Infrastructures de transport et de communication au Congo-Brazzaville

De
Publié par

Dans l'organisation territoriale et administrative du Congo des disparités structurelles apparaissent entre les régions mais surtout entre la ville et la campagne créant ainsi des déséquilibres. Cet ouvrage montre comment l'Etat essaye de pallier ces déséquilibres en mettant les infrastructures de transports et de communication au coeur de ses stratégies. Mais l'Etat est confronté à des crises, d'où la nécessité de réorienter les bases de sa politique en matière d'infrastructures.
Publié le : mercredi 1 novembre 2006
Lecture(s) : 480
EAN13 : 9782296156838
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

INFRASTRUCTURES DE TRANSPORTET DE COMMUNICATION AU CONGO-BRAZZA VILLE

www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr hannattan 1@wanadoo.fr @ L'Harmattan, 2006 ISBN: 2-296-01465-8 EAN: 9782296014657

Armand GOULOU

INFRASTRUCTURES DE TRANSPORTET DE COMMUNICATION AU CONGO-BRAZZA VILLE

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polyteclmique; 75005 Paris FRANCE
L'Hannattan Hongrie Espace L'Hannaltan Kinshasa

Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16

Fac..des

Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI de Kinshasa

1053 Budapest

Université

- RDC

L'Rannaltan lIalla L'Rarmaltan Burkina Faso Via Degli Artisti. IS 1200 logements villa 96 10124 Torino 12B2260 Ouagadougou 12 ITALIE

Etudes Africaines Collection dirigée par Denis Pryen
Déjà parus Abraham Constant NDINGA MBO, Savorgnan de Brazza, les frères Tréchot et les Ngala du Congo-Brazzaville (1878 1960),2006. Alfred Yambangba SAWADOGO, La polygamie en question, 2006. Mounir M. TOURÉ, Introduction à la méthodologie de la recherche, 2006. Charles GUEBOGUO, La question homosexuelle en Afrique, 2006. Pierre ALI NAPO, Le chemin defer pour le Nord-Togo, 2006. Université Catholique de l'Afrique Centrale, Faculté de théologie, Le travail scientifique, 2006. Augustin RAMAZANI BISHWENDE, Église-Famille de Dieu dans la mondialisation, 2006. Eugénie MOUA YINI OPOU, La reine Ngalifourou, souveraine des Téké, 2006. Georges NGAL, Reconstruire la R.D.-Congo, 2006. André SAURA, Philibert Tsiranana (1910-1978), premier président de la République de Madagascar (2 tomes), 2006. Dingamtoudji MAIKOUBOU, La femme ngambaye (Tchad) dans la société pré-coloniale, 2006. Dominique BANGOURA, Mohamed Tétémadi BANGOURA, Moustapha DIOP, Quelle transition politique pour la Guinée ?, 2006. Gilbert ZUÈ-NGUÉMA, Africanités hégéliennes, alerte à une nouvelle marginalisation de l'Afrique, 2006. Claude KOUDOU (sous la dir.), L'espérance en Côte d'Ivoire, 2006. Etanislas NGODI, Milicianisation et engagement politique au Congo-Brazzaville, 2006. Lamine TIRERA, Abdou Diouf, biographie politique, 2006. Lamine TIRERA, Abdou Diouf et l'Organisation Internationale de la Francophonie, 2006. Wilfrid DANDOU, Un nouveau cadre constitutionnel pour le Congo-Brazzaville, 2006. Grégoire BIYOGO, Histoire de la philosophie africaine, 2006. Tome I : Le berceau égyptien de la philosophie

À mes enfants, À mon épouse, À toute ma famille, À mes amis,

REMERCIEMENTS

Nos remerciements s'adressent à tous ceux qui, de près ou de loin, nous ont assisté dans la réalisation de cet ouvrage. Nous remercions particulièrement: M. Jean Dumas, professeur des Universités à l'Institut d'études politiques (lEP) de Bordeaux. M. Édouard Étsio, docteur en Sociologie, spécialiste des ressources humaines à l'AFT-IFTIM. M. Aimé Dieudonné Mianzenza, docteur d'État Sciences économiques, consultant international. en

M. Christian Ndinga, docteur en Philosophie, secrétaire général de l'Université Marien Ngouabi. M. Jacques Ossété, docteur en Sciences de l'information et de la communication. M. Marc Talansi, docteur en Sciences de l'information et de la communication, professeur certifié des lettres.

Sommaire
Page 13 Première Partie
LES INFRASTRUCTURES COMMUNICATION, DE TRANSPORT ET DE ET LEUR PORTÉE

INTRODUCTION

21

Chapitre I

Les infrastructures de transport 1. Les infrastructures routières A. La route et le réseau routier I. La prépondérance de la route 2. Le réseau routier B. Les effets des infrastructures routières 1. Les effets des infrastructUres routières sur le territoire 2. Les effets des infrastructures routières sur le transport routier Les autres formes d'infrastructures de transport A. Les infrastructures ferroviaires 1. Le réseau ferroviaire et ses infrastructures 2. Les infrastructures ferroviaires et leurs effets B. Les infrastructures maritimes 1. La localisation du port de Pointe-Noire 2. Les infrastructures maritimes et leurs effets C. Les infrastructures fluviales 1. Le réseau fluvial 2. Les infrastructures fluviales et leurs effets D. Les infrastructures aéroportuaires 1. Le réseau aérien 2. Les infrastructures aéroportuaires et leurs effets Les infrastructures audiovisuelles A. La radiodiffusion: un instrument de propagande 1. L'État et les infrastructures de radiodiffusion 2. Les effets de la radiodiffusion B. La télévision: un phénomène urbain 1. Les infrastructures de télévision 2. Les effets de la télévision Les postes et télécommunications A. L'État et les infrastructures postales 1. Les infrastructures postales 2. Les infrastructures postales et leur portée B. L'État et les télécommunications 1. Les infrastructures de télécommunications

23 23 23 24 27 35 35 39 45 46 46 49 51 51 52 54 54 55 57 57 57 61 61 62 62 66 71 71 74 77 78 78 80 82 82 11

II.

Chapitre II

Les infrastructures de communication

1.

II.

2.

Les infrastructures de télécommunications leur portée

et

85 89

Deuxième Partie L'ÉTAT ET LA MAÎTRISE DE L'ESPACE
Chapitre III L'État et la question des crises I.

91

Les crises économique et financière 91 A. L'État et la crise économique 92 I. Les facteurs explicatifs de la crise économique 92 2. La crise économique et ses manifestations 94 B. L'État et la crise financière 100 1. L'évolution des Finances publiques 100 2. Le labyrinthe de la dette publique 103 II. La crise de l'État et le fonctionnement de ses institutions 109 A. La crise de l'État 109 1. La perception de l'État 109 2. La gestion de l'État 1\3 B. La crise des institutions politiques 116 1. Les rapports entre les institutions politiques et la 117 Constitution 2. Les rapports entre les institutions politiques et 122 les partis Chapitre IV Production spatiale et intégration nationale 129 I. L'État et la production spatiale A. La production spatiale dans les régions I. La production spatiale dans les communes de plein exercice 2. La production spatiale dans les districts B. La production spatiale dans les centres urbains 1. La production spatiale à Brazzaville 2. La production spatiale à Pointe-Noire L'État et l'intégration nationale A. L'intégration nationale et l'espace régional 1. L'intégration nationale par les régions du Nord 2. L'intégration nationale par la région du centre 3. L'intégration nationale par les régions du Sud B. L'intégration nationale et l'espace urbain 1. L'intégration nationale par Brazzaville 2. L'intégration nationale par Pointe-Noire 3. L'intégration nationale par les deux métropoles

129 130 130 132 136 136 138 141 141 141 144 145 147 147 149 151 153 157

II.

CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

12

INTRODUCTION Pays d'Afrique centrale où il occupe 5 % de l'espace, équivalant à une superficie de 342.000 km2, le Congo-Brazzaville est situé dans la partie ouest de la zone équatoriale. Il s'étend entre le 4° degré de latitude nord et le 5° degré de latitude sud, et de l'océan Atlantique au Moyen-Oubangui, affluent du fleuve Congo, sur une distance de 1.200 km s'étalant du sud-ouest au nord-est. Frontalier de la République centrafricaine au nord, du Cameroun au nord-ouest, du Gabon à l'ouest, de la République démocratique du Congo (RDC) et du Cabinda au sud, ce pays borde l'océan Atlantique par une façade maritime d'une longueur d'environ 170 km au sud de Pointe-Noire jusqu'à la frontière du Gabon. Partant de cette délimitation des frontières amorcée à la conférence de Berlin en 1885, l'organisation administrative et territoriale du Congo a connu des changements consécutifs à la conférence de Brazzaville organisée en 1944, à la Constitution française du 27 octobre 1946 suivant laquelle les Congolais obtinrent le statut de citoyens français et surtout à celle du 4 octobre 1958 qu'ils approuvèrent à la suite d'une consultation populaire. À cette époque, les circonscriptions administratives étaient désignées par des préfectures et sous-préfectures. À partir de 1967, le découpage administratif s'est fait de la manière suivante: 9 régions, 9 chefs-lieux, 43 districts, 25 postes de contrôle administratif (PCA) et 4 communes. Il a fallu attendre 1995 pour que s'opèrent de profondes modifications dans l'organisation administrative et territoriale au Congo. Les cartes nOl et n02 illustrent cette nouvelle nomenclature administrative.

Source: Division géographique du MF AE.

14

Source: Division géographique du MF AE. Depuis la promulgation de la loi n09-95 du 25 mars 1995, le territoire congolais est divisé en 10 régions, 6 communes de plein exercice, 13 arrondissements et 83 districts. Par ailleurs, la Constitution du 20 janvier 2002, dans son article 161, indique clairement que les collectivités locales comprennent le département et la commune, et les autres collectivités sont créées par la loi. Malgré des conditions physiques contraignantes, ce territoire a bénéficié, sous l'occupation coloniale, de plusieurs infrastructures de transport et de communication. Ces différentes infrastructures ont favorisé l'extension de l'empire colonial, par le développement de la bureaucratie et l'application du droit dans l'ensemble du 15

territoire, créant ainsi une nouvelle fonne de société politique'. Depuis son indépendance, le Congo s'est engagé dans un processus de mise en place de ses instruments territoriaux. Pour des raisons historiques, géographiques et politiques, certaines parties de son territoire sont structurellement mieux dotées que d'autres. Il existe ainsi des zones plus propices à telle ou telle production. L'implantation des unités économiques pour les besoins de la so~iété dépend essentiellement de l'accessibilité de ces zones. Par conséquent, certaines régions connaissent un essor patent, tandis que d'autres se développent moins ou régressent simplement. La plupart des secteurs d'activité répertoriés dans les régions florissantes, affichent évidemment des résultats encourageants. Il convient d'indiquer que cet état de choses a commencé et s'est développé à l'époque coloniale. Les structures socio-économiques de base au Congo ont été créées par le colonisateur. Au lendemain de son indépendance, ce pays a donc hérité de structures régionales disparates. Cette disparité est toujours d'actualité. L'évolution des structures spatiales dans les régions a montré que chacune d'elles conserve peu ou prou les mêmes potentialités dans ses productions de base. Non seulement le niveau de dotation est différent d'une région à l'autre, mais il existe des écarts très importants entre elles. Des inégalités se manifestent également au sein d'une même région, entre les différentes entités territoriales, principalement entre les zones urbaines et rurales. Un déséquilibre apparaît entre le Nord et le Sud, d'autant que sur les six communes de plein exercice recensées dans l'organisation administrative, une seule est localisée au Nord. Ces disparités créent inexorablement des effets néfastes sur l'ensemble du territoire. Aussi l'État congolais a-t-il souvent orienté ses choix vers l'homogénéisation de son territoire. Par une politique volontariste, il s'est efforcé de promouvoir les structures régionales existantes et d'en créer là où le besoin se faisait sentir. De cette manière, il a toujours cherché à réduire le déséquilibre entre la ville et la campagne afin de freiner l'exode rural. Dans cette optique, des allègements sur des taxes à l'importation des
'Coulon, (C.) et Martin, (D. C.), Les Afriques politiques. Paris: La Découverte, 1991, pp.31-45.

16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.