//img.uscri.be/pth/debf660843822e71f2c14b07367ad22ff04644c8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Yalla ! Méthode d'arabe libyen

De
186 pages
Cette méthode est le résultat de vingt-cinq années de rencontres avec des amis libyens qui ont eu à coeur de lui faire partager la richesse de leur langue. Le cheminement proposé permet de s'y initier sans passer par l'apprentissage de l'alphabet arabe. Quatorze leçons, suivies d'un lexique bilingue, permettent de faire face à la plupart des situations quotidiennes, tout en découvrant de nombreux aspects de la culture libyenne au travers d'un choix de scènes prises sur le vif, de proverbes, de chansons populaires et d'extraits d'émissions de radio.
Voir plus Voir moins

Yalla !
Méthode d'arabe libyen
(Tripolitaine et Fezzân)

<Ç) 'Harmattan, L ISBN:

2003

2-7475-5230-6

Jean-Loïc Le Quellec

Yalla

!

Méthode d'arabe libyen (Tripolitaine et Fezzân)

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L 'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L 'HarmaUan ltalia Via Bava, 37 10214 Torioo ITALIE

Ouvrages du même auteur L'Art rupestre du Fezzân septentrional (Libye), Widyân Zrêda et Târût (Wâdi esh.-Shâü), 1987. Légendes et Rumeurs. Alcoolde singe et liqueurde vipère, 1991. Le Marais Poitevin, de l'eau et des hommes, 1991. Symbolisme et art rupestre au Sahara central, 1993. Dictionnaire des noms de lieux de la Vendée, 1995. Peüt dicüonnaire de zoologie mythique, 1996. La Vendée légendaire et mythologique, 1996. L'ABCdaire des déserts, 1997. Art rupestre et préhistoire du Sahara, 1998. Tableaux du Sahara, 2000. Par vents et par mots, 2001. Et à paraître: Pierres tatouées. Arts rupestres et mythologies en iVrique. Dictionnaire critique de mythologie (avec Bernard Sergent). Les Maisons du désert.

y.~ of ~J J;' of ~

..

.. ..

.;;

~
-

c.r-:' J
"

-

'-J
~

..as.

J C.
'-F:

~f~fJI

;1

;_0".

~u .,
6.

~f)1

;0.'. ~o:l

(~fj

Ma richesse, c'est mon esprit, ma noblesse, c'est mon idéal; Je ne suis pas affranchi, je ne suis pas arabe, Et s'il me fallait décliner ma filiation, je dirais que mes ancêtres, c'est ma culture.
(Anonyme turc, iranien ou persan du VIlle ou IXesiècle)

Prononciation
a,ë b t j ~h h d I
u

ü~
C-

Toutes les lettres se prononcent, et il faut bien faire entendre les lettres doubles. Dans le système de transcriptlon adopté ici, les lettres pouvant faire diffi. culté pour les locuteurs français sont les suivantes :

t
t
i:>

Ibl est une spirante fricative sourde qui équivaut à la JOta espagnole.

C /0/

est un souffle court émis dans la position de la voix chuchotée.

:>
..) )

r
z S S

...) IrI est fortement roulé, comme en italien. 191 est le Irl parisien grasseyé.

t

LJ'"

UO Isl «emphatique» .1 It/ «emphatique»

($) et (Upeuvent se prononcer

en

v

...

s d

UO
\..P

t z 3

1, J;

gonflant légèrement les joues et en aplatissant un peu la langue. J; I~I est une lettre «emphatique» (spirante mterdentale vélarisée) généralement prononcée comme IQ/. 131 est une spirante fricative sourde... à apprendre par imitation patiente.

t

t
u
J
ëJ

9
f
g, q k

t

I m
n
h
W, Ü, 0 y, i ,

J

J I qI se prononce le plus souvent I 9/ mais dans certains mots, on préfère parfois articuler cette fameuse «occlusive arrière-vélaire sourde avec occlusion simultanée du larynx», dont la réalisation peut poser problème à certaines personnes... C'est ainsi qu'on dira indifféremment ma3gül ou ma3qül, mot qui signifie «raisonnable, croyable, acceptable ». It Ihl est un Ihl aspiré. ~ équivaut normalement au Ithl anglais, mais en Libye, il est prononcé It/, et plus rarement Isl (influence turco-égyptienne). On dira ainsi matalan ou masalan, «exemple ». I u I est à prononcer comme le fiançais lou/. lël est comme le français lél ou /è/. I a I est plus ouvert que Ie Ia I français, et se trouve plutôt à mi-chemin de laI et de Iè I .

r
CJ
.-

..J l.S c:.

a, i, e, 0, U : voyelles

brèves.

a, i, ë, 0, Ü : voyelleslongues.

9

Leçon I
1 - Dialogue:

- tfaddal boss! (h)? - al-Iah yafad~al3aleyk ! kef Qslek - ahlan ! sinu Dalek? kif Qale$-~gar?
(a),

- el-IJamdu-I-lah ! kif Qal 3ammi-I-IJallmaIJmüd ? - el-bamdu Ii-I-Iah! ysallem 3aleyk ! sin tosrob ? sahi walla gahwa? la, la, sukran ! baraka-I-Iahu fik, bdét sahi m-bakri.

-

2 - Traduction:
- Je t'en prie, entre!
- (Allah te donne la grâce) Comment
(les pettts) ?

vas-tu?

- Bienvenue! Comment vas-tu? comment vont les enfants

- Très

bien (à la grâcede Dieu). Comment va notre bon Hajj Mahmoud ? (Comment[est]l'état de mon oncleHajjMahnwud ?) - Très bien (à lagrâcede Dieu).Tu as son bonjour (Ute salue). Que bois-tu: thé ou café? - Non, non, merci (la bénédictionde Dieusur toi),j'a! déjà pris un thé tout à l'heure (plus tôt).

3

- COlDlDentaires

:

(a) tfaçldal: ce mot n'a pas d'équivalent exact en français, et peut être traduit, selon le contexte, par «vas-y», «je fen prie», etc. À une femme, on dit tfaçlçJali, t à un groupe: tfaçlçJalü. e Lorsque quelqu'un survient au cours d'un repas, on lui lance : tfaçlçlal a3na, c'est-à-dire «allez, mange avec nous ». Lorsqu'on m quitte un ami avant de rentrer chez soi, cette même formule sert alors à l'inviter à la maison. 11

(b) Les fonnules de salutation sont très nombreuses, et leurs réponses sont stéréotypées. Elles sont souvent dites très vite, quasiment sans écouter son interlocuteur, qui fatt la même chose de son côté durant ce temps. VoIci les plus utilisées. L'usage vous apprendra que certaines sont localisées à certaines régions, ou sont d'un registre plus familier que d'autres. kifel-oalest la plus neutre, et il vaudra mieux d'abord n'utiliser que celle-là, tout en étant capable de reconnaître les autres. En fait, ces diverses formules sont moins employées dans un souci d'lnfonnatlon, que pour signifier: «Hé, je suis ici, j'existe, parlez-moi!» - et pour boucher les trous des conversations qui tombent un peu et où le silence est craint (c'est ce que les linguistes appellent la fonction «phatique» du langage). Formules de bienvenue: marbaba: bienvenue! et sa réponse quasi obligée: marbabtën! (deuxfoislabienvenue). 'on fait parfois la plaisanterie: maL
rbabtën u nU$~!(deuxfois et demie la bienvenue).

ahlan, ahlan wa sahlan: Bienvenue. ahl est une racine connotant ridée de famille: ahlan signifie donc littéralement «vous êtes de la famille»; sahlanvient de la racine shi qui connote la facilité, l'aise. Salutations : kifel-bal? Comment ça va (comment ['état?) ...et ses nombreuses variantes:
kif Qalek ? Comment vas-tu? (comment ton état?)

kifhat el-awlëd? Comment vont les enfants? kifbal sidek? Comment va ton père? (tonmaître?) kifhat es-saha ? Comment va la santé? . ... kifbal naskum ? Comment va la famUle (vosgens?) kifbal el-a3wëla? Comment va la petite famille? Le mot bal(état)est encore utilisé de la manière suivante: wes OBlek?Comment vas-tu?
bâlek bzeyt? Tu vas bien? (tonétat en bien ?) Dslkum bzeyt ? VOUSallez bien? 12

Autres expressions : kife$-~aba ? Comment va la santé? kifsahtek? Comment va ta santé? kifennek? Comment vas-tu? la saw la sweya? Pas de problème? (pasde mal,pas de pépin) la bës? Pas de mal ?
la bês 31eyk? Pas de mal ? (pas de mal sur toi). in sa-I-Ish la bës? Pas de mal j'espère? (siDieuveutpas de mal). wën jit? Intraduisible (mot-à-mot:où es-tu venu?) - utilisé au Fezzân. wën dyarek? Intraduisible (mot-à-mot: où sont tes maisons?) utilisé au Fezzân. es lanek? De quelle humeur es-tu? (quelleest ta couleur?)
tebrez?

sinu jowek? Dans quelle ambiance es-tu (quelest tontemps?) Tu bournes? Tu gazes?
kif ed-düwa? Comment ça va? (Intraduisible exactement). Aussi: kif ed-dQwa ma3k ? sinu-l-abbAr? Quoi de neuf? (quotles nouvelles?) sinu abbArek? Que deviens-tu (quoites nouvelles?)

mortab? [Es-tu, êtes-vous] tranquille(s)? à l'aise? Quand on rentre dans un endroIt où il y a du monde (magazin, salon ou marbü3a, etc.), on dit: es-salamu 3aleykum! La paix soit avec (sur)vous! La réponse obligée sera:
wa 3aleykum

es-salam! Et avec (sur)vous!

Parfois, on dit: es-salamu 3aleykumwa ralJmatu-I-lah barakAtuh! wa ...mals c'est un peu emphatique. De même, la réponse peut être: wa 3aleykumes-salam wa ralJmatu-I-lah a barakatuh! w ...qu'on abrège souvent en: wa-s-salam-tu-I-Iah! Bien qu'on puisse aussi se contenter d'un laconique:
wa-s-saIAm!

13

Leçon Il
1 - Dialogue:

- gal...wën

- 3adda ila Trablus.
- insa-I-Iàh

bük? zaman ma suftàs

(a,c)

!

- wu matta yarja3 ? (a) ba3d USba3taqriban... mus 3àref bi-(i-(iabet.

(b) ay! yagra fi-j-jàma3 hatta hüwa ... bahi, nestaaden, taws. (a); bërek, musta3ajel hakki ? là ! ma zal badri - ma3Iës... bass 3indi m03ed ba3d sweyya. Nibbi nimsi tawa. (a,c):ma3-s-salàma ! - bàh ! mus muskila - ma3-s-salàma !

-

- wa oak Ibrahim?mus has

(a)

el-kulliya

(b)

?

-

2 - Traduction:
- Dis-donc (dis),où es ton père? [il Y a] longtemps que je ne rai pas vu ! - Il est parti à Tripoli... - Et quand reviendra-t-il? - [Si Dieu veut] après une semaine à peu près, je ne sals pas
(pas sachant) exactement. - Et ton frère Ibrahm, fi n'est JBS eniré à]a faculté (pasenirélafaculté)? - Si (oui)! Il étudie à l'université, lui aussi ausqu~à lui)... Bon, je m'excuse, maintenant, je dois partir (je demande la permission, maintenant).

- Non! C'est trop tôt (encoretroptôt). Qu'est-ce que tu as, (à être] pressé comme ça ?

- Ce

n'est pas grave... mais c'est que j'ai (seulement chez moi)

un rendez-vous dans peu de temps (aprèspeu). Je veux partir, maintenant. - Bon. Pas de problème. Au-revoir! - Au-revoir! 15

3

- COOlOlentaires
- La
négation:

:

(a)

la signifie «non» mus signifie «pas» ou «ce n'est pas» ma [verbe]-s signifie «ne (verbe] pas» Exemples: bahi : bien nimsi: je vais yesallem : il salue tosrob : tu bois bdët :j'ai pris yagra : il étudie nibbi: je veux
-+ -+ -+
-+ -+ ~ ~

mus bahi : [ce n'est] pas bien. ma nimsïs: je ne vais pas. ma yesallems: il ne salue pas. ma tosrobs : tu ne bois pas. ma bdëts: je n'ai pas pris ma yagras : il n'étudie pas ma nibbis : je ne veux pas.

Par ailleurs, lai signifiant «finir, disparaître», ma lai est donc «il n'est pas fini, pas disparu» et, par extension, «il n'est pas encore là, pas encore présent». On pourra donc généralement traduire ma lai par le français «encore ». Exemples: ma lai badri : [il est] encore tôt. ma lai musta3jel: [il est] encore pressé. ma lai sweyya : encore un peu

Avec un verbe à la forme négative, on aura l'équivalent de «pas encore» : ma lai ma bdëts :je n'ai pas encore pris. malai maya~a3s : il ne revient pas encore. malai ma nibbi~:je ne veux pas encore. (b) - Pronoms personnels sujets:

16

(c)

- Phrases

nominales

wen bük? : où [est] ton père? mus muskila : [ce n'est] pas un problème. Comme on peut le constater pour ces deux phrases du dialogue, le verbe «être» n'est pratlquementjamais exprJmé,et les

phrases nominalessont fortpr.tsées. n voiciquelquesexemples: E hakki kways: comme ça [c'est] bien.
wen Ibrahim?: où [est] Ibrahim? hüwa mus bahi : il [n'est] pas bien. anta mortslJ: tu [es] tranquille, bien installé. balek bahi? : ton état [est] bien? (= ça va ?). (d) - Salutations (suite) Heureusement pour votre mémoire, les tournures correspondant à «au-revoir» sont moins nombreuses que celles utilisées au moment de la rencontre. Voici les principales: bi-s-salama: [pars] avec le salut. ma3a-s-salama : id. fi amâni-I-Iâh: [pars] sous la protection de Dieu. Souvent abrégé en : fi ami-i-Ish ! ou : f-ami-I-Iah !

salamat: Salutations. Parfois utilisé lors de la rencontre, mais le plus souvent lors de la séparation des locuteurs. Variante: salamtek! zéna! : intraduisible exactement (zén veut dire «bien, bon »). marbütJa: abréviation de insa-i-IshmarbülJa,«si Dieu veut, profitable», c'est-à-dire: «que le lieu où tu vas te soit profitable». Locution assez campagnarde. tal)yatna: [nos] félicitations t

17

Pour en finir avec les salutations, les comprendre ne peut suffire, il faut encore connaître les réponses à leur faire. Précisions les règles du jeu régissant toute rencontre en milieu traditionnel: serrer la main de son interlocuteur (là aussi, il existe de nombreuses variantes à la banale poignée de main, selon l'âge, le degré de respect ou d'amitié, etc.) tout en lui délivrant une bonne série de salutations variées, pendant que lui fait de même. Ne pas s'arrêter ni pratiquement s'écouter l'un et l'autre, en essayant de «tenir» le plus longtemps possible. Votre manque de pratique et de répertoire fera très probablement que vous serez vite à court, et votre interlocuteur aura donc le dernier mot, ou plutôt la dernière salutation. Vous aurez ainsi «perdu» cette partie, et vous devrez répondre quelque chose... En milieu plus moderne, questions et réponses alternent en se succédant toujours à un rythme rapide. Voici maintenant quelques réponses types: kways: bien. mus kways : pas bien. mus battsl : pas trop mal. mabsOt: heureux. mli~: très bien, gaiement (se rattache à la racine de melat) «sel», d'où ridée de chose plaisante, et aussi de bon mot). mortat): très bien, confortablement. la bës: bien (pasde mal).Surtout employé au Fezzân. hakki: comme ça. hakkiwu hakki : comme-ci comme-ça. ryada: bien (locution fezzanaise intraduisible exactement). nuss. u nuss: moitié-moitié. . .. zâyet : bien bi-zayet: id. zey-z-zeft: vachement mal.

18

N.B.: Toutes ces expressions peuvent être précédées ou suivies de wa-I-Iahi! (<<parDieu t») qui leur donne du poids et constitue un gage de la sincérité de la réponse. Du reste, aywa, qui signifie «oui», est une contraction de ay wa-I-ah
(<<

oui, par Dieu»).

4 - COll1pléJl1ents Nombreux sont les tics verbaux et bouche-trous qui émaillent les discours, et qui vous seront très utiles pour meubler un silence pendant que vous cherchez vos mots... suft kif?: t'as vu ça? (tuas vu comment?).variante plus
rare: suft wën ? : id. (tu as vu où ?).

fahamtni? : tu m'as compris? ya3ni... : c'est-à-dire que... ben... el-Dagiga... : la vérité est que... fi-I-Dagiga. : en vérité... .. bi-n-nesba Iiana... : en ce qui me concerne... ana sahsiyan... : moi personnellement...
bëni wu bënek: entre nous (entre mol et entre toi). tasma3 fiya? : tu m'écoutes? (tu entends dans moi). asma3 fiya ! : écoute-moi! (écoute dans moi).

sin isms? : euh... comment déjà?
isms? : id.

(quoi [est] son nom).

19