L'économie marocaine en questions (1956-2006)

De
Publié par

Comment évaluer la capacité de l'économie marocaine à assurer le bien-être de ses populations ? Voici une analyse de la situation économique sur le long terme (1960-2004). Il apparaît que la qualité des facteurs de production et celle de la gouvernance constituent des obstacles majeurs. Néanmoins, il subsiste encore des marges de manoeuvre à exploiter au mieux dans le cadre d'une stratégie de développement cohérente et dynamique.
Publié le : mardi 1 mai 2007
Lecture(s) : 405
Tags :
EAN13 : 9782296172630
Nombre de pages : 218
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L'ÉCONOMIE

MAROCAINE EN QUESTIONS

Histoire et Perspectives Méditerranéennes Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Dans le cadre de cette collection, créée en 1985, les éditions L'Hannattan se proposent de publier un ensemble de travaux concernant le monde méditerranéen des origines à nos jours.

Déjà parus Jacqueline SUDAKA-BÉNAZÉRAF, D'un temps révolu: voix juives d'Algérie, 2007. Valérie ESCLANGON-MORlN, Les rapatriés d'Afrique du Nord de 1956 à nos jours, 2007. Mourad MERDACI, Enfants abandonnés d'Algérie. Une clinique des origines,2007. Ahmed MOAT ASSIME, ltinérances humaines et confluences culturelles en Méditerranée, 2006. François CLÉMENT, Culture Arabe et Culture Européenne, 2006. Vincent STAUB, La Libye et les migrations subsahariennes, 2006. Ahmed MOAT ASSIME, Langages du Maghreb face aux enjeux culturels euro-méditerranéens, 2006. Ahmed MOAT ASSIME, Dialogue de sourds et communication langagière en Méditerranée, 2006. Serge LA BARBERA, Les Français de Tunisie (1930-1950),2006. Pierre-Alban THOMAS, Pour l 'honneur de l'armée. Réponse au général Schmitt sur la guerre d'Algérie, 2006. Maâmar BENGUERBA, L'Algérie en péril, 2006. Abderrahim LAMCHICHI, Femmes et islam: l'impératif universel d'égalité, 2006. Abderrahim LAMCHICHI, Jihad: un concept polysémique, et autres essais, 2006. Jean-Charles DUCENE, De Grenade à Bagdad, 2006. Philippe SENAC, Le monde carolingien et l'islam, 2006. Isabelle SAINE, Le mouvement Goush Emounim et la colonisation de la Cisjordanie, 2006. Colette JUILLIARD, Le Coran auféminin, 2006. René DOMERGUE, L'intégration des Pieds-Noirs dans les villages du Midi, 2005. Kamel KATEB, Ecole, population et société en Algérie, 2005.

Lahcen ACHY et Khalid SEKKA T

L'ÉCONOMIE

MAROCAINE

EN QUESTIONS
(1956-2006)

Préface de Lyn Squire

L'Harmattan

(Ç)L'Harmattan,

2007

5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusi on. harmattan@wanadoo. harmattan 1@wanadoo.fr

fr

ISBN: 978-2-296-03251-4 EAN : 9782296032514

A la mémoire de mon père et à ceux qui me sont chers Achy

A Feddoul et Aziza

Sekkat

Remerciements
Ce livre reprend et actualise les résultats de plusieurs recherches réalisées par les auteurs soit séparément, soit ensemble, soit en collaboration avec d'autres auteurs. A cet égard, nous tenons à remercier nos autres co-auteurs Azzeddine Azzam, Carlo Rossoto, PietTe-Guillaume Méon et Aristomène Varoudakis pour notre fructueuse collaboration. Nous sommes reconnaissants à Lyn Squire, Président du Global Development Network, de nous avoir faire l'honneur de préfacer cet ouvrage. Ces recherches ont pu être réalisées grâce au soutien financier du Global Development Network, Centre de Recherche en Développement International, Banque Mondiale, Forum EuroMéditerranée des Instituts Economique, Banque National de Belgique et Bureau International du Travail. Nous les en remercions vivement. Au cours des différentes étapes de nos recherches nous avons bénéficié des commentaires et critiques de Hamid Alvi, Michel Beine, Agnès Benassy, Agnès Chevalier, Ibrahim Elbadawi, Lionel Fontagné, Michael Gasil)rek, Mohamed Lahouel, Eddy Lee, Mustapha Nabli, Kamal Shehadi, Akiko Suwa, Marie-Ange Véganzonès, Marco Vivarelli et Bjonm Wellenius. Nous remercions pour leurs judicieux conseils les comités de rédaction et les referees du Development Policy Review, Journal of Development Economics, Journal of International Development, Journal of North African Studies, Public Choice, Review of Development Economics, Review of Middle East Economics and Finance et The World Economy.

Préface
vast body of empirical research has sought to identify the key factors underpinning the growth of economies. Much of this work has relied on cross-country regressions. Many of the econometric and data concerns with this type of empirical research have been thoroughly analyzed in the literature. The research question posed by this method of research, however, has received less attention but may be an even more important source of concern. Econometric, cross-country research into the detenninants of growth presumes that the growth process can be captured in a single equation that applies to all countries or at least to all countries included in the sample. For anyone who has spent any amount of time in the developing world, this is a hard assumption to swallow. Is the rapid growth observed in diamond-rich, small, landlocked Botswana part of the same growth path being followed by populous, large, open China? Research based on cross-country econometrics is essentially searching for the independent impact of a single factor on average in a sample of countries. But what if it is the way in which various factors combine that is critical? And what if different combinations of factors can yield equally high growth rates in different countries? If such views of growth and development have any merit, then the profession must employ alternative techniques that allow for differences among countries and that explore the subtle ways in which possibly different sets of factors combine within the specific context of each country. Careful case studies employing appropriate empirical techniques offer one way of capturing these dimensions. The potential of case studies is increased several- fold when the research is undertaken by investigators with detailed local knowledge and personal understanding of the economy being studied. For these reasons, the Global Developn1ent Network (GDN) has promoted case studies undertaken by local authors as a vital means of providing a richer understanding of the complex process of growth. This volume offers an excellent example of this approach applied to the experience of Morocco over the last 40-plus years since

A

independence in 1956. Undertaken by authors - Lahcen Achy and Khalid Sekkat - with deep and personal knowledge of the country and
its economy, the analysis seeks to identify the causal factors underlying Morocco's disappointing perfonnance during this period.

The authors characterize the Moroccan experience by the following three observations: the low quality of physical investment; the inadequate level of human investment; and declining and even negative changes in overall productivity. The research supported by GDN in many countries, including some of the analysis reported in this volume, provides a useful framework for considering the likely factors underlying Morocco's decline in income per capita during this periad. The many case studies from around the world supported by GDN as well as a priori reasoning suggest the conditions that can be expected to foster growth-promoting investment (both physical and human) and innovation. Consider first the conditions that are likely to be associated with a willingness to invest in physical and human capital and to innovate (quantity) regardless of whether these actions actually promote growth (quality). It may be expected, and the evidence confirms, that a stable environment encourages investment and innovation. In contrast, major exogenous terms-of trade shocks, inadequate or inappropriate policy responses to deal with unexpected events, the frequency of changes in the policy or political regime, and especially wars are all likely to cause investors and innovators to hesitate, to be cautious and to look for quick returns. Similarly, a secure environment can be expected to provide investors and innovators with the assurance that the return to their effort will not be subject to criminal action, fraud or expropriation. Where the rule of law is weak, where property rights are ill-defined, and where the justice system is neither independent nor unbiased, investors and innovators will be discouraged. Investors and innovators will also be disheartenedif the government fails to provide a supportive environment. Well directed public expenditure on infrastructure,communications, and education can create a favorable climate for investment and innovation. Has Morocco managed to establish these conditions? One factor that assumes importance in the analysis is the share of agriculture in GDP (more than 20 percent at the start of the period and still 16 percent in 2000). Agricultural production is subject to unpredictable and variable weather conditions in Morocco. Drought years are low-growth years as agricultural volatility invariably affects other parts of the economy through the usual supply and demand linkages. Any source of volatility, however, can be addressed and mitigated at least to some extent. Greater efforts to accelerate 10

economy-wide diversification as well as efforts within agriculture to diversify away from the drought-prove activities might have helped to smooth fluctuations, reduce uncertainty and encourage more aggressive behavior on the part of investors and innovators alike. The quality of governance, the control of cOITUption,and the rule of law are judged to be superior in Morocco compared with other developing countries but nevertheless inferior to those of the developed world. It is noteworthy that some of the fastest growing developing countries in the world over this period - Botswana, Chile, Korea, Malaysia and Singapore - perfonn exceptionally well with regard to various indicators of governance. Indeed, the authors of this volume demonstrate via simulations based on econometric results the responsiveness of growth, FDI, and manufactured exports to the quality of institutions. Strengthening institutions is of course a monumental task and takes time. Nevertheless, the benefits in tenns of the confidence and behavior of investors and innovators suggest that this is an area that demands more attention in Morocco than in the recent past. Public expenditures can foster investment and innovation or stifle it. Nowhere is this more important than in the case of publicly-provided education. The quality of education provided by the public sector has an immediate and direct effect on investment in human capital by individuals in all walks of life. It also has an indirect but important effect on investment in physical capital and on innovation. Again, the reall y fast growers have supported strong educational systems and adapted them to their specific needs. Singapore for example emphasized primary education to improve basic literacy in its first decade of independence, while Malaysia made a special effort to educate Malays. In this respect, the Moroccan Government may not have done enough to promote one of the key conditions for investment and innovation. According to the authors of this volume, job-seekers emerging with qualifications from the educational and vocational training systems are not meeting the demands and needs of employers. The volume points to these and other factors that may have discouraged investment, especially in human capital, and innovation. But even if the Moroccan Government had provided the right climate to promote investment and innovation, it'is equally important that the incentive structure provides the appropriate signals to channel investment and innovation into activities that yield genuine contributions to growth. Investment in physical capital to sell a Il

product in a protected market or in education to obtain a high-paying government sinecure does not contribute to growth. Similarly, public investment in white elephants and prestige projects do not contribute to growth. In this respect, the authors point to inadequate competition especially in key sectors like the gannent and food industries that may have resulted in (socially) low returns to investment. The ability of the financial market to transfonn savings into productive investment especially for small and medium enterprises also remains unsatisfactory. The volume suggests that these and related factors underlie the poor perfonnance of physical capital in Morocco. Much has been made recently of the notion that growth is not the real objective of societies. There is much of value to this view, but, if societies value the reduction and eventually the elimination of poverty, then growth becomes an important instrument to that end. It is worth remembering that no country in the world has been able to eliminate poverty in the absence of growth. The currently most successful country in reducing poverty, China, has done so through growth. A comparable growth perfonnance in Morocco would have made huge inroads into its poverty problem. The importance of sustained growth for Morocco' s poor cannot be overemphasized. Moreover, Morocco may be able to generate growth that, unlike China' s recent experience, does not worsen the distribution of income. If an important element of overall growth is generated by means of appropriate policies and support towards agriculture and small and medium enterprises, the poor could benefit doubly: first, from growth in aggregate; and second from superior growth in those areas of the economy where the assets of the poor are likely to be most in demand. If this volume contributes to such an outcome, then the investment in the underlying research will have paid a handsome dividend indeed. Lyn Squire President, Global Development Network New Delhi December 2006

12

Introduction

générale

Au cours des cinquante dernières années, c'est-à-dire depuis l'indépendance du pays, l'économie marocaine a connu des hauts et d~s bas, comme toute autre économie. Ces épisodes ont été abondamment analysés par des institutions nationales et internationales dans le but d'en détenniner les causes et de proposer d'éventuels remèdes. Au regard de ces nombreux travaux de nature plutôt conjoncturelle, il manque une analyse approfondie de la situation économique du pays sur le long tenne. Qu'en est-il des problèmes majeurs qu'a connus l'économie il y a 20 ou 30 ans? Sur quelle trajectoire de développement économique se trouve le pays? Ses structures fondamentales ont-elles évolué adéquatement pour lui pennettre de garantir à la population un bien-être soutenable et d'affronter les défis majeurs de demain? Le présent ouvrage propose de débattre ces questions à travers une analyse de l'économie marocaine sur le long tenne, et plus exactement entre 1960 et 2004.

Etat de l'économie marocaine
Le point de départ de l'analyse de toute économie est ce qu'on appelle communément le 'Tableau de Bord'. Celui-ci reprend quelques indicateurs macroéconomiques clés qui pennettent d'appréhender de manière synthétique la situation de l'économie. Il comprend le taux de croissance du revenu par tête, le taux de chômage, le taux d'inflation et les soldes des balances internes et externes. Depuis les années soixante, la croissance du revenu réel par tête au Maroc ne cesse de se ralentir. Le taux d'accroissement annuel moyen du revenu par tète était d'environ 4 % pour la période 19601980, contre moins de 1 % dans les années 1990. Le taux de chômage, lui, suit une tendance inverse à celle du revenu par tête et augmente constamment. Les statistiques les plus fiables dont on dispose à cet égard concernent le milieu urbain et remontent au début des années 1980. Elles montrent une détérioration constante de la situation, avec un taux de chômage qui passe d'environ 12 % en 1980 à 18 % en 2004. Les taux de chômage des jeunes et des diplômés du supérieur sont encore plus élevés et augmentent eux aussi (Profil Pays: Maroc, 2004 ). Contrairement aux résultats susmentionnés, l'économie marocaine a réalisé des perfonnances spectaculaires en tennes

d'inflation et d'équilibre des comptes publics et extérieurs. Ces résultats, bien que moins parlants au grand public, sont fondamentaux pour les perspectives de développement et la capacité du pays à relever les défis futurs. Durant les années 1970, l'inflation a pris un envol inquiétant, flirtant à plusieurs reprises avec les 2 chiffres. Dès le milieu des années 1980, la tendance s'est inversée et a ramené le taux d'inflation à moins de 2 % en 2003. Un niveau presque incompressible. De son côté, le déficit public, même s'il reste non négligeable, a connu une résorption continue et est passé d'environ 10 % au début des années 1980 à un peu plus de 3 % en 2004. Enfin, le solde du commerce extérieur reste négatif: mais s'améliore depuis plusieurs années. Comme on le voit, le bilan économique est contrasté. Mais! Malgré la déception légitime suscitée par les résultats de la croissance et du chômage, le fait d'avoir renoué avec les équilibres
-

macroéconomiques fondalnentaux est de bon augure pour l'économie.
Si ces équilibres sont maintenus, des conditions nécessaires (mais pas nécessairement suffisantes, malheureusement) seront réunies pour que l'économie marocaine retrouve le chemin de la croissance et de l'emploi et puisse relever les défis futurs. Et des défis, il y en a ! Des défis pour l'économie marocaine Le Maroc a adhéré à l'accord général sur les tarifs et le commerce (GATT) en 1987. Il est membre de l'organisation mondiale du commerce (OMC) depuis sa création en 1995. Dans ce cadre, plusieurs efforts ont été engagés afin de libéraliser le commerce extérieur du pays. Le Maroc a abandonné l'imposition de restrictions quantitatives sur les importations de la majorité des produits. Il a également réduit les tarifs douaniers appliqués aux produits non agricoles et aboli la plupart des subventions. Dans le cadre de ses engagements multilatéraux, le Maroc est appelé à faire davantage de concessions au niveau des produits agricoles et des services. La libéralisation du commerce des produits agricoles revêt une importance particulière pour le pays. L'agriculture représente en effet quelque 16 % du PIB et occupe à peu près 40 % de la population active. Il est,. en outre, fort probable que d'autres aspects liés au commerce international et qui n'ont pas encore fait l'objet d'accords fassent partie de l'agenda des négociations futures. La fin de l'accord textile et vêtement (ATV), au début de l'année 2005 s'est traduite par une intensification de la concurrence 14

internationale dans les branches concernées. Cette concurrence provient principalement des pays à faible coût salarial et à forte productivité tels que la Chine et l'Inde. Les deux branches concernées occupent une place de choix dans l'industrie manufacturière au Maroc. Leur part dans les exportations manufacturières, qui n'excédait pas 26 % en 1980, dépasse aujourd'hui 43 %. Ces branches occupent, par ailleurs, quelque 34 % des employés de l'industrie manufacturière et doivent, pour survivre, être compétitives sur les marchés internationaux. L'accession de plusieurs pays d'Europe centrale et orientale (PECO) à 1'Vnion européenne (VE) leur offre un avantage certain en tennes de commerce et d'investissement direct étranger (IDE). Cet avantage est source d'inquiétude pour les pays sud-méditerranéens comme le Maroc, dont les exportations sont principalement orientées vers 1'VE. En 2001, plus de 75 % des exportations marocaines ont été réalisées avec les pays de l'VE, contre 64 % seulement en 1994.1 Les investissements directs étrangers réalisés au Maroc proviennent aussi majoritairement des pays de I'VE. En dépit de leur volatilité, les IDE en provenance de l'VE ont toujours dépassé 50 % du total au cours des années 1990.2

À propos de l'ouvrage
L'idée qui sous-tend ce livre est que l'économie n'est pas un objectif intrinsèque, mais un moyen pour améliorer le bien être social. 3 Elle doit apporter des solutions aux problèmes majeurs comme l'emploi, la pauvreté et la cohésion sociale. Son fonctionnement doit, à cet effet, être basé sur des structures qui lui permettent de profiter au mieux des ressources du pays et des changements de son environnement national et international. L'objectif du livre est donc d'évaluer si les structures fondamentales de l'économie marocaine lui pennettent de faire face à ces défis. Sa contribution est à la fois académique et économique. Il reflète notre désir de contribuer à une réflexion rigoureuse sur
1 La part des exportations marocaines vers les Etats-Unis est, globalement, stable et avoisine les 6 %. La part des exportations marocaines vers les pays asiatiques, par contre, tend à décliner. Elle est passée de 18 % en 1994 à Il % en 2001.
La

2

part des IDE en provenance des Etats-Unis est beaucoup plus faible et est

passée de 10 % en 1994 à 6 % en 1999 puis 3 % en 2000 3 Cette assertion, pourtant évidente, ne se reflète pas toujours dans l'analyse économique contemporaine. 15

l'économie marocaine. Une réflexion qui tient compte du passé, du présent et de l'avenir du pays. Nous voulons participer au chantier de développement économique et social initié au Maroc. Nous pensons aussi que, pour peu que toutes les énergies soient canalisées autour de ce chantier, il pourrait prendre plus de vigueur et offrir à l'ensemble de la société l'opportunité de s'épanouir et de se dépasser. Ce livre n'a, cependant, ni l'ambition ni les moyens de répondre à toutes les questions relatives à l'économie marocaine, ni même d'apporter des réponses définitives aux questions qui y sont posées. La connaissance résulte de l'accumulation et de la capitalisation des résultats des uns et des autres. Contenu du livre Le livre adopte une approche analytique et quantitative basée sur les outils modernes de l'analyse macroéconomique. Il pose les questions (d'où le pluriel de "questions" dans le titre) pertinentes qui pennettent d'identifier les détenninants structurels des perfonnances économiques du Maroc. Une analyse comparative par rapport à des pays similaires est menée dans chaque chapitre. L'ouvrage veut aussi être un outil pédagogique pennettant à des chercheurs ou autres responsables d'actualiser l'analyse ultérieurement ou de l'appliquer à d'autres pays en développement. Nous avons donc décidé, dans cette optique, d'expliquer les outils utilisés de façon simple et pratique, dans chaque chapitre, avant leur application au cas marocain. L'ouvrage s'adresse aussi bien à des décideurs et chercheurs qu'à des enseignants de l'économie marocaine ou, plus généralement, de l'économie de développement. Etant donné son importance panni les détenninants du bienêtre social, la croissance économique constitue la question clé autour de laquelle le livre est structuré. Le livre est divisé en 4 grandes parties. La première partie évalue le rôle des différentes facettes de l'économie (composition sectorielle, disponibilité des facteurs de production et environnement institutionnel) dans le processus de croissance au Maroc. Ces différentes facettes sont ensuite analysées en profondeur pour comprendre leur contribution, modeste ou importante, à la croissance. La deuxième partie se penche sur le rôle des secteurs économiques (agriculture, industrie et services). Cette analyse inclut la structure des secteurs, leurs perfonnances et les détenninants de ces perfonnances, y compris l'environnement réglementaire. La troisième partie traite des facteurs de production 16

(capital humain et capital physique) et examine dans quelle mesure leur qualité et leur disponibilité affectent le processus de croissance. La quatrième partie est dédiée au rôle des politiques économiques et des institutions. Outre les politiques commerciale et de change, nous étudions l'impact des institutions et de la gouvernance sur les perfonnances économiques. Une conclusion générale tirera les principaux enseignements de notre analyse.

17

Chapitre 1. Sources de la croissance
1. Introduction
La croissance économique est un des objectifs fondamentaux de la politique économique. C'est une condition nécessaire à la création d'emplois et l'amélioration des niveaux de vie de la population. Un point de croissance économique de plus ou de moins chaque année, cumulé sur une longue période, peut avoir des implications considérables sur les trajectoiresde développement des pays. En effet, alors qu'il faut quaranteans pour doubler le produit intérieurbrut si le taux de croissance annuel moyen est de 1,7 %, un taux de 2,7 % requiert une durée de 26 ans et avec un taux de 5 %, ce même objectif est atteint en 14 ans seulement. Il devient, dès lors, extrêmement important de comprendre les facteurs qui expliquent les écarts entre les taux de croissance à long tenne 4. La croissance économique enregistrée au Maroc ces 25 dernières années a été faible, très instable et inférieure aux niveaux projetés. Pourquoi? Qu'est-ce que le Maroc peut faire au juste? Qu'est-ce qui, dans la 'nature du Maroc' peut expliquer une telle situation? Quand on commence à réfléchir à de telles questions, il devient difficile de penser à autrechose (Lucas, 1988). Ce chapitre analyse les sources macro-économiques de la croissance marocaine. Il a aussi pour objet d'identifier les spécificités de l'expérience de la croissance au Maroc en comparaison avec celle des autres pays du Moyen-Orient et du Nord de l'Afrique (MENA). Le travail réalisé par Makdissi et al. (2006) a fait ressortir que, dans la région MENA, le capital est moins efficient que dans les autres régions du monde. L'effet 'pervers' des ressources naturelles y est aussi plus prononcé, l'ouverture commerciale génère moins d'effets positifs sur la croissance et la volatilité de l'activité économique est à l'origine d'effets indésirables sur la croissance. Ce travail a également montré que la productivité totale des facteurs ne représentait pas une source de croissance économique importante dans la région. Le présent chapitre examine le positionnement du Maroc par rapport aux spécificités de la région MENA. Il tente également de

4

Pour une discussion plus longue, voir Barro et Sala-i-Martin (1995)

détenniner les autres particularités de l'expérience de croissance au Maroc. Le reste du chapitre est organisé comme suit. La section 2 présente une analyse descriptive du profil de la croissance économique au Maroc depuis 1960. Elle pennet d'identifier les souspériodes 'pertinentes' pour l'analyse de la croissance au Maroc. La section 3 applique la méthodologie de la comptabilité de la croissance pour évaluer la contribution des facteurs de production (travail et capital) et de la productivité totale des facteurs (PTF) à la croissance. La section 4, qui s'inspire des développements récents de la recherche empirique sur la croissance, propose une analyse économétrique qui pennet d'identifier les détenninants fondamentaux de la croissance économique au Maroc. La section 5, enfin, présente les principales conclusions du chapitre.

2. Analyse descriptive
Le graphique 1.1 présente le taux de croissance annuel du revenu par tête au Maroc et dans la région MENA. 5 En ce qui concerne le Maroc, trois sous-périodes peuvent être distinguées, selon le comportement de ce taux de croissance. La première sous-période s'étend du début des années 1960 au début des années 80. Elle se caractérise par des taux de croissance positifs à fluctuations modérées. La seconde sous-période, du début des années 80 au début des années

90, fait apparaître des taux de croissance négatifs, avec des
fluctuations plus fortes que celles enregistrées dans la première souspériode. Enfin, la troisième sous-période, à partir du début des années 90, est marquée par une volatilité encore plus grande des taux de croissance annuels du revenu par habitant. Cette même périodisation a été adoptée dans le reste du chapitre. Pour la dernière période, nous distinguerons, toutefois, les années 1990 et 2000, afin de mettre en évidence la dynamique récente de la croissance économique au Maroc. Le tableau 1.1 présente une sélection d'indicateurs au Maroc et dans la région MENA, pour les sous-périodes retenues. Honnis la légère amélioration du début des années 2000, les taux de croissance du revenu par tête au Maroc et dans la région MENA ont baissé dans
5 Pour des raisons de disponibilité des données, la région MENA est, dans ce chapitre, limitée à l'Algérie, l'Egypte, l'Iran, Israël, la Jordanie, Oman, la Syrie et la Tunisie 20

les

trois

sous-périodes.

La

croissance

enregistrée

au

Maroc

est

constamment

inférieure

à

celle

du

MENA

et

sa

volatilité

est

plus

élevée,

particulièrement

depuis

les

années

1980.

Graphique

1.1

Taux

de

croissance

du

revenu

réel

par

tête

20

15

10

~ ...
" " " ~ =

5

"i.
U

0

-5

-10

-15

Année

Source:

Calcul

propre

à

partir

de

la

«Global

Development

Network

database»

2005.

Le

tableau

1.1

présente

une

sélection

d'indicateurs

au

Maroc

et

dans

la

région

MENA,

pour

les

sous-périodes

retenues.

Honnis

la

légère

amélioration

du

début

des

années

2000,

les

taux

de

croissance

du les

revenu trois

par

tête

au

Maroc La

et

dans croissance

la

région enregistrée

MENA

ont au

baissé Maroc

dans est

sous-périodes.

constamment

inférieure

à

celle

du

MENA

et

sa

volatilité

est

plus

élevée,

particulièrement

depuis

les

années

1980.

La

pression

démographique

est

une

des

raisons

souvent

avancées par tête

pour au

justifier Maroc. Un

la

faiblesse examen

du attentif

taux

de des

croissance données

du pennet

revenu de

relativiser

la

portée

d'une

telle

explication.

En

effet,

la

croissance

de

la cours

population des trois

au

Maroc sous-périodes.

s'est

inscrite Dans

dans la région

une

tendance MENA,

à la

la

baisse croissance

au

démographique

a

augmenté

pendant

la

seconde

sous-période

avant

de

fléchir

dans

la

troisième,

mais

reste

supérieure

à

celle

du

Maroc.

La

21

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.