//img.uscri.be/pth/57e42d627bc4a2e97b5bd04e32a21324e4c7fc33
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Vocabulaire de la création d'entreprise par essaimage

De
134 pages
« Les langues vivantes se modifient en synergie avec leur environnement, avec les découvertes, les innovations, les transformations économiques et sociales. La langue française se modifie et s'enrichit au rythme de l'évolution des modalités de création d'entreprise, et il nous incombe à tous de suivre cette transformation dans un esprit innovateur et progressiste. » — La directrice générale adjointe des services linguistiques de l'Office québécois de la langue française, Danielle Turcotte
Ce livre présente :
• Les concepts et les termes fondamentaux de la création d'entreprise par essaimage
• La terminologie de la restructuration par scission
• Un lexique bilingue français-anglais
Denyse Létourneau est linguiste-terminologue à l'Office québécois de la langue française. Elle a mené à bien les recherches terminologiques nécessaires à la rédaction du Vocabulaire avec la collaboration exceptionnelle de Louis Jacques Filion, professeur et titulaire de la Chaire d'entrepreneuriat Rogers–J.-A.-Bombardier à HEC Montréal, avec le concours de certains de ses collaborateurs du Québec et de la France, experts du domaine de la création d'entreprise.
En collaboration avec l'Office québécois de la langue française
Voir plus Voir moins

g Les concepts et les termes fondamentaux
de la création d’entreprise par essaimage
g La terminologie de la restructuration
pap arar DDenenysyse e LéLétotoururnen eauau, ,oqo qlflf par scission
eett LoLouiu ss JaJacqcqueu ess FiFililionon,, heh ec
g Un lexique bilingue français-anglais
incluant
la terminologie
élémentaire de la
restructuration
par scission
ISBN 978-2-7606-2758-1
www.pum.umontreal.ca
? e14,95 $ 13 PUM Les Presses de l’Université de Montréal
Vocabulaire par essaimage-couv final.indd 1 5/8/12 4:16:14 PM
Vocabulaire de la création d’entreprise par essaimageVocabulaire de la création
d’entreprise par essaimage
incluant la terminologie élémenta ire
de la restructuration par scission
Denyse Létourneau
Louis Jacques Filion
Les Presses de l’Université de MontréalCatalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec
et Bibliothèque et Archives Canada
Létourneau, Denyse
Vocabulaire de la création d’entreprise par essaimage incluant la terminologie élémentaire
de la restructuration par scission
Comprend des réf. bibliogr. et un index.
ISBN 978-2-7606-2758-1
1. Entrepreneuriat - Dictionnaires français.
2. Nouvelles entreprises - Dictionnaires français.
3. Entreprises - Réorganisation - Dictionnaires français.
4. Essaimage (Économie politique) - Dictionnaires français.
5. Français (Langue) - Dictionnaires anglais.
6. Anglais (Langue) - Dictionnaires français.
I. Filion, Louis Jacques, 1945- . II. Titre.
HD62.5.L47 2012 658.4’2103 C2012-940500-0
eDépôt léga: 2l trimestre 2012
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
© Les Presses de l’Université de Montréal, 2012
ISBN (papier) 978-2-7606-2758-1
ISBN (epub) 978-2-7606-2760-4
ISBN (pdf) 978-2-7606-2759-8
Les Presses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide fnancière du gouvernement du
Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition.
Les Presses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien fnancier le Conseil des
arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec.
imprimé au canada en mai 2012Vocabulaire réalisé sous la direction de Danielle Turcotte, directrice
générale adjointe des services linguistiques de l’Ofce québécois de la
langue française
Révision
Micheline Savard
Traitement de texte
Michelle Vézina
Références bibliographiques
Mihaela Ardeleanu-Ionita
Chantal Robinson
Soutien informatique
Guylaine Cloutier
Ariane Royer
Avec la collaboration de :
André Cyr, professeur au Département des sciences de la gestion et membre
de l’Institut de recherche sur les PME de l’Université du Québec à
TroisRivières
Alain Fayolle, professeur et directeur du centre de recherche en entr- epreneu
riat à l’École de management de Lyon Business School, Fr; parnocfee sseur
visitant à Solvay Brussels School of Economics and Management, Université
Libre de Bruxelles, Belgique
Paul-Arthur Fortin, ex-président-directeur général de la Fondation de l - ’entre
preneurship, Québec
Yvon Gasse, professeur titulaire au Département de management, Faculté
des sciences de l’administration, et titulaire de la Chaire en entrepreneuriat
et innovation, Université Laval, QuébecPierre-André Julien, professeur émérite au Département des sciences de la
gestion, ex-directeur et membre de l’Institut de recherche sur les PME,
Université du Québec à Trois-Rivières
Sylvie Sammut, maître de conférences, Université Paul Sabatier Toulouse III,
France
Christophe Schmitt, professeur, École nationale supérieure d’agronomie et
des industries alimentaires et vice-président Entrepreneuriat, Inst-itut natio
nal polytechnique de Lorraine, Nancy, France
Avec la collaboration, pour la terminologie de la restructuration
par scission, de :
Jean-Marie Gagnon, professeur émérite, Département de fnance et a- ssu
rance, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval, Québec
Jacques Saint-Pierre, professeur associé, Département de fnance et a- ssu
rance, Faculté des sciences de l’administration, Université Laval, Québec
Josée St-Pierre, professeure au Département des sciences de la gestion,
directrice du Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises et
codirectrice de l’Institut de recherche sur les PME, Université du Québec à
Trois-Rivières
Jean-Marc Suret, Fellow CIRANO, professeur à l’École de comptabilité de la
Faculté des sciences de l’administration, Université Laval, Québecpréface
Les terminologues de l’Ofce québécois de la langue frança-ise tra
vaillent depuis près de 40 ans à l’alimentation du Grand dictionnaire
terminologique, outil conçu et développé en vue de favoriser la g- énéra
lisation du français dans les grands domaines de l’activité humaine.
Pour réaliser ce grand mandat, l’Ofce entretient des liens étroits avec
des spécialistes des diférents milieux, tout spécialement avec ceux du
monde universitaire.
C’est dans cet esprit de collaboration qu’a été élaboré le Vocabulaire
de la création d’entreprise par essaimage. Cet ouvrage constituera,
nous l’espérons, un nouvel outil de référence, un apport instructif de
connaissances sur les concepts fondamentaux relatifs à la création
d’entreprise par essaimage et sur les termes qui les désignent pour
rendre efcace la communication spécialisée. Le vocabulaire présente
également la terminologie de la restructuration par scission, opération
à caractère juridique dans l’entreprise, afin de dissiper certaines
confusions dues à l’emploi de termes sous l’infuence de l’anglais.
Ce vocabulaire bilingue français-anglais est le fruit du travail de
meM  Denyse Létourneau, linguiste-terminologue à l’Ofce québécois
de la langue française, qui a mené à bien les recherches term -inologi
ques nécessaires à sa rédaction avec la collaboration exceptionnelle de
M. Louis Jacques Filion, professeur et titulaire de la Chaire d-’entrepre
neuriat Rogers–J.-A.-Bombardier à HEC Montréal, et avec le concours
de certains de ses collaborateurs du Québec et de la France, experts
du domaine de la création d’entreprise.
En ce qui concerne la restructuration par scission, les travaux sont
fondés sur les résultats de la recherche terminologique du Comité de
terminologie française de l’Ordre des comptables agréés du Québec
ainsi que du professeur Louis Ménard et de ses collaborateurs dans la
confection du Dictionnaire de la comptabilité et de la gestion fnancière vocabulaire de la création d entreprise par essaimage’
(2004) publié par l’Institut canadien des comptables agréés. Ils ont été
réalisés avec le concours de quatre professeurs en fnance de deux
meuniversités québécoises, M Josée St-Pierre, professeure à l’Université
du Québec à Trois-Rivières, et MM. Jean-Marc Suret, Jean-Marie Gagnon
et Jacques Saint-Pierre, professeurs à l’Université Laval.
Les langues vivantes se modifent en synergie avec leur e-nviron
nement, avec les découvertes, les innovations, les transformations
économiques et sociales. La langue française se modife et s’enrichit
au rythme de l’évolution des modalités de création d’entreprise, et il
nous incombe à tous de suivre cette transformation dans un esprit
innovateur et progressiste.
La directrice générale adjointe
des services linguistiques
de l’Ofce québécois
de la langue française,
Danielle Turcotte
8avant-propos
L’habitude d’écrire correctement est en train de se perdre partout dans
le monde. Au cours de la dernière décennie, ce fut là un des sujets de
discussion favoris des chercheurs lors des activités informelles qui
entourent les colloques de recherche, quel que soit le pays. Toutes les
langues sont en train d’être envahies par l’anglais, très souvent sous la
forme d’emprunts intégraux qui s’imposent dans le vocabula-ire cou
rant, puis sont repris dans le vocabulaire écrit. L’absence de structure
rigoureuse de vocabulaire ne peut qu’engendrer une difficulté à
apprendre à structurer sa pensée et à conceptualiser par la suite.
L’intérêt pour le vocabulaire juste demeure une préoccupation
majeure non seulement des chercheurs, mais aussi des pédagogues que
nous sommes. Nous sommes conscients que la qualité ainsi que la
clarté du vocabulaire déterminent des habitudes de réfexion qui
auront beaucoup de conséquences sur les façons de se comporter et
d’agir et, de ce fait, sur les organisations et sur les sociétés.
Nous faisons aussi face à un problème qui va s’accentuant, soit
celui de l’incapacité grandissante des étudiants à s’exprimer c - orrecte
ment en utilisant les termes appropriés. Les anglophones vivent le
même problème. On a vu plusieurs universités américaines ajouter une
année propédeutique pour les étudiants admis dans leurs programmes
mais qui échouent aux tests de lecture, d’écriture ou de com-préhen
sion de texte qui ont été introduits au cours des dernières années. Tous
ces éléments sont des indicateurs de l’importance de réintroduire la
rigueur en ce qui a trait à l’utilisation adéquate du vocabulaire et de sa
relation avec la structure de la pensée.
Une autre observation porte sur la production de savoir-s, l’émer
gence de nouveaux concepts et la création de termes. En tant que
chercheurs, nous sommes continuellement aux prises avec le besoin
d’exprimer de nouveaux concepts. Nous n’avons pas toujours le temps vocabulaire de la création d entreprise par essaimage’
d’attendre plusieurs mois les avis de spécialistes pour publier un
ouvrage. De plus, il n’est pas facile de trouver des spécialistes e- n termi
nologie qui s’y connaissent dans notre domaine de recherche. Dans ces
situations, nous pouvons utiliser un terme déjà existant, en t - ransfor
mer sa signifcation ou carrément inventer de nouveaux termes.
Il m’est arrivé d’utiliser l’un et l’autre de ces scénarios.
Permettezmoi de partager au moins une expérience vécue. Comme doctorant,
après l’étude approfondie sur le terrain, pendant un an, des processus
de réfexion systémique d’une vingtaine d’entrepreneurs reconnus
pour leur succès dans quatre pays diférents, j’en arrivais à l-a conclu
sion que le principal élément qui les distinguait des autres acteurs
organisationnels résidait dans le fait qu’ils avaient développé u- ne capa
cité de pensée projective hors du commun. Comment appeler c? ela
Après quelques mois de réfexion, sans soutien linguistique (j’étais
en Grande-Bretagne), je me suis dit prêt à présenter un rappor- t préli
minaire à mon comité de recherche et ai suggéré d’appeler ce p -roces
sus processus réfexif visionnaire axé vers l’action, les entrepreneurs
concevant des «vi sions» d e ce qu’ils veulent réaliser. Mon comité
suggéra aussitôt de me muter du Département des systèmes de la
Faculté de gestion où j’étais au Département des études religieuses de
la Faculté des sciences humaines. Que f ? Vairoeil à une situation t-ypi
que à laquelle il arrive à plus d’un chercheur de faire face.
Lorsque mes projets de recherche sur l’essaimage et l’essaimage
technologique ont débuté, à la fn des années 1990, j’ai constaté r- apide
ment le besoin de créer des termes. Je me suis donc rééquipé d- e dic
tionnaires latin et grec que j’avais fait disparaître avec empressement
à la fn de mes études classiques. Là, plusieurs nouveaux termes ont dû
être créés au cours de cette recherche. Et ce n’était pas évident.
Formé en recherche à partir du paradigme des systèmes, j’avais
souvent observé la nécessité de création de nouveau voca:b ulaire
modélisation, racine de systèmes, synergie et autres termes. Mais là, en
ce qui a trait à la création d’entreprise par essaimage, ce fut p- articu
lièrement difcile, et les besoins en cette matière étaient nombreux.
10avant-propos
Quelques années après la publication d’un premier livre su-r l’essai
mage (un second livre, sur l’essaimage technologique, est prévu pour
2012), Denyse Létourneau me suggéra de collaborer avec elle à l- a con
fection d’un vocabulaire bilingue sur le sujet. Cette suggestion fut
reçue avec enthousiasme, compte tenu des peines rencontrées à défnir
des termes dans le domaine.
Là a commencé une nouvelle aventure, car je n’avais jamai-s envi
sagé l’ampleur, la minutie ainsi que la profondeur de l’analyse requise
dans un processus de formation de vocabulaire. Entre autres, analyse
de la documentation, dépouillement terminologique de nombreux
ouvrages, repérage des termes, étude des concepts afn de mieux les
cerner, compréhension du découpage de la réalité en anglais et en
français, examen de l’infuence de l’anglais sur le vocabulaire français,
examen des réseaux conceptuels, harmonisation des termes et des
concepts, création de nouveaux termes, analyse de la qualit-é des tra
ductions, consultation des experts en création d’entreprise, tout cela
en vue de produire un meilleur aménagement terminologique e - n fran
çais dans ce champ d’activité en émergence. De pluPos, lia tique de
l’emprunt linguistique de l’OQLF devait être appliquée. Cette politique
privilégie les termes français existants et corrects dans un-e termino
logie donnée au détriment des emprunts intégraux à l’anglais dont on
ne recommande pas l’emploi. Un véritable travail de moine.
L’ouvrage qui suit est le fruit d’un travail rigoureux fourni par une
terminologue d’une expertise remarquable. Quel contraste entre le
travail minutieux des terminologues et le laisser-aller contemporain
en ce qui a trait à la qualité de l’expression tant verbale qu’écrite. Il faut
retenir la connaissance des écrits en entrepreneuriat, en création
d’entreprise et en essaimage de Denyse Létourneau.
Les questions qu’elle a soulevées lors d’innombrables séances de
travail tenues en face à face, par téléphone ou par Internet sur une
période de deux ans en font probablement une des terminologues les
plus érudites en création d’entreprise qui soit. Ce qui est présenté ici
dans ce livre est le résultat d’un travail accompli avec une compétence
11vocabulaire de la création d entreprise par essaimage’
professionnelle exceptionnelle sur le sujet. Il importe aussi d’insister
sur le fait que ce vocabulaire bilingue a été vérifé par des chercheurs
qui sont considérés parmi les plus reconnus du domaine de la création
d’entreprise. Nous les en remercions. Nous remercions aussi l’Ofce
québécois de llaa ngue française d’avoir accepté qu’une terminologue
consacre temps et eforts à une thématique vitale pour le dé-veloppe
ment de nos sociétés.
Cet ouvrage devrait devenir un outil indispensable à toutes les
personnes qui étudient les processus de création d’entreprise e-t de créa
tion d’entreprise par essaimage, ou qui travaillent sur ces processus.
Louis Jacques Filion
Professeur titulaire
Titulaire de la Chaire d’entrepren euriat
Rogers–J.-A-Bombardier
HEC Montréal
12introduction et remerciements
« La connaissance des mots conduit à la connaissance des ch» oses.
Platon
« Il est utile d’avoir examiné le nombre des acceptions d’un terme, tant pour
la clarté de la discussion (car on peut mieux connaître ce qu’on soutient, une
fois qu’a été mise en lumière la diversité de ses signifcations), qu’en vue de
nous assurer que nos raisonnements s’appliquent à la chose elle-même et non
pas seulement à son nom. Faute, en efet, de voir clairement en combien de
sens un terme se prend, il peut se faire que celui qui répond, comme celui qui
interroge, ne dirigent pas leur esprit vers la même chose. Au contraire, une
fois qu’on a mis en lumière les diférents sens d’un terme et qu’on sait sur
lequel d’entre eux l’interlocuteur dirige son esprit en posant son assertion,
celui qui interroge paraîtrait ridicule de ne pas appliquer son argument à ce
sens-là. »
Aristote, Les topiques (1, 18)
L’Ofce québécois de la langue française (OQLF) est un organisme
gouvernemental créé par la Charte de la langue française pour veiller
à son application afn que le français, langue ofcielle du Qu ébec, y
soit la langue du travail, du commerce, des afaires et de tou te la vie
en société. L’Ofce accomplit cette mission par ses actions et s - es ser
vices tout en contribuant à la promotion et à l’enrichissement de la
langue française ainsi qu’au partage de son expertise en aménagement
linguistique.
C’est lors du colloque Québec-Fra: r necgea rds croisés sur l’en- tre
preneuriat organisé à Québec en 2008 par la Fondation de l’en-trepre
neurship que s’est matérialisée l’idée de préparer à l’OQLF un ouvrage
d’uniformisation terminologique sur la création d’entreprise p- ar essai
mage en collaboration avec M. Louis Jacques Filion, de HEC Montréal.
M. Filion a été l’initiateur de plusieurs recherches sur le sujet. Il est
coauteur d’un ouvrage avant-gardiste sur l’essaimage, une modalité vocabulaire de la création d entreprise par essaimage’
de création d’entreprise assistée relativement peu connue au Québec,
qui met en relief ses nombreux avantages pour favoriser la pérennité
des entreprises nouvelles, pour créer des maillages entre entreprises,
pour améliorer l’esprit d’entreprise dans la société et valoris-er le poten
tiel créatif de celle-ci.
Méthode de recherche
Le principal objectif des travaux terminologiques était d’uniformiser
le vocabulaire dans le groupe socioprofessionnel de la créati-on d’entre
prise par essaimage, une action essentiellement pragmatique orientée
vers l’efcacité de la communication spécialisée.
Les termes occupent une place centrale dans un grand nombre de
secteurs d’activité. Ce sont eux qui permettent de transmettre les
connaissances appartenant en propre à une spécialité, de com- muni
quer les informations sous diférentes formes et d’accéder à d - es docu
ments difusés dans Internet.
Les termes retenus ont été sélectionnés à partir de nombreux
documents qui portent sur la création d’entreprise et sur l’essaimage,
en particulier les lexiques et les glossaires bilingues déjà existants, les
ouvrages spécialisés et les travaux de chercheurs. La bibliographie
présente quelques-uns de ces documents. Les termes ont ensuite fait
l’objet d’une étude systématique dans leur relation avec leurs référents.
Il a fallu également considérer l’infuence de l’anglais sur l - e vocabu
laire et sur la grammaire ainsi que les diférences dans le découpage
de la réalité, et veiller à la qualité de la traduction techni-que de l’an
glais au français.
Chaque article terminologique présente un seul concept et les
termes qui servent à le désigner en français et en anglais ainsi qu’une
défnition terminologique éventuellement complétée par des notes
explicatives sur certains aspects des concepts et des termes.
Le terme qui est privilégié pour désigner le concept apparaît le
premier, viennent ensuite les sous-entrées (abréviation, appellation
féminine, variante graphique, synonyme, quasi-synonyme, terme non
retenu et terme à éviter).
14introduction et remerciements
Dans la langue de spécialité traitée, un synonyme est un terme
interchangeable avec le terme qui apparaît le premier, privil égié par
le comité de travail, dans tous les contextes d’emploi. Un qu
asisynonyme est un terme dont le sens est très proche de celui du terme
privilégié, mais qui n’est pas interchangeable avec celui-ci dans tous
les contextes d’emploi. Un terme non retenu est un terme dont l’Ofce
ne propose pas l’usage au Québec parce qu’il est moins approprié pour
diverses raisons que d’autres termes retenus pour désigner le concept,
bien qu’il ne soit pas condamnable. Un terme à éviter est un terme dont
l’Ofce déconseille l’usage soit parce qu’il présente des anomalies ou
des irrégularités du point de vue de la langue, soit parce que son usage
est largement critiqué.
Les articles terminologiques sont tous consignés dans le Grand
dictionnaire terminologique (GDT) de l’Ofce, qui peut être consulté
gratuitement sur Internet (www.oqlf.gouv.qc.ca).
Ajout de termes sur la restructuration par scission
Afn de dissiper les confusions dues à la polysémie du terme s pin-of
qui désigne, en efet, plusieurs concepts relatifs à l’essaimage et à la
restructuration par scission, deux opérations qui ont cours d- ans l’en
treprise, nous avons ajouté, à titre complémentaire, 34 articl-es termi
nologiques sur la restructuration par scission pour, entre autres, mieux
faire connaître les diverses réalités désignées par ce terme e- t les pos
sibilités de traductions françaises. Par exemple, dans la terminologie
de l’essaimage, spin-o pf eut désigner l’opération d’essaimage
ellemême ainsi que la société qui résulte de cette opération, dite issue de
l’essaimage. Dans la terminologie de la restructuration par scission,
spin-of peut désigner l’opération générale de restructuration p- ar scis
sion, l’opération plus spécifque de restructuration par scis -sion par
tielle appelée aussi scission-distribut,io l n’attribution d’actions lors
d’une scission ainsi que la société qui résulte de l’opération de scission
partielle, dite issue de la scissi. on
15vocabulaire de la création d entreprise par essaimage’
Collaborateurs
Tout ce travail de recherche, de réfexion approfondie et de décision
portant sur des concepts dans des domaines hyperspécialisés ne peut
être efectué qu’avec la collaboration d’experts sur plusieurs mois, voire
sur plusieurs années. Passionnés par leur spécialité, quelques experts
du Québec et de la France ont participé à cet efort de précision et de
stabilisation du vocabulaire en vue de mettre au point un outil de
référence fable qui servira à faire connaître les réalités et les termes
propres à la création d’entreprise par essaimage et à la restructuration
par scission au Québec et ailleurs dans le monde.
Tous nos remerciements vont à M. Louis Jacques Filion, professeur
à HEC Montréal, titulaire de la Chaire d’entrepreneuriat R ogers–
J.-A.-Bombardier, étroitement associé au projet, qui a toujour-s mani
festé un intérêt sans faille, une collaboration exceptionnelle, franche
et entière, et un leadership rassembleur dans ce projet des p - lus exi
geants. Nous remercions également ses nombreux collègues e -t colla
borateurs du Québec et de la France qui ont toujours remarquablement
bien répondu à nos appels de commentaires sur les projets d’articles
terminologiques.
Nos remerciements s’adressent aussi aux quatre professeurs en
fnance de deux universités québécoises qui ont aimablement pris le
temps de revoir les données sur la terminologie de la restructuration
par scission, qui reposent sur les résultats de la recherche t -erminolo
gique du Comité de terminologie française de l’Ordre des comptables
agréés du Québec ainsi que du professeur Louis Ménard et de -ses col
laborateurs dans la confection du Dictionnaire de la comptabilité et de
la gestion fnancière (2004) publié par l’Institut canadien des com- pta
mebles agréés. Il s’agit de M Josée St-Pierre, professeure à l’Université
du Québec à Trois-Rivières et codirectrice de l’Institut de recherche
sur les PME, et de MM. Jean-Marc Suret, Jean-Marie Gagnon et Jacques
Saint-Pierre, professeurs à l’Université Laval, à Québec.
Je tiens aussi à remercier les dirigeantes à la Direction générale des
services linguistiques qui ont cru à ce projet ainsi que mes collègues
16introduction et remerciements
Micheline Lapointe-Giguère et Michèle Trudel, terminologu es dans
les domaines de la gestion, du commerce et des relations pro-fession
nelle; Ls ouise Guénette, linguiste et psychomécanicienne du la; ngage
Micheline Savard, linguiste et révis; eeut Mse ichelle Vézina pour son
excellent travail d’adjointe administrative.
Que ce vocabulaire nouveau soit utile et rende service a- ux pra
ticiens et praticiennes et à tous ceux et celles qui s’intéressent à la
création d’entrepr !ise
Denyse Létourneau
Linguiste-terminologue
17préambule
Essaimage ? Spin-off ?
Quelles sont les diverses acceptions de ces t ? Deram nes qs uels doma-i
nes spécialisés et dans quels contextes sont-ils em ? ployés
Au cours de nos travaux de recherche terminologique bilingues,
les divers concepts spécialisés désignés par les termes ess enaim age
français et spin-of en anglais ont été étudiés et cernés dans deux
domaines particuliers, soit la création d’entreprise par essaimage et la
restructuration par scission, afn de dissiper les confusions e- t de pré
senter des défnitions claires.
La langue anglaise exerce une forte infuence sur les terminologies
techniques et scientifques en français. Nous nous sommes eforcés de
développer des terminologies françaises cohérentes, riches et précises,
fortes de nuances et de rafnement, en faisant preuve de créativité, en
exploitant les ressources existantes de la langue sans recou- rir massi
vement à des emprunts à l’anglais. Le français doit témoigner de sa
vitalité et de sa capacité d’adaptation aux nouvelles réalité-s, aux nou
velles façons de faire par la mise en valeur de sa logique propre.
Ces travaux terminologiques représentent un efort de s -tabilisa
tion et d’uniformisation des terminologies en usage. Ils visent une plus
grande efcacité de la communication en apportant plusieur-s préci
sions importantes dans le domaine spécialisé de la création d- ’entre
prise par essaimage, dans celui de la restructuration par scission et
dans celui de la création d’entreprise en général.
Analogie avec le phénomène naturel de l’essaimage
dans le domaine de l’entomologie
Le fait d’emprunter un terme dans un domaine spécialisé pou- r dési
gner dans un autre domaine un concept diférent mais possédant une
certaine ressemblance est courant dans la formation des vocabulaires
spécialisés de domaines techniques ou scientifques. vocabulaire de la création d entreprise par essaimage’
Prenons l’exemple du terme artèd rae ns le domaine du transport.
Il a été emprunté au domaine de l’anatomie pour désigner les concepts
de « voie de communicatio» en t de «r ue importante d’une vi»l. Elen
génie mécanique, le termbe ras désigne tout élément qui a un rapport
de forme ou de destination avec le bras humain. En nanotechnologie,
c’est par analogie avec les propriétés des doigts des pattes du gecko que
l’on appelle efet gecko le phénomène qu’on observe lorsqu’un adhésif
permet à un objet de rester fermement collé à une paroi verticale ou à
un plafond et de s’en détacher facilement par la suite. En physique, le
terme t éléportation quantique est employé par analogie avec la tél-épor
tation en science-fction pour désigner le transfert de l’état quantique
d’un objet sur un autre, quelle que soit la distance qui les sépare, en
utilisant l’intrication comme moyen de transmission instantanée de
l’information.
Dans le domaine spécialisé de la création d’entreprise, le terme
essaimage employé seul est emprunté au domaine de l’entomologie
pour désigner un concept diférent mais présentant certains points
communs. C’est le concept qui constitue la pierre d’assise sur laquelle
repose toute la terminologie spécialisée de la création d’en treprise
par essaimage.
Norme linguistique
Bien qu’il se décline en plusieurs variétés géographiques, le français
constitue une seule et même langue. Ces variétés sont régies par une
norme commune. Nos travaux terminologiques sur la création d- ’entre
prise par essaimage et sur la restructuration par scission ont é- té efec
tués en respectant cette norme de référence commune, et visent à
rapprocher les experts d’expression française des pays francophones
et à faciliter les communications dans ces champs de spécialisation.
Les néologismes créés à l’Ofce québécois de la langue française ont
une vocation universelle et répondent à un besoin dans ces te-rminolo
gies partagées par tous.
20table des matières
Préface 7
Avant-propos 9
Introduction et remerciements 13
Préambule 19
Abréviations et remarques liminaires 23
Vocabulaire
La création d’entreprise par essaimage 25
Index des termes français et anglais 90
La restructuration par scission 96
Index des termes français et anglais 115
Bibliographie 117
Annexe127g Les concepts et les termes fondamentaux
de la création d’entreprise par essaimage
g La terminologie de la restructuration
pap arar DDenenysyse e LéLétotoururnen eauau, ,oqo qlflf par scission
eett LoLouiu ss JaJacqcqueu ess FiFililionon,, heh ec
g Un lexique bilingue français-anglais
incluant
la terminologie
élémentaire de la
restructuration
par scission
ISBN 978-2-7606-2758-1
www.pum.umontreal.ca
? e14,95 $ 13 PUM Les Presses de l’Université de Montréal
Vocabulaire par essaimage-couv final.indd 1 5/8/12 4:16:14 PM
Vocabulaire de la création d’entreprise par essaimage