//img.uscri.be/pth/16f8688184b5a42fcb3f8aed9b9c4f83885fc042
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Etre chômeur aujourd'hui

De
222 pages
À travers des situations authentiques très diversifiées, cet essai nous révèle le gouffre qui se cache derrière ces mots tristement célèbres : chômage, sous-emploi, emploi précaire. Il nous fait vivre le parcours difficile de ceux que notre économie laisse au bord du chemin et pointe les dysfonctionnements de Pôle emploi, son manque de moyens et de formation, et la politique de radiation qui lui est imposée. Il met en évidence les erreurs politiques, les fausses bonnes idées, les discriminations et aussi les lacunes de notre système éducatif.
Voir plus Voir moins

Êt

ôu

uu’u

QuestionsContemporaines
Collection dirigée par JPChagnollaud
B PÉQUIGNOTETD ROLLAND

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions
contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes
à appréhender. Le pari de la collection « Questions
Contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat
à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser
autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles
pistes à la réflexion collective.

Derniers ouvrages parus
André ROPERT,La gauche enFrance Historique d’un
enlisement, 2011.
Kilien STENGEL,Un ministère de laGastronomie Et
pourquoi pas , 2011.
GilbertDELAGRANGE,Le citoyen et le système politique,
2011.
BrunoFABRE,L’Université atelle perdu son âme  Plaidoyer
pour une autre réforme, 2011.
LouiseFINES,Les crimes en col blanc, 2011.
Céline HULLO-POUYAT, La restauration monumentale en
question, 2011.
Jean RIVIERE,Mondes en mutation dans un système en crise,
2011.
Jean-Pierre SALVETAT etCatherine IZZO,Plaidoyer pour la
TurquieDeFrançois erà Nicolas Sarkozy six siècles de
relations francoturques, 2011.
Florence SAMSON, Une femme présidente pour laFrance, 2011.
Philippe QUÊME,Monnaie bien public ou « banquecasino »
2011.
ElsaFOREY,ChristopheGESLOT,Internet machines à voter
et démocratie, 2011.
Alain ZOLTY,L’espoir citoyen2011.

Êt

Bernr

EGAD

ôu

uu’u

Témoigner est important Nous savons quil reste dans ce livre des
imperfections ; nous prenons cependant loption de le faire circuler à petit
tirage remerciant davance tous ceux qui nous aideront à le perfectionner
dans les tirages successifs L’éditeur

© L’armattan 
 rue de l’École polytechnique   Paris
http:wwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattan@wanadoofr
harmattan@wanadoofr
ISBN : 98998
EAN : 98998

Àils

àmon regrettéul
età en-ichel

à celles etceux

à celles etceux

mon amie
ma boussole ;

qui mont tendu la main
quand jétais au plus bas ;

quicherchent un emploi
ou une lumièredns le noir ;

qui lesccompgnent
vecrespect etdns l dignité.

emerciements

Je remercie tous les contributeurs qui m’ont apporté leurs
précieux témoignges.e ne puis les nommerdecrintede les
mettre endifficultémis ils se reconnîtrontisémentàl
lecturedes pges qui suivent.ls ontdroitàtoute mgrtitude.
e remercie églement tout spécilementdileAlin et
Dominique pour leurs précieuxconseils dont lpertinence s’est
imposéeàmoi.
erciàColettem compgne dont les intuitions m'ontidéà
structurer etdonnerdu sensà iendeschpitres.

ntroduction

fficiellement il yurit selon les mois entre 25 et 3 millions
dechômeurs inscritsà ôle emploi.
En réalité cette valeur la seule qu’il soit possible de présenter
u journl téléviséde 20 heures sans affoler l’opinion publique
ne représente qu’une faible partie du nombre réel de chercheurs
d’emploiur lescinqctégories (deAàE) utilisées prôle
emploi pourcomptiliser leschômeurson ne présenteu
grndpulicque les effectifsde lseulectégorieA.es
spécilistes sventien que le totldes 5ctégories se monteà
45 millions environ et nousdécouvrironsdns les pges qui
suivent qu’il y aenviron undemi-milliondechercheurs
d’emploitotlementcchésque nul necomptilise jmis.n
le voit entre l’affichage réservé au grand public environ 25
millions etla valeur réelle environ 5 millions l’écartestconsi-
dérle.
Tout le monde s’en doute mais peu de gens le disent ce qui fait
que plus personne n’a confiance dans les chiffres présentés par
le gouvernementet tnt pis pour notrecohésion socile.
Chque mois on nousnnonce une vritiondu nomrede
chômeursqui est le plus souventcomprise entre 05 et 1%.r
sns être un grndmthémticien il estiséde voir quece
pourcentge représentede 15à20.000chômeursen plus ou en
moins ;c'est lpopultiond'une villecommeByeuxGuéret
ongwyCourcouronnes inte-xime oueincy !Ainsi
onn mlnl'économie joueàlroulette russevec des
dizinesde milliersdedestins individuels ; on imgine sns
peine l csse socile quecelengendre.uelquefoistrop

9

souvent hélsmri et femme trvillientdns lmême entre-
prise et se retrouvent tous lesdeux jetésàlrue pr unerutle
fermeture d’usine ou unplan de sauvegarde de l’emploi1(E).
ue vont-ilsdirece soiràleurs enfnts ?
Etdemin ?
Etdns unn ?
Cr lechômgedure prfois longtempstrès longtemps !
Tous ces destins brisés sont entre les mains d’une nébuleuse
d’organismes dont le plus visibleôle emploi regroupe l’ex-
Assedic(devenuePôle emploi Indemnisation et l’ex-AE2
(devenuePôle emploi Placement).Futede personnelfutede
compétencesoumiseà desconsignes uuesques cettedernière
structure est désormais dans l’incapacité d’ccompgnerdigne-
ment vers l’emploi un nombre de chômeursqui necesse
d’augmenter; les premiersàledire etàenpporter les preuves
étnt les employésdeôle emploi eux-mêmes.Alors futede
pouvoirider leschômeursàretrouver un emploionmis en
plce un systèmedecontrôle certinsdisentde flicge destiné
àen rdier le plus grndnomre possile.
missionde l’ex-AEn’est plus derésorberlechômge
misde ledissimuler!
turellementen période électorlenos hommes politiques de
droitecommede guchenous servent le mêmediscoursqui se
résume toujours plus ou moinsàlmême incnttion«Le
chômage doit faire lobjet dune véritable grande cause
nationale en particulier le chômage de longue durée celui des
jeunes celui des seniors et je mengage solennellement devant
vous à y consacrer tous mes efforts.»e temps et les élections
pssntonconstte que rien nechnge et que leschiffresdu
chômge restent stles àquelques vritions épisodiques près.
Rien de bien surprenant à cela un gouvernement n’a pas voca-
tionàêtre un employeur etde l’emploi se trouve chez dla clé es
entrepreneurs privés sur lesquels un gouvernementpeude
prise.

1Ne riez pas c’est le terme en usage;rtuffe estien vivnt !
2rcommoditéj'utiliseridnsce livre les siglesAssedicet
AEmieuxconnusdu grndpulic.

10

Alorslechômge perdurntlediscours gouvernementl se fit
soudin incisifmençntouvertement populiste.Au fond
toutesces personnes qui reçoiventde grsses indemnitésde
chômge ne secomplirient-elles psdns leur inc netivité ;
serient-elles ps simplementdes finénts etdes profiteurs ?
Cediscoursgressif se retrouvedns l ouchede nos élus
jusqu’aux plus hautes strtesde l’Étt et trouve un échodns les
pulsions les plus viles d’une partie de la population qui ne
protesterit psien fort si ondéciditd’exiler tousces
finénts très loindns un quelconquedésert.turellement
bien à l’abri du chômage ceux qui tiennent ces discours
ferment pudiquement les yeux surceux quidns leur entourge
pourraient s’y trouverdurlement englués.
Ceschômeursque lsociété tout entière rejetteàses mrges
que vivent-ilsque ressentent-ilset que peuvent encore espérer
ceuxd'entre eux qui pr mircle ont encore lforced'espérer ?
ritésde finéntsprfois pr leurs prochesignorés pr
l’Éttsoumisux pressionsconstntesdeôle emploi qui
aimerait leur faire accepter n’importe quel emploi pour n’im-
porte quel salaire les chercheurs d’emploi ne parviennent plusà
se fire entendre.ls ont le sentimentde servir uniquementde
réservoirde min-d’œuvre utile uniquement à exercer une
pression à la baisse sur l’ensemble des salaires
ouriencomprendrecomment se noue lecercle vicieuxdu
chômgede longueduréeil futcroiser etconfronter les points
de vueduchômeur del’employeuretdurecruteurprofes-
sionnel.J’ai personnellement vécu toutesces situtions etj’ai
tenuà conforter mon témoignge pr les expériencesuthen-
tiquesde personnes trèsdiverses de tousâges etde tous
niveaux que j’ai eu l’occasion de rencontreret quiles unes et
lesutreséclirentce tleu sousdesnglesdifférents.Ce
kaléidoscope d’expériences vécues vaut bien toutes les études
ministérielles sur les risonsduchômge.
es fcteurs quiconduisentànotre gestion lmentlede
l’accès ou du retour à l’emploi sont multiples; ils touchentux
lacunes de notre système éducatif à l’ignorance de nos élites
politiquesdu fonctionnementdes entreprises ux petitsclculs
descteurs économiques uxdiscrimintionsde tous ordres et

11

surtoutux fusses solutions que nos gouvernements inventent
régulièrement sns se soucier nide leurppliciliténide leurs
effets pervers.
Ce sont tousces fcteurs que je vous proposededécouvrir.
edresseri églementuchpitre 3 un portrit snsconcession
du fonctionnementctueldeôle emploiPlacement Je m’y
sensutorisé prces employésdeôle emploi qui ont fit les
mêmesconstttions que moi et ont osél’écrireprfoisu
risquede leurcrrière ; hommge leur soit rendu.
Je m’y sens également autorisépr toutes les personnes qui
m’ont confié leur détresseetque j’ai aidéesde mon mieuxà
retrouver dans la dignité le chemin de l’emploiCeciprouve
qu’on peut y parvenir sans menaceset sns mettreucune
pression ; il suffitdeconscrerà cecheminementdu temps de
lméthode du svoir-fire eteucoupde respect.
Puisse cet ouvrage ouvrir les cœurset les esprits fin que le
prolèmeduchômge soit enfin prisà rs-le-corps de mnière
pragmatique en accompagnant les chercheurs d’emploi avec
respect vec dignité vecintelligence.e sont-ils ps près
tout le reflet en creux d’un système économique foudont nous
sommes touscteurs ?

1

Comttre les idées reçues

1.1Aller au bout des raisonnements
Brèves de comptoir
Àl’époqueps si lointineoùje venais à peine de sortir d’un
longchômgeil estrrivéqu’ontiennedevnt moides propos
plus quelessntsà l’égard des chômeurs.ls émnient prfois
d’une rencontre de passage mais plus souvent d’un invité d’un
fmilierprfois très proche.Ces personnes précisientien que
leurs propos ne me visient ps personnellementmisconcer-
nient leschômeursen généralce qui on s’endouteme rssu-
rit énormément !
issez-moi vous proposer un petit florilègede quelques idées
reçues glnéesu fildeces édifintesdiscussions
Les chômeurs sont tous des fainéants.
Non seulement fainéants mais en plus profiteurs.
Dleur en propose et ils le refusent.u travail il y en a ; on
Si certains restent au chômage cest bien que ça les arrange.
Cimpôts qui payent leurs allocations de chômage.e sont nos
Si on ne leur botte pas le cul sic les gens ne se bougent pas.
outcela n’est rien ; j’ai entendudepuisd’autreschosesien
pluschoquntes comme pr exemple
Ils ne veulent pas travailler les chômeurs Être payés à ne rien
faire cest cela qui les intéresse 

13

u encore
On ne peut pas vouloir bénéficier des allocations chômage sans
se sentir moralement obligé de tout faire pour retrouver du
travail parce que les allocations sont payées par le travail des
autres....
icesdeuxdernières phrsesssssinesqui nerillent ps
d’une intelligenceien supérieureux précédentesme
choquent tant c’est qu’elles n’ont pas été glanées aucomptoir
d'un hypothétiqueCféduCommerceelles ont été prononcées
prdes élusde lntionet nondes moindres.
premièreété lncée le 2 février 2005dans l’hémicyclede
notressemlée ntionle pr ledéputéenAuclir..e
compte rendu officieldesdéts disponile surnternet3
rpporte mot pour motcette nvrntedéclrtionqui n'méliore
ps l'idée qu'on peut se firedesdéts prlementires.
Admettons que ledéputéAuclirpeut-être emporté pr l
fougued'undét pssionnése soit lissélleràun regrettle
emllement.ispourdire leschosesclirementsi on peutà
lrigueur fermer les yeux sur lvigueurdes termes employés
on ne peut en revncheccepter le fond du propos.Cr pour
prononcer un réquisitoiretelle virulence il fallait bien qued’une
ledéputé soit intimementconvincude spertinence.ne
pertinence pourtnt fortcontestleet uncomplémentd'n-
lyseurit sns nuldouteconduitàun propos plus nuncé.Ce
député mintiendrit-il ses propos si son épouse ou l'unde ses
enfnts se trouvit soudinuchômge ?
secondedéclrtion c'est plus grveestdeicolsrkozy
présidentde l épulique lors d’un discours resté célère
prononcé le 12 novemre 2009à Chpelle enercors.
Et làplusquestion d’emballementnide fouguenide lpsus
lorsqu’un chef d’Étt lisseclirement entendre que les
chômeurs trinent lpttenul ne surit mettre endoute que
sondiscoursn’it été soigneusement prépréécrit à l’avance
soumisàl’examen attentif d’un ou plusieurs conseillers avant

3oir le liennternet -ndex 17.

14

d’être avalisé par le chef de l’Étt lui-même.prisede posi-
tion estdoncprfitementssumée.
Ces proposjetésu visgede personnes qui sontdns l
détresse etcherchentdepuisdes moisàretrouveru trvers
d’un emploileurdignité perdueouitousces propos sont
blessants Ils sont d’une violenceque nul ne peut imginers’il
n’a lui-mêmeconnu semlledétresse.
on seulementces propos sont violentsmisde plus ils tr-
duisent une surprenntesencede reculun incroyledéfut
d’nlyse àmoins qu'il ne s'gissed'unenlyse sciemment
iisée crctéristiques hélscommunesàtous les propos
populistes de quelqueord et de quelque pays qu’ils viennent
e populismene s’adresse jamais à l’intelligence.
Dès lorscomment lesFrnçis ne se sentirient-ils ps légitimes
àsurenchériràleur tour surde tellesffirmtionspuisqu’elles
ont l cutionduchef de l’Étt ?Je n’ai pas le sentiment que ce
soitde ntureàrenforcer notrecohésion sociledéjà ien
chncelnte àmoins que justement on nechercheàrenforcer l
seulecohésiondeceux qui ont un emploien les poussntà
mépriserceux qui ont perdu le leur.
nien surprennt projetde société.
S’il ne s’agissait que dequelquesdéclrtions snsconsé-
quences je n’aurais certainement ps écritce livre.isces
propos serventà défendredes enggements politiqueslesquels
déouchentpr voie règlementire ou législtivesurdes
ignominies des injustices du méprislàoù on serit endroit
d’ttendre respectentride et solidrité.
Cesdécisions politiques provoquent tropdedétresses humines
quiu finlcoûtent trèscheràlntion.l estde notredevoirà
tousde lesdénoncervecforce ;vecpersévérnceussi cr
elles renaissent encore et encore chaque fois qu’on croit les
voir érdiquées.
Au bout du raisonnement, l'absurdité
Ce qu’il y a de biencommodedns lediscours politiquedeces
trentedernièresnnées c’est qu’il ne joueien souvent que sur
l’émoi le ressenti immédiat la pulsion; il ne sedonne ps le

15

tempsde lréflexionne vjmisu fond deschoses.es
risonnements ne sont jamais poussés jusqu’au boutet nul ne
cherche jmisàen vérifier lvlidité.C’est ainsi que sont
prises avec l’approbationdesFrnçis desdécisions souvent
lourdesde néfstes effets secondires.e me proposeu
contriretoutu longdece livred’aller au bout deces
risonnements primires deles pousser jusqu’à leurs limites
extrêmespour endémontrerin finelesiislespproxim-
tions et souventmême l’absurdité.méthode peut surprendre
mis elle est redoutlement efficce.
ecommenceri pr étudier endétil uncertin nomred'idées
reçues souvent expriméesen m'ppuynt surdesriesde
converstions notéesu fildesnsquippritront en itliques.
'en grderi lforme prléemême si elle est prfois un peu
crue.
dée reçue° 1 :
Les chômeurs sont tous des fainéants.
ue peutdire ou fire unchômeuruquel on tient semlle
discours ?ien lpluprtdu temps cr les idées reçues ont
cette caractéristique d’êtresi fortement enrcinéesqu’elles
résistentàtoutergumentation rationnelle On n’a pas encore
inventédedésherntcontre les idées toutes fites.
l estdonctrès fcileu plus hutdignitirede notre pysde
montrerdudoigt leschercheursd'emploi etde les fire psser
pourdes finéntsux yeuxde tous.norgnisés ndonnés
pr les syndictsleschercheursd'emploi sont incplesde
fire entendre leur voix.ls ne sont guère gênnts pour les
gouvernements qui se succèdent.
ur quellesconstttionsicolsrkozyet tant d’autres
s’appuient-t-ils ?ur leschiffresduchômge ?ls sont en effet
très muvis.isces muvischiffres sontd’abord faut-il le
rppelerà mettre au compte d’un nombre insuffisant de créa-
tionsd’emploisetde l’inefficcitécroissntedeôle emploi
dont nous reprlerons longuementàlfveurduchpitre 3.
is surcesderniers pointsps un mot.

16

uileschômeurscherchent un emploi désespérémentien
souventmis pour leur mlheurcelne se voit ps.l est fcile
de voir que le boulanger l’institutriceet le mçon trvillentet
le livreur qui ostrue une rue ne mnquerpsde vous rppeler
«Moi je travaille » Seul devant l’écran de son ordinateurou
penduàson téléphoneunchômeur ne fit psderuitne se
montre à personne n’obstrue pas de rueet sonctivité ne lisse
ucune trce.Est- ?ce à dire qu’il ne fait rienC’est un peu
rpideCeux qui traitent les chômeurs de fainéants s’appuient
sur l'évidenteconstttion queeucoupd’entre euxne trouvent
psde trvil.C'est vriil est incontestle qu'ils n'entrouvent
psmisdire qu’ils n’encherchentpsest un incceptleun
grossier rccourci.
our comprendre pourquoi ils n’en trouvent pas il faut tordre le
couàuneutre idée reçue.
dée reçue° 2 :
S’ilsrestent au chômage cest bien que ça les arrange.
Du travail il y en a c’est un faitvéré.
is y en-t-il pour tout le monde?C’estdéjànettement
moinscertin comme nousllons ledécouvrir.
ous svons tous queeucoupd’emplois vcnts ne trouvent
ps preneur.n encomptit presque 200.000udéutde 2011
celn’ccrédite-t-il psl’idée que les chômeurs refusent
d’occuper les emplois qu’on leur propose?
Comme c’est simple!éfions-nousdes idées simpleselles ne
sont le plus souvent que simplistes.
Ainsi puisqu’ily du trvil pour tousserit-il vri queceux
qui restentuchômge y trouverient unvntge ?oici qui
mériteu moinsd’être exploré avecrigueur chiffres à l’appui
Comien leschômeurs ggnent-ils exctement et surtout
peuvent-ils en tirer un quelconquevntge finncier ?urce
dernier pointil estsseziséde répondreleslloctions

17

verséesàunchômeur représentent environ 57%de son slire
rut4.
Selon l’INSEE le salaire médian desFrançais est de l’ordre de
1.550 euros pr mois ce qui veutdirequ’il y utntde
Frnçisdont le slire est supérieurà cette sommequede
Frnçis qui ggnent moins.uecesFrnçis qui ggnent
moins viennentàse retrouveruchômge et onmputerleur
slireàhuteurde 57%.l leur rester lorsu mximum
884 euros pr mois.r il se trouve que le seuilde puvreté5
s’établit actuellement à 930 euros.

Il faut une belle dose de dogmatisme ou d’aveuglement pour
oser dire qu’un chômeur tireun quelconquevntgeu fit
de se retrouver en-dessousdu seuilde puvreté.

isceconstt nvrnt ne ferps tire lescritiques cr on
citertoujours lecsde telle ou telle personne qui se permetde
refuser un emploilors qu'elle estuchômgedepuis plusd'un
n ;n’est-ce ps scndleux ?ui s'inquiètedeconnître les
risonsde son refus ?n exemple nousider à comprendre.
rc . hitedns lesBouches-du-hône àChâteurenrd.
'AElui propose unCDDàmi-tempscommecriste6sur l
zone industriellede l'Anjoly à itrollesetce monsieur refuse
sous prétexte qu'il lui fudrit prendre svoiture pour yller.
Nul doute qu’untriunl populire ne mnquerit psde sévir
en termescrus«Des gens comme ça il faudrait leur suppri-
mer leurs allocations.»

4erème est en rélité un peu pluscompliqué vec desmén-
gements endirectiondess slires etdes seniors.iscette
pproximtion suffitànotre propos.
5EnFrnceondéfinit le seuilde puvreté en pourcentgedu
revenu médindesFrnçiséglà1.550 eurosctuellement.e
seuil le plus utilisé est églà60%decette sommesoit 930
euros.
6Conducteurd'enginde mnutention comme pr exemple un
chriot élévteur.

18

isày regrderde plus près comien uncristeàmi-temps
ggne-t-il ?Générlement un peuplus qu’undemi-C
disons environ 800 euros nets.Alorslecompte est vite fiton
demndeà rc .de fire environ 75 kilomètres150vecle
retoursoit environ 3.000 kilomètres pr moisrien qu'en
essenceil enpour plusde 200 euros ;c'est le qurtde son
hypothétique slire.outcel de spoche ien entendu !l lui
reste quelquechosecomme 600 euros pour vivre.
Àtitredecomprisonexminons lecsd'uncdred’une
grnde entreprise qui utilise svoiture personnelle pour fire un
déplcement ; ps uneolls-oycejuste une petite voiturede
5Cfiscux.on employeur l'indemniser àhuteurde
032 euros environdu kilomètre7.'y voyezucune générosité
de sprt c'estl’application d’unrèmedéterminé pr le fisc
quien plusducrurnttientcomptede l'ssurnce des
révisions etde l'mortissementde l'chtde lvoituretoutes
choses qui font prtiedes frisliés à l’emploi d’unevoiture.
our les même 3.000 kilomètres cecdre recevritdoncun
défriementd eurose 960une somme supérieureu slire
proposéà rc .'y-t-il ps làquelquechosedechoqunt ?
Celprouve en toutcs que s'il tenitcomptedeces mêmes
postesdecoûts rc .découvririt qu'ildépense en frisde
voitureien plus que le slire qui lui est proposé.
Dnscesconditionsquidonc ccepteritceCDDàmi-temps ?
éls chque fois que je posecette questionon me répond
invrilement «Si jétais au chômage depuis un an ?Bien
entendu que je laccepterais »
e peuxdmettre qu’onlncece genred’affirmationdns une
discussion entremisprès quelquespéritifs ;celne porte
guèreà conséquences.is plcés fceàl dure rélitéd’un
emploi qui ne leur permettrit même psde pyer leur loyerles
chômeurs sontien oligésde le refuser pourcontinuerà
chercher un emploi susceptiledecouvrir leursesoins vitux ;
c’est une simple question de survie.lcéedevnt le même
choixtoute personne senséegiritde même.

7Applictiondurème le plusspour unedistncennuelle
supérieureà20.000 kilomètres.

19

n entend ussieucoup prlerde métiersditsen tensionvers
lesquels peude genscceptentde se tourneret que les
employeurs peinentàpourvoir.Ce sont souventdes emplois
peu qulifiés et ml rémunérés.Ajoutonsà celque nomre
d’entreprises n’offrent plus de contrats pérennes mais essentiel-
lementdes emplois préciresen intérim ou enCDDsouventà
temps prtielet tous les ingrédients sont réunis pour queces
métiers ne trouvent ps preneurs.
Fcteurggrvnt ce siècle voit exploser le nomrede fmilles
monoprentles eteucoupde femmes élèvent seules leurs
enfants Qu’on vienneleur proposer un postedns lrestu-
rtionde 18à23 heures vec des tempsde trnsport prfois
considérlesetil est évident qu’ellesne peuvent ps les
ccepterleur slire necouvririt ps les frisde grdedes
enfnts.D’ailleursquelle nourriceccepteritde tels horires ?
ême lesconseillers de l’ANPEen conviennentlmjorité
des métiers en tensionqu’ils ont à proposer ne sont ps
comptilesvecnotre modede vienotre tissu socilnos
équipementsde trnsportcollectifsnos fcilitésde grde
d'enfntsnivecuncontrt socil grvementdégrdé.Constt
confirmé prChristinChrpy ctueldirecteurdeôle emploi8.
Alors dire que leschômeurs trînent lptte et refusentdes
emplois c’est en effet vrai mais placés dans les mêmes
conditions ceux qui formulent preillecritique serientien
obligés d’adopterlmêmeconduite.ue ne nous éprgnent-ils
lorscettedégrdnte polémique ?
a spirale descendante
ulionsrc . !l y c'est vriquntitéd’autreschômeurs
uxquels on proposedes postes qui ne sont psà70 kilomètres
et qui les refusent preillement prce qu'ils ne veulent pscéder
un pouce sur leur slire ce quichoqueeucoupd'oserv-
teurs.Après toutqundon estdns l détresse il futien
consentir quelques scrifices.J’en conviens bien volontiers
mis psdns n'importe quellesconditionsps pour plonger

8La Tête de lemploi-llndier - 2011.

20

dns unedétressedurableet encore plus grnde.r voicice
qu'ctuellement on proposeuxchercheurs d’emploi.
mginons unchômeur quiuprvnt ggnitchque mois
2.000 eurossoit plus que lmoyenne ntionle.Devenu
chômeuril reç eurosoit environ 1.140d’allocationschômge.
Cles temps sont durs et qu’il faut bien manger à la fin duomme
moisil finit prccepter unCDDd'unn pyé 1.700 euros pr
mois; c’est toujours mieuxque 1.140.Mais voici qu’arrive la
finde sonCDDet il retournes’inscrire auchômge.
éls seslloctions ne sont plus mintenntclculées sur l
sede 2.000 euros mis sur l sede 1.700 euros9 ce qui fit
unelloction mensuelle encore plusssede l’ordrede
970 eurosmoinsde lmoitiéde son slire initil.Aussice
mlheureuxchômeurur-t-il tout intérêtà ccepter très vite un
emploi mieux pyé.n pourr lors lui proposer un trvil un
peu plus rémunérteur que seslloctionsmis peut-être moins
pyé mlgré tout que son précédent emploipr exemple
1.500 euros.rtide 2.000 eurospsséà1.700puis 1.500
euros à chque proposition quecette personneccepterelle
s'enfoncerinexorlement un peu plus.
ppelons que le gouvernementétlicomme suit le niveu
de rémunération d’uneoffre valable d’emploiouE10qu'un
chômeur ne surit refuser sns encourirdns un premier temps
uneissede seslloctionspuis une rditionu 3èmerefus
9endnt les 3 premiers moisdechômgele slire proposé
doit êtreu moins églu slirede référence (slire
moyendes 12derniers mois).
9Entre 3 et 6 moisdechômgeildoit se situeru niveude
95%decette référence; c’esttrès risonnle.
9Entre 6 et 12 moisildoit se situeru niveude 80%de
cette référence; c’est plus dur maisencore supportle.

9eclcul portnt sur les 12derniers moisildépenden fitde l
duréeduCDDmis le mécnisme quiconduitàune lente
descente estiencelui que jedécris.
10n trouve églement lterminologieoffre raisonnable demploi
ouORE.

21

9Après 12 moisdechômgele slire proposédoit seule-
mentêtre au moins égal à l’allocation chômage perçue par le
demndeur soit dns lmjoritédescsenviron 57%du
slirede référence.uiccepteritde vivredurablement
vec57%de son slire ?
Dns notre exempleon serit prfitement endroitde proposer
uchômeur un emploi rémunéré 1.200 euros (1.140 excte-
ment).En rélitéon luiimposerad'ccepter sous peinede
rdition et on luidemndermêmededire merci !l futvoir
l’honnêtetédedirecomien le système cutionné pr les
instnces pritiresest scndleusement pernicieux ; quelcom-
mentteurquel journliste surledire hut et fort ?
Le plus surprenant dans cette affaire c’est que les bonnes âmes
qui voudrientcontrindre leschômeursà ccepter n'importe
quel trvil rémunéréu risœuvrenten fitcontre leur
propre intérêt Il faudra qu’un jour on leur explique cedétilsi
un jeunede niveuBc+4 estcontrintd'ccepter un emploi
pyéàpeine plus que leCpour pouvoir se loger et mnger
(et ils sont nomreuxdnscecs) ucun employeur n'ccepter
plusde pyer unutre jeuneu prix normldu mrché.Ensuite
yntissé lrémunértiondesBc+4il fudr iendiminuer
celledesBc+2etde proche en prochecette mécnique
infernle tire tous les slires vers les.Alors un jour on vous
dir àvousouivousque vous êtes trop pyé et on vous
donnerlechoix entre uneissede slire ou un licenciement.
n ne peut nierce fit celse prtiquechque jourprtout en
Frnce.our mprtje me refuseà cutionnerce scndleux
jeudedominos.
Je suis bien d’accord pour dire qu’il ny a rien de honteux à
ccepter uneisse temporirede revenusle tempsde psser
uncpdifficile à ceci près que personne ne peut prévoir sic'est
juste un muvis momentàpsser ou sic'est une inflexion
durle.éls ctuellementce n’est pas seulement durable
misien souventdéfinitif.
echômge n'est tolérle que sichquechômeur grde l'espoir
de pouvoir un jour retrouver un poste et un slireàlhuteur
de sescompétences.i on tuecet espoir comment voudriez-

22