Les Carrés DCG 7 - Exercices de management 2014-2015 - 2e édition

De
Publié par

Ce livre est un véritable outil d’entraînement.

Les auteurs y ont mis l’expérience qu’ils ont de l’examen pour vous permettre :

– de vous entraîner à résoudre avec succès les différents exercices pour mettre vos connaissances en application (les corrigés sont fournis) ;

– de préparer utilement votre épreuve.



• Candidats au DCG/DSCG

• Étudiants de l’INTEC

• Étudiants de l’enseignement supérieur de gestion

• Étudiants des licences économie-gestion et des licences professionnelles
Publié le : lundi 1 septembre 2014
Lecture(s) : 30
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297046466
Nombre de pages : 204
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Méthodologie
1
Les conditions de l’épreuve
THÈME1
Les conditions d’examen :«épreuve écrite portant sur l´étude dúne ou de plusieurs situations pratiques et/ou le commentaire dún ou plusieurs documents et/ou une ou plusieurs questions. 1 Durée de l’épreuve : 4 heures – Coefficient : 1,5 – 18 crédits européens(ECTS ) ».
Dans la pratique les sujets comprennent le plus souvent deux parties indépendantes : l’étude d’une situation pratique présentée dans des annexes, avec plusieurs questions relatives au sujet abordé, traditionnellement appelée «étude de cas»; uncommentaire de document, qui se limite le plus souvent à un développement structuré s’appuyant sur un document. Plus rarement, il pourra s’agir d’une simple question sans annexe, assimilable à une dissertation.
Ce recueil d’exercices aborde les thèmes les plus susceptibles de « tomber » à l’examen; une étudecomplète du programme de l’UE7 du DCG est cependant conseillée pour garantir les chances de réussite. Les étudiants pourront se reporter au livre Management (DCG 7), par André Cavagnol et Pascal Roulle,e collection Les Carrés du DCG, Gualino éditeur, 5 édition, 2014/2015.
2
L’étude d’une situation pratique
AEn quoi consiste l’étude de cas ? L’épreuve de management peut prendre des formes diverses : questions de cours, commentaire de documents, ou plus généralement une étude de cas reposant sur l’analyse d’une situation pratique
1. European Credit Transfer System.
G 8 présentée dans une ou le plus souvent plusieurs annexes. L’approche la plus complète étant cette LESCARRÉSDUDCG7– EXERCICESDEMANAGEMENT dernière. Une étude de cas est la description courte d’une situation réelle d’entreprise. Son objectif péda-gogique est de permettre à l’étudiantde montrer et de mettre en valeur ses savoirs et son savoir-faire.Son intérêt ne réside pas tant dans les réponses qui sont données que dans2 la démarche heuristique de questionnement. Un cas doit faire surgir plus de questions qu’il n’apporte de solutions.
BLes finalités de l’étude de cas L’étude de cas vise à améliorer la capacité à appréhender une situation réelle de management,à prendre des décisions, à communiquer, mais il ne s’agit pas d’une situation réelle ; en particulieril n’est pas possible d’obtenir des compléments d’information. L’exercice de l’étude de cas vise àévaluer la capacité du candidat à sélectionner les informa-tionsutiles; mais lesappréhender une situation et prendre les décisions qui s’imposent  pour informations dont dispose l’étudiant sont limitées et certaines sont parfois peu pertinentes, voire inutiles. Par ailleurs, une étude de cas est généralement émaillée de questions précises visant à évaluer des connaissances.
Conseil du prof Il est indispensable d’exprimer clairement les connaissances de cours utiles pour traiter la question sanssupposer que le correcteur connaît déjà les définitions et les théories présentées ou que cela va de soi.
En ce qui concerne l’épreuve de management du DCG, l’étude de cas se limite le plus souvent à une série de questions s’appuyant sur des annexes décrivant une situation d’étude d’une organisa-tion. Certaines questions sont parfois plus assimilables à des questions de cours qu’à une véritable étude de cas. Le descriptif de l’épreuve de l’UE7 n’exclut cependant pas que l’étude de cas puisse prendre une autre forme, plus classique et concrète.
2. «Discipline qui étudie les procédés de recherche pour en formuler les règles, et qui effectue une réflexionméthodologique sur cette activité. L’heuristique se distingue de la méthodologie en ce sens qu’elle est plus une réflexion sur l’activité intellectuelle du chercheur que sur les voies objectives de solution» (source:TLFi).
G 9 THÈME1Méthodologie CLes 6 étapes de l’étude de cas Le succès dans cet exercice dépend de la mise en œuvre d’une démarche d’étude et de rédaction rigoureuse : 1.Une première lecturerapideen commençant par lire les questionss’il y en a (même sielles sont à la fin du sujet), afin d’identifier les domaines à aborder. Dans un premier temps, il n’est pas utile de lire les annexes en détail, il suffit tout au plus de regarder les titres et éventuellement les sous-titres dans le texte. 2.Recenser les connaissancesutiles pour traiter le cas : quels chapitres du cours, quels auteurs, quelles théories, quelles définitions de mots-clés. 3.Une relecture finaliséesurlignant les éléments clés, sans excès car si tout est mis en en exergue les informations utiles ne seront plus mises en évidence, afin de faire émerger une problé-matique, d’identifier les domaines de connaissances à mettre en œuvre et les informations utiles pour traiter le cas. En particulier, il faut recenser les informations utiles dans les annexes (réfé-rences théoriques auxquelles il est fait plus ou moins explicitement allusion, passages caractéris-tiques à citer...). 4.Analyser la situation, par exemple, s’il s’agit d’étudier la stratégie de l’organisation, en se posant les questions : – Quelle est la situation actuelle ? – Quel est le passé récent de l’entreprise ? – Quelles sont ses finalités (profit, patrimoine, indépendance, leadership, pérennité...) ? Faire un diagnostic, par exemple par la méthode SWOT (Forces, Faiblesses, Opportunités, Menaces), la matrice BCG, les 5 forces de PORTER, l’analyse d’ANSOFF, etc. – Quels sont ses facteurs clés de succès (FCS) ? Quel axe de développement a été choisi par l’entreprise (pénétration de marché, stratégie de niche...) ? – Comment se positionne son offre sur le marché ? – L’axe de communication de l’entreprise est-il cohérent avec l’axe de développement ?
Conseil du prof L’algorithme de Quintilien3QOCP?) permet d’explorer? Pourquoi Quand? Où? Comment Quoi ? (Qui ? méthodiquement le champ d’étude en essayant de répondre systématiquement à chacune des questions appliquée au cas.
10 G LESCARRÉSDUDCG7– EXERCICESDEMANAGEMENT 5.Rechercher des propositions : formuler explicitement des hypothèses sur les éléments incertains et l’évolution probable de l’environnement ; définir les objectifs et des lignes d’action possibles ; – formuler des préconisations en évaluant les résultats possibles. 6.Rédiger en suivant le plan suivant: brèvedescription de la situation et de la problématique. En particulier, il faut expliciter la « carte d’identité » de l’organisation (activité, âge, statut juridique, etc.). Cette description peut être faite avant de répondre aux questions si elles portent toutes sur la même situation ou bien pour chaque question si le contexte de chacune est différent ; présentation des outils utilisés, c’est-à-dire lesthéories et auteurs qui peuvent être utilisés pour étayer l’analyse : c’est ce que l’on appelle des «arguments d’autorité» ; application au cas en proposant des solutions, en faisant référence aux arguments d’auto-rité présentés précédemment et en citant entre guillemets des éléments utiles tirés des annexes.
Conseil du prof Si l’étude de cas comporte des questions précises, il est toujours préférable de répondre question par question en respectant leur ordre et la numérotation de l’enoncé.
En résumé, trois types de présentations peuvent être choisis en fonction de la formulation de l’étude de cas :
Il s’agit de faire une étude globale
Résumé de la situation Arguments d’autorité Solutions question 1 Solutions question 2...
Chaque question concerne un problème distinct
Question 1 : Résumé de la situation Arguments d’autorité Solutions
Question 2 : Résumé de la situation Arguments d’autorité Solutions...
Des questions distinctes concernant une même situation
Résumé de la situation
Question 1 : Arguments d’autorité Solutions
Question 1 : Arguments d’autorité Solutions...
3
THÈME1Méthodologie
Le commentaire de document
G 11
AEn quoi consiste le commentaire de document En plus d’une étude de cas, les sujets de management du DCG comportent souvent un commen-taire de document. On devrait plutôt parler d’un exercice d’exploitation d’un document, car il s’agit généralement de faire une présentation structurée du thème évoqué en y intégrant les infor-mations données par le document et des connaissances personnelles (connaissances de cours, culture managériale, économique ou juridique personnelles), soit plutôt un exercice à mi-chemin entre l’exposé structuré et la note de synthèse. Le traitement est alors identique à celui d’une dissertation ou d’un exposé structuré. Il ne faut donc pas négliger les techniques de la dissertation structurée. Les sujets des sessions 2012 et 2013 comportaient d’ailleurs une quasi-dissertation sur un thème sans document.
BComment rédiger La rédaction d’un argumentaire structuré prend une forme classique de dissertation avec une introduction, un développement structuré et une conclusion. L’introductiondoit suivre une formulation type attendue par le correcteur : une phrase d’accroche : quel est l’intérêt de la question (sujet d’actualité, pourquoi le thème est important...) ; la définition des mots-clés du sujet sans toutefois trop développer au risque de ne plus rien avoir à dire dans le développement ; la présentation d’une problématique évoquée par la question ; la présentation du plan suivi pour l’exposé.
Le plus simple pour trouver laproblématiquede définir une hypothèse d’argumentation est puis de la reformuler sous la forme d’une question.
Le développement: la réponse au problème posé doit tenir compte des annexes du sujet, des connaissances permettant de le traiter (définitions de concepts, théories et auteurs), le tout inclus dans une analyse cohérente.
La présentation la plus pertinente est de faire ressortir la structure par des titres significatifs (I – Titre, A – Titre, 1 – Titre). Le plan doit être traité en deux ou au maximum en trois parties. Il faut éviter de dépasser trois parties par niveau car c’est en général l’indice que le plan est mauvais.
G 12 LESCARRÉSDUDCG7– EXERCICESDEMANAGEMENT Le plan en trois parties doit être réservé à des cas exceptionnels de réponse structurée en thèse, antithèse, synthèse. Cela implique bien entendu que la partie synthèse soit conséquente. Dans le cas contraire, il vaut mieux réserver la synthèse pour la conclusion. LaConclusion: deux possibilités peuvent être envisagées (ou les deux à la fois) : – faire lasynthèsede ce qui a été dit ; faire une «ouverture », c’est-à-dire soulever un problème nouveau qui découle de l’analyse faite dans le développement.
CLe commentaire de document : la méthode de travail
Plan détaillé I - A - B -
II - A - B -
Introduction
Conclusion
I -A -
B -
II -A -
B -
Nous conseillerons de préparer un brouillon comme le montre le schéma précédent. Il ne faut pas tout rédiger au brouillon car cela prendrait trop de temps. Il faut noter les idées au fur et à mesure qu’elles viennent dans les parties correspondantes du plan : auteurs, théories, définitions, citations des annexes entre guillemets. En effet, vous risquez de les oublier si vous attendez pour les noter, de rédiger la partie dans laquelle elles doivent être utilisées. La rédaction se fait ensuite directe-ment au propre en prenant soin de garder un peu de temps pour la relecture.
Conseil du prof
THÈME1Méthodologie
1. Il est impensable de n’espérer répondre qu’en utilisant les annexes.Tant pour l’étude de cas que pour le commentaire de document, le but de l’exercice n’est pas tant de donner une réponse pertinente que de montrer que le candidat est capable de l’étayer par des connaissances (définitions des termes employés, théories et auteurs qui ont étudié la question et qui servent de références).C’est en grande partie sur ces connaissances utilisées à bon escient que se fera l’évaluation à l’examen. 2.À l’inverse, il ne faut pas réciter des chapitres entiers de cours. Vous ne devez utiliser que les éléments de connaissance nécessaires en les intégrant dans votre raisonnement chaque fois que cela est utile. Ils peuvent provenir de plusieurs chapitres du programme. 3.Il est indispensable de répondre à toutes les questions afin d’optimiser les chances de réussite. Même1/2 point gagné peut être déterminant pour valider votre UE et même quelquefois le diplôme car 1/4 de point manquant suffit pour ne pas valider le diplôme (note éliminatoire, moyenne générale). 4.Vous n’êtes pas obligé d’abonder dans le sens dans lequel semble orienter le sujet. Les informations données par les annexes ne sont pas toujours exactes (par exemple la personne interrogée peu faire abusi-vement référence à une théorie), et le sujet lui-même peut quelquefois comporter des ambiguïtés. Vous pouvez signaler cela dans votre copie en étayant votre critique par des arguments solides et définir dans quel sens vous comptez traiter la question. Par exemple, les sujets 2011 et 2012 faisaient référence à la « Responsabilité Sociale de l’Entreprise » ou RSE. Le terme étant ambigu, il était indispensable de bien préciser le sens donné à l’expression par rapport auquel était traité le sujet. S’agissait-il de la responsabilité sociétale/sociologique (social, environnemental, citoyen…) à laquelle le sigle RSE fait habituellement référence ou simplement de la responsabilité sociale vis-à-vis du personnel, les deux interprétations étant possibles ? 5.Il faut éviter d’utiliser certaines expressions « passe partout » comme « jadis », « de tout temps », « il est évident que », « il faut que », « y a qu’à »…, car elles manquent de précision ou ne constituent pas une argumentation.
13 G
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.