Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 29,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Illustrator CS5

de editions-eyrolles

Coloriser ses BD avec Photoshop

de editions-eyrolles

Camera Raw par la pratique

de editions-eyrolles

Vous aimerez aussi

Pokémon GO 100% non officiel

de editions-eyrolles

J'arrête la malbouffe !

de editions-eyrolles

Le pouvoir des gentils

de editions-eyrolles

suivant

Photoshop_CS3_5 30/11/07 11:09 Page 1
Auteur de nombreux livres sur Photoshop, Illustrator, InDesign et XPress, Pierre Labbe
(pierrelabbe@yahoo.com ; http://pierrelabbe.com) est l’un des formateurs les plus réputés
dans le monde de l’infographie. Il participe également au site Wisibility.com, blog de forma-
tion en ligne sur Photoshop et les logiciels des métiers de l’image, qui présente gratuitement
des trucs et astuces sous forme de séquences vidéo.
Le livre de référence sur Photoshop CS3
Véritable bible d’informations et de conseils pratiques, cet ouvrage richement illustré détaille l’ensemble
des fonctionnalités de Photoshop CS3, des acquis fondamentaux aux techniques les plus avancées.
Couvrant toutes les nouveautés de cette version (interface plus ergonomique, filtres dynamiques, outil
Sélection rapide, enrichissement de Camera Raw, etc.), il conduira le lecteur de la prise en main de
Photoshop CS3 jusqu’à la maîtrise de ses fonctions les plus pointues. Nourri par la très grande expérience
de l’auteur, ce livre constituera un excellent manuel d’apprentissage pour les débutants comme pour les
professionnels.
Au sommaire
Photoshop CS 3 et la Creative Suite • Les nouveautés et l’interface de Photoshop CS3 • Les formats d’images
• Annulations multiples, historique et automatisation • Gérer ses fichiers avec Bridge • Développer ses
images avec Camera Raw • Gérer ses images avec Version Cue • Préparer les images • Résolution des images
• Taille des images • Nettoyer et retoucher les photos • Détourer les images • Réaliser des sélections •
Détourer avec des pixels (utilisation des couches) • Détourer avec un tracé (vecteurs) • Détourer autrement
• Corriger la tonalité et les couleurs de l’image • La gestion de la couleur • Utiliser les corrections simpli-
fiées • Gérer les corrections avancées • Travailler avec les calques • Utiliser les calques • Travailler avec les
objets dynamiques • Utiliser les textes • Gérer les effets de calque • Traiter les images • Colorier (couleur,
motif et dégradé) • Créer des dessins pixellisés • Appliquer un filtre • Distribuer les images • Préparer les
images pour l’impression (PAO) • Préparer les images pour le Web • Imprimer une image
Pierr e Labbe
Sur le site www.editions-eyrolles.com
• Dialoguez avec l’auteur
• Téléchargez le code source des exemples du livre
42 €
Tout en
couleurs !
Code éditeur : G12121
ISBN : 978-2-212-12121-6
9 7 8 2 2 1 2 1 2 1 2 1 6
Conception Nord Compo
P. Labbe
Photoshop CS3Photoshop_CS3_Titre 27/11/07 15:29 Page 2CHEZ LE MÊME ÉDITEUR
M. EvEning. – Photoshop CS3.
N°12169, 2007, 590 pages + DVD-Rom.
C. BrunEau, B. riChEBé. – Cahier d’exercices Photoshop CS3 – Spécial débutants.
À paraître.
B. FrasEr, J. sChEwE. – Camera Raw et Photoshop CS3.
À paraître.
P. Curtil. – Cahier d’exercices Photoshop – Trucages et photomontages.
À paraître.
M. EvEning. – Photoshop Lightroom pour les photographes.
N°12097, 2007, 360 pages.
eV. GilBErt. – Développer ses fichiers RAW, 2 édition.
N°12083, 2007, 360 pages.
eJ. DElMas. – La gestion des couleurs pour les photographes, 2 édition.
N°12139, 2007, 450 pages.
s. KElBy. – Photoshop Elements 5 pour les photographes.
N°12078, 2007, 470 pages.
B. FrasEr. – Netteté et accentuation avec Photoshop CS2.
N°12050, 2007, 278 pages.
C. BrunEau et al. – Cahier d’exercices Photoshop – Spécial débutants.
N°11694, 2006, 136 pages + CD-Rom.
C. BrunEau et al. – Cahier d’exercices Photoshop – Retouches avancées.
N°11695, 2006, 128 pages + CD-Rom.
C. BrunEau, B. riChEBé. – Cahier d’exercices Photoshop – Spécial photographes.
N°11979, 2006, 120 pages + CD-Rom.
C. BrunEau, B. riChEBé. – Cahier d’exercices Photoshop Elements – Spécial débutants.
N°12064, 2007, 126 pages + CD-Rom.Photoshop_CS3_Titre 27/11/07 15:29 Page 1
P i e r r e L a b b eÉDITIONS EYROLLES
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
erLe code de la propriété intellectuelle du 1 juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à
usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans les
établissements d’enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité
même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui
menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le
présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du
Droit de Copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12121-6Tous mes remerciements à
Madame Stéphanie Saïssay d’Adobe Systems France
Monsieur Denis-Pierre Guidot d’AranceStéphane Baril d’Adobe Systems France
Pour ses conseils et sa collaboration à ce livre par une relecture
attentive et efficace, je remercie tout particulièrement
Monsieur Yves Chatain
— formateur sur les logiciels de la Creative Suite —
yves_chatain@mac.com
Pour ses conseils sur la gestion des couleurs, je remercie également
Monsieur Dominique Legrand
— expert Photoshop, cofondateur de wisibility.com —
Yves Chatain, Dominique Legrand et moi-même sommes membres
de l’équipe de wisibility.com — le (meilleur) site gratuit d’astuces et de
formation en ligne sur les logiciels de la Creative Suite.
Certaines photos de ce livre m’ont été fournies
par Mademoiselle Sophie Revoil et Monsieur Adrien Labbe,
je les en remercie vivement.Avertissement Mac et Windows
hohotoshophotoshop fonctionne sur les envirtoshop fonctionnefonctionne ssur les enviroonnements nnements WindoWindowws s
etet Macintosh. LMacintosh. Leses différ diffé ences de fonctionnement entre
lles deux plateses deux plates--formes sont uniquement dues aux en-formesP
vvirironnements ronnements respectifsespecti . Ce livre ayant été écrit sur Ma-
cintosh (avcintosh (avec InDesign CS3), esign CS3), la majorité des cla m opies d’écran a été
réalisée sur cette ette plateplate-forme. Lees rs accourcis clavier (personnalisa-
bles) sont indiqués d’bles) sont indiqués d’aborabordd pour Mac puis pour M , entre crochets […], pour
Windows.
De nombreux menus contextuels sont disponibles ; ils nécessitent le
bouton droit de la souris. Sur Macintosh, si vous n’avez pas encore
investi dans une souris à deux boutons et une molette (fort utile
pour le déplacement dans la page), vous pouvez dérouler ces menus
en enfonçant la touche ctrl. L’utilisation d’une tablette graphique
facilite également grandement le travail.
Quelques précisions sur la terminologie employée dans cet ouvrage :
cliquer signifie appuyer d’un coup sec sur le bouton de la souris, glis-
ser signifie maintenir enfoncé le bouton tout en déplaçant la souris.
Le tableau ci-dessous indique les conventions utilisées pour désigner
les touches des claviers Mac et Windows.
Touche Mac Représentation Touche PC Représentation
Commande
Contrôle Ctrl
ou
Option (alt) Alt Alt
Majuscule Shift ou ou
Cette touche n’existe pas,
Contrôle ctrl
on utilise le clic droit.
Dernier point à signaler : dans certains paragraphes, des cadres gris avec
la marque ASTUCE présenteront une r e reemarque, une note, une astuce de
travail ou un conseil. De plus, l’icône parfois présente dans la marge,
signale une nouveauté de la version CS3.Introduction
ee livr lilivrvre dre dresse un panoresse un panor raama cma complet de Pomplet de Phhotoshop mais otoshop mais
pprincipalement dans une optique Principalement dans u AO. Il vous montrera
qu’associé à InDesign et Illustresign ator, ce logiciel est incon-C
tournable dans le domaine de la rtournable dans le dom etouche photo et de la
prpréparation des imagesation des images. Cette veersion s’est enrichie de nombreuses
nouveautés qui faciliteront votre e travail aussi bien dans la gestion
des fichiers (avdes fichiers (avec Bridgeec Bridge, le gestionnairle gesti e de fichiers de la Creative
Suite), que le développement des photos avec Camera Raw. De plus,
l’utilisation des objets dynamiques dont la présence est renforcée
dans cette version (notamment avec les calques 3D), permettra de
rendre réversibles de nombreux traitements tels que les corrections,
le travail des calques et même l’application de certains filtres de-
venus désormais dynamiques. Ces nouveautés seront développées
tout au long de cet ouvrage ; en outre, je les ai accompagnées de
nombreux exemples et astuces de travail.
Ce livre s’attache à vous proposer des méthodes et des techniques
pour préparer vos travaux en vue de les publier principalement sur
papier (document imprimé), mais également sur le Web (document
affiché), depuis la préparation des éléments jusqu’à leur mise en
place dans le document prêt à être publié. Les utilisations conjointes
à d’autres logiciels sont indiquées et exploitées tout au long du livre.
Vous pouvez m’écrire pour me poser des questions sur ce logiciel
à l’adresse suivante : pierrelabbe@yahoo.com. ou découvrir sur
wisibility.com. les dernières astuces trouvées.
Et maintenant bonne lecture !
Pierre LabbeTable des matières
LLee r ré églage de la palettglage de la palette Historique.................................orique.................................2323PPa ar rtie 1. tie 1. LLaa Cr Creativtive Suite et Photoshope Suite et Photoshop
La gestion de lLa gestion de l’’histhistoorique rique .................................................................................................... ..2424
1 Les nouveautés et l’interffacace L’automatitisattiion du travail : les scriptptss 2266
La création et la mise au point du script .......................26Les nouveautés de Photoshop CS3 3
Traiter une série de photos : le traitement par lots ...28
Gérer des fichiers .....................................................................3
L’application d’automatisation ou le droplet ..............29
Travailler l’image ......................................................................3
Retoucher l’image ...................................................................3
4 Gérer ses fichiers avec BridgeLes autres nouveautés ...........................................................4
LL’ ’interface de Bridge 31La progression du livre 4
Bridge et la CrB eative Suite ..................................................31
LL’ ’interface de Photoshop 5 L’espace de travail de Bridge .............................................32
Les différents panneaux ......................................................33Les outils .....................................................................................5
La gestion de l’affichage et des espaces de travail ...35Les palettes ..............................................................................10
La personnalisation de l’interface ...................................14 La gesLa tion des fichiers 37
L’importation de photos provenant
2 Les formats d’images d’un appareil photo numérique (APN) ..........................37
Le marquage des photos ....................................................38Les formats d’entrée 17
La gestion de noms ..............................................................38
La photo numérique ............................................................17 Les métadonnées et les recherches de fichiers ............39
Le scanner : les images numérisées ................................18
Les images d’Internet ..........................................................18 LeLes traitements des fichiers 42
Les fonctions particulières de Bridge .............................42
Le format de travail : PSD 18
Les traitement basiques ......................................................42
Lements automatisés ............................................43
Les formats de sortie 18
Les deux types de production ..........................................18 5 Développer ses images
Quel format de fichier choisir ? ........................................19
avec Camera Raw
Le format natif de Photoshop ...........................................20
Les formats classiques de la PAO .....................................20 LLees fichiers traités par Camera Raw 49
Le format Photoshop PDF ..................................................22
Camera Raw ............................................................................49
Les formats pour le Web ....................................................22
Le format Raw : négatif numérique ................................49
Les fichiers JPEG et TIFF ......................................................50
3 Gérer son travail : annulations Les conversions en fichiers DNG ......................................50
et automatisations (scripts)
LL’ ’interface et les outils de Camera Raw 52
Les annulations multiples et l’historique 23 La fL enêtre de Camera Raw .................................................52
Le principe de l’historique .................................................23 Les traitements multiples ...................................................52
Le nombre d’états mémorisés ..........................................23 Les outils de Camera Raw 53
IXPHOTOSHOP CS3
Les options de flux de production ..................................56 Recadrer et corriger la perspective .................................99
L ’histogramme ........................................................................57 Les autres techniques de recadrage ............................102
Le recadrage programmé ................................................102
LeLes traitements de Camera Raw 57
Ajouter de l’espace autour d’une image 104Les réglages de base ............................................................57
Les onglets des réglages avancés ...................................68 L’ajout manuel par l’outil Recadrage ...........................104
L’enregistrement et les données Raw ............................77 L’ajout par Taille de la zone de travail .........................104
La gestion des paramètres Raw .......................................78 L’ajout d’un cadre autour d’une photo .......................104
La superposition de deux images Raw identiques ...79 L’ajout automatique de matière....................................105
Un rn églage particulier : le panoramique 106
6 Gérer ses images avec Version Cue
LLa commande Photomerge............................................106
LaLa description de Version Cue 81 La pile de photos alignées ..............................................107
Les finitions du panoramique ........................................108Les principales fonctions ....................................................81
L’installation de Version Cue ..............................................81
3 Retoucher et nettoyer les photos
LeLes projets avec Version Cue 83
Le nettoyage des photos avec les outils 110CCréer un projet Version Cue...............................................83
Ajouter des fichiers au projet ...........................................83 Les techniques de correction .........................................110
Créer des versions d’un fichier ........................................84 L’outil Correcteur de tons directs ..................................111
Gérer les v’un fichier...........................................85 L’orrecteur ................................................................112
Partager un projet en cours ...............................................85 L’outil Pièce ...........................................................................113
Administrer le serveur Version Cue.................................86 L’outil Tampon .....................................................................118
Les retouches particulières 122Partie 2. Préparer les images
L’utilisation d’une pile d’images ...................................122
Les retouches selon une perspective 1 Régler la résolution
avec le filtre Point de fuite...............................................124
Un nettoyage avec Antipoussière ................................128Les données importantes 89
La définition, la résolution de l’image ...........................89 Les petites retouches colorimétriques 129
La résolution, la trame d’impression ..............................89
Les outils de retouches disponibles ............................129
Les réglages de résolution .................................................89
Les retouches de luminosité ..........................................129
Les retouches de contraste : Régler la résolution ou redimensionner 90
le renforcement et le flou localisés ..............................130
Choisir la résolution selon l’utilisation de l’image .....90 Les retouches locales de saturation ............................130
Le rééchantillonnage de l’image .....................................91 Des corrections particulières .........................................131
Améliorer le rendu (Accentuation) .................................93
LLees traitements avec les filtres dynamiques 131Le rééchantillonnage de fichiers Raw
ouvo erts en objet dynamique ............................................94 La mise en œuvrL e ...............................................................131
La gestion du filtre dynamique .....................................131
2 Régler la taille des images L’édition de l’objet dynamique ......................................132
Recadrer une image 95 La réduction du bruit d’une photo 133
Le recadrage manuel : outil Recadrage .........................95 La réduction du grain et du bruit d’une photo .......133
Recadrer et redresser une image .....................................97 Le filtre Réduction du grain ............................................133
XTABLE DES MATIÈRES
Les autres filtres de gestion du bruit ...........................135 Le principe de sélection avec Plage de couleurs ....168
Les aperçus du masque ....................................................168
Les flous pour atténuer les défauts
Les modes de sélection 169et régler la profondeur de champ 136
Les filtres de flou ou d’atténuation ..............................136
2 Détourer avec des pixels
Les flous de mouvement .................................................138
(utilisation des couches)La gestion de la profondeur de champ ......................138
Les actions localisées Gérer les couches 171avec les outils Mise au point ..........................................140
Les types de couches ........................................................171
Le renforcement de la netteté 141 Les correspondances des couleurs
Les filtres de Renforcement ............................................141 de la couche alpha .............................................................172
Le filtre Accentuation ........................................................142 Ajouter une couche alpha ...............................................172
La netteté avec le filtre Passe-haut ..............................146 Afficher et éditer une couche ........................................173
La gestion du grain de la photo 147 Obtenir un masque avec une couche 174
Les filtres d’ajout de grain ...............................................147 La correction de sélection avec le mode Masque ....174
Le filtre Ajout de bruit .......................................................147
Obtenir la couche du masque .......................................175
Les filtres Grain, Grain photo et Lueur diffuse .........148
Travailler un masque sur une couche 177
Partie 3. Détourer les images
Afficher et rendre éditable un masque ......................177
Dessiner sur un masque ..................................................177Les trois états d’un masque ............................................150
Remplir ou colorer un masque ......................................180
Traiter un masque avec 1 Réaliser des sélections
des réglages chromatiques ............................................181
Créer une sélection avec les outils 151 Traitvec des filtres ................................181
AAméliorer le contour d’un masque ..............................181L’outil Rectangle et l’outil Ellipse ...................................151
DéplacD er un masque .........................................................182La sélection avec le Lasso ................................................152
L’outil Sélection rapide .....................................................154 Transformer un masque ...................................................182
L’outil Baguette magique 156 Placer des objets pixellisés sur un masque ...............183
Les sélections en forme de texte ..................................157 Rectifier un masque
Les opérations entre les sélections ..............................159 avec des éléments vectoriels (tracés) .........................183
Transformer la sélection 160 Utiliser les couches 185
Le déplacement d’une sélection ..................................160 Obtenir une sélection .......................................................185
L’accès aux transformations ...........................................160
Détourer un réglage, un calque
Les transformations d’une sélection ...........................161 ou un filtre avec une couche ..........................................186
Convertir une couche alpha en ton direct ................187Traravailler la sélection 164
Utiliser une couche dans certains filtres ....................187
LLa commande Améliorer le contour ...........................164
Les modifications du contour de sélection...............166 Un travail particulier : le détourage de cheveux 188
L’extension de la sélection ..............................................167
Les différentes possibilités ..............................................188
L’interversion de la sélection ..........................................167
La procédure par la couche alpha ................................188
Sélectionner par nuances de couleurs 168 Le détourage et son amélioration 190
XIPHOTOSHOP CS3
Les options de la Gomme d’arrière-plan ...................2163 Détourer avec un tracé (vecteurs)
Le travail du détourage ....................................................217
Utiliser le dessin vectoriel 191
Détourer avec la commande Extraire 218Intérêt et utilisations .........................................................191
Le principe de la commande Extraire .........................218Les outils vectoriels disponibles ...................................191
Les réglages de la ctraire .......................219Les modes de création du tracé ....................................191
Le chemin d’extraction avec un tracé de travail......221
Dessiner un tracé 193 Le travail du détourage ....................................................222
Dessiner un tracé avec les outils Exporter l’image détourée avec Extraire ....................222
Formes vectorielles ............................................................193
Récapitulatif des méthodes de détourage 222é à la plume ..........................................194
Créer un tracé à partir d’une sélection .......................197 Détourer avec les sélections...........................................222
Crtir d’un texte .................................198 Détourer avec les couches alpha
et le mode Masque ............................................................222
Retoucher les tracés 199 Détourer avec les tracés ...................................................222
Les outils de retouche ......................................................199
AAmméliorer un détourage complexe 223
Retoucher un tracé ou un segment .............................199
DDes traitements pour améliorer Ajouter ou supprimer un point .....................................199
le détourage complexe ....................................................223Convertir un point d’ancrage .........................................200
Supprimer la frange pour améliorer le détourage ..224
Travailler les tracés 201
Corriger la tonalité Créer des tracés successifs ..............................................201 Partie 4.
et les couleurs de l’imageCombiner des tracés .........................................................201
Gérer les tracés ....................................................................201
Transférer des tracés depuis ou vers Illustrator .......202 1 La gestion de la couleur
Manipuler les tracés ..........................................................203
Les modèles et les espaces colorimétriques 227Transformer les tracés .......................................................204
Le modèle RVB ...................................................................227
Les tracés et les sélections 205 Le modèle CMJN .................................................................227
Créer une sélection à partir d’un tracé .......................205 Les couleurs Lab, couleurs de référence ....................228
Les espaces colorimétriques ..........................................228
Les tracés et les détourages de calque 207
La gestion de la couleur avec les profils ICC 231Détourer un calque avec un tracé ................................207
Exporter une image détourée Espace et profil ....................................................................231
par un tracé vers un logiciel de PAO ............................208 Le profil et la gestion de la couleur..............................231
L’obtention du profil ..........................................................231
4 Détourer autrement L’utilisation des profils ......................................................232
Détourer une image avec la Gomme magique 211 CCo onfigurer la gestion de la couleur 234
La Gomme magique..........................................................211 Synchroniser la gestion des couleurs .........................234
Les options de la Gomme magique ............................211 Quelle configuration choisir ? ........................................235
La limitation par une sélection ......................................213
Gérer les images avec la gestion de la couleur 237Le travail du détourage ....................................................213
Les profils à l’ouverture de l’image ..............................237
Détourer avec la Gomme d’arrière-plan 216 Les pr’enregistrement .........................................239
La Gomme d’arrière-plan ................................................216 Attribuer ou Convertir ? ...................................................239
XIITABLE DES MATIÈRES
Les profils d’affichage et d’impression .......................241 Les techniques de préparation
du masque de fusion .......................................................265
Le travail du masque de fusion .....................................26622 Utiliser les corrections simplifiées
Préparer le masque vectoriel
du calque de réglage ........................................................269Préparer le document pour une correction 243
Travailler en RVB ou CMJN : Les traitements du calque de réglage 272
affichage des couleurs ......................................................243 Les manipulations du calque de réglage
Travailler avec un calque de sécurité ..........................243 ou de son masque ..............................................................272
Modifier l’action du calque de réglage ......................272Corriger de manière automatique
La désactivation du masque ou par copie de calque 244
ou du calque de réglage ..................................................274
Corriger de façon globale : Couleur automatique ..244 Limiter l’acéglage
Corriger le contraste de manière aut.......244 à un ou quelques calques ...............................................274
Supprimer les couleurs : Désaturation ........................244
Les étapes dans la procédure de correction 277Corriger rapidement avec une copie ..........................244
CoCorriger de manière simplifiée 245 Les corrections tonales 278
DDéboucher les ombres La définition des tons extrêmes :
avec Tons foncés/Tons clairs ...........................................245 point blanc, point noir ......................................................278
Régler la luminosité et le contraste d’une image ...249 Les corrections de tonalité
avec la commande Niveaux ...........................................283Harmoniser les couleurs entre deux images ............250
Corriger avec la commande Exposition .....................252 Les corrections de tonalité
avec la commande Courbes 285
Réaliser des réglages particuliers 253
Les corrections chromatiques 290
ObtO enir une image à niveaux de gris .........................253
Corriger les couleurs .........................................................290ObtO enir une image aux traits
((noir et blanc) avec Seuil..................................................256 Retoucher localement les couleurs .............................295
Inverser les couleurs avec Négatif ................................257 Coloriser avec l’outil Remplacement de couleur ....296
Postériser une image avec Isohélie ..............................257
Contraster une image avec Égaliser ............................258 Partie 5. Travailler avec les calques
Créer une bichromie
avec Courbe de transfert de dégradé .........................258 1 Utiliser les calques
Réchauffer ou refroidir une image : Filtre photo .....259
La gestion des calques 301
3 Gérer les corrections avancées Les types de calques .........................................................301
Créer un élément : calque, groupe,
Les techniques de correction 261 objet dynamique… ...........................................................302
Corriger de manière définitive ......................................261 Afficher, activer et lier des calques...............................303
Corriger par calque de réglage .....................................261
Copier et transférer des calques 306
Corriger selon le type du document ...........................261
Copier la totalité ou une partie d’un calque ............306Contrôler les corrections .................................................262
Transférer des calques vers un document ................308
La mise en place du calque de réglage 264
Manipuler les calques 309
Créer un calque de réglage ............................................264
Les aides au positionnement .........................................309L’utilisation d’un masque pour limiter
l’action du réglage .............................................................265 Aligner et répartir des calques ......................................310
XIIIPHOTOSHOP CS3
Gérer les plans avec 2 Travailler avec les objets dynamiques
les superpositions de calques ........................................311
La gestion des objets dynamiques 353Supprimer des calques .....................................................311
L’objet dynamique .............................................................353Fusionner les calques ........................................................311
Créer ou obtenir un objet dynamique .......................353Exporter des calques en fichiers ...................................312
Les utilisations des objets dynamiques 355Les réglages d’options de fusion des pixels 313
Le transfert de calques Le réglage des opacités ...................................................313
en tant qu’objet dynamique ...........................................355
L’utilisation des modes de fusion des couleurs .......314 La limitation des calques de réglage ..........................356
Utiliser les options de fusion avancée ........................321 La transformation non destructive
de l’objet dynamique ........................................................356
Travailler le contenu d’un calque 326 Les conversions colorimétriques ..................................357
Protéger ou verrouiller le contenu d’un calque ......326 Les filtres et les objets dynamiques .............................358
La fusion de calques L ..........................................................359La pixellisation d’un calque ............................................326
Colorer le contenu d.....................................327
Les manipulations d’objets dynamiques 359
Les colorations avec les calques de remplissage ....328
Les masques sur un objet dynamique ........................359
Créer des sélections à partir de calques ....................330
Les mises à jour du contenu de l’objet dynamique . 362
Déplacer et copier le contenu du calque ..................331
Les copies d’objets dynamiques ...................................363
Transformer le cont...............................332
Les remplacements d’objet ............................................365
La pixellisation de l’objet dynamique .........................365Détourer un calque avec un masque 336
L’exportation d’un objet dynamique...........................365
Les détourages avec les masques
associés à un calque ..........................................................336 LeLes calques 3D 367
Détourer avec un masque de fusion ...........................336 L’obtention d’un calque 3D .............................................367
Détourer avec un masque vectoriel ............................339 Les propriétés d.......................................367
Manipuler le masque du calque ...................................340
3 Utiliser les textesDétourer avec un masque d’écrêtage 342
Ajouter un texte sur une photo 371Utiliser un masque d’écrêtage
(principe et avantages) ....................................................342 Travailler avec un texte.....................................................371
Créer un masque d’écrêtage ..........................................342 Placer un texte libre (texte de point)...........................371
Les effets de calque et le masque d’écrêtage ..........344 Placer un texte dans un bloc ou en paragraphe .....372
Manipuler les éléments du masque d’écrêtage ......344 Placer un texte le long d’un tracé .................................373
Placer un texte à l’intérieur
Percer un calque par un autre (défonce) 345 d’un tracé (texte captif) ...................................................374
Le masquage ou la défonce par un calque ...............345 Régler la typographie 375
Les paramètres du calque perçant ...............................345
Sélectionner du texte .......................................................375
La mise en place du calque perçant ............................346
Régler les attributs typographiques ............................375
Mettre en forme les caractères ......................................376Utiliser les compositions de calques 348
Les fonctions de type « traitement de texte »...........380
L’intérêt des compositions de calques........................348
Automatiser le travail de mise
Gérer les compositions de calques ..............................349 en forme des caractères ...................................................381
Exporter des c......................351 Mettre en forme les paragraphes .................................381
XIVTABLE DES MATIÈRES
Appliquer des motifs à un calque ................................418Déformer un texte 385
Créer une déformation du texte ...................................385 Affecter des contours 419
Choisir la déformation ......................................................385
Affecter un contour avec une sélection .....................419
Paramétrer la déformation .............................................386
Appliquer un contour par l’effet de calque ...............419ontour à un tracé ..................................420Travailler un calque de texte 387
Quelques utilisations de contour du tracé ................420Éditer un texte .....................................................................387
Travailler le calque .............................................................387 Gérer les dégradés 423
Colorer le texte ....................................................................387
Appliquer un dégradé avec l’outil Dégradé .............423
La transformation d’un texte .........................................388
Paramétrer un dégradé ....................................................423La pixellisation du texte ...................................................388radé ......................................................424La conversion en calque dynamique ..........................389
La vectorisation du texte .................................................389
2 Créer des dessins pixellisés
4 Gérer les effets de calque Dessiner avec les outils de dessin 425
Utiliser les outils de dessin ..............................................425Utiliser les effets de calque 391
Paramétrer les outils de dessin ......................................425Appliquer un effet de calque .........................................391
Personnaliser une forme d’outil ....................................426Choisir un eff...............................................394
Les particularités des outils de dessin ........................431Paramétrer les effets ..........................................................394
Afficher/masquer des effets ...........................................402 Retoucher un dessin avec les outils 432
Manipuler les effets de calque.......................................402
Utiliser la Gomme ...............................................................432
Les styles de calque 403 Modifier l’éclairage du dessin ........................................433
Créer un style de calque ..................................................403
Appliquer un style de calque prédéfini ......................403 33 Appliquer un filtre
LLees modes d’application des filtres 435Partie 6. Traiter les images
Avant-propos sur les filtres .............................................435
L’application classique (destructive) ...........................4351 Colorier (couleur, motif et dégradé)
L’application dynamique du filtre ................................436
Gérer les couleurs 407 Choisir le filtre : les différentes séries 439
Utiliser la Galerie de filtres ..............................................440Préparer une couleur ........................................................407
Utiliser les palettes de couleurs ....................................409
Paramétrer les filtres 442
Colorer le contenu d’un calque 410 Les filtres Artistiques .........................................................442
Les filtres Atténuation ......................................................444Colorer au clavier ................................................................410
Les filtres Bruit .....................................................................446Utiliser la commande Remplir .......................................410
Les filtres Contours ............................................................448Utiliser le Pot de peinture ................................................412
Les filtres Déformation .....................................................449Affecter des colorations aux tracés ..............................414
Les filtres Esquisse ..............................................................453
Gérer les motifs 414 Les filtres Esthétiques .......................................................455
Préparer un motif ...............................................................414 Les filtres Pixellisation 457
Appliquer des motifs avec le Tampon ........................417 Les filtres de Rendu ...........................................................459
Générer des motifs par le filtre Placage de motif ...417 Les filtres Renforcement ..................................................463
XVPHOTOSHOP CS3
Les filtres Textures .............................................................. 464 Enregistrer des bichromies .............................................496
Les filtres Divers .................................................................. 465
Ajouter des tons directs 497
Utiliser le filtre Fluidité 466 Utiliser des tons directs ....................................................... 497
La description de la commande Fluidité ................... 466 La création de la couche de ton direct .......................497
Préparer l’image avant d’appliquer le filtre .............. 467 La mise au point du ton direct ......................................498
Les paramètres de Fluidité .............................................. 467 Travailler une couche de ton direct .............................499
Utiliser les distorsions ....................................................... 470 Enregistrer une image avec des tons directs ...........499
Utiliser les reconstructions ............................................. 471
Une utilisation de Fluidité pour incruster un logo ...472 Obtenir une quadri (CMJN) 500
Utiliser les couleurs RVB ou CMJN ................................500UUti t liser le filtre Point de fuite 476
Gérer le problème de couleurs non imprimables ..500
Travailler avec les perspectives ..................................... 476
La personnalisation des séparations ...........................501
Construire le plan de perspective ................................ 477
Convertir une image RVB en CMJN .............................501
Travailler dans la fenêtre du filtre Point de fuite ..... 478
Enregistrer une image CMJN .........................................501
Les manipulations particulières .................................... 483
2 Préparer les images pour le WebPartie 7. Distribuer les images
Gérer les images Web et multimédia 507
1 Préparer les images
Gérer les enregistrements ...............................................507pour l’impression (PAO)
Reprendre un fichier enregistré ....................................507
L’échantillonnage des couleurs 487
Enregistrer pour le Web 507
Les modes et les conversions......................................... 487
Échantillonner à 8 ou 24 bits ..........................................507Les échantillonnages colorimétriques ....................... 487
Paramétrer l’enregistrement pour le Web .................508
Obtenir une image au trait ou bitmap 489 Choisir un format pour le Web ......................................508
Le format GIF ........................................................................509Utiliser des images bitmap ............................................. 489
Le format JPEG ....................................................................510Convertir une image en image bitmap ...................... 489
Le format PNG .....................................................................511Enregistrer une image bitmap ...................................... 491
Gérer la taille de l’image ..................................................511
Obtenir une image à niveaux de gris 492 Mémoriser et enregistrer les réglages ........................511
Convertir une image bitmap en niveaux de gris .... 492
Convertir une image couleur en nivris.... 492 3 Imprimer une image3
Enregistrer des images à niveaux de gris .................. 493
Les options d’imprimante et de mise en page ........513
Les options de sortie .........................................................514Obtenir une bichromie 494
La gestion des couleurs à l’impression .......................516
L’intérêt pour l’impression ............................................... 494
Les impressions ...................................................................517
Convertir une image en bichromie .............................. 494
Gérer les couches de la bichromie ............................... 495
Index 519 à 529Imprimer une bichromie ................................................. 496
XVIPartie 1
La Creative Suite
et Photoshop
1. Les nouveautés et l’interface
2. Les formats d’images
3. Gérer son travail : annulations
et automatisations (scripts)
4. Gérer ses fichiers avec Bridge
5. Développer ses images
avec Camera Raw
6. Gérer ses images
avec Version Cue1 Les nouveautés et l’interface
Les nouveautés de Photoshop CS3
La version CS3 de Photoshop comporte des nouveautés qui CONVERSION EN NOIR ET BLANC
vous faciliteront le travail et amélioreront votre productivité.
Un nouveau réglage, accessible sous forme de calque de En voici une petite description.
réglage, permet d’optimiser la conversion d’une image cou-
leur en image à niveaux de gris.
Gérer des fichiers
AMÉLIORATION DES RÉGLAGES
MANIPULATION DES FICHIERS AVEC BRIDGE
Les commandes de réglages Courbes et Luminosité/
Bridge, l’explorateur de fichiers, a subi des changements Contraste comportent quelques améliorations qui facilitent
notables en ergonomie et en rapidité d’exécution. Il per- leur emploi.
met de rechercher, manipuler, étiqueter, classer, visualiser
(avec une possibilité de zoom) et traiter plus facilement les SÉLECTION RAPIDE ET FACILEMENT MODIFIABLE
fichiers Photoshop (ou issus d’autres logiciels).
Un nouvel outil de sélection, de type baguette magique,
permet de réaliser des sélections rapides par simple glis-TRAITEMENT DES FICHIERS RAW
sement. Celles-ci, comme toute sélection, peuvent être
Photoshop utilise la version 4 de Camera Raw qui pos- traitées de manière à en modifier les contours à l’aide d’une
sède de nouvelles fonctions de traitement de fichiers Raw nouvelle commande du menu Sélection (directement
héritées d’Adobe Lightroom (désormais applicables à des accessible dans la barre d’options des outils de sélection).
fichiers JPEG). Cette commande, Améliorer le contour, permet égale-
ment, à partir d’une seule fenêtre, d’affiner un masque de
fusion affecté à un calque (comme on l’aurait fait aupara-
Travailler l’image vant en utilisant plusieurs filtres).
OBJETS ET FILTRES DYNAMIQUES Retoucher l’image
Depuis la version CS2, Photoshop utilise les Objets dyna-
miques qui permettent de manipuler un calque de façon DUPLICATION AVEC LE TAMPON
non destructive. Leur emploi est renforcé avec la possibilité
d’ouvrir tout fichier en tant qu’objet dynamique, de leur Les manipulations du tampon sont améliorées par l’ajout
appliquer des filtres (Filtres dynamiques) de manière non d’une palette qui permet de mémoriser des zones à dupli-
destructive. quer ainsi que les transformations qui leur seront appli-
quées (une prévisualisation paramétrable facilite le travail).
ALIGNEMENTS INTELLIGENTS DE CALQUES
FILTRE POINT DE FUITE
Photoshop peut créer ou utiliser une pile de calques afin de
les manipuler dans des alignements automatiques permet- Le filtre subit quelques améliorations avec notamment la
tant ainsi, entre autres, la réalisation de panoramiques. possibilité de définir plusieurs grilles de perspective que
l’on peut pivoter à volonté, ce qui permet de dupliquer, de
peindre et de coller des éléments en respectant les pers-CORRECTION DES TONS FONCÉS/CLAIRS pectives de différentes zones de l’image.
La commande Tons foncés/Tons clairs s’applique de façon
non destructive à tout calque converti en objet dynamique.
3PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
FILTRES DYNAMIQUES La progression du livreC’est une des nouveautés les plus importantes. Une option
de conversion de calque permet de rendre réversible l’ap-
plication de la plupart des filtres. En effet, une fois appliqué, Nous commencerons par un aperçu de l’interface avant
le filtre apparaît dans la palette Calques sous la forme d’un d’aborder les nouvelles fonctionnalités de la version CS3, au
style de calque auquel est associé un masque de fusion travers d’une démarche de travail que l’on peut décompo-
pour en limiter l’action. Les réglages du filtre restent acces- ser en cinq parties :
sibles à tout moment, ce qui rend son application non des-
tructive (comme pour un calque de réglage).
– La gestion des photos : visualisation, classement…
– Les réglages de taille et d’aspect de la photo : reca-Les autres nouveautés
drage, rééchantillonnage, nettoyage…
– La réalisation de photomontages et de dessins : détou-ESPACES DE TRAVAIL
rages et masques (de fusion ou vectoriel), travail avec les
L’interface de base (notamment le positionnement des calques, composition des textes, calques d’effets…
palettes) a été revue, les espaces de travail peuvent être
personnalisés et enregistrés ; ils sont désormais accessibles – Le choix du modèle colorimétrique et les réglages
depuis la palette d’options. chromatiques : les commandes simplifiées et les correc-
tions chromatiques avec les calques de réglage et leur
masque (de fusion ou vectoriel)…ANIMATIONS GIF POUR LE WEB
– La distribution des fichiers : préparation de l’image pour La palette Animation de Photoshop possède de nouvelles
le Web ou pour l’impression et son enregistrement dans options héritées de LiveMotion (logiciel d’animation vecto-
le format correspondant à la destination finale, création rielle qui a disparu).
d’animations…
4LES NOUVEAUTÉS ET L’INTERFACE
L’interface de Photoshop
LA BARRE D’OPTIONSLes outils
Photoshop affiche une barre d’options en haut de l’écran.
Dans cette version, la palette d’outils se présente Son contenu est fonction de l’outil activé. Cette barre
sous deux aspects : une colonne (par défaut) ou permet de paramétrer l’outil et autorise d’autres réglages
deux (comme dans les anciennes versions, voir liés au travail en cours, comme faire des opérations sur
cci-contre). On passe d’une à deux colonnes par clic les sélections (si un outil Sélection est actif), choisir des
sur la petite bande grise située juste au-dessus de caractéristiques typographiques (si un outil Texte est actif),
llaa palette. Les outils s’y répartissent en plusieurs paramé trer des alignements ou une mise à l’échelle, etc.
ccatégories : outils de sélection, de dessin pixellisé
((pinceau, crayon) ou vectoriel (plume, forme…), de ASTUCE Quand une case de valeur est active dans la barre
texte, de gestion de l’écran… Certains outils sont d’options (et dans toutes fenêtres de dialogue), modifiez les
masqués et deviennent accessibles en pressant sur
valeurs avec les touches fléchées ou mieux encore avec la
ll’’outil affiché dans la palette (celui-ci comporte un molette de la souris. Dans les deux cas, l’incrément est mul-
petit triangle) ou si on tape la lettre associée à l’outil
tiplié par 10 avec .
avec la touche .
Par exemple, en tapant plusieurs fois L, on
Photoshop affiche (à droite) dans la barre d’options une aca tive respectivement : le lasso, le lasso polygonal
icône ( ) pour d’accéder directement au gestionnaire de puis le lasso magnétique et à nouveau le lasso.
fichiers Bridge.
La barre d’options avec l’outil Déplacement.
La palette Outils sur une colonne.
V V D Dé éplacementSélection elliptique /Sélection rectangulaire M .
Rangée /Colonne L L L LaLasLLasso normal /Lasso polygonal /Lasso magnétique
Baguette magique /Sélection rapide W .
C CC C CaCaCadrage
Sélection de tranche /Tranche (création) K .
Correcteur de tons directs J J J PPi ièce /
Correcteur /Yeux rouges Crayon / Remplacement de couleur /Pinceau B .
S S S TTammpon de duplication /Tampon de motif Pinceau artistique /Pinceau d’historique Y .
S SS Go GommeG /Gomme d’arrière-plan /Gomme magique
Pot de peinture /Dégradé G .
R R Go GGoutte d’eau /Netteté /Doigt
Densité + /Éponge /Densité - O .
Plume libre /Plume + P P P P Pl lumu e /
Texte vertical /Masques de texte et /Texte T . Plume - /Conversion
Rectangle /Rect. arrondi Ellipse A A Séle Sél ction de tracé /Sélection de point
/ Forme personnalisée U . /Polygone /Trait
N N AnAnnotation /Annotation vocale
Échantillon /Mesure /Comptage /Pipette I .
H H H Main ( Ma ou défilement)
Loupe (ou Zoom) Z .
D D D Couleur par défaut / X Inversion des couleurs
Couleur de fond /Couleur d’arrière-plan
Q QQ Mo Mode standard /Mode masque
Modes d’affichage F :
Standard /maximisé /Plein écran et
5PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
Voici une brève description des outils de Photoshop.
Outils Icône Activation Utilisation
Déplacer un contenu de sélection, un repère ou les parties opaques
OUTIL DE DÉPLACEMENT V d’un calque (sans sélection) ; lier des calques pour les manipuler
ensemble (déplacer, transformer, aligner).
ASTUCE Avec la plupart des outils, si vous enfoncez [Ctrl], l’outil actif se
transforme temporairement en outil Dépla c e men t. Vous retrouverez l’outil
initial en relâchant [Ctrl].
OUTILS DE SÉLECTION : sélection d’une partie du document en vue de son traitement (masquage, coloration, etc.).
Créer une sélection rectangulaire sans ou avec contrainte (carré, homothétie,
Rectangle M ou M
taille prédéfinie).
Créer une sélection elliptique sans ou avec contrainte.Ovale M ou M
Créer une sélection rectangulaire ayant une hauteur (ou une largeur) d’un
Rangée/Colonne
pixel (le pixel est le point élémentaire d’une image).
Créer une sélection à main levée comme si l’on dessinait avec un crayon, il
Lasso L ou L
permet de préparer ou retoucher certains détourages.
Créer une sélection polygonale en dessinant par clics successifs.Lasso polygonal L ou L
Créer une sélection à main levée utilisant les différences de couleurs entre les
Lasso magnétique L ou L pixels adjaj cents.
ASTUCE Pendant le traçage, on passe d’un lasso à un autre avec [Alt].
Créer une sélection par teinte avec réglage de tolérance pour ajouter les
Baguette magique W ou W
teintes voisines.
Créer par glissement une sélection par teintes, limitée par le contraste des
SéSélection rapide W ou W
zones adjacentes.
OOUTILS DE DÉCOUPE : massicoter une image ou la découper pour le Web.
Supprimer des parties d’une image (tel un massicot) en ajoutant ou non des
Recadrage C contraintes de taille, de proportion ou de résolution et en manipulant ou non
la zone recadrée (rotation, perspective…).
Découper une image en morceaux afin d’enregistrer pour le Web chaque
Tranche K ou K
morceau séparément (avec une optimisation personnalisée).
Manipuler les tranches (sélection, changement de taille…) avant d’enregistrer
Sélection de tranche K ou K
le fichier p pour le Web.
ASTUCE Sur une tranche sélectionnée, l’outil Tranche se transforme en
outil Sélection de tranche. Si la tranche n’est pas sélectionnée, enfoncez
[Ctrl] pour passer à l’outil Sélection de tranche. Vous retrouvez l’outil
initial en relâchant [Ctrl].
OUTILS DE DESSIN : création de dessin pixellisé sur un calque standard ou sur une couche.
Dessiner avec un outil dont les réglages d’épaisseur, d’opacité, de débit de
Pinceau B ou B
peinture… s’effectuent à partir de la barre d’options.
Crayon Dessiner comme avec le pinceau mais avec un outil aux bords nets.B ou B
6LES NOUVEAUTÉS ET L’INTERFACE
Outils Icône Activation Utilisation
Remplacement Coloriser une partie d’image sans en perdre le modelé.B ou Bde couleur
ASTUCE En enfonçant [Alt], l’outil Pipette apparaît pour prélever une
couleur. L’outil de dessin réapparaît en relâchant [Alt].
OUTILS D’ANNULATION ET ARTISTIQUE : retour en arrière-localisé et dessin spécial.
Faire réapparaître un état antérieur du document préalablement sélectionné
Forme d’historique Y ou Y dans la palette Historique.
Créer un effet artistique en mélangeant l’état actuel de l’image et un état Forme d’historique
Y ou Y sélectionné dans la palette Historique.artistique
OUTILS DE RETOUCHES ET NETTOYAGE : éliminer localement les imperfections de la prise de vue (ou créer des effets).
Éliminer les petites taches ou les parties indésirables d’une photo par simple
Correcteur
clic ou glissement (elles doivent être relativement isolées sur un fond plus ou J ou Jde tons direct
moins uniforme).
Nettoyer un cliché en supprimant les rayures, les cheveux et les poussières.
Correcteur J ou J Il fonctionne à la manière du tampon mais préserve la luminosité de la zone
traitée.
Yeux rouges J ou J Supprimer l’effet yeux rouges du flash par simple clic sur la pupille.
Éliminer des taches par sélection de la zone à « corriger » puis glissement sur
Pièce J ou J
la zone de référence. Le nettoyage préserve la luminosité.
Copier une partie d’une photo préalablement désignée sur un autre endroit Tampon
S ou S du calque ou sur un autre calque.de duplication
Appliquer localement un motif de tampon sélectionné dans la barre
Tampon de motif S ou S
d’options de l’outil.
OUTILS DE COLORATION : colorier une partie d’un calque (pixellisé) ou d’une couche.
Créer un dégradé selon un type ( linéaire, radial, incliné, réfléchi Dégradé G ou G
et diamant) choisi dans la barre d’options.
Pot de peinture Remplir une sélection ou une zone colorée avec une couleur (ou des motifs).G ou G
OUTILS DE MESURE ET D’ÉCHANTILLONNAGE : effectuer des mesures de couleurs, de distances…
Prélever la couleur sur un endroit de l’écran pour l’utiliser avec un autre outil. De
Pipetteip nouvelles tailles de zone de prélèvement sont disponibles : ponctuelle (1 × 1, I ou I
valeur par défaut) et de 3 × 3 à 101 × 101.
Placer jusqu’à quatre marques d’échantillonnage de couleur sur la photo pour
Échantillon afficher leurs informations chromatiques dans la palette Infos et ainsi mieux I ou Ide couleur
contrôler certains réglages.
Déterminer la longueur (ou orientation) du segment tracé ou connaître l’angle
Mesure I ou I
entre deux segments (le second est obtenu avec [Alt]).
Comptage
I ou I Placer des numéros sur l’image.
(version étendue)
7PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
Outils Icône Activation Utilisation
OUTILS VECTORIELS (I) : sélection d’une partie du document en vue de son traitement (masquage, coloration, etc.)
Manipuler un tracé entier ou, si plusieurs tracés sont sélectionnés, effectuer
Sélection d’objet A ou A des combinaisons, des alignements ou répartitions dans la barre d’options
de l’outil.
Sélectionner ou déplacer les points d’un tracé en vue de le retoucher.Sélection directe A ou A
ASTUCE On active l’outil Sélection à partir de la plume en enfonçant
[Ctrl]. De plus, on passe de la flèche noire à la blanche (et réciproquement) en
enfonçant la touche [Alt].
OUTILS VECTORIELS (II) : DESSIN ET RETOUCHES, créer ou travailler un élément vectoriel.
Réaliser des tracés rectilignes (dessin par clics) ou curvilignes (par
Plume P glissements). Par la suite, les tracés permettront de créer une sélection, un
détourage ou de colorier une zone d’un calque.
Dessiner comme avec le crayon d’Illustrator. La barre d’options de cet outil
Plume libre P ou P
donne accès à la Plume magnétique.
Ajouter un point sur un tracé.Ajout de point
Suppression de
Supprimer un point sur un tracé.point
Conversion de point Convertir le point pour créer des angles ou des courbures.
ASTUCE Sur le tracé, la Plume se transforme automatiquement en Ajout ou
Suppression de point selon qu’elle se trouve sur un point ou sur un segment.
Elle devient Conversion de point avec [Alt] sur un point.
OUTILS VECTORIELS (III) : FORMES, créer un élément vectoriel d’aspect prédéfini.
Créer des rectangles ou des carrés.Rectangle U ou U
Rectangle arrondi U ou U Créer des rectangles ou des carrés aux angles arrondis.
Créer des ovales ou des cercles.Ellipse U ou U
Tracer un polygone dont vous définissez le nombre de côtés.Polygone U ou U
Filet Dessiner des traits ou des flèches.U ou U
Dessiner une forme parmi celles que propose une palette disponible dans la Forme
U ou Upersonnalisée barre d’options ( )
OUTILS TEXTE : créer des textes.
Créer un texte (ou une zone de texte par glissement ou clic [Alt clic]) dont
Texte T ou T la saisie est horizontale ou verticale.
Créer une sélection ayant la forme d’un texte (avec une saisie horizontale ou
Masque de texte T ou T
verticale).
8LES NOUVEAUTÉS ET L’INTERFACE
Outils Icône Activation Utilisation
OUTILS GOMME ET DÉTOURAGE : éliminer des zones de l’image en effaçant des pixels.
Effacer les parties indésirables d’une image pour les remplacer, selon le calque,
Gomme E ou E
par la couleur d’arrière-plan ou des pixels transparents.
ASTUCE La gomme a plusieurs formes : carrée, crayon ou pinceau ; on passe
de l’une à l’autre par ctrl clic [ clic droit] (menu contextuel) ou par la
barre d’options.
Effacer automatiquement tous les pixels similaires à ceux sur lesquels vous Gomme magique E ou E avez cliqué pour les rendre transparents.
Gomme
Rendre transparents les pixels d’un calque par glissement dessus.E ou Ed’arrière-plan
OUTILS DE CORRECTIONS CHROMATIQUES : retoucher localement la netteté, la luminosité et la saturation.
Créer des zones de flou en diminuant le contraste localement.Goutte d’eau R ou R
Netteté Améliorer localement la netteté (le contraste augmente).R ou R
Doigt R ou R Modifier la netteté par mélange des couleurs pour adoucir les transitions.
Réduire la densité du noir pour éclaircir une zone.Densité – R ou R
Augmenter la densité du noir pour assombrir une zone.Densité + R ou R
Éponge Augmenter ou réduire localement la saturation des couleurs.R ou R
ASTUCE Comme avec les outils Goutte d’eau et Netteté, passez Densité + à
Den sité – (et réciproquement) directement sur la photo en maintenant enfoncée
[Alt] (le changement n’est pas visualisé dans la palette Outils).
OUTILS D’ANNOTATIONS : ajouter une sorte de commentaire écrit ou vocal.
Créer par glissement un Post-it pour y écrire les commentaires voulus. Dans les Note écrite N ou N images PDF, les notes seront lisibles dans Acrobat.
Créer un message sonore (l’enregistrement nécessite un micro). Le message
Note vocale N ou N apparaît sous forme d’un haut-parleur ( ).
OUTILS DE GESTION DE L’AFFICHAGE : se déplacer dans l’image agrandie et gérer son affichage.
Se déplacer dans l’écran pour afficher les zones cachées de l’image. Main ou Défilement H
ASTUCE Il est possible de se déplacer dans le document en utilisant la molette
de la souris ; le déplacement est plus rapide avec la touche et devient hori-
zontal avec la touche [Ctrl].
Agrandir ou réduire le taux d’affichage de l’image (maintenant de 0,33 % à ZLLooupe ou Zoom 3 200 %).
ASTUCE Si vous enfoncez [Alt] il devient possible de zoomer dans la fenê-
tre directement avec la molette de la souris.
9
PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
LES MODES DE PRÉPARATION DES SÉLECTIONS
Standard : c’est l’option par défaut. Le document est
placé dans une fenêtre et il est possible de visualiser plu-Photoshop permet de travailler une sélection de deux
sieurs documents.façons ; une icône permet de passer d’un mode à l’autre,
son aspect change selon le mode actif. Au clavier on passe
d’un mode à l’autre en tapant la lettre Q. AfAffichage maximisé : on ne voit qu’un document à la
foifois et ss a taille s’adapte à la zone disponible sur l’écran sans
ccououvvrir les palettes affichées contre les bords.Le mode Standard est l’option par défaut. Les sélections se
réalisent et se travaillent de façon classique, c’est-à-dire avec
les outils de sélection (rectangle, ovale, lasso…).
ASTUCE Avec cette présentation, si vous tapez Tabulation
( ) les palettes disparaissent (comme avec les autres [ ] Le second mode est le mode Masque. Avec celui-ci on pré- présentations) mais ici, une bande verticale grise apparaît
pare une zone qui deviendra une sélection principalement contre les bords de l’écran, son survol réaffiche les palettes.
avec les outils de dessin. Par la suite, les zones colorées sont
transformées en sélection en repassant au mode Standard.
Plein écran avec menus : la fenêtre du document LES CASES DE COULEURS occupe tout l’écran ; selon le taux d’agrandissement une
partie grise entoure l’image centrée sur l’écran. La zone Couleur de la palette Outils comporte plusieurs
icônes : les deux cases superposées définissent respective-
Plein écran sans menu : la barre des menus disparaît, ment les couleurs de premier plan et de fond. Ces couleurs
la zone grise est remplacée par une zone noire. Avec cette servent de base à la fabrication des dégradés. La couleur de
présentation, rien ne cache la photo, excepté les palettes, premier plan est utilisée lors d’un remplissage (pot de pein-
mais elle disparaissent en tapant Tabulation ( ). Elles ture) ou d’un coloriage (crayon, pinceau) ; elle se définit avec [ ]
réapparaissent en tapant à nouveau cette touche.la pipette par clic sur la partie de l’écran ayant la couleur à
prélever. Quant à la case de la couleur de fond, elle se rem-
plit par clic [Alt clic] avec la pipette. Ces couleurs se défi- ASTUCE Dans les deux types d’affichage précédents, avec
nissent également en cliquant dans la case correspondante : l’outil Main, il est possible de déplacer l’image afin qu’elle
le sélecteur de couleurs apparaîtra. ne se trouve plus au centre de l’écran. De plus, il est possible
de remplacer la couleur de l’arrière-plan (gris ou noir selon
L’icône inverse la couleur de premier plan avec celle de le mode) par la couleur active au premier plan par clic
l’arrière-plan ; on obtient le même résultat en tapant X. Un dessus avec le Pot de peinture.
clic sur réaffiche les couleurs par défaut (noir et blanc),
on peut aussi taper D.
Les palettesLES MODES DE PRÉSENTATION DU DOCUMENT
OnOn aca cède aux modes de présentation du document par un En plus de la palette Outils dont nous venons de faire
memennu local situé en bas de la palette Outils. On passe aussi l’inventaire, Photoshop met à votre disposition un certain
d’d’uunne présentation à l’autre en tapant F. nombre de palettes réparties en plusieurs catégories. Leur
fonction est différente, mais toutes s’affichent ou se mas-
Un nouveau mode de présentation apparaît ; il maximise la quent par l’intermédiaire du menu Fenêtre ou à l’aide des
taille du document à celle de l’écran mais en tenant compte touches de fonction. Vous pouvez également programmer
des palettes affichées contre les bords de l’écran. vos propres raccourcis par la commande Raccourcis clavier
du menu Édition. On retrouvera la même interface dans
tous les logiciels de la Creative Suite.
Un Un n nouveau mode de
Chaque palette comporte un menu local (déroulé par clic présene tation du document.
sur l’icône en haut à droite ) qui propose des commandes
ou options spécifiques à la palette active.
Examinons ces différentes présentations :
10LES NOUVEAUTÉS ET L’INTERFACE
LA BARRE D’OPTIONS ASTUCE Dans la version CS3, le conteneur de palettes a
disparu ; désormais, les palettes se regroupent et se calent
La barre d’options affiche les options de l’outil actif et donne contre les bords de l’écran.
accès à d’autres palettes (de formes avec les outils de dessin
ou de typographie avec un texte). De plus, l’icône , visi-
ble en permanence dans la barre, permet de basculer vers LES DIFFÉRENTES PALETTES
le gestionnaire de fichiers Bridge — le retour à Photoshop
s’effectuant avec l’ouverture d’un fichier ou en tapant O Nous allons voir (par ordre alphabétique) une brève description
[Alt Ctrl O]. des palettes.
Palette Icône Description et remarques Aspect (complet)
AnAnimationim Dans cette palette se préparent les animations (ImageReady a disparu
dans la CS3). Leur mise au point est facilitée par des options de la palette
Calques pour afficher des éléments. Cette palette peut se transformer
en timeline.
Chaque calque peut être comparé à un film transparent sur lequel on Calques
place une partie d’une image détourée, un fond, un texte, un réglage F7
chromatique (agissant tel un filtre d’appareil photo), et maintenant, des
effets dynamiques de filtre. Il est possible de travailler chaque calque
séparément, de les combiner entre eux avec transparence afin de réaliser
l’image finale. Un masque (bitmap ou vectoriel) peut être associé pour
cacher une partie du calque.
Cette palette permet de définir les attributs de caractère d’un texte Caractères
(police, corps, approche, etc.).
On peut y définir jusqu’à cinq zones de référence pour des clonages avec ClonClonage
le tampon et associer des transformations à chacun d’eux. Des options de (au (au tampon)
prévisualisation permettent de voir ce qui va être cloné.
Cette palette permet de mémoriser différentes combinaisons d’affi-Compositions
chage, de position des calques ou d’effet de calque. Un script (menu de calques
Fichier/Script) permettra de créer un document distinct à partir de cha-
que composition. De plus, si le document est importé dans InDesign, il
sera possible de choisir la composition à afficher dans la page.
11PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
Palette Icône Description et remarques Aspect (complet)
Elle permet l’affichage et la gestion des couches (création, suppression…). Couches
Les couches ajoutées (couches alpha) permettent l’élaboration (ou la
mémorisation) de masque utilisé lors de la réalisation de montage ou
l’ajout de couleur d’accompagnement (ton direct).
Dans cette palette (affichée en tapant F6) se définit la couleur de premier Couleur
plan et la couleur d’arrière-plan (utilisée par la gomme ou l’outil dégradé).
F6
Pour cela, il faut choisir un mode de définition de la couleur (RVB, CMJN,
couleurs Web) puis faire glisser les curseurs.
Cette palette, également affichée par clic sur l’icône Formes
de la barre d’options d’un outil de dessin ou de
retouche, permet de définir la taille des brosses uti-
F5 lisées et leur affecter des effets particuliers (forme,
dispersion, couleur, texture…).
La taille et l’aspect des bords de la forme de l’outil res-
tent accessibles directement sur l’image au clavier (la
variation dépend de sa taille initiale) ou par le menu
contextuel (clic droit).
La palette montre en permanence l’histogramme du document Histogramme
de manière à contrôler la nouvelle répartition des pixels lors d’une
intervention sur l’image avec une commande du menu Image/
Réglages ou un calque de réglage.
Cette palette garde une trace (état d’historique) des manipulations réali-Historique
sées au cours d’un travail afin de permettre un retour éventuellement en
arrière, sur l’image complète (annulations multiples), ou localement avec
l’outil Forme d’historique.
Elle donne des renseignements sur la composition des couleurs en 8 Infos
bits ou 16 bits, les coordonnées de la souris… La palette affichera éga-
lement, en fonction des transformations effectuées, des caractéristiques
F8 de taille, d’angle… ou de variation de composition des couleurs lors des
réglages chromatiques.
12LES NOUVEAUTÉS ET L’INTERFACE
Palette Icône Description et remarques Aspect (complet)
Cette palette (disponible dans la version étendue de Photoshop) MesuresMes
trouve son utilisation principalement dans le domaine médical. Elle
permettra de mémoriser des mesures réalisées sur la photo (radio-
graphie par exemple) après avoir défini une échelle de mesure à l’aide
des commandes du menu Analyse.
On y gère l’affichage. Un rectangle rouge apparaît quand vous zoomez Navigation
une partie d’un document à une taille supérieure à celle de l’écran ; il
indique la zone affichée à l’écran, vous pouvez la déplacer pour en voir
une autre.
L’affichage se gère également au clavier :
+ [Ctrl +] pour zoomer ;
– [Ctrl –] pour réduire ;
0 [Ctrl 0] pour taille écran (ou double-clic dans l’outil Main) ;
0 [Alt Ctrl 0] pour afficher à 100 % (double-clic dans la Loupe).
Selon les réglages de l’outil Loupe (dans la barre d’options) la fenêtre du
document peut se modifier ; pour l’éviter, ajoutez [Alt]. Vous retrouverez
sur l’image une partie du menu Affichage à partir du menu contextuel (clic
droit) affiché en enfonçant Espace.
ASTUCE Lors d’un travail destiné à l’imprimeur, ouvrez une seconde fenêtre (menu Fenêtre/Réorga-
niser/ Nouvelle vue) et choisissez Taille d’impression du menu Affichage. Ainsi, tout en travaillant
l’image, vous pourrez la voir simultanément avec les dimensions qu’elle aura sur le papier.
Cette palette présente une série de nuances (échantillons de couleur). Nuancier
Vous pouvez y choisir une couleur : un clic dans l’une des cases sélec-
tionne une couleur de premier plan ou d’arrière-plan (selon l’option acti-
vée dans la palette Outils). C’est également une zone de stockage des
couleurs créées ou prélevées dans une illustration. Il est possible d’affi-
cher un nuancier référencé (Pantone, Focoltone, Trumacht…) à partir du
menu local de la palette.
Après avoir effectué un réglage particulier d’un outil, mémorisez ce Outils
réglage dans la palette Outils prédéfinis afin de le réutiliser ultérieure-prédéfinis
ment. Cette palette est également accessible directement par clic sur
l’icône de l’outil dans la barre d’options.
ASTUCE Au niveau des textes, le réglage de l’outil Texte englobe les options typographiques du texte
(police, corps…) ; sa mémorisation constitue une sorte de style de texte facilement réutilisable.
Scricriptsp C’est dans cette palette que vous stockez vos scripts. Ces derniers
correspondent à un enchaînement de plusieurs commandes
des différents menus afin de réaliser un traitement particulier du
F9 document. De plus, la commande Traitement par lots (menu
Fichier/Automatisation) permet d’appliquer un script désigné à
[Alt F9] un ensemble de fichiers. Avec la version CS3, le raccourci clavier
défini pour déclencher le script est affiché.
13PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
Palette Icône Description et remarques Aspect (complet)
Elle présente une série d’échantillons correspondant à des réglages d’ef-Styles
fets de calques ( ). Le style s’applique par glissement de l’échantillon
sur la fenêtre du document ou sur un calque dans la palette Calques.
Lors de la mise au point de l’effet de calque, vous pouvez le définir
comme nouveau style : il figurera alors dans la palette Styles et pourra
être utilisé sur d’autres calques.
Tracés C’est dans cette palette que se stockent des tracés réalisés avec l’outil
Plume ou Forme. Certains tracés pourront être coloriés (s’ils sont affichés
sur un calque), transformés en sélection ou masque pour un réglage ou un
détourage. À l’instar des masques de fusion (bitmap) dans la palette Cou-
ches, on distingue dans la palette Tracés les tracés classiques et ceux des
masques vectoriels.
La personnalisation de l’interface
LEE RRÉARRANGEMENT DES PALETTES
Quand vous cliquez sur une icônne e d de pe paleet tte, celle-e-
ci se développe pour montrer sr son contenu. Ell. Elle se Avveec la version CS3, par défaut toutes les palettes sont pla-
masque en cliquant à nouveau sur son icône (ou ccéées sur deux colonnes contre le bord droit de l’écran. Leur
sur celle d’une autre palette).taille horizontale est modulable de manière à ne voir qu’une
icône (cas de la colonne gauche), une icône avec le nom
de la palette ou encore la totalité de la palette (cas de la
colonne de droite). Des petits triangles ( ou ) permettent
de passer d’une configuration réduite à une configuration
Par clic sur son icône,e étendue. on affiche (ou masque) la a
palette entière.e
ASTUCE Pour qu’une palette reste ouverte en permanence,
détachez-la des autres pour la rendre indépendante, ou
placez-la seule sur une colonne et affichez-la de façon éten-
due par clic sur le triangle . Dans les préférences (rubrique
Interface), vous pouvez définir qu’une palette ouverte par
clic sur son icône se referme automatiquement.
Les palettes peuvent se réarranger sur une ou plusieurs
colonnes sur le bord droit ou sur le bord gauche de l’écran.
Certaines palettes sont associées par groupes de deux ou
trois. Vous pouvez modifier ces associations, cette opé-
ration s’effectue par glissement : une ligne bleue montre
Les palettes par défaut affichées sur le bord « l’accrochage » de la palette. Celui-ci peut se réaliser entre
droit de l’écran. On peut les réduire partiellement ot ou u totalemennt. t.
deux palettes, en bas de la colonne ou contre celle-ci (voire
contre la palette Outils) ; dans ce cas, il y aura création d’une
ASTUCE Un clic droit sur l’icône d’une palette donne accès nouvelle colonne.
à un menu local qui permet le regroupement ou la ferme-
ture automatique des palettes ainsi que l’affichage des
préférences.
14LES NOUVEAUTÉS ET L’INTERFACE
Vous pouvez également rendre la palette complètement LES RACCOURCIS ET L’ASPECT DES MENUS
indépendante (comme dans les anciennes versions de Pho-
toshop) ou fermer celle que vous n’utilisez pas ou qu’occa- Lors de l’enregistrement de l’espace de travail, une fenêtre
permet d’associer ou non à cet espace, d’une part, un jeu sionnellement. Pour cela, cliquez sur la croix située à droite
du nom dans l’onglet de la palette ouverte. Si la palette que de raccourcis clavier et, d’autre part, une personnalisation
de l’apparence des menus. vous fermez fait partie d’un groupe, c’est tout le groupe qui
sera fermé. Par la suite, les palettes disparues pourront être
réaffichées par le menu Fenêtre.
On peut englober
dans l’espace les
PPaarr clic s cli ur cette croix, on raccourcis clavier
fermfermee la palette qui disparaît et les menus.
alorsalors d de la pile.
En effet, en plus de l’ajout de raccourcis clavier, Photoshop
offre la possibilité de masquer ou de colorer certaines com-
LL’ESPACE DE TRAVAIL mandes des menus afin de personnaliser les menus. Nous
allons voir ces deux opérations.
La a pposition des palettes sur l’écran peut être enregistrée
(menu Fenêtre/Espace de travail) ; cela vous permet de Les raccourcis clavier
définir différents environnements de travail, en affichant ou
masquant certaines palettes, de manière à les faire correspon- Les raccourcis se définissent par le menu Édition et la com-
dre à diverses phases du travail. C’est à partir du menu local mande Raccourcis clavier. La fenêtre permet de définir des
Espace de travail de la barre d’options que vous passerez raccourcis clavier et de personnaliser les menus. La première
d’un espace à l’autre. Vous pouvez même envisager d’affecter étape consiste à choisir parmi trois rubriques, Menus de l’ap-
un raccourci à chacun de ces espaces pour passer plus rapide- plication, Menus de palette et Outils. Chacune d’elles pro-
ment de l’un à l’autre. pose une liste de menus, de palettes (ou d’outils) puis des
commandes : c’est en cliquant sur cette dernière rubrique
que vous pourrez définir le raccourci. S’il est déjà affecté
ou s’il ne convient pas, un message vous le signalera. Vous
pouvez même affecter deux raccourcis à une même com-
mande, cela permet parfois de conserver celui par défaut.
Vous pourrez enregistrer le jeu de raccourcis (il apparaîtra
alors dans la liste des jeux de raccourcis).On enregistre l’espace e
afin de le retrouver ici i
ou directement dans lal
barre d’options.
LL’AFAFFICHAGE ET L’ESPACE DE TRAVAIL
Laa verv sion CS3 propose une option intéressante liée à l’affi-
chachage des palettes ; en effet, quand vous cachez toutes les
palettes en tapant [ ] (ou [ ] pour garder la
palette Outils visible), une étroite bande verticale grise appa-
raît dès que le curseur atteint un bord de l’écran (selon le type
d’affichage, ces bandes peuvent être visibles en permanence)
et les palettes se réaffichent. Elles disparaissent quand le cur-
seur revient sur l’image.
Dans cette fenêtre on définit les raccourcis clavier.
15PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
La personnalisation des menus
Le masquage de certaines commandes permet de créer des Cette opération se réalise à partir de la commande Menus
menus plus courts et ainsi de faciliter l’accès aux comman-du menu Édition. Dans la fenêtre, identique à celle des rac-
des qui vous semblent essentielles. De même, l’affectation courcis, vous pouvez visualiser les différents jeux de menus
d’une couleur permet de repérer plus facilement une com-personnalisés (voire les modifier) et créer votre propre jeu
mande ou un filtre que vous utilisez souvent et pour lequel en modifiant les commandes des menus ou des palettes.
vous n’avez pas affecté de raccourci.
ASTUCE Quand vous avez supprimé des commandes des
menus, celles-ci demeurent accessibles si le menu est déroulé
en enfonçant la touche [Ctrl].
Comme pour les espaces de travail, vous pouvez faire des
séries de jeux de menus correspondant à des phases de
travail. Par défaut, le programme en propose quelques-uns.
Parmi ces derniers figure une option nommée Nouveautés
de CS3. Dans ce cas, les menus affichent en bleu toutes
les nouvelles commandes de la version, ce qui facilite leur
découverte.
Dans cette fenêtre on définit l’aspect des menus en cachant ou
en colorant certaines commandes.
Par ce menu locaal l, o on n cho choi iiisitt un es u pace de
travail auquel est a st associéee un une configuration
des menus.
16LEESS FFOORMRMATATS D’IMIMAMAGGESES
2 Les formats d’images
Nous allons voir dans ce chapiitrtre les dif les différérenents fo formats ds dee 2. Les fs foorrmmats s d de e t tr raavavail il : ils correspespondenent aut aux formats du s du
fifichiersrs qqueue vvouous aallellez uut tiliiliserer ddanans PPhhototososhohop. OOn ppe eutut lleses documentnt ppenendda antnt lla phphasase dede prépépararatatioion n, tratraititememe ennt
séparer en trois catégories liées à la phase du travail. et de travail de l’image ;
3. Les formats de sortie : ils sont liés à la destination finale 1. Les formats d’entrée : ils correspondent au format choisi
du document (stockage, impression…).(ou imposé) lors de l’acquisition de la photo ;
Dans certains cas, on peut envisager de garder le même
format tout au long du flux de travail.
Les formats d’entrée
Les images que vous allez manipuler dans Photoshop ont – une modification du gamma (passage du gamma linéaire
des sources multiples ; cependant, trois d’entre elles sont de 1 de tout capteur au gamma correspondant à la per-
plus fréquentes : la photo issue d’un appareil numérique, ception de l’œil de 2.2) ;
le document obtenu par un scanner et l’image provenant
d’une page Web. – une conversion des données colorimétriques vers un
espace de travail sRVB ou Adobe RVB 1998 (espace plus
réduit que celui de l’appareil) ;
La photo numérique
– et l’affectation d’un certain nombre de paramètres (net-
teté, contraste, saturation…) pour obtenir une image Les appareils photo numériques proposent différents types
aussi attractive que possible. de formats selon leur capacité. On trouve le format JPEG, le
format Raw (et parfois, mais plus rarement, le format TIFF).
L’applications de ces différents traitements engendre la
perte d’un certain nombre d’informations ; de plus, selon le
LE FORMAT JPEG réglage JPEG choisi, l’image subit une compression (plus ou
moins forte mais destructive).
Quand l’appareil produit ce format, il utilise les données
brutes du capteur et leur applique des traitements en vue
Le fichier JPEG dispose alors d’un potentiel de post trai-de créer une image immédiatement exploitable sur l’ordi-
tement réduit : les modifications de la balance des blancs
nateur où vous la transférez.
seront limitées, les images sur exposées montreront des
hautes lumières grillées et irrécupérables, les sous-expo-
Parmi les traitements effectués par l’appareil pour produire sitions risquent de transformer vos ombres en une zone
l’image finale, figurent : sombre sans détail.
– une réduction du nombre de niveaux analysés pour Le format JPEG possède néanmoins quelques côtés prati-
obtenir une image codée sur 8 bits/couche (soit 256 ques : le stockage de plus d’images sur une carte mémoire
niveaux au lieu de 4096) ; et l’utilisation immédiate des fichiers.
17PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
LE FORMAT RAW Le format de travail : PSDA contrario, le fichier Raw n’est pas directement utilisable ; il
devra être développé dans un logiciel de « dérawtisation »
tel Camera Raw. Pendant la phase de travail d’une image, il faut sauvegarder
régulièrement votre fichier. Afin de pouvoir conserver tous
Le format Raw, n’ayant subi aucun traitement dans l’appa- les éléments (calques, tracés, couches, annotations…) util-
reil, conserve intactes toutes les informations du capteur : sez le format natif de Photoshop (avec l’extension .psd). Ce
nombre important de niveaux (4096, codage sur 12 bits/ format constitue le format de travail. Quand vous effectuez
couche –, espace colorimétrique large, dynamique plus un travail dans Photoshop, enregistrez systématiquement
étendue). Toutes ces données pourront être exploitées au votre document avec le format Photoshop. Selon le type
mieux dans le logiciel où il sera développé. de travail, vous devrez peut-être créer une copie du fichier
PSD afin de l’utiliser dans le programme de mise en page
Web ou papier.Ainsi les réglages des balances des blancs ou de l’exposition
dans le fichier Raw bénéficient d’une tolérance accrue ; en
effet, le Raw supporte une surexposition contrôlée qui per- ASTUCE Les formats Photoshop PDF et TIFF permettent
mettra de préserver davantage de détails dans les ombres également de conserver les calques. Cependant, le format
et d’y réduire le bruit, pour obtenir un meilleur rendu dans PSD est le seul qui permet, une fois l’image placée dans
les basses lumières ; de même, la balance des blancs peut InDesign, de choisir le ou les calques (ou compositions de
être ajustée lors du développement. C’est cette tolérance calques) à afficher.
et cette richesse du format Raw qui permet de le considérer
comme un négatif numérique.
Le scanner : les images numérisées
Les formats de sortie
Le format du fichier créé dépend du scanner. Certains
proposent comme format par défaut, le format natif de
Photoshop, mais libre à vous d’en choisir un autre lors de Les deux types de production
l’enregistrement. D’autres scanners effectuent directement
l’enregistrement en ne proposant que des formats stan-
Deux types d’image peuvent être produits dans Photo shop : dards du prépresse, EPS ou TIFF. Pour changer de format, il
les documents à imprimer (dits PAO ou print) et les docu-faudra rouvrir le fichier et lancer Enregistrer sous.
ments destinés au Web ou aux productions multimédias :
images écran.
Les images d’Internet
LES TRAVAUX POUR LA PAO
Les images que vous récupérez d’Internet, par clic droit (ou
Le format PSD sera directement utilisable dans InDesign par glissement sur Mac) se présentent sous deux formats : le
ou dans XPress 6 et 7 mais ces derniers n’acceptent pas la format GIF et le format JPEG. Il s’agit de deux formats com-
présence de certains calques (de réglage notamment) ; en pressés ; la résolution de telles images est basse (72 ppp) et
revanche, si vous utilisez une version antérieure de XPress ou ne permettra pas une impression de grande qualité.
si le document comporte des calques non gérés par XPress
(ce cas est assez fréquent), vous devrez utiliser la commande – Le format GIF : l’image a subi une compression des cou-
Enregistrer sous, une fois le travail terminé, pour créer une leurs afin de réduire le poids du fichier. Dans Photoshop,
copie de placement dans la mise en page. Les formats les elle apparaît avec le mode Couleurs indexées. Pour
plus courants sont : Ph o to s h o p EP S ou TIFF mais également manipuler ce genre d’image, il faudra d’abord la conver-
PDF (selon la version XPress) ; le format JPEG peut être envi-tir en couleurs RVB (menu Image/Mode) de manière à
sagé. La résolution devra être suffisante (le plus souvent 300 pouvoir utiliser toutes les commandes du programme.
ppp pour les images couleur ou à niveaux de gris) pour ne
pas affecter la qualité du document une fois imprimé.– Le format JPEG : l’image a subi une compression des don-
nées afin d’en réduire le poids. Dans Photoshop, l’image
est directement manipulable ; cependant, il est préférable ASTUCE InDesign est capable d’importer le format PDF. Ce
de l’enregistrer avec un format natif (.psd, voir ci-après) de dernier s’avère très intéressant, notamment quand le docu-
manière que l’image ne subisse pas de nouvelle compres- ment comporte des éléments vectoriels qui garderont leur
sion (qui la dégrade) à chaque enregistrement et afin de statut jusqu’à l’impression. Avec les images PSD, InDesign
pouvoir ajouter des calques. utilise l’image composite qui est pixellisée : les éléments vec-
toriels apparaîtront aussi pixellisés.
18LES FORMATS D’IMAGES
LES TRAVAUX POUR LE WEB Quel format de fichier choisir ?
Dans le cadre d’une préparation pour le Web, c’est le plus
Photoshop gère de nombreux formats d’images, qui peu-souvent avec la commande Enregistrer pour le Web que
vent être regroupés en catégories : vous créerez une copie dans un format lisible par le pro-
gramme d’édition de pages HTML (par exemple : format
– le format natif Photoshop (.psd) — c’est un des plus JPEG). Si vous devez réaliser des retouches, rouvrez le fichier
intéressants ;PSD — il contient tous les éléments pour vous faciliter le
travail — puis, une fois les retouches terminées, réenregis-
– les classiques de la PAO : TIFF (.tif), EPS et DCS (.eps) ;trez une copie pour mettre à jour le fichier d’exportation.
– les formats du Web : GIF (.gif), JPEG (.jpg) et PNG (.png) ;
ASTUCE Quelle que soit la résolution initiale de l’image, la
commande Enregistrer pour le Web crée automatique- – le format Photoshop PDF (.pdf).
ment une image à 72 ppp ; c’est-à-dire que l’image prend la
taille du document affiché à 100 %. Ces formats s’obtiennent par enregistrement simple ou par
la commande Enregistrer pour le Web. Il existe d’autres
formats (Pict, Bmp, Scitex…), qui, étant moins courants, ne
sont pas décrits dans les paragraphes qui suivent. Reportez-
Avec la version CS3, Flash et Dreamweaver importent direc- vous aux docu mentations des logiciels pour de plus amples
tement des images au format PSD. Flash proposera de
informations.
choisir les calques à importer et placera leur contenu sur
des calques Flash ; cependant, les calques de réglage et les
Avant d’examiner les différents formats, voici un tableau qui calques avec des masques comportant de la transparence
liste les formats possibles. sont fusionnés. Quant à Dreamweaver, il créera lors de l’im-
portation un fichier compressé (GIF ou JPEG) et gardera un
lien avec le fichier PSD.
Utilisation Résolution Format Mode de couleurs Multicalque Couche alpha
PAO
300 ppp EPS Tous sauf bichromie par multicouche Non Non
DCS CMJN, bichromie, multicouche Non Ton direct
PDF* Tous sauf bichr Oui Oui
PSD Tous Oui Oui
INDESIGN
TIFF Tous sauf bichromie et multicouche Oui Oui
JPEG T Non Non
WEB (bitmap**)
72 ppp GIF Niveaux de gris et couleurs indexées Non Oui
JPEG RVB, Niveaux de gris Non Non
PNG RVB, Niv. de gris, couleurs indexées Non Oui
* Le format PDF est le seul format qui conserve le caractère vectoriel des objets.
** Le format vectoriel SWF, qui s’obtenait à partir d’imageReady, n’est pas disponible depuis Photoshop.
19PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
Le format natif de Photoshop ASTUCE Une image à niveaux de gris ne peut être recolo-
rée dans InDesign que si elle ne possède ni transparence ni
couche alpha.Dans le passé, on avait le plus souvent recours à des fichiers
au format EPS ou TIFF ; désormais, il est possible de tirer
profit de la technologie des applications de la Creative Suite
et de placer des fichiers natifs (.psd) dans vos compositions
InDesign (ou dans XPress 6.5 ou 7). Les formats classiques de la PAO
Les avantages de ces formats natifs sont nombreux ; ainsi, Il s’agit des formats TIFF, EPS et DCS ; ils devraient progressi-
leur utilisation permet de reculer l’aplatissement nécessaire le vement être remplacés par les formats natifs.
plus tard possible dans votre déroulement des opérations de
conception. Ce format gère tous les espaces colorimétriques :
LE FORMAT TIFFCMJN (avec ou sans tons directs), RVB (avec ou sans tons
directs), Bichromie, Niveaux de gris, Noir et blanc (bitmap Le format TIFF (Tag Image File Format) est reconnu par la
1 bit) ; cependant, un fichier PSD multicouche (obtenu à par- majorité des logiciels de mise en page et de dessin. Ce
tir d’une bichromie) ne peut pas être importé par InDesign. format n’est pas disponible pour les images de type bichro-
mie. Si le document Photoshop est constitué par un calque
Il est particulièrement intéressant d’utiliser le format natif de contenant des zones transparentes, celles-ci le seront éga-
Photo shop car il vous évitera des manipulations supplémen- lement dans InDesign (ou XPress) si vous cochez l’option
taires. En effet, le document original conserve intacts tous Enregistrer transparence dans la fenêtre des options TIFF
les calques, ce qui facilite les retouches dans Photoshop. De lors de l’enregistrement du fichier. Le tableau ci-dessous
plus, si le document Photo shop n’a plus de calque d’arrière- indique l’état (conservé ou perdu dans InDesign) des élé-
plan fond mais possède un calque avec des zones transpa- ments Photoshop (transparence, calques, couches, tracés).
rentes (même partiellement) liées à la présence d’un masque
de fusion ou d’un détourage (par la commande Extraire, par
Une image à niveaux de gris pourra être recolorée dans
exemple), celles-ci apparaîtront également transparentes
InDesign si elle ne possède ni transparence ni couche alpha. dans InDesign sans qu’il soit nécessaire de cocher la moindre
En revanche, toutes les images bitmap (1 bit) peuvent être
option ou de créer le moindre tracé ou couche alpha.
recolorées ; avec de telles images, seuls les pixels noirs sont
visibles, les blancs sont automatiquement transparents.
Le tableau ci-après indique l’état (conservé ou perdu dans
InDesign) des éléments Photoshop (transparence, calques, Particularités Élément État
couches, tracés). du format TIFF
Si Enregistrer transparence
Particularités du format PSD Élément État est coché dans les options
(dans InDesign) d ’ enr e g is tr ement TIFF , les z ones
Les zones transparentes des Transparence Conservé. transparentes des calques
calques sont conservées même sont conservées même si la Transparence Conservé.
si la transparence est partielle transparence est partielle (c’est-à-
(zone de fondu). dire avec zone de fondu).
Les calques peuvent être Les calques peuvent être affichés
affichés ou non dans InDesign ; ou non dans InDesign ; Calques Conservé. Calques Conservé.de même, les compositions de de même, les compositions de
calques sont disponibles. calques sont disponibles.
Les couches sont utilisables Les couches sont utilisables
lors de l’importation (avec lors de l’importation (avec les
Couches Conservé. les options d’importation), Couches Conservé. options d’importation), puis pour
puis pour créer un tracé de créer un tracé de détourage
détourage (Objet/Masque). (Objet/Masque).
Ils ne sont utilisables pour Ils ne sont utilisables pour
créer un tracé de détourage crourage
Tracés Conservé. (Objet/Masque) ou un chemin Tracés Conservé. (Objet/Masque) ou un chemin
d’habillage que s’ils ont été d’habillage que s’ils ont été
renommés dans Photoshop. renommés dans Photoshop.
Les tons directs de l’image Les tons directs de l’image
(CMJN ou RVB) sont ajoutés Tons directs Conservé. (CMJN ou RVB) sont ajoutés dans Tons directs Conservé.
dans le nuancier lors de le nuancier lors de l’importation.
l’importation.
20LES FORMATS D’IMAGES
DCS 1 : ce format ne gère que les images CMJN. Lors de l’enre-LE FORMAT EPS
gistrement Photoshop crée cinq fichiers : quatre fichiers de sépa-
L’EPS (Encapsulated PostScript) est, avec le TIFF, un des for- ration (un par couleur primaire : cyan, magenta, jaune et noir),
mats d’images les plus répandus dans la PAO. En effet, le plus un cinquième fichier composite pour le placement dans
document est décrit à l’aide du langage PostScript, qui est InDesign — lors du rassemblement des données pour l’impri-
le langage de la plupart des RIP d’impression des impriman- meur, InDesign regroupe les cinq fichiers. Le DCS 1 s’utilise avec
tes. De ce fait, il est « apprécié » par les applications de mise les documents CMJN (ou RVB) avec ou sans tons directs ainsi
en page. qu’avec certaines bichromies.
Pour un travail pour InDesign, dans Photoshop, si l’image DCS 2 : ce format peut produire cinq (ou plus) fichiers (comme
est en couleur, vous pouvez la convertir au mode CMJN ou le DCS 1) ou un seul comportant tous les éléments nécessaires
laisser InDesign faire la conversion et placer le fichier en RVB à la séparation et au placement dans InDesign ou XPress —
(avec son profil). Dans ce cas, elle se réalisera à l’aide du pro- cette option est la plus intéressante, elle évite des problèmes
fil qui définit l’espace CMJN de travail d’InDesign. lors du rassemblement pour le flasheur.
Avec une image à niveaux de gris, dans la fenêtre Options Les fichiers TIFF et EPS peuvent intégrer des commentaires OPI
EPS de Photoshop, si vous avez coché l’option Gestion des (Open Prepress Interface) qui seront reconnus par InDesign. Ces
couleurs Post Script, cela entraînera, dans InDesign, la sépa- commentaires permettent l’utilisation d’un système d’impres-
ration des niveaux de gris en couleurs quadrichromiques sion à base de serveur OPI : il s’agit d’un serveur d’impression
lors de l’impression avec séparation. En contrepartie, cela piloté par un logiciel qui crée une version basse résolution de
vous permettra dans InDesign de coloriser l’image. Avec l’image. Celle-ci servira au placement dans le logiciel de mise
les images 1 bit (noir et blanc), le blanc pourra être défini en page. Mais, lors de l’impression, l’image basse résolution sera
comme étant transparent. remplacée par l’image haute résolution (cette dernière subissant
les traitements dans le logiciel de mise en page : recadrage,
rotation…).LES FORMATS DCS
On distingue le DCS 1 et le DCS 2, variantes de l’EPS, qui ASTUCE Avec InDesign, vous pouvez importer les images
permettent la séparation des couleurs et convertissent le en RVB car le programme convertit à la volée tous les fichiers
document en CMJN. Le tableau ci-dessous indique l’état RVB importés en CMJN lors de l’impression ou l’exportation
(conservé ou perdu dans InDesign) des éléments Photo- (en utilisant les profils ICC spécifiés).
shop (transparence, calques, couches, tracés).
Élément État Particularités des formats EPS et DCS importés dans InDesign
Conservé Les zones transparentes sont remplacées par du blanc ; cependant, l’image peut
Transparence selon l’option apparaître détourée automatiquement si un tracé a été défini comme Masque dans la
Photoshop. palette Tracés de Photoshop — il ne peut pas y avoir de zone de fondu.
Calques Perdu. Les calques sont fusionnés. Il n’y a qu’un calque d’arrière-plan.
Couches Perdu. Les couches sont perdues.
Utilisables pour créer un tracé de détourage (Objet/Masque) ou un chemin
Tracés Conservé.
d’habillage s’ils ont été renommés dans Photoshop.
Les tons directs des images au format DCS2 sont ajoutés dans le nuancier lors de
Tons directs Conservé.
l’importation.
21PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
Le format Photoshop PDF Les formats pour le Web
Le format PDF (Portable Document Format) est un format stan- LE FORMAT GIF
dard de distribution et de visualisation en ligne de documents.
Le format PDF peut conserver la majorité des élément du GIF (Graphics Interface Format) est l’un des formats les plus uti-
lisés pour les images contenues dans les pages HTML sur le document. Le format PDF (dans sa version 1.4 ou supérieure)
Web. Cependant, il ne s’applique qu’à des images aux cou-est un format intéressant au niveau de l’exportation vers InDe-
leurs indexées, bitmap, ou à niveaux de gris, c’est-à-dire aux sign ; en effet, la transparence est gérée comme avec le format
images comportant un nombre limité de couleurs (logos, PSD ; de plus, les niveaux de gris sont coloriables dans InDesign.
graphes, etc.). Le GIF sera moins efficace pour l’affichage Cependant, l’aspect des images n’y est correct que si vous affi-
en ligne de photographies ou de dégradés — l’image RVB chez l’aperçu des surimpressions par le menu Affichage — par
subissant une conversion qui entraîne souvent une dégra-
exemple, certains tons directs n’apparaissent pas ou l’image
dation de ses couleurs, ce qui rend ce format impropre à
paraît pixellisée même avec l’affichage de qualité supérieure. une impression commerciale. Le GIF offre la possibilité de
définir des zones de transparence (avec une couche alpha)
pour obtenir le détourage de certaines parties de l’image.Particularités
Élément État
du format PDF
LE FORMAT JPEGLes zones transparentes de
l’image sont conservées Le format JPEG (Joint Photographic Experts Group) est principa-
dans InDesign si vous avez lement utilisé pour afficher des photographies (et des ima-
coché l’option Arrière-plan ges à tons continus) sur le Web. Il permet une compression Conservé
transparent dans la fenêtre importante. Celle-ci conserve toutes les informations de (selon les
d’options d’importation couleur des images RVB ; en revanche, en fonction du taux Transparence options et
d’InDesign. Comme pour de compression, certaines données sont éliminées (l’image la version
les images EPS, vous pouvez décompressée est légèrement différente de l’original, sauf PDF).
utiliser un tracé défini comme avec l’option de qualité maximale).
Masque dans la palette
Tracés, mais il n’y aura plus de
Le format JPEG convient parfaitement aux images avec des zone de fondu.
tons continus (photographies), mais évitez-le avec des images
L’image apparaît aplatie dans unies, présentant de grandes zones d’aplat, car elles perdront
InDesign mais on retrouve de leur netteté. Le format JPEG peut servir à la fois pour les Calques Conservé. les calques quand elle est documents pour le Web et les impressions commerciales si sa
rouverte dans Photoshop. résolution a été réglée en conséquence et si la compression est
faible — les tracés vectoriels (pas les couches) sont conservés Elles n’apparaissent que dans
et pourront être utilisés dans InDesign.Couches Perdu. le document rouvert dans
Photoshop.
LE FORMAT PNGIls n’
Tracés Perdu. le document rouvert dans Il s’agit également d’un format d’affichage d’images dans les
Photoshop. pages Web. Le format PNG-24 conserve toutes les informations
de couleur (mais le profil ICC n’est pas incorporé) ainsi que la Les tons directs des images
transparence et les tracés (renommés). Il s’agit d’un fichier com-au format PDF sont ajoutés Tons directs Conservé. pressé mais la compression est sans perte d’informations.dans le nuancier lors de
l’importation.
22GÉÉRRE ERR SON TRAAV VAIAIL : :: ANANNULNULAATIOON NS ET AUUT TOOMMA AT TIISSAAT TIONIONS S ( (SCRRIIPPT TS)
3 Gérer son travail : annulations
et automatisations (scripts)
DDans cans cette e p partietie,, n nouus alls allo onns voir cs voir comment utilit utiliser les difer les dif- NNouous vers verrrononss é éggalalement comment automatiser r lle tre travaiail à l à
férféreenntes mes méthodes ques que pe prrooppose Photoshop pp po our annuleerr l’aaidide e d de e s scricriptss,, tr tra aititememenents ps paar lr lotss et dr et droplets. Ces scripts
une ou u p pllusiusieureurs opératiotionns s.. seer ront utilisés par Bridge lors de la gestion des fs fichierichiers.
Les annulations multiples et l’historique
Vous disposez de deux méthodes pour annuler une opéra-
ATTENTION Le fait de supprimer un état d’historique n’a tion : le « Z [Ctrl Z] » et l’utilisation de l’historique. Ce der-
aucune incidence sur l’aspect du document. Par exemple, ce nier offre plus de possibilités comme nous allons le voir .
n’est pas parce que vous supprimez un état correspondant à
un flou gaussien que l’image redevient nette.
Le principe de l’historique
La palette Historique répertorie toutes les opérations réali-
Le réglage de la palette Historiquesées durant le travail depuis l’ouverture du document.
Avant même d’ouvrir un document, vous devez régler (au ASTUCE Un zoom ou un défilement ne sont pas considérés
moins la première fois) les options de la palette Historique comme des opérations car ils ne modifient pas le contenu
(affichées à partir du menu local de la palette). Une fenêtre du document.
propose quelques options intéressantes qui ne sont pas
actives par défaut.
Chaque ligne de l’historique correspond à un état du docu-
Certaines options sont liées aux instantanés ; commençons ment à un instant donné (état d’historique). Pour effectuer
par indiquer leur rôle (pour leur création, voir plus loin) : un un retour en arrière, cliquez (ou tapez plusieurs fois Z
instantané constitue la mémorisation d’un état d’historique, [Alt Ctrl Z]) sur l’état à partir duquel vous souhaitez repren-
donc de l’aspect du document à un moment donné dans le dre votre travail et cela même si vous l’avez sauvegardé.
travail. Prendre un instantané permet de conserver cet état L’outil Forme d’historique, la commande Remplir avec
pendant toute la durée de votre travail, et ceci quel que soit l’option Historique et la Gomme avec l’option Effacer de
le nombre d’états affichés dans la palette Historique.l’historique offrent la possibilité d’un retour en arrière loca-
lisé à la zone dessinée avec l’outil (forme ou gomme) ou à la
sélection remplie.
Le nombre d’états mémorisés
Par défaut, la palette Historique peut conserver 20 états : ce
nombre se règle à la rubrique Générales de la fenêtre des
Préférences ( K [Ctrl K]). Plus ce nombre est grand, plus Les options de la palette Historique (une seule option active).
il est possible de revenir en arrière. Quand le nombre de
manipulations effectuées devient plus grand que le nom-
bre d’états conservés, les derniers chassent les premiers : ASTUCE Avant d’entamer un travail (tel un dessin au pin-
l’état 21 fait disparaître l’état 1, le 22, l’état 2, et ainsi de suite. ceau ou avec un outil de retouche) qui engendrera de nom-
Pour l’éviter, vous pouvez supprimer certains états mais, breux états d’historique, il est judicieux de prendre un ins-
pour mieux conserver certains états, vous pourrez créer des tantané pour faciliter le retour à l’état antérieur à ce travail.
instantanés comme nous le verrons plus loin.
23PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
LA CRÉATION DU PREMIER INSTANTANÉ L’ANNULATION D’UNE MODIFICATION
D’AFFICHAGE D’UN CALQUE
Avec cette option (cochée par défaut), Photoshop prend
une photo de l’état de votre document à son ouverture. Quand vous affichez ou masquez un calque, Photoshop
La présence de cet instantané permet un retour rapide à la n’ajoute pas d’état dans l’historique et ne propose donc pas
première version enregistrée du document, même si vous la possibilité d’annuler ce changement d’état par l’histori-
faites des sauvegardes intermédiaires. Par la suite, vous que. Si vous cochez l’option dans la fenêtre de paramétrage
pouvez à tout instant de votre progression prendre d’autres de l’historique, l’opération devient annulable.
instantanés (voir ci-après).
ASTUCE L’état d’historique généré par l’affichage ou le
LES INSTANTANÉS D’ENREGISTREMENT masquage d’un calque ne pourra pas être utilisé pour un
retour en arrière avec le pinceau d’historique.
Chaque fois que vous enregistrez le fichier, Photoshop
peut créer un instantané — son nom correspond à l’heure
d’enregistrement. Cette option permet, si vous enchaînez
d’autres manipulations, un retour rapide à l’état du fichier La gestion de l’historique
lors de l’enregistrement.
LES RETOURS EN ARRIÈRELA PERSONNALISATION DES INSTANTANÉS
Au fur et à mesure que vous travaillez, la palette Historique Quand vous créez un instantané, celui-ci porte un nom
se remplit et comporte une nouvelle ligne ou état d’his-générique (Instantané 1…) ; en cochant l’option, Afficher
torique correspondant à la dernière étape réalisée. Si vous la boîte de dialogue Nouvel instantané par défaut, vous
souhaitez revenir en arrière, cliquez sur l’état d’historique pourrez le nommer et régler ses options lors de sa création.
correspondant à l’aspect voulu : Photoshop affichera le
document à cet instant antérieur.
Vous pouvez aussi revenir en arrière en tapant Z
[Alt Ctrl Z] autant de fois qu’il le faut ; si vous vous ravisez,
tapez Z [ Ctrl Z] pour « repartir » en avant d’une
En plus de le nommer, on définit l’aspect de l’instantané. étape. Après une nouvelle progression, vous pouvez encore
revenir en arrière dans l’historique ; cependant, vous retrou-
verez le document dans l’état où il était, c’est-à-dire que
certains réglages peuvent avoir disparu.
L’HISTORIQUE LINÉAIRE OU NON
ASTUCE Contrairement à l’annulation par Z [Ctrl Z], le Il est souvent préférable que l’historique ne soit pas linéaire.
retour à une étape antérieure dans la palette Historique Supposons un historique comportant cinq étapes, dans
( Z [Alt Ctrl Z]) peut faire l’objet d’une instruction dans lequel vous effectuez un retour en arrière vers l’étape n° 3,
un script.suivi d’une nouvelle manipulation.
L’historique linéaire
LA SUPPRESSION DES ÉTATSSi vous revenez à l’étape n° 3, les étapes suivantes deviennent
grisées. Si vous enchaînez avec une nouvelle opération, cette
Pour libérer de la mémoire, vous pouvez supprimer un état
dernière fait disparaître les anciennes étapes n° 4 et n° 5.
en le glissant à la corbeille de la palette Historique. Pour les
supprimer tous (les instantanés sont conservés), utilisez la
L’historique non linéaire commande Effacer l’historique du menu de la palette.
Si vous revenez à l’étape n° 3, les étapes suivantes demeu-
Quand vous fermez un document, tous les états et les ins-rent encore accessibles. La nouvelle étape se place après les
tantanés sont automatiquement effacés. Si vous souhaitez anciennes, elle devient l’étape n° 6.
en conserver certains, créez des documents à partir de
chacun d’eux en cliquant sur l’icône située en bas de la
palette Historique. Par la suite, vous ferez des transferts de
calques entre les différents fichiers.
24GÉRER SON TRAVAIL : ANNULATIONS ET AUTOMATISATIONS (SCRIPTS)
LES INSTANTANÉS
La création d’un instantané permet de garder un état d’his-
torique de votre document ; il se place en haut de la palette
Historique et ne disparaît pas quand le nombre d’états
dépasse celui défini dans les préférences. Lors de la prise de
l’instantané, vous pouvez choisir de mémoriser le document
Avecc c cetettte oe option cochée, on garde une trace de l’historique.complet (par défaut), le calque sélectionné ou les calques
fusionnés. Pour créer l’instantané, cliquez sur l’icône
– Les métadonnées : on accède à l’historique par le menu située en bas de la palette (selon les options de la palette,
Fichier/Informations puis la rubrique Historique, ou à une fenêtre peut s’afficher pour paramétrer l’instantané,
partir de Bridge : sans même ouvrir le fichier, la rubrique sinon affichez-la en cliquant avec [Alt]).
Historique donne accès aux données d’historique de la
vignette sélectionnée (la fenêtre Informations s’affiche
aussi par clic droit sur la vignette).
– Le fichier texte : on indique son emplacement sur le dis-
que dans les préférences en même temps que l’on active
l’écriture du fichier historique.
Onn a cr a créé cé cet it in ns st tantané
een cliquann cliquanncliquantti ici. icici.
ASTUCE Un enregistrement concis permet de totaliser le
temps passé sur un travail — le journal indique l’heure
d’ouverture et celle de l’enregistrement à la fermeture. ASTUCE Avant de créer un instantané, il est possible de
revenir à une étape antérieure dans l’Historique et même
de cacher certains calques qui ne doivent pas apparaître
Ce fichier texte renferme toutes les manipulations réalisées dans l’instantané obtenu par fusion de calques. Une fois
dans tous les documents qui ont été ouverts lors de la ses-celui-ci réalisé, cliquez sur la dernière ligne de l’Historique
sion de travail — il est mis à jour à chaque fois qu’il est rou-pour retrouver le document à la dernière étape du travail.
vert. Vous pouvez créer un nouveau fichier à chaque nou-
velle session de travail (ou lors d’une session) en relançant
les préférences générales pour y définir un nouveau fichier.
Les instantanés s’utilisent pour dessiner avec la Forme d’his-
torique (voir ci-après), créer des documents à part entière ou
LA FORME (OU PINCEAU) D’HISTORIQUEcomme point de départ dans un nouveau travail. Ils peuvent
constituer les étapes successives dans une animation GIF. Cet outil, que l’on retrouve sous forme d’option avec la
À ce titre, vous pouvez élaborer un script provoquant une gomme, permet un retour en arrière localisé à la zone sur
action sur un calque (déplacement, filtre, etc.) suivie de la laquelle on l’applique.
création d’un instantané dont les calques seraient fusionnés,
et d’un document à partir de cet instantané.
Pour dessiner avec la Forme d’historique ( ) vous devez :
ASTUCE Pour placer sur un nouveau calque une copie du 1. Cliquer dans la case devant l’instantané ou devant l’état
document tel qu’il était à l’ouverture, cliquez sur l’instantané d’historique à reproduire : l’icône apparaît. Certains
d’ouverture en haut de la palette Historique, tapez A états sont interdits — par exemple, si un calque a été
[Ctrl A] (tout sélectionner) puis C [Ctrl C] (copier), réaffi- ajouté ou supprimé entre-temps —, ou ne donneront
chez l’état d’historique antérieur à la sélection et tapez V aucun résultat — c’est le cas d’un état correspondant à
[Ctrl V] (coller). Cette opération s’avère utile pour retrouver l’affectation d’un effet de calque qui n’est pas applicable
l’image initiale après certains détourages (par Extraire ou à une partie d’image ou d’un masquage de calque.
par les gommes d’arrière-plan ou magique).
2. Activer le calque où devra apparaître le dessin. Tous les
calques ne peuvent pas être choisis — par exemple, il est
L’ENREGISTREMENT DU JOURNAL DE L’HISTORIQUE impossible de dessiner sur un calque de texte (l’icône
le signalera) — et certains ne donneront aucun résultat.
Si vous cochez l’option Journal de l’historique dans les Pré-
férences/Général, Photoshop enregistre tous les états qui 3. Régler l’outil dans la barre d’options (forme et opacité)
apparaissent dans l’historique. Cet enregistrement, détaillé puis le glisser sur la zone où doit réapparaître partielle-
ou concis, se réalise dans un fichier texte, dans les métadon- ment l’état d’historique.
nées du document ou dans les deux.
25PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
LES FICHIERS À PARTIR DE L’HISTORIQUE ASTUCE Par défaut, le pinceau Forme d’historique repro-
duit l’état correspondant à l’instantané créé à l’ouverture du À partir de n’importe quel état ou instantané sélectionné
fichier. dans l’Historique, Photoshop peut créer un nouveau docu-
ment dans le même état. Cette copie peut à son tour être
manipulée à volonté ou simplement enregistrée. Pour obte-
nir ce document, activez l’état (ou l’instantané) souhaité et Le nom de certaines étapes n’indique pas toujours ce qui
cliquez sur l’icône située en bas de la palette Historique, va apparaître lors du passage de l’outil Forme d’historique ;
ou utilisez le menu contextuel déroulé sur l’état voulu.pour pallier ce problème, avant de dessiner, prévisualisez ce
que donnera l’outil, en cliquant sur l’état où vous avez placé
l’cône , puis cliquez dans sur le dernier état d’historique et LE RETOUR SUR DES SAUVEGARDES PRÉCÉDENTES
passez le pinceau sur les zones à modifier.
Si vous avez coché l’option Créer automatiquement un ins-
tantané lors de l’enregistrement, Photoshop en ajoute un à Au lieu d’utiliser ce pinceau, vous pouvez remplir un calque
chaque fois que vous lancez la commande d’enregistrement. (ou une sélection) par la commande Remplir du menu Édi-
Si, à un moment donné du travail, vous souhaitez revenir en tion, ou créer un tracé vectoriel et en dessiner le contour
arrière, sélectionnez l’instantané correspondant à la sauve-avec la Forme d’historique par le menu de la palette Tracés.
garde qui vous intéresse. Ils sont placés chronologiquement Dans tous les cas, si le résultat ne vous convient pas, vous
dans la partie haute de la palette Historique.pourrez toujours revenir en arrière avec l’historique.
L’automatisation du travail : les scripts
Les paragraphes qui suivent indiquent comment automa-
3. Cliquez sur l’icône de création de script ( en bas de la tiser des opérations successives que vous souhaitez appli-
palette Scripts) : choisissez un nom pour le script et un quer à un fichier ou une série de fichiers. Si vous débutez
raccourci (utilisant les touches de fonctions : F1 à F15). avec Photoshop, il est préférable de passer cette partie et
Cliquez sur Enregistrer (un point rouge apparaît dans d’y revenir quand vous serez familiarisé avec les différentes
la palette).commandes du logiciel. Cependant, vous pouvez faire une
première lecture juste pour voir le principe des scripts.
La création et la mise
au point du script
LA CRÉATION DU SCRIPT
On clique ici p ciéi poouur crr créer un dr osssi ier piiier puis ici ps icici pouour crr crééleer r le scriptle script
que l’on rennoommermmera dana da s cette fene fenê êêêêêêêêt trtr re.ee. .Il s’agit d’une méthode générale, nous l’appliquerons à quel-
ques exemples. Par la suite, dans les différents chapitres du
livre, nous réutiliserons la méthode dès qu’il sera intéressant
de créer un script pour traiter plusieurs images. Voici les prin-
cipales étapes de l’élaboration d’un script :
1. Ouvrez une des photos qui doit subir le traitement.
2. Dans la palette Scripts, sélectionnez un des dossiers
présents ou mieux, créez-en un pour y ranger vos futurs
scripts. Pour cela, cliquez sur l’icône en forme de dossier
Le point rouge signale e e ( ) et entrez un nom pour cet ensemble qui renfermera
que l’enregistrement vos futurs scripts.
est en cours.
26GÉRER SON TRAVAIL : ANNULATIONS ET AUTOMATISATIONS (SCRIPTS)
4. Afin de tester ou d’affiner plus facilement votre script, LE TEST ET L’AJUSTEMENT DU SCRIPT
sa première étape doit comporter la création d’un ins-
tantané du document. Celui-ci s’obtient en cliquant Dans la palette Historique, remontez en arrière pour reve-
nir à un état de la photo antérieur à la création du script, sur l’icône de la palette Historique. Cet instantané
figurera dans la palette Historique quel que soit le nom- ou mieux, si vous avez créé un instantané dans la première
étape du script, cliquez dessus dans la palette Historique. bre d’étapes du script, et facilitera les retours en arrière
lorsque vous testerez le script et en effectuerez la mise Vous pouvez aussi rouvrir la photo si le script provoquait sa
fermeture.au point. De plus, il constituera une sorte d’annulation si,
par erreur, vous avez affecté le script à une image.
Dans la palette Scripts, lancez le script (un clic sur son nom
puis sur le triangle du bas de la palette) : vérifiez le bon 5. Une fois l’instantané ajouté, effectuez, à partir des menus
déroulement des opérations. Si tout ce qui a été réalisé sur ou des palettes, toutes les opérations voulues sur la
la photo correspond à ce que vous attendiez, c’est que le photo : chaque instruction est listée sous le nom du script
script est correct. S’il manque une instruction, vous pouvez — si l’une d’elles n’apparaît pas, c’est qu’elle ne peut faire
l’ajouter en utilisant l’une des méthodes citées plus haut et partie d’un script (par exemple, l’écriture d’un texte).
glisser l’instruction à l’endroit où elle doit être effectuée si
sa position n’était pas correcte dans la liste. Il est même pos-
ASTUCE Si vous comptez utiliser les scripts pour un traite- sible de copier une instruction qui figurerait dans un autre
ment par lots, vous pouvez inclure une instruction de fer- script en la glissant avec la touche [Alt] ou de la suppri-
meture précédée de l’enregistrement du document avec un mer en la glissant dans la corbeille de la palette Scripts.
autre format et dans un autre dossier.
ASTUCE Quand vous réalisez des scripts, prenez soin d’ajou-
ter des commandes de réinitialisation (des couleurs par
Quand toutes les opérations ont été faites, arrêtez le script exemple), de nommer certains calques s’ils doivent être resé-
en cliquant sur le carré noir ou en tapant la touche Esc. lectionnés plus loin dans le script. Insérez également toutes
les instructions qui rendront les scripts utilisables dans tou-
Si vous avez oublié une commande dans le script (dans tes les conditions.
notre exemple, la fermeture), cliquez sur l’instruction qui
doit précéder la commande à ajouter et effectuez l’une des
opérations suivantes :
Le menu de la palette Scripts permet d’ajouter un point
d’arrêt. Celui-ci permet de faire apparaître une fenêtre de – cliquez sur le bouton rond de la palette Scripts pour
dialogue qui affichera un renseignement sur le script ou relancer l’enregistrement, utilisez alors la commande vou-
une action à réaliser pour que le script soit opérationnel. lue puis arrêtez l’enregistrement ;
– sans cliquer sur le bouton rond, déroulez le menu local Le script est maintenant au point. Sans l’enregistrer, fermez
de la palette Scripts et lancez la commande Insérer à la photo qui a servi à faire le script (si ce dernier ne compor-
partir d’un menu. Une fenêtre s’affiche, elle vous permet tait pas de telles instructions). Vous pouvez appliquer ce
d’utiliser le menu voulu et d’y choisir la commande sou- script au coup par coup à un fichier ouvert ou à un ensem-
haitée — cela permet de ne pas avoir à ouvrir d’image et ble de fichiers, par un traitement par lots ou par un droplet.
de n’avoir aucune valeur dans la commande qui s’affiche. C’est ce que nous verrons plus loin.
Ici, l’enregistrement s’arrête tout seul.
Si on utilise cette commande,
onon ppe eut ajouter une
insttr ruction dans le script san nss
avavoir ir à ouvrir d’image.
27PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
ASTUCE Pour appliquer consécutivement plusieurs scripts
à un fichier ouvert, effectuez les opérations suivantes :
1
– dans la palette Scripts, glissez les scripts pour les placer
dans l’ordre selon lequel ils doivent être appliqués ;
2– sélectionnez-les par clics (ou clics [Ctrl clics] s’ils ne
sont pas contigus) ;
– cliquez sur le triangle du bas de la palette Scripts pour
démarrer leur exécution.
3
L’ENREGISTREMENT DE L’ENSEMBLE DES SCRIPTS
Quand vous avez réalisé un ensemble de scripts, vous
pouvez les utiliser sur un autre ordinateur (voire une autre
plate-forme).
ATTENTION Si le script renferme une instruction du type
Enregistrer sous ou Enregistrer pour le Web, com-
portant un chemin dans la hiérarchie du disque, celui-ci
devra être redéfini quand le script sera utilisé sur un autre
ordinateur.
LE SCRIPT À EXÉCUTER
Choisissez, s’il ne l’est pas, le script à utiliser pour le traite-Pour enregistrer des scripts (en fait un dossier), dans la
ment. Normalement, c’est le dernier script fait qui est sélec-palette Scripts, cliquez sur le dossier contenant vos scripts
tionné mais vérifiez que c’est bien le cas.et lancez la commande Enregistrer les scripts (du menu
de la palette) : un fichier avec l’extension .atn est créé.
Pour l’utiliser, placez-le dans le dossier Scripts Photoshop LES FICHIERS SOURCE
(dossier Adobe Photoshop/Paramètres prédéfinis), il sera
disponible par le menu local de la palette Scripts (éventuel- Vous avez le choix entre quatre types de fichiers source :
lement, par la commande Charger si vous l’aviez enregistré
– Dossier : dans ce cas, Photoshop traitera les fichiers dans un autre dossier).
contenus dans un dossier à spécifier. Cochez l’option
Traiter les sous-dossiers si vous souhaitez traiter tous
Traiter une série de photos : dossiers contenus dans le dossier source.
le traitement par lots
– Importation : il s’agit là des fichiers qui apparaîtront suite
à une numérisation avec scanner.
Ils se réalisent à partir du menu Fichier et son sous-menu
Automatisation, ou depuis Bridge et son menu Outils. – Fichiers ouverts : il s’agit des fichiers actuellement affi-
Dans les deux cas, lancez la commande Traitement par chés à l’écran. Pensez à fermer ceux qui ne doivent pas
lots, elle affiche la fenêtre ci-après. être traités.
La fenêtre de traitement par lots comporte trois parties qui – Bridge : cette option permet de traiter les fichiers sélec-
correspondent à trois questions que l’on pourrait se poser tionnés dans Bridge ou l’ensemble des fichiers affichés si
pour traiter les images : aucun n’est sélectionné. Pensez à utiliser les étiquettes
ou les classements pour éliminer les fichiers qui ne doi-
vent pas être traités.1. Quel script appliquer ? C’est la zone Exécuter.
Dans le cas de fichiers issus de Bridge ou d’un dossier, 2. À qui appliquer ce script ? C’est la zone Source.
cochez l’option Supprimer les avertissements sur les
profils pour que le traitement puisse se réaliser sans votre 3. Que faire des fichiers traités ? C’est la zone Destination.
intervention.
28GÉRER SON TRAVAIL : ANNULATIONS ET AUTOMATISATIONS (SCRIPTS)
Destination : Enregistrer et fermerLES FICHIERS DESTINATION
Il y a trois possibilités : Les fichiers originaux seront écrasés sauf s’il y a incompati-
bilité de format ; l’ajout d’un calque sans l’instruction Aplatir – Sans.
l’image rend impossible l’enregistrement d’une image JPEG
– Dossier. dans son format d’origine. Avec cette option, il est préféra-
ble de faire une copie du dossier contenant les fichiers ori-– Enregistrer et fermer.
ginaux afin de pouvoir recommencer les opérations.
Destination : Sans
Quand le traitement est lancé (en cliquant sur OK), les
fichiers sont ouverts tour à tour et traités. Vous pouvez en Sauf indication dans les instructions du script, les fichiers
profiter pour faire autre chose avec un autre logiciel. Si le restent ouverts à l’écran ; vous pouvez ainsi poursuivre
résultat du traitement par lots ne correspond pas exacte-certaines manipulations manuellement, voire appliquer
ment à vos attentes, modifiez le script et relancez le traite-un autre traitement par lots. Si le script comporte une
ment par lots, il écrasera les premiers résultats.commande d’enregistrement, les fichiers sont enregistrés
en gardant leur nom d’origine (sauf l’extension si le format
change). L’application d’automatisation
ou le droplet
Destination : Dossier
Il s’agit d’une variante du traitement par lots. Dans un pre-Les fichiers seront placés dans le dossier que vous indique-
mier temps, vous devez créer le droplet. Cette opération rez. Cette option est utile pour changer le nom des fichiers.
se réalise dans la fenêtre de la commande Créer un dro-Une rubrique comportant 6 cases permet de définir le
plet (menu Fichier) : la rubrique Nom du droplet permet nouveau nom. Celle-ci permet d’ajouter un numéro (de 1
de choisir un nom et une position pour le droplet (sur le à 4 chiffres) dans le nom du fichier ; une option permet de
bureau, par exemple) ; les autres rubriques, Exécuter et faire démarrer le numéro de série à partir d’un chiffre à spé-
Destination, sont identiques à celles de la commande Trai-cifier, ce qui s’avère pratique pour regrouper dans un même
tement par lots.dossier des fichiers issus de traitements par lots effectués à
partir de plusieurs dossiers.
Pour utiliser le droplet, glissez le fichier ou le dossier à traiter
directement sur l’icône du droplet. Les fichiers traités seront ATTENTION Si le script comporte une instruction Enregis-
placés selon les instructions choisies dans le script ou dans trer sous ou Enregistrer pour le Web, il est impératif de
la rubrique Destination. Le droplet ne fonctionne pas sans cocher l’option Priorité sur les instructions de script
Photoshop. En revanche, s’il comporte l’extension .exe, il "Enregistrer sous" pour que chaque fichier conserve son
pourra être utilisé aussi bien sur un PC que sur un Mac (sauf nom et ne prenne pas celui du premier fichier traité.
si le script utilise un chemin particulier dans le disque).
294 Gérer ses fichiers avec Bridge
L’interface de Bridge
Bridge permet d’organiser, de passer en revue, de localiser Bridge et la Creative Suite
les fichiers dont vous avez besoin pour créer un contenu
pour le Web ou l’impression, ou de leur ajouter des méta-
Bridge est un élément indispensable dans la gestion des données. Bridge propose un accès simplifié et une prévisua-
fichiers. Non seulement il permet de visualiser les fichiers lisation non seulement des fichiers natifs (.psd, .ai, .indd, et
avant de les ouvrir, mais il assure d’autres manipulations très .pdf) issus d’applications Adobe, mais également de formats
intéressantes. les plus divers (tels swf, quicktime…).
Depuis la version CS2, Bridge est un programme à part entière Un fichier-image sélectionné dans Bridge peut être placé
eet t c coonstitue un centre de gestion pour tous les fichiers de la directement dans une mise en page InDesign ou un docu-
CreCreative Suite. Il s’est enrichi de nouvelles fonctions (l’icône ment Photoshop (ou Illustrator) affiché à l’écran par la
ci-contre dans la marge les indiquera). Il est disponible depuis commande Importer du menu Fichier de Bridge — avec
Phho ot to shop, Illustrator, InDesign… par l’intermédiaire de la InDesign, l’opération se réalise également par glissement
commande Parcourir du menu Fichier de ces programmes, du fichier (image ou texte). D’autres commandes du menu
ou directement par clic sur l’icône de la barre d’options Fichier permettent de copier ou déplacer un fichier sélec-
de Photoshop. Il peut être lancé indépendamment — les pré- tionné directement vers un dossier récemment ouvert.
férences de Photoshop permettent de gérer son démarrage
simultanément avec celui de Photoshop.
1 4
3
2 5
La fenêtre de Bridge comporte cinq zones pour gérer les fichiers.
31PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
LES FENÊTRES DE BRIDGEL’espace de travail de Bridge
Bridge permet d’afficher plusieurs fenêtres en même temps.
Comme tout logiciel, Bridge possède ses propres menus ; il Elles se séparent en deux catégories : les fenêtres indépen-
est constitué d’une fenêtre dont l’aspect dépend des régla- dantes et les fenêtres synchronisées.
ges de préférences ( K [Ctrl K]) et des options d’affichage
choisies dans le menu Fenêtre. Par défaut, la fenêtre de
– Les fenêtres indépendantes : si la fenêtre est obtenue BridgeBridg comporte trois colonnes contenant des panneaux
par la commande Nouvelle fenêtre du menu Fichier, elle
ou v volets (voir la copie d’écran de la page précédente). Cha-
est indépendante des autres fenêtres déjà présentes. cun dcun ’eux est nommé par un onglet, certains panneaux se
superposent : – LLes fenêtres synchronisées : si la fenêtre est obtenue à
ppartir de la commande Nouvelle fenêtre de synchro-1. Favoris, Dossier : il s’agit de panneaux de navigation ;
nnisation du menu Fenêtre, elle sera liée à la fenêtre qui
2. Filtre : c’est le panneau dans lequel on filtre l’affichage éétait active lors de sa création.
des fichiers qui seront présentés dans le volet Contenu ;
Quand les fenêtres sont synchronisées (leur barre de titre
3. Contenu : volet central affichant le contenu du dossier porte des numéros), elles affichent le même contenu. Cette
en cours ; option n’est intéressante que si elles ne comportent pas
les mêmes panneaux (voir ci-après leur masquage). Par
4. Aperçu : ce panneau affiche l’aperçu du fichier sélec- exemple, l’une d’elles peut ne montrer que les panneaux
tionné dans le panneau Contenu ;
Contenu et Métadonnées alors que la seconde affichera
en grand le volet Aperçu ou encore, l’une d’elles peut être 5. Métadonnées, Mots-clés : en bas à droite de la fenêtre
en mode réduction alors que l’autre n’affiche que l’aperçu.se trouvent deux panneaux donnant des informations
sur les fichiers avec les métadonnées (propriétés, don-
nées EXIF, IPTC…) et les mots-clés affectés aux fichiers.
LES MENUS DE BRIDGE
Les menus de Bridge proposent des commandes de ges-
tion de fichiers (affichage, traitement…) ; certaines sont
accessibles sous forme d’icônes (création de dosssier ,
pivotements et ou suppression ) dans la barre de
commandes de base, ou par clic droit sur une vignette dans
le panneau Contenu.
Ces deuux x fen fenêtrees sos sont snt synchrnchro onisées ::
ccees apçperçuçus s d dépendendeent de ce cette sélectition.on.
Certaines commandes sont accessibles dans cette zonee..
32GÉRER SES FICHIERS AVEC BRIDGE
L’onglet FavorisLA GESTION DES PANNEAUX
L’afficha ge des panneaux Le panneau Favoris présente quelques éléments par défaut.
À tout moment, vous pouvez ajouter à cette liste un élé-
Si vous n’utilisez pas certains panneaux, vous pouvez les ment de votre choix (disque, dossier ou fichier) de manière
fermer. Cette opération se réalise à partir du menu Fenê- à y être sélectionné plus rapidement les prochaines fois.
tre ou par clic droit sur l’onglet du panneau à fermer. Leur Pour cela, sélectionnez l’élément voulu dans le panneau
réouverture s’obtient par le menu Fenêtre où à partir de la Contenu et effectuez un clic droit pour choisir Ajouter aux
bande sombre qui jouxte les onglets. favoris. L’opération se réalise également par glissement de
l’élément dans le panneau Favoris.
Les préférences de Bridge ( K [Ctrl K]) permettent d’ajouter
des éléments aux Favoris parmi lesquels : Adobe Photogra-
phers Directory, Bureau, Version Cue, Adobe Stock Photos…
Dans les préférences dee Brid Bridgggee, o, onn d dééffiinit lnit les élées é éééélélélélémlélélééémenents quit
doivent apparaître dan nss les f les favovoris.
On peut en aj jouter d’autr t es.
Certains panneaux peuvent être masqués. Par clic drdidroit ici otii n
les réaffiche.
Pouour masr quer tous les panneaux sauf celui au centre (par
défaut Contenu), tapez Tabulation (retapez cette [ ]
mêmême touche pour le faire réapparaître). Pour fermer un
papannnneau de manière à ne plus voir son contenu et à agrandir
celui du panneau de la même colonne, effectuez un double-
clic sur son onglet (dans ce cas, l’onglet ne disparaît pas).
La taille des panneaux
Tous les panneaux peuvent être redimensionnés en glissant
le curseur placé juste entre deux panneaux. Ces redimen-
sionnements permettront de définir une zone d’aperçu plus
grande de manière à mieux visualiser l’image. Un panneau LE PANNEAU FILTREpeut également être déplacé par glissement de son onglet.
CCe e ppanneau propose deux options pour trier et/ou filtrer.
Les différents panneaux – Le tri des fichiers affichés : il se réalise sur les fichiers res-
tés affichés dans le panneau Contenu et se définit par clic
sur le tri actif (indiqué à droite de l’onglet Filtre).
LES PANNEAUX DE NAVIGATION
Tous ces tris d’affichage (voir La partie navigation de Bridge est gérée par deux pan-
ci-contre) se retrouvent dans neaux : Dossiers et Favoris.
le menu Affichage/Trier ou
le menu contextuel affiché
L’onglet Dossiers par clic droit dans le pan-
neau Contenu.Cette rubrique présente la hiérarchie du disque (telle un
explorateur de fichiers) dans laquelle on navigue pour choi-
sir le dossier renfermant les photos à visualiser.
33PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
– Le filtrage de l’affichage : un certain nombre de critères LE PANNEAU CONTENU
(rangés en rubriques : Type du fichier, Étiquette, Date,
etc.) peuvent être retenus pour filtrer l’affichage des Ce panneau montre des vignettes de dossiers et de fichiers ;
leur taille se règle en bas de la fenêtre à l’aide d’un curseur. fichiers présents dans le panneau Contenu.
Le menu Affichage propose des commandes pour voir ou
masquer : dossiers, noms des éléments (Vignettes seule- ASTUCE Si vous avez ajouté des notes ou des étiquettes
ment ou T [Ctrl T]) ou détails (nom, date, type…). (voir plus loin) à certains fichiers, une nouvelle rubrique de
filtres permettra de les utiliser pour filtrer l’affichage.
Dans les préférences ( K [Ctrl K] puis rubrique Vignettes),
définissez la qualité de la vignette : rapide ou de haute qua-
Pour filtrer l’affichage, choisissez la rubrique voulue et cli- lité (permanente ou seulement à l’aperçu) et spécifiez le
quez sur le critère souhaité pour qu’il apparaisse coché — le texte supplémentaire (détails) à afficher sous celle-ci. C’est
nombre affiché à droite de son nom correspond au nombre dans le panneau Contenu que se sélectionnent les photos
de fichiers qui seront affichés si aucun autre filtre n’est actif. à manipuler (ouvrir, renommer, pivoter, etc.) ; pour l’afficher
seul, cliquez sur (mais uniquement s’il est au centre).
Icici, o, oon nrn rrèègleèggle la tle lalat taaailleille dille desdees s vign vv ettes affichéees s là as làà av veec c d étails.
Icci i, o, on a ddféfini deux filtres qui se cumulent LE PANNEAU APERÇU
et limitent lt le ne ombre de fichiers affichés dans cette z zoonene..
C’est dans ce panneau que s’affiche un aperçu de la vignette
Le filtre choisi se cumule au dernier filtre actif dans la rubri- sélectionnée dans le panneau Contenu. Sa taille dépend de
que concernée (ainsi qu’à ceux des autres rubriques). Bridge
celle du panneau (verticalement, il peut s’agrandir en mas-
propose des options d’utilisation des filtres ; le tableau sui- quant les onglets Dossiers et/ou Métadonnées). Vous pou-
vant les résume.
vez afficher un onglet d’aperçu très grand pour constater
rapidement la qualité d’une photo sélectionnée.Options de filtrage Obtention
Remplacer les filtres en clic [Alt clic]
vigueur dans la rubrique sur le nouveau filtre
active par un nouveau filtre.
double-clic
Définir l’opposé du filtre
[Alt double-clic] choisi dans une rubrique.
sur le filtre
Conserver (verrouiller) les
Clic sur l’icône située
filtres lors d’une navigation
en bas du panneau.dans d’autres dossiers.
Clic sur (s’il y a eu un
Supprimer les filtres actifs. verrouillage) ou sur ou
A [Alt Ctrl A]
Afficher/Masquer tous les
Clic sur l’icône située fichiers situés dans t
sous le nom du panneau.
sous-dossiers.
Icicii, o, oon n sélesélec ctionionn ne une image pour la voaav vooi iirir en grr en gg and.
34GÉRER SES FICHIERS AVEC BRIDGE
Dans le panneau Aperçu, Bridge est capable de montrer de La gestion de l’affichage et
nombreux types de fichiers tels que les fichiers d’animation des espaces de travail(GIF, QuickTime, SWF, FLV…), de mise en page InDesign, PDF
De plus, si vous avez sélectionné plusieurs fichiers, Bridge
montrera leur aperçu simultanément de manière à envisa- L’LAFAFFICHAGE SOUS FORME DE PILE
ger une comparaison.
BridgeBrid propose une option intéressante pour ranger les
phophotos dans le panneau Contenu : elle constiste à les Enn outro e, pour mieux visualiser certains détails de l’aperçu,
régrouper sous la forme d’une pile. Par la suite, on pourra lee c curu seur devient loupe quand il se déplace sur l’aperçu.
ne visualiser que la première de la pile ou l’ensemble des UUn clic afn c fiche une minifenêtre de zoom dont le réglage
ses constituants. Le panneau Contenu : peut renfermer plu-(d(dee 1 100 % à 800 %) s’effectue en tapant la touche + (– pour
sieurs piles que l’on manipule par les commandes du menu réduire). Une main apparaît dans cette petite fenêtre pour
Pile (ou par les raccourcis clavier que propose ce menu).permettre son déplacement.
Pour créer la pile, sélectionnez les photos par clic (ou
clic [Ctrl clic] si les photos ne sont pas contiguës) et lan-
cez la commande Grouper comme pile du menu Piles (au
clavier, tapez G [Ctrl G]). Les photos groupées s’affiche-
ront ensemble dans l’Aperçu sauf si vous cliquez sous la
première de la pile dans le panneau Contenu. Vous pouvez
développer la pile en cliquant sur le chiffre indiquant le
nombre de fichiers qu’elle renferme, puis en changer l’ordre
en utilisant les commandes du menu Piles. Si vous glissez
un élément sur la pile, il s’intégrera à celle-ci et fera partie
du groupe.
On peut zoomer sur un d dédététataiil dlld de ele ll’a’apaperççu (le tu (u(le auxex est indiqué icieststi indiqundiquéié icici).
LES PANNEAUX D’INFORMATIONS :
MÉTADONNÉES ET MOTS-CLÉS
L’utilisation des métadonnées, présentes dans certains
fichiers ou ajoutées, facilite les recherches et les rangements
des fichiers — les méthodes d’affectation et de recherche
sont développées un peu plus loin. Le nombre de rubriques
affichées dans les onglets des métadonnées (propriétés,
IPTC…) se règle dans les préférences de Bridge. On sélesélséleececeeectttiioniononnnene e les élé lesles élémeélémemennnnntntnnnts à emss àà empemp piililler eeerre et tto o onnnc cr crérééeéeéeéeéeéeeeeeel la p laap pi iile.
Le haut du panneau
Métadonnées
(appelé Pancarte des
métadonnées) reprend
quelques éléments que
l’on peut voir sur certainins
appareils photo.
La pancarte dees s
métadonnées a aveec c ici ici
une indicationne en cncas dsd de e
sur ou sous exp osition.
En cliquancliquancliquanttt ici, o iciici iiiiii, oonndn d développe la pile ; en cliquant sur sa base, on
ne gargardde e affficichhéeée que la pq remière de la pile.
35PHOTOSHOP CS3 – LA CREATIVE SUITE ET PHOTOSHOP
L’AFFICHAGE EN DIAPORAMA
C’est également une option très intéressante, car elle per-
met de visualiser rapidement une série de photos situées
dans un même dossier sous forme d’un diaporama — s’il
y a une sélection ou une pile, le diaporama se limite aux
images sélectionnées ou au contenu de la pile. Il se lance à
partir du menu Affichage et de sa commande Diaporama
(au clavier ( L [Ctrl L]).
La fen nêêttr ree a avecec l lee
Le dLe défilement est automatique ; la vitesse de défilement mode e RéduitRéduit. Ici, ,
ainsi quains e d’autres options (légende, taille, rotation, bou- elle est sthynchronisée
cle…) peuvent être réglées lors de la projection. Pour modi- avec une seconde
fenêtre n’affichant ffiieerr les réglages du diaporama, tapez la lettre H ou W ; un
que l’aperçu.panneau s’affiche sur le diaporama pour indiquer comment
utiliser toutes les options. Une fenêtre permet d’autres
réglages du diaporama, elle s’affiche par la commande
On retrouve le mode étendu ou complet en cliquant sur Options du diaporama dans le menu Affichage.
l’icône ou par le menu Affichage. Ce type d’affichage
s’avère utile pour le placement d’images par glissement
dans d’autres logiciels tel InDesign par exemple.
ASTUCE Sur Mac, si vous glissez un dossier du finder sur
l’icône de Bridge dans le doc, celui-ci affiche le contenu
du dossier dans Bridge.
LES ESPACES DE TRAVAIL PRÉDÉFINIS
Vous pouvez configurer votre espace de travail comme bon
vous semble de manière à n’afficher que certains panneaux
(dans la taille qui vous convient) et l’enregistrer pour le réu-
tiliser plus tard. Avant de voir la façon de faire cet enregistre-
ment, examinons les espaces de travail par défaut proposés
par Bridge. Ces derniers, au nombre de cinq, sont accessi-
bles par le menu Affichage/Espace de travail.
On peut afficher unune e lé légenléggeennde de la photo (nom, note…).
ASTUCE Lors de la visualisation, il est possible d’affecter
aux vues une note (en tapant un chiffre de 1 à 5) et/ou une
étiquette colorée (de 6 à 9) et d’effectuer ainsi un premier
classement dans une série de photos — surexposée, sous-
exposée, floue, pertinence du sujet… Par la suite, celui-ci
sera affiné avec les filtres d’affichage (voir ci-après).
L’AFFICHAGE EN MODE RÉDUIT
Les cinq es cinq esppaac ces de tes de tr ravail proposés par Bridge.
Ce mode, affecté par le menu Affichage ou en cliquant sur
Vous pouvez également choisir un affichage en appuyant l’icône située en haut à droite de la fenêtre de Bridge,
longuement sur l’une des trois icônes du bas de la affiche seul le panneau Contenu. Cette fenêtre réduite peut
fenêtre ; dans ce cas, l’affichage est mémorisé avec l’icône. rester au-dessus de toutes les autres fenêtres d’application
Vous pouvez ainsi mémoriser trois affichages et passer rapi-en lançant l’option Fenêtre réduite toujours vible dans le
dement de l’un à l’autre en cliquant sur une des trois icônes.menu local ( ).
36GÉRER SES FICHIERS AVEC BRIDGE
Dans la version précédente de Bridge, cet espace était Table lumineuse
accessible par une icône en bas de la fenêtre. Les panneaux
Avec cet espace de travail, seul le panneau Contenu est visi- Favoris et Filtres restent visibles à gauche.
ble, la taille des vignettes dépend de la taille de la fenêtre
et augmente avec cette dernière. Cependant, vous pouvez Film fixe vertical
modifier leur taille par glissement du curseur situé dans le
bas de la fenêtre de Bridge et taper T [Ctrl T] si vous ne Cet espace de travail est sensiblement le même que le pré-
souhaitez pas voir les noms des fichiers. L’option Table lumi- cédent, si ce n’est que les vignettes sont affichées à droite
neuse permet de prévisualiser rapidement vos photos. sur une colonne, le panneau Aperçu est au centre.
Explorateur de fichiers Espace de travail par défaut
Cet espace montre à gauche les panneaux Favoris et Dos- Cette option réinitialise l’espace de travail : tous les pan-
siers superposés et, à droite, le panneau Contenu. La circu- neaux sont disponibles. Chaque espace de travail prédéfini
lation dans les dossiers du disque y est facilitée. est accessible par un raccourci clavier (voir la copie d’écran de
la page précédente).
Métadonnées
LL’ENREGISTREMENT DE L’ESPACE DE TRAVAILLe panneau des Métadonnes est ouvert à gauche sous les
panneaux des Favoris et Mots-clés ; à droite, c’est le pan- Si voi vous souhaitez conserver un espace de travail que vous
neau Contenu, dans lequel les vignettes sont affichées avec avavez défini, lancez la commande Enregistrer l’espace de
l’option Détails afin de lire toutes leurs caractéristiques. travail dans le menu Fenêtre puis Espace de travail (ou du
menu affiché en appuyant longuement sur l’une des trois
Film fixe horizontal icônes ). Ce nouvel espace viendra s’ajouter à la
liste des espaces prédéfinis.
Les vignettes (panneau Contenu) sont affichées en bas sur
une ligne au-dessus de laquelle figure le panneau Aperçu
dont la dimension a été considérablement augmentée.
La gestion des f chiers
L’importation de photos provenant
d’un appareil photo numérique (APN)
Quua and vous reliez votre ordinateur à un appareil photo,
BrBriiddg ge permet d’y extraire les photos qu’il contient. Pour
cceellaa,, utilisez la commande Obtenir des photos de l’appa-
reil preil hoto dans le menu Fichier. Une fenêtre de dialogue
permet de définir un dossier et des sous-dossiers de range-
ment (par date ou autre), de renommer les photos, de les
convertir au format DNG (négatif numérique). Un bouton
(Boîte de dialogue Avancé) donne accès à une fenêtre de
prévisualisation des images dans laquelle vous sélectionnez
les images à importer, ainsi qu’à d’autres options tel l’ajout
d’un modèle de métadonnés (voir plus loin), d’un nom
d’auteur et d’un copyright.
Une fois les clichés importés, selon les réglages d’options, ils
peuvent apparaître dans une fenêtre de Bridge pour y subir
d’autres traitements. Dans les préférences de Bridge, le lan-
cement du téléchargement peut être automatisé dès que le
branchement de l’appareil photo est détecté.
Cliqueiqueiquez ici, pziz icici our voir une prévisualisation et d’autres options.
37