Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 0,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : ZIP - PDF

sans DRM

Vous aimerez aussi

Jean-François Beltramini, l’attaquant qui aimait le béton

A l’âge où l’on pousse, aujourd’hui, la porte d’un centre de formation, Jean-François Beltramini gâchait le mortier avec son père sur les chantiers au milieu des années 1960. Il avait 14 ans et un avenir de maçon tout tracé, comme son père venu de Luino dans le nord de l’Italie pour fuir l’enrôlement dans l’armée de Mussolini. Un emploi dans le BTP à l’instar de ses dix frères. Onze Beltramini sur un terrain de construction, cela aurait-il fait une belle équipe ?

Tous ont poursuivi dans le bâtiment quand le talent de Jean-Francois, gamin né aux Clayes-sous-Bois (Yvelines), l’a poussé seul vers la D2 et le grand club du département, le CA Mantes-la-Ville. Dix-sept ans de carrière professionnelle plus tard, en 1985, il prend sa « retraite » sportive.