Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Cloud computing

De
258 pages
Cloud Computing : révolution ou supercherie ?


On parle beaucoup du cloud computing, ce concept qui consiste à accéder à des données et des services sur des serveurs distants via un navigateur web. Mais peut-on vraiment le considérer comme une solution d'avenir ou n'est-ce qu'un simple effet marketing, comme l'a affirmé Richard Stallman, le pape du logiciel libre ? Les auteurs prouveront dans cet ouvrage que, loin d'être un nouveau terrain de jeu pour décideurs et consultants, le cloud computing est en passe de modifier tout l'écosystème informatique. Plus besoin d'acheter une infrastructure complète, des serveurs ou des services de stockage : le client dispose d'un accès rapide à des ressources partagées et ne paie que ce qu'il consomme. Plus qu'une simple évolution technologique, il s'agit bien d'une petite révolution.



Mener à bien un projet de cloud computing



Dans quels cas une entreprise a-t-elle intérêt à migrer vers le cloud computing ? Comment choisir les fournisseurs d'offres cloud et quels types de contrats signer ? Combien coûte la mise en oeuvre d'un tel projet ? Comment préparer au mieux son déroulement et garantir la réussite de chaque étape ? Comment mesurer les performances de la solution déployée ? Nourri par la grande expérience des auteurs, cet ouvrage fait le point sur toutes ces questions, en analysant les forces et faiblesses du cloud computing pour l'entreprise. Avec à l'appui exemples, tableaux de synthèse, check-lists et études de cas réels, ce guide précieux apporte des réponses pragmatiques pour chaque phase du projet, et quel que soit le domaine d'application concerné : accès, analyse et fourniture de données, gestion de la relation client, productivité bureautique, finance, ressources humaines, etc.



À qui s'adresse ce livre ?



À tous ceux qui souhaitent conduire un projet de cloud computing et mesurer les performances des solutions mises en oeuvre : chefs de projet, architectes logiciels, développeurs, DSI, équipes d'exploitation...




  • Concepts et enjeux du cloud computing ?


    • Qu'est-ce que le cloud computing ?


    • Quels sont les impacts du cloud computing sur les services informatiques ?


    • Qu'apporte le cloud computing à l'entreprise ?


    • Quels sont les risques du cloud computing ?




  • Décider


    • La gestion de portefeuille de projets


    • Les critères d'éligibilité d'une solution de cloud computing


    • La gouvernance d'un projet de cloud computing


    • Quel fournisseur de cloud computing choisir ?




  • Concevoir


    • Le business case d'un projet de cloud computing


    • Les contrats de service de cloud computing


    • Architecture et virtualisation




  • Piloter et améliorer


    • Le pilotage des services de cloud computing


    • L'optimisation des services de cloud computing



Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

ROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS
Cloud computing
DÉCIDER • CONCEVOIR • PILOTER • AMÉLIORERLes auteursCloud computing : révolution ou supercherie ?
Directeur gouvernance chez Global On parle beaucoup du cloud computing, ce concept qui consiste à accéder à des
Knowledge (Formation & Conseil), données et des services sur des serveurs distants via un navigateur web. Mais peut-on
Romain Hennion est par ailleurs
vraiment le considérer comme une solution d’avenir ou n’est-ce qu’un simple effet
coresponsable pédagogique de
marketing, comme l’a affi rmé Richard Stallman, le pape du logiciel libre ? Les auteurs l’Executive Certifi cate Architecture et
prouveront dans cet ouvrage que, loin d’être un nouveau terrain de jeu pour décideurs Cloud Computing de l’École Centrale
Paris. Il enseigne également au Cnam et consultants, le cloud computing est en passe de modifi er tout l’écosystème
(Conservatoire national des arts et informatique. Plus besoin d’acheter une infrastructure complète, des serveurs ou des
métiers) et à l’Edhec (École des hautes
services de stockage : le client dispose d’un accès rapide à des ressources partagées
études commerciales du Nord). Il a
et ne paie que ce qu’il consomme. Plus qu’une simple évolution technologique, il s’agit accompagné plusieurs entreprises
bien d’une petite révolution. du CAC 40 dans la mise en œuvre
des meilleures pratiques en gestion
de services, gestion de projets, Mener à bien un projet de cloud computing
gouvernance IT, mesure et amélioration Dans quels cas une entreprise a-t-elle intérêt à migrer vers le cloud computing ?
de la performance, etc.
Comment choisir les fournisseurs d’offres cloud et quels types de contrats signer ?
Combien coûte la mise en œuvre d’un tel projet ? Comment préparer au mieux Après une carrière dans le service et le
conseil informatiques, Hubert Tournier son déroulement et garantir la réussite de chaque étape ? Comment mesurer
a rejoint en 2009 le Groupement des les performances de la solution déployée ? Nourri par la grande expérience des
Mousquetaires, où il occupe les fonctions
auteurs, cet ouvrage fait le point sur toutes ces questions, en analysant les forces et de directeur du conseil et d’adjoint
faiblesses du cloud computing pour l’entreprise. Avec à l’appui exemples, tableaux de du directeur de l’organisation et des
synthèse, check-lists et études de cas réels, ce guide précieux apporte des réponses systèmes d’information. Il est aussi
vice-président de l’AFAI (Association pragmatiques pour chaque phase du projet, et quel que soit le domaine d’application
française d’audit et de conseil concerné : accès, analyse et fourniture de données, gestion de la relation client,
informatiques), trésorier de l’Ae-SCM
productivité bureautique, fi nance, ressources humaines, etc. (Association pour la promotion des
bonnes pratiques de sourcing) et membre
À qui s’adresse ce livre ? du Cigref (Club informatique des grandes
entreprises françaises).À tous ceux qui souhaitent conduire un projet de cloud computing et mesurer les
performances des solutions mises en œuvre : chefs de projet, architectes logiciels,
Depuis 18 ans, Éric Bourgeois a participé
développeurs, DSI, équipes d’exploitation… à la mise en place de plans de reprise
d’activité pour de grands groupes
fi nanciers internationaux. Après une
première création d’entreprise en 1997,
il se lance en 2009 dans l’activité
Au sommaire de conseil et de formation sur les
produits VMware, leader mondial de la Concepts et enjeux du cloud computing. Qu’est-ce que le
virtualisation. En 2011, il reçoit le VMware cloud computing ? • Quels sont ses impacts sur les services
Certifi ed Instructor Award pour la région
informatiques ? • Qu’apporte-t-il à l’entreprise ? • Quels sont
Europe/Moyen-Orient/Afrique.
ses risques ? • Décider. La gestion de portefeuille de projets •
Les critères d’éligibilité d’une solution de cloud computing •
La gouvernance d’un projet de cloud computing • Quel fournisseur choisir ?
• Concevoir. Le business case d’un projet de cloud computing • Les contrats
de service • Architecture et virtualisation • Piloter et améliorer.
Le pilotage des services de cloud computing • L’optimisation
des services de cloud computing.
Code éditeur : G13404
ISBN : 978-2-212-13404-9
Conception : Nord CompoCloud
computing
Décider • Concevoir • Piloter • AméliorerChez le même éditeur


eJ.-C. Corbel. - Management de projet (3 édition).
Fondamentaux – Méthodes – Outils.
N°55425, 2012, 244 pages.
eV. Messager rota. - Gestion de projet (2 édition).
Vers les méthodes agiles.
N°12518, 2009, 272 pages.
P. Mangold. - Gestion de projet informatique.
N°11752, 2006, 120 pages.
E. O’neill. - Conduite de projets informatiques offshore.
N°11560, 2005, 336 pages.
eD. Moisand. - CobiT (2 édition).
Pour une meilleure gouvernance des systèmes d’information.
N°12628, 2010, 288 pages.
P. Jouffroy. - CMMI par l’exemple.
Pour une mise en place opérationnelle.
N°12687, 2010, 288 pages.
eA. Fernandez-toro. - Management de la sécurité de l’information (3 édition).
Implémentation ISO 27001 et 27002 – Mise en place d’un SMSI et audit de certication .
N°12697, 2012, 322 pages.
eS. Bordage. - Conduite de projet Web (6 édition).
N°13308, 2011, 480 pages + CD-Rom.
Y. Constantinidis. - Expression des besoins pour le système d’information.
N°12783, 2010, 246 pages.
P. Jouffroy. - ERP.
Méthode pratique de mise en œuvre pour PME et PMI.
N°12716, 2010, 334 pages.
E. Besluau. - Management de la continuité d’activité.
N°12346, 2008, 254 pages.
pII_Hennion.indd 1 09/08/12 16:45
fROMAIN HENNION HUBERT TOURNIER ÉRIC BOURGEOIS
Cloud
computing
Décider • Concevoir • Piloter • AméliorerÉDITIONS EYROLLES
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le
présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français
d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13404-9
Copyright_Hennion.indd 1 09/08/12 16:24Remerciements
De Romain Hennion
À ma tribu : Agnès, Arthur, Théodore, Clémence, Baptiste, Roanna, Zigzag.
À ma société Global Knowledge et à notre directeur général M. Chadli
Tabib. Merci à tous mes collègues pour nos échanges sur le sujet, leur
disponibilité et leurs attentions.
À l’École Centrale Paris, notamment Pierre-Frédéric Rouberties, directeur
adjoint du CEISAR (Centre d’excellence en architecture d’entreprise), ainsi
que Florence Durand et tous ses collègues.
À Georges Épinette (DOSI du Groupement des Mousquetaires et DG de
la Stime, sa fliale informatique) pour son soutien et la richesse de ses
informations.
Aux décideurs informatiques qui nous ont éclairés sur le sujet et fait part
de leurs expériences : Yves Caseau (Bouygues Telecom), Thierry Cham-
frault (itSMF, Technip), Claude Durand (itSMF, Logica), Thomas Darbois
(Bolloré), Alain Dagois (Global Knowledge), Jean-Christophe Lalanne (Air
France), et la liste n’est pas exhaustive…
À l’AFAI (http://www.afai.fr) et l’Isaca, notamment Jean-Louis Leignel et
Pierre Calvanese, avec qui j’ai déjà collaboré pour la rédaction d’un ouvrage
sur les tableaux de bord.
À l’itSMF et toute son équipe.
À VMware, et en particulier à Sylvain Siou, pour sa disponibilité, sa géné-
rosité et son point de vue sur le cloud.
À Guillaume Plouin (Octo), pour la grande valeur de nos échanges.
À l’Exin (Antoine, Corinne), qui nous a aidés pour la préparation des cours
et des certifcations en cloud computing.
À Louk Van Ierland de PeopleCert, pour sa mise à disposition de contenus
sur le sujet.
V
Hennion Livre.indb 5 14/08/12 07:42Cloud computing
Aux ITPreneurs (Juan, Ike, Kirby, Marcel, Arjan et Magdalena) pour leur
disponibilité et la documentation qu’ils nous ont fournie.
À mes collègues et étudiants de l’Edhec et du Cnam. Et aussi à Kevin
Sullivan, Paul Klumpes, Paul Pinto, Iliya Komarev, Paul Bogaards, Gerard
Snakenborg, Peter Geritsen, Gérard Leung, Éric Fourn, Marc Blondeau,
Philippe Binder… Cette liste est bien trop courte !
D’Éric Bourgeois
À Romain et Hubert pour m’avoir invité dans ce projet.
À VMware et tout particulièrement à Sylvain Siou, pour sa patience et
sa disponibilité diurne et nocturne, ainsi qu’à Édouard Lorrain pour nos
échanges.
À Marie Tanguy et Éric Haddad de Google pour leur réactivité.
À ma tribu pour son soutien : Estelle, Liza et Vincent.
D’Hubert Tournier
À Romain pour m’avoir entraîné dans ce projet et à son épouse Agnès pour
nous avoir régalés de ses excellentes verrines.
À Georges Épinette pour m’avoir plongé dans la marmite « infonuagique »
dès mon arrivée chez les Mousquetaires.
Et bien sûr, à ma femme Thao et à mes enfants, Hélène et Thomas, pour
leur patience et leur soutien permanents.
VI
Hennion Livre.indb 6 14/08/12 07:42Avant-propos
Cloud computing : du buzz aux perspectives
métier
On parle beaucoup du cloud computing, ce concept qui consiste à déporter
sur des serveurs distants des traitements informatiques habituellement
effectués en local, en les gérant via un navigateur web. Mais peut-on réel-
lement le considérer comme une solution d’avenir ? Ou n’est-ce qu’une
supercherie marketing, comme l’a affrmé Richard Stallman, le pape du
logiciel libre ?
Pour être sincères, nous pensions au début que le cloud n’était qu’un
nouveau terrain de jeu pour les décideurs et consultants informatiques
que nous sommes. C’est lorsque nous avons compris qu’il s’inscrivait dans
une démarche de services (moyen de créer de la valeur pour le client) et
qu’il était en passe de modifer tout l’écosystème informatique, que nous
avons décidé d’écrire cet ouvrage.
À nos yeux, il s’agit en réalité d’un changement radical de paradigme
dans la manière dont la puissance de calcul est produite et consommée.
Cette transition est profonde, inévitable et irréversible. Beaucoup d’ac-
teurs seront perturbés et entraveront cette évolution, par ignorance ou
par crainte de perdre leurs acquis. D’autres sauront en saisir les opportu-
nités. Certes, ils devront essuyer les plâtres et s’accommoder des services
proposés par les fournisseurs de cloud, mais ils détiendront un avantage
concurrentiel indéniable.
Dans le contexte actuel d’incertitude économique, la stratégie des entre-
prises oscille entre recherche de croissance et effcience opérationnelle.
Bien entendu, cette stratégie concerne également les systèmes d’informa-
tion, ce qui amène les DSI à se lancer dans des opérations de réduction
des coûts de production informatique. Mais en fn de compte, les déci -
deurs attendent des technologies, dont l’informatique, qu’elles contribuent
à relever les défs précités (croissance, effcience), notamment par la
conquête de nouveaux clients et la fdélisation des clients existants. Nous
allons vous montrer dans cet ouvrage que le cloud computing répond favo-
rablement à ces perspectives.
VII
Hennion Livre.indb 7 14/08/12 07:42Cloud computing
Le cloud, oui mais comment ?
Pour répondre à l’ensemble des attentes du métier, les DSI doivent en
priorité contribuer à la croissance de l’entreprise, à l’expérience utilisateur
11. Gartner, « Execu- et à la réduction des coûts de production . C’est pourquoi ils se tour-
tive Summary: nent vers les solutions d’analyse et de business intelligence, les technologies
Amplifying the Enter- mobiles et les solutions de cloud computing.
prise: The 2012 CIO 2Selon une étude du Gartner parue en novembre 2011 , la moitié des DSI
Agenda »
envisagent ainsi de migrer leurs applications et leur infrastructure vers
2. Gartner, « Execu- le cloud computing au cours des quatre prochaines années. La question
tive Summary: New « Pourquoi le cloud ? » ne se pose donc plus pour tout le monde.
Skills for the New IT »
D’autant que le cloud computing touche tous les domaines : solutions de
collaboration, de gestion de la relation client, de gestion des fnances et
des ressources humaines, d’accès, d’analyse et de fourniture des données,
d’applications de productivité bureautique et de gestion de la chaîne logis-
tique… La véritable question serait alors plutôt : « Comment gérer un
projet de cloud pour que le métier en tire toute la valeur attendue ? »
De nouveaux business models
Par sa portée et les enjeux associés, l’impact du cloud computing sur l’en-
treprise et les services informatiques est très signifcatif. Tout comme les
modèles de fourniture et de tarifcation de ces services, les usages techno -
logiques évoluent et de nouveaux business models apparaissent.
Comme le prédisait Nicholas Carr dans son article « IT Doesn’t Matter »
(Harvard Business Review, 2003), nous assistons à une « commoditisation »
des services informatiques, au même titre que l’eau, le gaz, l’électricité ou le
téléphone. Illustrons ce concept par une image très simple : supposez que
pour vous fournir en électricité, vous deviez construire une centrale nucléaire
et que chaque foyer doive construire sa propre centrale. Il est beaucoup plus
commode de construire une centrale pour des milliers de foyers, que chacun
d’entre eux s’y raccorde et ne paie qu’en fonction de sa consommation. C’est
tout simplement le but du cloud computing : réduire les barrières à l’en-
trée pour les services informatiques, en les démocratisant et en les rendant
accessibles à un maximum d’utilisateurs et de clients.
De cette manière, le client dispose d’un accès rapide à des services
jusqu’à présent réservés aux grandes entreprises, et contrôle mieux ses
dépenses informatiques, puisqu’il n’a plus besoin d’acheter une infrastruc-
ture complète, des serveurs ou des services de stockage. Il accède à des
ressources partagées et ne paie que ce qu’il consomme.
Certains qualifent le cloud de simple évolution technologique : nous
pensons que d’un point de vue métier, il s’agit bien d’une petite révolution.
VIII
Hennion Livre.indb 8 14/08/12 07:42 Avant-propos
Périmètre de l’ouvrage
Ce livre, qui s’appuie sur nos retours d’expérience, notamment au
Groupement des Mousquetaires – Intermarché, met l’accent sur les problé-
matiques de décision, conception et gouvernance (pilotage, création de
valeur et conformité) des solutions de cloud computing. Il ne s’agit donc
pas d’un ouvrage technique.
Nous utiliserons le cadre méthodologique développé par Pierre-Frédéric
Rouberties du Ceisar (http://www.ceisar.fr) pour la formation diplômante
« Executive Certifcate Architecture et Cloud Computing » de l’École Centrale
Paris (http://www.cf.ecp.fr). Au sein de ce modèle, nous examinerons les
meilleures pratiques de gouvernance IT, de gestion de projets et de services.
L’ouvrage se compose de quatre parties.
• La première défnit ce qu’est le cloud computing en décrivant son
contexte et ses enjeux.
• La deuxième présente un modèle d’évaluation et de décision.
• La troisième apporte des réponses à propos de la conception et du
déploiement des services de cloud computing. Nous nous référons aux
meilleures pratiques de gestion de projets et de services informatiques.
• La quatrième et dernière partie porte sur le pilotage et l’amélioration
continue des services de cloud computing. Nous développerons notam-
ment des tableaux de bord (Balanced Scorecards) adaptés au cloud.
À propos des auteurs
Romain Hennion
Romain Hennion est directeur gouvernance chez
Global Knowledge (Formation & Conseil). Il est
par ailleurs coresponsable pédagogique de l’Exe-
cutive Certifcate Architecture et Cloud Computing
de l’École Centrale Paris. Il enseigne également
au Cnam et à l’Edhec.
Romain Hennion a accompagné plusieurs entre-
prises du CAC 40 dans la mise en œuvre des
meilleures pratiques : gestion de services, gestion
de projets, gouvernance IT, mesure et améliora-
tion de la performance, tableaux de bord, etc.
Il est ingénieur Arts & Métiers et titulaire du MBA de l’université Paris
Dauphine. Il est également certifé ITIL ExpertV3, Prince 2 Approved Trainer
et CobiT.
IX
Hennion Livre.indb 9 14/08/12 07:42Cloud computing
Hubert Tournier
Après une carrière dans le service et le conseil
informatiques, dont dix ans passés au sein du
Cabinet Deloitte à travailler sur les thématiques de
sécurité et de gouvernance des systèmes d’infor-
mation, Hubert Tournier a rejoint en 2009 le
Groupement des Mousquetaires, où il occupe les
fonctions de directeur du conseil et d’adjoint du
directeur de l’organisation et des systèmes d’infor-
mation.
Il est par ailleurs impliqué dans de nombreuses
associations professionnelles traitant des
systèmes d’information : vice-président de l’AFAI (Association française
d’audit et de conseil informatiques), trésorier de l’Ae-SCM (Association
pour la promotion des bonnes pratiques de sourcing), membre du Cigref
(Club informatique des grandes entreprises françaises). Il donne égale-
ment des cours à l’université Paris Dauphine, l’IAE de Paris et l’EICNAM.
Au-delà des travaux sur le cloud computing menés avec ces trois asso-
ciations, il a eu l’occasion de concevoir et de mettre en œuvre pour ses
clients métier une solution IaaS/SaaS open source dénommée HeV (http://
www.projet-hev.org/fr), de les accompagner sur l’étude et parfois la mise en
œuvre de multiples solutions SaaS, d’accompagner les équipes d’exploita-
tion informatique dans la sélection et la mise en œuvre d’une solution PaaS
destinée aux fonctions d’études. Il est enfn membre du comité consultatif
du projet de cloud computing CompatibleOne (http://www.compatibleone.
org), porté par le pôle de compétitivité Systematic Paris-Region.
Éric Bourgeois
Depuis 18 ans, Éric Bourgeois a participé à la mise
en place de plans de reprise d’activité pour de
grands groupes fnanciers internationaux. Par
ailleurs, il assiste ses clients dans la mise en place
de projets PaaS et IaaS pour des projets natio-
naux et européens. Plusieurs de ces projets sont
devenus des références internes chez ces clients.
Après une première création d’entreprise en 1997,
il se lance en 2009 dans l’activité de conseil et
de formation sur les produits VMware. En 2011,
il reçoit les VMware Education Awards pour la
région EMEA pour la diversité des cours enseignés.
Éric Bourgeois est également certifé ITIL V3, VMware VCP, VCI et VCAP-DA.
X
Hennion Livre.indb 10 14/08/12 07:42Table des matières
Partie I – Concepts et enjeux du cloud computing
Chapitre 1 – Qu’est-ce que le cloud computing ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
D’où viennent les nuages ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
Comment défnir le cloud computing ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
Trois modèles de services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Quatre modèles de déploiement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Cinq caractéristiques fondamentales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Chapitre 2 – Quels sont les impacts du cloud computing sur les services
informatiques ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Une nouvelle perception des SI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
Un changement de paradigme pour les DSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
Sur la route de la banalisation des SI ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Un mouvement vers le 100 % services . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
En conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
Chapitre 3 – Qu’apporte le cloud computing à l’entreprise ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Le contexte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
Un mouvement d’adoption progressif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Quatre grands avantages pour l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
Trois sources de création de valeur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
Chapitre 4 – Quels sont les risques du cloud computing ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
Les grandes catégories de risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
La sécurité : le talon d’Achille du cloud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
XI
Hennion Livre.indb 11 14/08/12 07:42Cloud computing
Partie II – Décider
Chapitre 5 – La gestion de portefeuille de projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
Le rôle d’un portefeuille de projets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
Les questions à se poser pour tout projet de cloud . . . . . . . . . . . . . . . . 80
Le classement des projets de cloud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
Chapitre 6 – Les critères d’éligibilité d’une solution de cloud computing . . . . . . . . . 89
Six indicateurs de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Quatre facteurs critiques de succès . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
Les risques : positifs ou négatifs ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
Chapitre 7 – La gouvernance d’un projet de cloud computing. . . . . . . . . . . . . . . . . 103
La gouvernance informatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Quelle gouvernance pour le cloud computing ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
Gouvernance et sécurité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Chapitre 8 – Quel fournisseur de cloud computing choisir ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
La classifcation du Gartner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
La typologie de l’OpenCrowd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
Panorama de l’offre existante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
Partie III – Concevoir
Chapitre 9 – Le business case d’un projet de cloud computing . . . . . . . . . . . . . . . . 139
À quoi sert un business case ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
Le scénario métier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 141
Les bénéfces non fnanciers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145
Les bénéfces fnanciers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146
Les différentes méthodes de calcul des bénéfces fnanciers . . . . . . . 150
Les risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
Chapitre 10 – Les contrats de service de cloud computing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
La conception d’un contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
La gestion d’un contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Les différents types de contrats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Un modèle de contrat type . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166
Les indicateurs de performance des contrats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 170
La conformité et le suivi des contrats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173
XII
Hennion Livre.indb 12 14/08/12 07:42Table des matières
Les précautions à prendre sur un contrat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 174
Cloud computing et externalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
Chapitre 11 – Architecture et virtualisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
Un empilement de couches spécifque au cloud . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
La composition des services de cloud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
Cloud et SOA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187
La virtualisation, le cœur du cloud computing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188
Comment fonctionne la virtualisation ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
Les applications de la virtualisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
Les avantages de la virtualisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Les limites de la virtualisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
Partie IV – Piloter et améliorer
Chapitre 12 – Le pilotage des services de cloud computing . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
Des indicateurs inappropriés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
Des frais de pilotage élevés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209
Un appel aux meilleures pratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
Tableaux de pilotage et indicateurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 212
Chapitre 13 – L’optimisation des services de cloud computing . . . . . . . . . . . . . . . . 221
La notion de valeur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 221
Les tableaux de bord de la performance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
L’échelle de maturité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 227
Du BSC standard au BSC spécifque au cloud . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229
Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233
XIII
Hennion Livre.indb 13 14/08/12 07:42Hennion Livre.indb 14 14/08/12 07:42PARTIE I
Concepts et
enjeux du cloud
computing
Hennion Livre.indb 1 14/08/12 07:42Hennion Livre.indb 2 14/08/12 07:42Chapitre 1
Qu’est-ce que le
cloud computing ?
D’où viennent les nuages ?
Le terme cloud computing vient du monde des télécoms. Lorsqu’il fallait
dessiner des diagrammes ou des processus, les réseaux de télécommuni-
cations et Internet étaient généralement représentés par un nuage. Celui-ci
symbolisait le traitement des informations, sans que personne n’inter-
vienne directement et, surtout, sans avoir besoin de savoir exactement
ce qui s’y passe… C’est un peu la même chose maintenant : l’utilisateur
envoie une requête, reçoit de l’information, sans savoir exactement où elle
est stockée ni d’où elle provient, ni comment elle a été traitée.
Après le mainframe des années 1970, le modèle client-serveur des années
1980, Internet dans les années 1990, l’architecture orientée services des
années 2000, voici donc le cloud computing. Le débat fait rage sur l’ori-
gine de sa création. Certains remontent aux possibilités de partage des
ressources et des partitions sur les mainframes, ce qui ne nous rajeunit
pas. Passons rapidement en revue les différentes technologies successives
qui ont permis l’émergence de cette solution.
Du mainframe à Internet
Remontant aux années 1970, le mainframe désigne un ordinateur central
faisant preuve d’une grande puissance de calcul. Parmi les fabricants, on
2compte des entreprises comme IBM, Bull ou EMC Computer. Les main-
frames fonctionnent sous un modèle centralisé, par opposition au modèle
de répartition. Ils gèrent plusieurs sessions de la même installation du
système d’exploitation (multitenancy), ou plusieurs partitions qui abritent
chacune un système d’exploitation différent. Dans ce cas, il faut s’appuyer
sur une plate-forme de virtualisation (hypervisor) qui permet de faire tourner
plusieurs systèmes d’exploitation sur la même machine physique.
Hennion Livre.indb 3 14/08/12 07:42Partie I – Concepts et enjeux du cloud computing
Figure 1-1 : Le cloud computing s’inscrit dans la continuité naturelle du mainframe  
et des services web. 
Les mainframes équipent une écrasante majorité des grandes entreprises
mondiales et depuis 40 ans, ils se portent de mieux en mieux. Avec le cloud
computing, le mainframe a en effet encore de très beaux jours devant lui.
Les mauvaises langues diront même que le cloud n’est qu’une solution
mainframe de partage des ressources, accessible depuis Internet.
Figure 1-2 : Les mainframes d’IBM se portent comme un charme, notamment grâce aux 
architectures du cloud computing, comme ce dernier modèle de la gamme, le System z10.
4
Hennion Livre.indb 4 14/08/12 07:42 Chapitre 1 – Qu’est-ce que le cloud computing ?
Puis arriva l’architecture client-serveur dans les années 1980, consistant
à faire communiquer deux machines reliées par un réseau, qui échangent
des informations et des traitements grâce à des programmes. La machine
appelée « client » envoie une requête à un serveur qui traite cette dernière
pour renvoyer un résultat. Généralement, le client est un PC standard. Et le
serveur est une machine dédiée dont la puissance de calcul est plus élevée.
Il peut répondre à plusieurs requêtes simultanées et héberger plusieurs
solutions : une base de données, une messagerie, un site web, etc.
Au début des années 1990, le réseau Internet s’ouvre au trafc commercial
et fait découvrir au monde le Web, par l’intermédiaire du protocole de
communication TCP/IP. Ce dernier découpe les messages en paquets de
données, qui prennent différents chemins pour ensuite être recomposés à
l’arrivée. L’idée consiste à répartir les nœuds de communication pour que
les messages puissent être acheminés quoi qu’il advienne, par exemple si
l’un des nœuds est indisponible.
Du SOA au cloud
Le SOA (Service Oriented Architecture) n’est pas un concept nouveau. Sun l’a
défni à la fn des années 1990, avec la description de Jini, environnement
de découverte dynamique et d’utilisation des services sur un réseau. Le
modèle SOA est devenu un référentiel majeur en termes d’architecture et
d’intégration dans le domaine de l’informatique complexe et hétérogène. En
effet, les tentatives précédentes n’avaient pas permis de solutions interopé-
rables ouvertes. Elles s’étaient appuyées sur des API (Application Programming
Interface) propriétaires et avaient exigé un degré élevé de coordination.
Le SOA encourage ainsi la rationalisation des processus et l’adaptation de
l’entreprise aux évolutions du marché, en s’appuyant sur le SaaS (Software
as a Service), concept que nous développerons largement plus loin puisqu’il
constitue l’un des piliers du cloud.
eBay, par exemple, a ouvert son API de services web pour la vente aux
enchères en ligne. Grâce à cette API, les développeurs peuvent créer des
applications personnalisées, qui s’appuient sur les services d’eBay, tout en
leur permettant de personnaliser la vente de leurs produits. Ces applica-
tions visent généralement les vendeurs, puisque les acheteurs doivent se
connecter à ebay.com pour enchérir sur des objets.
Ainsi, le SOA est un modèle d’architecture pour développer des applica-
tions logicielles qui utilisent les services déjà disponibles au sein d’un
réseau comme Internet. Il relie les composants logiciels afn qu’ils puis -
sent être réutilisés. Les applications en SOA sont développées en fonction
des services, qui peuvent être consommés par les clients dans différentes
applications ou processus métier.
5
Hennion Livre.indb 5 14/08/12 07:42Partie I – Concepts et enjeux du cloud computing
En d’autres termes, le SOA permet aux entreprises de tirer parti des inves-
tissements existants, et promet l’interopérabilité entre des applications et
des technologies hétérogènes. Il offre un niveau de fexibilité qui n’était
pas possible auparavant.
Le modèle SOA a été popularisé avec l’apparition de standards comme
les services web dans l’e-commerce, basés sur des plates-formes telles
que Java 2 Platform Enterprise Edition (J2EE). Ces services web ont adopté le
concept de services introduit par Jini pour mettre en œuvre des services
accessibles depuis le Web, en utilisant des technologies telles que XML,
WSDL (Web Services Description Language), SOAP (Simple Object Access Protocol)
et UDDI (Universal Description, Discovery and Integration).
Pour résumer, nous assistons depuis les années 1980 :
• au développement de la virtualisation, de l’infogérance et de l’externa-
lisation, les mainframes ayant probablement joué un rôle déterminant ;
• à la démocratisation de l’informatique, notamment des PC et d’Internet
(mobilité, haut débit, interconnexion, etc.) ;
• à la démocratisation d’applications de type ERP (Enterprise Resource Plan-
ning), comme SAP, désormais disponibles à des coûts plus abordables.
Celles-ci sont accessibles à des organisations de taille moyenne sous la
forme de location à la demande ;
• à une recherche de souplesse. Le marché étant extrêmement fuctuant,
cela contribue de façon signifcative à l’alignement entre la demande du
client et l’organisation des ressources informatiques. Les entreprises
s’appuient davantage sur des processus de gestion de projets et de
services informatiques ;
1• un alignement stratégique selon CobiT , appelé BITA (Business IT Align-
1. © Isaca. CobiT 2ment), et à une gestion de la demande et de la capacité selon ITIL au est un framework de
sein de niveaux de services. contrôle des objectifs
informatiques. Toutes les briques sont donc posées pour que le cloud émerge dans des
2. © OGC. ITIL est conditions favorables.
une méthode de
gestion des services Comment défnir le cloud computing ?informatiques.
Diversité des défnitions
3. « A Break in the Il existe de très nombreuses défnitions du cloud computing. Ainsi, l’article
Clouds: Towards a 3intitulé « A Break in the Clouds: Towards a Cloud Defnition » en recense 22 !
Cloud Defnition »,
Luis M. Vaquero, Notre défnition
Luis Rodero-Merino,
Nous avons l’habitude de présenter le cloud computing comme un mode Juan Caceres
et Maik Lindner de traitement des données d’un client, dont l’exploitation s’effectue par
Internet, sous la forme de services fournis par un prestataire.
6
Hennion Livre.indb 6 14/08/12 07:42 Chapitre 1 – Qu’est-ce que le cloud computing ?
Il s’agit d’un mode de consommation où une ressource informatique (logi-
ciel, plate-forme de développement, infrastructure, etc.) est proposée « en
tant que service », sans que les clients aient besoin de se soucier de sa
gestion ni de sa localisation. Cette ressource peut être mutualisée entre
plusieurs clients (cloud public) ou restreinte à un groupe fermé (cloud
privé). Elle peut être physiquement localisée sur une infrastructure infor-
matique interne, externe, voire hybride.
Le cloud computing (« informatique en nuage », en français) permet
avant tout de fournir des ressources informatiques depuis Internet. Ces
ressources sont mises à disposition sur la base d’un abonnement contrac-
tuel, dont le périmètre peut être revu à la hausse ou à la baisse en fonction
du besoin. Les services couverts sont très variés : stockage, gestion de
bases de données, informations, tests, sécurité, plate-forme, etc. En fait,
tout ce qu’on trouve dans un centre de données et qui est accessible sous
la forme de services depuis Internet.
Le client accède ainsi directement aux services, sans se soucier des
exigences et des besoins en termes de plates-formes, de maintenance, du
contrôle, de répartition des coûts et de gestion du centre de données. Plus
simplement, nous pourrions dire que le cloud computing est :
• ce que vous n’avez pas besoin de posséder ;
• ce que vous n’avez pas besoin de mettre à jour en termes d’infrastruc-
tures ;
• ce que vous consommez sous la forme d’un abonnement ;
• ce que vous pouvez étendre ou réduire à la demande.
Passons maintenant en revue les défnitions de quelques acteurs infuents
du cloud pour mieux cerner ce concept.
Selon Cisco
Quand il parle du cloud computing, le leader mondial des réseaux Cisco
dit que « les ressources informatiques et les services sont abstraits de l’in-
frastructure sous-jacente et sont fournis à la demande et à l’échelle dans
un environnement partagé (multitenant) » :
• « à la demande » veut dire que les ressources peuvent être fournies
immédiatement en cas de besoin, libérées lorsqu’elles ne sont plus
nécessaires et facturées uniquement lorsqu’elles sont utilisées ;
• « à l’échelle » indique que le service donne l’illusion d’une disponibilité
infnie des ressources afn de répondre à toutes les demandes ;
• « environnement partagé » signife que plusieurs clients partagent les
mêmes ressources (machine, serveur, instance d’une application ou
d’une base de données, etc.).
7
Hennion Livre.indb 7 14/08/12 07:42Partie I – Concepts et enjeux du cloud computing
Selon le point de vue de Cisco, un service de cloud computing répond
nécessairement à ces trois critères. Toutefois, on note que l’emplacement
physique des ressources (sur site ou hors site) n’est pas pris en compte
dans cette défnition.
Selon Microsoft
11. Les caractéristiques Pour Microsoft , le cloud computing désigne l’ensemble des disciplines,
du cloud (http:// technologies et modèles commerciaux utilisés pour délivrer des capacités
www.microsoft.com/ informatiques (logiciels, plates-formes, matériels), comme un service à la
france/entreprises/
demande.decideur-it/cloud/
caracteristiques-du- Il comporte cinq caractéristiques clés :
cloud.aspx). • le service est à la demande : vous ne payez que ce que vous utilisez ;
• le service est accessible n’importe où grâce à un large accès réseau ;
• le service est mesuré, ce qui permet de préserver les ressources ;
• la quantité est modulable à la location, offrant une élasticité infnie ;
• les ressources sont mises en commun, ce qui réduit les coûts.
Selon EMC
EMC, fournisseur de solutions d’archivage et de stockage, estime que le
cloud computing n’est pas conçu – ou utilisé – comme les modèles le
précédant. Les architectures cloud permettent aux utilisateurs d’accéder
aux pools de ressources IT – des ordinateurs aux réseaux de stockage –
quand ils le souhaitent et bénéfcient ainsi de l’effcacité partagé e et de
la souplesse.
Ses caractéristiques sont les suivantes :
• il est construit différemment en utilisant une solution d’architecture
partagée, avec des catalogues de services défnis pour chaque service
informatique et la capacité de déplacer des charges de travail là où le
traitement sera optimisé. Ces solutions sont intégrées et leur caractère
opérationnel est prévisible ;
• il est géré en libérant l’utilisateur des opérations informatiques, de l’ap-
provisionnement et de la gestion ;
• il est utilisé différemment. En effet, les consommateurs bénéfcient
d’une fourniture de services informatiques à la demande, qui satisfait
les besoins immédiats, et provenant de plusieurs fournisseurs ;
• il est administré différemment, notamment en ce qui concerne la qualité
de service et la sécurité, pour lesquelles de nouveaux rôles émergent et
de nouvelles règles sont à établir.
8
Hennion Livre.indb 8 14/08/12 07:42 Chapitre 1 – Qu’est-ce que le cloud computing ?
Selon l’ACM
L’Association for Computing Machinery (ACM) est une organisation éducative et
scientifque infuente, qui offre des ressources sur l’informatique avancée
aux scientifques et aux professionnels de ce secteur.
Figure 1-3 : Une section entière du site de l’ACM est consacrée au cloud. Pour découvrir la 
richesse de leurs travaux sur ce sujet : http://techpack.acm.org/cloud/.
L’ACM donne la défnition suivante du cloud : « Les clouds sont d’importants
réservoirs de ressources virtualisées, facilement utilisables et accessibles
(comme les hardwares, les plates-formes et/ou les services de développe-
ment). Ces ressources peuvent être reconfgurées de manière dynamique
pour s’ajuster à une charge variable (extensibilité) et permettre égale-
ment une utilisation optimale des ressources. Cette mise en commun des
ressources est généralement exploitée dans le cadre d’un modèle de droit
d’utilisation payant en vertu duquel le fournisseur de l’infrastructure offre
des garanties dans le cadre d’accords de niveau de services personnalisés. »
1. Gartner, « The Real
Selon le Gartner Truth About Cloud,
1 SaaS and Saving La démarche du Gartner consiste à défnir le cloud selon deux points de
Money Now », Daryl
vue différents mais complémentaires. Plummer, MVP, Chief
of Research and Du point de vue du client, les trois caractéristiques du cloud sont :
Chief Gartner Fellow, • le choix : le client accède au service de manière ponctuelle, il travaille
Gartner Webinar
avec le fournisseur de son choix et les tarifs sont très faibles ;
9
Hennion Livre.indb 9 14/08/12 07:42