La gouvernance, une affaire de société

De
Publié par

Ce livre étudie les conditions optimales d'organisation et d'animation de la décision administrative dans le cadre de la gouvernance d'une cité, en situation de diversité sociale et culturelle. Il montre, à partir de l'étude statistique sur une longue période, que la performance de la structure du gouvernement de la cité est fonction du degré de traçabilité du mythe fondateur de la société dans laquelle elle se trouve, dans l'organisation et l'animation de la décision administrative.
Publié le : samedi 1 mai 2010
Lecture(s) : 88
EAN13 : 9782296253506
Nombre de pages : 241
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat


j+ 139:/62+2-/0 92/ +00+(6/ ./ 73-(L8L

CollectionGouvernance et société
Dirigée par EmmanuelOKAMBA

Cette collection s'intéresse à l'analyse des processus, desdynamiques de
changement liéeauxréflexions, auxidées, auxdébats théoriquesetaux
actions pratiques sur l’organisationet lepilotage delaperformance des
systèmesde gouvernance dela cité etdes organisationsdansuncontexte
de diversité culturelle.Elle épouseune démarchetransversale des
sciences socialesethumaines.

,,+29/+ *+,,+

j+ 139:/62+2-/0 92/ +00+(6/ ./ 73-(L8L
2++87/ ,88'(9,L86(59/ ./ ++ 4/6036,+2-/

9,G,/+98/96

Contrôle deGestionetGestiondesRessourcesHumaines, ÉditionsPublibook,
Paris,2004
Concurrence etCompétitivité dans laCaraïbe, ÉditionsPublibook, Paris,2005

Coauteur de :
Entrepreneuriatet innovation.Sous la directiondeCélestinMAYOUKOUet
ClaudineRATSIMBAZAFY,Édition L'Harmattan,Paris,2007
Analysesetcontroversesengestiondes ressourceshumaines.Sous la directionde
ClaudePIGANIOL-JACQUET,Édition L'Harmattan,Paris,1994

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN:978-2-296-11582-8
EAN:9782296115828

Sommaire

Avant propos..................................................................................................11
Introduction: Éthique deladécisionadministrative......................................13
Chapitre I: La dimension conséquentielle:l’efficacité..................................25
Section I:La gouvernance sociale .................................................................27
A-Le conceptde gouvernance......................................................................27
1)L’échellepatrimonialiste dela Banque Mondiale.....................................29
2)Lesformesde gouvernance.......................................................................31
B-Les limitesdumodèle...............................................................................32
1)Lesfondements téléologiques ...................................................................32
2)Lecadre conceptuel ...................................................................................34
SectionII:La gestiondela diversitésociale.................................................35
A-Les modèlesdefragmentation sociale......................................................36
1)Lemodèle essentialiste..............................................................................36
2)Lemodèle évolutionniste..........................................................................37
3)Lemodèlematérialiste..............................................................................37
B-L’anti-tribalismeou«L’AfricanRenaissance».........................................38
1)La diversitésocialenaturelle:latriadetribale congolaise.........................41
2)L’instrumentalisationdelatribu................................................................43
3)Le déséquilibre delastructure administrative...........................................43
SectionI:Lesyndrome des roisduKongo ....................................................51
A-Lastructure dugouvernementduRoyaume duKongo ............................52
1)La corruptiondumythefondateurdel'État ...............................................57
2)Leseffetsdélétèresduprocessusd’acculturation......................................61
B-Lanaissance del'ÉtatduCongo:lerôle ambigudutraité deM’bé..........65
1)La «parole» duroi trahiepar l’espritdu«texte » dumarin .......................67
2)Lastructure dugouvernement duRoyaume desTéké..............................75
Section II:Laquête de l’immortalité duchef................................................79
A-Lastructure dugouvernement de la chefferie..........................................79
1)Lalégende deNdinga................................................................................79
2)L’organisationdela courdeNdinga.........................................................82
B-Lastructure dugouvernementdela chefferie...........................................83
1)Lescritèresderecrutementdeschefs modernes........................................84
2)L’animisme confronté àlareligionchrétienne..........................................86
Chapitre III : La dimension téléologique:l’effectivité..................................89
SectionI:L’avortementdela démocratie......................................................92
A-Lesconfédérations syndicalesduCongo..................................................93
1)La ConfédérationGénéraleAfricaine duTravail (CGAT)........................93
2)La ConfédérationAfricaine desTravailleursCroyants (CATC)...............93

7

3)La ConfédérationCongolaise desSyndicatsLibres (CCSL) ....................93
B-Lapolitisationdes syndicats ouvriersetdel’armée.................................94
1)Latrilogie déterminante:leprincipe des«3co».......................................95
2)L’échiquier syndicalactuelduCongo .......................................................97
SectionII: L’échec delarévolutiond’août 1963..........................................98
A-Lescourants idéologiquesduCongoavant 1960.....................................98
1)LePartiProgressisteCongolais (PPC):le communisme...........................98
2)LeMouvementSocialisteAfricain (MSA):lasociale démocratie............99
3)L’UnionDémocratiquepour laDéfense desIntérêtsAfricains (UDDIA):
lelibéralisme................................................................................................100
2)Larévolution ouvrière confisquéepar le Socialisme bantou...................108
3)LeMouvementNationaldelaRévolutionet sescontradictions ............110
4)L’échec duPartiCongolaisduTravail (PCT) .........................................118
5)Lesacrifice duprésidentMarienNGOUABI..........................................132
ChapitreIV:La dimension morale et spirituelle..........................................135

SectionI:La gauchelibérale et sescontradictions ......................................139
A-LeComitéMilitaire duParti(CMP):le «liquidationisme».....................139
1)Laliquidationdusocialismescientifique................................................140
2)Laliquidationdupatrimoine économique etcultureldela cité..............146
B-L’avortementdulibéralisme...................................................................147
1)Les principesdela gouvernance desentreprises .....................................147
2)L’échec des options libérales...................................................................151
SectionII: Latribucratie et la «science».....................................................155
A-LaConférenceNationale Souveraine:uneparodie dejustice................155
1)L’échec de lapalabrenationale...............................................................159
2)L’échec des règlementsdescomptesdans la «transition»......................161
3)Leretourengrâce dupouvoir militaire...................................................166
B-Leretouraupouvoirdu«socialisme bantou».........................................167
1)Le «tribulogue» et le feu..........................................................................167
2)Les milices tribales:les nouvellesguerresciviles ...................................173
C-Leretouraupouvoirdela gauchelibérale..............................................180
1)Les incertitudesde «lanouvelle espérance »..........................................180
2)Les promessesdu«chemindel’avenir»..................................................194
SectionI:L’instabilité dela gouvernance...................................................201
A-L’instabilité constitutionnelle:leparjurepermanent ...............................201
1)Lerégimeparlementaire..........................................................................202
2)Lerégimeprésidentiel .............................................................................202
B-L’instabilité gouvernementale................................................................203
1)La fonction d’Autorité .............................................................................203
2)La fonction deDevoir..............................................................................204
3)La fonction duPouvoir ............................................................................209

8

4)Le déficit de gouvernancesociale...........................................................213
C-Lesdéterminantsculturelsdelastructure dugouvernement ..................214
1)L'équivalenceorganisationnelle(EO):l’efficacité..................................214
2)La compensationdistributive(CD):l’efficience.....................................214
3)Le contrôlerégulation (CR):l’effectivité...............................................216
SectionII:Les structuresdugouvernement.................................................220
A-Lamatrice des structuresde gouvernement............................................220
1)Lastructureradicale................................................................................220
2)Lastructureintégrale...............................................................................221
3)Lastructuremarchande...........................................................................221
4)Lastructuretechnocratique.....................................................................222
B-Le déficitde gouvernancesociale...........................................................224
1)Lapromotiondela culture del’échec.....................................................225
2) Vers lastructuresouveraine de gouvernement ........................................227
Conclusion ...................................................................................................229
Annexes .......................................................................................................231
Bibliographie...............................................................................................233

9

Avant propos
Ce livreétudie les conditionsoptimalesd’organisationetd’animationdela
décisionadministrative dans le cadre dela gouvernance d’une cité, en
situationde diversitésociale etculturelle.Ilest le fruitd’uneréflexion sur
l’analyse dulienentrelaperformance delastructure d’ungouvernementde
la cité et lemythe fondateurdelasociété dans laquelle ellesetrouve.Celien
s’exprimepar latraçabilité desactesadministratifs liésàla gouvernance
dans letempset l’espace,par l’éthique dela décisionadministrative.

Nousavonscherché àmesurercelienenétudiant l’équilibre delastructure
dugouvernementdela cité etdes organisationsdans les pays oùilestfondé
sur lemythe fondateurdela «trilogie » desforces, commedans le casdu
Congo.L’étudestatistique dela compositiondugouvernementde cepays
depuis 1960, etdes résultatsde chaquestructure dans la gestiondes plansde
développementéconomique,montre commentcemythe fondateur rythmela
décisionadministrative dans letempset l’espace.

Danscepays, auxprisesaveclescontreperformanceschroniques,
l’organisationet larégulationdela décisionadministrativepar lestatutdes
membresdela diversitésociale,suit l’ordre dela fragmentation sociale naturelle
de la population et conduit à la formation d’une structure gouvernementale de
type ordinaire; alors que l’organisation et la régulation de la décision
administrative par le contrat, suitun ordre de fragmentation sociale alternatif, et
contribue àlaformationdelastructure gouvernementale d’union nationale.La
tensionentre cesdeuxmodesd’organisationetd’animationdela décision
administrative,rythmeles ruptureset lescontinuitésdela décision
administrative dans la gouvernance dela cité,mettanten péril laperformance
durable dela cité etdes organisations.Elleserésout parunestructure
souveraine équiproportionnelle, ayantune fortetraçabilité aveclemythe
fondateurdelasociété, et susceptible de généreruneperformancesoutenable.

EmmanuelOKAMBA
Avril2010

11

Introduction: Éthique dela décision administrative

Celivreprésente l’étude des conditions optimalesd’organisationet
d’animationdeladécisionadministrative dansuncontexte de diversité
sociale etculturelle, envue d’améliorer laperformance durable dela
structure dugouvernementd’une citéoud’uneorganisation.

Laperformance durablereprésentelesgainsgénérés par lastructure dela
gouvernance dans le cadre dudéveloppementdurable,résultantde
l’harmonie des orientations stratégiquesentreprises parunEtatet sesautres
formesd’organisations pourassurer lesbesoinséconomiqueset sociauxdes
citoyensd’aujourd’hui sans compromettrela capacité des générationsfutures
àsatisfaireles leurs.Cette notion qui réactualise la notion de responsabilité
1
sociale del’entreprise(RSE), a été définie parH.R.BOWEN(1953) ,
comme la possibilitépour lesdirigeantsdes organisationsd’intégrer par
leursdécisionsadministratives,les préoccupations sociales, économiqueset
environnementales surunebasevolontariste.Laprise de conscience à
l’échelleplanétaire dela RSEpar lesEtats,s’est affirmée depuis le rapport
Brundtland (1987) puis les conclusions de la conférence deRio (1992), et
enfin, leSommet duMillénaire organisé par l’Organisation desNations
Unies (ONU) àNewYorken septembre2000,quidéfinithuit objectifs du
développementduMillénaire(OMD)d'icià2015:réduire de moitié
l’extrême pauvreté et la faim;assurer l’éducation primairepour tous;
promouvoir l’égalité des sexeset l’autonomisation des femmes; réduire la
mortalité des enfants de moins de 5 ans; améliorer la santé maternelle;
combattreleVIH/SIDA,lepaludisme etd’autres maladies, assurerun
environnementdurable;et mettre en placeun partenariat mondial pour le
développement.

Mais,mêlant les logiquesdel’économie del’environnement, fondées sur la
possibilité de générerune croissanceéconomique,malgrélapréservationdes
ressources naturelles, avec cellesdel’économie écologique,privilégiant
l’interactionentrelesocial,l’économique et l’environnementcomme facteur
dubienêtre dans lamesureoù, elleréduit les inégalitésetcontribue à
protéger lanature,la RSEn’apasclarifier les indicateursdelaperformance

1
BROWEN H.R.(1953):SocialResponsabilities ofthe Businessman,NewYork, Harper&
Row,1953

13

2
durable(B.BURGENNEIER (2005) ).Ce mélange delogiquesarendu
inopérantela RSE dans lamise en œuvrevolontariste d’un reportingsocial,
économique etenvironnemental par lesagentséconomiques
34
(M.RUBINSTEIN(2006),J.P.GONDetJ.IGALENS(2008) ).Dans
plusieurs pays,lelégislateurest intervenupourfixer par laloi,les
indicateursdeperformance durable et lereportingsocial, économique et
environnemental.EnFranceparexemple,selon l’article116delaloi sur les
NouvellesRégulationsÉconomiques (loi n°2001-420du15mai2001),les
sociétéscotéesenbourse doiventfaire apparaître, dans leur rapportannuel,
des informations«sur lamanière dont la société prend en compte les
conséquences sociales et environnementales de son activité».D’après
5
M.RUBINSTEIN(2006)dès2004:«En moyenne,une société duCAC40
est présente dans2,3des cinq indicesboursiers socialement responsables».
Aujourd’hui,la quasi-totalité des entreprises duCAC40ont intégréles
indicateursdela RSE dans lepilotage deleur performance.

Dans lesautresformesd’organisations, émergeprogressivement lanotion
plus mesurable delaperformancesoutenable,quiconsiste àprendre en
comptel’influence del’ensemble desfacteursgénérateursdes rendements
décroissants (inégalités sociales,stratégiesd’enracinementdesagents,
pollutionsenvironnementales,….)dans lepilotage delastructure du
gouvernentdans letempset l’espace.Lorsqu’elleseréalise,laperformance
soutenableindiquequelaResponsabilitéSociétale del'Étatetdes
Organisations (RSEO)est soutenable, c'est-à-direquelesdécisions
administrativesconcourentaubienêtre desgénérationsactuelles sans mettre
en péril, celuidesgénérationsfutures,notammentdans lesdomaines:
-économiqueoùl'Étatet lesautresformesd’organisations mettenten œuvre
les systèmesde gouvernanceefficients pour mieuxdiriger leur structure,afin
d’assurer leur pérennité encréantdavantage derichesse etenaméliorant leur
solvabilité;
- socialeoùl'Étatet lesautresformesd’organisationsaméliorent
l’effectivité deleur structure endéveloppant les meilleursconditionsde

2e
BURGENMEIER B. (2005): Économiedudéveloppementdurable,2Ed.Deboeck,
Bruxelles,2005,p.5
3
RUBINSTEIN M. (2006):Le développementdelaresponsabilitésociale del’entreprise :
Une analyse en termesd’isomorphismeinstitutionnel, Revue d'Économie Industrielle,n°113,
p.83-105
4
GOND JP,IGALENS J(2008):Laresponsabilitésociale del’entreprise.Ed.PUF,Paris
2008
5
RUBINSTEIN M. (2006)): Idem

14

travaildes travailleurs,lesdroitsdel’homme dans leur gestion et à réduire
les discriminations;
-environnemental oùl'Étatet lesautresformesd’organisationsdéveloppent
des structuresefficaces permettantdemieuxconsommer sans polluer
l’espace,afin de maintenir constant l’équilibre entrelanature et leshommes.

Laperformance est non soutenable,lorsquelesdécisionsadministrativesdes
dirigeantsaccroissent les inégalitésentrelesgénérationsactuelles, et mettent
en péril le bienêtre desgénérationsfutures.Dansce cas,la Responsabilité
Sociétale del'ÉtatetdesOrganisationsestengagée auxniveauxmoral,
éthique, économique,socialet juridique.

Le gouvernement des organisations quiévaluelaperformance des systèmes
de gouvernementdansuneperspectivenormativevisantàles réformer,s’ils
sontdéfaillants et perfectibles (G.CHARREAUX(1997),GOMEZP.-Y.
6
(1995) ),permetd’étudier laperformancesoutenable dela cité etdes
organisations.Dansce cadre,la décisionadministrativepeutêtre définie
commeunchoixfait parune autorité assermentée, pour organiser, planifier,
conduire et contrôler lesactivitésd’une citéoud’uneorganisation dans la
perspective d’assurer la performance soutenable.Ellesemanifesteparun
acteécrit ouoralayant le caractère d’uneloi, d’undécret, d’unarrêté, d’un
règlement, d’unenote deservice, d’uncontrat oud’une convention.Ellese
caractérisepar sarationalitéprocédurale(lamanière dont la décisionest
prise),sarationalitésubstantive(lemodèle d’optimisation pour obtenir le
résultatattendu), et sarationalitémorale(l’adéquationaveclavaleur
éthique), établissant sonharmonie avecl’éthique contenuedans lemythe
fondateurdelasociété dans laquelle elle est prise.

Étudier laperformancesoutenable dela cité etdes organisations par la
RSCO, àpartirdel’éthique dela décisionadministrative, consiste à
connaître età appliquer les normesdelanatureoudelaraison,permettant
d’entreprendre cequelasociété considère commelégitime de faireparceque
générateurdes rendementscroissants, etàs’interdire d’accomplircequ’elle
considère commeillégitimeparcequegénérateurderendements
décroissants;detellesortequela gouvernance estuneaffaire de société.

Dans ce sens, la performance soutenable desdécisionsadministratives
permetde définir lemythe fondateurd’unesociété commeune histoire
populaire àportéereligieuse,ayant pourvocationd'expliqueràses membres

6
GOMEZP.-Y. (1995): «Des règlesdujeupourunemodélisationconventionnaliste»,Revue
Française d'Économie,VolX,3,pp. 137-171

15

les loisdel'organisationetdufonctionnement performantdela gouvernance,
ainsi quelesensdelavie administrative dela cité etdes organisations, à
travers lesactionsd’un leader, héros quiamarquéla conscience collective
par laperformance deson leadership.Lemembre delasociétéqui suitcette
histoiretente d’imiterce héros,pourdevenir symboliquementcepersonnage,
afin demarquer àjamaiscommelui,la conscience collective par la
performance de ses actions.Cehéros sertdemodèle àtous les membres qui
croient,non pasàlavéracité des faitshistoriques qui traduisent la
connaissancevéhiculéepar lemythe,maisausensallégorique dumessage
transmis par lasymbolique de cette histoirepour modeler, animeret piloter
lesystème de gouvernance, àpartirdesvaleurséthiques qu’ilcontient.
Alors,lesdécisionsadministrativesdel’héros revêtent troisdimensions
complémentaires: conséquentielle, déontologique et téléologique.Dans la
première dimension,leschoixdel’héros sontessentiellementutilitaristes.
Ils permettentd’évaluer lajustesse deson comportementuniquement sur les
conséquences qu'ilentraîne.C’est leprincipe d’efficacité del’éthique.La
deuxièmenature définit lajustesse deschoixduhéros sur le principe
denonagression oudenon nuisance desesactes.C’est leprincipe del’efficience
del’éthique.Latroisièmenatureveut queleschoixdel’héros soient
conformesaucomportementhumainadmisdans lasociété, cequiest la
finalitépropre delanormeéthique.C’est leprincipe del’effectivitéoude
l’utilité del’éthique.Ces troisdimensionscaractérisent leprocessusde
rationalisationdela décisionadministrative,inscritdans lemythefondateur
delasociété, et rendentcompte des rupturesetdescontinuitésdela
performance dela décisionadministrative.

L’analysestructuraliste des organisations, étudieleprocessusde
7
rationalisationdes mythesdepuis les travauxde G.DUMÉZIL(1958) .Cet
historiendes religionset spécialiste des mythologies indo-européennesa
montré, àpartirdescomparaisons linguistiquesetdel’étude des rites
religieux,quetoutes les religionsdel’espaceindo-européen présentaientune
structure communeliéeaumythe del’Excellenceouniveaudela
performanceleplusélevépossiblequepeutatteindreunedécision
administrative.C’estcemythequiestconnudepuis l’antique Égyptesous le
nomdel’Immortalité.Ildésignela capacité d’un leaderàmarqueràjamais,
la conscience collectivepar laperformance desesactionsvertueuses.

Lastructure de cemytherépond àtroisfonctions:lafonctiondusacré etde
lasouveraineté(lePouvoir); la fonction guerrière et administrative
(l’Autorité); et la fonction de production et de reproduction (leDevoir).Ces

7
DUMÉZIL G. (1958) :L’Idéologie tripartite desIndo-Européens,Paris,Latomus.

16

trois déterminants structurent la décisionadministrative etformentun
«mythium sociétal», c'est-à-direla cellule de base dela gouvernancesociale
dont lafréquence, à chaqueniveauhiérarchique delastructure
organisationnelle del’entité administrée,permetd’évaluer la cohérence dela
distributiondesrôles (responsabilités), des tâches (activités)etdes
ressources (moyens) mobilisés par les membresdans le cadre dela
gouvernancesociale.Lorsqu’ellesereproduitharmonieusementàtous les
niveauxdela hiérarchie,l’influence de cette celluletend àrendrela décision
administrative et lesystème de gouvernement souverains, c'est-à-dire
conformesauxprédictionséthiquesvéhiculées par lemythefondateurdela
société.Lorsqu’ellenesereproduit pasharmonieusementàtous les niveaux
dela hiérarchie,l’influence de cette celluletend àrendrela décision
administrative et lesystème de
gouvernementalternatifsetcontreperformants, c'est-à-direnonefficaces,nonefficientset noneffectifs,
contrairementauxprédictionséthiquesdumythe fondateurdelasociété.

Eneffet,lemythium sociétal indo-européen setrouveprésentaussibien
dans lamythologie, dans les récitsfondateursdela Rome antique,que dans
lastructure et les pratiquesdela gouvernancesociale:
-enInde,troiscastes principales se distinguent:la castebrâhmane,liée au
sacré etcomposée deprêtres, d’enseignantsetdeprofesseurs; lakashatriya,
liéeaupouvoir temporeletcomposée duroi, deprinces, d’administrateurset
desoldats; lavaisya,liée auclanetcomposée d’artisans, de commerçants,
d’hommesd'affaires, d’agriculteurs et de bergers.Lereste delapopulation
constituelasudra,liée àlaservitude etcomposée deserviteurs;
-enEurope,lasociété del’AncienRégimese divise en troisclasses:
Oratores, classe de ceuxqui prient (le clergé),Bellatores, classe de ceuxqui
font la guerre et lanoblesse(leroi,les princes,les militaires...), et
Laboratores, classe de ceuxqui travaillent ouTiersÉtat (bourgeois,paysans,
citoyens...).

Dansces institutionsd’essenceroyale, féodaleoudémocratique,lemythium
sociétal opèreselon lemêmeprocessusde «continuité» delafragmentation
sociale,pour reproduireparcontrat ouparhérédité, àtous leséchelons,le
modèle del’ordonnancementdela décisionadministrative dans la
distributiondesfonctionsduPouvoir, del’Autorité etduDevoirentreles
8
membresdelasociété.P.D’IRIBARNE(1989) soulignelaprégnance, dans
l’entreprise françaisemoderne, des traditions professionnelleshéritéesdu
modèle de fragmentation sociale del’AncienRégime,notammentdu
Compagnonnage,perpétuantunetraditiondelarépartitionharmonieuse des

8
D’IRIBARNE P. (1989):LaLogique del’honneur, Paris, Seuil.

17

tâchesen nobles (occupées par lamaîtrise: cadres,ingénieurs, agentsde
maîtrise)eten moins nobles (occupées par la classeouvrière:techniciens,
employés,ouvriers, compagnons, apprentis).Ilappelle «Logique de
l’honneur» cettetradition quicontinuejusqu’ànosjourset quiest«aussi
exigeante dans les devoirs qu’elle prescrit que dans les privilèges qu’elle
permet de défendre».Ilconstate en outrequelesAméricains sont«hantés
par l’image idéale ducontrat qui, passé entre des hommes libres,restejuste
parcequelaloi s’estunie àlamoralepour limiter lepouvoirduplusfort».
Il poursuiten indiquant quelesHollandais observent«une grande
objectivité, allantdepairavecune forte allergie àtoute forme depression
exercéeparunequelconque autorité».Enguise de conclusion,
P.D’IRIBARNEindiqueque«lavie en société faitconcourirunerévérence
pourdes traditions quidemeurentavecune capacité àinventeretà créer».
De cefait, biengouvernerune entrepriseou uneadministration, c’est
respecter la culturenationale dans laquelle elles’inscrit.

Dans sonanalyse delaperformance dusystème capitaliste allemand,
9
M.WEBER(1964)amontréquel’éthiqueprotestante calviniste avaitun
lienfortaveclesvaleursducapitalisme.Cette éthique,quiexpliquerait la
performance dusystème de gouvernancesociale allemand,reposesur
l’aptitude ducapitaliste àrésisteràlatentation pour nepas souiller sa foi
protestante, structurée par le mythe del’ascétismequianime et réguleles
pratiqueset les structuresdela décisionadministrative.Cetteforce est
fondéesur la doctrine delaprédestination,qui fait dutravailunDevoir sacré
par lequel le citoyen trouve les signes de son élection divine, en se
soumettant à l’Autorité ouà l’aptitude duleader à faire observer
volontairement les ordres, etàsonPouvoir ouàsonaptitude àforcer
l’obéissance.Il s’agitd’unfort lienentrelesuset lescoutumesdu
protestantisme etceuxdelasociétécapitaliste allemande,fondant lestatut
héréditaire del’employé dans la bureaucratietraditionnelle, ducharisme
personnelduleader structurant la bureaucratie charismatiqueouducontrat
liant le bureaucrate àl’organisation, àl’issue desépreuvesduconcours qu’il
aréussiesdans la bureaucratielégaleoucontractuelle.La hiérarchie fondée
sur lesusetcoutumesdelasociétéousur lapersonnalité de celui quiexerce
lePouvoiret l’Autorité,serait inefficiente,carellereposesur les qualités
subjectives dubureaucrate;alorsque cellefondéesur le contrat serait
efficiente, dufait qu’ellereposesur les qualités objectives de lasituation
organisationnelle.Dansce derniercas,lebureaucraten’obéit qu’auxrègles
impersonnellesducapitalistequidéterminent sarémunérationet sa carrière.

9
WEBER M. (1964):L'éthiqueprotestante et l'espritducapitalisme,Paris, Plon.

18

La performance de la contractualisation repose, alors sur la capacité du
capitaliste àfaire respecter les normes éthiquesdela bureaucratie.

Ordans la bureaucratie,lescontrats peuventêtreincomplets oucomplets
mêmes’ils intègrent, dans leuressence,la dynamique desdéterminants
culturelsdumythefondateurdelasociété.Les premiers sontceuxqui ne
prévoient pas l’ensemble des situations quele contratdoit résoudre(droitset
obligationsdes parties); ils sontunesource de comportements opportunistes
oud’incertitudes, dont lescoûtsditsd’agence(M.C.JENSEN,
10
W.H.MECKLINGs(1976) sontusceptiblesdenuire àlaperformance dela
décisionadministrative.Les seconds,optimaux,prévoient toutes les
éventualités; mais leurexécution n’est pas non plus totalementexempte de
coûts liésauxcomportements opportunistesdes parties.

11
AuxÉtats-Unis, T.PETERS etR.WATERMAN(1983) ontdéterminé huit
principes qui permettentd’organiseretd’animer la décisionadministrative
conduisantàlamaîtrise del’Excellence dans les organisationséconomiques,
et qui sontenharmonie avecla culture américaine:
1) prendrelepartidel'action;
2) resteràl'écoute duclient;
3) favoriser l'autonomie et l'esprit novateur;
4) asseoir la productivité sur la motivation dupersonnel;
5) mobiliserautourd'unevaleurclé;
6) s'en tenirà cequel'on sait faire;
7) préserver des structures simples et légères;
8) allier souplesse et rigueur.

Ces principes, fixés parun contrat d’objectifs entrela direction de
l’entreprise et sa base,permettent auxauteurs d’élaborerun modèle de
gouvernancesociale, fondésur septclés incluantet traitantcomme
interdépendantes septvariablesdela décisionadministrative, àsavoir:la
structure,lastratégie,lepersonnel,lestyle demanagement,les systèmeset
les procédures,lesconceptsdirecteurset lesvaleurs partagées,lesforces ou
aptitudesactuelles ousouhaitéesdel’entreprise.Lesvaleursetconcepts
partagés qui mobilisent lepersonnel renvoientaumythefondateurdela
sociétéaméricaine, celuidela compétition interindividuelle etdela
performance à court terme.Parmi lesentreprisesclasséescomme
excellentes,lesauteurscitaient: Bechtel, Boeing, CaterpillarTractor, Dana,

10
JENSEN M.C, MECKLING W.H. (1976): «Theoryofthe firm:ManagementBehavior,
Agencycostsand Ownership structure»,Journal ofFinancial Economics,3,p.345-360.
11
PETERS T.,WATERMAN R. (1983):LePrixdel’Excellence,Paris, Interdictions,1982.

19

Delta Airlines, DigitalEquipment, EmmersonElectric, Fluor,
HewlettPackard, IBM, Johnson&Johnson,McDonald’s, Procter&Gamble et3M.
Mais,sixans plus tard,laplupartd’entre
ellesenregistraientdescontre12
performances quiferontdire àT.PETERS(1988) quel’Excellence est
plutôtchaotiquequestable.Il réduit à cinq les principesconditionnant la
maîtrise à court terme du«chaos management»pardomaine d’activités:
1) lesclients:réponse à200%;
2) l’innovationg: àrandevitesse;
3) leshommes:leurdonner lepouvoir;
4) les leaders:lapassionduchangement;
5) les systèmes: adaptésauchaos.
Lamesure delaperformancesoutenable dela gouvernance exige doncque
soit prise encomptelelienentrelesvaleurscardinalesdumythefondateur
delasociété et lastructure del’organisation, afind’enapprécier lavaleur
éthique desdécisions.

Ces travaux,parmid’autres,ontcontribué à:
-démontrer quelemythe fondateurd’unesociété contientun système de
gouvernancesocialequi luiest propre, et quelaperformance dela décision
administrativerésulte del’adéquationde cesystème avecl’éthique contenue
danscemythefondateur;
-donneràl’étude des mythesfondateursdel’humanitéun statut scientifique
permettantd’observer l’influence dumythium sociétal sur les pratiques
d’organisationetdemanagementdansuncontexte de diversitésociale et
culturelle,soit par l’étude dustatuthéréditaire,soit parcelle ducontrat;
- mesurer le degré detraçabilité dulienentrelemythefondateurd’une
société et laperformance dusystème de gouvernancesocialequ’elle
promeut.Ce degré est structuré et régulé àtrois niveaux,par lesfonctions
fondamentalesdumanagement:
. organisation: entrele Pouvoiret l’Autorité,le choixdelaforme de
l’organisation structurelesforceséparsesetdistribueharmonieusement les
tâcheset les rôlesentreles membresdela diversité culturelle et sociale;
.administration: entrel’Autorité et leDevoir,le choixdusystème de gestion
assurel’équilibre des ressourcesetdesemploisentreles parties prenantes;
.contrôle: entrele Devoiret le Pouvoir,le choixdes normesquiassurent
l’équité par le contrôle et larégulation desdécisions prises par les parties
prenantes par rapportàl’éthiquepromue par lasociété.

Lastructure dumythium sociétalquien résultepeutêtrereprésentéepar le
schéma suivant, et sa dynamique analyséepar la mythiumétrie:

12
PETERS T. (1988) :Le Chaos management,Paris, Inter Éditions, p.14.

20

Contrôle/régulation

Devoir

Pouvoir

Gouvernance

Administration

Organisation

Autorité

La mythiumétrie est laméthode d’évaluation de la performance des
organisationsàpartirdeleur mythe.Elle consiste àmesurer le degré
d’harmonie entrelemythefondateurdelasociété et les pratiques réelles
d’organisationetd’animationdela décisionadministrative,misesenœuvre
dans la gouvernance de la cité et des organisations.Elle conduità distinguer
leshiérarchiesconstituéesàpartirdustatuthéréditaire, de cellesforméesà
partirducontrat.Dans lepremiercas,lesystème de gouvernancesociale est
d’essencepresbytérale(paternelle) ouféodale(maternelle).Il organise et
animela décisionadministrativesuivant lesvaleurséthiques,les principeset
les règles théocratiques ouaristocratiques,pour reproduireles pratiques
initiatiquesfermées (églises,temples,…) ououvertes (écoles,instituts,
facultésuniversitaires), lajustemesure humaineoul’équilibre delasociété,
conformémentàl’ordre cosmique, coulé dans lemoule del’ordresocial.
Dans le deuxième cas,lesystème de gouvernancesociale estd’essence
citoyenne(filiale).Il structure etanimeladécisionadministrativeselon les
valeurséthiques,les principeset règlesdémocratiques,pour reproduire,
comme dans lesystèmeprécédent,les pratiquesferméeset ouvertes,lajuste
mesure humaine dela gouvernancesociale, conformémentàl’ordre
cosmique, coulé dans lemoule del’ordresocial.

L’étudemythiumétrique delaperformance dela gouvernance dela cité et
des organisations repose alors sur troisétapes:
1)analyser longitudinalement lelienentrelastructure dumythefondateur
d’unesociété et son système de gouvernance,pour identifier les principaux
déterminantséthiquesdela décisionadministrative.L’ensemble de ces

21

déterminantsconstituelemythium sociétal, c'est-à-direun indicateur rendant
compte de:
- l'efficacitéoula cohérence dela distributiondes rôles (responsabilités), des
tâches (activités)enfonctiondes métiers, descompétencesdescatégories
socioprofessionnelles (cadres,ingénieurs, employés,ouvriers,manœuvres)
oudesclasses sociales (clans,tribus, capitalistes,prolétaires...);
- l’efficienceoul'utilisationaumieuxdes ressourcesdel’organisation;
- l'effectivitéoul’équité dans larétributiondesgainsentreles parties
prenantesdela gouvernancepar rapportàleurcontribution;
2)analyser l’intensité delafréquence dumythium sociétaldans lastructure
del’organisation,pour trouver lalogique del'agencementdesdifférents
éléments qui la composentetaniment la décisionadministrative;
3)endéduireles principes qui sous-tendent lastructure deshiérarchieset
celle dusystème de gouvernancesociale, enfonctiondudegré detraçabilité
desvaleursculturellesdumythefondateurdelasociété dans les pratiquesde
gouvernancesociale.Si latraçabilité estforteoucontinue,la gouvernance
socialeserasouveraine et performante(efficace,efficiente eteffective).Si la
traçabilité estfaibleoudiscontinue,la gouvernancesocialesera alternative et
contre-performante(inefficace,inefficiente et ineffective).

L’étude decasdela décisionadministrative dans le cadre del’organisation
etdel’animationdusystème de gouvernancesociale duCongo,nous servira
deterraind’observation.Deuxraisons motiventce choix:
-descontreperformanceséconomiqueschroniquesdela gouvernanceliées
ausyndrome des roisduKongo,marquées par l’instabilitéinstitutionnelle et
organisationnelle et la gestionchaotique des plansdedéveloppement
économique centralisés;
- la disponibilité des informations sur son modèle de fragmentation sociale,
notamment lesdonnées statistiquesdelapopulation,issuesdudernier
recensementduCongode1974qui retenaitencorele critère del’ethniepour
compter leshabitants, et qui identifiaitenviron 74 ethnies,regroupéesen
trois principauxgroupes tribaux(Bakongo, Téké,Mbosi).Danscemythe de
la «trilogie »,l’interdictiondes statistiques tribales ouethniquesdepuiscette
date, estun point important qui marquelaséparationentre deuxphasesdela
gestiondela diversitésociale: celle dominéepar l’idéologieofficielle
antitribaliste, et l’autresur le discours informelet inconscientcentréesur la
valorisationdelapréférencetribale.Ellepermetdemontrer les
conséquencesdes stratégiesd’enracinementdesdirigeantsdans leprocessus
defragmentation socialesur lastructure dela gouvernance dans letempset
l’espace.L’évolutiondela fréquence dela distributiondesfonctionsde
Pouvoir, d’Autorité etdeDevoirentreles membresdes trois principaux

22

groupes tribauxdans la compositiondes40gouvernements, formésau
Congo par20Premiers ministres, durant 7Présidencesdela République de
1960ànos jours oudes20mandats des Mairesde Brazzaville(capitale du
Congo), estun indicateur,permettantd’évaluer le degré d’avancementdela
sociétéversune gouvernancesansdiscrimination tribale.Cet indicateur
permettra égalementdemesurer le degré detraçabilité dela décision
administrativelié àlafragmentation tribale et structurant leprofildela
gouvernancesociale de cepays, défini par la Banque Mondiale en 1992et
confirmépar le PNUD en2006,par rapportàlastructuremythique
traditionnelle dugouvernement, datantduRoyaume duKongoausud du
13
pays (PIGAFETTE etLOPEZ,(1591) ;BATSIKAMA BA MAMPUYA
14
MA NDAWLA,(1999) ), duRoyaume desTékéaucentre(E.MOUAYINI
1516
OPOU(2005) ), etdeschefferiesdunord(LOMBARD,(1967) ).

Danscesens,lastructure dugouvernement qui organise etanimela décision
administrative dans le cadre delaresponsabilitésociétale del’Etatetdes
organisations, devraitformer le dirigeant selon les préceptesd’un modèle
souveraindont les structuresde gouvernement nesont que des
manifestations spatio-temporelles.Telest leprimatdelastructuresur les
phénomènes, hypothèse fondatrice del’analysestructuraliste, courantde
l’anthropologiesociale etculturelledéveloppéparC.LÉVI-STRAUSS
17
(1958) .Cetteidéenous permetdepostuler pour l’universalité dela forme
optimisée de la structure de la gouvernance sociale par rapport aux
phénomènesdans lesquelselles’exprime.

Depuis latraditionhylémorphique delascolastiquemédiévale,dérivée dela
penséearistotélicienne,lemotforme désigneun système,un modèle,une
structure en relationaveclamatière, constituant le couple forme/ matière,
désignant leprincipe de constitutiondel’identité d’unêtreoud’une chose.
Toutcequiexiste dans lanature auneformeoptimisée(ouadaptée àun
contexte deressources limitées),qui lasingularise et la déterminepar

13
PIGAFETTE P., LOPEZ D. (1591):LaRelatione delReame diCongoetdelle circonvicine
contrade, Rome, BartolomeoGrassi,trad.BALW.: Descriptionduroyaume du Congoetdes
contréesenvironnantes, Louvain, Nauwelaerts,1963,p.31.
14
BATSIKAMA BA MAMPUYA MA NDAWLA R. (1999):L'AncienRoyaume du Congoet
lesBakongo, Paris, L'harmattan.
15
MOUAYINI OPOU E. (2005):LeRoyaumeTéké, Paris, L'harmattan, collectionÉtudes
africaines, p.13.
16
LOMBARD J. (1967): «Autorités traditionnelles et pouvoirs européens enAfrique noire»,
CahiersdelaFondation nationale desSciences politiques, n°152,p.50-123.
17
LÉVI-STRAUSS C. (1958):Anthropologiestructurale, Paris, Plon,1973.

23

18
rapportauxautres formes.Laforme est selon P.GUILLAUME (1979)
«autre choseou quelque chose deplus quelasomme deses parties».
Pouvant se transposerd’une chose àune autre,touten restantinchangée,la
formeoptimiséepeut manifesterdes propriétésd’invariance dansces
transformations, carelle contientun modèlesubstantieldelaperformance,
susceptible d’être décritetanalysé en tant qu’objet de science,dansun
contexte deressources rares.

Lepostulatdelasubstantialité delaformeoptimisée,permetdemieux
étudier lelien pouvantexisterentrelesformesartificielles (modèles
mythiques)conçues pour représenter lesformesfinalisées (entreprises,
associations, États,..)envue demaîtriser leur performance.Il nous permet
égalementdedémontrer que,plus lastructure d’uneorganisation intègreles
déterminantsculturels mythiquesdela décisionadministrative dans sa
genèse,plus la gouvernancesociale est souveraine.Moins lastructure
intègrelesdéterminantsculturels mythiquesdela décisionadministrative
dans sa genèse,plus la gouvernancesociale estalternative.

Celivre comprend cinqchapitres.Lepremierchapitre estconsacré àl’étude
dela dimensionconséquentielle(efficacité)dela décisionadministrative, à
travers l’analyse desactesadministratifs liésàla fragmentation sociale dans
le cadre de la gouvernance sociale.Le second chapitretraite dela dimension
déontologique(efficience)deladécisionadministrative, en référenceaux
valeurset normeséthiquesdelatradition locale.Letroisième chapitre
analysela dimension téléologique(effectivité)deladécisionadministrative.
Lequatrième chapitreprésentela dimension morale et spirituelle dela
décisionadministrative dans ses rapportsaveclamodernité et latradition
locale autourdel’Espérance,valeur théologalequel’on rencontre dans la
plus partdes programmes politiquesde cesdernièresdécennies.Le
cinquième etdenierchapitreprésenteles résultatsdel’analysefactorielle
des données des 40gouvernements formés depuis 1960, par21Premiers
ministres, sous 7Présidences de laRépublique.Il nous permettra d’analyser
le degré detraçabilité entrelemythefondateurdelasociété congolaise et la
structure dugouvernement mise en placepar lesdifférentsgouvernements.
Nousendéduironsunematrice des structuresde gouvernement.
L’évaluationdudegré deperformance de chaquestructure dans la
conceptionet la gestiondelapolitique des investissementsde
développementéconomique et social,permettra d’envisagerdes pistes
d’amélioration possiblesdelastructurelaplus performante, avantde
conclure.

18
GUILLAUME P. (1979):LaPsychologie dela forme, Paris, Champs/Flammarion,p.19.

24

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.