//img.uscri.be/pth/c7ceb2f42a689f7e0ad895fd653e3e437566f473
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Règles d’écriture des notes et références bibliographiques à l’ère de l’internet

De
42 pages

L’auteur a constaté avec stupeur que nombre d'étudiants, de chercheurs, voire même d'auteurs de travaux scientifiques se permettent d'utiliser des textes qu'ils n'ont pas signé sans faire mention de leur auteur. Son ouvrage, qui prône « l'honnêteté scientifique », souhaite remédier à cette pratique du plagiat qui s'apparente au vol de la propriété intellectuelle. Pour ce faire, il explique point par point comment « insérer efficacement les notes et références bibliographiques répondant aux conventions en vigueur en sciences sociales en général et en sciences de l’éducation, plus particulièrement » dans un fichier informatique. Ce guide pratique fournit une méthode efficace pour clarifier la provenance des sources et ainsi respecter le droit d'auteur.


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-414-08184-4

 

© Edilivre, 2017

Introduction

Lorsqu’on veut rédiger un travail scientifique, on est souvent amené à lire et utiliser des documents pour constituer son propre chef-d’œuvre. On élabore, en effet, une liste structurée des références de dissertations scientifiques (ouvrages, articles de revues, travaux de fin de cycle, mémoire, thèse…) ayant des caractéristiques communes : c’est la bibliographie.

En intégrant un extrait du contenu desdits documents dans un travail que l’on rédige, l’honnêteté scientifique oblige de référencer correctement toutes les sources qu’on a retenues. Ces références se mettent, généralement, en bas de la page : ce sont des notes bibliographiques, autrement appelées notes infrapaginales. L’utilisation des notes et références bibliographiques confère au travail un caractère scientifique, comme le confirme MPALA : « la rédaction d’une dissertation sera scientifique si l’étudiant met en pratique les aspects techniques d’un travail scientifique que sont les citations, notes infrapaginales et la liste bibliographique. »1

La façon de noter les éléments d’une note ou d’une référence bibliographique et l’ordre dans lequel ils apparaissent, établissent une uniformité qu’il est important de respecter. Par ailleurs, bien qu’un consensus international existe, il y a des variantes de présentation importante d’un document à l’autre, d’une revue à l’autre et d’une institution à l’autre.

En examinant différentes notes et références bibliographiques fournies dans divers documents, nous avons constaté qu’il existe de nombreux styles de notation. La différence réside surtout au niveau de la ponctuation et de l’emplacement de la date de publication.

Il est donc recommandé de suivre le modèle proposé soit par le Directeur de la dissertation scientifique que l’on rédige, soit par l’institution à laquelle on soumettra le texte pour d’éventuelles corrections ou pour l’édition.

Au regard de l’évolution des technologies de l’information et de communication, l’existence d’autres supports de communication a fait apparaître les concepts de filmographie2, de discographie3 et de webographie4. Le recours à ces supports que l’on retrouve le plus souvent sur internet devient de plus en plus incontournable, d’où la nécessité de connaître comment il faut les référencer.

Il faut rappeler que les documents rédigés sont souvent archivés, téléchargés sur internet ou placés dans des bibliothèques après l’édition pour d’éventuelles consultations. D’où l’importance de normes strictes et bien maîtrisées.

PROBLÉMATIQUE DE L’ÉCRITURE DES NOTES ET RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

La rédaction des notes et références bibliographiques fait partie des apprentissages documentaires incontournables. Mais à la consultation de plusieurs travaux scientifiques, force est de constater qu’à l’issue d’un cursus académique, beaucoup d’auteurs, notamment des étudiants, sont loin d’avoir acquis les compétences ad hoc. De fois, l’on éprouve des difficultés de retrouver les textes dans les documents référencés. Certains écrivains s’approprient frauduleusement le texte, les idées ou les faits des auteurs référencés et oublient délibérément de les citer.

Le risque est de plus en plus grand de recopier, une fois sur deux, des références bibliographiques extraites de revues ou d’ouvrages, selon des normes différentes. Rien de pire que des références dont la présentation diverge une fois sur deux5.

Quant aux enseignants des cours de recherche scientifique ou d’initiation à la rédaction des travaux scientifiques, ils n’ont pas tous non plus les connaissances et aptitudes nécessaires pour guider les auteurs dans la rédaction efficace des notes et références bibliographiques.

La présentation des références bibliographiques est normalisée. Les rédacteurs doivent donc s’y conformer. Cependant, les références en la matière indiquent bien souvent des normes différentes, se contredisant parfois, laissant le rédacteur face à une description bibliographique totalement anarchique et cause d’incompréhension. Soit que les normes en vigueur sont ignorées, soit que les usages répandus dans les milieux scientifiques divergent. Nous constatons souvent que les étudiants désirant rédiger leurs dissertations dans les normes, se retrouvent face à une difficulté supplémentaire au travail de recherche : quelles normes ou règles suivre ?

Aux difficultés précédentes s’ajoute la problématique de la particularité des revues scientifiques consistant à adopter chacune une normalisation des références bibliographiques différente, à respecter scrupuleusement pour y publier un article. Il en est malheureusement de même pour les éditeurs, chacun prétendant utiliser la normalisation en vigueur, ou affirmant que sa présentation est la plus rationnelle.

Chaque modèle est peut-être plus clair, plus précis ou plus rapide, mais il est souvent l’héritage d’habitudes personnelles ou de traditions disciplinaires. Cependant, il faut préciser que certaines Facultés tiennent à leurs normes.

De tous ces constats, il est intéressant de s’interroger d’abord sur ce qu’implique l’écriture des notes et références bibliographiques : les questions qu’elle fait émerger et la réflexion qu’elle suscite quant à l’identification des sources et le parti que l’on peut tirer de ses éléments constitutifs. Ensuite, à quoi servent les règles d’écriture des notes et références bibliographiques ? Enfin, quelle règle faut-il suivre ?

Nous avons émis l’hypothèse suivante : la mise en œuvre correcte des règles d’écriture des notes et références bibliographiques contribuerait à renseigner les différentes sources de documents utilisés pour la rédaction d’un travail scientifique. Une bonne description de la bibliographie permettrait au lecteur de retrouver l’information originale à travers tous les documents signalés par l’auteur. En outre, la présence des références dans...