Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 31,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Pokémon GO 100% non officiel

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

suivant
Préface
À sa naissance, Netsaint (renommé plus tard en Nagios) entre dans les entreprises « par la petite porte ». Il s’agit alors, pour les administrateurs de systèmes d’informa tion, d’installer un outil de supervision pour se faciliter la vie. Installé sur un petit serveur reconverti, voire sur un ancien poste bureautique promu en serveur de supervision, Nagios nécessite peu de ressources : il se contente dans un premier temps de détecter les serveurs et équipements réseau qui ne répondent plus aux « pings ». Commence alors l’évolution de Nagios au sein du SI. Sa mission s’étend en effet à la vérification des services importants qui ne répondent plus : ser vices web (HTTP/HTTPS), services d’infrastructure (DNS, SMTP/POP/IMAP, DHCP, LDAP, etc.). Dans le même temps, les administrateurs ne souhaitent plus être avertis par les coups de téléphone de leurs utilisateurs... Ils mettent donc en place le principe de notifica tion par email, SMS ou messagerie instantanée.
HUMOURLe meilleur outil de supervision reste... Le couple UtilisateurTéléphone reste l’outil de supervision le plus fiable... si on omet les faux positifs et l’avalanche d’alertes simultanées !
Pour une meilleure lisibilité, la supervision est ensuite couplée à un outil de ten dances, généralement basé sur RRDTool ou MRTG comme Cacti, par exemple. À ce stade, seuls les administrateurs système et réseau – et éventuellement leurs res ponsables directs – ont connaissance de l’existence d’outils de supervision. Ces der niers restent donc très techniques, et ne sont simples ni à installer, ni à utiliser. Ils sont mis en œuvrepardes administrateurspourdes administrateurs.
VI
Nagios 3
La tendance s’inverse ensuite vers les années 20032004. De nouvelles lois (Sar banes/Oxley) imposent de garder trace des modifications sur le système d’informa tion et, par voie de conséquence, de superviser les équipements informatiques. De plus, la notion de « production informatique » commence enfin à entrer dans les mœurs (mieux vaut tard que jamais !) : les directions informatiques souhaitent s’outiller pour la mise en œuvre d’ITIL, notamment. Dès lors, la communauté Nagios commence à voir apparaître de nouveaux outils pour ces nouveaux publics ; ces outils ne sont plus installés par les administrateurs mais par des sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) ou sociétés de ser vices en logiciels libres (SS2L). C’est alors que Nagios commence à entrer par la grande porte, en barrant la route aux logiciels de supervision historiques (Patrol, HP Open View). Dans un premier temps, il s’agit de rendre Nagios plus attrayant. Finie la configuration en mode texte complexe et source d’erreurs, finie l’interface web un peu austère : des thèmes et des outils de configuration graphiques font leur apparition. Oreon (devenu Centreon comme Netsaint fut renommé Nagios avant lui) prend son essor grâce à une véritable révolution dans le monde Nagios : la tendance est à la centralisation de toutes les interfaces. Une seule interface est nécessaire désormais pour faire à la fois : la supervision (« visualisation en temps réel de l’état du SI »), la configuration de celleci, les graphiques de tendance et le reporting. En dehors de Centreon, qui a réellement pour but de mettre à disposition toutes les fonctionnalités liées à la supervision via une seule interface, il est aussi possible de bâtir une supervision qui semble pour l’utilisateur unifiée, mais qui reste bâtie sur de nombreuses briques. Par exemple, la supervision construite sur l’ensemble Nagios, NDOUtils, NagVis et Pnp4Nagios, une fois savamment configurée, permet d’avoir un point unique d’authentification basée sur le serveur LDAP du système d’informa tion, tout en offrant la sensation d’une interface unique. L’étape de « démocratisation » suivante a consisté à fournir un ensemble intégré pré configuré, combinant de nombreux logiciels, mais pour autant doté d’un système d’installation simple et efficace. C’est le but des projets comme EON (Eyes of Network) ou FAN (Fully Automated Nagios). D’autres ont choisi une voie légèrement différente mais avec les mêmes buts en proposant des images de machines virtuelles préconfigurées.
Préface
Étant l’un des créateurs de FAN et responsable de ce projet, je ne peux gager de mon impartialité. Tous ces outils ont néanmoins pour but de proposer une supervision prête à l’emploi, fournie sur un système d’exploitation enrichi d’applicatifs de super vision. Par exemple, FAN est une distribution GNU/Linux totalement dédiée à la supervision Nagios. Toutes les mises à jour sont intégrées directement dans la distri bution afin que l’administrateur se concentre sur ce qu’il doit superviser et non sur l’installation et les mises à jour des outils. Aussi incroyable que cela paraisse, Nagios est donc bien à l’origine de la création de distributions dont il est le centre ! Peu d’outils peuvent se targuer de cela. Tout cela vous est présenté dans ce livre avec de très nombreux détails. Vous appren drez à installer, configurer et administrer tous les outils. Les très gros points forts de ce livre sont la progressivité et l’exhaustivité du contenu. Tous les thèmes importants y sont abordés : pourquoi superviser, et quels éléments superviser, les aspects psychologiques (plus importants qu’il ne paraissent et trop souvent négligés), des conseils sur les bonnes pratiques, des points techniques très détaillés (je conseille notamment le chapitre 14 sur la charge d’un système Unix/Linux !). La progression dans la difficulté des éléments abordés est très bien pensée et satisfera tous les profils de lecteurs, du débutant à l’expert. C’est simple, si j’avais eu ce livre entre les mains à mes débuts, j’aurais gagné un temps très précieux. Jean Gabès a ainsi écrit le livre que j’aurais toujours voulu avoir entre les mains. Outre ses connaissances techniques très avancées, son expérience et son talent d’écri vain, il est d’une gentillesse et d’une simplicité rares. Il vous fait partager sa passion pour le monde de Nagios avec un regard précis et intelligent, tout en gardant la dis tance et le recul nécessaires pour une analyse impartiale.
Cédric Temple Responsable du projet FAN,Fully Automated Nagios Chef de projet chez MERETHIS, société éditrice du logiciel Centreon
VII