Finance islamique

De
Publié par

De la Bible au Coran, les religions monothéistes ont développé les conditions pour respecter une morale dans les relations humaines, économiques et financières. La finance islamique, issue de la dernière en date des trois religions monothéistes (juive, chrétienne et musulmane), est de développement récent, rapide et pose de nombreuses questions d'une rare complexité. De plus, le sujet suscite bien des débats quand il n'éveille pas les passions.

L'auteur ne se limite pas à un catalogue des prescriptions ou des interdits du Coran appliqués au domaine de la finance. Sa connaissance approfondie des 3 religions du Livre lui permet d'expliquer, sans juger les pratiques par les textes sacrés et de mettre ces pratiques en perspective. Le livre débute par une abondante et riche première partie consacrée aux fondements de la finance islamique. Il développe les relations entre finance, morale et religion.

II traite ensuite des opérations financières avec ou sans participation, des principaux modes de financement ainsi que des banques islamiques. Chaque fois qu'il est nécessaire, il met en parallèle les mécanismes de la finance « classique », un repère pour le lecteur, et ceux de la finance islamique, une découverte pour la plupart. Il se termine par l'étude des risques des banques islamiques face à la crise mondiale et propose une vision élargie de la finance islamique qui pourrait se laïciser en servant de base à une « finance humaniste », une finance capable d'intégrer des principes moraux.


Destiné aux étudiants en finance (licence, master et doctorat), cet ouvrage intéressera également toute personne qui souhaite connaître et comprendre ce qu'est la finance islamique.

Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 82
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297005623
Nombre de pages : 252
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chapitre 1 Origines
« Nous ne naissons pasdans le judaïsme, le christianismeou l’islam, mais dans l’humanité. » 1 Yeshayahou Leibowitz
Les origines religieuses de l’éthique des affaires, ne datent pas de l’Hégire, elles sont antérieures et suivent une chronologie connue.
1. Yeshayahou Leibowitz, né à Rïga en 1903 et mort en 1994, est un chimiste, philosophe et écrivain israélien. 33
f i n a n c ei s l a m i q u e
2 3 Voici une traçabilité rapide des religions :
3760Naissance du monde calendaire pour laBible 1812Abraham 1250Moïse [0]Naissance deJésusChrist 567632 Viedu ProphèteMahomet 4 622 Hégireet début de l’Islam 657L’islam divisé en2 courants principaux : chiisme et sunnisme 1301 Fondation de l’empire ottoman 14831546 Martin Luther et le début duProtestantisme 1492 Expulsion des Arabes et des juifs d’Espagne 15091564Jean Calvinet le Protestantisme 1517 Début de laRéforme 1521 Excommunication deLuther 1536 Naissance del’Église anglicane 1562 Guerre de religions en France Seconde guerre mondiale et laShoa(6 000 000 de civils juifs 19391945 exterminés de par le monde) 1948 Création du Conseil œcuménique des Églises 1986 Rencontre d’Assise entre les responsables des grandes religions 4 L’islam s’inscrit dans la trajectoire de l’humanité.
2.http://uta.univlyon2.fr/IMG/pdf/doc595.pdf 3. «Ne demande pas à quelqu’un sa religion, demandelui quelle vérité il cherche», Cheikh Hadj Adda. 4. L’Hégire est la fuite de Mahomet depuis La Mecque jusqu’à Médine en juillet 622. 34
Origines
1.Islam L’islam est donc la dernière des trois religions abrahamiques fondées sur la Bible, les Évangiles et le Coran. Leur point commun est de présenter des règles et principes moraux pour rendre consubstan tielle la vie spirituelle, politique, sociale, économique et financière. Elles indiquent ce qui est inacceptable ou amoral, mais l’être humain doit conserver tout son libre arbitre. L’islam est né en Arabie, de la Révélation faite à Mahomet par 5 6 l’ange Gabriel . L’islam a pu ainsi intégrer :  du judaïsme : son monothéisme, son alimentation purifiée, casher, le repos hebdomadaire,shabbat, ses relations socioécono miques codifiées, interdit de l’intérêt entre frères, la circoncision, etc. ; christianisme : son prosélytisme donc son universalisme, etc. ; du  de l’animisme : ses contes et légendes, etc. ;  de l’hindouisme : l’interdit de l’alcool, les rituels journaliers ;  d’Aristote, Euclide, Platon, Ptolémée, etc. leurs philosophies ;  etc. D’où l’idée qu’une finance islamique puisse être consensuelle. L’adjectif « islamique », prête souvent à confusion avec d’autres termes faussement similaires : islamiste, arabe, musulman, maghré bin, etc. À titre d’illustration, à ce jour les noms de domaines comme islam.froucoran.frsont interdits. Quelques mises au point s’imposent donc pour éviter les amalgames douteux.
5. Archange de la Bible et pour les Évangiles, annonciateur à Marie, de la venue de Jésus. 6. Signifie « envoyé de Dieu ».
3
5
f i n a n c ei s l a m i q u e
Majuscule ou minuscule Avec une :  majuscule, l’Islam désigne les peuples islamiques et leurs civilisa tions :histoire des peuples de l’Islam,etc.;  minuscule, islam signifierait soumission.L’islam est la religion fondée sur le Coran, celle des musulmans(soumis).
Islamisme C’est un nom qui définit l’ensemble des mouvements politiques et religieux qui prônent le respect et le prosélytisme de l’islam.
Islamiste C’est un nom et un adjectif. En effet, comme :  nom, il définit un partisan de l’islamisme. Il est perçu de nos jours comme un activiste fanatique, intégriste, ultraorthodoxe et terroriste qui prône un retour à un islam fantasmé, pur et dur du temps des premiers califes ;  adjectif, il est équivalent au terme islamique. Mais islamique lui est préféré à cause justement du risque de confusion avec le fondamentalisme évoqué précédemment.
Islamique C’est un adjectif qui qualifie, ce qui a un rapport avec l’islam. La loi 7 islamique, lacharia, se présente en même temps comme la norme
7. Les mots arabes sont écrits en français de la manière la plus claire possible pour que le lecteur les prononce simplement, sans rajouter des k,^,h, ’, , ni autres fioritures inutiles. Par exemple, « u » ne se prononce pas « ou » comme en anglais etsukuksera écritsoukoukcomme pour souk. 36
Origines
de la finance islamique, mais aussi la justification des soumissions, comme le port contraint du voile par les femmes (burca,nicab, tchador, etc.) illégal en France et dans d’autres démocraties, comme 8 présentant une atteinte à la dignité des personnes .
Coranique C’est l’adjectif qui qualifie ce qui est conforme au Coran, donc propre à l’islam et qui appartient ainsi à la communauté islamique : études coraniquesCoran qui signifierait lecture, concentre la transcription écrite de la Révélation faite à Mahomet. Il est lu par un milliard de musul mans.Mais seulement une dizaine de versets sur plus de 6 000 (0,2 %) traitent explicitement de finance et d’économie. C’est pourquoi, traiter de finance islamique, n’est pas un blancseing donné au Coran, à lacharia, etc. Ceci précisé, «alors que les économies traditionnelles sont plongées dans une grave crise et qu’une partie de la pensée économique classique est remise en question, il est opportun d’examiner de quelle manière la finance alternative, et en particulier la finance islamique, peut contri 9 buer à la reprise économique» .
8. Textes législatifs de 2004, 2006, 2008 et suivantes. 9. Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France.
3
7
f i n a n c ei s l a m i q u e
2.Musulman, arabe, maure Les termes musulman, arabe, maure ne doivent pas être confondus.
Musulman C’est un nom et un adjectif qui veulent dire, soumis (mouslim). Comme : le terme désigne un croyant adepte de l’islam (mahomé nom, tan) :les musulmans de France adjectif, il désigne ce qui est conforme à la charia, donc à la communauté islamique :Conseil Français du Culte musulman 10 CFCM. Les musulmans étaient appelés au Moyen Âge sarrasins, du latin sarracenus, et de l’arabesharqiyyun, c’estàdire, orientaux. La désignation peut aussi être simplement géographique comme arabe et maure.
Arabe C’est un adjectif et un nom qui désignent ce qui est originaire de la 11 péninsule arabique :  adjectif :Institut du monde arabe, langues arabes, Chambre de com merce francoarabe, Émirats Arabes Unis, le Printemps arabe… ;  nom :les Arabes sont minoritaires en Islam.
10. La communauté musulmane en France est la première d’Europe occidentale avec 6 000 000 de personnes. 11. La langue arabe est parlée par 250 millions de personnes. Elle est langue officielle dans 25 pays : 22 de la Ligue Arabe, plus l’Érythrée, le Tchad et Israël. 38
Origines
Maure Du latinmaurusqui signifie africain, maure désignait un habitant du nord de l’Afrique :peintures mauresques au Portugal, massif des Maures en France, drapeau corse à tête de maure, etc. Maure a laissé la place à NordAfricain, puis à Maghrébin :l’arrivée massive en France dans les années 1960 des NordAfricains, Union du Maghreb Arabe. C’est donc une appartenance géographique. De fait, un Maghrébin peut être ni arabe ni musulman :C’est au Maghreb, fin 2010, qu’a com mencé le soulèvement des peuples arabomusulmans, dit Printemps arabe.
Cette clarification faite, on pourrait admettre que la finance isla mique aurait deux atouts. D’une part, Mahomet a bénéficié des sagesses antérieures comme on vient de l’évoquer et, d’autre part, c’était un commerçant marié à une femme active ; ce fut donc un couple bien en prise avec les réalités du secteur tertiaire. Dans ce contexte, la finance islamique paraîtrait mieux adaptée à l’économie moderne financiarisée.
3.Socioéconomique Les rétifs à la finance islamique évoquent souvent l’atteinte aux 12 principes de laïcité des démocraties d’Europe où il n’y a pas généralement de religion d’État et où toutes les religions ont une liberté de culte. Par exemple, tout citoyen français dispose de la liberté de croyance et peut compter sur une vie publique et spiri tuelle consensuelle. De fait, la laïcité des démocraties a l’avantage de ne pas faire obstacle, en même temps, aux libertés de croyance et d’entreprendre (même si le calendrier comporte de très nombreuses 12.Le Monde, « La finance islamique menace la laïcité », Point de vue, 20 novembre 2009. 39
f i n a n c ei s l a m i q u e
dates fériées chrétiennes). De ce fait, tout Français croyant peut légalement s’adresser à l’État laïc pour demander de garantir ses libertés, ce qu’un État religieux, théocratique ne conçoit pas. En cela, les démocraties occidentales sont un modèle de développe ment social. La finance islamique qui voudrait devenir un parangon ne l’est pas dans les faits car, en islam, démocratie et théocratie ne font pas bon ménage. On parle du printemps arabe, mais on ne voit que des bourgeons, et la greffe ne prend pas comme prévu. De toute façon, qu’il s’agisse d’entreprises ou d’États, tout pouvoir est dangereux si les dirigeants ne possèdent pas les qualités intellec tuelles et morales pour s’en servir à bon escient.
Alors, pour tempérer l’angélisme de la finance islamique, refuser d’être un thuriféraire ou un professeur de chagrin, force est de 13 constater, à partir des tableaux et commentaires cidessous , que le monde islamique basé sur lacharia, n’est pas exemplaire.
Répartition La population mondiale est estimée à près de 7 milliards d’humains avec environ : 30 % de chrétiens, 20 % de musulmans et 0,20 % de juifs.
13. Les tableaux et commentaires qui suivent sont extraits de la revueEnjeuxLes Échos, « Islam et capitalisme », 2006, p. 58 et suivantes. 40
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.