Les Carrés BTS. Management des entreprises

De
Publié par


34 fiches de cours pour réussir votre examen.


Ce livre est une véritable aide pour préparer votre épreuve. Les auteurs y ont mis toute la connaissance qu'ils ont de l'examen et toute leur expérience pédagogique pour vous permettre :

  • d'acquérir toutes les connaissances qui figurent au programme, les revoir facilement à tout moment et les mémoriser ;
  • de préparer efficacement l'épreuve grâce aux applications corrigées.

Publié le : dimanche 1 mai 2011
Lecture(s) : 165
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297020503
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La logique entrepreneuriale : une opportunité et une démarche
FICHE 1
1L’ENTREPRENEUR SELON LES ÉCONOMISTES CLASSIQUES : LA PRISE DE RISQUE SUR LE MARCHÉ L’entrepreneur classique: dans la conception néoclassique, la société est composée d’individus interchangeables prenant tous les mêmes décisions dans des conditions identiques. Par consé quent, aucune évolution n’est possible et le système économique se réduit à un simple circuit, c’estàdire une reproduction à l’identique des conditions de départ. Toute régulation sur le marché se fait selon le principe de la « main invisible » d’Adam Smith, sans aucune intervention humaine, d’où l’importance de la loi de l’offre et de la demande. Le pouvoir de l’entrepreneur se justifie seulement par le risque personnel encouru en consacrant son patrimoine au projet dans le but d’obtenir un profit futur.
2L’ENTREPRENEUR SELON JOSEPH SCHUMPETER : UN INNOVATEUR A – L’entrepreneur est un innovateur SelonJoseph Schumpeter, «on ne naît pas entrepreneur, on le devient». Pour cela il faut : – un environnement favorable ; – une volonté de réussir et d’entreprendre. L’entrepreneur est uninnovateurcar il est capable de percevoir des opportunités nouvelles qui apparaissent par« grappes d’innovations »lors du minimum d’un cycle économique.
G 8
LESCARRÉSBTS – MANAGEMENTDESENTREPRISES
Expansion
CRISE
Récession CYCLE
Grappe d’innovations
REPRISE
Ces grappes d’innovation correspondent à la création de nouvelles technologies par les entrepre neurs qui les implantent sur le marché permettant et stimulant la croissance économique.
B – L’entrepreneur Schumpetérien L’entrepreneur Schumpetérien est un personnage hors du commun doué de qualités excep tionnelles et dont l’action provoque la rupture du circuit et déclenche l’évolution. Schumpeter considère que l’on peut distinguer deux types d’entrepreneurs : – l’entrepreneur innovateurqui va prendre le plus de risques en introduisant l’innovation mais qui est aussi celui qui fera le plus de profits, Schumpeter employant dès lors la notion de profit monopolistique ; – l’entrepreneur imitateurqui est attiré par le profit du premier qui va suivre la voie de l’inno vation.
3UNE DÉFINITION SYNTHÉTIQUE DE L’ENTREPRENEUR Entreprendreconsiste en premier lieu à : repérer des opportunités de développement; prendre les risques nécessairespour créer l’activité nouvelle correspondante ou dynamiser une activité existante.
FICHE1La logique entrepreneuriale : une opportunité et une démarche
La logique entrepreneuriale implique donc unecapacité à anticiper, à se projeter et à innover. Elle suppose égalementlamise en œuvre d’un projet entrepreneurial cohérent articulant contraintes, compétences et ressources. L’entrepreneuriat renvoie à une dynamique d’action et à un engagement dans un projet collectif, ce n’est pas une simple succession d’opérations juridiques et de gestion comme le considèrent les économistes libéraux. En conclusion, l’entrepreneuriat consiste à créer, à reprendre ou à développer une entreprise.
4QUELLES SONT LES COMPÉTENCES ET LES QUALITÉS D’UN ENTREPRENEUR ? Les entrepreneurs sont tous différents mais des traits communs les caractérisent : – ils ont une forte envie de réussir ; – ils doivent faire preuve d’esprit d’initiative ; – ils savent prendre des décisions et mener des actions ; – ils savent organiser et anticiper les événements ; – ils assurent une veille informationnelle pour saisir les opportunités ; – ils savent prendre des risques de manière réfléchie et maîtrisée ; – ils doivent être dotés d’un fort charisme.
5QUELLES SONT LES ÉTAPES DE LA CRÉATION D’ENTREPRISE ? La logique entrepreneuriale correspond à deux étapes : – saisir les opportunités et définir des stratégies ; – déterminer et obtenir les ressources nécessaires. Avant de créer l’entreprise, il faut que l’entrepreneur ait mis en place une veille informationnelle afin de détecter et saisir les opportunités du marché. À partir de celleci, il pourratrouver une idée originale. Pour cela l’entrepreneur va faire une étude de faisabilité qui consiste à monter le projet à partir de l’idée ou l’activité retenue : – Quelles technologies utiliser ? – Comment répondre aux opportunités offertes par l’environnement ? – Quels choix commerciaux doiton faire ? – Quel est le financement nécessaire et comment l’obtenir ? – Quelle structure organisationnelle et juridique choisir ?
G 9
G 10
LESCARRÉSBTS – MANAGEMENTDESENTREPRISES
En particulier, l’entrepreneurferaunede marché étude pour vérifier si le projet présente des perspectives favorables avant de valider l’idée. Il devra ensuite trouver les moyens financiers. Le montage financier doit permettre le démarrage du projet :plan d’affaireoubusiness plan, bilan prévisionnel, compte de résultat, étude du besoin en fond de roulement.
Application 1. Retrouvez les deux types d’entrepreneurs à partir des deux définitions suivantes : Joseph Schumpeter considère que l’on peut distinguer deux types d’entrepreneurs : – … qui va prendre le plus de risques en introduisant l’innovation mais qui est celui aussi qui fera le plus de profits, Schumpeter employant dès lors la notion de profit monopolistique ; – … qui est attiré par le profit du premier va suivre la voie de l’innovation. 2. Répondez par oui ou par non aux affirmations suivantes : L’entrepreneur doit obligatoirement : – trouver une idée originale : oui / non – embaucher du personnel : oui / non – faire une étude de marché : oui / non – demander conseil à un expertcomptable : oui / non – faire un business plan : oui / non 3. Indiquez lesquelles des situations suivantes sont dans la logique entrepreneuriale : a) Chef de Projet Informatique dans un grand groupe, Olivier Desurmont découvre le nettoyage de véhicules sans eau par hasard, dans un parking parisien, pendant la canicule de 2003. Séduit par l’idée, il lui semble intéressant d’aller plus loin dans la démarche environnementale en développant une gamme de produits bio dégradables. Après de nombreuses recherches sur les techniques de nettoyage de véhicules et sur les produits existants, il décide de créer son entreprise en août 2004. b) Renault dispose d’une trentaine de sites industriels et s’appuie sur les sites de ses partenaires dans le cadre de coopération. Le réseau Renault Retail Group a décidé de recruter des commerciaux féminins et masculins à parité. Entre janvier et août 2009, l’objectif est atteint et sur 35 recrutements, 18 femmes ont été embauchées. c) Bonne Maman est avant tout une histoire de clan. C’est en épousant Suzanne Chapoulard, la fille d’un négociant spécialisé dans les prunes, que Jean Gervoson est « tombé dans la marmite ». Après la guerre, il a décidé de récupérer les prunes invendues pour fabriquer des confitures qu’il a commercialisées sous la marque Andros.
FICHE1La logique entrepreneuriale : une opportunité et une démarche
Correction 1. Joseph Schumpeter considère que l’on peut distinguer deux types d’entrepreneurs : – l’entrepreneur innovateurqui va prendre le plus de risques en introduisant l’innovation mais qui est celui aussi qui fera le plus de profits, Schumpeter employant dès lors la notion de profit monopolistique ; – l’entrepreneur imitateurqui est attiré par le profit du premier va suivre la voie de l’innovation. 2. Répondez par oui ou par non aux affirmations suivantes : L’entrepreneur doit obligatoirement : – trouver une idée originale :oui/ non – embaucher du personnel : oui /non – faire une étude de marché :oui/ non – demander conseil à un expertcomptable : oui /non – faire un business plan :oui/ non 3. Les situations suivantes sont dans la logique entrepreneuriale : a) Olivier Desurmont peut être considéré comme un entrepreneur suiveur. Il perfectionne et développe une idée qu’il a observée dans un parking. c) Bonne Maman. Jean Gervoson a une idée simple mais innovante, récupérer les fruits non commercialisables pour en faire de la confiture industrielle. Par contre, le cas de Renault n’évoque pas une démarche entrepreneuriale : l’entreprise et les produits existent déjà. Il s’agit simplement d’une stratégie de gestion du personnel.
G 11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.