Golden Boss

De
Publié par

Stock options, golden parachutes, primes, bonus, les sources d'enrichissement ne manquent pas pour certains dirigeants d'entreprise. Face aux scandales, l'auteur a mené l'enquête. Il s'interroge sur la nature du système et la manière de le réformer.


Les médias épinglent régulièrement les patrons français qui s'accordent des rémunérations exorbitantes alors que les résultats de leur entreprise sont mauvais.



Alors, les Français se posent légitimement des questions : nos grandes entreprises sont-elles bien gouvernées ? Qui les contrôle réellement ? Les managers ou leurs actionnaires ? Qui décide vraiment des revenus des patrons du CAC 40 ? Ces revenus sont-ils à la hauteur de leurs performances ? Correspondent-ils à des profits ou à des rentes ? La nouvelle loi est-elle la bonne réponse au problème ?



Telles sont les questions qui sont posées dans cet ouvrage provocateur, qui soulève le problème de la gouvernance d'entreprise. En y répondant, Thierry Aimar nous invite aussi à ouvrir un débat sur la place de l'actionnariat privé et des règles du marché dans un pays dominé par des logiques de réseaux, où le copinage remplace parfois la compétence et où les bureaucrates d'entreprise désespèrent les véritables entrepreneurs. Un pays où l'inefficacité et les rentes des uns se nourrissent des performances et du travail des autres.




"Si l'image que l'on a d'un bon patron est fonction de sa capacité à innover, à prendre des risques, à indiquer les voies du développement économique, et surtout à assumer ses responsabilités face à l'échec, comme c'est le cas dans les P.M.E., on observe parfois l'inverse dans les très grandes firmes. On y trouve des patrons sans vision, des patrons qui s'enrichissent en ne prenant aucun risque, et souvent au détriment de leur propre entreprise et de ses partenaires. Les salariés, les petits actionnaires, doivent alors payer pour des erreurs de stratégie économique commises par leurs dirigeants".

Extrait.





  • Remerciements


  • Avant-propos : merci, patron... !


  • Des patrons à millions


  • Le mégapatron : dirigeant, actionnaire et salarié


  • Les nouveaux saigneurs de l'entreprise


  • Des chasseurs de rentes et leurs gibiers


  • Les conseils d'administration : les copains d'abord


  • Le bébé et l'eau du bain


  • Le temps des changements ?


  • Références bibliographiques

Publié le : jeudi 7 juillet 2011
Lecture(s) : 53
EAN13 : 9782212861013
Nombre de pages : 118
Prix de location à la page : 0,0064€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

135 x 215 mm — dos 9,5 mm
THIERRY AIMAR
Les revenus des patrons sont-ils à la hauteur de leurs performances ?
Les stock-options sont-elles un bon moyen pour motiver les dirigeants
d’entreprise ?
Qui décide vraiment du salaire des patrons ?
La nouvelle loi est-elle la bonne réponse au problème ?
Tous les jours, on nous explique que la France ne peut pas accueillir
toute la misère du monde. Mais chaque semaine, les médias épinglent
un patron qui s’accorde des rémunérations exorbitantes alors que les
résultats de son entreprise sont médiocres ou qu’il fait des coupes dans
le personnel. Les scandales se multiplient… et se multiplieront.
Stock-options, golden parachutes, primes, bonus, les mégapatrons ne
manquent pas de sources d’enrichissement. Les salariés, par contre,
doivent se serrer la ceinture et subir les erreurs de stratégie de leurs
dirigeants.
Les gens sont en colère. Ils s’interrogent sur la légitimité de notre
organisation économique : ces revenus gigantesques sont-ils mérités ?
Correspondent-ils à des profi ts ou à des rentes ? Ces patrons à millions
ne sont-ils pas les nouveaux « saigneurs » des entreprises ? Quelle est
l’origine de ces abus ? Comment changer la situation ? Autant de questions
auxquelles cet ouvrage cherche à apporter des réponses neuves.
L’enjeu est considérable. Non seulement l’image de notre système
économique est menacée. Mais c’est surtout son effi cacité, donc notre Patrons ou rentiers ?
niveau de vie, qui sont en jeu dans ce débat.
THIERRY AIMAR est maître de conférences en sciences
économiques à l’Université de Nancy 2 et de Paris 1
Sorbonne. Il est également chargé d’enseignement à
Sciences Po Paris et à l’Essec. Ses travaux sont consacrés
à l’économie de l’information et à l’analyse des systèmes
de marché. Membre du BETA (Bureau d’économie
théorique et appliquée) et du PHARE (Pôle d’histoire
et d’analyse des représentations économiques), Thierry
Aimar est l’auteur de Les apports de l’école autrichienne
d’économie (Vuibert, 2005).
12 €
553752_Aimar.indd 13752_Aimar.indd 1 220/10/06 14:34:400/10/06 14:34:40
Code éditeur : G53752 ISBN 10 : 2-7081-3752-2
ISBN 13 : 978-2-7081-3752-3
-:HSMHKI=VX\ZWX:
THIERRY AIMAR135 x 215 mm — dos 9,5 mm
THIERRY AIMAR
Les revenus des patrons sont-ils à la hauteur de leurs performances ?
Les stock-options sont-elles un bon moyen pour motiver les dirigeants
d’entreprise ?
Qui décide vraiment du salaire des patrons ?
La nouvelle loi est-elle la bonne réponse au problème ?
Tous les jours, on nous explique que la France ne peut pas accueillir
toute la misère du monde. Mais chaque semaine, les médias épinglent
un patron qui s’accorde des rémunérations exorbitantes alors que les
résultats de son entreprise sont médiocres ou qu’il fait des coupes dans
le personnel. Les scandales se multiplient… et se multiplieront.
Stock-options, golden parachutes, primes, bonus, les mégapatrons ne
manquent pas de sources d’enrichissement. Les salariés, par contre,
doivent se serrer la ceinture et subir les erreurs de stratégie de leurs
dirigeants.
Les gens sont en colère. Ils s’interrogent sur la légitimité de notre
organisation économique : ces revenus gigantesques sont-ils mérités ?
Correspondent-ils à des profi ts ou à des rentes ? Ces patrons à millions
ne sont-ils pas les nouveaux « saigneurs » des entreprises ? Quelle est
l’origine de ces abus ? Comment changer la situation ? Autant de questions
auxquelles cet ouvrage cherche à apporter des réponses neuves.
L’enjeu est considérable. Non seulement l’image de notre système
économique est menacée. Mais c’est surtout son effi cacité, donc notre Patrons ou rentiers ?
niveau de vie, qui sont en jeu dans ce débat.
THIERRY AIMAR est maître de conférences en sciences
économiques à l’Université de Nancy 2 et de Paris 1
Sorbonne. Il est également chargé d’enseignement à
Sciences Po Paris et à l’Essec. Ses travaux sont consacrés
à l’économie de l’information et à l’analyse des systèmes
de marché. Membre du BETA (Bureau d’économie
théorique et appliquée) et du PHARE (Pôle d’histoire
et d’analyse des représentations économiques), Thierry
Aimar est l’auteur de Les apports de l’école autrichienne
d’économie (Vuibert, 2005).
12 €
553752_Aimar.indd 13752_Aimar.indd 1 220/10/06 14:34:400/10/06 14:34:40
Code éditeur : G53752 ISBN 10 : 2-7081-3752-2
ISBN 13 : 978-2-7081-3752-3
-:HSMHKI=VX\ZWX:
THIERRY AIMAR
Golden Boss
Chez le même éditeur
Jagdish Bhagwati, Éloge du libre-échange
William Easterly, Les pays pauvres sont-ils condamnés à la
rester ?
Hervé Juvin, Les marchés financiers : voyage au cœur de
la finance mondiale
Patrick Lagadec, Laura Bertone et Xavier Guilhou,
Voyage au cœur d’une implosion : ce que l'Argentine nous
apprend
Bertrand Lemennicier, La morale face à l’économie
THIERRY AIMAR
Golden Boss
Patrons ou rentiers ?
Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
erLe code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992
interdit en effet expressément la photocopie à usage col-
lectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette prati-
que s’est généralisée notamment dans l’enseignement,
provoquant une baisse brutale des achats de livres, au
point que la possibilité même pour les auteurs de créer
des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement
est aujourd’hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire
intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support
que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploi-
tation du Droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2007
ISBN 10 : 2-7081-3752-2
ISBN 13 : 978-2-7081-3752-3
SOMMAIRE
Remerciements 7
Avant-propos – Merci, patron… ! 9
Chapitre 1 – Des patrons à millions 13
Le cadeau de Noël :
le scandale EADS-Airbus 14
« Zach », pour les intimes : le cas de Vinci 17
Des abus et des écarts de plus en plus
choquants 19
Chapitre 2 – Le mégapatron : dirigeant,
actionnaire et salarié 25
Le mélange des genres 25
Lorsque l’économie devient un bizness :
la magie des stock-options 31
Le détournement d’un système 34
Chapitre 3 – Les nouveaux saigneurs
de l’entreprise 39
Des parachutes en or…
qui donnent envie de sauter 39
© Groupe Eyrolles
6 Golden Boss
Lorsque les rats quittent le navire 41
Les nouveaux prédateurs 45
Chapitre 4 – Des chasseurs de rentes
et leurs gibiers 49
Des managers, pas des entrepreneurs 50
Le goût de la rente :
la carotte sans le bâton 51
Un système à deux vitesses 56
Chapitre 5 – Les conseils d’administration :
les copains d’abord 63
Un si petit monde, un si beau monde… 64
Délit de copinage 66
La « pauvreté » des patrons français :
mythes et réalités 72
Chapitre 6 – Le bébé et l’eau du bain 77
L’entreprise est-elle immorale ? 79
Les serviettes et les torchons 80
La vérité est ailleurs 87
Chapitre 7 – Le temps des changements ? 95
Ça bouge ! 95
Une loi de plus ? Les risques
de la réglementation 98
L’économie civile contre le bizness 109
Références bibliographiques 115
© Groupe Eyrolles
REMERCIEMENTS
Ce livre n’aurait pu voir le jour sans la pré-
cieuse collaboration d’Emmanuel Lechypre,
journaliste à l’Expansion. Qu’il en soit
remercié.
Avant-propos
MERCI,
PATRON… !
Les Français ne sont jamais à court de para-
doxes.
Ils n’aiment pas le capitalisme. Selon un
sondage réalisé par LH2 pour le journal
Libération en novembre 2005, c’est le socia-
lisme qui bénéficie de la meilleure presse dans
l’Hexagone (51 % de jugements positifs),
loin devant le libéralisme (38 %), lui-même
préféré au capitalisme (33 %). La première
critique du capitalisme s’exprime par une
formule que l’on aurait pu croire oubliée, et
cependant fort à la mode : « l’exploitation de
l’homme par l’homme ». 41 % des sondés
affirment que cette définition reflète bien le
© Groupe Eyrolles

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.