//img.uscri.be/pth/8c5cc86287c8758f722727139bfebf05eff526c6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'identité des marchés financiers

De
280 pages
Le premier objectif de ce livre est d'inciter les épargnants à s'intéresser aux principaux mouvements des marchés financiers. Ces derniers sont en effet porteurs d'enseignements potentiels dignes d'intérêt : ils offrent des opportunités d'investissements conséquentes. Dans le même temps, une mise en garde s'impose aux épargnants et aux investisseurs car manipulations et dérives sévissent sur ces marchés dont il ne faut pas minimiser les risques intrinsèques.
Voir plus Voir moins
Philippe Gallot
L’identité des marchés financiers Conseils aux épargnants actifs
L’identité des marchés financiers
Philippe Gallot L’identité des marchés financiers
Conseils aux épargnants actifs
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11503-0 EAN : 9782343115030
À ma famille
INTRODUCTIONPas un GPS, une simple boussole
Tel Janus. "Le Marché", supposé infaillible à l’instar d’un dieu vivant, est encensé et porté au pinacle par certains. D’autres, probablement la majorité, le vouent au contraire aux gémonies. Ce n’est plus alors une divinité, mais un simple "Monsieur Marché", versatile et source de bien des maux. Les faits sont têtus, il est vrai : les bénéficiaires paraissent au prime abord n’être qu’une minorité et ici-bas, l’"âge d’or" se fait attendre pour la plupart des individus. Ce n’est pas notre propos d’essayer ici d’arbitrer un tel débat qui peut vite devenir idéologique, la vérité se situant nécessairement entre ces deux visions extrêmes. Par souci de clarté, il nous paraît incontournable d’être un fervent partisan de l’économie de marché. Cette dernière permet une relativement bonne allocation des ressources, avec une confrontation permanente de l’offre et demande et des ajustements — certes parfois trop brusques, mais nécessaires — de façon à améliorer l’efficacité et le bien-être des populations sur la durée. La "main invisible" d’Adam Smith a prouvé son efficacité maintes fois dans le passé et a indéniablement contribué à la croissance à long terme. Elle est toutefois loin d’être infaillible ; la loi du marché ne peut pas être omnipotente en toutes circonstances. Un degré de régulation s’avère nécessaire, gage de tempérance, d’équité et de visibilité. La question de son dosage, passionnante et par nature politique, n’est pas l’objet de ce livre qui se consacre exclusivement aux marchés financiers. Tel Janus, ce dieu romain aux deux visages, le marché présente selon nous deux faces différentes quoique complémentaires : l’une apparente, l’autre plus cachée. Cette dimension quasi-bicéphale peut probablement s’appliquer à tous les types de marchés : notamment ceux des biens et services, du travail, de la finance et de l’immobilier.