Les Carrés DCG 7 - Management 2012-2013 - 3e édition

De
Publié par

38 fiches de cours avec applications corrigées pour réussir votre épreuve


Ce livre est un véritable outil d’acquisition des connaissances pour préparer votre épreuve.

Les auteurs y ont mis l’expérience qu’ils ont de l’examen pour vous permettre :

- d’acquérir toutes les connaissances qui figurent au programme, les revoir facilement à tout moment et les mémoriser ;

- de savoir bien utiliser vos connaissances pour résoudre avec succès les applications proposées (les corrigés sont fournis).


• Candidats au DCG

• Étudiants de l’INTEC

• Étudiants de l’enseignement supérieur de gestion

• Étudiants des licences économie-gestion et des licences professionnelles

Publié le : mercredi 1 août 2012
Lecture(s) : 20
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297029407
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le management et le manager
FICHE1
1฀♦LE MANAGEMENT, UN ENSEMBLE DE TECHNIQUES ET DE SAVOIRFAIRE Le management estl’ensemble des techniques qui sont mises en œuvre pour administrer une organisation.On distingue : – lemanagement stratégiquequi s’intéresse aux actions ayant un effet durable, à long terme et vital; – lemanagement opérationnelqui consiste à la mise en œuvre des décisions prises au niveau du management stratégique. La notion de management n’est plus exclusivement liée à la notion d’entreprise mais c’est une réalité qui concerne tous les types d’organisations. Le management est né du développement des organisations et notamment des organisations soumises à la concurrence et ayant conscience de la précarité de leur existence. On peut se demander à son sujet s’il s’agit d’une science. De nom breux auteurs, qui font référence en la matière, préfèrent évoquer un art ou même un artisanat plus fondé sur le savoirfaire et l’intuition que sur une démarche rationnelle. Le management des organisations est au carrefour de plusieurs champs disciplinaires, ce qui en explique le contenu extrêmement dense : microéconomie, sociologie, psychosociologie, théories de l’information, théorie des conventions, cybernétique…
2฀♦LE MANAGER ESTIL UN PLANIFICATEUR ? Peter Druckerest considéré comme l’un des pères des théories modernes en management. Pour lui, un dirigeant efficace doit fixer des objectifs, organiser le travail, motiver et impliquer, établir des normes de performances.
ger a pour mission de mettre en œuvre les moyens techniques, financiers et humains G LESCARRÉSDUDCG7– MANAGEMENT 8 Tout mana dont il dispose pour atteindre ses objectifs. Il y parvient en assumant des fonctions dedirection, deplanification, d’organisationet decontrôle. Ces activités sont les bases du management. Ainsi, pour Peter Druckerle manager est une sorte d’horlogerqui construit et pilote en per manence l’entreprise. PourHenry Mintzberg, le manager est presque exclusivement orienté vers l’action et très peu vers la réflexion. Il n’est pas un planificateur systématique et réfléchi car il est plongé dans l’action et n’a pas le temps de mener une réflexion approfondie. Il est submergé de tâches routinières et doit traiter des événements imprévisibles. C’est avant tout un communicant. Ainsi, pour lui, le manager a 3 types de rôles : un rôle de relations interpersonnelles, un rôle lié à l’information et un rôle décisionnel. PourMichel Crozier, l’organisation est un construit social fruit des stratégies des acteurs dans leur quête du pouvoir pour conserver ou accéder à une situation dans l’entreprise. Le manager devient alors celui qui doit comprendre et gérer les tensions mais aussi conclure des alliances pour permettre à l’organisation de survivre. Il est alors confronté à de multiples résistances ou devient le bénéficiaire de diverses alliances.
3฀♦LE DILEMME ENTRE LE MANAGEMENT FINANCIER ET LE MANAGEMENT ENTREPRENEURIAL Le développement des investisseurs institutionnels (SICAV, FCP, assureurs, fonds de pension) a contribué à la déréglementation des marchés financiers.L’émergence d’un capitalisme de masse a mécaniquement augmenté la pression financière sur les entreprises. En effet, les investisseurs institutionnels ont pour but la satisfaction de leurs mandataires et non un projet industriel. Les actionnaires demandent aux dirigeants de garantir les retours financiers de court terme. Cela peut conduire à des dérives néfastes (fraudes, falsification des comptes, perte de vue des finalités réelles de l’entreprise) pour une recherche de profit à tout prix et à court terme. Ces contraintes ont une conséquence majeure sur la stratégie de l’entreprise : innovation et recherchedéveloppement doivent impérativement conduire à un retour sur investissement rapide et élevé. Ce modèle est peu adapté à la compétition contemporaine qui nécessite à la fois stabilité et prospective pour pouvoir pérenniser l’entreprise. À l’inverse, le capitalisme entrepreneurial vise à soutenir un régime de compétition fon dée sur l’innovation tout en assurant la pérennité de l’organisation. La distribution du profit n’intervient que lorsque toutes les autres finalités (prestation, pérennité, recherche) sont réalisées.
La notion d’organisation
FICHE2
1฀♦DES DÉFINITIONS DE L’ORGANISATION PourGeorges Lapassade etRené Lourau, «la notion d’organisation présente deux significa tions : elle désigne, d’une part, des ensembles pratiques tels que les usines, les syndicats, les banques, des associations diverses, c’estàdire des collectivités qui poursuivent des objectifs telles que la production de biens ou leur distribution, la formation des hommes ou la gestion de leurs loisirs[…]d’autre part le même terme sert encore à désigner certaines conduites sociales, certains processus sociaux : l’acte d’organiser ces activités diverses, l’agencement de moyens pour atteindre des buts collectifs (produire, éduquer, distribuer), l’intégration des divers membres dans une unité 1 cohérente…» . Chester Barnardl’organisation comme un « considère système coopératif»auquel ses mem bres participent tant qu’ils en retirent un avantage.Pour lui, l’organisation est caractérisée par un réseau de fonctions et de tâches définies ; ce qui entraîne une division du travail et un système de responsabilités. L’autorité y est acceptée parce qu’elle contribue au bon fonctionnement de l’organisation. Le gestionnaire a l’obligation d’établir et de respecter un code moral et de résoudre les conflits qui découlent de la mise en œuvre de ce code. PourTalcott Parsons, l’organisation est «une unité sociale en vue d’atteindre des buts spécifi ques». Il définit les organisations par l’activité d’organiser : élaborer une structure, des procédures, un ordre propre au système, un cadre c’estàdire une structure, une culture et une institution sociale en tant que système organisé. Audelà de ces définitions,Arnold Tannenbaumdéfinit une typologie des organisations en fonc tion des modalités de structuration et de fonctionnement :
1. Georges Lapassade, Renée Lourau,Clefs pour la sociologie, Seghers, 1974.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.