Gérer la vulnérabilité et la résilience en milieu professionnel

De
Publié par

La vulnérabilité et la résilience sont deux concepts qui sont de plus en plus convoqués pour comprendre le monde du travail. La relation de travail typique, caractérisée par un emploi sûr, n'est plus la norme. Ce bouleversement où la carrière n'est plus garantie dans l'entreprise, fait prendre conscience qu'il est devenu primordial de développer une culture de la résilience au sein des organisations. Il est donc nécessaire de comprendre pourquoi et comment les organismes gérant des activités deviennent vulnérables et comment développer les capacités de résilience des personnes.
Publié le : mardi 15 mars 2016
Lecture(s) : 2
EAN13 : 9782140003974
Nombre de pages : 270
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de Benoît Raveleau et Farid Ben Hassel
GÉRER LA VULNÉRABILITÉ ET LA RÉSILIENCE EN MILIEU PROFESSIONNEL
Un défi à relever ?
Un défi à relever ?
Préface de Mokhtar Kaddouri Postface de Dominique Vermersch
DEFIFORMATION
Gérer la vulnérabilité et la résilience en milieu professionnel
Défi-Formation Collection dirigée par Guy Le Bouëdec et Jean-Yves Robin  Cette collection accueille des ouvrages présentant trois caractéristiques - Les auteurs prennent appui sur des pratiques de formation d’adultes, notamment celles qui valorisent l’interaction formation-pratiques sociales. Celles ci sont situées, décrites et analysées si possible en suscitant le regard des usagers. Puis une théorisation en est proposée. - Les auteurs développent, en les justifiant, des prolongements possibles en formation de formateurs. - Les auteurs sollicitent systématiquement un regard externe de la part d’un autre chercheur. Déjà parus Guy LE BOUËDEC, Titoun LAVENIER et Luc PASQUIER, Les postures éducatives, 2016. Jean-Pierre GATÉ,A(p)prendre ou à laisser, Une histoire en héritage; 2015Benjamin DENECHEAU, Gérard HOUDEVILLE, Caroline MAZAUD,A l’école de l’autonomie. Epreuves et enjeux des dispositifs de deuxième chance, 2015. Guy LE BOUËDEC, Christophe PICHON, Gwennola RIMBAUT,Récits de pratiques et récits bibliques, 2015. André BALLEUX, Thérèse PÉREZ-ROUX,Mutations dans l’enseignement et la formation : brouillages identitaires et stratégies d’acteurs, 2014. Edouard BRUEL, Guy LE BOUËDEC, André NIGET,Qui doit former les cadres de l’enseignement catholique ?, 2011. Christelle CHEVALLIER-GATÉ, Jean-Pierre GÂTÉ,Paroles d’illettrés, 2010. Bertrand BERGIER, Sylvain BOURDON,Ruptures de parcours, éducation et formation des adultes, 2009. Jean ROSSIGNOL,La Passion de vivre ensemble, 2009. Jérôme ENEAU, Jean-Marie LABELLE,Apprentissages pluriels des adultes, 2008. Pierre DOMINICE,La formation biographique, 2007.
Sous la direction de Benoît Raveleau et Farid Ben Hassel Gérer la vulnérabilité et la résilience en milieu professionnel Un défi àrelever ? Préface de Mokhtar Kaddouri Postface de Dominique Vermersch *
Couverture et mise en page : Père Michel Mendez,Abbaye Saint Michel de Bois-Aubry
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08320-9 EAN : 9782343083209
Sommaire
Préface Le monde du travail entre incertitude, vulnérabilité et résilience Mokhtar Kaddouri.........................................................7............ Introduction Benoît Raveleau et Farid Ben Hassel......................................17 1.–Au risque d’en souffrirEnseigner, Eduquer. Gérald Houdeville – Jean-Yves Robin .....................................45 2.–et les situations limitesLa vulnérabilité sociale à l’école Peri Mesquida – Lindomar Wessler Boneti..............................67 3.–Vulnérabilités des dirigeants, la relation comme solution ? Hélène Desfontaines – Paola Duperray ....................................79 4.–dedu dirigeant de PME : Les paradoxes de la vulnérabilité la reconnaissance à la performance ? Benoît Raveleau – Farid Ben Hassel ......................................105 5.–Les compétences émotionnelles : un facteur de vulnéra-bilité des gestionnaires du réseau collégial québécois ? Lyne Bélanger ........................................................................151 6.–étude exploratoire au seinLa résilience organisationnelle : des entreprises du Bas Saint-Laurent et de la Côte Nord Imane Benhayoune – Bruno Urli............................................171 7.–La gestion des vulnérabilités dans les organisations : du mépris à la gestion des personnes Marie-Noëlle Albert – Michel Fortier ...................................201 5
Postface Vulnérabilité, résilience et exercice contemporain de l’autorité Dominique Vermersch............................................................217 PRÉSENTATION DES AUTEURS ......................................231 Bibliographie ..........................................................................239
6
Préface
1 Mokhtar Kaddouri
Le monde du travail entre incertitude, vulnérabilité et résilience
Les institutions, tout comme les groupes et les personnes qui les composent, ne cessent de subir les conséquences du libéralisme et de la modernité. Les repères sociaux et institutionnels s’affaiblissent, les certitudes établies sont bouleversées, le sens et la vision globale des choses sont morcelés, au moment même où les grandes institutions, traditionnellement dispensatrices de sens, sont en panne et peinent à jouer leur fonction régulatrice et leur rôle de socialisation. Ce constat est valable pour les institutions habituellement chargées de la socialisation, aussi bien primaire que secondaire. En effet, « la famille, le travail, l’école, la patrie, la religion, dont les valeurs instituées offraient des repères stables, sur lesquelles s’appuyaient les processus de socialisation dans notre société, ont subi de fortes transformations » (Palmade, 1990, p. 16). C’est en partie à ces transformations que Dubet (2002) a consacré son livre sur ce qu’il a appelé « le déclin du programme institutionnel », et Dubar (2010), son ouvrage sur « la crise des identités ». Les transformations en question ont précipité l’affaiblissement des sources et des images identificatoires, percuté les identités établies et perturbé les processus de leur reconstruction. Elles ont introduit des ruptures dans les trajectoires et une 1  Mokhtar Kaddouri Université de Lille, EA 4354 - CIREL - Centre Interuniversitaire de Recherche en Education de Lille, F-59000 Lille, France
incertitude dans les projections vers l’avenir. Les itinéraires, auparavant linéaires, sont de plus en plus chaotiques, du moins erratiques. Bref, la plupart des étayages identitaires sont fragilisés et la vulnérabilité gagne du terrain et atteint une population dont les contours sont de plus en plus diversifiés et élargis. Heureusement, ici ou là, des innovations de survie ou d’offensive se font jour et des résistances individuelles et collectives 2 s’organisent pour faire face au ravage du libéralisme et à ses conséquences destructrices. C’est dans ce contexte prégnant que l’ouvrage collectif co-dirigé par Benoît Raveleau et Farid Ben Hassel, dont j’ai l’honneur d’écrire 3 la préface , prend toute son importance et sa signification. Je tenterai ci-dessous d’en dégager quelques points saillants que j’accompagnerai, dans la mesure du possible, de quelques réactions et commentaires afin d’appuyer ou de nuancer les analyses en question.
2 Lire notamment :Les Salariés de l’incertitude. Solidarité, reconnaissance et équilibre de vie au travail, Marc Uhalde (dir.). Toulouse, Octarès, 2013.3 Etre préfacier d’un ouvrage qu’il soit individuel ou collectif est tout autant source de fierté que d’hésitation. Les hésitations concernent la forme à donner à la préface sans que celle-ci ne fasse double emploi avec la partie intro-ductive de l’ouvrage. Elles concernent également la façon de le promouvoir auprès de ses lecteurs potentiels et/ou susciter l’intérêt, du moins la curiosité de lecteurs autres que ceux qu’ils visent. Elles concernent enfin le fait d’entrer ou pas en débat avec les auteurs de l’ouvrage quant aux points de divergences possibles. C’est en partie à ces hésitations que je me suis trouvé confronté en m’attelant à la rédaction de cette préface. J’ai opté d’en dégager quelques axes transversaux d’analyse tout en exprimant quelques points de vigilance, non pas à l’adresse des co-directeurs et des contributeurs de l’ouvrage, mais en direction de ses lectrices et lecteurs.
8
Des approches croisées dans l’analyse de la vulnéra-bilité
Sans succomber à la tentation de la compassion ou des jugements de valeurs, les différents contributeurs croisent leurs regards pour aborder, de façon multidimensionnelle, le phénomène de la vulnérabilité. L’accent est mis sur le manque de moyens de défense et de possibilités de résistance dont souffrent les individus et les collectifs pour faire face aux événements qui les fragilisent et les font souffrir. La vulnérabilité est analysée dans sa relation avec la résilience individuelle et organisationnelle. Celle-ci est traitée non seulement d’un point de vue théorique et méthodologique mais également envisagée dans les possi-bilités de résilience qu’elle appelle et mobilise. L’approche déficitaire de la vulnérabilité est associée à une approche par les capabilités dont les contributeurs prônent le renforcement pour permettre aux personnes d’augmenter leur capital de résistance. Située au niveau socio-organisationnel et non seulement psychologique et individuel, la résilience est posée comme perspective d’un agir efficace face à la vulnérabilité. Des propositions d’action sont relatées en vue de la création du lien social, de l’appartenance à des groupes partageant le sens et le vécu subjectif de la vulnérabilité. L’une des hypothèses qui se dégagent de façon explicite des contributions est le lien fort entre les possibilités de faire face à la vulnérabilité et l’augmentation du potentiel de capabilités des personnes concernées.
La vulnérabilité comme résultats d’une construction sociale
Dans leur abord de la vulnérabilité, les auteurs ne se laissent pas prendre par le piège de l’individualisme culpabilisateur des vulnérabilisés qui ne s’en sortent pas.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.