartiennent à la même institution, celle-ci n'est citée qu'une seule fois, sous le dernier nom. Table des matières Dans chaque volume on propose la table des matières des deux volumes. Les tables des matières suivent l'ordre alphabétique latin qui correspond à l'ordre de classement des articles dans les Actes. Index Deux index des noms d'auteurs sont proposés: 1) un index général dont les entrées sont en alphabet latin (avec mention du nom d'auteur en graphie grecque quand il s'agit d'un article rédigé en grec) ; 2) un index concernant uniquement les aI1icles rédigés en grec avec mention des noms d'auteurs en graphie grecque. Résumés Afin de respecter le format demandé de 4 pages, l'éditeur a été amené dans quelques cas (rares) à raccourcir légèrement le résumé fourni par l'auteur. Pour les mêmes raisons les résumés sont parfois présentés en caractères de taille réduite. Enfin, on a également respecté le choix des auteurs qui ne souhaitaient pas publier de résumé.

Références bibliographiques Quand la place manquait, les références bibliographiques données en fin de texte ont été présentées dans une police de taille inférieure au corps de texte. On rappelle que les recommandations aux auteurs prévoyaient d'intégrer les références bibliographiques en notes de bas de page, lesquelles sont composées en caractère de taille réduite. Remerciements L'éditeur tient à remercier ici les auteurs qui ont accepté de se plier à l'exercice délicat de réduire leur texte à quatres pages seulement: c'était une obligation éditoriale compte tenu du grand nombre de communications à publier, mais gageons que les lecteurs sauront apprécier, même sous un format aussi contraignant, l'intérêt des travaux présentés.

1:HMEIn1:H EKAOTOY

OVOf.laTa (JUY1pa<pÉrov Kal Ta;lVOf.ll(Jll TroV up9prov H ~ETaypa<pil TroV ovo~aTrov ÉytVE au~<prova ~E TtÇ ~aatKÉç apXÉç TOU ÀaTtVtKOU aÀ<pa~l1TOU (K y ta K, CH y ta X, F y ta <1>,KTÀ.) EKTOÇ Eav 0 auyypa<pÉaç ôilÀroaE KanOta tÔtaiTEPl1 ~ETaypa<pil (n.x. PH y ta <1>, y ta X). H H TaçtVO~l1al1 TroV apeprov ÉXEt yiVEt au~<prova ~E Tl1V aÀ<pa~l1TtKil aEtpa TroV ovo~aTrov TroV auyypa<pÉrov ~E ~aal1 Tl1 ~ETaypa<pil TOUÇ
aTO ÀaTtVtKO aÀ<pa~l1TO.

LTl1VnEpinTroal1 auÀÀoytKffiv apeprov 11 napouaiaall Trov ovo~aTrov ÉytVEEnial1ç ~E aÀ<pa~llTtKil aEtpa, EKTOÇ Eav Ot iôtot Ot auyypa<pEiç ôilÀroaav aÀÀllnpOTt~l1al1. To naVEntaTil~to il TO iôpu~a EpEuvffiv aTO onoio avilKEt 0 auyypa<pÉaç TonOeETEtTat auvileroç aKpt~ffiç KaTro ano TO ovo~a TOU auyypa<pÉa. QaToao, yta Àoyouç EÇOtKOVO~llal1ÇXffipou, aTtç nEptnTffiaEtç onou Ot auyypa<pEiç cvoç apepou avilKouv aTO iôto iôpu~a, aUTO avaypa<pETat ~ia ~ovov <popa KaTro ano TO TEÀEuTaio ovo~a.
ITivaKEç 1tEPlEXOf.lÉVrov LE KaeE TO~O KaTaxropouVTat Ot nivaKEç nEptEXo~ÉVrov Kat TroV ôuo TO~rov. LTOUÇ nivaKEç nEptEXo~ÉVrov, y ta Àoyouç O~Otoycvouç KaTaTaçllç, aKoÀoueilellKE 11ÀaTtVtKil ypa<Pill1 onoia TroV ape prov ~Éaa aTa II paKT1Ka.
ITivaKEç OVOf.lUTroV

Kat ÔllÀffiVEtTllV TaçtVO~llall

KaTaxropouVTat ôuo nivaKEç ovo~aTrov: 1) ÉVaç YCVtKOÇnivaKaç ovo~aTrov ~E ÀaTtVtKO aÀ<pa~l1To. LTllV nEpinTroall TroV ap8prov nou Ôl1~OatEUOVTat aTa EÀÀllVtKa napaTi8ETat TO ovo~a TOU auyypa<pÉa Kat aTa EÀÀl1VtKa, CVTOÇnapcv8ÉaEroç, 2) ÉVaç nivaKaç ovo~aTrov ~E EÀÀllVtKO aÀ<pa~l1To, 0 onotoç nEptÉXEt ~ovo Ta ovo~aTa auyypa<pÉrov nou Ôll~OatEuouv TO apepo TOUÇaTa EÀÀllVtKa. TroV

7

nEplÀft'llEl~ ME aKono

va

'CllPllSEi 0 nEptOptaJloç

'CffiV 'CEaaapffiV

aEÀiôffiv,

XPEtaa'Cll KE, aE OptaJlÉVEç noÀu anaVtEç nEptn'CroaEtç, va yivouv KanOtEç nEptKonÉç a'Cllv nEpiÀll'Vll. rta 'COV iôto ÀOYo Ot nEptÀ1Î'VEtç napouataçov'Cat OptaJlÉVEç <popÉç JlE JltKpO'CEpOUÇxapaK'Ci]pEç. TÉÀoç, allJlEtrovE'Cat, O'Ct ÉytVE aEBaa'Ci] 11 EntSuJlia OptaJlÉVffiV auyypa<pÉffiV nou ÔEVSÉÀllaav va ÔllJlOatEUaouv nEpiÀll'Vll.
BlpÀloypa<plKÉ~ Ot ÔoSllKaV npoç BtBÀtoypa<ptKÉç 'Couç auyypa<pEiç (J1lJ.1Elro(JE1~ allJlEtroaEtç uni]pXE aE nEpin'Cffia11 unEVSuJ.!iÇE'Cat oaov a'Ctç ÉÀÀEt'V11Ç xropou O'Ct a'Ctç OÔllyiEÇ 'CllV ÉV'Ca~ll y ta 'Ctç a<popa

J.!E J.!tKpO'CEpOUÇ xapaK'Ci]pEç, ava<poprov

ÔtEUKpivta11

OÀffiV 'CffiV BtBÀtoypa<ptKrov onoiEç XPllatJ.!onotouv'Cat

UnoallJlEtroaEtç,

J.!tKpO'CEpOt xapaK'CTlPEç.

EuXapl(JTiE~ o EKÔO'CllÇ EntSUJlEi va EK<ppaaEt 'Ctç SEPJlÉÇ 'Cou Euxapta'CiEç a'Couç auyypa<pEiç 'CffiVavaKOtvroaEffiv, ot onoiot ôÉX'CllKaVva nEptopiaouv 'Co KEiJ.!EVO'Couç J.!ovov aE 'CÉaaEpEç ÔllJ.!oatEUatJ.!Eç aEÀiôEç. To aKÀllPO au'Co J.!É'Cpo i]'Cav avaYKll EKÔO'CtKi]Ç<puaEffiç ÔEÔOJ.!ÉVOU 'Cou J.!EyaÀou aptSJ.!ou avaKOtvroaEffiv. EÀniÇouJ.!E O'Ct 0 nEptOptaJ.!oe; au'Coç ÔEV Sa EJ.!noôiaEt 'Coue; avayvroa'CEç va EK'CtJ.!TlaOuv 'Cllv a~ia 'CffiV Epyaatrov nou napou(naçov'Cat.

8

TABLE DES MATIERES

VOLUME II

NOTE DE L'EDITEUR LHMEIOLH
X(1lpEn()~Ôç Ynoupyou Allocution Ministre

5 7

EK~OTOY
toÙ K. nf~tp(),\) EYE-}YNIIC}Y EOVtK11Ç n:at()E:Îaç Petros Kat (~PllcrKL"U~la!(OV

19

de Monsieur

EFTHYMIOU de Grèce

de l'Education

et des Cultes

21

Allocution de Monsieur Pierre DAUMARD Président de l'Université René Descartes Allocution de Monsieur Christos CLAIRIS, Président du Comité d'organisation 5c Colloque international de linguistique grecque
TIP AKTIKA TIPAKTIKA THL THL LTPOffY fENIKHL AHL TP ATIEZHL

23 du 25 29 31 33

LYNEAEYLHL

COMMUNICA

TIONS

- ANAKOINOLEIL

Dimitra KOUTSANTONI : HEDGING IN GREEK AND ANGLOAMERICAN ENGINEERING RESEARCH ARTICLES: A CROSS-CULTURAL PERSPECTIVE Dimitrios KOUTSOGIANNIS : HAEKTPONIKOI YTIOAOfILTEL KAI ~I~ALKAAIA THL EAAHNIKHL f AŒLAL : TIPOL TH ~IAMOP<1>ŒH ENOL KPITIKOY TEXNOfP AMMA TILMOY Stamatia KOUTSOULELOU: OPfANOLH KA! AEITOYPfIA EYXAPILTION LTON fP ATITO AOfO Julia G. KRIVORUCHKO : PROSODIC NATURE OF WORD SEGMENTATION IN MODERN BIBLICAL JUDEO-GREEK (MBJG) Tita KYRIACOPOULOU : UN SYSTEME D' ANALYSE DE TEXTES MODERNE: REPRESENTATION DES MOTS COMPOSES Efi LAMPROU : VERS UNE CLASSE PREDICATIFS: <RECIPROCITE> SEMANTIQUE DES NOMS EN GREC TON

35

39 43

47 51 55

Chryssoula LASCARATOU, Ourania CHATZIDAKI: «MTIPOL LTON TIONO, TI 'NAI 0 AorOL ;» THE VERBAL EXPRESSION OF PAIN IN M. GREEK Anastassia LOUKlNA: DEVELOPMENT HELLENISTIC KOINE Vasiliki L YTRA: THE USE INSTRUCTION OF GREEK OF SYLLABLE DURING STRUCTURE IN

59

63
ENGLISH LANGUAGE

67

Yanis MAISTROS, Stella MARKANTONATOU, Marina VASSILIOU: QUICKLEM : HOW YOU FIND LEMMA WITHOUT A MORPHOLOGICAL LEXICON 71 Helena MAQUIEIRA: LA DÉRIV A TION PRIMAIRE AU MOYEN DE <X-,

8uO"- ET EUÇ- EN GREC ANCIEN Theodore MARINIS: THE ACQUISITION ACCUSATIVE CLITIC OBJECTS Theodore MARINIS, Phoevos AS PREDICATION PANAGIOTIDIS: OF DEFINITE ARTICLES AND

75 79
DETERMINER SPREADING

83

Stella MARKANTONATOU, George TAMBOURATZIS, Nikolaos HAIRET AKIS, Marina V ASSILIOU, George KARA Y ANNIS, Dimitrios TAMBOURATZIS: DISCRIMINATING THE REGISTERS AND STYLES IN THE MODERN GREEK LANGUAGE

87

Marina MATTHEOUDAKIS: LEXICAL CREATIONS IN ENGLISH BASED ON GREEK FORMATIVE ELEMENTS: CATEGORIZATION AND ACQUISITION 91 Elizabeth MELA-ATHANASOPOULOU: MODERN GREEK AND ENGLISH DEVERBAL PREPOSITIONS IN 95

Eleni MILTSAKAKI: ON THE INTERPRETATION OF WEAK AND STRONG PRONOMINALS IN GREEK 99 Andras MOHAY: ETYMOAOrlKEL TIAPATHPHLEIL LE ~YO AEBlKA THL NEAL EAAHNIKHL 103 Spiros MOSCHONAS: LANGAGE UNE PHILOSOPHIE PRE-SCIENTIFIQUE DU 107

Amalia MOZER: METOXEL, rEPOYNL1IA, -ONT AL : XPONOL KA! ATIO'PH III Thanasis NAKAS:H 'AN(TAN)AKAALH' LE LXE1:H ME TA 1:XHMATA '~IA<DOPA', 'METANOIA', 'L1IOperu:I1:' K.<l. TON APXAION PHTOPIKON 115 Katerina NICOLAIDIS: CONSONANT LINGUAL-PALATAL CONTACT PATTERNS PRODUCED BY HEARING-IMPAIRED SPEAKERS: TWO CASE STUDIES 119 Kiki NIKIFORIDOU: L10MHL H TIPAfMATOAOrlA THL IlOY ANA<DOPIKHL 123

Areti OKALIDOU, Kakia PETINOU, Elena THEODOROU, Eleni KARASIMOU: DEVELOPMENT OF VOICE ONSET TIME IN GREEK AND CYPRIOT GREEK PRESCHOOLERS 127

10

Stamatia PAGONI-TETLOW: THE SYLLABIC MODERN GREEK VNCVSTRUCTURES
Eléni PANARETOU : 0 r ALTPONOMIKOL AorOL

STRUCTURE

OF

THE 131 135

Efi PAPADIMITRIOU, loannis MARMARINOS, Eléni RENZOULA: H ANATITYSH THL IKANOTHTAL rIA KATANOHLH THL r AnLLOAOrlKHL i10MHL TnN TIAE>HTIKnN TIPOTALEnN ATIO MAE>HTELTHL TIPnTOBAE>MIAL EKTIAli1EYLHL 139 Despina PAPADOPOULOU: PARSING AMBIGUOUS RELATIVE CLAUSES IN GREEK: A PSYCHOLINGUISTIC STUDY 143 Anna PAPAFRAGOU, Christine MASSEY, Lila GLEITMAN: AND MOTION Anna PAPAFRAGOU, Julien MUSOLINO: ACQUISITION OF PRAGMATICS LANGUAGE 147 IN THE 151 155

INVESTIGATIONS

Dimitra PAPANGELI: DOUBLING OF FULL PRONOUNS
Aikaterini P APPOU-ZOURA VLIOV A: Ii1IAITEPOTHTEL TnN ATONnN <DnNHENTnN LTIL NEOEAAHNIKEL i1IAAEKTOYL THL OYKP ANIAL (TIEPIOXH MAPIOYTIOAHL) LE LyrKPILH ME TA pnLIKA Pavlos PAVLOU, Andreas PAPAPAVLOU: LANGUAGE CYPRUS AND THE ROLE OF THE CYPRIOT DIALECT Savvas PAVLOU: MYKHNAÏKH EAAHNIKH KAI LyrXPONH

159

PLANNING IN IN EDUCATION 163 TIOIHLH 167

Evangelos PETROUNIAS GREC - FRANÇAIS

: PRONONCIATION

DES INTERNATIONALISMES 171

Irène PHILIPPAKI-WARBURTON, Spyridoula VARLOKOSTA Spiridoula, Girgos KOTZOGLOU, Michalis GEORGIAFENTIS, Angela HATZIVASSILEIOU : KAITIKOL ANMITIAALIALMOL 175 Christos PLATRITIS : H XPH2:H THL AOrOTEXNIAL LTO MAE>HMA MIAL SENHL rAn2:LAL 179 Michalis POLITIS: H ASIOAOrH2:H TnN META<DPALTIKnN AAE>ON
Periklès POLITIS: TOY TYTIOY H i1IAXEIPILH TOY LYNAILE>HMATOL LTH r AŒLA 187

183

Anna POMPEI: LE PARTICIPIUM CONIUNCTUM ENTRE MODIFICATION ADNOMINALE, MODIFI-CATION ADVERBIALE ET PREDICATION Maria deI Mar PUEBLA: DIALECTE ET KOINÉ À CHÉRONÉE ORCHOMÈNE: ESSAI DE PHÉNOMÉNOLOGIE BÉOTIENNE ET

191

195

Maria RAFTOPOULOU : AESEIL ME ELOTEPIKO KAITIKO MOP<DHMA Angela RALLI: REFlXATION VS. COMPOUNDING: PARA-, KSANA THE CASE OF KSE-,

199 203 IN 207

Antonio R. REVUELTA PUIGDOLLERS: VERB ALTERNATIONS ANCIENT GREEK. DATA FROM A NEW DATABASE

Vénétia SALTERI-CACOUROS: LA PONCTUATION DANS LE ROMAN GREC MODERNE. LE CAS DU ROMAN DE STR. TSIRKAS "H A'ELXH" 211

Il

Irini SECHIDOU: ~IAXPONIA & f AOl:l:IKH EI1A<I>H: MOP<I>OAOfIKOl: ~ANEIl:MOl: AnO THN EAAHNIKH l:TH POMANI 215 Vasso SFETSIOU: LES CONSTRUCTIONS NOMINALES A VERBE SUPPORT EN GREC MODERNE: CRITERES D'IDENTIFICATION 219 Svetla SHENKOV A: I10l: BOHeAEI H MEeO~Ol: MEl:O AKOYLTIKON l:YLTHMA TON l:THN EKMAeHl:H THl: EAAHNIKHl: f AOl:l:AL 223 Ourania SINOPOULOU: 01 ~OMEl: AAAHAOTIAeEIAl: EMHNIKH : l:HMALIA KA! AOfIKH ~OMH
Athina SIOUPI : ON THE SEMANTIC GREEK Stavros SKOPETEAS : RELATIONS GREC MODERNE

l:TH

NEA 227
NPs IN 231

NA TURE OF BARE SINGULAR

SPATIALES

ENTRE

GREC ANCIEN

ET 235

Marina TERKOURAFI: CONTEXTUALISING POLITENESS: PSYCOLOGICALL y PLAUSIBLE ACCOUNT Dimitra THEOFANOPOULOU-KONTOU: NE : ENA I1APAfnfIKO LXHMA METABIBAl:TlKEl:

TOWARD A 239 flOMEl: l:TH 243 247

Evangelia THOMADAKI : H I1EPII1TOl:H TOY N.E. EI1IeHMA TOl: -cria_

Henri TONNET: LE DICTIONNAIRE ETYMOLOGIQUE DE PIERRE CHANTRAINE ET L'HISTOIRE DES MOTS GRECS MODERNES 251 Georgios TRAPALIS : I1POBAHMATA NEOEAAHNIKHl: AESIKOfPA<I>IAL_ 255 lrini TSAMADOU-JACOBERGER: TA A<1>HPHMENAONOMATA LTA NEA E1\1\HNlKA. TIPOB1\HMATA KAI TIPOTALEIL 259 Anastasios TSANGALIDIS : XPONOI KAI EfK1\Il:EIl: l:TH NEA EA1\HNIKH Kyrana TSAPKINI, Gonia JAREMA, Eva KEHA YIA: VERBS: THE TIMECOURSE OF LEXICAL ACCESS NAMING GREEK 267 MANNER 271 263

Georgios TSERDANELIS : OBSTRUENT CLUSTER DISSIMILATION IN GREEK: A PERCEPTUAL ACCOUNT

Maria TSIGOU: LES VALEURS DE LA PERSONNE GRAMMATICALE EN GREC 275 Angélique TSOKOGLOU, Syla KLEIDI: 01 ~OMEl: TnN METOXnN -ONTAL KA! -MENOl: 279 Angélique TZANNE: 0 1\OfOl: I10AITIl:TlKA MArKAZINO THl: TIAPEAL l:TA THAEOI1TIKA 283

Maria TZEVELEKOU: KAIMAKEl: AI1AfKIl:TPnl:Hl: ArIO TO I1E~IO THl: AnO<l>ANl:Hl: : H I1EPII1Tnl:H TOY I1APATATIKOY 287 Freiderikos VALETOPOULOS : LES ADJECTIFS PREDICATIFS EN GREC: ELABORATION D'UN DICTIONNAIRE ELECTRONIQUE 291
Eleni VALMA: LE MARQUEUR
AcfJOY

DANS L'EXPRESSION

CAUSALE

EN

GREC MODERNE

295

Dragomira VAL TCHEV A : ~ YNAMIKH THl: f 1\Œl:AL TnN BYZANTINnN MyeIl:TOPHMATON: 01 I1APAAAAfEl: l:TH ~H1\Ol:H TON TOI1IKnN LXEl:EnN 299

12

Spyridoula VARLOKOSTA: AEITOYPfIKEl: EMHNIKH EI~IKH f Anl:l:IKH ~IA TAPAXH

KATHfOPIEl:

l:THN 303

Patricia VARONA CODESO: CHANGING PREPOSITIONS: EXPRESSIONS IN THE BOOK OF CEREMONIES Sofia VASSILAKI: fIAPATHPHLEIL LYNOfITIKnN EYArfEAIQN fIA TON

DIRECTION 307 TQN 311

fIAPATATIKO

Eléni VASSILIADOU: LHMALIOAOfIKEL O\JlEIL TOY ~EIKTH AOfOY 'L1HAAL1H' ENAL ATIAOl:~EIKTHLETIANMIATYTInLHl:; : 315
Jannis VELOUDIS : THl: fENIKHl:

319

Marina VASSILIOU, Stella MARKANTONATOU, Vangelis KARKALETSIS, Yianis MAISTROS: CONTROLLED GREEK: SPECIFICATIONS AND IMPLEMENTATION 323 George XYDOPOULOS: THEORY ASPECT AND THE NEO-REICHENBACHIAN 327 331 335

INDEX GENERAL DES NOMS D'AUTEURS TIINAKAL ONOMATnN

13

TABLE DES MATIERES DU VOLUME I

NOTE DE L'EDITEUR LHMEIOLH TOY EKô-OTOY II

5 7 15 19 21 23 25 29 31 33 35

TABLE DES MA TIERES DU VOLUME

Xatp6ttcrJ-l6ç 'tou 1(, nt'tpo'U EY8YMIOY Y1toupyou EevtKi)Ç TIatù6iaç Kat 8PllcrKêUJ-l<1'tffiV Allocution de Monsieur Petros EFTHYMIOU Ministre de l'Education et des Cultes de Grèce

Allocution Allocution

de Monsieur Pierre DAUMARD Président de l'Université René Descartes de Monsieur Christos CLAIRIS, Président du Comité d'organisation du se Colloque international de linguistique grecque AHL TP ATIEZHL LYNEAEnHL

TIPAKTlKA THL LTPOffY nPAKTlKA THL fENIKHL TIONS

COMMUNICA Evangelia

- ANAKOINOLEIL

ADAMOU : LA GRAPHIE, INDICE DE MOTS D'ORIGINE GRECQUE EN FRANÇAIS CONTEMPORAIN ? Despina CHILA-MARKOPOULOU : LYrXPONlKEL KA! ô-IAXPONlKEL

Anna ANAST ASSIADIS-SYMEONIDIS, TO fENOL : THL EAAHNIKHL T ALEIL

39

Giorgos ANDREIOMENOS : 01 fPAMMATlKEL ANTIAH\JlEIL TON A. XPILTOnOY AOY - f. BHAAP A KA! TO AOfOTEXNIKO TOn EPfO : TIPOTH AIlOTIEIP A LYrKPITIKHL EEET ALHL Anna ANDROULAKlS, DEPENDENCY Vassilios SPYROPOULOS : FREE SUBJUNCTIVE! THEORY AND GREEK SUBJUNCTIVES

43 47

Jannis ANDROUTSOPOULOS : f AŒLIKH nOIKIAOTHT A LTHN HAEKTPONIKH l:YN-OMIAIA (CHAT) : AAAArH KOô-IKA LTO KANAN #helIas Maria ANTONIOU: 0 TIAPAKEIMENOL Mary SIFIANOU A'THL NEAL EAAHNIKill: : TO THAE<I>ONIKO I1AIXNIô-I

51 55 59

Eléni ANTONOPOULOU, LT A EAAHNlKA Argiris ARCHAKlS

: L'EXPRESSION

DE l~~()tUSDANS LA CO-NARRATION

_

63

Amalia ARV ANITI, Brian D. JOSEPH : EARLY MODERN GREEK /b d g/ : EVIDENCE FROM REBETICA AND FOLK SONGS

67

14

Amalia ARV ANITI, Theodora PELEKANOU : POSTLEXICAL RULES AND GESTURAL OVERLAP IN A GREEK SPOKEN CORPUS Amalia ARV ANITI : ~IMOP<I>IA, ~If AŒI:IA KA! H EM<I>ANII:H THI: KVTIPIAKHI: NEOEAAHNIKHk KOINHI: Panagiotis ARVANITIS, Olympia TSAKNAKI ÉLECTRONIQUE DE PROVERBES BABINIOTIS, ESEI~IKEnH!: Christos CLAIRIS !:TH f AŒI:A : DICTIONNAIRE

71 75 79

Georgios

: H AEITOYPfIA

TH!:

83
EK<1>ONHMA TON

Aikaterini

BAKAKOU-ORFANOU: TO EI!:AfOfIKO THAEOTITIKON EI~H!:EON BARTONEK : MYCENAEAN Eleni SELLA:

87 91 95

Antonin

WORDS IN HOMER H ME!:O MET A<1>P LH!: A

Frédérique BA TSALIA, ETIIKOINONIA

Frédérique BA TSALIA, Eléni SELLA : ~IATIOAITII:MIKH EKTIAI~EnH : KOINONIOr Aill.:!:OAOrIKH TIPOI:EffIkH KA! ANATITYSH ENOl: TIANETIIkTHMIAKOY TIPOfP AMMATOk kTIOY ~ON Stamatis BElS: TO <1>AINOMENO THI: KO<1>ŒHl: l:TA BOPEIA I~IOMA TAKA! !:TH BAAXIKH f AŒkA Spyridoula BELLA: MIA rNOI:TIKH EAAHNIKH TIPOOTITIKH TH!: ~EI8Hl: EAAHNIKA

99
103

I:TH NEA

107
TO AGE: THE

Pietro BORTONE : DIVISION OF LABOUR ACCORDING MEDIEVAL GREEK PREPOSITIONAL SYSTEM Antonis

111
Kanella 115

BOTINIS, Marios FOURAKIS, Niki PANAGIOTOPOULOU, POULI : GREEK VOWEL DURATIONS AND PROSODIC INTERACTIONS

Elena CHAUSHEV A : TIAPATATIKOl: KA! AOPILTOL KA! LTH BOY Ar APIKH f AŒLA Christophoros CHARALABAKIS EAAHNIKHL

LTH NEA EAAHNIKH

119 123
TOV

: TA ETII<1>ONHMATA THL NEAL

Sofronis CHA TZISSA VVIDIS : I:YNOMIAIAKO V<1>OkKA! TIPO<1>OPIKOTIOIHLH: 0" Even AOfOI:" l:T A KEIMENA EAAHNIKOY fPATITOY EI~Hl:EOrPA<1>IKOY AOfOY Marianna N. CHRISTOU : ~OMH, AEITOyprIA KA! eEMATOAOfIA NEOEAAHNIKOY TIOIHTIKOY ATIO<1>eEfMATOL

127
TOY

131

Lia CHISACOF : CODE SWITCHING AND INTERTEXTS : THE GREEK OF THE ROMANIAN PRINCIPALITIES AT THE END OF THE 18TH CENTURY Niki CHRISTODOULOU : <DAINOMENA OYPANOl:Hl: NEA EAAHNIKH r AŒLA Anastasia CHRISTOFIDOU : GENDER A NATURAL APPROACH l:THN APXAIA KA!

135 139

AND NOUN DECLENSION

IN GREEK. 143 147

Tatiana CIVJAN-MIKHAILOY A : LE RÔLE DES DIMINUTIFS DANS LA STRUCTURE DE L'ESPACE LINGUISTIQUE DU GREC MODERNE_

15

Grazia CROCCO GALÈAS : A MORPHOPRAGMA GREEK DIMINUTIVES Jim DAVY, Anna PANA YOTOU CYPRIOT GREEK : CONSONANTAL

TIC APPROACH

TO

151
GEMINATION IN

155

John DAWSON: VOICE VALUE OF WORD-FINAL OBSTRUENTS IN THE INTERLANGUAGE OF ADULT NATIVE GREEK LEARNERS OF ENGLISH AS A SECOND LANGUAGE Jesus DE LA VILLA: NUMERICAL Aggeliki THE DISTRIBUTION OF PREPOSITIONAL EXPRESSIONS IN ANCIENT GREEK

159 163

DIMITROMANOLAKI, Ion ANDROUTSOPOULOS and Vangelis KARKALETSIS : A LARGE-SCALE SYSTEMIC FUNCTIONAL GRAMMAR OF GREEK DRACHMAN, Angeliki STEM IN GREEK MALIKOUTI-DRACHMAN : THE PRESENT

167 171

Gaberell

Georges

DRETT AS : POUR DEFINIR PONTIQUE

LE DIASYSTEME

DU GREC

175 179

Yves DUHOUX : SIGNIFIANT ET SIGNIFIE DANS LES VOIX DU GREC ANCIEN: L'EXEMPLE DU MOYEN Constantina ECONOMOU: NEEL TEXNOAOfIEL ôI~K.AAIA : ArlO TON eEOPHTIKO nPASH Angeliki EFTHYMIOU: A- DEVERBAL KA! f AŒLIKH npOBAHMATILMO IN MODERN METAPHOR LT A LTHN

183
GREEK_ 187 191

ADJECTIVES

Fatima ELOEVA: Asimakis Aggeliki

LANGUAGE

SHIFT AND COGNITIVE

FLIA TOURAS NEOEAAHNIKA FOTOPOULOU:

: 0 YTIOKOPILMOL TOnilNYMIA ~InTilTA PHMATA

KA! H MEfEeYNLH "LYNAAAArHL"

195
(DATIFS)

THL NEAL EAAHNIKHL

: 0 POAOL THL fENIKHL AeHLA YPILTA :

199 203

Zoé GA VRIÏLIDOU, Thanasis NAKAS : NEOEAAHNIKA ABSEIL nOY APXIZOYN ArlO EYPQZoé GA VRIÏLIDOU : H I1APOIMIA LTON EAAHNIKO

TYIlO

207
211 RALLI :

Micha1is GEORGIAFENTIS, Anna SF AKIANAKI INTERFACE: VOS IN GREEK Giannoula

: THE SYNTAX - PROSODY

GIANNOULOPOULOU, Argyris ARCHAKIS, Angélique ~HMIOYPfIA ABSIKOfPA<DIKHL BALHL ~E~OMENilN OPf ANilMENHL LE LHMALIOAOfIKA LYNOM GOUTSOS KEIMENilN : H XPHLH TON HAEKTPONIKnN LTHN ANAA YLH AOfOY RÉFLEXIONS LnMATnN

215 219

Dionysis

Simos GRAMMENIDIS : QUELQUES EN TRADUCTION. Patricia GUILPIN : TO AOPILTO MEAETH Spyros HOIDAS : TAUTOLOGICAL

SUR L'ÉQUIVALENCE

223
LTA EAAHNlKA : ~IAXPONIKH

APepO

227
DOUBLING

231

16

Maria IAKOVOU : ArIO TH LlliONTIKOTHT TA TPOillKA TID:NE

A LTHN EfIILTHMIKOTHT H

A :

235 239 243

Anna IORDANIDOU : «EfIITEYXSHKE»'H «EfIETEYXSH» TYTIOfIOIHLH THL KOINHL NEOEAAHNIKHL ; Mark JANSE : OBSERVATIONS GRÉCO-NÉERLANDAIS Brian D. JOSEPH: ON DEFINING PRÉLIMINAIRES

SUR UN JARGON

"WORD"

IN MODERN

GREEK

247

Maria KA KA VOULIA : ON REPORTED DISCOURSE: RECORDING SPEECH & THOUGHT IN MODERN GREEK LITERARY AND PRESS NARRA TIVE Maria KAKRIDI-FERRARI : EfIANAAHfITlKA <1>AINOMENA ETON AOfO ~IA<1>OPETIKON OMIAHTON : EfIIKYPOTIKH EfIANAAH'I'H Zacharo KALAKONI : LA NOTION DU GENRE EN GREC: LES REPRESENTATIONS LINGUISTIQUES DES JEUNES APPRENANTS HELLENOPHONES Stavros KAMAROUDIS f AŒEOAOfIKH Eratosthenis : H BAKTHP fA AP XfEP EQN (1645) : fIPOEEffIEH

251
255

259

263
: f AŒEOAOfIA KA! fIOIHTIKH DU DE 271

KAPSOMENOS

267

Vassia KARCA Y ANNI-KARABÉLIA : DE LA « LEÇON D'OUVERTURE COURS DE LANGUE ET DE LITTERATURE GRECQUES MODERNES A LA FACULTE DES LETTRES DE L'UNIVERSITE PARIS, PAR HUBERT PERNOTl (Il DECEMBRE 1912))

Dimitra KAROULLA-VRIKKI : LANGUAGE PLANNING AS DETERMINANT OF THE VERDICT IN THE LAW COURTS IN CYPRUS Marilena KARYOLAIMOU : MIKPOf AŒLIKOE LXE~IALMOL LTHN KYfIPO KA! MAKPOr AOELIKOL

273

277
THE CASE OF

Demetra KA TIS: ACQUIRING SUBJECTIVE GREEK CONDITIONAL MARKERS Georgia KA TSIMALI TIEPIfITŒH Evangelos

MEANINGS:

281
:H 285

: AEYNEXH EnTA TIKA LT A APXAIA EAAHNIKA THL METOXHL EE fENIKH ArIOA YTH

KA TSINA V AKIS : H ~I~KAAIA TOY EYNT AKTIKOY EfIITIE~OY THL NEAL EAAHNIKHL Œ MHTPIKHL r AŒEAE KA! H ANATITY8H EnTHMATIKHE KA! KPITIKHE EKE'I'EŒ ETon MASHTEL. MIA ~OMOAEIToyprIKH fIPOLErfILH. 289 LnTHMA LE rPAMMATIKEL TOY

Georgia KATSOUDA : TO PHMATIKO 16°UKat 17°UAIONA Marianna

293
297

KA TSOY ANNOU, Diamantoula KORDA-SA VV A : TERMINOLOGYINTENSIVE TEXTS AND TECHNICAL TRANSLATION STUDIES LTA PHMATA, TA

Fotis KA VOUKOPOULOS : TA LYNTAKTIKA LSENH OnIALTIKA KAI TA ETIISET A THL N.E.

301

17

Eleni KlGKA : H NEOEAAHNIKH KATAAHSH -U51.ru: llAPArnrIKH OnIALTIKnN ~HAOTIKnN ATIOTEAELMATOL, ENEPrEIAL, ETIITALHL KAI H LHMALIA THL LTA OnIALTIKA TOY t.PPI(JIOI. _ 305 Eliza KOUTOUPI-KlTIS, ALYNO~EYTOL Valia KORDONI Anastasios TSANGALIDIS : 0 ESAPTHMENOL 309 GREEK PSYCH VERB CONSTRUCTIONS KA! MA8HLH LTH 317 313

: MODERN

Triantafyllia KOSTOULI : ~IAKEIMENIKOTHTA LXOAIKH T ASH Evangelos

KOURDIS : AnO~OEH ~IAAEKTIKHE TA YTOTHTAL AnO TOn KATOIKOYE THE TIPOTEYOYLAL LE MOP<1>EL THL EllAPXIAKHE EAAHNIKHE DES NOMS D'AUTEURS

321 325 329

INDEX GENERAL

TIINAKAL ONOMATON

18

XUtpETtaflO<; TOU K. nÉTpOU EY0YMIOY Y 1tOUPYOUE9VtKt]<; nUtÔE1U<; KUt 0PllaKEUflO:TroV

ME

tbtaiTEpT)

xapa

XatPETiÇro

TO 5° L1tESVÉÇ LUVÉbpto

EÀÀT)VtKTlÇ

rÀro<J<JoÀoyiaç nou <ptÀoçEYEiTat<JTT)raÀÀia, xropa ~E TT)Vonoia ÉXOU~E avanTÛçEt ~ta EçatpETtKTl <JuvEpya<Jia <JTa SÉ~aTa TT)Ç
EKnaibEU<JT)Ç ZOÛ~E EupronT), Kat ÉXOU~E ~Otpa<JSEi EYbta<pÉpou<Ja noÀtTtKO KOtVOÛÇ nOÀtTt<JTtKOÛÇ <JTOXOUç. t<JTOptKTl <JuYKupia onou T) Evro~ÉVT) YEYOVOÇ TOU <JÛYXPOVOU KO<J~OU, Kat noÀuyÀro<J<JtKO aUTO Sa 'Evro<JT)ç, oÀrov TroV H <JE ~ta

ÉVa KE<paÀatrobEç ÉVa

bT)~tOUPYEi nEpt~aÀÀov

nproTOYVropo Kat

nOÀunOÀtTt<J~tKO <JuvEpya<Jiaç.

EntKOtvroviaç

LTO nEpt~aÀÀov

TlSEÀa va unoypa~~i<Jro T) onoia aVTt~ETroniÇEt EupronaïKrov Eupronll

TT) SETtKTl SEropT)<JT) TT)Ç EupronaïKTlç t<JOTt~a Kat <JTT)piÇEt TT)V KaÀÀtÉpYEta ayaSo

yÀro<J<Jrov roç KOtVO noÀtTt<JTtKO

TT)Ç EupronT)ç. TT)V nOÀu~op<pia KÀllpOvo~ta, Kat

aVTÀEi TOV noÀtTt<JTtKO <JTtÇ onoiEç oÀOt

TllÇ nÀOÛTO TO<JO ano TllV KOtVll ~aç ano ~ETÉXOU~E

Kat TtÇ tbtatTEpOTT)TÉÇ KOtVÉÇ açiEç At<JxûÀO H KE<paÀatO

TT)Ç O<JO Kat ano

TtÇ TOV

TOV LO<pOKÀll

~ÉXPt TOV LaiçnT)p y ta ~aç TOUÇ

Kat TO MOÀtÉpo. bEY Eivat ~ovo ÉVa <JT)~aVTtKO ÉVa KOtVO nOÀtTt<J~tKO KTll~a TT)Ç 'EÀÀT)VEÇ aÀÀa

EÀÀT)VtKll yÀro<J<Ja

avSpronOTT)Taç
buva~Etç. EÀÀT)VtKllÇ rta

TO onoio
<JTa

npÉnEt

va

aTT)piçoU~E
EYSappÛVEt

~E OÀEÇ

~aç

TtÇ
TT)Ç TroV

TO ÀOYO aUTO

T) EÀÀaba

TT)V ÉVTaçT) oÀrov

yÀro<J<Jaç

EKnatbEUTtKa

npoypa~~aTa aUTll. TroV Ebprov

~aS~ibrov
Eni<JT)ç, yÀro<J<Jaç

TroV xroprov
TT)Ç raÀÀiaç

TllÇ EE

Kat

ÉXEt llbll

KEpbi<JEt TllV SETtKll
EÀÀT)VtKllÇ EYtaxûST)KE

aVTanOKpt<JT)

<JTT)VnpO<JnaSEta

<JTT)piÇEt btapKroç

TtÇ nproTo~ouÀiEÇ

Kat nOÀtTt<J~OÛ

<JTO EÇroTEptKO,

<JTOXOÇ 0 onoioç

npO<J<paTa ~É<Ja ano TT) <JûaTaaT) btUnoupytKllÇ EntTponllç TroV unoupYEirov IIatbEiaç, EÇroTEptKroV Kat IIoÀtTt<J~oû Kat TT)auvEpya<Jia noÀÀrov <pOpÉffiV y ta TT)V ava~aS~taT) TroV EÀÀT)VtKroV <Jnoubrov. 8EffipOÛ~E avaYKaio TOV <JUVTOVt<J~OKat TT)V EYi<JxuaT) aUTrov TroV <Jnoubrov 0xt ~ovo <JTT)V KaTEûSuv<Jll TllÇ EÀÀT)VtKllÇ yÀroa<Jaç nou Eivat navTa ~ta npoTEpatOTT)Ta EiTE JltÀa~E y ta TtÇ KÀa<J<JtKÉç, EiTE y ta TtÇ ~uÇaVTtVÉç Kat TtÇ VEroTEpEÇ <JnOUbÉç, aÀÀa Kat <JTT)V KaTEûSUV<JT)TT)Ç avabEtçT)ç TOU <JÛYXPOVOU npo<Jronou TT)ÇEÀÀaboç Kat TroV <JT)JlEptVrov

19

t11Ç En ttcUÇEroV . LtO a11JlEio aUto açiÇEt va ava<pÉpro ott 11 tbÉa y ta t11 b11JltOupyia tOU EupronaïKou KÉVtpou KÀaaatKffiv ypaJlJlatrov nou çEKiv11aE to 1995, JlEta ano nprotO~OUÀiEÇ Kat Ena<pÉç nou avaÀa~aJlE atO btaat11Jla trov tEÀEU'tairov Jl11vffiv, aUYKEY'tpffivEt allJlEpa ÉVa avavEroJlÉVO EYbta<pÉpov ano tOUç Eupronaiouç 0JlOÀoyouç EÀniÇoUJlE aUv'tOJla va ÉXOUJlE9EttKa anOtEÀÉaJla'ta. EiJlat pÉpatoç ott Ot EpyaaiEç tOU auvEbpiou aUtOu JlOU Kat JlE t11

a1>JlJlE't0Xll toarov ÀaJlnpffiv EPEUV11tffiv bEY nporo90uv anÀffiç 't11 yvffia11 't11Ç EÀÀ11VtKllÇ yÀffiaaaç aÀÀa anOtEÀouV a11JlavttKll a1>JlpoÀll ata 9EJlÉÀta EYOç OtKOUJlEYtKOunoÀtttaJlou.

20

Allocution de Monsieur Petros EFTHYMIOU Ministre de l'Education et des Cultes de Grèce Je suis très heureux de saluer le 5e Colloque inernational de linguistique grecque, accueilli en France, un pays avec lequel nous avons développé une excellente coopération en matière d'éducation et avec lequel nous partageons des objectifs culturels communs. Nous sommes en train de vivre une conjonture historique intéressante, où l'Union européenne, un évènement politique capital du monde contemporain, crée un nouvel environnement de communication et de coopération pluriculturel et plurilingue. Je voudrais souligner le point de vue positif de l'Union européenne en ce qui concerne cet environnement; elle considère toutes les langues européennes à égalité et soutient leur développement en tant que bien' culturel commun à l'Europe. L'Europe tire sa richesse civilisationnelle tant de sa diversité et des ses particularités que de notre héritage commun, des valeurs communes que nous partageons tous, de Sophocle et Eschyle jusqu'à Shakspeare et Molière. La langue grecque n'est pas seulement un capital culturel important pour nous les Grecs mais un bien commun de l'Humanité que nous devons soutenir de toutes nos forces. C'est pourquoi la Grèce encourage l'introduction de la langue grecque dans le programme éducatif à tout niveau des pays de la Communauté européenne, et elle a déjà obtenu le soutien de la France dans cet effort. En outre, la Grèce soutient constamment les initiatives des chaires de langue et de civilisation grecque à l'étranger, objectif qui a été récemment renforcé par la constitution d'un comité interministériel réunissant les ministères de l'Education, des Affaires étrangères et de la Culture ainsi que différents institutions agissant pour la revalorisation des études grecques. Nous considérons comme nécessaire la coordination et le renforcement de ces études, non seulement en ce qui concerne la langue grecque qui reste toujours une priorité, qu'il s'agisse des études classiques, des études byzantines ou des études néo-helléniques, mais également pour la mise en valeur du visage actuel de la Grèce et des ses réalisations actuelles. Sur ce point il est important de signaler que l'idée de créer un Centre Européen de Lettres Classiques, qui est née en 1995, est l'objet aujourd'hui d'un 21

intérêt renouvellé de la part de mes homologues européens, à la suite des intitiatives et des contacts que nous avons pris au cours des derniers mois, et nous espérons obtenir des résultats positifs très prochainement. Je suis certain que les travaux de ce colloque, auquel participent autant d'excellents chercheurs, ne contribuent pas seulement à la connaissance de la langue grecque mais qu'ils constituent aussi un apport significatif au fondement d'une civilisation œcuménique.
(Traduit du grec)

22

Allocution de Monsieur Pierre DAUMARD Président de J'Université René Descartes

Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, En tant que président de l'université René Descartes, je suis heureux et honoré de vous accueillir dans ce magnifique amphithéâtre de la prestigieuse Sorbonne. Notre université a été créée en 1970 ; mais en réalité elle est en grande partie l'héritière de la Sorbonne au Moyen Âge. Comme celle-ci, et comme toutes devraient l'être, l'URD est pluridisciplinaire et se compose de quatre pôles principaux: - un secteur sciences de la vie, - une faculté de droit, - un domaine technologique et mathématiques informatique, - une branche de l'homme également répartie entre la psychologie et la faculté des sciences humaines et sociales qui nous reçoit ce jour. L'URD est l'une des plus importantes de France, avec ses 29 000 étudiants, ses 1 800 enseignants et aussi ses cent laboratoires de recherches, dont beaucoup sont de réputation internationale. Ce colloque est organisé par notre collègue, le professeur Christos Clairis à qui je tiens déjà à rendre hommage pour son dévouement, son activité et on peut le dire sa réussite. Christos Clairis dirige le laboratoire « Théorie et description linguistique» laboratoire actif et reconnu par les plus hautes instances scientifiques du pays qui l'an passé a déjà animé un autre important colloque sur les langues régionales. Cette année, il s'agit du cinquième colloque international de linguistique grecque, cette manifestation s'inscrit ainsi dans une continuité de recherches tout à fait remarquables qui réunit les plus grands experts européens de ce domaine, je les salue ici. Je ne suis pas linguiste, mais je sais, comme tout universitaire occidental, ce que nous devons à la Grèce éternelle, donc ce que nous devons à la pensée et à la langue grecque. 23

Je cite Fernand Braudel: « La pensée grecque vole vers nous et elle n'a pas fini de nous atteindre C'est bien la science, la raison, l'orgueil de notre esprit qui nous rattachent à elle. ». Ce que l'on appelle « le 'miracle grec', chez nous, hommes d'Occident, ne vient-il pas de la nécessité où se trouve toute civilisation vivante, tout groupe humain, de rechercher ses origines, de se raccrocher à une parenté? Dans ce cas, nous pouvons être fiers de nos parents, et nous devons en être dignes. Ainsi la pérennité, l'actualité de la Grèce éternelle, c'est nous qui l'incarnons avec notre système de pensée et notre esprit scientifique. Que lui doit-on vraiment à cette Mère? Que nous a-t-elle légué? En clair, quelle est notre dette? Perpétuelle, si l'on aborde la politique, le droit, la démocratie. Majeure, si l'on envisage l'écriture, l'humanisme, les arts. Immense, si l'on parle de théorie, de raisonnement, d'éthique. Ce congrès est, à travers vos recherches sur la linguistique grecque, l'occasion d'honorer et de rendre présent ce passé, de concilier l'histoire et la modernité. Les langues vivent, évoluent, celle qui vous rassemble et réunit pour ces journées, celle qui constitue l'objet de ce congrès n'est pas une parmi d'autres, mais une référence incontournable. Vous le savez, et mieux que moi. Je suis impressionné par la qualité de vos communications, et je suis, par avance, certain de la valeur de vos travaux et de vos échanges. Je vous remercie de votre attention et je laisse maintenant la parole à Christos Clairis qui va vous présenter l'organisation de ce congrès.

24

Allocution de Monsieur Christos CLAIRIS Président du Comité d'organisation du 5e Colloque international de linguistique grecque

Monsieur le Ministre, Monsieur l'Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Messieurs les Présidents d'universités, Chers collègues, Chers étudiants et jeunes chercheurs, Mesdames, Messieurs, Le laboratoire Théorie et description linguistique de l'université René Descartes est heureux et honoré de vous accueillir ici, à la Sorbonne, à l'occasion du SeColloque international de linguistique grecque. C'est lors du colloque de Chypre, il y a deux ans, qu'il a été décidé de tenir la cinquième édition à Paris. Notre laboratoire, en organisant cette nouvelle rencontre, espère être digne de la confiance de nos collègues. Qu'on me permette de souligner qu'en nous réunissant pour ces trois jours de travail dans les locaux de la Sorbonne nous avons l'occasion de renouer avec une longue et prestigieuse tradition qui a fait de Paris un centre de référence, et d'influence, en ce qui concerne l'étude de la langue grecque en général et tout particulièrement du grec moderne. Cette tradition remonte à loin, puisque c'est en 1635, sur commande du cardinal de Richelieu, que Simon Portius publia un petit dictionnaire, intitulé AEÇllCOffOVÂO pour la première fois en qui, lexicographie, prenait comme langue source le grec moderne. Plus près de nous, ce sont des savants comme Adamantios Koraïs, Jean Psichari, Hubert Pernot et André Mirambel qui ont fait le renom de la Sorbonne et de l'Ecole Nationale des Langues Vivantes (aujourd'hui INALCO). Faut-il rappeler le rôle joué, dans le destin même de la langue grecque, par Adamantios Koraïs et par Jean Psichari ? Koraïs (174325

1833) qui soutenait que la langue est une chose démocratique, ni archaïque ni vulgaire, défendait la voie du juste milieu. Nos collègues linguistes français seront sans doute heureux d'apprendre que Psichari, professeur aux Langues 0' (INALCO) et qui mena inlassablement la bataille pour imposer le grec parlé en tant que nouvelle norme, fut un disciple de Bréal et de Saussure lorsque ce dernier enseignait à la Sorbonne (entre 1880 et 1891). Psichari, savant engagé, est aussi un bel exemple d'attachement profond à deux cultures, à la société grecque bien sûr, mais aussi à la société française à laquelle il était parfaitement intégré; il n'est pas sans intérêt de rappeler qu'il épousa la fille d'Ernest Renan et que leur fils, officier et écrivain français, ami de Charles Péguy, fut tué au combat au début de la Première Guerre Mondiale. Hubert Pernot qui fut disciple de Psichari et son assistant aux Langues 0' fut également un auditeur de Saussure à Paris. D'abord chargé de cours de grec moderne à la Sorbonne, Pernot fut par la suite nommé professeur, titulaire de la première chaire de grec moderne créée dans cette institution. Ses travaux sur la dialectologie grecque ont fait date et sa grammaire du grec moderne a été saluée dès 1917 dans un compte rendu élogieux de Kavafis. Quand Pernot pris sa retraite, en 1946, son enseignement à la Sorbonne fut poursuivi par un autre grand spécialiste du grec moderne, André Mirambel, qui avait déjà succédé à Jean Psichari aux Langues 0'. Elève de Psichari, mais aussi d'Antoine Meillet et de Joseph Vendryes, Mirambel a marqué par ses travaux la linguistique du grec moderne. Dans son importante production, je rappellerai son étude descriptive du parler maniote et sa grammaire descriptive du grec moderne. Il ne faudrait pas clore cette référence, rapide et fort incomplète, à nos devanciers sans signaler que nous devons au grand helléniste Emile Legrand, auteur de la Bibliographie hellénique, l'édition à Paris, en 1870 puis en 1874, de la toute première grammaire consacrée au grec moderne, celle rédigée au début du 16e siècle par le Corfiote Nicolas Sofianos. Ces quelques rappels n'ont d'autre but que de montrer l'ancienneté et l'importance des liens intellectuels et affectifs qui rattachent les linguistes de France au monde grec et, de manière si particulière, au grec moderne. Comme l'a signalé le président Daumard, notre université est pluridisciplinaire et notre laboratoire est un laboratoire de linguistique générale. Ainsi, notre rencontre sera suivie en novembre prochain 26

d'un colloque sur l'Imaginaire linguistique, et elle était procédée d'un colloque sur les langues régionales de France. Si de nombreuses langues font l'objet de nos travaux, à différents titres, les recherches sur le grec y occupent une place de choix, notamment ces dernières années, grâce à notre projet de rédaction d'une nouvelle grammaire du grec moderne, mené en collaboration avec l'Université d'Athènes. Comme vous le savez trois volumes de cette grammaire ont déjà paru. Je rappellerai également que notre département de linguistique a organisé une journée d'étude sur le grec en 1988 et un Symposium International sur le grec moderne en 1992, dont les Actes ont été publiés par le ministère de l'Education de Grèce. Le présent colloque témoigne de la grande vitalité des recherches sur la langue grecque qui est prise en charge dans tous ses aspects, synchronique, diachronique et diatopique. La diversité des approches, telle qu'elle se manifeste à travers les 180 communications retenues, dont 162 seront effectivment présentées, contribue également à la richesse des résultats. Nous allons d'ailleurs pouvoir en parler plus en détail tout à l'heure à l'occasion de la table ronde. Dans notre Europe en construction, organiser un colloque sur la langue européenne qui a la plus longue histoire mais qui au sein de cette Europe pourrait être considérée aujourd'hui comme une langue régionale, revêt une importance particulière. Au moment ou chaque pays, chaque culture essaye de sauvegarder sa propre langue, de maintenir ou d'élargir son champ d'influence, il faut avoir en tête que le moyen d'y parvenir n'est pas d'opposer telle langue à telle autre, mais au contraire de s'intéresser à la langue de l'autre. La sauvegarde active de la diversité linguistique passe par la promotion du bilinguisme ou mieux encore du plurilinguisme généralisé, dans une Europe multiculturelle, où puissent prévaloir la compréhension réciproque, la complémentarité et la tolérance entre différentes langues et cultures. Nos langues survivront si le plurilinguisme devient la norme de tous les citoyens du monde. Mesdames et Messieurs, Nous sommes extrêmement heureux de l'intérêt que vous avez manifesté à ce colloque. Il nous aurait été impossible de l'organiser sans le soutien de nombreuses institutions et personnes. Je citerai notamment:

27

. . . . . . . . . . . .

le ministère des Affaires étrangères de Grèce, le ministère de l'Education nationale de France, Monsieur Petros Efthymiou, ministre de l'Education nationale et des Cultes de Grèce, et son ministère, le ministère de la Culture de Grèce, Monsieur Elias Clis, Ambassadeur de Grèce en France et l'Ambassade de Grèce, Monsieur Georges Païzis, Consul général de Grèce à Paris et le Consulat général de Grèce à Paris, Le Rectorat de Paris, Monsieur Pierre Daumard, président de l'Université Paris 5 et son université, Monsieur Georges Molinié, président de l'Université Paris IV et son université, Monsieur Georges Babiniotis, président de l'Université d'Athènes et son université, la fondation Kostopoulos, la fondation Leventis.

Je voudrais également remercier mes collaborateurs du laboratoire et plus particulièrement Eleni Michopoulou qui a assumé, avec talent et charme, la lourde tâche de coordonner l'organisation. Je souhaite dire ici que je n'aurais pas osé accepter la responsabilité d'organiser ce colloque si je n'avais pas reçu les encouragements de Monsieur G. Paizis, Consul général de Grèce, qui a été constamment à mes côtés et nous a apporté toute son aide. Merci également à Monsieur le président Daumard de l'honneur qu'il nous fait d'assister à cette cérémonie d'ouverture et pour le soutien de l'Université. Je remercie Monsieur Jack Lang, notre ministre de l'Education nationale qui honorera de sa présence notre réception de ce soir et qui y prononcera quelques mots. Enfin, je suis particulièrement touché par le geste de Monsieur le ministre de l'Education et des Cultes de Grèce qui a bien voulu, dans une période difficile, nous faire I'honneur de participer personnellement à cette inauguration et d'y prendre la parole. Je terminerai en vous souhaitant un séjour studieux et agréable à Paris et je déclare ouverts les travaux du 5e Colloque international de linguistique grecque.

28

ITPAKTlKA THE ETPOrrV AHE TPAITEZIŒ

H llÉf.1n't11 Louis

<JuÇirr11<J11

~>rpoyyuÀi]ç npro't11

TpanÉÇ11ç f.1Épa 'tou

npaYf.1a'tonOti]e11KE O"UVEbpiou,

't11v

13 LEn'tEf.1~piou, Liard.

O"'t11v aieouO"a

opyavoo'ttKrov Ka811yi]'tpta

L't11 O"UÇi]'t11O"l1 ÉÀa~E f.1Époç ano ÉVa f.1ÉÀoç 'toov Ent'tponrov 'trov 'tE<JO"aprov npo11Youf.1ÉVrov O"UVEbpirov, 11 Etpi]v11 <DtÀtnnaK11- Warburton 'tOU llavEntO"'t11f.1iou

Reading

't11Ç A yyÀiaç,
'tOU Salzburg npu'tav11Ç Kae11yi]'tpta

0

Ka811Y11'ti]Ç Gaberell
'ti]ç 'tOU A wa AU<J'tpiaç, TIavaytro'touT11 llavEnt(j't11f.1iou

Drachman
A811vrov Kat

'tOU
11 0

llavEntO"'t11f.1iou Mnaf.1ntvtro't11Ç avanÀ11pro'tpta 'tOU rta KÀaip11

0 Ka811Y11'ti]Ç

rEropytOÇ

T ptav'ta<puÀÀonouÀou O"uV'tOVt<JE KÀaip11ç.

llavEntO"'t11f.1iou

Kunpou.

O"uÇi]'t11O"l1

«OtKobEO"no't11ç»

'tOU E' LUVEbpiou,

Ka811Y11'ti]Ç Xpi]O"'toç

't11 <JUÇi]'t11<J11 EiXav ç11't11eEi 'tpEtÇ f.1i]VEÇ vropi'tEpa ano TOV K. 'trov O"'ta'ttO"'ttKa Kat aÀÀa O"'totXEia <JXE'ttKa f.1E 't11 btopyavroO"l1 O"UVEbpirov Ka8roç 0"'t11 btopyavro<J11 0 aptef.10ç aÀÀa opyavro'ttKa Kat anO'lfEtç napaÀÀi]Àrov Eni OptO"f.1ÉVOOveEf.1a'trov onooç 11 O"UVEbptrov, 8Éf.1a'ta. btOpyavoo'tÉç 'tOU E' H EYXEtpi]f.1aToç. Kat ano 11 EntÀoyi] 'trov f.1EÀÀOV'ttKroV <JUVEbpirov,

npo11Youf.1ÉVrov nou a<popou<Jav

<Juxvo't11'ta H Ka

btEçayroyi]ç,

'trov avaKOtvroO"Erov, <DtÀtnnaK11, LUVEbpiou Ent'tuxia O'tt ano

Kat EKbo'ttKa 'touç 'tOU oÀOU

a<pou

EuxapiO"'t11O"E

unoypaf.1f.1tO"E au'ti], 'to EinE, Eivat npro'to Éroç 'tOU 154

't11V En t'tU xia

Ef.1<pavi]ç, f.1E'taçu

aÀÀrov,

'to YEYOVOÇ

npro'to~ouÀia, Ent<J't11f.10vrov <JUf.1f.1E'tEixav i]'tav o

O"UVÉbptO Kat 'to napov KÀabou

nou opyavro811KE f.1E btKi] 't11Ç O"UVÉbptO, 0 aptef.10ç O"Uf.1f.1ETOXi]Ç L'tO npro'to <JUVÉbptO

auçaVE'tat.

yÀro<J<JoÀoYOt ano 16 XropEÇ f.1E 77 avaKOtvroO"EtÇ' 'to ÉVau<Jf.!a y ta 't11 b11f.!tOupyia EVOÇ xropou 'taKTtKi]ç EntKOtvroviaç avaKOtvroO"EtÇ. au'tou y ta 't11 K. Drachman yvroptf.!iaç 'tOVtO"E 't11 O"l1f.!a<Jia 'tOU O"UVEbpiou Kat aV'taÀÀayi]ç ano'lfErov 'trov

'trov EtbtKroV f.!E U'lf11Ài]Ç noto't11'taç

buva'tO't11'ta nou E<papf.!oyi]ç

EntO"'t11f.!ovrov Kat f.!E nEbio

a<JxoÀouv'tat

f.!E bta<popouç

'tof.!Eiç 'ti]ç yÀroO"O"oÀoyiaç bEU'tEpO

't11v EÀÀ11VtKi] yÀroO"<Ja. L'to ano EKa'to ÉVa Eupu'ta'to eEf.!a'ttKO ÉKaVE

O"UVÉbptO O"Uf.!f.!E'tEiXav avaKOtvroO"EtÇ 'tOU O"UVEbpiou nou 'ti]ç

nEptO"<JO'tEpOt KaÀun'tav o

yÀroO"O"oÀoYOt <paO"f.!a.

f.!E 90

K. Mnaf.!ntVtro't11Ç

'tOY anoÀoyt<Jf.!O

A8i]vaç
108 ano

on ou <JUf.!f.!E'tEiXav300 yÀOO<JO"oÀoYOt 133 f.!E
'ttç onoiEç tbtat'tÉproç anÉK't11O"av b11f.100"tEU't11Kav O"'ta llpaK'ttKa 0"'t11 O"Uf.!f.!E'tOXi] vÉrov 'ta O"uvÉbpta aU'ta y ta

avaKOtvroO"EtÇ, 'tOU LUVEbpiou. Kat 0"'t11

Ava<pÉpe11KE <Jllf.!aO"ia nou npo~oÀi]

Ent<J't1lf.10vrov

't11 YPi]YOP11 Kat ÉYKUP11

'trov EntO"'t11f.!oVtKrov EÇEÀiçEroV O"'tov 'tof.!Éa.

29

H Ka TIavaytorrou napouaiaa£ Ta npaKTtKa TOU~' LUV£bpiou Ta onoia JloÀtç £iXav KUKÀo<popi]a£t. L£ aUTa n£pt£Ài]<p811aav 88 avaKOtVWa£tç ano TtÇ 100 nou £iXav napouataaT£i aTl1 A£uKroaia. En£ai]Jlav£ OTt napa TO £upu <paaJla nou KaÀunTav Ot avaKotVwa£tç, i1Tav KaTa<pavÉç TO n£ptoptaJlÉVo £Vôta<pÉpov yta OptaJlÉVouç TOJl£iç Kat optaJlÉV£ç n£ptoÔouç Ti1Ç£ÀÀl1VtKi1ç yÀwaaaç. Q K. KÀaipllç un£v8uJlta£ Ta aTaTtaTtKa aTotx£ia TOU napovToç Luv£ôpiou nou ava<pÉpOVTat Kat aTO T£ÀtKO TIpoypaJlJla nou ôtav£Jli]81lK£ aTouç auvÉôpouç. Ano TtÇ 160 avaKOtVwa£tç 46% napouatasOVTat aTa £ÀÀllVtKa, 33% aTa ayyÀtKa, 18% aTa yaÀÀtKa Kat 3% aTa tanaVtKa. 'Qaov a<popa TtÇ8£JlaToÀoytKÉÇn£ptOXÉç nou 8a £nt8uJloua£ va n£ptÀll<p80uv aTa Jl£ÀÀovTtKa auvÉbpta allJl£iroa£ TO Y£VtKOT£pO8ÉJla Ti1Ç £na<pi1ç yÀroaawv, TO 8ÉJla Ti1Ç £na<pi1ç Ti1Ç £ÀÀllVtKi1ç aÀÀ£ç yÀwaa£ç nou JltÀtOUVTat Tllv EÀÀaôa, Ka8wç Kat Jl£ a
Ta npO~Ài1JlaTa Ti1Ç £na<pi1ç Ti1Ç £ÀÀllVtKi1ç Jl£ TtÇ yÀwaa£ç TllÇ Ka8£ xwpaç onou unapx£t £ÀÀl1Vo<provl1 Jl£tOVOTllTa, npO~Ài1JlaTa ôtyÀroaaiaç K.À.n. LUSl1Ti]811K£ KaT' apxi]v TO 8ÉJla Ti]Ç n£ptObtKOTl1TaÇ TOU auv£bpiou, avaKOtVWa£rov Jl£ 11 bUVaTOTl1Ta aVTtKaTaaTaal1ç «nOaT£p», 11 auvÉxtal1 i] OXt TOU 8£aJlou TroV npoaK£KÀl1JlÉVrov OJltÀl1TWV, 0 apt8Jloç TroV napaÀÀi1Àrov auv£bptWV, Ka8wç 0 apt8Jloç TroV OJltÀl1TWV au~av£Tat, 11 avaYKatoTl1Ta £ntÀoyi]ç avaKOtVWa£rov.

E8iYl1aav £nial1ç £KÔOTtKa8ÉJlaTa, Kupiroç noa£ç avaKotVwaEtç 8a Jlnopouaav va ôl1Jloat£uOVTat Kat aE nOta ÉKTaal1, 11 napaÀÀl1Àl1
ÉKôOal1 vÉrov £YKUprov nEptOÔtKWV, 11 £KÔOTtKi] £ntTponi], 11 Ôl1Jltoupyia

£voç JlOVtJlou £ntaTllJlOVtKOU aUJl~ouÀiou nou 8a ~01180UaE TOUÇ ôtOpyavroTÉç Ka8£ auv£bpiou, 11 btaÔOal1 TroV auvEbpirov aTOV N Éo KoaJlo Kat aTtç xwp£ç Ti]Ç A vaToÀtKi]Ç Eupwnl1ç. Ano<paa£tç yta Ta avroTÉpro 8ÉJlaTa Ka8wç Kat 11 ava8£al1 TOU £noJlÉVou auv£ôpiou £Ài]<p811aav KaTa 1'11Y£vtKll LUVÉÀ£Ual1, 1'0 La~~aTo 15 L£nT£Jl~piou.

,

A VVU

TIUVUytcOTOU-

T ptUVTU<pUMOTCOUÂOU

30

lIP AKTIKA Tm: rENIKIŒ

1:YNEAEY1:H1:

'TOU50u Â1E9vouç 1:uvEôpiou EMllV1KllÇ rÀcoaaoÀoyiaç (1:opP6vvll, 13-15 1:E1t'TEf.1Ppiou 2001)

ITpOEbpOÇ

TT)Ç fEYtKi]Ç

LUVÉÀEUcrT)Ç OpicrTT)KE 0

KaST)YT)Ti]Ç 0 15

K. Xpi]crTOÇ KÀaipT)ç Kat ypaJlJlaTÉaç Eni TroV ITpaKTtKrov K. XptcrTO<pOpOÇ XapaÀaJlnaKT)ç. H f .L. ÉÀa~E xropa TO La~~aTO LEnTEJl~piou
@ÉJlaTa

2001 crTOAJl<pteÉaTpO Liard,
TT)Ç HJlEpi]crtaç bUITaçT)ç :

10-12 n.Jl.

1. ITÀT)po<popT)crT) ta Ta ITpaKTtKa. y 2. ITpoTacrEtç y ta TOVTono btEçayroyi]ç TOU EnOJlÉVOULUVEbpiou. 3. ~tOpyavfficrT) TOU LUVEbpiou ava btETia i] TptETia. 4. ITpoTacrEtç - tbÉEÇ y ta Ta EnOJlEYa LUVÉbpta - ~OJli] Kat
opyavrocrT) TOU LUVEbpiou.

1. 0 ITpOEbpOÇ

TT)Ç f .L. ava<pÉpST)KE

crTO SÉJla TroV ITpaKTtKrov

TOU

LUVEbpiou,

Ta onoia

ea EKbOeOUV apXÉç TOU 2002.

Ot EpyacriEç

ea

ÉXouv ÉKTacrT) 4 crEÀibrov Kat npÉnEt va ÉXOUV KaTa'tEeEi roç TOV N OÉJl~ptO TOU 2001, JlE ~acrT) TtÇ npObtaypa<pÉç nou ea O"TaÀouv crTOUÇ cruVÉbPOUÇ. H TtJli] TOU Épyou, crUVOÀtKi]Ç ÉKTacrT)ç 700 nEpinou crEÀibrov, ea KUJlaivETat yupro crTa 60 EUpro. AUTi] ea Eivat Kat T) JlOVT) Ent~apuvcrT) TroV LUVÉbprov, Ot onoiot bEY nÀi]procrav Éçoba crUJlJlETOXi]Ç crTO LUVÉbptO. H K. M. KaTcroytaWou ÉKbocrT) TroV TIpaKTtKrov crE CD, 0 K. G. Drachman npoTEivEt TT)V npoTEivEt va Journal of

EKbOeOUV,JlE EntÀoyi], crTOVBenjamins,
Warburton Greek Linguistics Kat rÀw(J(JoÀoyia.

EYro T) K. Etp. <DtÀtnnaKT)-

ToviÇEt OTt ÉXOUVnpOTEpatOTT)Ta Ta nEptObtKa

2. LXETtKa JlE TOV Tono btEçayroyi]ç 'tou 60u LUVEbpiou 0 K. G. Drachman npOTEivEt TO PÉSUJlVO, 0 K. Méndez Dosuna TT) LaÀaJlaVKa, 0 K. f. T crEpbaVÉÀÀT)ç, JlÉPOuç TOUK. Br . Joseph, TO EK Ohio Kat T) K. Civjan - Mikhailova TT)Mocrxa. ~tEUKptviÇETat OTt 0 K. Br. Joseph bEY ea EYoXÀT)eEiav ano<pacricrEt aÀÀtroç T) f.L.,
KaTavorovTaç TtÇ bucrKOÀiEÇ btEçayroyi]ç TOU LUVEbpiou cr'tT)VAJlEptKi] (auçT)JlÉVa ÉçOba JlETaKivT)crT)çTrov crUVÉbprov K.a.). H K. f. KaTcrtJlaÀi] EntXEtpT)JlaTOÀOYEi unÉp TOU PESUJlVOU. 0 K. f. MnaJlntVtroTT)Ç auvT)yopEi unÉp TOU PEeUJlVOU, ToviÇoVTaç OTt TO JlEeEnOJlEYO

31

I.U~eEnOJlEYO LUVtÔptO

TO xproaTaJlE

aT11v Ianavia,

11 onoia

tXEt JlEyaÀ11

napaôoa11 aTtç KÀaaatKtç Kat VEOEÀÀ11VtKtÇ anouôtç. 'YaTEpa ano apKETll aUÇllT11a11 YKpivETatroç Tonoç ÔtE~ayroYllçTOU60u LUVEÔpiou E TO pteUJlVO. YnllP~av 3 anoxtç. T11 Ôtopyavroa11 avaÀaJl~avEt 0 T oJltaç Kat TO EpyaaTllpto fÀroaaoÀoyiaç, JlE unEUeUV11 T11v K. f. KaTatJlaÀll Kat roç XPOVoç ÔtE~ayroYllç opiÇE'tat 0 LEnTtJl~ptOç TOU2003.
3. H ÔtE~aYCOYllTOU LUVEÔpiou KpivETat aKOntJlO va yivETat KaeE ÔUO XPovta. 0 K. Xp. KÀaip11ç antaupE 't11v npoTaa11 TOU va yivETat ava TptETia.

4. Qç npoç T11ÔOJlll Kat opyavroa11 TOU LUVEÔpiou tytVE apKETll aUÇllT11a11. K. A. TIavaytroTou eEropEi avaYKaia T11v EntÀOYll TCOV H avaKOtvroaErov. 0 K. G. Drachman npoTEivEt 4 auvoÀtKa 11JltpEÇ. H K. A. AvaaTaataÔ11 eEropEi apKETtç TtÇ 3 11JltpEÇ, av UtOeET11eEi11 npaKTtKll TroV posters. 0 K. Xp. KÀaip11ç ToviÇEt OTt Ta posters ÔEY Eivat unoôEtaTEpa TroVavaKOtvroaErov Kat OTt ÔEYnptnEt va yiVEt aE KaJlia nEpinTroa11 a~toÀoY11TtKll aT11yoptonoi11a11.0 K. Ln. Moaxovaç K Eivat EYavTiov TroV posters. H K. Ayy. <I>coTonouÀouEpcoTa av Ta posters Jlnaivouv KaVOVtKa aTa TIpaKTtKa. H K. A. AvaaTaataÔ11 anav'ta KaTa<paTtKa. 0 K. Eu. TIETpOUVtaç eEropEi avaYKaio va Ô11Àrovouv notoi etÀouv va ÀaJl~avouv Jltpoç JlE posters aTO auvtôptO Kat va avaypa<pETat aTo TIpoypaJlJla, 0 K. f. AVôpoUTaonoUÀoç npoTEivEt va OptaTEi Jlia ropa KaeE anOYEUJlayta T11vnapouaiaa11 TCOV posters, 0 K. M. <I>oupaK11Çava<ptpETat aE 'tEXVtKllÇ <puaEroç npo~ÀllJlaTa, JlE ~aa11 T11vEJlnEtpia TOUano TOOhio State University. H K. AtK. N tKoÀaîô11 npoTEivEt va yivoVTat TO avroTEpo 'tpEtÇ napaÀÀ11ÀEç auvEôpiEÇ. H K. M. L11<ptavou ToviÇEt OTt nptnEt va
EYeapUvETat Kat va EYtaxuETat 11aUJlI:lEToXll JlETan'tUxtaKrov <pOtT11TroV. H K. E. TIavaptTou npoTEivEt va yivETat Jlia JlOVO avaKoivcoa11 ÔEKTll y ta KaeE auvEÔpo. 0 K. Xp. KÀaip11ç avt<pEpE OTt ano TtÇ 197 Eta11YllaEtç tytvav ÔEKTtÇ 180 Kat EntallJlaVE T11v aU~l1a11 'tou apteJlOU TroV yÀroaaoÀoyrov ano T11 ÔEKaETia TOU 1960 K.E. E~t<ppaaE 'ttç EuxaptaTiEç TOU aTouç auvEpyaTEç TOU, tÔtaiTEpa aT11v K. E. MtxonouÀou, y ta T11 aUJl~oÀll TOUÇ aT11v apTta ÔtE~aYCOYll 'tOU LUVEÔpiou, EYro 11 K. <I>tÀtnnaK11-Warburton EuxapiaT11aE E~ OVOJlaTOç oÀrov 'trov LUVtÔprov TOV Kae11Y11Tll K. Xp. KÀaip11 y ta Tl1V a'VoYl1 Ôtopyavcoa11 TOU LUVEÔpiou, TtÇ nOtKiÀEÇ ÔtEUKoÀuvaEtç, ôEinva, Kat Tl1 YEVVatoôroPl1 YEYtKa npoa<popa TOU. Ta Enial1Jla

32

COMMUNICATIONS ANAKOINU~EI~