Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

La subjectivité et la gestion

De
122 pages
Issu du milieu artistique, je n’avais pas fait un lien explicite entre la gestion et l’art comme mode de recherche, de connaissance et d’action. Former des artistes à un métier de créateur ou d’interprète et former des chercheurs à l’analyse des diverses disciplines artistiques sont deux choses très différentes. Les conservatoires préparent des gens à faire carrière dans l’exercice d’un art. La sélection est capitale dès l’admission. Donner des connaissances sur l’art à quelqu’un qui n’a pas l’étoffe d’un artiste ne va pas le « convertir », même s’il parvenait à réussir haut la main les examens portant sur ses connaissances théoriques. Beaucoup d’appelés, mais peu d’élus ; et le marché est impitoyable. _x000D_
_x000D_
De même, avoir des connaissances sur l’action et la gestion peut ne pas déboucher sur la capacité d’agir et de gérer, sur l’intelligence dans l’action. Avoir la « tête bien pleine », pour reprendre l’expression de Montaigne, ne garantit aucunement qu’on ait une tête bien faite pour créer, agir ou gérer efficacement. Gérer est difficile et complexe. Là aussi, la sélection est primordiale. _x000D_
_x000D_
Dans une école de gestion, ce « conservatoire de gestionnaires », la cohabitation entre la pratique de l’art et la recherche sur l’art ne peut faire autrement que conduire à des tensions. Former à agir est une mission très difficile, impossible presque, au cours de laquelle on ne peut mésestimer l’importance de la subjectivité, même si l’objectivité demeure essentielle à la prise de décision. Car diriger est une pratique, pas une science._x000D_
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

La subjectivité et la gestion
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin