Gestion, mode d'emploi

De
Publié par

Un guide pratique original qui alterne théories et exercices, pédagogie et réalité, explications et résumés. Les mécanismes de la comptabilité et de la finance, pivots de la compréhension de la gestion d'une entreprise.

Publié le : mercredi 27 août 2014
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782501098496
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Préambule Avec près de trente ans d’expérience et de responsabilités, aussi bien en entreprise qu’en formation, il me semble pouvoir affirmer que le domaine de la gestion ne m’est pas complètement étranger. Malgré cela – oserai-je l’avouer? –, les mécanismes profonds de la comptabilité et de la "nance, pivots de la compréhension de la gestion d’une entreprise, me sont restés opaques pendant assez longtemps. Cette opacité levée, j’ai eu le plus grand mal à trouver les mots et les techniques pour, à mon tour, transmettre ce savoir. Probablement les méthodes traditionnelles d’apprentissage et d’enseignement en la matière n’étaient-elles pas particulièrement modernes ni inventives. La méthode que vous allez découvrir est le fruit de réexions approfondies dans ce cadre et a été testée « grandeur nature » et avec succès auprès de publics variés (étudiants, demandeurs d’emploi, employés, agents de maîtrise et cadres). Elle s’appuie sur une autodécouverte progressive, sur une alternance d’exercices et de points de théorie, sur des exercices de synthèse chapitre par chapitre. Le vocabulaire y est le plus possible débarrassé des jargons propres à chaque spécialité. Cet ensemble concourt, je le crois, à une efficacité réelle. Bon voyage au pays de la gestion…
Mode d’emploi
Avertissement Cet ouvrage est avant tout destiné à un public large à des ns de vulgarisation. La pédagogie y tient la première place, au détriment parfois d’une précision technique rigoureuse. En conséquence, certains points ont été volontairement simpliés pour la clarté de l’explication. L’esprit même de la technique de la gestion reste en tout état de cause préservé.
Plan del’ouvrage Dans le domaine extrêmement vaste de la gestion, il m’a fallu faire des choix, entre l’indispensable, l’utile et l’accessoire. Les différents domaines abordés seront donc et dans cet ordre : La comptabilité générale, parce qu’elle représente, comme pour une maison, les fondations du système de gestion de l’entreprise. L’analyse nancière, qui permettra à l’observateur d’évaluer la situation nancière de l’entreprise. La comptabilité analytique, outil irremplaçable d’aide à la décision puisqu’elle permet de mesurer le plus fidèlement possible la rentabilité de chaque produit. La gestion budgétaire, instrument incontournable de prospective et de prévision. La mesure de la rentabilité des investissements, moteurs de la croissance. Enfin, plusieurs chapitres de compléments techniques et pédagogiques compléteront cet ouvrage.
Exercices De nombreux exercices jalonnent le texte. Ils sont conçus pour être résolus au fil de la lecture. Ceux liés aux explications sont corrigés au fur et à mesure du texte. Des exercices complémentaires sont proposés; ils sont annoncés parExercice X; leurs corrigés sont en fin de volume. Enn, par chapitre, sont proposés, sauf pour celui traitant de la rentabilité des investissements, des exercices de synthèse appelésDoityourself…; leur solution suit leur énoncé.
COMPTABILITÉGÉNÉRALE La comptabilité générale reste le fondement incontournable du système de gestion des entreprises. La précision et la abilité de l’information fournie garantit en effet une information de premier choix, unique et irremplaçable, pour l’analyse de la réalité et pour l’anticipation. Elle est la clé, nécessaire mais pas forcément suffisante, pour ouvrir les portes de la gestion de l’entreprise. Entrons ensemble!
Unepremièredécouverte Nous allons ici cheminer dans les notions de base de la comptabilité générale. Au travers d’exercices simples et progressifs, nous allons découvrir les mécanismes de fonctionnement des comptes, les notions de compte de résultat et de bilan, ainsi que le principe de double détermination du résultat. Ceci nous préparera à aborder dans un deuxième temps un exercice plus approfondi.
Lapartiesimple Je vous propose un petit voyage dans le temps, plus précisément au Moyen Âge (ne cherchez ici aucune vraisemblance, ce n’est pas un livre d’histoire). Je vous présente Erik et Johann qui sont deux Flamands du même village. Johann vend des marchandises à Erik pour, mettons, 100 orins. L’échange de marchandises et l’échange de monnaie seront donc simultanés. Ils ne vont donc enregistrer que le transfert des 100 florins pour la part qui les intéresse. Erik et Johann vont donc tenir chacun leur compte de caisse (c’est le terme comptable) en listant d’un côté les encaissements et de l’autre les décaissements. Johann va inscrire la somme du côté des encaissements, à gauche; Erik, lui, va l’inscrire à droite, du côté des décaissements.
Le choix de Johann est totalementarbitraire,comme il est également arbitraire de rouler à droite de la route (la preuve, les Anglais, et d’autres, font le contraire). Par contre, ce choix fait, Erik a raison de mettre ses décaissements à droite. Aussi bien chez Johann que chez Erik, l’opération économique n’a engendré chez l’un comme chez l’autre quune seuleécriture, de sens logiquement opposé. C’est de la comptabilité en partie simple. Aussi simple que bonjour.
EN RÉSUMÉ La partie simple est un peu la préhistoire de la comptabilité, et n’est ni performante ni utilisée de nos jours. Cependant, cet exposé nous permet de découvrir deux éléments très importants et qui sont toujours vrais : Les encaissements se mettent à gauche du compte de caisse, les décaissements à droite. Ce choix est arbitraire, mais universellement respecté. La même opération économique se traduit par deux écritures inverses chez l’acheteur et le vendeur.
LES COMPTES EN T Les comptes se présentent comme des balances (on parle de comptes en « T »), schématisés comme suit, dans lesquels on place les montants à droite ou à gauche :
Les comptes ne fonctionnent pas dans n’importe quel sens. Par exemple :
Compte « A » X Y
Les encaissements se mettent à gauche du compte Caisse. Les décaissements se mettent à droite du compte Caisse. Quand on me doit de l’argent, je le mets à gauche du compte On me doit. Quand je dois de l’argent, je le mets à droite du compte Je dois.
Delapartiesimpleàlapartie double Cette fois-ci, la vente de 100 orins intervient entre notre Flamand Johann et un nouvel acheteur vénitien, Marco. Entre l’expédition des marchandises par Johann (temps 1) et la réception de l’argent envoyé par Marco (temps 2), il va se passer pas mal de temps : transport des marchandises, vérication par Marco, envoi de l’argent, transport de l’argent… sans compter les pirates! Johann, homme organisé, va donc tenir les comptes de ce que Marco lui doit, entre l’expédition des marchandises et la réception de l’argent. Voyons ce qui se passe chez Johann au fur et à mesure. Il enregistre les 100 orins que Marco lui doit; il ferme son livre de comptes et attend patiemment.
Bien plus tard, l’argent arrive. Il ré-ouvre ses comptes et constate, selon eux, que Marco lui doit toujours 100 orins. Il va donc enregistreren même temps et en une seule fois l’encaissement et l’extinction de la dette de Marco envers lui.
Sur ce tableau, les 100 florins en noir représentent le report de la situation antérieure (la dette de Marco). La réception de l’argent a donc provoqué chez Johannune écriture dedeuxmontants identiquesmaisdesensopposé, un pour l’encaissement, l’autre pour l’extinction de la dette. La comptabilité en partie double, universellement adoptée, exige de toujours placer deux montants égaux et de sens opposés qui se contrebalancent. Ce principe, comme tous les principes simples, est extrêmement pratique et puissant. Nous allons le constater tout au long de cet ouvrage.
LE SAVIEZ-VOUS ? La gloire de la théorisation et la généralisation de la partie double revient à Luca Pacioli en 1494!
EXERCICE 1(solution ici) Simulez les écritures correspondantes chez Marco.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.