Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 2,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
Du même auteur, chez le même éditeur :
Le Compte de résultat éditorial, collectionFocus, 2015. Le Budget éditorial, collectionFocus, 2015. Le Vade-mecum fiscal de l'édition, dernière édition 2016. Le Vade-mecum comptable de l'édition, dernière édition 2016.
Du même auteur, chez d'autres éditeurs :
Gérer une maison d'édition, Presses universitaires de Rennes – CollectionDidact Édition, 2013. Le Management de l'entreprise d'édition, sous la direction de Jean-Marc Lebreton et Dominique Bigourdan,Le contrôle de gestion de l'entreprise d'édition (avec Dominique Bigourdan),Spécificités juridiques, fiscales et sociales de l'entreprise d'éditionSandra Travers de Faultrier) et (avec Le bilan et le financement de l'entreprise d'édition, Éditions du Cercle de la librairie, 2014. Le Seuil de rentabilité éditorial, in revueDazibaon° 41, 2014.
Toute reproduction, intégrale ou partielle, destinée à une utilisation collective est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par le Code de la propriété intellectuelle.
© Pascal Arnaud, 2016.
ISBN numérique : 979-10-94578-06-3
POURQUOICALCULERUNPOINTMORTÉDITORIAL?
La question posée par ce calcul est celle de son utilité pour l’éditeur, des renseignements que cette information peut apporter à la gestion quotidienne d’une maison d’édition. Mais c’est aussi la question du périmètre à l'intérieur duquel cette notion est pertinente. Les expressions point mort etseuil de rentabilitésont équivalentes, au moins au sens économique. Il s’agit de déterminer le niveau d’activité nécessaire pour que le secteur étudié soit bénéficiaire. En ce sens, il s’agit bien de déterminer un point particulier, ou un seuil. Nous verrons que ce point peut être mesuré en grandeur physique (des exemplaires pour les livres imprimés) ou en chiffre d’affaires. Chaque maison d’édition déterminera le mode de calcul le plus pertinent pour elle.
Mais que peut bien signifier le point ainsi déterminé ? En précisant le niveau d’activité à atteindre pour devenir bénéficiaire, le calcul du point mort donne aussi :
Une information importante pour déterminer les objectifs de vente, Un moyen de mettre en relation le marché (par le prix de vente), la production (par les frais correspondants) et le circuit de distribution (par l’impact de son coût sur le résultat).
En ce sens, le calcul du point mort est unoutil de mesure du risque éditorial. Mais il s’agit aussi d’un moyen important d’orienter l’action commerciale. De plus, il existe un lien fort entre ce calcul et l’évolution de la trésorerie de l’entreprise. Il s’agit donc d’un élément central de la gestion d’une maison d’édition.
Il s’agit aussi d’un outil pratique de détermination du prix de vente des ouvrages (si l’on raisonne d’abord par la production) ou de détermination du budget de production (si l’on raisonne d’abord par la commercialisation). Par la relation qu’il établit entre ces deux approches, le calcul du point mort est un excellent moyen de comprendre le modèle économique d’une maison d’édition.
C’est enfin un outil polyvalent, applicable à la fois aux livres imprimés et numériques. Nous avons souligné les spécificités induites par chacun de ces formats à chaque fois que cela était nécessaire. Nous allons examiner dans cet ouvrage quel est le principe de gestion fondant le calcul du point mort, puis son application pratique au monde de l’édition, avant de présenter le périmètre et les principales limites d’utilisation de cet outil.