Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Extrait
Actif

Un actif est un élément identifiable du patrimoine d’une entité ou d’un agent économique, comme l’entreprise, le ménage, ayant une valeur économique positive, c’est à dire pouvant générer des revenus.

Action

L’action est un titre de propriété d’une partie du capital d’une entre prise. Celle-ci peut être ou non cotée en Bourse. L’actionnaire apporte des capitaux à l’entreprise et reçoit en contrepartie des droits. Parmi ceux-ci, le droit de participer à la gestion de l’entreprise, le droit de participer aux bénéfices de Celle-ci sous forme de dividendes, entre autres. La valeur de l’action d’une entreprise dépend de la santé économique et financière de celle-ci.

Agence de notation

Dans le langage courant, une agence de notation désigne traditionnellement une entreprise ou une institution chargée de la notation financière des collectivités (États…) ou des entreprises selon certains critères définis par une réglementation ou par les acteurs du marché. Historiquement, les premières agences de notation sont les agences de notation financière, telles que Fitch Ratings, Moddy’s et Standard & Poor’s. Ces agences opèrent, contre rémunération, à la demande des entreprises (et éventuellement des collectivités publiques) désirant être notées.

Encadré 1 : Problème de crédibilité des agences de notation
Leur « indépendance » a toutefois été remise en causer depuis l’affaire Enron et la crise financière internationale de 2008. En effet, cette crise a mis en doute les limites des agences de notation financière et même leur collusion avec certaines grosses entreprises. Nombre d’investisseurs se sont plaints du manque de réactivité de ces agences pendant la crise et surtout du manque d’exactitude de leurs notes, ce qui n’a pas permis de se protéger réellement des risques liés aux instruments financiers censés être sans risques.
En effet, le jugement des agences de notation des États-Unis a été pris en défaut dans plusieurs cas retentissants, qui incluent la faillite de la société Enron (États-Unis); la faillite de la banque Lehmann Brothers qui a été l’élément déclencheur de la crise financière de 2008; la crise des « subprimes »; celle de la dette grecque ou encore celle de la dette publique de la zone euro. Dans tous ces cas, les agences Standard & Poor’s et Moody’s avaient attribué de très bonnes notes, parfois à la veille de la faillite de ces sociétés ou du scandale des « subprimes ».
Depuis lors, la qualité de leur jugement a été remise en cause et leur système de notation est devenu de moins en moins crédible auprès des décideurs. On critique, pêle-mêle, leur opacité et les conflits d’intérêt en relation avec leur proximité avec certaines grandes entreprises de Wall Street, notamment.

Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (AMAO)

lle a été créée en 1996 par suite de la transformation de la Chambre de Compensation de l’Afrique de l’Ouest (CCAO), qui avait été créée en 1975 pour servir de facilité multilatérale de paiements dans le cadre de la promotion des échanges au sein de la sous-région de l’Afrique de l’Ouest. Outre ses fonctions de canalisation et de compensation des transactions commerciales et de services, l’Agence a été chargée du suivi, de la coordination et de la mise en œuvre du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO (PCMC), visant la création de la monnaie unique de la CEDEAO. Dans cette perspective, l’AMAO est chargée de :
– Promouvoir l’utilisation des monnaies nationales dans les transactions commerciales et non commerciales de la sous-région;
– Réaliser des économies dans l’utilisation des réserves extérieures des États membres;
– Encourager et promouvoir la libéralisation du commerce et des changes entre les états membres;
– Promouvoir la coopération et les consultations monétaires entre les États membres;
– Faciliter l’harmonisation et la coordination des politiques monétaires et budgétaire ainsi que des programmes d’ajustement structurel;
– Assurer le contrôle, la coordination et la mise en œuvre du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO;
– et promouvoir des politiques et des programmes relatifs à l’intégration monétaire de la région;
– Assurer la création d’une zone monétaire unique en Afrique de l’Ouest, en préparant les conditions nécessaires à la conduite de la politique monétaire unique et à la création de la monnaie unique.
Le siège de l’AMAO est à Freetown, en Sierra Leone.

Agrégats monétaires

On désigne ainsi la somme de la monnaie en circulation et des encours de certaines exigibilités des institutions financières. Ces agrégats vont, du plus restreint au plus large, de M1 (agrégat ne comprenant que les montants les plus immédiatement exigibles comme les sommes placées sur les comptes courants) à M3 (agrégat qui comptabilise la monnaie en circulation, les dépôts à vue, les dépôts à terme d’une durée inférieure à deux ans ou remboursables avec un préavis inférieur à trois mois, les instruments du marché monétaire et les titres de créance d’une durée initiale inférieure à deux ans). L’évolution de cet agrégat constitue une mesure de l’inflation.

Arbitrage

Il consiste à essayer de tirer parti de décalages ponctuels de prix ou de cours d’un même actif (une même devise, par exemple), sur deux marchés différents. L’arbitragiste peut réaliser ces opérations sur un seul actif. De puissants outils informatiques (dits pricers) permettent de calculer différents prix ou l’intérêt d’une opération d’arbitrage. Étant donné la vitesse d’exécution nécessaire ainsi que les montants importants à mettre en œuvre pour que l’opération soit significativement rentable, ce type de stratégie n’est réalisable que par les professionnels.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin