//img.uscri.be/pth/1a1318c9b019d6d3bda6d6222e0910d824558033
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Renouvellement social, renouvellement langagier dans l'Algérie d'aujourd'hui

De
172 pages
Il est un phénomène linguistique que l'on observe depuis peu en Algérie qui est celui de la prolifération d'unités lexicales hybrides arabo-françaises. L'ouvrage se propose de présenter non seulement le phénomène mais de l'inscrire dans le contexte qui lui a donné naissance. La création lexicale hybride est un mot-témoin qui raconte une situation, une époque, une génération.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Renouvellement social, renouvellement langagier dans l'Algérie d'aujourd'hui

Histoire et Perspectives Méditerranéennes Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Dans le cadre de cette collection, créée en 1985, les éditions L'Harmattan se proposent de publier un ensemble de travaux concernant le monde méditerranéen des origines à nos jours.

Déjà parus
Marcel BAUDIN Hommes voilés etfemmes libres: les Touareg, 2008. Belaïd ABANE, L'Algérie en guerre. Abane Ramdane et les fusils de la rébellion, 2008. Rabah NABLI, Les entrepreneurs tunisiens, 2008. Jilali CHABIH, Lesfinances de l'Etat au Maroc, 2007. Mustapha HOGGA, Souveraineté, concept et conflit en Occident, 2007. Mimoun HILLALI, La politique du tourisme au Maroc, 2007. Martin EVANS, Mémoires de la guerre d'Algérie, 2007. Tarik ZAIR, La gestion décentralisée du développement économique au Maroc,2007. Lahcen ACHY et Khalid SEKKA T, L'économie marocaine en questions: 1956-2006, 2007. Jacqueline SUDAKA-BENAZERAF, D'un temps révolu: voix juives d'Algérie, 2007. Valérie ESCLANGON-MORIN, Les rapatriés d'Afrique du Nord de 1956 à nos jours, 2007. Mourad MERDACI, Enfants abandonnés d'Algérie. Une clinique des origines, 2007. Ahmed MOAT ASSIME, ltinérances humaines et confluences culturelles en Méditerranée, 2006. François CLÉMENT, Culture Arabe et Culture Européenne, 2006. Vincent STAUB, La Libye et les migrations subsahariennes, 2006. Ahmed MOAT ASSIME, Langages du Maghreb face aux enjeux culturels euro-méditerranéens, 2006. Ahmed MOAT ASSIME, Dialogue de sourds et communication langagière en Méditerranée, 2006. Serge LA BARBERA, Les Français de Tunisie (1930-1950), 2006. Pierre-Alban THOMAS, Pour l'honneur de l'armée. Réponse au général Schmitt sur la guerre d'Algérie, 2006. Maâmar BENGUERBA, L'Algérie en péril, 2006.

c. Yatnina BENMAYOUF

Renouvellement social, renouvellement langagier dans l'Algérie d'aujourd'hui

L'Harm.attan

L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique;

@

75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattanl @wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-06267-2 EAN : 9782296062672

À mes parents

INTRODUCTION Il est un phénomène linguistique que l'on observe depuis peu en Algérie qui est celui de la naissance, de la création d'unités lexicales nouvelles hybrides formées de deux composants, l'un relevant de la langue française, l'autre de la langue arabe. Nouveauté mais surtout prolifération sont les deux termes susceptibles de caractériser la situation que l'on tente de décrire. Notre première préoccupation sera celle de la datation, de la date de naissance du phénomène dans sa globalité et celle de chacune des unités lexicales nouvellement créées. A cette question qui mérite une recherche basée sur une enquête rigoureuse, nous ne pouvons apporter dans le cadre de ce travail qu'une réponse approximative mais probablement très proche de la réalité et qui consiste à dire que le phénomène que l'on entreprend de présenter et d'analyser a commencé au début des années quatre vingt (1980) et qu'il s'est amplifié considérablement durant la décennie noire pour s'atténuer actuellement relativement. Comment interpréter cette dynamique lexicale du point de vue linguistique d'abord, historique, sociologique, politique et psychologique ensuite puisqu'il est impossible de dissocier les manifestations, les pratiques linguistiques des locuteurs qui les ont réalisées, utilisées, colportées, du contexte dans lequel les locuteurs s'inscrivent obligatoirement. Une remarque préliminaire s'impose cependant: Si la prolifération des innovations lexicales hybrides arabofrançaises est un fait établi, on relève parallèlement et dans les mêmes circonstances le même phénomène mais qui aboutit à la formation d'unités lexicales nouvelles non hybrides, arabes exclusivement. Comment interpréter ces deux dynamiques? quels locuteurs sont impliqués dans l'une ou l'autre démarche (création et/ou utilisation) ? Peut-on émettre l'hypothèse que les innovations hybrides

8 arabo- françaises sont le produit de locuteurs bilingues et donc une manifestation du bilinguisme et de son évolution en Algérie, du contact des deux langues incriminées en Algérie alors que les autres sont le fait de locuteurs monolingues arabophones? ou bien s'agit-il de réalisations des mêmes locuteurs, de messages complémentaires? et de quel(s) message(s) ? Dans ce travail, seules les innovations lexicales arabofrançaises feront l'objet de notre réflexion qui s'articulera autour des questions suivantes: - d'abord des préoccupations d'ordre théorique - ensuite l'analyse de la situation historique avec l'évocation des évènements les plus marquants de l'histoire de l'Algérie contemporaine qui ont conditionné sa situation linguistique et par conséquent sa dynamique. - enfin l'évocation de la situation sociale qui permet une ébauche de compréhension des motivations psycholinguistiques des locuteurs et par voie de conséquence une interprétation du phénomène relevé. Toutes ces considérations trouvent leur prolongement logique dans la présentation d'un ensemble de nouveautés lexicales collectées, néologismes mais aussi mots-témoins d'une époque et d'une société. Sur le plan théorique, nous trouvons dans la littérature consacrée à la description des innovations lexicales une multitude de termes pour désigner non seulement le produit lexical nouveau mais aussi le processus linguistique qui aboutit à ce produit. On parle tantôt d'innovation tantôt de néologisme et de néologie, tantôt de nouveauté, tantôt d'argot. Le "jargon" est un terme que l'on exclut d'office de notre démarche puisqu'il désigne un technolecte, mot à fonction cryptique, c'est-à-dire une langue d'un groupe dont les membres ne désirent pas être

9 compris des autres. L'innovation lexicale désigne l'unité nouvelle de création récente et dont l'existence n'est attestée ni dans le passé ni dans les textes ni dans les dictionnaires. Innovation dans le mot? dans le procédé? dans le signifiant? dans le signifié? dans le référent? La nouveauté qui concerne le surgissement de quelque chose qui n'existait pas auparavant est associée au sentiment de la nouveauté. Le nouveau désigne donc tantôt la création tantôt le récent. On peut également se demander s'il s'agit d'une création nouvelle ou d'un emploi nouveau. On distinguera enfin l'hapax, qui désigne un mot créé et non réemployé, du néologisme qui est un mot créé mais employé et réemployé. S'agissant du néologisme, toutes les théories et les différentes approches (générativiste, transformationnelle et fonctionnaliste) s'accordent pour affirmer que la néologie est un processus par lequel toute langue enrichit continuellement son lexique afin de répondre aux exigences de l'évolution du monde (mode de vie, sciences, mentalités, etc.), qu'elle fonctionne conformément au système de la langue qui évolue et donne naissance aux néologismes provenant uniquement des différentes modifications apportées par le système aux unités lexicales usitées, qu'elle est étroitement liée à la vie de la communauté linguistique puisqu'elle traduit et enregistre tous les changements vécus par la communauté. C'est pourquoi on ne peut traiter de la néologie sans soulever les multiples aspects qui assurent sa raison d'être. S'agit-il d'un argot? auquel cas comment définir l'argot? Pour y répondre nous reprendrons à notre compte les propos, la définition de Tullio de Mauro cités par J-L Calvet pour qui "le plurilinguisme interne" à une langue serait "constitué de variations diastratiques (relatives aux strates sociales) diatoniques (relatives aux lieux) et diachroniques (relatives aux générations). C'est de ce point

10 de vue qu'il convient de considérer l'ensemble des phénomènes lexicaux que l'on regroupe sous le terme vague et fédérateur d'argot, comme un ensemble de variations qui, selon le cas, peuvent relever du diastratique, du diatonique ou du diachronique... la créativité lexicale repose sur les mêmes lois, les mêmes principes, qu'elle se manifeste dans le vocabulaire général ou dans le vocabulaire argotique. De plus du point de vue platement, purement linguistique, l'argot n'existe pas. On savait depuis longtemps que même en tournant dans tous les sens un corpus dit argotique, on n'arriverait pas à en tirer une syntaxe ou une phonologie différentes de la langue générale et pour sauver l'autonomie de l'argot, il ne restait que le lexique... Selon Guiraut, ajoute J-L. Calvet, du point de vue lexicologique, l'argot ne se distingue en rien du vocabulaire général. Seul le distingue le regard des autres c'est-à-dire la norme ou le purisme. Lorsque nous parlons d'argot il faut donc retenir qu'il ne s'agit pas de langue mais de lexique. Il suppose la connaissance des techniques de la créativité de la langue dont il puise ses éléments» 1. Enfin nous faisons une nette distinction entre les nouveautés ou innovations qui affectent les unités lexicales par ignorance de la langue, par insuffisance de compétence et que nous qualifions d'écart par rapport à la norme, des innovations qui partent d'une situation et d'une motivation différentes, celle d'une action sur la langue, de la dénomination d'une réalité, celle de la signalisation d'une réalité nouvelle, de l'innovation lexicale qui devient témoin d'une époque.

1. Jean Louis CALVET, "L'argot comme variation diastratique, diatropique et diachronique", in Langue française, n° 91.

Il Si de telles définitions ou rappels concernent l'innovation lexicale qui implique le recours à une seule langue, la créativité à l'intérieur d'une langue donnée, qu'en est-il lorsqu'il s'agit d'innovations lexicales hybrides qui engagent deux langues en l'occurrence l'arabe et le français? Comment nommer ce vocabulaire? quelle nationalité attribuer à l'unité lexicale hybride? française? arabe? algérienne? s'agit-il d'un français arabisé? d'un arabe francisé? d'une tentative de fusionner les deux langues? Dans quel dictionnaire pourrait-on intégrer ce genre d'unités nouvelles? dictionnaire de français? d'arabe ou dictionnaire nouveau à créer? Quel alphabet utiliser pour transcrire ces unités nouvelles? le latin? l'arabe? les deux? et comment concilier les deux sur le plan de la transcription graphique? Quels problèmes de transcription cela pose-t-il ? problèmes sûrement inconnus jusqu'ici puisque la situation est sans précédent. En effet les problèmes classiques liés à la transcription de l'emprunt ne sont pas ceux que soulèvent les innovations lexicales hybrides. L'innovation concerne-t-elle l'oral, l'écrit? plutôt l'un que l'autre ou les deux à la fois? Adoptons l'expression désormais consacrée de "francalgérien" pour désigner l'ensemble de ces innovations hybrides. Le mot "francalgérien" comme la réalité linguistique qu'il désigne est également relativement nouveau et récent. Ce terme de création, d'emploi récent est à mettre en relation avec un autre terme celui de "franco-algérien" qui désigne le statut d'une population résidant en France ou en Algérie, qui bénéficie d'une double nationalité algérienne et française à la fois pour des raisons multiples et que l'on peut deviner essentiellement historiques et personnelles. On ne manquera pas de relever la similitude des situations linguistiques et humaines.

12 Sur le plan formel, on peut se demander si l'on peut relever dans ces innovations lexicales hybrides des procédés nouveaux de formation des mots ou des sens nouveaux ou si au contraire cette variété (d'arabe ou de français ?) s'inscrit directement dans l'histoire de la langue (arabe ou française) en forgeant ses innovations par des procédés parfaitement traditionnels. Si les techniques utilisées en français pour une innovation lexicale sont désormais bien connues et parfaitement inventoriées à savoir la métonymie, la catachrèse, la métaphore, la polysémie, l'euphémisme ou la litote pour l'innovation sémantique et la composition, la troncation, la siglaison, la dérivation ou la combinaison de ces procédés pour l'innovation formelle, si également en arabe le procédé de fabrication des mots nouveaux fait appel aux notions de racine et de schème, peut-on affirmer que les néologismes hybrides que nous décrivons utilisent les procédés des deux langues? avec quelle distribution? quelle prédominance? quelle fonction et pourquoi? Ajoutons enfin que les innovations lexicales hybrides qui nous intéressent se comportent comme n'importe quel autre mot de la langue c'est-à-dire avec une certaine distribution. En effet une lexie a pour fonction première de baptiser une chose, une action, une idée en lui imposant un nom susceptible d'être mémorisé et ajouté au stock lexical collectif et individuel mais adopter une lexie nouvelle c'est non seulement associer un signifiant à un signifié et à un référent, mais aussi intégrer des informations grammaticales (genre, classe grammaticale, flexion dérivationnelle) et conditions d'emploi (niveau de langue, connotation etc). Aussi le classement de ces néologismes doit tenir compte de cette distribution et de la fréquence de certains procédés par rapport à d'autres. A la caractérisation formelle des innovations lexicales hybrides s'ajoute non seulement la question de leur

13 émergence mais aussi celle de leur devenir. Si l'on se fie à notre intuition et à défaut d'une étude rigoureuse diachronique, on peut affirmer déjà que plusieurs innovations lexicales qui ont vu le jour durant la décennie noire, celle du terrorisme et de la barbarie, de la violence et de la douleur, ont déjà disparu ou en voie de disparition à cause de la disparition de la réalité qu'ils nomment et de la tendance humaine de retirer de la mémoire tout ce qui rappelle la souffrance et la douleur. Mes étudiants, à l'université de Constantine, sont soumis d'année en année à un exercice pour apprécier le devenir de ces mêmes innovations hybrides et les conclusions du sondage militent dans les années 90 en faveur de la disparition de certains néologismes et de la survie d'autres néologismes. Exemple d'unité quasiment disparue [nind3a] commando anti-terroriste contraint de porter des cagoules pour ne pas être identifié et être l'objet de représailles; exemple d'unité en voie d'oubli: "404 bâchée" pour désigner le voile porté par les femmes, voile dans sa version la plus austère porté durant les moments les plus violents de l'islamisme sous l'influence d'un environnement particulièrement contraignant. Seule une enquête pourrait faire un relevé aussi complet que possible des néologismes des trois dernières décennies et tenter de connaître le devenir de chaque innovation. L'histoire de chacune de ces innovations pourrait à son tour, tout comme l'ensemble du capital lexical néologique qui nous intéresse être révélatrice à plus d'un titre des changements qui affectent la réalité algérienne. Il y a donc une distinction à faire entre les néologismes ponctuels et les néologismes non ponctuels qui, eux, s'intègrent dans la langue durablement. On ne peut donc en évoquant la question des innovations lexicales, hybrides dans notre cas, faire l'économie ou l'impasse sur la question de la datation, de l'évolution ou du devenir, de l'utilisation brève ou longue, de l'intégration partielle ou non. Les néologismes qui durent posent la nécessité de traiter de leur diffusion rapide ou lente, temporaire ou durable dans

14 l'espace géographique et humain mais aussi des limites et des obstacles. Enfin, selon le point de vue auquel on se place, on peut dans le cadre de cette présentation évoquer, par le biais des innovations lexicales hybrides, la question de la dynamique de la langue française en Algérie ou plutôt celle de la langue arabe ou plutôt celle des deux langues, qui se fait dans le sens de leur rencontre, de leur hybridation tout au moins sur le plan lexical. Considérons qu'il y a là une nouvelle tendance du français en Algérie qui va dans le sens de la fusion avec la langue arabe. De nombreux travaux ont été consacrés à la caractérisation de ce français d'Algérie, de l'Algérie d'après l'indépendance. Les phénomènes que l'on a décrits sont ceux que l'on observe en situation de contact de deux langues ou de bilinguisme à savoir l'emprunt à tous les niveaux de structuration de la langue, l'interférence, le calque, le code switching. Ces manifestations ont largement été décrites et quantifiées. Désormais on sait que la diversité des échanges entre deux langues en contact dépend entre autres de la durée de ce contact. Or en Algérie la prolifération des néologismes hybrides est à mettre en relation avec le temps, la durée de ce contact désormais long de deux siècles, ce qui n'est pas sans conséquences autant sur le plan linguistique que sur le plan du comportement des locuteurs bilingues algériens. Ce sont donc ces considérations autant endogènes qu'exogènes qui expliquent l'évolution du français en Algérie et sa tendance actuelle à vouloir "fusionner" avec la langue arabe, du moins sur le plan lexical. Peut-on parler de créolisation ? même si le terme reste impropre quand il est question d'évoquer une situation relevée dans le monde arabe.

15 Ce travail est d'abord le résultat d'une attention portée à la réalité linguistique, au bilinguisme en Algérie dans ses manifestations linguistiques, sociales et psycholinguistiques. Il est le fruit d'une observation quotidienne, année après année, de la naissance et parfois de la mort de ces innovations lexicales ainsi que du comportement qui est associé à leur utilisation ou à leur refus d'utilisation. Aussi dans ce travail je tenterai d'évoquer d'abord la situation historique et politique de l'Algérie contemporaine du moins à travers l'indépendance date charnière et à travers les changements intervenus à sa suite. Impossible de comprendre le présent sans se référer à l'Histoire proche. L'histoire de l'Algérie, c'est également la situation linguistique avant et après l'indépendance et la relation qu'il y a entre le politique et le linguistique. Enfin, les locuteurs que sont les Algériens qui sont les créateurs et les utilisateurs de ces innovations, se caractérisent par des représentations collectives ou individuelles, des considérations d'ordre psycholinguistique. Un inventaire de ces néologismes suivis de leur définition sera proposé et nous expliquerons en quoi ces unités lexicales jettent un éclairage particulier sur la réalité algérienne d'aujourd'hui.

SITUA TION LINGUISTIQUE A LA VEILLE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE EN 1962
Afin de comprendre la situation linguistique telle qu'elle se présente aujourd'hui, il est indispensable de faire un rappel historique en retenant deux dates charnières, celle de l'occupation de l'Algérie par la France en 1830 et celle de l'indépendance nationale en 1962.

1. Rappel historique
Notre propos n'est pas de traiter dans le détail les circonstances d'introduction de la langue française en Algérie, son extension, le rôle que cette langue a joué dans la vie socio-économique de l'Algérie colonisée, son statut en tant que langue officielle durant les 130 années de présence coloniale ainsi que la concurrence qu'elle a exercée aux deux autres idiomes à savoir l'arabe et le berbère, mais de rappeler que le français a été introduit en 1830 avec la conquête militaire de ce pays. A la veille de 1830, date de l'invasion de l'Algérie, les contacts entre les langues arabe et berbère et la langue française se limitaient à ceux des corsaires et des marchands qui bordaient la Méditerranée et qui entretenaient uniquement des relations de négoce. Au lendemain de 1830, date charnière, la langue française s'est imposée tout naturellement avec l'arrivée de l'armée française et des militaires qui avaient pour mission de consolider les positions conquises par la France en attendant l'implantation de populations venues de métropole. Nous savons que la conquête militaire a été suivie d'une importante immigration de la population métropolitaine, importante numériquement, qui a accru les