Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

La coque trouée

de coedition-nena-editions-salamata

Le regard de l'aveugle

de coedition-nena-editions-salamata

Insomnie rebelle

de coedition-nena-editions-salamata

suivant
Extrait
I - Clarification des principaux concepts

1.1 - Les objectifs


L’objectif général constitue la raison fondamentale, le but pour lequel le projet a été conçu. Il prend racine sur les objectifs définis par l’État (en relation avec divers acteurs, le plus souvent) et s’assimile à une finalité. C’est pourquoi on retrouve souvent l’expression « contribuer à » dans la formulation des objectifs.

A titre d’illustration, le but de l’UNDAF du Sénégal (2007-2011) « est de contribuer de façon synergique et harmonisée à lutter contre la pauvreté, en visant particulièrement les groupes vulnérables, à travers la promotion des droits humains, de l’équité de genre et du développement durable et en axant l’effort sur l’amélioration des revenus, de la sécurité alimentaire et de l’environnement (1), de l’accès aux services sociaux de base (2) et de la gouvernance (3) »1.

1 République du Sénégal, Système des Nations Unies au Sénégal, Plan cadre des Nations Unies pour l’assistance au développement (UNDAF) 2007-2011
Ce programme s’arrime au Document de référence en matière de lutte contre la pauvreté, dans le court et le moyen terme, de l’État du Sénégal à l’époque de sa formulation. Ainsi, l’ensemble des parties prenantes de l’UNDAF contribuent à la réalisation des objectifs poursuivis par le pays bénéficiaire des interventions du SNU, conformément aux orientations qu’il définit dans son cadre stratégique qui prime sur tout autre cadre lui venant en appui ou en complément.

Quant à l’objectif spécifique, il se réfère à la situation que l’on devrait enregistrer au terme du projet. Il est pertinent, réalisable, mesurable et inscrit dans le temps. Les objectifs spécifiques permettent d’atteindre l’objectif général. Aussi, peuvent-ils être poursuivis par des agences de mise en œuvre différentes, en particulier dans le cas d’un programme. Les responsabilités sont alors précisées à l’effet d’identifier une institution de coordination pour chaque objectif spécifique afin de préserver au mieux la cohérence d’ensemble des actions planifiées.

1.2 - Les résultats et les activités

Les résultats (produits, effets) constituent la conséquence concrète de la mise en œuvre des activités. Ils constituent des changements quantitatifs et qualitatifs directement issus de l’action du projet et sont en lien logique avec les objectifs définis. Les résultats sont mesurables ou descriptibles.

Par contre, les activités constituent les conséquences des actions entreprises. Les activités utilisent des intrants (apports) nécessaires à leur formation. Elles peuvent être des ressources (humaines, financières et matérielles) ou des services (assistance technique).

L’UNDAF 2007-2011 du Sénégal pourrait encore servir d’illustration. Il retient parmi ses effets programme le résultat suivant : « l’accès aux services de santé de qualité est assuré dans les zones de concentration du SNU, en particulier pour les femmes, les enfants et les jeunes, en visant de manière prioritaire la réduction d’un tiers de la mortalité des enfants de moins de 5 ans (OMD 4) et l’amélioration de la santé maternelle (OMD 5) »2. Ce résultat contribue à la réalisation du but de l’UNDAF.

2 idem L’atteinte de ce résultat à moyen terme passe par l’obtention de 5 produits dont le premier s’énonce comme suit : « Dans les districts cibles, une prise en charge de qualité des femmes enceintes est assurée pendant la grossesse, l’accouchement et le post-partum, y compris les SONU et les fistules obstétricales »3.

3 ibidem Ce produit devrait découler de la réalisation d’une série d’activités comme l’offre de services de santé de la reproduction, l’information/sensibilisation à travers le recrutement de personnel qualifié, le renforcement de capacités, la mise en place d’infrastructures et d’équipements, etc. En définitive, une causalité évidente permet de passer des activités à mettre en œuvre au but poursuivi par le programme.

1.3 - Les intrants ou apports

Ils constituent les ressources (humaines, matérielles, financières, techniques) mobilisées, sous forme d’actions, à l’origine de la génération de toute activité dans le cadre d’un projet/programme. Dans l’exemple cité ci-dessus, le personnel, les infrastructures, les équipements et les ressources techniques constituent les intrants.

1.4 – Les relations entre les différents concepts

En usant d’un proverbe anglais bien connu, on peut illustrer les relations entre les différents concepts.
On peut mener un cheval à la fontaine, mais on ne peut le forcer à boire, dit cette maxime que reprend un ouvrage du BIT4.

4 BIT : La conception, le suivi et l’évaluation des programmes et projets de coopération technique. Manuel de formation Genève, 1998 Un cheval assoiffé constitue le problème; la fontaine, la corde et l’homme constituent les apports; amener le cheval à la fontaine constitue une activité; le cheval à la fontaine est un produit; le cheval qui boit est l’objectif spécifique; le cheval heureux est l’objectif général.