//img.uscri.be/pth/56dcf2a5fed793ca305bdeb83a26220effae698e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La France handicapée du calcul

De
25 pages
PISA 2012, PIAAC 2013, etc. : à chacun de ces classements internationaux évaluant les compétences en littératie et en numératie des jeunes et des adultes, la France se retrouve au dernier rang. Comment s'imposer dans l'économie globalisée quand près de 60% des adultes français ne maîtrisent ni la proportionnalité, ni l'utilisation d'un tableur ? Les solutions à l'innumérisme existent pourtant.



25ème/65 : tel est le classement PISA 2012 de la France, derrière la Slovénie, la République tchèque, l'Irlande, etc. Dans le détail, les performances en littératie et numératie des jeunes Français âgés de 15 ans, mesurées par PISA, sont parmi les plus mauvaises des pays de l'OCDE : 50% des jeunes Français présentent des difficultés en calcul quand 10% sont en très grande difficulté, etc.



La faute à un système éducatif à deux vitesses : 20 places d'écart entre les meilleures élèves français en maths et les moins bons, en 2012. Et l'OCDE de conclure dans un rapport : "Le système éducatif français est plus inégalitaire en 2012 qu'en 2003..."



L'Education nationale est pourtant au fait des difficultés rencontrées par les jeunes Français, notamment en mathématiques : l'étude de la DEPP (Direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance) de 2008 confirmait les tendances observées par les études PISA depuis 1987 ! Et pourtant, rien n'a été entrepris pour remédier à cette situation.



Ces mauvais résultats se retrouvent également chez les adultes : c'est ce que confirme l'étude PIAAC 2013, évaluant les compétences en littératie et numératie des individus de plus de 15 ans parmi les pays-membres de l'OCDE. Ainsi se multiplient les témoignages de ce type : "Je suis inspectrice des impôts, et j'ai été obligée, à 32 ans, de me mettre au produit en croix, après avoir passé et réussi le concours des impôts"...



Pendant ce temps, l'Allemagne rattrape son retard par rapport à la France, la dépassant systématiquement depuis 2000 dans ces études internationales. Parallèlement, l'Allemagne ne cesse d'améliorer ses performances économiques, comparé à la France. Un constat s'impose : la corrélation entre le taux d'innumérisme et le taux de chômage dans les pays développés.



S'attaquer à l'innumérisme doit être l'une des priorités de la France, si celle-ci souhaite sauver son économie. Les solutions existent et sont faciles à mettre en oeuvre. Il est temps que les travailleurs français s'attaquent au marché du travail armé des compétences requises. Selon le sociologue américain Michael Hendel, entre 68% et 94% des postes de travail requièrent des compétences de base en mathématiques en 2013. L'effort en France doit être fait !


Voir plus Voir moins

Michel Vigier

LA FRANCE HANDICAPÉE DU CALCUL

Vaincre l’innumérisme pour sortir du chômage

Copyright

Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05

www.editions-eyrolles.com

Talmont Media SAS
83, rue Crozatier
75012 Paris

www.atlantico.fr

En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du Droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.

© Groupe Eyrolles, Atlantico, 2014

ISBN : 978-2212-86929-3

Sommaire

Mots-clés

Ces mots, à racine bien française, reviennent après un petit détour par l’anglais américain et le français du Québec :

Littératie : ensemble des connaissances et compétences de base requises pour utiliser l’information écrite (en anglais, literacy).

Numératie : ensemble des connaissances et compétences de base requises pour conduire un calcul (en anglais, numeracy).

Illettrisme : situation, susceptible d’évolution, des sujets dont la littératie est insuffisante.

Innumérisme : situation, susceptible d’évolution, des sujets dont la numératie est insuffisante.

Prologue

Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’École de la République :

Code de l’Éducation, Article 9, L. 121-2. : « La lutte contre l’illettrisme et l’innumérisme constitue une priorité nationale. Cette priorité est prise en compte par le service public de l’Éducation, ainsi que par les personnes publiques et privées qui assurent une mission de formation ou d’action sociale. Tous les services publics contribuent de manière coordonnée à la lutte contre l’illettrisme et l’innumérisme dans leurs domaines d’action respectifs ». JO 09/07/2013

Ce premier pas de l’État, l’Association pour la prévention de l’innumérisme (API), créée en 2009, l’appelait de ses vœux, après avoir convaincu le ministère de l’Éducation nationale (2010-2011) d’utiliser le terme d’« innumérisme » en lieu et place du mot « dyscalculie », qui avait une connotation médicale évidente de pathologie incurable. Ainsi, Madame Françoise Laborde, sénatrice de la Haute-Garonne et vice-présidente de la Délégation aux droits des femmes, membre de la Commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication, ancienne professeure des écoles, a permis l’introduction d’un amendement à la loi qui permet de nommer enfin officiellement ce mal, qui handicape très lourdement le pays, mais dont on peut guérir relativement facilement. Qu’elle en soit, ici, remerciée, au nom de tous ceux qui ont eu des difficultés avec les mathématiques et de ceux qui luttent pour en faciliter l’apprentissage.